samedi 19 mai 2012

Le sceau de Salomon

SAM_0076SAM_0077

Sceau de Salomon.

SAM_0078

Le sceau de Salomon:

noms: sceau de Salomon, grenouillet, faux muguet, herbe à panaris, sceau de Marie, muguet de serpent, herbe à la rupture, polygonatum sp. en latin.

classification: c'est un angiosperme de la famille des liliacées, du sous règne des plantes vasculaires (tracheobionta) de l'ordre des liliales.

habitat: dans presque toute la France, en Corse et en Europe, au Japon et en Asie boréale et occidentale. On la trouve dans les bois et sur les rochers ombragés jusque dans les zones subalpines.

description: elle peut mesurer 20 à 50 cm (et parfois jusqu'à 1 mètre), les feuilles nervurées sont alternes, par rang de deux et disposées sur la partie supérieure de la tige anguleuse. Les fleurs disposées en petites grappes sous la tige sont indolores et vert-blanc, en forme de clochettes à 6 dents. Seuls les bourdons à longue trompe peuvent les polliniser, les hyménoptères, mais il peut y avoir auto-fécondation quand il n'y a pas d'insectes. Elles fleurissent d'avril à juin. Les baies sont rondes, d'un bleu noir profond et contiennent 2 à 5 graines vertes vénéneuses qui arrivent à maturité entre septembre et octobre. La racine est un long rhizome blanc garnit de nombreuses radicules.

le sceau: les clochettes de cette plante dans un bouquet symbolisent le secret et l'intimité entre celui qui offre et celui qui reçoit. Elles représentent aussi la sagesse, du fait du nom de la plante « Sceau de Salomon », roi biblique très sage et réputé pour sa connaissance des plantes. Il lui vient de la trace que laissent les tiges qui se succèdent au fil des années sur la racine de la plante. Lorsqu'une tige tombe, cela laisse une marque qui ressemble à un sceau de cire.

cuisine: dans certains pays les jeunes pousses sont consommées.

propriétés médicinales: les substances expectorantes et résolutives (disparition d'une inflammation) sont contenues dans le rhizome qui cuit étouffé puis écrasé, est utilisé en cataplasme contre les ecchymoses et les contusions malgré la toxicité de la plante. Les baies sont émétiques mais ne sont pas utilisées car elles ont provoqué des accidents mortels. Le caractère singulier de la forme de sa racine qui ressemble à une articulation, a inspiré la « théorie des signatures » et par cela la plante fût aussi utilisée pour la consolidation osseuse et les fractures. Fraîche ou sèche, elle servait à soigner les panaris, les furoncles, les rhumatismes, la goutte.

Au 1er siècle, Dioscoride recommandait l'application de racines séchées pour accélérer la cicatrisation des plaies. Distillées, on en tire une « eau de beauté » donnant une peau de velours. Trop toxique, le Sceau de Salomon n'est plus utilisé dans les préparations officielles.

Pommade du sceau de Salomon:

60g de racine

60g de saindoux ou de vaseline

1 verre d'eau

Il faut faire cuire tout les ingrédients doucement au bain-marie, en tournant avec une cuillère en bois jusqu'à obtenir une pâte lisse. Verser dans un peau de verre ou de porcelaine. On l'utilise contre les panaris, pour la cicatrisation des plaies et des contusions. Elle a aussi des vertus hydratantes et décongestionnantes.

Recette de l'ouvrage « Plantes et remèdes naturels » 

 

SAM_0079

A venir l'ail des ours.