dimanche 3 février 2013

Projet à venir.

SAM_1820

Merci à Quentin, grâce à lui l'inspirtion m'est revenue. Voilà un aperçu de quels uns de mes dessins tout frais qui devraient faire une petit passage sur photoshop pour prendre une nouvelle tête et surtout, un peu de couleur.

SAM_1813 SAM_1815

SAM_1818


samedi 2 février 2013

Crêpes salées pour la chandeleur.

SAM_1799

La chandeleur est à l'origine une fête païenne de la lumière, reprise par la chrétienté sous la présentation du Christ au temple. Elle pourrait se rattacher à l'Imbolc celte, fêté le 1er février. Mais le plus important dans cette fête, c'est les crêpes et celles-ci sont salés.

Pour une personne:

(parce que pour s'empifrer de crêpes, on a pas forcement besoin d'être accompagné).

- 100 gr de farine fluide.

- 1 oeuf.

- 25 cl de lait entier.

- deux pincées de sel.

- 2 cuillères à café d'huile d'olive.

SAM_1773 SAM_1778

Dans un saladier, on dépose la farine que l'oncreuse en son centre pour y déposer l'oeuf. On bat énergiquement tout en incorporant le lait entier pour éviter les grumeaux si cela était fait d'un coup d'un seul. On mélange bien jusqu'à la pâte soit bien aéré (présence de bulles d'air à la surface) et liquide (sinon rajouter du lait). On ajoute le sel, l'huile d'olive, on bat pour bien mélanger et on laisse reposer une demie-heure.

SAM_1795 SAM_1789

On fait chauffer une poêle plane avec un peu d'huile d'olive en son fond sur un feu doux. Quand l'huile est bien chaude, on verse un peu de pâte que l'on étale bien puis une fois la crêpe formée, on la retourne vivement soit en la faisant sauter, soit avec une spatule pour dorerl'autre face. Il ne reste plus qu'à l'accomoder à sa guise: lardons, mozzarella, salades, sauces piquantes, crème... à chacun de choisir. On peut même parfumer la pâte à crêpe avec du piment du poivre ou de l'ail séché pour lui donner plus de goût.

SAM_1796 SAM_1780 SAM_1792 SAM_1783

vendredi 1 février 2013

Avant de sortie.

SAM_1753

Demain petite sortie, mais avant de partir à l'aventure, on pense aux plantations et particulièrement à celle du poivron. Qui n'a jamais rêvé d'avoir ces délicieux fruits-légumes sur son balcon? patience, ce n'est qu'une question de temps.

Posté par Renarde alpine à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Dessin en nature.

P1020451

Voilà le soleil, il est temps de sortir et de créer. Il n'y a pas grand chose qui contraste avec l'herbe verte. Quelques feuilles noircies est voilà de quoi s'amuser à faire des formes en contraste. Un peu de narcissisme avec mon initiale puis pour finir sur une note joyeuse, un petit smiley, parce que bon, nature et modernité ne sont pas incompatibles.

P1020455

L'éveil lent de la nature.

SAM_1681

Qu'il n'est pas pressé de partir ce froid hiver. Tout est endolori dans le jardin et le réveil se fait l'an, mais ce n'est que les prémices d'une explosion de couleurs à venir. Il me hâte de voir le temps des fleurs venir.

SAM_1597 SAM_1621

La neige ne reste que pour un temps mais reste tout de même. Ce tapis blanc disparate endort tout ce qu'il touche et plonge dame nature dans une drôle de torpeur.

P1020441 P1020404

A mesure que la neige recule, le chat sort de sa tanière, il est vrai qu'il est bien plus agréable de se promener les pieds bien au sec que dans la neige humide et poisseuse.

P1020438

Ah! mes chères tramètes versicolores, qu'à tord j'apelle parfois versicoles ont encore prit des couleurs. A chaque visite que je leur fais j'en découvre une nouvelle.

P1020435 P1020436 SAM_1640 SAM_1645

Dire qu'elles étaient d'un marron terne il n'y a que quelques mois de cela. Il est fascinant de penser le changement qu'elels ont pu opérer.

