dimanche 27 octobre 2013

Les bienfaits des champignons.

Aujourd'hui je suis tombées sur un article dans Femina (à chacun son pêché) intitulé "Champignons, ils ont tout bon". Ravie des informations relatées dans celui-ci, je tenais à vous les partager. Néanmoins, je me permets d'ajouter quelques indications (parfois précieuses) et qui, en partie, nous rappel que les champignons sont souvent bons pour la santé si on prend les précautions nécessaires.

Avant de vous présenter quelques uns de ces délices des bois, il est bon de rappeler ces quelques points:

SAM_5791

- ne jamais consommer des champignons inconnus, dont on doute sur la comestibilité ou que l'on connait peut avant de les avoir présenté à un expert en la matière.

- ne pas consommer plus de 2 ou 3 fois des champignons dans la semaine et pas plus de 200 à 250 gr par repas. Ceux-ci sont composés en partie de kératine, la même dont sont faits nos ongles, la corne des rhinocéros ou la carapace des insectes. Notre estomac la digère mal et chez les plus sensible, peut créer des désagréments.

- ne pas consommer des champignons plusieurs jours après leur cueillette sauf s'ils ont été conditionnés (séchage, mise en bocaux etc) car ils se conservent très peu de temps après avoir été ramassés. De même pour les champignons transportés dans des sacs plastiques non alimentaires, le frottement avec la matière chimique peut les rendre toxiques.

- il faut toujours les manger bien cuit, sauf quelques espèces qui se consomment crues. Certains champignons sont allergisants (polypore soufré par exemple) alors prudence.

 

90977505 (1)

Le cèpe:

Il est riche en minéraux indispensable à notre organisme dont le potassium qui est vital pour nos cellules et en phosphore, essentiel pour le bon fonctionnement de notre activité cérébrale. N'oublions pas le fer (anti-fatigue par excellence) et les vitamines B qu'il contient presque toutes. En somme c'est un dynamisant efficace qui permet de faire le plein d'énergie tout en favorisant la concentration et la réflexion.

Il existe 4 espèces majeurs de cèpes comestibles que l'on trouve sous les chênes, les châtaigniers, les sapins, les hêtres et les pins (ici cèpe d'été sous trouvé sous un châtaignier) 

 

 

 

 

 

SAM_3374

La Coulemelle:

Elle est très riche en vitamine D, produit à faible échelle par l'organisme humain grâce au soleil et qui permet de fixer le calcium sur nos os (et protégerait de ostéoporose). On le conseil aux enfants, aux ados en pleine croissance mais aussi aux femmes qui sont touchée par cette maladie. Récemment on aurait découvert des propriétés anti-cancéreuses chez ce champignon.

On la trouve sous les conifères et les feuillus des forêts, en lisières ou dans les champs et clairières.

 

 

 

 

 

 

90978163

La trompette de la mort:

On la rencontre dans les forêts d'hêtres et de charmes. Elle appartient à la même famille que la chanterelle et la girolle. Elle contient 3 gr de fibres pour 100 gr de champignons ce qui aide et facilite de transite digestif. Mais il faut la consommer bien cuite,  surtout pour les estomacs fragiles (personnes sensibles, âgées ou malade).  

 

 

 

 

 

 

 

 

  

SAM_0161

La pleurote:

Ses polysaccharides stimulent le système immunitaire par l'augmentation de globules blancs dans le sang. Il est utile en hiver contre les divers affections nombreuses à cette période. Chose pratique on le trouve toute l'année sur les échoppes et dans la nature quand il ne fait pas trop froid. On peut même le faire pousser chez soi à l'aide de kit de pousse que l'on peut commander sur internet.

Il en existe plusieurs espèces, pas toutes comestibles. Elle pousse sur les feuillus morts ou mourants (ici pleurote en forme d'huître sur un noyer).

 

 

 

 

 

 

90979308

La girolle:

Riche en vitamine A, elle permet à l'organisme de lutter contre la sécheresse de la peau et de garder son élasticité. Parfaite après une longue période d'exposition au soleil, un des principaux responsable du vieillissement. On la rencontre dans les forêts de feuillus ou mixtes, souvent là où se trouve les hêtres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SAM_4086

Le pied de mouton:

Frais, il possède 3 gr de protéines pour 100 gr de champignons ce qui est rare dans le règne fongique mais aussi végétal, ce qui le rend rassasiant. Dans le cadre d'un régime ou d'une alimentation surveillée il permet de conserver la masse musculaire.

Il aime aussi bien les forêts de feuillus, mixtes ou de résineux où il pousse dans la mousse et les feuilles tombées au sol.

 

 

 

 

 

 

 

90979869

L'oreille de judas:

Nommé aussi "champignon noir", elle est considérée comme diurétique contre l’œdème généralisé, anti-tumoral, hypoglycémiant, anticoagulant et permettrait au taux de cholestérol de diminuer. Néanmoins une trop grande consommation de celle-ci pourrait provoquer des problèmes de santé plus ou moins grave selon les dernières études.

On la trouve sur les arbres sans écorce, en particulier les sureaux, toute l'année sauf quand le temps ce fait chaud et sec.

 

 

 

 

 

 

 

De plus:

Il existe bien d'autres champignons bénéfiques pour l’organisme comme le champignons de paris qui est un antiallergique respiratoire, la morille qui est un aliment riche en eau (75 à 80%), les polypore qui continent entre 30 et 73% de glucides ou le lentin du chêne qui augmente la vitalité de l'organisme. Le tout est de savoir les doser en fonction de ses besoins, de ses goûts et de sa santé. 

Sources:

Femina, semaine du 28 octobre au 3 novembre.

http://www.paniersaveur.com/Home/les-varietes/les-champignons/lentins-du-chene

http://www.complements-alimentaires.co/oreille-de-judas/

Et pour tout savoir:

http://smbcn.free.fr/articles/articles_pdf/valeur_alim_champ.pdf

 


samedi 26 octobre 2013

Ma petite amanite.

Senlis__60___mus_e_d_art_et_d_arch_ologie__S_raphine_Louis__L_arbre_de_vie__1928_

Vous vous souvenez surement de cet article: "L'amanite tue-mouche, berceau de nos religions européennes" (ICI), où inspirée par les travaux de Robert-Gordon Wasson, j'avais tenté de présentée la théorie selon la quelle la plupart de nos religions eurasiennes sont nées de l'amanite tue-mouche et de ses effets hallucinogènes.

Il y a quelques jours je suis tombée sur cette image, une oeuvre de Séraphine Louis datant de 1928 et intitulée "L'arbre de vie". Que voit-on sur ce fameux arbre de vie qui, dans le folklore de nombreuses religions et cultures soutient le monde? Des amanites tue-mouche, signe une fois de plus que notre culture n'a pas oublié ce vieux champignon mais l'a incorporée dans son inconscient.

??????????????????????

 Voici un autre exemple à travers cette carte de tarot. Tirée de ce site web (ici), elle représente le renne. Au pied des animaux, des amanite tue-mouche. L'association n'est pas anodine, elle nous rappel que cette animal friand du champignon a fait découvrir les puissants effets de celui-ci, à travers son ingestion mais aussi la consommation d'urine de l'individu qui subit ses effets.

jeudi 24 octobre 2013

Champignons et jardin.

