samedi 29 août 2020

Agriculture et biodiversité.

DSC03963Il y a un an de cela, nous étions dans les champs pour nous exercer au naturalisme. Bien souvent, quand on parle d'agriculture, on s'imagine des grands champs dénudés de vie. C'est une réalité, une partie du pays est cultivé en intensif, laissant peu de place aux animaux et aux plantes sauvages. Hélas, cette tendance est à la hausse.

Parlant un peu technique :

Cela ne va pas sans me rappeler mon passage en DDT aux aides agricoles européennes (PAC). On utilise le terme de SAU (Surface Agricole Utilisées/Utiles) pour parler de la nature des cultures d'un territoire. En France, les principales cultures sont les cultures céréalières et d'oléprotéagineux, puis la viticulture, suivie de l'élevage de bovins à lait. En 2020, ces trois branches représentaient à elles seules 150 400 000 moyennes et grandes exploitations. En tout et pour tout, 52 % du pays est utilisé à des fins agricoles (certains départements l'étant à plus de 82%, en particulier autours de la capitale).

DSC03956              DSC03944

Nous sommes à l'affût au pied d'un champ de blé couvert de bleuets sauvages (Centaurea cyanus). Avec un peu de chance, nous réussirons à trouver une aire de nidification de busards. Deux espèces de cette famille ont pris l'habitude de nicher dans les céréales, le busard cendré (Circus pygargus) et le busard Saint Martin (Circus cyaneus). Hélas, l'arrivée à terme des nichées se fait après la récolte. Pour limiter les dégâts, la LPO, ses salariés et ses bénévoles repèrent les nids aux jumelles et à la longue vue pour les protéger via divers dispositifs (grillages, zones de non fauche etc.), afin de permettre aux jeunes oiseaux de prendre leur envol.

DSC03946Ces cultures sont en agriculture raisonnées. Il n'y a pas photo, entre les épis, il y a une diversité incroyable de fleurs. Les bluets (Centaurea cyanus) appelés bleuets sauvages sont emblématique du retour de la nature dans les champs. Quasi disparus comme les coquelicots communs (Papaver rhoeas), ils reviennent peu à peu suite à des mesures de protection misent en place au niveau national.

DSC03958

Dans notre observation, nous trouvons bien d'autres espèces comme la coronille bigarrée (Securigera varia). Cette espèce eurasienne aux fleurs roses et blanches s'invite parfois en jardinerie. Présente aussi dans les prés de fauche, elle résiste bien à la chaleur et fait le plaisir des abeilles. C'est de juillet à août que l'on peut voir sa belle floraison qui s'invite parfois sur les tallus. De la famille des Fabacées, elle a la capacité comme la luzerne de fixer l'azote de l'air dans le sol, permettant ainsi de limiter l'appauvrissement de sols. Importée en Amérique du Nord, elle s'y montre invasive en concurençant les plantes indigènes des prairies (c'est à dire natives des Etats Unis et du Canada).

DSC03938              DSC03950

Continuons notre exploration de la biodiversité des champs. L'ail des vignes (Allium vineale) commence à fleurir. Parfumé, il présente des clochettes roses et violines naissantes. Les bulbiles se dressent au sommet de la tige, à 30-80 centimètres au-dessus du sol. Présent presque partout en France, on peut tout aussi bien le trouver sur les sols sablonneux et laissés à l'abandon. On consommera de préférence les jeunes feuilles et tiges crues.

DSC03922Le lièvre d'Europe (Lepus europaeus) pointe le bout noir de ses oreilles. Les champs ont été fauchés, lui laissant peu de place pour se cacher. D'ordinaire il préfère sortir en début de matinée ou en soirée afin de profiter de la fraîcheur mais aussi, pour éviter les prédateurs. Néanmoins peu d'animaux osent se frotter à un lièvre adulte, celui-ci faisant preuve d'une force étonnante pour son cabarit, même chez les jeunes adultes.

DSC03975              DSC03980

D'autres animaux tout aussi discrets sont aussi là. C'est le cas des grandes sauterelles vertes (Tettigonia viridissima) qui bien que vivaces n'ont pas, pour certaines d'entre elles, réussi à éviter les prédateurs. Faucon hobereau, chevêche d'Athena, faucon crécerelle, buse variable ou encore pie grièche écorcheur, les dangers sont nombreux. Omnivore, elles peuvent se montrer elles aussi bonnes prédatrices auprès des insectes plus petits.

DSC03985Retour sur la botanique avec un peu d'identification végétale. Nous voilà face à un parterre de trèfles des champs (Trifolium arvense), reconnaissable à sa tête composée de calices blancs et rouges lui donnant un aspect plumeux ce qui lui vaut le drôle de surnom de pied-de-lièvre.