SAM_1629 SAM_1657

D'autres champignons (les p'tits habitués ici que je ne présente plus) colonisent les arbres morts. Ce n'est pas pour autant que ceux-ci seront abattus, en effet ils sont essentiels à la vie animale et fongique des lieux. Sans eux, plus de pic épeiche, de nids, de champignons, de coléoptères, de rongeurs etc... à admirer en ces lieux.

SAM_1699 SAM_1697

Et bien sûr, les oreilles de judas, autrement dit les champignons noirs. Cette fois-ci elle se présente en une belle grappe, plutôt jeune, sur le plus vieux  des sureaux. Voilà de quoi se faire encore deux ou trois bons plats.

SAM_1712

Mais l'entreprise n'est pas si simple et si on ne prend pas garde aux terrible ronces, on a vite fait de méchamment s'entallier. Tout dû mérite effort.

SAM_1615 SAM_1654

Le gel n'a pas épargné les pâquerettes de la pelouse, mais voilà qu'aux premiers rayons de soleil elles se mêtent à fleurir. Espèront qu'une nouvelle gelée ne vienne pas endomager les fleurs. Dans les vieux herbiés on la décrit comme excellente contre les maladies. Les feuilles fraîches entrent dans la composition de salades.

P1020416 SAM_1721

Autre plante qui fleurissent déjà ou ne le tarderont pas pour ce qui est de la seconde, la primevère (à gauche) et l'alliaire officinal au goût d'ail (à droite). Si la première n'est utilisée que comme ornement par les hommes, la deuxième a longtemps était utilisée comme condiment, cataplasme et comme gargarisante. Ses feuilles sont excellentes dans la salade.

SAM_1689

En soulevant une vieille feuille de noyer, voilà qu'apparaît de drôles "d'asperges". L'abscence de luminosité a rendu les plantes complètement incolores, parfaites pour servir de légumes dans une dînette ou sur l'étale d'une marchande fictive.

SAM_1652 SAM_1647

Quand aux coques, elles sont elles aussi une surprise. A gauche cette vieille moitié de noix vide se transforme en abri: mousses, cloportes et champignons s'y sont invités. A droite une resserve de noisettes a été mise à jour. Écureuil ou oiseau? qui sait.

P1020411 P1020415

En tout cas un des oiseaux du jardin a trouvé un bonne cachette pour déposer ses restent de repas, entre deux grosses pierres de la terrasse. Face aux coquilles vides de petits gris et d'escargots des haies, des bulbes zélés ont décidé de faire une poussée en grande pompe.

P1020434

Et la cabane? toujours égale à elle: verdoyante et piquante comme ses branches de houx. Bientôt elle recevra quelques visites enfantines.

SAM_1718 SAM_1624

En tout cas les perces neiges semblent se presser de fleurir ce qui me rend très impatiente. L'éclosion en masse de ces magnifiques fleurs est pour moi l'un des plus beaux moments de l'année.

SAM_1716 SAM_1722

Bientôt, jonquilles et chardons leurs emboiterons le pas, soit de par leurs belles fleurs jaunes, soit par leurs piquants aiguisés.

P1020392

Il n'y a pas à dire, l'hiver devient long et il est loin d'être terminé.

 


jeudi 31 janvier 2013

Dans les près 4.

P1020313

Un froid matin d'hiver ne semble pas aux premières vues le meilleur moment pour improviser une petite sortie. Que nenni, c'est l'instant parfait pour voir la vie s'éveiller et entendre les oiseaux chanter. En effet le matin est le moment de la journée où l'atmosphère est le plus favorable (moléculairement parlant) pour diffuser le chant des oiseaux sans que ceux-ci ne se fatiguent. Hé oui ces feignants ne s'égosillent que quand cela ne demande que peu d'éfforts.

P1020306 P1020356

Pas de gel ce matin ce qui est rare. Le froid et le givre de ces derniers jours ont glacé les feuilles des jacinthes (à gauche) et des grandes hellébores (à droite). Le redoux et le soleil ont vite fait de faire fondre cette glace, faisant miroiter sur les plantes les reflets de jolies gouttelettes, comme la rosée d'un matin d'été l'aurait fait.