SAM_4873

SAM_4883Je suis ravie de voir que Canalblog a adopté une toute nouvelle gamme d'outils et de mises en page bien que ceux-ci restent difficiles à maitriser. De par cela et pendant quelques temps, les publications risquent d'être chamboulées mais seront plus proche de la revue par leur apaprence. Néanmoins, le correcteur intégré devrait en partie régler le problème des fautes d'orthographes bien que je ne promets pas de miracles de ce côté là.

Bref,entrons dans le vif du sujet. L'automne est bien installé depuis quelques jours et c'est avec bonheur que l'on peut voir une multitude de champignons, comme cette dangereuse et mortelle lépiote brun-lilas à gauche,  pousser dans le jardin. C'est aussi avec grande joie que j'ai vu, à mon retour, la jolie couronne de maïs, survivante des intempéries de ces derniers temps. Il est vrai que la région a été gâtée en pluie, ne serait-ce qu'avant-hier. Mais le retour du soleil est de bonne augure et il sera bientôt temps de parcourir une dernière fois les bois à la recherche des champignons avant que ceux-ci ne se fassent absents.        

La lépiote brun-lilas se rencontre périodiquement pendant la fin de l'été et l'automne. Toxique, elle peut même s'avérer mortelle dans certains cas. Elle appartient à la famille des lépiotes brunes dont bon nombre d'espèces ne peuvent être différencier des unes et des autres que par l'utilisation d'un microscope.

4

La maison a prit son habit d'automne. Mousses, herbes rases et lierres donnent les dernières touches de vert car déjà les feuilles des arbres brunissent. Les rouges, ocres, jaunes, oranges, dorées, marrons et pourpres s'en donnent à cœur joie et font la beauté de la saison.

SAM_4890

Pour le moment, c'est ambiance vieilles pierres mais rassurez-vous, la maison ne s'apparente ni à une caverne, ni à une ruine oubliée. Autour de celle-ci pousse quelques plantes biens connues et qu'il est temps de conditionner avant qu'elles ne dépérissent sous le coup du gel.

1SAM_48852SAM_48963SAM_4895

Parmi les plantes à récolter, la menthe (1). Pour la conserver efficacement, on la pend en gros bouquets, la tête en bas dans un endroit sec, aéré et si possible à l'abris de la lumière, sinon on l'enroule dans des feuilles de journal car la lumière détruit les principes actifs des plantes. On peut également profiter de végétaux plus communs que l'on ne prend pas toujours le temps d'observer. L'oxalis corniculée (3) peut être consommée (uniquement les feuilles) en salade ou dans de l'eau sucrée pour faire de la limonade. Il ne faut trop en consommer car elle contient de l'acide oxalique. Au Japon, on l'utilise pour se protéger des démons et en Inde, elle est utilisé comme anti-inflammatoire, digestif, diurétique, antiseptique, contre la diarrhée et les maladies de peau. Enfin, le géranium petit Robert (4) dont on utilise les parties aériennes est employé pour les néphrites, les lithiases rénales, les oliguries, les diabètes et les diarrhées. On le prend en décoction à hauteur de 38gr pour 1L d'eau pour les gargarismes, les compresses, les angines, les aphtes, les dartres, les plaies et les amygdalites.

SAM_5257C'est le retour de l'été indien, il fait à nouveau chaud et beau et les tee-shirts rangés un peu trop tôt dans les vieilles armoires ressortent.

Dans les champs, pas de rosées, plus de marasmes mais encore quelques rares coprins chevelus qui ici et là pointent le bout de leur nez.

Les grands tilleuls sont dégarnis. Pendant longtemps et encore aujourd'hui cet arbre mellifère a été utilisée en infusion (feuilles) pour ses propriétés calmantes et apaisantes.

 

Néanmoins le temps est propice aux sorties et aux découvertes, reste cependant la boue qui colle aux pieds et crotte le bas des pantalons.

5

1 et 2: La maison devient peu à peu rouge-orangée. La vigne vierge est une liane ornementale que l'on retrouve sur bon nombre de maisons. Ses fleurs minuscules ont la particularité "d'éclater" pour laisser à jour le pistil et ainsi le précieux nectar qui attire les insectes.

3 et 4: Il y a quelques bons et beaux lactaires délicieux qui sont venus s'installer dans la mousse de la pelouse, sous l'un des sapins du jardin. Confondus avec les lactaires sanguins (qui donnent eux un sang rouge et non orange), on les cuisines comme des câpres, fris dans l'huile puis cuits au vinaigre et mis en bocaux.

SAM_5265

On le croirait proche de la famille des lactaires avec les quels il partage le m^me biotope mais il n'en est rien. Il s'agit ici d'une russule, la russule de Sardoine, reconnaissable à son chapeau violine, ses lamelles blanches et son pied rosé. Elle n'est pas comestible mais à l'approche d'Halloween propose un tableau joliment coloré.

SAM_5295

Les armillaires sans anneaux ont poussé ça et là de manière spontanée dans la pelouse, se nourrissants des racines pourrissantes du vieux prunier malade qui a été abattu il y a quelques années de cela. C'est sont de bons comestibles à l'état juvénile, vieux ils peuvent rendre relativement malade. On les confond parfois avec les armillaires couleur de miel mais qui eux possèdent un anneau à la différence des premiers d'où leur nom.

On peut le croiser en cascades sur les vieilles souches, en particulier des chênes et des châtaigniers mais aussi des tilleuls, de la fin de l'été à celle de l'automne en particulier quand la saison se fait chaude comme cette année. Il libère un parfum prononcé de champignons. 

Autrefois reconnu comme appartenant aux tricholomataceae, le genre armillaires a été rattaché à la famille des physalacriaceae. On les retrouve un peu partout dans le monde: Amérique du Nord, Canada, Japon et même Afrique du Nord (introduis au 17éme par les colons hollandais).  Si certains armillaires se nourrissent de bois mort, d'autres attaques les arbres en vie et les font dépérir, ce qui les classes comme nuisibles pour nos forêts.

 

6

C'est temps de ramasser les noix avec certes beaucoup de retard, mais les plus belles de toutes, les noix de Grenoble. L'instrument que voici est à lui seul une petite merveille. On le roule sur le sol et hop, les noix sont emprisonnées. Plus besoin de se casser le dos et de se salir les doigts, il suffit d’écarter deux barreaux pour les récupérer et les mettre à sécher sur les grands étendoirs.

SAM_5236

 Ce n'est pas le Val sans Retour où la fée Viviane emprisonne les chevaliers infidèles quoi que ce l'eu pu, mais le verger de la maison. Autrefois il contenait de nombreux fruitiers et même des vignes mais le temps n'est pas toujours propices aux végétaux qui ne sont éternels.

SAM_5337

Le nid de guêpe semble désert, seule une ou deux gardiennes tournent encore autour. Bientôt on pourra le décrocher et regarder avec attention sa composition car contrairement aux abeilles, les guêpes ne restent pas au nid pendant la période froide. Généralement les ouvrières meurent et la reine par se réfugier sous une écorce ou la manche d'un vieux manteau oublié dans la grange. Au retour des chaleurs elle entreprend la reconstruction de son royaume perdu. Ce qui m'étonne c'est leur disparition alors que les températures, malgré l'épisode pluvieux, sont aux beau fixe. Peut être que leur reine c'est éteinte ou a entreprit son sommeil hivernal plutôt.