DSC03984

Il aime se développe dans les pelouses caillouteuses et au pied des éboullis, sur les sols secs et sablonneux ce qui est le cas ici. En effet nous ne sommes plus dans les champs de céréales mais dans des pelouses paturées. Notre mission : inventorier les espèces végétales présentes pour identifier les milieux et proposer des mesures de gestion adaptées à ceux-ci en accords avec les pratiques des agriculteurs. Présent dans toute l'Europe, aussi bien en montagne qu'en plaine, il joue un rôle similaire à celui de la coronille bigarée en fixant l'azote dans le sol. C'est aussi une excellente plante fourragère malgrès sa petite taille.

DSC03996              DSC03997

Ce trèfle c'est aussi naturalisé en Amérique du Nord sans pour autant poser soucis, du moins pour le moment. Pour la floraison, on peut sans mal voir les fleurs entre mai à septembre. Défleuri, on le reconnaît à ses feuilles pétiolées au niveau du collet et sessiles au sommet de la tige. Elles sont divisées en foliolles alongées dont les bords sont ciliés et faiblement dentés. Malgrés ces éléments, il reste sans fleur difficile à identifier.

DSC03951Voilà un beau pied de millepertuis perfolié (Hypericum perforatum). Bien souvent son identification est érronée, la présence de pertuis (souvent confondus avec des trous) sur les feuilles ne permettant pas à eux seuls d'identifier l'espèce. C'est une plante médicinale dont l'usage doit être fait avec beaucoup de précotion. L'usage interne ne doit être prescrit que par un professionel de la santé, le millepertuis pouvant provoquer des effets secondaires et/ou altérer l'effet de certains traitements pour la dépression ou le bon fonctionnement de contraceptifs (comme la pillule). En usgae externe, on prendra bien soin de ne jamais exposer sa peau après avoir passé sur celle-ci une lotion de fleurs de millepertuis, au risque de voir apparaître des brûlures.

DSC03976Non loin de là pousse une grimpante que j'adore dessiner, la bryone dioïque (Bryonia dioica). C'est une des seules représentantes sauvages des curcubitacées en Europe, ce qui en fait la cousine des melons et des courges bien qu'elle ne produise que des baies toxiques rouges-orangées.

DSC03977

Appelée aussi navet du Diable ou couleuvrée en raison de sa racine à forme humaine, elle fût utilisée dans le passée comme purgatif bien que toxique. Riche en amidon, elle fût en période de famine consommée après avoir été longuement bouillie, entrainant des drames dans de nombreuses familles. Malgré son surnom, elle était associée à la magie blanche et avait pour réputation d'aider à tenir l'alcool. Cependant elle se relève bien innéficace contre l'ivresse au grand dam de certains. Dioïque, les fleurs mâles et les fleurs femelles ne se trouvent pas sur les mêmes pieds, chose peut courante dans le monde végétal. Ici il s'agit d'un pied mâle, les étamines pleines de pollen étant visibles. Les fleurs femelles ont trois pistils verts.

DSC03983              DSC04001

Qui dit fleurs, dit papillons. Avec l'abondante diversitée d'espèces végétales dans les pâtures gérées de manière raisonnée, ils trouvent à loisir de quoi se nourrir. À gauche il s'agit d'un demi-deuil (Melanargia galathea), reconnaissable à son damier noir et blanc sur les ailes. Présent un peu partout, il apprécie tout particulièement les fleurs de centaurées. À droite, un tabac d'Espagne (Argynnis paphia) posé sur le doigt de mon bien-aimé. Ce papillon s'identifie par sa grande taille, ses ailes brunes et le reflet vert du revert de celles-ci. Il aime les clairières et les lisières de forêt où il butine les cirses, les ronciers et les chanvrines eupatoires (Eupatorium cannabinum).

DSC03947              DSC03992

Les cultures, c'est là aussi où je travaille comme éducatrice à l'environnement. Que se soit sur le plateau des Grandes Terres ou dans le Beaujolais, c'est toujours le même émerveillement. Les buses volent haut dans le ciel, poussées par les thermiques, les crécerelles sont en chasse à n'importe quelle heure de la journée et les milans poussent leurs cris si reconnaissables. Pour les plus patients, c'est à la tombée de la nuit les chevreuils et les renards montrent le bout de leur museau. C'est cette diversité que j'aime faire découvrir à travers mon métier.

DSC03971Ces milieux me permettent par exemple d'expliquer la différence entre sauterelles et criquets au public, et pourquoi ces animaux appartiennet à la famille des Orthoptères. Chez les criquets, on retiendra que les antennes sont plus courtes que le corps et que le régime alimentaire est végétarien.

DSC03987

Du côté des sauterelles, on notera la présence de fines antennes plus longues que le corps. Le régime alimentaire est omnivore, généralement très tourné vers la consommation d'autres invertébrés. La famille des Orthoptères comprend 220 espèces en France, un nombre limité qui permet de se mettre en douceur à l'entomologie (étude des insectes). La détermination peut passer par l'observation, la capture, parfois la disection mais aussi par l'écoute des chants, de la même manière que ce que l'on peut faire avec les oiseaux. Celle-ci se fait à l'oreille mais aussi à travers une batterie d'outils tels que des micros et des logiciels d'analyses, certains chants (appelés stridulations) n'étant pas perceptibles pour l'Homme.

