samedi 12 octobre 2019

Sortie en montagne 26 : le Ventoux.

DSC04872

Escapade dans le sud de la France, au pied du mont Ventoux. Les lavandes sont en fleur et presque toute la famille est là, un bonheur. Les amandiers ont bien poussé, l'olivier est beau, bref, on prend plaisir à se retrouver ensemble. Nous avons même la bonne surprise de nous apercevoir que la maison et ses alentours se trouvent sous un couloir migratoire ! Un vautour fauve, un circaète Jean Leblanc et même un aigle royal nous honorent de leur passage, le rêve ! C'est une carte postale que je tente ici de dresser, un peu maladroitement.

DSC05066                DSC04815

Nous sommes à Sault, joli village connu comme capitale de la lavande. Nous sommes à quelques jours du 15 aout, date où les lavandes et lavandins sont célébrés. Déjà quelques champs sont fauchés et partent massivement à la distillerie. L'essence qui en est tirée part aux quatre coins du monde pour entrer dans la confection de parfums, de cosmétiques, de produits d'entretiens mais aussi de dissolvants et de bons petits plats.

DSC05062

Nous partons à Aroma'plantes, distellerie du village qui ouvre ses portes aux visiteurs. Nous sommes agréablement surpris de découvrir un véritable musée de la lavande, avec démonstrations, distillations en direct et visites guidées avec dégustation et boutique des produits de l'exploitation.

DSC05051

Nous sommes ravis, vraiment. L'endroit est superbe, didactique et met en valeur ce patrimoine propre à la Provence. L'exposition, le Lavandoscope est ludique et accessible. Il retrace avec brio l'histoire locale. Les visites gratuites, les ateliers intelligemment présentés, les produits du bar délicieux et l'ensemble terriblement moderne tout en respectant les traditions. Un sentier de découverte (musée en plein air) en accès libre et un jardin ethnobotanique nommé Plantothèque complète l'ensemble. Les plantes et arbustes sont numérotés, et chaque usage et mode d'extraction y sont détaillés. Si vous êtes tentés de fabriquer vos propres savons, vos fuseaux ou vos produits de beauté, c'est une adresse à conserver précieusement.

DSC04797     DSC04771     DSC04809     DSC05249

Si la lavande peuple les champs, on peut la trouver aussi à l'état sauvage. Dans les cultures et les talus, on peut rencontre plusieurs espèces : la lavande vraie (Lavandula angustifolia), la lavande aspic (Lavandula latifolia) et le lavandin (Lavandula latifolia x angustifolia), hybride naturel des deux premières qui, moins parfumé, et plus productif et plus simple de culture. La lavande papillon (Lavandula stoechas) pour sa part orne les jardins.

DSC05088                DSC05095

L'ergate forgeron (Ergates faber) se présente à nous sur la fin de la visite. C'est la toute première fois que nous croisons ce gros coléoptère. Il s'agît ici d'une femelle un peu mal au point. C'est un des plus grands longicorne, assez présent dans le sud et dont le corps dépasse parfois 6 centimètres. Il est inféodé aux pinèdes, ses larves se nourrissant des souches pourrissantes. Il joue ainsi le rôle d'un décomposeur précieux à la forêt.

DSC04843

Passage éclair par Mont Brun, où le chant des cigales nous séduit. Nous pouvons même en approcher une de très près. C'est une superbe cigale grise (Lyriste plebejus), identifiée par un des vérificateurs de Faune-PACA pour qui nous sommes très reconnaissant. Appelée grande cigale commune ou cancan en raison de son chant, elle peut atteindre 5 centimètres. Les adultes et les larves se nourrissent le plus souvent de la sève des arbres.

DSC04883

Retour à la maison. Les amandiers ont bien grandis et la période de taille a été manquée. Même si la saison ne s'y prête pas, nous n'avons pas d'autres choix que de faire une coupe drastique. Heureusement, Thomas fait toujours preuve de talent dans ce domaine.

DSC04889

Les gestes sont précis, calculés selon le ratio de la dimension des fruits et de leur abondance. Les branches les moins aptes à produire les amandes sont supprimées, les branches charpentières précieuses conservées. À chaque arbuste, les outils sont soigneusement désinfectés. Cela permet de limiter la transmission de maladies entre les plants, à la manière d'un généraliste auscultant et opérant sur plusieurs patients. Il s'agit ici d'amandiers de culture (Prunus Dulcis), plantés comme ornement mais aussi dans l'objectif de récolter des amandes. Il faudra attendre que les arbres soient suffisamment matures pour donner leurs premiers fruits, c'est là que nous serrons si les amandes seront douces ou amères.