7

C'est aussi le temps des châtaignes. Passée la douloureuse étape qu'est le ramassage si on n'a pas de gants, c'est un vrai régale. Posées sur un coin du poêle (et préalablement encochées), il ne reste plus qu'à attendre qu'elles soient bien cuites pour en profiter avec un bon verre de lait.

SAM_5348

Belle rencontre dans la maison avec cet inconnu, une punaise certainement, au dessin digne d'un masque Dogon et qui aurait pu figurer dans la rubrique "Magie et émerveillement" tant sa beauté m'a laissé sans voix. Il est vrai qu'il est peu commun de rencontrer un insecte avec un telle morphologie.

SAM_5322

 Bref chacun profite de ce charmant été indien à sa façon, et la bronzette reste une bonne option. Demain les 24°C sont annoncés ce qui pourra peut être donner l'occasion de réaliser une sortie en forêt à la rencontre des différentes familles mycologiques, même si je ne crois plus à la possibilité de rencontre Mr Cèpe et Mme Oronge. Heureusement, les girolles, chanterelles en tubes et pieds de mouton sont là pour rattraper le vide du panier. Dans le potager, il reste bien quelques légumes et douceurs mais il n'est guère utile de s'y attarder car si les chenilles cette année n'ont pas fait de dégâts, les limaces s'en sont données à cœur joie. Quand à la nouvelle mise en page de Canalblog et des outils mis à disposition, c'est une réussite même si la mise à la mise en ligne l'article ne ressemble pas toujours à l'original (saut de ligne défaillant, photos mal alignées...) mais c'est un détail. Le chargement des photos est beaucoup plus rapide (victoire) mais il est aussi plus long d'agencer tout ce petit monde et pour le moment ça ne marche pas, d'où les photos qui se ballade comme-ci comme ça. Je pense rester à ma présentation classique en y incluant de temps à autres quelques fantaisies comme ici. 

Allez je vous laisse, je retourne au soleil!

(Entre parenthèse, j'ai trouvé la solution au moyen de photoshop de faire une mise en page correcte mais cela me prend un temps fou, il y aura donc peu d'articles à venir.)

 

 

mercredi 23 octobre 2013

Numéro 3 de la Renarde desAlpes.

Voici le troisième numéro de la Renarde des Alpes. Cette fois-ci, tremblez dans l'entre des sorcières et redécouvrez l'amanite tue-mouche, en champignon diabolisé aux milles facettes trop méconnues.

Tartes, gratins et déco, c'est aussi l'occasion de se mettre aux couleurs de la saison reine: l'Automne.

 

4445

 

Pour accéder directement au site web c'est ici:

http://madmagz.com/fr/magazine/244317

Et pour le lire directement c'est là.

 

 

Magazine créé avec Madmagz.

 

vendredi 18 octobre 2013

Chenille du pudibonde (Calliteara Pudibunda).

Voici la henille de la Pudibonde, un joli papillon de nuit timide qui s’effarouche quand on l'approche d'où son nom.  Il est aussi terne que la chenille est colorée et possède même du poil aux pattes. On le croise partout en France de mai à juin, jusqu'à 1000 mètres d’altitude. La chenille se nourrit de feuilles et n'est pas très difficile, on peut la  voir festoyer aussi bien sur un noisetier qu'un châtaignier, une ronce ou un chêne

 

Ses poils sont urticants uniquement en cas d'ingestion et lui servent de protection, tout comme sa couleur vive qui lui permet de mettre en garde ses prédateurs. Bref, une jolie créature des bois qui se remarque de loin et qui donne un peu de magie.

SAM_5021

 


Sortie dans les bois 38.

SAM_4898

 Il ne fait pas bien chaud au col ce matin, tout au plus 12°C et déjà l'air se fait frais. Mais un grand soleil et un beau ciel bleu accompagne les promeneurs que nous sommes. Ces températures ne sont pas très bonnes pour les cèpes mais on ne sait jamais.

SAM_4940 SAM_4917

SAM_4927 SAM_4915

 La forêt est couverte de chanterelles en tube, il y en a tellement que nous ne ramassons que les plus grosses. C'est un excellent champignon apprécié par certains animaux comme les cerfs ou les chevreuils qui les broutent, ne laissant que des touffes de pieds au sol. Elle est très ressemblante à la chanterelle jaunissante qui ets toute aussi délicieuse.

SAM_5070

 Attention à ne pas confondre les chanterelles en tube avec les léoties lubriques que l'on peut voir ci-dessus qui contiennent la même toxique que le gyromite mais en plus faible quantité. Courant en automne, ce champignon s'étend lui aussi dans nos forêts en grands tapis jaunes sur le sol. Son chapeau jaune et son aspect gélatineux permet d'éviter les confusions.

SAM_5182 SAM_4953

SAM_4951 SAM_4925

 Le lycoperdon brun d'ombre appartient à la famille des vesse. Non commestible, sa chait blanche devient noir de la couleur des spore qu'il libert. De forme reconnaissable, sur ça fin de vie (dernière photo) il peut prendre des aspects surprenants. On le rencontre du début de l'été jusqu'à la fin de l'automne. C'est à cette période qu'il est le plus prolixe.

SAM_5169

 Le scléroderme vulgaire est toxique. Il ne faut pas le confondre avec la veste-de-loup qui jeune est un comestible plutôt moyen. Celui-ci a souffert des derniers aléas du temps et ressemble à une pâtisserie.

SAM_5033 SAM_5030

SAM_5031 SAM_5128

Autre champignon qui apprécie les pousses en grandes colonies, l'hypholome en touffe. Toxique selon les dernières analyses (il y aurait même eu des cas de morts au Japon), il se reconnait à ses couleurs chatoyantes et de par son abondance sur les bois mort, en particulier les vieilles souches. Commun il pousse du printemps à l'automne. On peut le confondre aussi avec l'hypholome doux ou l'hypholomecouleur de brique, tous aussi toxiques.

SAM_4991

 En voilà un bon gros champignon. L'amanite solitaire est plutôt rare et comme son nom l'indique aime la compagnie. Son chapeau est crème à gris et est collant au touché. Sa ressemblance avec des espèces toxiques d'amanites rend complexe sa récolte et sa consommation.

1SAM_49292SAM_4956

3SAM_49234SAM_5181

 D'autres délices se trouvent dans les bois isèrois.

1 et 2: Je pensais avoir à faire à un cèpe "tête de nègre" mais voilà que la chair ressort jaune et que le pied apparaît comme des plus vifs. C'est la première fois que je rencontre ce type de bolets, deux plus exactement lors de cette sortie et au quels je ne peux pas donner de nom. Merci à Heré pour avoir reconnu l'inconnu: le bolet à tubes courts. Il est non comestible.

3 et 4: Le lactaire délicieux se consomme jeune, frit dans de l'huile ou cuisiné au vinaigre comme des cornichons. Souvent confondu avec le sanguin, il verdit facilement par oxydation au contacte de l'air et donne un lait orangé piquant cru.