DSC03990Une guêpe attiré par notre en-cas sucré ? Du tout mais un syrphe, une mouche innofensive de la famille des Syrphidae qui prend les mêmes couleurs que les guêpes et les frelons pour duper leurs prédateurs. Néanmoins, bien nombreux sont les osieaux à ne pas se laisser piéger. Les martinets noirs (Apus apus) sont, par exemple, capables de distinguer à 180 km/h s'il s'agit d'un syrphe ou d'un insecte équipé d'un dard venimeux.

Nos aventures agricoles s'arrêtent là pour aujourd'hui. Installés depuis peu dans le sud lyonnais, nous avons tout le loisir de découvrir la grande diversité des animaux et des plantes sauvages qui s'épanouissent dans les cultures. D'ailleurs, sur la sortie 14 de la rubrique Sorties en Campagne publiée il y quelques jours, vous pouvez retrouver nos premières sorties dans les vergers et notre rencontre avec les jeunes pics verts à l'envol.

DSC03932              DSC03999


samedi 22 août 2020

Interlude : le Vallon de l'Yzeron.

DSCN4483La saison d'animation a été bien étrange. Elle n'a ni véritablement commencé, ni véritablement fini. Hormis quelques animations avec le grand public après le confinement, mon travail a été avant tout un travail de bureau. Pendant ce temps, le vallon de l'Yzeron est resté bien vide, la myriade d'écoliers habitués à l'arpenter à travers les animations nature du territoire étant restés confinés chez eux. L'herbe a poussé, les oiseaux ont pu faire leur nid sans mal. Rien mieux pour faire avec mes collègues, la commune et la communauté de commune l'état des lieux, les écoles étant fermées. Un sentier d'inteprétation permet de découvrir cet Espace Naturel Sensible (ENS). Entre clairière, forêt et rivière, la biodiversité riche et variée permet de s'initier en douceur à l'observation animale. Pour les aventuries, il est possible de demander aux mairies de se territoire un sac de jeux interragissant avec les éléments du vallon pour encore mieux découvrir le site. De quoi occuper toute la famille pour la fin de l'été.

DSCN4472              DSCN4474

Le sentier commence par une invitation au voyage. Pierres et sentiers se parent de mots doux. Nous sommes là pour vérifier si le temps et les intenpéries ne les ont pas trop abîmé, et si oui, lesquels manquent pour pouvoir revenir dans l'été les tracer au pochoir et au pinceau. Il serait dommage que les promeneurs cherchant le trésor de la rivière ne trouvent pas les indices permettant de les mener à leur but.

DSCN4482

DSCN4477     DSCN4478     DSCN4479     DSCN4481

Des indélicats ont brisé bon nombre de galets et on même tordu le rail qui permet d'écrire des phrases avec. D'autre ont vu leurs mots s'effacer par frottement ou noircis par les flammes des feux dont ils ont délimité le foyer. Notre travail sur place : inventorier les galets abîmés à partir d'une liste, vérifier que la phrase indice est toujours présente et estimer le temps nécessaire pour réécrir toutes les indications manquantes.

DSCN4484              DSCN4486

Au bout du périple, une mare aménagée attend les visiteurs. Les brarrières de bois seront sous peu retirées. Installées pour laisser le temps à la flore de s'installer en la protégeant du piétinement, elles semblent avoir remplis leur mission. Grenouilles, libellules et limnées (des escargots aquatiques) semblent y avoir élu domicile bien que le niveau d'eau soit inquiétement bas, comme bien dans d'autres zones humides du secteur.

DSCN4489Pour preuve du foisonnement de vie du secteur, un héron cendré (Ardea cinerea) passe au dessus de nos têtes. Nous nous arrêtons un instant pour le contempler. Peut être que la mare fait partie de son territoire de chasse, à moins qu'il ne soit question pour lui de traquer les écrevisses américaines et les petits poissons qui trouvent refuges dans les nappes bras morts et frais de la rivière Yzeron. Pour s'en assurer, il faudra revenir en affût.

Les animaux sauvages sont nombreux à vivre ici : salamandres tâcheté (Salamandra salamandra), bondrée apivore (Pernis apivorus) ou pic épeiche (Dendrocopos major), il n'est pas difficile de faire de belles observation et le sentier est là pour nous le rappeler. L'automne sera pour nous l'occasion d'y retourner pour ramasser quelques champignons qui dans se type de boisement s'annoncent être abondant, une belle siason en vue.

DSCN4476              DSCN4480

vendredi 14 août 2020

Sortie en campagne 14 : un nouvel air.

DSCN4501              DSCN4496

À gauche, la vue de notre fenêtre avant, à droite, la vue de notre fenêtre maintenant, et bien qu'elle reste très urbaine, elle nous ravie par le passage des nombreux milans noirs (Milvus migrans) qui se font de plus en plus rares dans le ciel, la migration de l'espèce ayant débuté à la mi-juillet. Bientôt les cigognes blanches (Ciconia ciconia) puis les grues cendrées (Grus grus) prendront le même chemin. Leur vol nocturne sera plus discret.

