SAM_1595

(On reconnaît ici monsieur à l'abscence de coutelas sur son derrière. Celle-ci grignote une tige de bouillon blanc mais n'hésite pas non plus à croquer une petite coléoptère de temps en temps voir une autre sauterelle car chez cette espèce, le cannibalisme est parfois de mise.)

Avant de présenter cette élégante dame qu'est la grande sauterelle verte, comment différenciation criquets et sauterelles car en général tout ce qui saute et bondit dans la verte prairie prend le nom de sauterelle, alors?

C'est simple, les criquets contrairement à leurs cousines sont dépourvus de grandes antennes et leurs femelles ne possèdent pas de tarières mais nous reviendrons sur ce dernier et surtout, ils sont majoritairement de paisibles herbivores qui parfois ravagent les champs de céréales en de très grandes nuées et, où ils ne laissent aux cultivateurs que leurs yeux pour pleurer. A ce titre, ne sont ils pas la huitième des dix plaies d'Egypte?

 

Alors sauterelle qui es-tu?

Notre amie fait partie du genre des Orthoptères, comme son cousin criquet mais se différencie de celui-ci de part son sous ordre des ensifère et de sa famille, les Tettigonidae, d'où son petit nom latin Tettigonia viridissima.

La grande sauterelle verte est... verte, à l'excepté de son dos doré. Pour différencier mâle et femelle rien de plus simple, la femelle possède une long tarière. Cet organe en forme de lame disposé à l'arrière de son abdomen lui permet de pondre. Pour cela elle l'entère profondément dans le sol où les oeufs passeront l'hiver à l'abris avant de resurgir au printemps. Dans leur premier temps de vie les petites sauterelles sont végétariennes et se nourrissent de pétales, de tiges et de feuilles mais dès qu'elles grandissent, elles deviennent de féroces prédatrices. A ce titre une morsure de grande sauterelle verte, sans être douloureuse à l'excés, n'est jamais très agréable.

Outre ces mandibules coupantes et son féroce appétit, la grande sauterelle verte qui mesure environ 6 cm peut déployer sa paire d'elle pour rejoindre de plus verdoyants pâturages. Le bruit de son vol s'approche de celui des grosses libellules comme celui des libellules à lunettes que l'on peut rencontrer en bords de lacs.

Comme tous les insectes de ce genre, notre amie sauterelle entend avec... ces pieds! en effet sur ces pattes se trouve une petite fente bordée de poils très fins qui font office d'oreille interne et qui lui permettent d'entendre les sons et plus particulièrement ses partenaires pendant la période de reproduction. 

Et par où respire t'elle? et bien par son abdomen pardi! à l'instar de nombreux insectes comme la chenille, une rangée de stigmate permettent à l'oxygène de passer directement dans l'hémolymphe, le sang des insectes. autre secret d'insecte, la grande sauterelle verte, toujours comme sa comparse chenille qu'elle aime déguster de temps à autre, connaît plusieurs mues avant de devenir un adulte sexuellement actif.

Enfin, il ne faut pas oublier que cette espèce est en forte régression un peu partout en France, en particulier dans le Nord à cause des pesticides et de l'industrialisation des plantations. Néanmoins on continu de la trouver dans les zones en friches, les pâturages, les prairies et toutes autres zones où se trouve des herbes hautes.

Il serait dommage de se priver de ce gentil géant, qui manipulé délicatement n'est nullement agressif et est un bon allié du jardinier, son féroce appétit lui faisant dévorer larves et insectes néfastes pour les plantations. 

 

SAM_2479

(Une femelle dans sa forme juvénile qui cache son "sabre".)