SAM_5019

 Encore une fois j'ai la chance de croiser la chenille de la pudibonde (calliteara pudibunda) aux élégantes couleurs. La pudibonde est un papillon de nuit timide d'où son nom qui est gris et blanc et possède du "poil au pattes", un vrai phénomène en somme. 

SAM_5048 SAM_5049

SAM_5051 SAM_5053

 Il y a encore des girolles et de belle taille quoique que peu nombreuses. L'humidité fréquente et les températures ont permi leur bon développement. On la trouve sur les sols bien drainés, les bois de hêtres, de châtaigniers, dans la végétation comportant des myrtilles, de la mousse et même des bosquest de noisetiers.Elles apprécient aussi les éclaircies et les clairières forestières.

SAM_4978

 Le laccaire améthyste est un bon comestible qui si on maîtrise son genre, est facile à reconnaître. Toute fois attention à ne pas le confondre avec le mycène pur qui est toxique. Petit, il pousse en abondance comme la chanterelle en tube ce qui rend sa cueillette aisée. Clair voir blanc par temps sec, il pourra apparaître violet foncé après une forte pluie. 

SAM_4972 SAM_4973

SAM_5088 SAM_5093

 Bien sûre par en cette période sort en grand nombre la reine du monde fongique, l'amanite tue mouche. Toxique, ce champignon hallucinogène entretient l'imaginaire humain autours des anciens mythes qui continuent de marquer nos sociétés et notre folklore. Nains, sorcières, lutins et gnomes, c'est tout une ménagerie fantastique et parfois même biblique qui y est rattaché. 

SAM_5084

Bref, l'amanite tue mouche figure parmi mes champignons préférés pour leur haute symbolique et pour ce qu'elles ont pu apporter à l'ethnomycologie, cousine de l'ethnobotanique. Pour mieux la découvrir, voici un petite article de mon cru ici

SAM_4905 SAM_4962

SAM_5131 SAM_4998

 Contrairement à ce que l'on pense dans de nombreux patelins, la calocère visqueuse n'est pas comestible, elle provoque des troubles intestinaux et des vomissements. Cette confusion vient du fait qu'elle ressemble à certaines calvaires comestibles. 

SAM_4995

Le pied de mouton est un excellent comestible qui fait parti des rares champignons à aiguillons, les hydnes. Leur chapeau orange et leur pied blanc sont significatifs. Attentions, la présence d'aiguillons ne signifit pas automatiquement que le champignon est bon, loin de là. L'hydne noir par exemple n'est pas comestible.

SAM_4943 SAM_4967

SAM_4982 SAM_4969

 Soleil + pluie = champignons. De par ce fait il y a de nombreux inconnus qui sont apparus dans les forêts. Ils font le bonheur des nombreux insectes comme celui de ce bousier d'Europe par exemple qui bien que coprophage aime énormément les champignons (ce qui est aussi commun chez un certain nombre de scarabées nécrophages).

SAM_5027

En voilà un autre de bel inconnu. Il pourrait s'agir d'un hébélome ou d'un collybie par exemple mais sans grande conviction. Néanmoins une chose est sûre, quand on ne connaît pas ou que l'on ne reconnaît pas un champignon, on ne prend pas le risque d'y toucher ou d'y consommer.

1SAM_49592SAM_4983

3SAM_49524SAM_5162

Voilà une série de champignons bien originaux.

1: Voilà de bien belles petites pézizes que je ne parvient pas à identifier. Ce genre est si varié que je m'y perd en un rien de temps.

2Les pézizes d'une couleur sont des comestibles sans valeurs. Elles sont petites et sans goût. 

3: La aussi un inconnu qui pourrait se faire passer pour des "doigts du Diable" si leur couleur n'était pas si claire.

4:  Ces tramètes, de loin, m'ont fait espérer tomber nez à nez avec une belle colonie de chanterelles en tube. Il n'en est rien mais ce n'est rien, la forêt en regorge.

SAM_5034

 L'helvelel lacuneuse est un champignon toxique que l'on rencontre du début de l'automne au début de l'hiver. Présenté comme comestible, il faut en manger très peu et bien cuit au risque d'avoir des problèmes d'indigestion. A rejeter donc.

SAM_4938 SAM_5083

SAM_4979 SAM_4994

 Il n'est pas rare de rencontrer de grandes colonies de champignons, parfois en ronds de sorcières, parfois en colonies. Cela vient du fait que le mycélium dans le sol produit parfois de manière spontanée si les conditions sont réunies, de nombreux organes reproducteurs: les champignons. Ainsi un mycélium peut aussibienproduire un que des centaines de champi's à la fois.

SAM_5165

 Le lyophylle conné se rencontre dans les forêts de conifères ou mixtes en altitude où il pousse en groupes et en touffes bien souvent. Peu rependu dans les terrains calcaires, c'est un champignon non comestible car il possède des composés mutagènes.

SAM_5106 SAM_5071

SAM_5001 SAM_5116

 Bien qu'il fasse froid, c'est un vrai plaisir de se promener en forêt. Les oiseaux chantent (en raison de la faible pression atmosphérique dû au temps), les dernières fleurs sont sorties et annonce le début des gelées mais les couleurs douces et chaudes de l'automne réchauffent le coeur.

SAM_5154 SAM_5147

SAM_5136 SAM_5101

1 et 2: Le cortinaire blanc-violet aime les feuillus et les sols acides. Piètre comestible, il ne possède que très peu de goût et peut être confondu avec des nombreuses espèces du même genre toxiques. Mieux vaut ne pas le ramasser.

3: Voilà un bel inconnu à la tête haute, au pied élancé et quelque peu courbé.

4: L'amanite citirne se rencontre pendant l'été et l'automne. Elle exalte une drôle d'odeur de pomme de terre cru ou de radis frais mais il ne faut pas oublier qu'elle fait parti des champingons que l'on ne consomme qu'une fois. En effet, elle est mortelle.

 

Et au coin des cèpes?

SAM_5193

 Il y a quelques temps de cela, nous avons fait une récolte de cèpes formidable sur une ère de pique-nique: une trentaine en l'espace d'un quart d'heure. Depuis nous y sommes retourné mais la réussite n'était pas là. Pour se souvenir de la récolte c'est ici.

1SAM_51872SAM_5190

3SAM_51854SAM_5191

Cette fois pas grands choses à se mettre sous la dent, il y a toujours autant de bruyères mais pas la queue d'un cèpe, tout justes quelques bolets rudes (3) pour nous jouer de mauvais tours, quelques amanites panthères (4) qui pointent le bout de leur nez ou des amanites tue-mouche (1 et 2), signe que le coin est une terre à cèpe ce qu iest une bonne chose.

SAM_5184

Sincèrement, qui ne se serait pas fait prendre devant ces beaux chapeaux avant de voir qu'il s'agit de bolets rudes aux pieds frêles parsemés de gris et de blanc?

SAM_5207 SAM_5210

SAM_5206 SAM_5215

Mais arrêtons de râler, la balade a été superbe, la récolte prolixe, quoi de mieux? D'ici peu retour dans les bois pour de nouvelles découvertes gustatives mais aussi visuelles. En tout cas ça fait du bien de pouvoir traîner les pieds en forêt.