DSCN4724Nous aimons les zones humides, mais nous avons avant tout exploré les champs et les vergers, des milieux regorgeant d'une faune à laquelle je suis peu familière et pour cause. Dans le cadre de mes loisirs, je suis toujours au bord de l'eau ou dans les forêts et dans celui de mon métier, c'est exactement la même chose. Autant dire que pour moi les soirées passées en bordure des cultures céréalières à guetter les chouettes et les lièvres ont été un véritable régale. Il n'en ai pas de même pour mon bien-aimé qui a fait de l'arboriculture son travail et qui connaît bien ces milieux sur lesquels il travail. Pourtant, reste toujours aussi émerveillé par le moindre moineau ou merle qui se présente à lui parmi les branches des pommiers et des pêchers. En cette période de chaleur, où bien d'autres choses de la vie se sont ajoutées, je n'ai pas toujours loisir à explorer ce nouveau chez moi. Qu'importe, j'ai pu longuement en profiter en juin et d'ici quelques semaines je compte bien retourner me promener aux prés.

DSCN4590              DSCN4741

Voilà un oiseau dont je n'ai jamais fait la présentation sur le blog. La fauvette grisette (Sylvia communis) est un oiseau typique des champs et vergers. Je prends plaisir à la découvrir. Tête grise, ailes rousses et ventre blanc, on ne peut se tromper. Sans chant peut par moment ressembler à celui de se cousine la fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), mais il est beaucoup plus monotone. Les mâles chantent souvent au sommet des buissons.

DSCN4673Un classique des prairies à graminées, le chardonneret élégant (Carduelis carduelis) qui porte si bien son nom. Exclusivement granivore, il ne peut se nourrir que de graines, à l'exception des oisillons qui pour se développer rapidement ont besoins d'invertébrés, un source de nourriture riche en protéines. Braconnés pour être mis en cage comme animaux de compagnie, ils sont piégés à la glu comme à Poissy (78) l'an denier ou par appelé en juin de cette année an Occitanie. Pour rappel en 10 ans l'espèce à diminue de 25 à 40 % selon les départements.

DSCN4698              DSCN4740

En voilà une que l'on ne présente plus et qui, pourtant pas simple à saisir. La buse variable (Buteo buteo) est un oiseau ubisquiste (multi-tâches) qui s'adapte à un grand nombre de milieux. Dans les verges, elle va surtout prédater les petits mammifères comme les mulots et les campagnols. Plus rarement, elle peut prélever quelques passereaux de la dimension d'une mésange ou d'un moineau, en particulier des juvéniles prenant leur envol.

DSCN4738Depuis les champs, nous avons vu sur Fourvière et sa basilique. Presque chaque jour, j'emprunte le long tunnel qui passe juste en dessous du monument et d'un sacré paquet de quartiers. Gaz d'échappement, bouchons et klaxonnes, c'est souvent un vrai périple pour rejoindre mon bureau et les lieux d'animations qui se trouvent au-delà de la colline.

DSCN4733

Cela fait du bien de s'éloigner de Lyon et sa banlieue. Nous respirons un autre air. Nous en restons néanmoins proches, et les jours où la circulation est calme il ne nous faut à peine plus de 25 minutes pour atteindre le centre ville, mais cela reste rare et pour le moment, nous n'avons pu que peu expériementer les aller-retours ville-campagne.

DSCN4596     DSCN4669     DSCN4692     DSCN4593

DSCN4730Le soleil se couche sur les Mont du Lyonnais. De l'autre côté de cultures, depuis notre fenêtre, nous avons vue sur le sommet du Pilat qui se plonge dans l'obscurité. 15 minutes de marche et nous pouvons tremper les pieds dans le Vieux Rhône. Le rêve pour nous qui aimons l'eau et la montagne. Il se pourrait d'ailleurs que d'ici quelques temps une expédition "pêche à l'écrevisse rouge" se monte sur une des rives du fleuve. À voir.

DSCN4634              DSCN4636

Surprise ! Voici un insecte que je n'avais vu qu'une fois dans ma vie, il y a de cela 3 ans. Il s'agit du rhinocéros européen (Oryctes nasicornis), un magnifique scarabée et l'un des plus gros du genre. Le mâle se reconnaît à la corne qui orne sa tête et dont l'espèce tire son nom. Rare, nous avons eu la bonne chance lors d'une balade nocturne en juin d'en voir voler au-dessus de nos têtes et même un venir se poser à nos pieds. Sa larve est semblable à celle du hanneton. Se nourrissant de bois mort, elle reste sous cette forme pendant 2 à 4 ans.

DSCN4622La mare réalisée à l'automne 2019 est à sec. C'est une écologie normale pour ce type de milieux qui le plus souvent se veut temporaire. Néanmoins la sécheresse de cette année n'a fait qu'accroître le phénomène, ne permettant ainsi plus aux animaux aquatiques (escargots, araignées, grenouilles, éphémères, insectes etc.) de se développer normalement. À la date du 7 août, 72 départements sont en restriction sécheresse. La Creuse et la Haute Vienne sont en crise intégrale, c'est à dire que le prélèvement d'eau ne peut se faire pour des aspects prioritaires : santé, sanitaire, consommation et sécurité civile. Même les exploitants ne sont plus considérés comme prioritaires. Dans le Rhône, l'alerte est dite renforcée localisée. En somme, réduction sous conditions des usages des ressources en eau par les exploitants et interdiction d'usage de l'eau à certains horaires. Au moment où j'écris ces lignes, un reclassement en crise localisée est envisagé.