DSC04762                DSC04765

Beaux papillons, ils profitent du champ de lavande. À gauche, un demi-deuil (Melanargia galathea), qui porte mal son nom, dont le paterne noir et blanc peut varier en fonction des régions et être plus sombre dans les Alpes. À gauche, un azuré, papillon qui appartient à l'un des genre les plus durs à identifier, en particulier quand on ne voit qu'une seule face des ailes. Il pourrait s'agir sans assurance de l'azuré des nerpruns (Celastrina argiolus).

DSC04997

Un cri perçant nous attire dans le jardin. C'est un hibou petit duc (Otus scops), quelle joie ! Ce rapace nocturne est typique du sud de la France et à la particularité d'être migrateur. Il est connu ici comme nicheur depuis plus de 40 ans mais c'est la première fois que nous le voyons. Pas plus gros qu'un merle, il est prédaté par d'autres oiseaux de proies. Pour s'en protéger, son plumage est mimétique de l'écorce des arbres dans lesquels il vit.

DSC05250     DSC04993     DSC05197     DSC05252

Dernier tour par le village de Sault. L'été bat son plein, et nous nous mêlons sans mal aux touristes qui commencent à affluer. Les bouquets de lavande sont accrochés aux murs, pour préparer l'arrivée du 15 août. Pour l'occasion des courses de chevaux sont organisés sur l'hippodrome utilisé uniquement à cette occasion.

DSC04914

Objectif Ventoux, enfin. Nous somme nombreux ce jour là, avec peu de temps, l'asencion ne se ferra donc pas à pied. La vue est incroyable et nous sommes avec quelques cyclistes les premiers arrivés, ce qui nous permets de profiter du lieu en toute quiétude. Les accenteurs mouchets (Prunella modularis) et les venturons montagnards (Carduelis citrinella) volent ça et là, nous sommes heureux de les voir car cela faisait plusieurs années que nous cherchions à voir ces derniers. Ces petits passereaux ont une aire de répartition très stricte, réduit à certains massifs européens. Granivores, ils affectionnent les boisements de conifères situés à plus de 700 mètres d'altitude. Pendant la période de nourrissage des petits, ils consomment essentiellement des graines de pins, de pissenlits, d'autres astéracées et de graminées, en ajoutant une part non négligeable d'insectes au régime pour apporter les protéines nécessaires aux oisillons.

DSC04936                DSC04954

Le sommet situé à 1910 mètres d'altitude, donnant une vue imprenable sur les autres massifs. Repéré par les hommes très tôt, il est prisé des cyclistes et des parapentistes mais aussi pour son point stratégique. C'est de-là que bien des étoiles sont observées grâce à l'observatoire astronomique et des ondes envoyées par le grand émetteur rouge et blanc qui s'observe à très grande distance et qui est emblématique de cette montagne solitaire.

DSC04988

Nous ne l'avions encore jamais vu. Le pavot velu du Groenland (Papaver aurantiacum) est extrêmement rare, uniquement observable dans le sud de l'Europe au sommet du Ventoux où il abonde dans les éboulis rocheux. Relique de la flore locale, c'est un survivant de la période glacière, ayant trouvé refuge en altitude. La phylogénétique semble indiquer qu'il s'agît plutôt d'une sous-espèce du pavot des Alpes (Papaver alpinum).

DSC04910

Il se reconnaît à ses fleurs aux pétales jaune vif, tirant parfois sur le orange, couleur lui ayant valu son nom scientifique d'aurantiacum, qui signifie orangé. Son nom vernaculaire de velu désigne ses feuilles vert-gris poilues qui lui permettent de retenir l'humidité et se protéger du froid.

DSC04969

La pilosité de la plante a longtemps été retenue comme critère déterminant pour la désigner comme une espèce endémique, mais la variabilité entre les individus est un autre élément indiquant que ce statut n'est pas si légitime, la présence de poils ne se relevant pas discriminant dans sa détermination. Sur les sites de référence comme l'INPN, Inventaire National du Patrimoine Naturel, tenu par le MNHN, le Musée National d'Histoire Naturel, il a désormais le nom technique de Papaver alpinum var. aurantiacumn rejoignant ainsi le pavot des Alpes (Papaver alpinum) qui lui présente aussi bien des pétales blancs que jaunes.

DSC04907     DSC04933     DSC04935     DSC04962

C'est une espèce caractéristique de milieux précis, et entre dans la détermination de ceux-ci en particulier des "éboulis à Thlaspi rotundifolium", le tabouret à feuilles rondes que nous avons pu croiser ici et là quelques deux-trois plutôt au même endroit. Ce pavot est aussi caractéristique des "éboulis calcaires subalpins à alpins à éléments moyens des Alpes", un long terme utilisé dans les cahiers de détermination d'habitats.