 

jeudi 17 octobre 2013

Carnet de bord d'une vendangeuse.

SAM_4812

(Vue sur le paysage depuis l'entrée latérale de l'église de Oingt)

 Petit tour par Nuelles, commune du bout du Beaujolais où pendant 10 jours les vendangeurs d'ici et d'ailleurs se sont affairés dans les vignes pour récolter le précieux raisin qui bientôt deviendra la cuvée 2013 mais d'ici là patience. Certes il n'y a pas fait très beau, il y a même plut et le raisin à parfois été ramassé par -2°C mais les rares éclaircies et les quelques rayons chauds venus nous voir de temps à autres ont faits s'envoler tous ces désagréments.

 

Les vignes et l'art du raisin

SAM_4775 SAM_4777

SAM_4724 SAM_4737

(Vignes des communes de Nuelles et de Oingt)

Avant de commencer, quelques mots de vocabulaire.

La vigne: c'est la parcelle de terre sur la quelle on fait pousser les cèpes.

La cep: c'est le nom véhiculaire de la vigne (la plante et non la parcelle, vous me suivez?) qui donne des raisins. C'est une arbrisseau grimpant qui peut, s'il n'est pas tailler atteindre plusieurs mètres de long et/ou de haut.

Le sarment: c'est la tige qui se détache du pied mère et qui porte les fruits.

La grappe: c'est l'ensemble des raisins regroupé sur un même segment.

Le moût: c'est le jus extrait du raisin et qui, mit à fermenté dans des cuves, donne le vin.

Le seau: c'est un bête seau qui est indispensable pour le vendangeur.A l'aide de son sécateur il le remplit toute le 5 à 8 minutes de raisin pour le transmettre à la benne du tracteur. Plein il pèse en moyenne neuf kilos.

SAM_4728

Un "récolteur" de raisin est appelé coupeur ou vendangeur. Il doit ramasser sur les ceps les raisins murent pour qu'ils soient ensuite envoyés à la cave afin d'être conditionnés. Sur un pied il faut prendre soin de ne pas ramasser le raisin qui n'est pas arrivé encore à maturité, nommé chèvre familièrement (en vert ici) et qui est utilisé par les vendangeurs pour se laver les mains et les coupures. Les grappes attirent de nombreux insectes qui y trouvent refuges: abeilles, papillons, guêpes, araignées et mantes religieuses y vivent.

SAM_4726 SAM_4739

SAM_4725 SAM_4741

 Deux types de raisins sont produis: rouge et blanc. Leurs couleurs influes le type de vin produit.

Le vin blanc: produit uniquement à base de raisins blancs.

Le vin rouge: produit à base de raisins rouges mais il est possible dit incorporer du raisin blanc.

Le vin rosé: produit à partir de raisin rouge mais dont on ne garde pas la peau. Il peut parfois y incorporer du raisin blanc.

En effet, la couleur et le goût du vin provient en partie de la peau du raisin dont les pigments et tanins caractérise l'arôme et la robe.

SAM_4730 SAM_4731

 Dans les vignes, il n'y a pas que du raisin, on trouve aussi beaucoup de champignons. Ici quelques rosés des près mais on peut y trouver également des marasmes des oréades et voir, bien haut dans le ciel, des nuées de palombes et d'étourneaux qui se nourrissent des grappes. Heureusement les rapaces veillent.

 

Les alentours

SAM_4613

 Changer de région c'est aussi changer de culture, dans les deux sens du terme. Il est peu commun de voir de par chez nous des cultures de millet. Cette céréale est destinée à l'alimentation animale, en particulier celle des porcs et des volailles.

SAM_4615 SAM_4621

SAM_4624 SAM_4654

 Autres différence, il y a peu d'élevage ici mais tout de même quelques animaux bien familliers. Vaches, cheveaux, animaux de base-cour et même grenouilles nous rappellent à notre belle campagne. L'herbe verte et le temps gris nous rappel bien la saison mais aussi que c'est l'automne.

SAM_4711

 Rapide aperçut du local du corps de ferme où nous logions à l'étage, avec un beau rosier à l'entrée qui le matin (tôt) nous réveillait avec son doux parfum.

SAM_4717 SAM_4719

SAM_4716 SAM_4721

 Le domaine n'est pas uniquement vinicole, il est également agricole. De nombreuses serres abritent des salades, des blettes, des tomates, des aubergines, des poivrons et une multitudes de légumes. Bref, il y a toujours du travail sur l'exploitation, que ça soit dans le poulailler, avec la taille des ceps, avec la récolte des topinambours ou avec l'ensemensage des champs de céréales.

SAM_4732

A l'extérieur les courgettes, les choux et les mûriers  profitent du temps. D'ici peut il faudra les récolter avant que le temps ne se gâte trop. Pour les mûresc'est trop tard.

SAM_4713 SAM_4729

 Pour finir quelques fleurs qui sont venus égailler nos journées de travail.

 

Saint Germains-Nuelles

SAM_4677

Depuis le 1 janvier 2013 ces deux communes du Rhône n'en forment plus qu'une.  A l'origine Saint Germains se nommait Saint Germains sur l'Arbresle. C'est là que pendant 5 siècle la pierre jaune calcaire, l'Oncin (nommée aussi pierre dorée), fût extraite et donna ainsi à l'ensemble des villages construite avec celle-ci le nom de monts d 'or.

SAM_4627 SAM_4644

SAM_4636 SAM_4647

L'église est une construction récente qui s'est voulu traditionnaliste en gardant une architecture d'époque, même le bornage est resté. 

SAM_4684

 En déambulant dans le village, entre les vieilles pierres et les maisons de dorés, apparaissent ça et là les vestiges du passé.

SAM_4667 SAM_4666

SAM_4669 SAM_4670

 C'est là, dans le village qu'une étrange demeure expose dans son jardin tout un lot de créations artisanales à base de récupération. Chèvres en ferraille, vaches en bidons, pokémons de plastique, monstres en bois flotté, chat en roues... il y en a pour tout les goûts. Néanmoins le résultat est des plus réussis.

SAM_4679

Quelques pierres d'or qui font le jardin.

 

Le bois d'Oingt

SAM_4747

A proximité et toujours dans le Beaujolais, le Bois d'Oingt. Cette petite commune fait partie également des monts dorés. Les habitants se noment les Buisantins et les Buisantines.

SAM_4744 SAM_4750

SAM_4766 SAM_4774

Sur le devant de la belle église on peut lire:

"Le nom de notre village est, au premoer abord, trompeur. Si le nom d'Oingt marque bien la proximité du village voisin, on ne saurait conclure trop vite que notre village se situait autrefois sur les bois de la seigneurie d'Oingt. Le Bois d'Oingt, dénommé autrefois Buxum Iconium, s'est développé sur des terres autrefois couvertes de buis que les moines de l'abbaye de Savigny défrichèrent et rendirent propres à la culture.