DSCN4658              DSCN4790

Dans les pommiers les jeunes grives font leurs premiers vols. À cette période de l'année on peut rencontrer deux espèces, la grive draine (Turdus viscivorus) et la grive musicienne (Turdus philomelos). Très similaires, on les distingue par leur paterne de tâches sur le ventre qui sont plus grandes et variées chez la grive draine. Néanmoins le chant reste le meilleur moyen de savoir à laquelel des deux on a à faire.

DSCN4695En voilà un que l'on entend plus souvent qu'on ne le voit. Le rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) est connu pour son chant poétique, fort et inimitable. Succession de strophes rapides et de complaintes tristes, je l'ai véritablement découvert l'été 2019 lors des prospections nocturnes à la recherche des tritons crêtés (Triturus cristatus) et des chouettes et des hiboux de la campagne des Monts du Lyonnais et des Grandes Terres.

DSCN4554Dans les fourrés où se cachent les animaux, les plantes grimpantes prennent leurs aises pour atteindre la lumière. Parmi celles-ci la vesce de Cravovie (Vicia cracca), dont lesj eunes gousses peuvent se manger comme des manges-tout cuits à l'eau ou en cuisson vapeur.

DSCN4553

Jointe à celle-ci, la bryone dioïque (Bryonia dioica), qui dans nos campagnes à la même réputation que la mandragore (Mandragora officinarum) que l'on trouve dans le sud et qui n'est pas qu'une plante appartenant au bestiaire fantastique d'Harry Potter. La bryone est une plante toxique dont la racine ressemble à un corps, formant une grosse tête et quatre membres. De nombreuses légendes l'associant aux sorcières et aux maléfices en ont fait une plante populaire dans la mythologique fantastique lui valant le surnom de navet du Diable ou rave de serpent. À l'automne les lianes grimpantes perdent leurs feuilles et offrent de très belles rouges qui ornent les bosquets et font le plaisir des oiseaux.

DSCN4647              DSCN4653

Dans les vergers, c'est de la folie. Les pics verts (Picus viridis) sont de sortie avec leurs nichées. Deux, peut être même trois couples ont élu domicile ici. C'est un vrai régale de faire de rapides affûts pour les observer ou juste de les voir décoller d'entre les rangées de fruitiers. Le pic vert se nourrie essentiellement au sol dans l'herbe, où avec sa longue langue gluante il va capturer les fourmis dissimulées dans leurs galeries.

DSCN4806Sortie nocturne. C'est le moment pour les carabes (Carabidae) de sortir. Il est bien difficile de les identifier et parmi la cinquantaine d'espèces présentes en France, très peuvent l'être sans dissection. Reconnaissables à leurs reflets métalliques et à leurs mandibules puissantes, se sont des prédateurs partant en chasse dès que le soleil disparaît. Bioindicateurs, les carabes permettent de connaître la bonne santé d'un milieu ou d'une culture.

DSCN4752              DSCN4564

J'adore les lièvres bruns (Lepus europaeus). Dès qu'ils se sentent observés, ils se plaquent au sol puis déguerpissent à toute allure. Hauts sur pattes, avec de longues oreilles aux bouts noires et de grands yeux, ils ont tout ce qu'il faut pour attirer la sympathie. Ces quelques éléments permettent de le dissocier des lapins de garennes (Oryctolagus cuniculus), plus petits et moins communs dans parcelles arboricoles.

DSCN4714Notre lièvre est aussi appelé lièvre d'Europe bien qu'il soit présent à l'ouest de l'Asie. En montagne on trouve son cousin le lièvre variable (Lepus timidus) aux oreilles plus petites et au pelage marron l'été et blanc l'hiver, ce qui lui permet ainsi de ce dissimuler des prédateurs. Pour en revenir au lièvre brun, c'est avant tout au printemps qu'on le croise le plus souvent, quand les mâles s'affrontent pour une belle. On nomme cela le bouquinage.

DSCN4795Si l'été il affectionne les herbes, il se tourne peut à peu à l'arrivée de la fin de l'automne vers les graminées, les bourgeons et les écorces ce qui peut créer des dégâts dans les vergers, notamment en stoppant l'arrivée de sève dans les rameaux quand le collet (base de l'arbre) est rongé.

