mardi 8 mars 2016

Quelques créatures de la mer.

DSC00776

Le temps d'un weekend, mon bien-aimé et moi même avons pu faire découvrir la belle ville de Marseille et ses alentours à mes parents. De ce court séjour j'ai pu en tirer deux petits articles. Dans celui-ci je vous présentes quelques espèces que l'on peut trouver sur les étales des marchands de poissons du Vieux Port. Dans le second à venir, il sera question des plantes médicinales que l'on peut trouver à Marseille. Bonne lecture.
(Pour voir la vidéo de ce séjour, ça se passe par ICI).

 

Le crabe vert (Carcinus maenas).

On le trouve un peu partout dans les mers et les océans d'Europe mais aussi, dans les eaux du globe depuis qu'il y a été introduit (il s'avère être une espèce invasive redoutable pour les animaux indigènes). Leur coloration est très variable et indique quelques éléments sur leur parcours de vie. Ainsi les crabes ayant un ventre rouge sont des crabes n'ayant pas mués depuis un bon moment. Il s'agît souvent de vieux mâles reproducteurs.

DSC00735

DSC00736 DSC00737

Je vous présente mon tout premier gif animé (une petite danse de tourteaux) fait avec mes photos.

Les coquillages de bords de mer.

J'adore les coquilles St Jacques (Pecten maximus) que je ne mange pas souvent mais surtout, les bigorneaux (Littorina littorea) que j'ai pu déguster pour la première fois à Marseille. On trouve de nombreuses espèces comestibles aux alentours de Marseille mais toutes ne se mangent pas. D'autres ont migré plus au nord avec le réchauffement des mers, d'autres ont été introduit par l'Homme et semblent se plaire sur ce nouveau territoire.

DSC00738 DSC00739

 

Le poulpe commun (Octopus vulgaris).

 Cette pieuvre se rencontre plutôt en haute mer, on la dit alors pélagique. Ses effectifs sont en nets recules dans le secteur depuis quelques années. On la trouve presque partout dans le monde, là où il y a de l'eau salée. C'est un animal connu et reconnu pour son intelligence très développée et sa capacité à résoudre des casses têtes et des énigmes simples. Timides, elles s'adaptent bien à la captivité et peuvent même s'apprivoiser. 

P1070062

 

La pêche à Marseille. 

De nombreuses espèces sont pêchées à Marseille aussi bien par les professionnels de la mer que par les amateurs. Parmi les top 5 on peut citer les calamars (Theuthida), la daurade royale (Sparus aurata), le bar commun  (Dicentrarchus labrax), la crevette rose (Palaemon serratus) et la sole commune (Solea solea).

DSC00762 DSC00807

Dés 6-7 heures du matin il est possible d'acheter son poisson sur le Vieux Port jusqu'à midi passé.

DSC00808

DSC00903 DSC00905

 Les Calanques sont des zones protégées de toute pêche. En effet, il s'agît d'un parc naturel national ce qui implique que toute chasse et toute pêche y est strictement interdit hormis dérogation. Pour trouver une zone de pêche légale, les pêcheurs se rabantent souvent sur les bords de quais et sur les digues brisent vagues.

DSC00779 DSC00814

Vue depuis la plage de la belle Calanque de Sormiou où les vagues viennent s'échouer sur nos pieds.

DSC00898

DSC00914 DSC00916

 

Les oursinades.

 Très célèbres à Marseille, il s'agît de dégustations d'oursins que l'on pratique entre amis ou pendant des célébrations, en début d'année en général. On mange le plus souvent le corail cru avec des tartines. Il faut savoir que la récolte des oursins est très réglementée car la plupart des espèces sont menacées.

DSC00741 DSC00743 DSC00740 DSC00742

DSC00734

 

Le mot de la fin.

J'adore découvrir la ville sous cet angle. Loin des clichés, ça change le regard et puis sentir le bon air marin ça fait le plus grand bien, car dans Marseille, on oublie souvent que la mer n'est pas très loin. On peut ainsi passer des journées et des journées sans la voir ni penser à elle. Dans deux ou trois jours viendra l'article sur les plantes médicinales que l'on peut trouver dans la Cité Phocéenne et ce n'est pas si difficile qu'on le pense. À très vite.

P1070076

 

De temps à autre j'aime montrer (un peu) nos bouilles de passionés, ça ne fait pas de mal.


Orchidées d'ailleurs et de chez nous.

DSC00493

Du 12 au 14 février se tenait à Bouc-Bel-Air le 9ème salon international des orchidées & Co : Orchiday's. Pour tout vous avouer, nous avons été un peu déçu. Pour un salon qui se veut international il y avait peu de stands et le lieu d'exposition n'était pas très accueillant. Néanmoins nous avons pu voir quelques espèces incroyables. Pour une partie de cet article j'ai pu profiter des photos de mon bien aimé et je trouve que le résultat est réussi.