En pratiquant durant des siècles une polyculture faite de vignes sur les coteaux, de céréales dans les combes et les surfaces les moins pentues, sans oublier la culture du chanvre sur les bords de l'Azergues, nos ancêtres dessinèrent le maillage actuel des divers hameaux dont l'habitat essentiellement agricole devint, de par les mutations de l'agriculture et les modes de vie contemporaine, un habitat majoritairement résidentiel. Le fief de Combefort, au nord, et la ferme fortifiée de Tanay, au sud, constituaient d'importants domaines.

Ces nombreux hameaux sont les satellites d'un bourg qui a, de tous temps, constitué un centre important de vie et d'activité. Le passé du village peut encore se lire en serpentant le long de quelques vieilles ruelles. Quelques rares vestiges permettent de deviner l'emplacement d'un ancien château et de ses tours, l'épreuve du temps, fortement aidée par le saccage des hommes et de leurs révolutions, ayant eu raison de son architecture.

Tout autour du château, la population était essentiellement constituée d'artisans et de commerçants qui, franchissant divers passages voûtés, sortirent bien vite de l'enceinte du vieux village pour établir leurs échoppes et boutiques tout autour d'une vaste place.

Agriculture, commerce et artisanat trouvaient leur point d'orgue dans les foires et marchés hebdomadaires où affluaient les populations des contrées voisines. Là encore,le temps a eu raison des anciennes halles dont la vétusté motiva leur démolition en 1860.

Cette activité économique favorisa l'implantation d'autres professions faites de notaires, d'avoués, de juges, et de médecins qui édifièrent de belles demeures et bâtissesagrémentées de parcs généreusement arborés, comme en témoigne, à titre d'exemple, la mairie actuelle et son parc, ancienne demeure d'un notaire royal.

Toute cette société locale, manoeuvriers, agriculteurs et bourgeois témoignaient aussi d'une vie spirituelle. On peut prendre comme témoignage de la piété buisantine, la présence de deux chapelles, celle de Lorette édifiée vers 1658 et détruite, en 1957, pour laisser place à une gendarmerie, et la chapelle de Saint-Roch bâtie au milieu du17e siècle. Quant à l'église actuelle, elle fut mise en service en 1868 en remplacement de l'ancienne église dont ne subsiste que le choeur datant du 17e siècle, espace aménagé pour l'animation culturelle."

SAM_4773

Le Clos Pichat est une patite bâtisse entourée d'un parc et d'animaux légué à la commune par la dernière représente de la famille de ce même nom. L'an dernier de nombreux habitants de la commune se sont réunnis pour la remettre en état.

 

Le village médiévale d'Oingt

SAM_4784

Le village d'Oingt est un très vieux village médiévalle qui incarne le pays des pierres dorées. C'est un ancien castrum romain sur le quel en l'an 1000 environ fut bâtie par les seigneuries loclaes un château fortifié ainsi que de nombreuses églises. Il compte parmi les plus beaux villages de France.

SAM_4791 SAM_4806

SAM_4793 SAM_4798

Ce village seigneurale apparaît sur les papiers officielspour la première fois en 1093 dans le registre de l'abbaye de Savigny. Aujourd'hui Oingt est orienté vers le tourisme et la vente de produits de terroire, en particulier le vin dont les vignes entoure la commune. Personnage célébre, Marguerite d'Oingt est l'une des premières femmes reconnue comme écrivaine et mystique en son temps chose rare au maoyen âge (1240-1310).

SAM_4789

Pendant notre petit tour rencontre avec ce beau matou qui semble habitué aux touriste. Doux et câlin, il a égaillé notre après-midi.

SAM_4831 SAM_4818

SAM_4824 SAM_4840

L'église d'Oingt surplombe une partie du paysage locale. Un petit jardin à côté un jardin permet de regarder le panorama.

SAM_4845

Voici le célébre donjon d'Oingt. Il est possible de visiter cette tour et de profiter de sa vue à 360° à son sommet. Haut e 16 mètres, il servait à protéger le baron et sa famille en cas d'attaque. Pour s'y rendre rapidement, il habitait la bâtisse la plus proche. Aujourd'hui il fait office d'observatoir et de musée.

SAM_4846 SAM_4847

SAM_4848 SAM_4849

Bref, voilà un beau village qui cette semaine et en particulier ce weekend a acceuillit le plus grand rassemblement d'armonium, piano à vent qui pendant de nombreuses anées et encore aujourd'hui a ponctué les messes et les processions.

SAM_4800

Tellement beau que l'on a du mal à en partir.

 

Bref, voilà 2 semaines passées en Beaujolais pour vendanger. Malgré la difficulté de la chose, le temps et la fatigue il reste de nombreux souvenirs, ceux de personnes venus d'orizons variés dont la convivialité restera gravé là, dans ma tête et mon coeur.

 

Retour au jardin.

SAM_3663

Quelques brèves gammes de soleil sur le jardin accompagne mon retour. Me voilà en Isère, avec pleins de souvenirs la tête. Les photos du Beaujolais arriverons bientôt mais pour le moment, je redécouvre mon chez moi.

1SAM_35252SAM_3531

3SAM_35964SAM_3609

Quelques animaux sont encore de passage.

1 et 2: Les dernières chenilles sont de sortie, bientôt elles s'enrouleront dans leur cocon de soie à l'abri du froid de l'Hiver. Les papillons eux, mourront.

3 et 4: On ne voit plus beaucoup le couple de palombes, excepté de temps à autre quand il se fait coursé par le chat de la maison (quel téméraire). Indice de leur présence, ces plumes tombées au sol.

SAM_3559

Le nid de guêpe est toujours là mais il semblerait que l'activité y soit réduite. Il est vrai que la pluie et le froid de ses 2 dernières semaines (et de la où j'étais je n'ai pas échappée non plus) ont ralenti le dynamisme de cette colonie. Bientôt le nid sera abandonné, la reine partira s'abriter pour l'hiver sous une écorce ou dans la manche d'un manteau conservé au grenier. Le reste de l'essain dépérira.

SAM_3537 SAM_3546

Deux voisines ont prit place pour quelque temps dans le champs faisant face à la maison. Adorable, elle profite de l'herbe bien grasse. L'an dernier les premières neiges sont tombées le 27 octobre, obligeants les bêtes à regagner l'étable plus tôt. Espérons que cette année elles auront un peu plus de temps pour gambader à l'extérieur.

SAM_3540SAM_3539SAM_3538

Hormis cela pas de grands changements, l'herbe est verte et les champignons nombreux. Seule la boue et le froid viennent donner un nouvel angle à ce tableau.

SAM_3581

De nombreuses feuilles tombent, se colorent de rouge, d'ocre et de jaune. La vigne vierge n'a pas encore prit son bel habit de pourpre mais cela viendra. Bref, ça sent bon l'automne.

SAM_3570 SAM_3566

SAM_3666 SAM_3667

Le terrible félin a encore frappé. Dissimulé dans l'herbe, il a pu sans mal croquer cette jeune souris grise (appelée aussi domestique). Qu'à cela ne tienne, ce petit animal à un cycle de reproduction très rapide, et la disparition de quelques individus n'est pas bien grave au contraire, elle participe à la bonne santé du potager et du massif de fleurs.

SAM_4552

Mais pour la moment c'est l'heure de faire une pause au soleil bien mérité, dans la couronne de maïs qui semble avoir résistée face aux intempéries.