DSCN4778     DSCN4801

Bien que de  taille modérée (4 kg pour un adulte), il peut vivre une dizaine d'année. Donnant naissance en moyenne à 13 petits au bout de 3 à 4 mois et produisant 5 portées par an (sur une période de 6 mois), la hase, la femelle du lièvre, est une super reproductrice. Néanmoins le taux de mortalité reste élevé pour les jeunes, les épidémies étant leur principale cause de mortalité, suivie les oiseaux de proies, les canidés et certains félidés comme le lynx en faisant aisément leur repas. Néanmoins dans le sud du Rhône les prédateurs sont quasi-absent, expliquant son fort développement accru part l'uniformisation des paysages agricoles qui lui sont favorables, chose rare. Dans la plupart des territoires il est en régression ou en stabilisation d'effectif après une forte chute dans les années 90. Les maladies importées, la disparition de certains types d'habitats comme les prairies humides, la chasse non réglementée et les collisions en sont les principaux facteurs.

DSCN4576              DSCN4570

Dans les rangs de petits fruits (framboises, myrtilles etc.) une faisane de Colchide (Phasianus colchicus) est venue couvée. Bonne pioche pour elle, la voila l'heureuse mère d'une dizaine de poussins. Il est rare de voir les faisans parvenir à se reproduire, néanmoins la nom fauche en raison du confinement et la quasi-éradication des renards roux (Vulpes vulpes) pourrait expliquer la reproduction de cet oiseau normalement absent en Europe.

DSCN4571     DSCN4575     DSCN4582     DSCN4583

En effet, le faisan de Colchide est originaire d'Asie et ne se rencontre pas en France. Néanmoins, il y est introduit depuis des siècles pour la chasse de loisir. Son impact n'est pas négligeable su la faune locale, en particulier sur les reptiles. J'ai toujours beaucoup de mal avec ce type de chasse, en particulier quand elle implique de tirer tout les carnivores d'un territoire pour être sûr qu'ils ne tirent pas profit eux aussi des lâchers de gibier.

DSCN4641Non loin des cerisiers, dans la forêt qui entoure le fort, une famille de geais des chênes (Garrulus glandarius) glane les fruits au sol. L'oiseau porte bien son nom, ayant fait des glands l'essentiel de son alimentation. Cependant il possède un régime alimentaire plus diversifié avec au menu des fruits et des baies, des insectes, des noix et des noisettes et même de petits animaux comme des oisillons même si cela reste relativement rare.

DSCN4586              DSCN4605

Voilà notre petit chouchou de l'été, le tarier pâtre (Saxicola rubicola). Le mâle se reconnaît facilement à sa tête noire, à son poitraille rose pâle et à son collier blanc. Petit, il se dissimule dans les bosquets mais se plaît à se poser au sommet des arbustes et des ronciers pour faire entendre sa voix. Outre le fait d'attirer les femelles, celle-ci lui sert avant tout à défendre son territoire face aux autres mâles envieux de ses possessions.

DSCN4627Se mettre sur un perchoir fait également partie de sa technique de chasse. C'est une espèce qui se nourrie d'arthropodes variés, en particulier d'insectes, de papillons et d'araignées qu'il saisie après les avoir guetté. Les petites sont nourris de papillons, de larves et de chenilles que leurs parents écrasent dans leurs becs avant de leur donner ou en les frappant contre une pierre pour enlever les poils et les parties dures difficile à leur digestion.

DSCN4659Pour protéger les fruits de la grêle et des intempéries violents, des filets sont installés en dessus des abricotiers, cerisiers, pommiers, pêchers et poiriers, qui ce ne sont là que quelqu'uns des fruitiers présents autour de nous.

DSCN4547

C'est là que mon bien-aimé passe une majeure partie de son temps. Éclaircir les fruits, défeuiller, tondre, traiter, récolte et conditionner, les tâches ne manquent pas. Avec la transformation du commerce, ces plantations vieilles pour certaines de 50 ans, ont dû être modifiées pour répondre aux attentes de la distribution. Voilà les pommiers arrachés pour que des plans plus productifs soient installés. Adieu les carrés de poiriers aux variétés rustiques, places aux Williams. Bref, la diversité n'est pas que celle des espèces sauvages, c'est celle aussi des vergers. Hélas notre système économique ne permet pas de la maintenir au mieux, faute de rentabilité.

DSCN4543     DSCN4579     DSCN4580     DSCN4581

J'adore les cultures de petits fruits. Celles-ci sont grillagées et pour cause, il est fréquent que des promeneurs irrespectueux viennent y faire leur marché. C'est l'occasion d'y observer de nombreuses espèces, comme le bruant zizi (Emberiza cirlus), un joli oiseau jaune qui aime venir y chanter. Les lièvres, les faisans et les chats domestiques ensauvagés y trouvent également refuge parmi les grandes herbes et les bosquets ombragés.

DSCN4760              DSCN4764

Les jeunes orites à longue queue (Aegithalos caudatus) ont pris leur envole et on rejoint avec leur parent leur groupe. Plus d'une trentaine d'individus s'aventures et piaillent dans les jardins des pavillons se trouvant à quelques pas des cultures. Appelées il y a encore peu mésanges à longue queue, elles ont été exclues de ce groupe taxonomique à la suite des études génétiques. Néanmoins ce nom est maintenu dans le langage courant.