DSC04824                DSC04966

La flore du mont Ventoux est assez incroyable. On y croise des centaines d'espèces végétales, dont pas moins d'une trentaine rares, souvent typiques du climat méditerranéen des montagnes des pays de l'est ou du grand nord, un avantage quand on veut s'exercer à la botanique sans partir à l'autre bout du monde. 

DSC05232

Une famille de mésanges charbonnières (Parus major) s'égosille dans les branches d'un pin à crochets (Pinus uncinata). C'est la mésange la plus commune d'Europe, qui à l'hiver est si présente dans les mangeoires des jardins. Bien qu'abondante et n'ayant pas de statut de menace, c'est une espèce protégée dont les effectifs commencent à chuter, comme celui de tant d'autres petits passereaux qui font partis de notre quotidien.

DSC05212                DSC05216

Un grand classique des milieux arborés, quelques qu'ils soient, le chardonneret élégant (Carduelis carduelis), qui n'a pas volé son nom avec son plumage éclatant. Son masque rouge, sa poitrine chamois, son croupion blanc, ses ailes jaunes et noires et sa queue sombre tachetée sont tout autant d'éléments qui permettent de l'identifier aisément. Granivore, son régime alimentaire se devine à son bec épais l'aidant à briser les graines.

DSC05114

Le départ de Sault approche, un dernier oiseau s'offre à nous, le majestueux circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus). Ce rapace se nourrie de reptiles, en particulier de serpents. Sa grande envergure, plus d'1,80 mètre pour certains individus, permet de le voir d'arriver de loin. Migrateur, il quitte la France dès septembre, ce qui explique les grands mouvements que l'on peut observer le long des axes migratoires connus et par les cols.

DSC05120     DSC05128     DSC05130     DSC05155

Passage par un dernier village. Sur les oliviers et les ormes, des dizaines de papillons sèches les ailes. Ces mêmes papillons qui nous ont accompagné tout au long de notre week-end. Il s'agit de la silène (Brintesia circe), une espèce faisant partie de celles qui ont un genre à elles seules. Il est typique des milieux herbacés, roches ne poacées (graminées) dont sa chenille se nourrie. Il ne produit qu'une seule génération par an.

DSC05262

Le voyage n'est pas fini. Un de notre objectif de l'année est de retourner voir les guêpiers d'Europe (Merops apiaster), des oiseaux très colorés que nous n'avions pu observer l'an dernier faute de matériel adapté. Pour se faire nous sommes dans le Colorado Provençal, un site aux premiers abords naturel mais complètement industriel, fruit de l'extractions des ocres du sol, connues sous le nom d'ocres de Rustre et où les oiseaux nichent dans les falaises à la roche tendre.

DSC05259

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas du Far West que le site tire son nom, bien que ressemblant, mais du provençal, Colorado étant un dérivé du mot couleur. En effet, depuis la route on peut admirer des strates variées, formant 24 nuances s'étallant du rouge au blanc, en passant par le jaune ou le vert, résultat de l'altération du fer, de l'aluminium, des silicates ou encore du manganèse contenus dans les argiles vieilles du Crétacé et formées il y a 110 millions d'années. Sur 30 hectares, un sentier permet aux visiteurs de découvrir cet héritage.

DSC05268     DSC05273     DSC05277     DSC05285

Les oiseaux sont au rendez-vous. L'instant est magique. Sur les branches d'un arbre mort, ils se posent comme des feuilles multicolores, faisant écho aux chapeaux de fées alentours. Parmi les guêpier, des juvéniles venant tout juste de sortir des terriers creusés par leurs parents. Ils réclamant leur pitance, mais les nourrissages sont peu nombreux, ceux-ci devant apprendre à se débrouiller seuls pour la migration s'annonçant imminente.

DSC05314

Nous partons. Vraiment ? Sur la route nous apercevons les falaises de Lioux. Demi-tour immédiat, dans l'espoir fou de voir un percnoptère (Neophron percnopterus) un petit vautour revenu depuis peu en France et extrêmement rare. Très bel oiseau qui doit le jaune de son bec aux excréments des carcasses dont il se nourrie. On repassera pour le glamour. Nous ne le verrons pas mais nous serrons gratifier d'une bataille violente entre deux couples de faucons crécerelles, du vol des martinets à ventre blanc et des hirondelles des rochers et d'une quarantaine de guêpiers. C'est sur ces belles images que nous quittons le sud de la France.

DSC05301                DSC05267