SAM_3682 SAM_3688

SAM_3886 SAM_4562

A cette période de l'année, il y a toujours beaucoup de champignons divers et variés qui poussent dans le jardin. Leurs formes, leurs couleurs et leur arômes ne permettent pas toujours de les identifier comme c'est le cas ici avec ces 4 inconnus pourtant bien jolis à voir.

SAM_3684

Les noix commencent à tomber, c'est l'heure de les ramasser. Vendues ou gardées pour soi, d'ici peut elles seront mondées entre amis pour la joie des plus gourmands.

SAM_4535 SAM_4483

SAM_4537 SAM_4538

Comme tout les ans une imposante colonie de coprins chevelus pousse devant la maison. Comestibles jeunes, ces champignons ont une existence plusqu'éffémérent, de l'ordre de quelques jours. Pour en avoir un aperçut, cliquez ici pour voir l'expérience.

SAM_3871

Le figuier est toujours colonisé par les cocons des petites chenilles qui y ont fait leur gîte mais depuis elles sont devenues papillons et ont quitté l'arbre hôte laissant les traces de leur passage sur les feuilles abîmées.

SAM_4494 SAM_4591

SAM_4604 SAM_4605

Il y a aussi de nombreux armillaires couleurs de miel. Comestibles jeunes, il faut s'en méfier car ils peuvent causer des troubles digestifs importants chez les personnes à l'estomac sensible. En fonction de leur âge et du type de bois mort sur les quels ils poussent, leur couleur peut connaître des variantes.

SAM_3911

Dernière truffe de l'année qui, je dois l'avouer, a été récolté il y a deux semaines. Il faudra attendre l'an prochain pour déguster ce champignon au gout de noisette. En décembre, c'est la rare et très précieuse truffe noire ou truffe du périgord qui apparaît sur les étales et qui peut atteindre des prix pharaoniques.

EMOTICON renard 66

Bref, la renarde est rentrée dans son terrier.

jeudi 3 octobre 2013

Expérience: temps de pousse du coprin chevelu.


SAM_3686

Depuis plusieurs jours et comme tout les ans, de nombreux coprins chevelus poussent dans le jardin, d'autant plus que l'été indien au quel nous avons droit semble les rendre encore plus prolixes.

Ci-dessous j'ai noté et illustré les prises de vue en fonction de la date (sur 4 jours) et des spécimens. A mon retour de vendanges je préciserais avec les températures et le taux de précipitation ainsi qu'une description du champignon en question.

Le coprin chevelu:

De son nom latin Corpinus Comatus (charmant), ce champignon est un bon comestible jeune que l'on peut manger cru ou cuit. Néanmoins il faut le consommer le plus rapidement possible, au risque de la voir noircir et devenir toxique. Il a une déliquescence rapide et qui se caractérise par la transformation des lamelle puis du champignon en "encre" noir.

On le trouve dans les ziones herbeuses, les clairières et les prairies. Les crottes de chiens et le crottin de cheval favorise leur pousse d'où leur présence parfois dans les parcs municipaux.

Observations:

jour n°1: 29/09: 

Températures

10h: 16°C

16h: 19°C

Humidex:

10h: 20

16h: 23

pluviométrie:

sur la journée: 0,2

 

jour n°2: 30/09:

Températures

10h: 16°C

16h: 21°C

Humidex:

10h: 20

16h: 24

pluviométrie

sur la journée: 7

 

jour n°3: 01/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 23°C

Humidex:

10h: 20

16h: 26

pluviométrie

sur la journée: 1,6

 

jour n°4: 02/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 25°C

Humidex:

10h: 20

16h: 27

pluviométrie

sur la journée: 0,2

 

Prise de vue 1

SAM_3880 SAM_4468 SAM_4507 SAM_4519

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10       jour n°4: 02/10

Prise de vue 2

SAM_3692 SAM_3875 SAM_4469 SAM_4503 

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10      jour n°4: 02/10

prise de vue 3

SAM_3686 SAM_4224 SAM_4482  SAM_4525 

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10           jour n°4: 02/10

Prise de vue 4:

SAM_3693 SAM_4223  SAM_4480  SAM_4526

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09         jour n°3: 01/10          jour n°4: 02/10

prise de vue 5

SAM_3694  SAM_4466  SAM_4513 SAM_4527

jour n°1: 29/09         jour n°2: 30/09        jour n°3: 01/10          jour n°4: 02/10

 

Conclusion (jour n°5: 03/10)

 

jour n°5: 03/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 26°C

Humidex:

10h: 20

16h: 3

pluviométrie

sur la journée: 0,2

 

SAM_4588 SAM_4581 SAM_4582 SAM_4587

Prise de vue 2         Prise de vue 3        Prise de vue 4          Prise de vue 5

mercredi 2 octobre 2013

Sortie en forêt 37.

SAM_4234

Dernière sortie avant les vendanges qui débutent après demain, du moins dans le Beaujolais. Peu de lumière filtre à travers les arbres qui perdent leurs feuilles et la pluie est même venue se rejoindre à nous ce qui a rendu par moment la prise de photo difficile. Dommage car il y avait beaucoup à voir et même à déguster.

1SAM_42302SAM_4235

3SAM_42384SAM_4239

Visite du nouveau coin de cèpes découvert samedi et qui s'est révélé être prolixe.

1: Un cèpe oublié et par chance, peu véreux a fini sous la dent d'une limace. Tant mieux car de par ses excréments elle "ressèmera" les spores.

2: La toute petite amanite tue-mouche rencontrée la dernière fois est en train de devenir un très beau spécimen. On raconte qu'il lui faut 8h pour sortir de terre, se déployer et dépérir. Cette observation dément cette idée reçue.

3 et 4: De jolis inconnus sont venus s'installer au bords de la route, indiquant l'activité fongique du coin.

SAM_4242

Un cèpe d'été? non raté, une simple russule belette qui pendant quelques secondes m'a donné l'espoir d'en trouver un blottit dans la mousse.

1SAM_42432SAM_4245

3SAM_42484SAM_4249

1 et 2: La non plus ce n'est pas un cèpe d'été ni un cèpe tout court car il faut savoir que si les cèpes sont des bolets, tout les bolets ne sont pas des cèpes. Ici il s'agit d'un petit bolet amer ou bolet du fiel au pied étonnamment long au goût très désagréable.

3 et 4: La mousse abondante dans la forêt absorbe l'humidité. Quand de fortes chaleurs apparaissent, le choc thermique entre les températures ainsi que ces réserves d'eau permettent aux champignons de s'épanouire.

SAM_4259

La vesse perlée se reconnaît aux petites boules rondes comme des perles qui se trouvent entre des "picots". Ce joli champignon n'est pas considère comme comestible.

1SAM_43932SAM_4394

3SAM_42534SAM_4254

Les champignons des champs s'invitent dans les bois.

1 et 2: Voilà de jolis agarics, famille à la quelle appartiennent les rosés des prés. Ici il s'agit d'une espèce cousine, l'agaric des bois qu'il ne faut pas confondre avec certaines amanites ou avec l'agaric jaunissant.

3 et 4: La lépiote élevée se  trouve aussi bien en forêt que dans les champs mais il ne faut pas la condre avec les espèces plus petits et parfois mortelles. 