DSCN4776En voilà une que je n'ai jamais vu ou du moins très peu en Isère. Il s'agit de la perdrix rouge (Alectoris rufa), sûrement le fruit d'un lâcher. Je trouve cet oiseau adorable bien qu'un peu ridicule quand il se déplace et qu'il ne se sent pas menacé. En régression voire disparue sur certaines aires de son territoire, les croisements génétiques lors d'introductions d'individus pour le tir ont également contribué à l'apauvrissement de l'espèce.

DSCN4541              DSCN4619

DSCN4609     DSCN4613     DSCN4616     DSCN4618

Un autre grand classique des zones agricoles, le faucon crécerelle (Falco tinnunculus). Ce petit rapace est connu pour son vol en Saint Esprit qui lui permet depuis les airs de repérer les rongeurs et les passereaux dont il aime se nourrir. Pour autant, il ne dédaigne pas les gros insectes qu'il attrape en vol. Pour la nidification, on le trouvera de préférence dans les cavités de bâtiments et parfois dans les troncs creux.

DSCN4736Les jeunes, malhabiles, terminent souvent leur vol dans le sommet des arbres depuis lesquels ils appellent leurs parents. Nous revivons les scènes que nous avons pu vivre depuis notre appartement à Oullins. Là confusion est possible avec le faucon hobereau (Falco subbuteo) qui niche ici aussi et au vol similaire mais préférant consommer de gros insectes même s'il peut attraper occasionnellement des oiseaux ou des chauves-souris.

DSCN4784Les derniers milans noirs (Milvus migrans) prennent la direction de l'Afrique. C'est un long périple qui les attend, et il ne seront de retour qu'au printemps prochain. On le reconnaît facilement à sa queue fourchue. Silhouette sombre, on s'apperçoit en s'approchant d'un peu plus près qu'il est bien plus colorée avec une tête grisée - sans pour autant égaler avec le milan royal (Milvus milvus) qui est un peu plus grand. Dans le Rhône nous avons la chance d'avoir le deuxième plus grand site de France pour la reproduction du milan noir avec environs 55 couples nicheurs. De quoi assurer un bal constant au-dessus de nos têtes, les oiseaux cherchant continuellement leur nourriture. Charognard, il se nourrie essentiellement de poissons mort qu'il trouve le long des berges et de petits rongeurs qu'il trouve dans les restes de fauche. Dans certains cas, il peut même s'exercer à la chasse, bien souvent sur des animaux affaiblis (oiseaux, chauves-souris, rongeurs), ce que ne fait jamais son cousin le milan royal.

DSCN4534     DSCN4624     DSCN4644     DSCN4661

L'été est bien installé. Les orages de chaleur nous donnent de jolis arc en ciel, les blés dorés sont prêts pour la fauche et les couchés de soleil colorent le ciel d'ôcre. Cela ne va pas sans la raréfaction des animaux. La plupart passent la journée au frais sans se montrer et certains comme les martinets noirs (Apus apus) ont entamé leur migration. J'ai désormais hâte à ce que l'automne arrive, avec son lot de feuilles mortes et de champignons.

Voilà un court récit sur notre nouvel environnement, et si pour l'heure je ne peux pas pleinement l'explorer, je ne doute pas que d'ici quelques temps je pourrai découvrir toute la magie et les nombreux secrets. Pour l'heure la nuit commence à tomber, et il est grand temps de rentrer par les rues désertes du village.

DSCN4595              DSCN4719

samedi 8 août 2020

Grands changements : adieu Oullins.

DSCN3777Des canards et des pigeons à profusion dans le lit bétonné de l'Yzeron. Cette image, vous ne la verrez désormais plus sur le blog et pour cause, nous déménageons enfin ! Adieu le voisinage détraqué, les fuites du toit, les moisissures sur les murs, les incivilités, les pots d'échappements, la musique à point d'heures et les odeurs de friture. Nous partons à une dizaine de kilomètres de là, plus au sud du département. Nous avons enfin franchie le pas et bien que la présence de la rivière sous nos fenêtres nous manquera un peu, la proximité du Rhône, de ses rives et de sa ripisylve remplacera sans peine le souvenir de l'Yzeron et de sa riche biodiversité bien que nous nous trouvions en coeur de ville. Nous voilà dans une ville de plus faible importance, en coeur de village face à l'église, entre le fleuve et les vergers où Thomas aime travailler. De quoi trouver tout le repos dont j'ai besoin mais aussi s'initier à la découverte de nouvelles espèces. C'est un vaste programme qui nous attend.

DSCN4443              DSCN4444

Les jeunes corneilles noires (Corvus corone) ont quitté le nid. S'exerçant au vol sur les plus hautes branches des platanes, elles attendent leurs parents leur apportant le précieux ravitaillement pour les sustenter. Pendant le confinement nous avons pu observer les adultes attraper des poissons pour nourrir leur progéniture. peut être que le même comportement se retrouvera chez cette nouvelle génération

DSCN3836

DSCN3593     DSCN3832     DSCN3590     DSCN4270

Les derniers jours de vie oullinoise, une aigrette garzette (Egretta garzetta) est venue chasser les petites poissons. La jolie coloration bleue et rose sur la peau à la base du bec et les pattes bien coloré indique qu'il s'agit d'un individu apte à la reproduction et ayant entame sa nidification. La différence entre les pattes et des tâches colorées laissent penser qu'il peut s'agir de deux adultes différents sans qu'ils ne soient nécessairement liés.

