Cliquez sur l'image pour accéder au site !Cliquez sur l'image pour accéder au site !

 

Le Zoo de Barben

 Arrêt le temps d'une journée dans l'immense parc zoologique de Barben. Plus de 500 animaux d'une centaine d'espèces différentes y coulent des jours paisibles. Les 9 kilomètres du sentier aménagé permettent aux visiteurs de les admirer.
Le parc, comme la plupart des parc animaliers, à plusieurs missions :
- permettre l'étude scientifique d'espèce difficiles d'accès dans leur milieu naturel.
- permettre la préservation et la reproduction d'espèces menacées.
- sensibiliser les publics au monde animal sauvage.
A savoir, les animaux présentés sont tous issus de la captivité hormis quelques uns, prélevés illégalement dans la nature puis saisis par les douanes avant d'être confiés aux bons soins des soigneurs de Barben. 

P8124224 P8124276

A gauche : L'agame barbu (Pogona vitticeps) est un reptile endémique de l'Australie qui connaît un grand succès chez les terrariophiles. Dans la nature les individus sont bruns et gris avec de nombreuses marbrures mais les animaleries proposent des spécimens avec des couleurs chatoyantes et variées.
A droite : Le dragon d'eau (Physignathus cocincinus) est un cousin de l'agame barbu. Il peut atteindre 1 mètre. Les mâles abordent une jolie crête bordée d'épines. Cette espèce possède un oeil pinéal (nommé troisième oeil) sur le sommet du crâne (pour savoir de quoi il en retourne c'est ICI).
Il y a de nombreux reptiles encore à admirer dans le reptilarium : anacondas verts, pythons molures, crocodiles nains ou tortues hargneuses n'en sont que quelques exemples.

P8124297

 Rares sont les parcs où l'on peut admirer le rhinocéros blanc (Ceratotherium simum). C'est une espèce avec le statu de casi-menacée. A l'état sauvage on en compte environ 11 000. Il existe deux sous-espèces : Ceratotherium simum simum qui est la plus courante et Ceratotherium simum cottoni qui a l'état sauvage aurait disparu. On n'en recense plus que 9 individus en captivité...

P8124474 P8124484

 La girafe du Niger (Giraffa camelopardalis peralta) est une sous-espèce de girafe que l'on rencontre dans les régions sahléiennes. En danger d'extinction critique, il resterait moins de 200 individus en liberté. Avec les programme de préservation on en compte 336 à travers le monde actuellement. De 50 en 1996, l'effectif est passé à 156 en 2005 et depuis ne cesse de croître même si cela reste très fragile.

P8124453

 Le daim européen (Dama dama) ne se rencontre pas dans nos forêts françaises (du moins, pas de manière naturelle) mais est populaire dans les parcs et même chez les particuliers. La période du rut a débuté, les bois des mâles perdent leur velours de manière impressionnante comme ici (rien de douloureux). Les bois deviennent durs et les andouillers acérés. La gestation dure 8 mois chez les femelles qui donnent naissance à un seul faon.

P8124526 P8124523

 L'ours brun (Ursus arctos) est l'un de plus gros prédateur terrestre actuel. Présent dans presque tout l'hémisphère Nord, il se décline en de nombreuses sous espèces. Ainsi l'ours européen pèse en moyenne 80 kg et mesure 1,50 mètre dressé sur ces pattes arrières alors que le Kodiak, le plus gros de tous, peut atteindre 750kg et mesurer debout 3 mètres. Actuellement on compte 28 ours en France: 8 mâles, 11 femelles (dont une non détectée depuis 2013), et 9 de sexe indéterminé. En 2014 5 oursons sont nés à l'état sauvage.

P8124412

 La grue demoiselle (Grus virgo) est la plus petite de gures. Très présente en Asie, on la renonctre également dans ls champs cultivés et humides du sud de l'Europe. C'est un oiseau sociable au cri puissant qui peut s'entendre à plus de 2 kilomètres les jours de vent. On en compte environs 220 000 à travers l'Eurasie.