SAM_4264

Le clitopile nébuleux est considère comme bon comestible mais ne plaît pas à toutes les bouches ni à tous les estomacs. Il dégage une forte odeur qui peut être associée à de la farine ou à du fromage blanc. Il ne faut pas le confondre avec le très  dangereuse entolome livide qui peut être mortel chez les enfants, les personnes âgées ou affaiblies.

SAM_4270 SAM_4272

SAM_4276 SAM_4277

Voici un exemple de confusion possible dans un même biotope, à savoir sous des pins pectinés et quelques feuillus, dans la mousse et les aspértules odorantes.

1 et 2: Le lactaire délicieux est à tort confondu avec le lactaire sanguin, très proche d'apect mais rouge dans son apparence et de par son lait. Le lactaire délicieux reste un bon comestible jeune et frit.

3 et 4: Il ne faut pas le confondre avec le lactaire scrobiculé qui se trouve à quelques pas de lui. On peut le trouver sous les sapinières, les forêts mixtes et même les bordures de champs. Non comestible pour l'Homme à la vu de son âcreté, il semble plaire aux vaches qui aiment le brouter.

SAM_4308

L'agaric des forêts est un bon comestible qui lui aussi est proche du rosé des prés et de l'agaric des bois . C'est un bon comestible assez recherché. Cette année plusieurs morts sont imputées à la confusion de ce derniers avec des lépiotes ou des amanites mortelles alors prudence.

1SAM_42992SAM_4301

3SAM_43184SAM_4319

1 et 2: Difficile de voir à quoi ressemble ce champignon de loin, on pourrait croire qu'il s'agit d'une grosse vesse. Quand on s'approche de celui-ci et que l'on y regarde de plus près, on peut voir qu'il s'agit d'une jolie amanite amanite ovoïde.

3 et 4: A titre d'exemple, voici quelques vesses de loup perlées.

SAM_4283

Un brève éclaircie nous permet de mieux voir un court instant ce qui nous entours et de pouvoir prendre plus facilement quelques clichés.

1SAM_43132SAM_4332

3SAM_43434SAM_4344

Voici quelques nouvelles espèces à rajouter au tableau de chasse de cette année (enfin deux la première ayant été identifiée lors de la dernière sortie).

1: La clavaire chou-fleur est comestible jeune (et est très apprécie dans l'Est de la France), il se reconnaît à sa couleur vive et à sa ressemblance avec le corail.

2: Proche cousine, la clavaire élégante est semblable à cette dernière mais reste moins prisée.

3 et 4: Je pensais avoir reconnu dans ces champignons le clitocybe nébuleux, là aussi raté, il faudra attendre un peu avant de les nommer.

SAM_4361

Retour des nuages et de la pluies qui pour le moment, et à la vue de ce cliché flou, n'aura pas de nom.

SAM_4398 SAM_4399

SAM_4415 SAM_4404

De nombreuses amanites tue-mouches sont sorties depuis notre passage. Elles ont enfin leur propre (et long) article ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2013/10/01/28123812.html

SAM_4396

Certaines dessinent mêmes des ronds de sorcières parfaits.

1SAM_43682SAM_4370

3SAM_43784SAM_4349

Pour la suite quelques champignons à la drôle de forme.

1 et 2: La calocère visquese est un champignon a rejeté car il peut provoquer des problèmes gastriques.

3: Les vesses de loup piriformes sont comestibles jeunes quand la chair encore blanche. C'est un champignon commun.

4: Le champignon observé samedi à commencer à fendre son enveloppe protectrice et laisse deviner, sous la masse gélatineuse un japeau jaune. Néanmoins le mystère demeur.

SAM_4390

Les chantrelles en tubes prennent désormais de belles tailles bien que le pied ne dépasse jamais les 5-6 centimètres ou que très rarement.

SAM_4409 SAM_4407

SAM_4410 SAM_4411

On nomme souvent à tort la girolle chanterelle mais les deux espèces appartiennent au même genre.

1 et 2: Les chanterelles en tubes se distingues par leur petite taille, leur chapeau plat brun et leurs sillons marqués et clairs.

3 et 4: Les girolles elles sont beaucoup moins frêles, souvent de belle taille et entièrement jaunes.

SAM_4356

Le pied de mouton est un excellent comestible qui a la particularité de n'avoir ni lamelles, ni tubes pour diffuser ses spores mais des aiguillons.

1SAM_44182SAM_4419

3SAM_43804SAM_4381

1 et 2: Les pieds bleus sont de bons comestibles très recherchés qui ne sont pas fait pour les estomacs. En fonction du milieu et de la luminosité ils peuvent pousser avec un chapeau marron qui s'éclircira en vieillissant pour devenir bleuté comme l'enssemble du champignon.

3 et 4: Le clitocybe orangé peut être confondu avec la girolle ou le dangereux clitocybe de l'olivier. C'est un bon comestible que certains estomacs digèrent mal.

SAM_4353

Un cèpe? Là non plus il n'en est pas cas, il s'agit d'un bel inconnu qui sous la pluie s'avère trompeur.

SAM_4320 SAM_4321

SAM_4372 SAM_4322

L'hypholome en touffe est non comestible à raison de sa forte odeur, de son goût amer et des troubles digestifs qu'il provoque. De plus ses couleurs vives sont des plus dissuasives.

SAM_4335

Surprise, dans la mousse un pied de cèpe sectionné. Enfin un indice et de taille, celui-ci indique la présence effectif du champignon mais aussi que nous ne sommes pas les seuls à être sur ses traces.

1SAM_43372SAM_4338

3SAM_44174SAM_4365

D'autres indices apparaissent dans le paysage.

 1 et 2: Dans l'umus et la mousses des trous se dessinent, laissant penser que les occupants de ceux-ci ont été prélevés.

3: Un énième faux espoir se présente.

4: Pourtant la forêt et son biotope nous indiquent que nous ne sommes pas loin du but.

SAM_4316

Et enfin les beaux et bons cèpes d'été se présente à nous. Malheureusement une bonne partie d'entres-eux sont véreux ce qui gâche un peu le plaisir.

SAM_4324 SAM_4325

SAM_4327 SAM_4401

Résultat, une dizaine de bouchons ce qui indique qu'une nouvelle pousse s'amorce. Il faudra veiller au grain en scrutant le ciel pour espérer faire une nouvelle cueillette.

SAM_4423

Il fait bien gris dehors et même mieux, la pluie a redoublé d'effort, m'obligeant à sortir le flash. Bien que les délicieuses trompettes de la mort soient au rendez-vous, la luminosité et le temps ont eu raison de nous.

SAM_4445 SAM_4450

SAM_4452 SAM_4449

Mais avant de partir, une jolie rencontre avec cette salamandre tachetée nous permet de mieux faire connaissance avec ce batracien que nous ne croisons plus qu'occasionnelement. Elle peut mesurer entre 20 et 25 cm et celle-ci doit aisément les approcher vu sa taille. Cet animal incroyable à la capacité de faire repousser un doit ou même une partie de patte si ceux-ci sont sectionné. Il y aurait encore beaucoup à dire sur elle... dans un prochain article.

En tout cas ce fût comme toujours une belle balade quoi qu'un peu fraîche.