DSCN3581              DSCN3585

Les jeunes faucons crécerelles (Falco tinnunculus) s'essayent eux aussi au vol. Un frère et une soeur, issus de la nichée couple qui a élu domicile dans le parc tout proche, ont trouvé refuge sur le sommet de la grande barre de logement qui nous fait face. Les nombreuses fientes attestent qu'il s'agit là d'un perchoir régulier, en atteste les nombreuses observations que nous avons pu faire ces 4 dernières années.

DSCN3550Surprise dans le ciel, un vol de 14 hirondelles de fenêtres (Delichon urbicum) affronte les gouttes qui commencent à tomber à gros flots. Déjà l'an dernier nous avions pu observer un pareil spectacle au dessus de la rivière. Nous étions partis à la recherche des nids sans pouvoir mettre la main dessus. Espèce anthropophile, cette hirondelle aime faire son nid fait de boue et de salive sous les toitures des maisons.

DSCN3545     DSCN3548     DSCN3554     DSCN3555

Attirées par les nuées d'insectes, les hirondelles volent à toute allure. Les nids ne doivent pas être loin. En effet, les petits sont nourris toutes les 20 secondes en moyenne, ce qui induit que les adultes se nourrissant ne se trouvent guère loin de leur colonie. Il faudra attendre l'an prochain pour en avoir le coeur net. En attendant elles ont pris place sur le mur du nouvelle appartement à travers un grand poster estampillé, bien sûr, LPO.

DSCN3948

Il nous aura pas fallut plus de 12 jours pour décider de partir, trouver un nouvel appartement, le visiter et nous y installer. De notre fenêtre nous avons une superbe vue sur le Mont Blanc les jours de grand beau, de même pour les cheminées de la raffinerie qui se trouve aux pieds de la colline sur laquelle se trouve notre nouvelle commune d'adoption. Comme toujours, il n'est pas possible de tout avoir, du moins pas encore.

DSCN3850     DSCN3862     DSCN3868     DSCN3874

DSCN3896

Adieu aussi les nombreux poissons de la rivière Yzeron : le ballet des carpes venant en grand banc pour frayer, les vandoises, les perches, les brèmes et les silures qui font le bonheur des pêcheurs du dimanche qui viennent chercher là des leurres mais aussi faire de belles prises, et si parfois certains sont peu regardant sur les déchets en laissant abandonnant les fils de pêche, d'autres n'hésites pas à nettoyer les berges de la multitude de déchets.

DSCN4261               DSCN4272

Et puis il y a leurs promeneurs et leurs chiens non tenus en laisses. Ces derniers mois nous avons pu découvrir une carcasse de canne dévorée, un cygne à l'aile cassée suite à de nombreuses morsures, des canetons mâchonnées ou morts car abandonnés par leur mère apeurées. De notre fenêtre, ces comportements nous ont rendu bien souvent fou de rage et bien que signalé, les pouvoirs publics ont peu de moyens pour intervenir.

DSCN3562     DSCN3563     DSCN3564     DSCN3583

DSCN3925

DSCN3927     DSCN3931     DSCN3935      DSCN3939

Cependant, nous voyons des choses bien plus joyeuses. Chaque année un ou deux couples de cygnes tuberculés (Cygnus olor) viennent avec leur progéniture cherchent quelques brins d'herbes et d'algues. Tout fraîchement éclos et vulnérables, ils utilisent le plus possible le dos de leur mère pour les longs trajets. Grandissant rapidement, bien vite les parents ne peuvent plus prendre qu'un ou deux rejetons entre leurs ailes.

DSCN3978              DSCN3962

Voilà, rien de fou dans cet article, juste une des grosses infos du blog pour l'année 2020. Désormais les tariers pâtres (Saxicola rubicola) et les bruants zizi (Emberiza cirlus) nous accompagnent dans toutes nos ballades campagnardes. Les lièvres, les chevêches d'Athéna, les grands rhinocéros (un magnifique scarabée au nom évoquant ses cornes) et les pics verts font partis de notre paysage et j'ai hâte de vous montrer à quoi il ressemble.

Cela ne fait que quelques semaines que nous vivons là et pourtant, j'ai l'impression d'y être depuis des mois si ce n'est des années. La campagne et les verges y sont fabuleux et regorgent de vie, le salon de thé, les artisans locaux, la place et les vieilles pierres nous donnent la véritable impression d'être en coeur de village malgré les 8000 habitants. Nos fenêtres font face au couloir de migration et en 10 minutes à pied nous pouvons nous tremper dans le vieux Rhône. Il ne nous faut rien de plus pour être heureux dans ces instants.

DSCN3967     DSCN3977     DSCN4267     DSCN4461