dimanche 26 mars 2017

Anniversaire du blog : cinq ans déjà !

logo

Voilà, le blog de La Renarde des Alpes fête son 5eme anniversaire. Cinq années où je partage plus ou moins régulièrement avec vous mes sorties en nature sur le net et, plus globalement, ce que j'aime faire. En 5 ans ce sont 18073 photos et images, 645 articles et 667 commentaires qui ont été échangés et vus par les 456652 visiteurs qui sont passé par là. À tous je vous dis un grand merci pour cette aventure qui m'a permis de faire de belles découvertes, des rencontres avec des passionnés qui pour certains sont devenus des amis mais aussi, de participer à de nombreux projets comme des publications sur internet mais aussi sur le papier. Un vrai bonheur ! En ce moment le blog tourne un peu au ralenti avec les études mais il devrait reprendre des couleurs avec le début du printemps, l'arrivée du soleil et des champignons et le cortège de fleurs des champs qui pointent leur nez.

fréquentation

L'année 2017 s'annonce pleine de promesses et déjà de nombreux articles en sont en préparation, pas moins d'une douzaine, sans parler des vidéos sur mes sorties de classe qui devraient elles aussi se succéder, une mini interview sur le site du SMIRIL et enfin, l'apparitiond'une nouvelle rubrique sur mes 12 semaines de stage à venir dans les montagnes des Hautes Alpes et de l'Isère, le tout prévu pour cet été. Pour finir j'aimerai vous partager quelques statistiques amusantes ou informatives sur le blog.Je vous dis à très vite pour un prochain article sur les conifères du Parc de la Tête d'Or à Lyon.

système


samedi 18 mars 2017

Découverte et prospection du Pet-du-Loup.

DSC03389

Sortie scolaire au Pet-du-Loup, un des sommets les plus au nord du Pilat. L'objectif est de s'initier au travail de terrain. Il s'agît d'une lande à callune vieillissante qui se trouve peu à peu colonisée par des espèces pionnières tels les boulots. L'enjeu est de redonner à ce milieu un coup de jeune et de le maintenir ouvert pour favoriser sa biodiversité et le retour de certaines espèces, en particulier les couples de busards nicheurs.

 

La fermeture d'un milieu.

La fermeture du milieu n'est pas un mal en soit, elle fait partie d'une suite logique dans l'évolution d'un espace naturel. Elle devient cependant problématique quand le milieu est rare et/ou ne peut être maintenu par des pratiques ancestrales ou par des éléments naturels comme le pâturage d'ovins ou de grands troupeaux d'herbivores sauvages comme c'était le cas il y a quelques millénaires en France avec les aurochs.

DSC03429 DSC03430

 

Les polypodes (Polypodium sp.).

Ces fougères étaient autrefois bien connues des écoliers qui en suçotaient les racines au goût léger de réglisse. En France on rencontre trois grandes espèces (et parfois leurs hybrides) : le polypode du chênes (Polypodium interjectum), le polypode commun (Polypodium vulgare) et le polypode austral (Polypodium cambricum).

 DSC03403

 

Les traces animales.

Les traces du passage des sangliers (Sus scrofa) sont nombreuses. Crottes, traces de pattes avec parfois celles des ergots et ossements, voilà de quoi aborder l'animal sous toutes ses coutures. Nous avons même pu observer le squelette d'un juvénile dont les restes semblent avoir été traînés par un renard roux (Vulpes vulpes).

DSC03447 DSC03435

 

La nature du sol.

La nature du sol et plus particulièrement celle de la roche mère jouent sur les peuplements que l'on peut trouver. Ici le sol est à tendance acide, cela vient du fait que la roche mère est en grande partie composée de schiste qui se reconnaît à son aspect feuilleté et à ses teintes métalliques. Parfois on peut en trouver quelques blocs à la surface. Dans certaines régions on l'emploie pour construire des habitations traditionnelles.

DSC03363

 

L'emploie du GPS et la cartographie.

Il n'est pas simple de se repérer dans une lande composée de plusieurs hectares, parfois couverts de forêt et composés de plusieurs parcelles cadastrales. Pour se faire des GPS ont été utilisés pour repérer les limites du site afin de planter des repères mais aussi pour délimiter les milieux afin de produire une cartographie d'habitats et ainsi, établir les mesures de génie écologique à mener pour le chantier à venir prévu sur le Pet-du-Loup. 