 

Quelques mots sur le salon.

On pouvait lors de ce week-end rencontrer 19 exposants spécialisés en orchidées et venus des quatre coins de la France mais aussi du Brésil, d'Italie, de Belgique ou encore d'Allemange. Les stands étaient très beaux, parfois kistchs, mais riches en espèces végétales rares et colorées. J'ai eu un gros coup de coeur pour la Phalaenopsis 'Mini Mark', une belle orchidée blanche au label orange et aux pétales tachetés de la même couleur.

DSC00505 DSC00418

DSC00496

DSC00423 DSC00429

 

Le vaniller (Vanilla).

Il existe plusieurs espèces d'orchidées pour produire de la vanille. La principale est la Vanilla planifolia. Ce vaniller pousse au Mexique et est cultivé  partout où les conditions climatiques le permettent, à savoir, dans des régions tropicales et subtropicales entre 20 et 30°C. La plupart du temps la fécondation des fleurs est faite à la main car les insectes polinisateurs et associés à la plante (Melipona sp.) ne se trouvent qu'en Amérique du Sud.

DSC00623

 

Orchidées du monde.

Les orchidées sont regroupées sous la famille des Orchidaceae. On en compte 25 à 30 milles espèces. Elles représentent 1/20 des espèces végétales dans le monde. En France métropolitaine on compte 120 à 168 espèces d'orchidées sauvages en fonction des auteurs et des dernières découvertes. Il  semblerait que les premières d'entre elles soient apparus il y a 20 millions d'années, soit 45 millions après l'extinction des dinosaures.

DSC00632 DSC00633

 DSC00627 DSC00652 DSC00614 DSC00616

 

Le faux patchouli (Tetradenia riparia).

Cet arbuste africain est utilisé dans la pharmacopée de certains pays du continent noir pour soigner divers maux liés aux migraines et aux infections par ses feuilles odorantes riches en composés chimiques. Il peut mesurer 6 mètres de haut. Sensible au froid, il est souvent cultivé en Europe comme plante ornementale d'intérieur.

DSC00434

DSC00436

 

L'art du Bonsaï.

 Allant de pair avec le salon, un très beau stand sur les bonsaïs a été présenté. Il s'agît d'une méthode de taille élevée au rend d'art en Asie (Japon/Chine). Les arbustes et arbres (If, romarin, hêtres, pommier etc.) sont constamment taillés. Les racines sont raccourcies, les branches ligaturées et le feuillage retiré par endroit avec attention. On obtient ainsi des arbres nains vieux de plusieurs dizaines voire centaines d'années.

DSC00441

DSC00637 DSC00641

Le mot Bonsaï signifie "plateau"et "culture". La culture d'arbres en pot date d'environs 4000 ans.

DSC00481

DSC00638 DSC00640

 

Et dans la nature ?

 Ce qui m'a un peu chagriné lors de ce salon, c'est de voir à la sortie de celui-ci les visiteurs ne pas prêter attention aux orchidées sauvages se trouvant à quelques mètres d'eux en grand nombre. Bien que très belles, les orchidées exotiques ne font pas le poids face à nos orchidées sauvages mais ce n'est là que mon avis. 

DSC00587

 

L'ophrys de Forestier (Ophrys forestieri).

Bien que discrète, elle vaut le coup d'oeil. Elle est parfois classée comme sous-espèce de l'ophrys brun (Ophrys fusca) dont la liste des sous-groupes et sous-espèces n'en finit pas de s'allonger. C'est le premier des Ophrys à fleurir (dès février) et on le rencontre assez facilement, en particulier dans le sud de la France.

DSC00520 DSC00528

DSC00569

On voit bieb sur le long du label l'absence d'un sillon marqué propre à l'ophrys funèbre (Ophrys funera).

DSC00713 DSC00711

DSC00573

 

L'Orpin âcre (Sedum acre).

 On le nomme aussi poivre des murailles en raison de son goût. Bien que parfois consommé cru ou cuit, il s'avère être très irritant pour une partie des gens qui le manipulent, en particulier au niveau des muqueuses et de la peau. Il aime les éboulis où on le rencontre souvent mais aussi les murets et les toits des maisons.

DSC00348 DSC00353

Ci-dessous son cousin, l'orpin de Nice (Sedum sediforme) aux feuilles plus charunes et plus pointues.

DSC00357

 

L'euphorbe réveil-matin (Euphorbia helioscopia).

C'est une plante qui tient son nom du fait qu'aux premiers rayons de soleil, elle déploie son ombelle (partie végétale qui regroupe les fleurs et parfois des feuilles) là où se trouve le soleil et va le suivre à la manière des tournesols. Son latex toxique est parfois porté à la bouche par mégarde quand la plante est cueillie.