P8124531 P8124543

 Le tigre (Panthera tigris) fait parti des supra-prédateurs. On en compte 9 sous-espèces dont 3 ont disparu : le tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata), le tigre de Java (Panthera tigris sondaica) et le tigre de Bali (Panthera tigris balica). Aujourd'hui on peut encore rencontrer :
- le tigre de Sibérie (Panthera tigris altaica) qui est le plus grand.
le tigre de Chine méridionale (Panthera tigris amoyensis) qui est le plus menacé.
le tigre d'Indochnie (Panthera tigris corbetti) qui a plus grans nombre de rayures.
le tigre de Malaisie (Panthera tigris jacksoni), le dernier découvert en date (2004).
le tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrae), le plus petit de tous (et endémique).
le tigre du Bengale (Panthera tigris tigris), le plus connu et le plus répendu.
Toutes les sous-espèces de tigres sont en danger et la plupart sont proches de l'extinction !

P8124348

 Le suricate (Suricata suricatta) est le seul mammifère du genre Suricata. Les individus vivent dans de grands groupes familliaux solidaires et s'abritent la journée de la chaleur dans des terriers profonds. Insectivores, vifs et gourmands, ces animaux au métabolisme rapide chassent 8 heures par jours mais en cas de disette, ils peuvent se contenter d'un insecte à l'année ! 

P8124717 P8124720

 La panthère ou léopard () paratge de nombreux points communs avec le tigre. En effet ils partagent le même ancêtre commun (la division c'est faite il y a un peu plus d'un million d'années), sont en grave danger de disparition et comptent neuf sous-espèces :
- le léopard d'Afrique (Panthera pardus pardus)
- le léopard d'Indochine (Panthera pardus delacouri
- le léopard de Perse(Panthera pardus saxicolor)
- le léopard Indien (Panthera pardus fusca)
- le léopard du Sri Lanka (Panthera pardus kotiya)
- le léopard de Java (Panthera pardus melas)
- le léopard de Chine du Nord (Panthera pardus japonensis
- le léopard d'Arabie (Panthera pardus nimr)
- le léopard de l'Amour (Panthera pardus orientalis)
Dans les légendes Kényanes il existerait un lion tacheté, le Marozi (créature cryptée en cryptozoologie). Il s'agirait n réalité d'un croisement entre un léopard d'Afrique et un lion d'Afrique même si ces croisements n'ont pu être observé qu'en captivité. L'hybide se nomme Léopon (léopard x lionne) ou Lipard (léopard x lion).

P8124724

 Un peu de botanique. La clématite des haies ou clématite vigne-blanche (Clematis vitalba L.) est une plante grimpante qui appartient aux renonculacées, au même tire que le bouton d'or ou la populage des marais. C'est l'herbe aux gueux : les mendiants s'en frottaient les feuilles contre la peau pour créer des ulcèrent et ainsi susciter la pitié. 

P8124748 P8124749

 Le dromadaire (Camelus dromedarius) est surnommé chameau d'Arabie. On le reconnaît à son unique bosse. Techniquement le chameau et le dromadaire peuvent être considérés l'un et l'autre comme étant de la même espèce même si nombreux sont les spécialistes dont l'avis diverge sur la question. Le fruit des amours du chameau et du dromadaire ce nomme le turkoman. Comme chez les chevaux, on distingue les dromadaires de courses et les dromadaires de traits. 

P8124771

 L'un des meilleures attraction du parc est, à mon avis, la serre aux vautours. On rencontre deux espèces dans celle-ci, le vautour africain (Gyps africanus) et le vautour fauve (Gyps fulvus). Un chemin aménagé permet de passer parmi les oiseaux hauts perchés. Il est possible de les admirer également pendant le spectacle de fauconnerie proposé.

P8124808 P8124817

 Adorables les makis catta (Lemur catta) ! On les nomme makis mococo, makis à queue annelée ou lémures à queue annelée. Populaires dans les zoos, dans le milieu naturel on ne les rencontre que dans le Sud de l'ïle de Madagascar (espèce endémique). C'est une espèce en danger du fait de la disparition de leur habitat. Ils vivent en société matriarcales et se nourrissent de fruits.

P8124797

 Plus classique, les chèvres naines (Capra aegagrus hircus). Devenue commune comma animal de compagnie, elle est à l'origine utilisée comme bétail au Sénégal et au Tibet dans les zones rudes. Elle est le fruit de nombreux croisements et est- désormais considérée comme une espèce à part entière.