DSC03349 DSC03368

 

La noix de galle d'Andricus kollari.

La cynips de la galle ronde du chêne (Andricus kollari) est un hémynoptère (comme les abeilles et les guêpes) qui apprécie les chênes. Celle-ci y pond ses oeufs sous l'écorce des jeunes rameaux. Cela a pour effet de modifier les tissus et de donner naissance à des sphères de tissus tendres dont les larves se nourrissent.

 DSC03361

Quelques espèces de ce milieu.

Dans les landes à callune on rencontre des espèces qui se plaisent dans ce milieu bien que pas nécessairement inféodées à celui-ci. Parmi celles-ci on trouve la digitale pourpre (Digitalis purpurea), une bisannuelle qui peut atteindre 2 mètres et présente des clochettes roses. Il arrive que ses feuilles soient confondues avec celles de la grande consoude (Symphytum officinale) ce qui parfois conduit à des accidents tragiques.

DSC03427 DSC03434

 

Le mot de la fin.

Voilà une journée bien remplie et riche en émotions. Nous avons pu nous faire les mollets tout en nous initiant au terrain. Sur le retour nous avons même pu apprécier le vol d'une cigogne blanche (Ciconia ciconia) et la pose de ce faucon crécerelle (Falco tinnunculus). Bientôt nous retournerons sur le Pet-du-Loup pour manier les débroussailleuses, les sécateurs et les tronçonneuses afin de maintenir les actions entreprises sur la lande.

DSC03448

vendredi 10 mars 2017

Seconde visite de l'Île de la Table Ronde.

DSC03265

Début février nous sommes intervenus de nouveau sur l'île de la Table Ronde dans le cadre de nos cours d'aménagement mais aussi du partenariat entre Agrotec et le SMIRIL. L'objectif de cette sortie ? Appliquer nos premiers protocoles réalisés en classe et nous confronter à la réalité du terrain et par chance, cette fois-ci le temps est plus doux. En fin d'article vous pouvez retrouver la vidéo retraçant notre action sur le terrain.

 

Le protocole orchidées. 

Il vise à établir le nombre de rosettes d'orchidées précoces sur la prairie. C'est un inventaire, c'est à dire que l'on répertorie toutes les rosettes observées sur un espace définit. Avec mes camarades, nous avons pu répertorier 487 rosettes, un chiffre qui ne comprend pas toutes les orchidées que comporte la zone, beaucoup d'espèces poussant plus tardivement en raison de leurs besoins et de la nature du sol, celui-ci n'étant pas partout le même.

DSC03260 DSC03261

 

Les oothèques.

 Les oothèques sont les cocons de pontes des mantes. C'est à l'intérieur de ceux-ci que les larves se développent pour sortir aux beaux jours. Dès leur naissance, elles sont de terribles chasseresses et il arrive qu'elles s'attaquent les unes et les autres. Sur la parcelle nous en avons dénombré une petite dizaine, mais il est possible que le site en abrite bien plus, du fait que nous nous soyons concentrés que sur quelques éléments.

DSC03253

 

La présence du faisan de Colchide (Phasianus colchicus).

L'île est ouverte à la chasse, et de temps à autre, des lâchers de faisans sont effectués. Le faisans de Colchide est originaire d'Asie et plus particulièrement d'Inde et de Chine. Il est arrivé en Europe via les romains puis a été maintenu au Moyen Âge pour les besoins de la chasse à cour et a connu divers croisements depuis.   

DSC03255 DSC03264

 

Le millepertuis (Hypericum sp.).

Il pourrait s'agîr du millepertuis perforé (Hypericum perforatum) mais il est toujours complexe de s'avancer sur des éléments secs. On en recontre plus d'une quarantaine d'espèces, indigènes ou non, à travers le pays. Certaines sont communes, d'autres beaucoup plus rare comme le millepertuis otmentueux (Hypericum tomentosum).

DSC03241 DSC03242

 

L'éveil de la nature.

Les premiers rayons de soleil ont fait s'eveiller les végétaux et les animaux. Malheureusement pour certains, comme cette chenille, éveil s'est fait un peu trop tôt et le retour du froid aura raison d'eux. Depuis les premiers papillons sont apparus et le redoux qui s'est installé pour de bon a permis aux premiers orchis géants (Himantoglossum robertianum) de fleurir et aux Ophrys occidentalis de faire leur apparition timidement.