DSC00358

 

L'ajonc de Provence (Ulex parviflorus).

Cet un ajonc qui fleurit très tôt dans l'année, d'ordinaire dès janvier (mais cette année il l'était déjà en décembre). Il ne dépasse que rarement 1 mètre 50. Ses rameaux denses et nombreux comportent des rangés de longues épines pointues et légèrement recourbées pour se protéger des prédateurs potentiels qui peuvent se nourrir de ses branches. Ses fleurs jaunes sont typiques des fabacées car elles présentent une symétrie bilatérale.

DSC00365 DSC00367

DSC00372

 

Le muscaris à grappe (Muscrais neglectum).

On le trouve un peu partout en France. Ce muscaris se reconnaît aux fleurs de son sommet qui sont d'un bleu plus clair. C'est l'une des premières fleurs du printemps que l'on remarque aisément en raison de sa couleur et du fait que peu d'autres plantes présentent des caractères similaires. Il a un parfum subtile de musc.

DSC00374 DSC00519

 

L'orchis géant (Himantoglossum Robertianum).

Cette orchidée que l'on trouve dans une partie sud de la France et de préférence dans les département proches de la Méditerranée porte de nombreux noms. Ainsi on la nomme orchis géant, orchis à longues bractées, Barlie, orchis de Robert ou Barlie de Robert. C'est l'une des premières orchidées à fleurir de l'année. C'est après plusieurs années de protection et de sensibilisation du public que les effectifs de celle-ci ont pû se reformer.

DSC00359

L'orchis géant est aujourd'hui devenu l'une des orchidées les plus présentes sur le territoire français.

DSC00362 DSC00361

DSC00533 DSC00565

Ses fleurs imposantes pour une orchidées terrestre européenne sont reconnaissables à leur grand label à quatre côtés, leur couleur rose tirant à la fois sur le blanc et le vert, leurs tépales et leur faible parfum. Pour la rencontrer il suffit d'aller sur les bords de route, dans les talus et les friches bien ensoleillés et au sol de composition argileuse et pauvre en nutriments. Avec sa grande taille (30 à 60 cm) il est difficile de ne pas la remarquer. 

DSC00599 DSC00659

DSC00682

Parfois, certains individus présentent des fleurs presque blanches. On parle alors d'albinisme partiel.

DSC00661 DSC00668

Pour débuter sur l'identification des orchidées, l'orchis géant est un candidat tout trouvé. En effet les différents éléments composants les fleurs peuvent facilement s'étudier car leur taille massive les rendent bien observables. Actuellement cette orchidée bénéficie du statu LC (préoccupation mineure) par la réglementation européenne. Celle-ci indique que la population de cette espèce est conséquente et peu menacée. 

DSC00710 DSC00714

DSC00709

 

Rosette et orchidée.

Les rosettes sont les jeunes feuilles d'une plante qui commencent à sortir de terre et qui s'étallent au sol en formant un cercle plus ou moins régulier. Chez les orchidées elles sont parfois étudiées pour connaître l'espèce ou du moins le type d'orchidée dont la fleur doit faire son apparition en temps voulu. Ici elle me reste inconnue, il faudra donc suivre son évolution ou revenir aux alentours de avril-mai pour connaître son nom.

DSC00686

 

L'amandier (Prunus amygdalus).

Malgré les gelées sur les monts provençaux, l'amandier a débuté sa floraison et cela, depuis décembre dans certaines régions. Dans le bassin méditerranéen il possède une symbolique forte qui le rattache à la pureté de la virginité mais aussi au mariage et en particulier à la robe des mariées. On l'utilise massivement dans les zones où le sol est pauvre en nutriments et est riche en pierres. Son huile et son fruit sont excellents.

DSC00592 DSC00593

 

Les plantes de la garrigue.

La guarrigue est typique des sols calcaires du bassin méditerranéen. On y rencontre un grand nombre de plantes très denses et de taille réduite pour mieux résister aux vents violents, au feu et au manque d'eau. Si aujourd'hui on y trouve de petits animaux, en particulier des reptiles, des insectes et des oiseaux, elle était autrefois riche en animaux de taille imposante. Les troupeaux de chèvres menés par les bergers venaient y paître.

DSC00540 DSC00541

DSC00559

 

Le mot de la fin.

Cette sortie a été une belle occasion de fêter la Saint Valentin en amoureux. En effet, quoi de mieux que des fleurs pour ce jour si particulier ? L'exposition a été bien sympathique mais la rencontre avec les deux magnifiques orchidées sauvages que sont l'ophrys de Forestier et l'orchis géant a été bien plus intense et il y a fort à parier qu'il sera toujours possible de les rencontrer aux prochaines expéditions et cela jusqu'à fin avril.

DSC00398 DSC00514