On rencontre d'autrees animaux plus au moins connus : zèbres, éléphants, hippopotames, lions, bisous ou cerfs. Le parc est ouvert toutes l'année sauf le 25 décembre. Néanmoins il est plus agréable d'en profiter l'été, le charme de la Provence s'ajoutant à celui du dépaysement. Néanmoins les jours de grosses chaleurs les animaux se font discrets. Cette année il y a eu de nombreuses naissances, on peut ainsi admirer deux petits lynx, un girafon, un bébé maki catta et de très nombreux faons et même un zébron. Pour plus d'info c'est ICI

 

Le bal des rapaces

 Parmi les divers animations proposées, il est possible d'assister à superbe spectacle de fauconnerie. A savoir que le 31 août à l'occasion de la journée internationnale des vautours. Pour suivre l'événément je vous donne rendez-vous ICI pour ceux qui sont sur Facebook

P8124575

 Le faucon pèlerin (Falco peregrinus) est un rapace robuste que l'on retrouve dans toutes les parties du globe ce qui est assez exceptionnel. Chasseur avisé, il se nourrit d'autres oiseaux qu'il percute en plein vol. Il est a se titre l'oiseau le plus rapide du monde en piqué, il peut facilement dépasser les 350 km/h ! Commé tous les rapaces français il est protégés. Ceux présentés ici proviennent d'élevages.

P8124582 P8124587

 Les buses ne sont pas en reste. Vifs et agiles, elles comptent parmi les oiseaux les plus intelligents avec les corbeaux, les pies et les perroquets.
A gauche : la buse variable (Buteo buteo). On la rencontre partout en France et s'observe l'été sur les bottes de foins où elles prennent l'affût ou sur les piquets des bords de route.
A droite : la buse de Harris (Parabuteo unicinctus) se rencontre elle en Amérique Centrale. Elle a la particularité de chasser en groupe de 4 à 6 individus ce qui la rend redoutable.

P8124667

 On rencontre quelques échassiers pendant la représentation qui viennent avec plaisir parmi les visiteurs. Cette cigogne blanche (Ciconia ciconia) est accompagnée d'ibis. Chassée à outrance pendant de nombreuses années, les cigogne sont encore considérées au sein de l'union européenne comme "préoccupation mineur" (LC).

P8124632 P8124634

 Les vautours africains (Gyps africanus) et les vautours fauves (Gyps fulvus) peuvent partager les mêmes aires de répartition même si on ne rencontre que le vautour fauve en Europe. Charognards, leurs têtes sont dépourvues de plumes pour se faufiler avec aisance dans les carcasses. Ce sont des éboueurs naturels qui permettent de nettoyer les carcasses et de limite les risques de contamination.

P8124677

 La fauconnerie est un sport vieux comme le monde. C'est l'art de capturer un gibier avec un oiseau de proie. Elle serait originaire d'Asie Centrale, sur les hauts plateaux. Transmise aux germains par les mongoles, ces premiers l'enseignent à leur tour aux gaulois et aux arabes suite aux grandes invasions. En France elle devient un art réservé aux rois et aux nobles, seuls autorisés à chasser.

P8124657 P8124609

 Voilà mon oiseau fétiche, le pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus), emblème des États-Unis que l'on retrouve sur le blason du pays. C'est un pygargue pêcheur aux serres puissantes, au bec acéré et aux ailes puissantes. On le rencontre du Nord de l'Alaska au Sud du Mexique. C'est un oiseau sacré pour de nombreux peuples amérindiens et souvent, leurs plumes blanches ornaient les coiffes des grands chefs. 

 Cliquez sur l'image pour accéder au site !

 Il faut bien un après-midi pour avoir le temps de profiter de chaque animal proposé à l'observation. En somme un très beau parc animalier avec une véritable démarche de préservation des espèces. Chaque enclos prospose une zone aux les animaux peuvent se cacher du public. Le bon compromis qui mérite bien cinq étoiles !
Etoile 2 (2)Etoile 2 (2)Etoile 2 (2)Etoile 2 (2)Etoile 2 (2)