DSC03256

 

Le mot de la fin.

Premières applications en extérieur du travail de technicien de l'environnement, c'est un vrai régale. Confrontés aux réalités du terrain, nous avons du rapidement revoir nos attentes et reformuler nos protocoles. Nous avons pu pendant cette séance écouter et observer quelques pics qui semblent se plaire sur l'île.

DSC03262 DSC03266

lundi 6 mars 2017

Flosab : Plantes vivaces des montagnes du monde.

DSC05779

Il y a bientôt un an de ça, nous avons eu la chance de visiter sous une fine pluie gelée, la pépinière Flosab spécialisée dans les fleurs alpines du monde entier. Autant vous dire que nous nous sommes éclatés à reconnaître une partie des espèces que nous rencontrons d'ordinaire sur les sommets où nous randonnons. 

 

La gentiane à feuilles étroites (Gentiana angustifolia).

Cette gentiane pousse en France dans les Pyrénées et dans les Alpes. Elle se plaît dans les pelouses sèches et rases, le plus souvent en montagne dans les alpages, jusqu'à 2500 mètres d'altitude. On la rencontre également en Italie ou encore en Suisse. En Savoie et plus généralement dans le Dauphiné elle est assez présente.

DSC05766 DSC05794DSC05796

 

Le cypripedium gisela (C. parviflorum x C. macranthos).

Cette orchidée est une hybridation entre un cypripedium chinois (Cypripedium macranthos) et un cypripedium nord américain (Cypripedium parviflorum) qui est assez proche de notre sabot de Vénus (Cypripedium calceolus). Il est apparu en 1992 après de nombreux essaies en pépinière. Elle pousse en extérieur dans les sols drainés et pauvres comme ces consoeurs sauvages. Elles sont également résistantes au froid.

DSC05789 DSC05790DSC05801 DSC05800

 

L'euphorbe capitulée (Euphorbia capitulata).

Cette espèce est originaire du centre de l'Europe, en particulier des régions montagneuses de Serbie, de Croatie, de l'Albanie et même de Grèce. Habituée aux montagnes, elle supporte des températures très basses dépassant parfois le - 20 degrés.  Comme toutes les euphorbes elle n'est pas dénuée de toxicité.

DSC05776 DSC05777

 

L'edelweiss naine (Leontopodium pusillum).

Cette espèce se rencontre dans les montagnes chinoises et tibétaines à très haute altitude. Comme la plupart des edelweiss, les fleurs sont couvertes de poils épais. Ceux-ci sont un moyen de protéger les inflorescences du froid qui pourrait les détruire en les givrants. Elle se caractérise par sa petite taille (2 à 7 centimètres).

DSC05782DSC05786 DSC05787

 

La globulaire à feuilles en coeur (Globularia cordifolia).

Celle là on la rencontre en Isère dans nos montagnes et même dans nos collines. Elle porte également le nom délicat de veuve-céleste. Ce petit sous-arbrisseau d'une quinzaine de centimètres fleurit de mai à juillet. Cette espèce serait toxique mais les composants qui en sont responsables ne sont pas encore connus.

DSC05770 DSC05771

 

Une explosion de couleurs.

On trouve actuellement pas moins de 178 espèces alpines dans la pépinières dont une bonne partie est disponible sur leur site internet. C'est un bon moyen pour recréer un petit bout d'Alpes ou d'Hymalaya dans son jardin. Multiplier et commercialiser des plantes rares est pour ces passionnés un moyen de les protéger.

DSC05765 DSC05767DSC05769 DSC05772

 

Le mot de la fin.

Si vous avez l'occasion de passer en Savoie à proximité de La Bridoire, je vous invite à faire une halte dans cette pépinière d'exception aux nombreux prix tel le prix SNHF, le prix VILMORIN ou encore le prix COURSON. Vous pouvez retrouver Flosab le 25 et le 26 mars 2017 à Saint-Priest si le coeur vous en dit.

DSC05762 DSC05764

vendredi 3 mars 2017

Jury de l'Institut de l'Engagement.

h_logo

Voilà, aujourd'hui était mon dernier jour comme jury de l'Institut de l'Engagement ... je n'ai jamais été autant émue, les candidats portent tous des valeurs et des projets formidables, je suis fière d'avoir pu participer aux échanges et d'avoir pu découvrir autant de belles personnes. Lauréate en 2015, l'Institut a changé en partie ma vie et ma vision du monde en bien, quand je vois tous ces jeunes qui ont plus ou moins mon âge et qui sont porteurs de valeurs et qui veulent œuvrer pour le monde et les autres, ça me rend confiante en l'avenir.
Cette nouvelle promo à venir s'annonce prometteuse.

105745496 13600243_1116747615068300_4802796565847497654_n1d4d930892e063a64062da1776b195

jeudi 2 mars 2017

Visite de l'Île de la Table Ronde avec le SMIRIL.

DSC02858

 Voilà l'une de nos nombreuses sorties du jeudi. L'Île de la Table Ronde se trouve au Sud de Lyon. Elle s'étend sur 10,5 kilomètres de long et sur 2 kilomètres de large. Elle est soumise à un APB en raison de la richesse de sa biodiversité. Depuis plusieurs années, elle est gére par le SMIRIL. Cet organisme mixte a pour mission depuis les années 95, de valoriser et réhabilité le Rhône et ses lônes dans le département du même nom. 

 

Carte d'identitié.

Elle s'inscrit dans un ensemble d'îles remarquables pour les espèces qu'elles abritent, en particulier le castor (Castor fiber) et de l'épipactis du castor (Epipactis fibri). Ainsi elle se rattache de par sa nature à l'île du Beurre, à l'île de la Platière et à l'île de la Chèvre. Actuellement une campagne de ramassage des tontes de l'automne est menée, elle sera bientôt suivit d'un chantier de coupe, en partie sous tutelle de notre classe.

DSC02818 DSC02956DSC02963

 

La pleurote pétaloïde (Hohenbuehelia petaloides).

Ce champignon se plaît à pousser sur les souches et parfois sur les troncs morts enfouis dans l'humus. Il n'est pas courant de le rencontrer, généralement il se développe en touffes de quelques individus. D'ordinaire on le trouve en été et en automne mais il arrive qu'il pousse au court de l'hiver. Néanmoins je n'ai pas vraiment au le temps de me pencher sur ces spécimens, l'identification est comme toujours, à prendre avec des pincettes.

DSC02958 DSC02959

 

Le rouge gorge (Erithacus rubecula).

C'est un oiseau territorial et sur l'île ils sont nombreux, au point de se donner en spectacle à quelques mettre de nous. Peu farouche, certains suivent les promeneurs. C'est un animal insectivore qui pendant les périodes de froid se rabat sur les baies et les graines, en particulier d'églantier, d'if, de sorbier ou de cornouiller.

DSC02931DSC02946 DSC02947

 

Les orchidées de l'île.

 Le SMIRIL en collaboration avec la SFO a dénombré pas moins de 24 espèces d'orchidées sur l'île de la Table ronde. Néanmoins certaines espèces sont observées de manière ponctuelles et n'ont été cochées qu'à une seule occasion, tel que l'épipactis du castor et l'ophrys frelon en 1995 ou la dactylorhize de Fuchs en 1996. D'autres ont disparu avec l'évolution du milieu, en particulier la listère à feuilles ovales (Neottia ovata).

DSC02879 DSC02881

 

La petite prairie et ses mares.

La petite prairie abrite un ensemble de mares pédagogiques creusées par le SMIRIL. Elles présentent chacune un faciès particulier avec sa faune et sa flore. Ainsi on observe une phragmitraie, des massettes, quelques sphaignes et une flopée de dytiques (Dytiscidae), de petites insectes voraces et rapide comme l'éclair.

DSC02886 DSC02884DSC02864DSC02892 DSC02893

 

Le mot de la fin.

Voilà une première visite bien sympathique de cette île. D'autres visites sont programmées et j'ai hâte de connaître plus en profondeur ce territoire, en particulier ses lônes, bras du Rhône en retrait du fleuve, et où l'on peut observer le castor et le martin pêcheur (Alcedo atthis). Pour avoir un aperçu du travail que nous menons au sein de notre formation, je vous invite à regarder la petite vidéo à la fin de cet article.

DSC02873 DSC02826