P1020386 P1020387

Ça y est, les primevère percent le froid de l'hiver!  Au bord du petit ruisseau tout un bosquet de ces belles fleurs jaunes a prit place et se reflète dans l'eau.

P1020324

Quelle horreur! Mais qu'es-ce? Un alien, un fruit rongé par le temps ou le reste d'un animal mort?

P1020316 P1020327

Rien de tout ça, juste une grenouille. Oui, une grenouille en tout début du moi, c'est surprenant, celle-ci apeurée par l'arrivée d'un gros corbeau noir c'est figèe sur le dos et fait la morte, trop engourdie pour prendre le fuite.

P1020325 P1020328

D'ordinnaire les grenouilles, tritons, crapauds et autres salamandres ne sortent pas avant l'arrivée des beaux jours, ils s'enfouissent dans le fond d'un ruisseau, dans la vase ou sous une épaisse couche de feuilles mortes où ils végètent entourés d'une sorte de gelée gluante pour ne pas se dessécher. Le coeur va baisser son rythme cardiaque à 1 pulsion par minute et certaines espèces, face au froid, vont jusqu'à partiellement laisser geler des parties de leur corps qui au printemps, dégèleront sans garder de séquelles. 

P1020329

Notre grenouille est une grenouille agile, tout entourée de son enveloppe protectrice gélatineuse ce qui lui donne son aspect monstrueux. Sa sortie très avancée peut être dû au temps doux ou à la menace d'un prédateur. Mais pas de crainte, elle aura vite fait de s'enfoncer à nouveau dans la boue jusqu'à ce que les températures remontes.

P1020372 P1020312

Parmi les crainte de dame grenouilles, figure le pic épeiche (à gauche) et la pie  bavarde (à droite) qui malgré son nom, fait beaucoup moins de bruit que son voisin pic quand celui-ci s'y met. En temps de disette, le pic épeiche n'hésite pas à becter tout ce qui passe, bien qu'il soit insectivore. La pie est moins difficile.

P1020320 P1020321

Mais le roi reste le héron cendré. Cet échassier, l'un des plus grands d'Europe derrière la cigogne, le flamant rose et la grande aigrette, est un habille pécheur. Patientent des heures dans les eaux humide, les bords de rives et les marécages, il fond comme l'éclaire dès qu'une proies se présente. Amphibiens, poissons, petits rongeurs et reptiles ne son pas à l'abri de son impressionnant bec.

P1020319

Le vol du héron est caractéristique, on distingue son cou recourbé et sa grande envergure de 1,85 mètres de loin. Interdit à la chasse aujourd'hui, le héron cendré n'a pas toujours était bien traité par l'homme. Pendant des siècles il a été chassé pour ses pattes, qui, le croyait-on, produisent une substance qui attire les poissons. Ainsi on bouillait ces fameuses pattes pour en extraire l'huile de héron et on l'utilisait dans les parties de pêches pour les rendre plus fructueuses. Cette pratique c'est répendu jusqu'à dans les années 50. Aujourd'hui encore certains recherchent cette huile magique du pêcheur.

P1020359 P1020361

Humidité ambiante n'a pas desservi tout le monde. Loin des préoccupation que sont le rhume, la grippe ou la toux, les mousses s'épanouissent, gagnent en couleurs et entre même en fructification comme le montre ces longues "tiges". Les mousses n'ont pas de fruits ni de fleurs, elles produisent comme les fougères des spores qui formeront un individu quand le vent fera se rencontrer une gamète femelle et une gamète mâle.

P1020362 P1020364

Voilà une bien jolie fleurs qui m'a beaucoup plu. Je n'ai pas encore trouvé son nom mais ses petites fleurs violettes et ses feuilles délicatement ciselées m'on complètement charmée.

P1020378

Le lierre grimpant est l'éldorado des oiseaux en cet hiver. Ses baies toxiques pour l'homme sont un des aliments essentiels aux volatiles pour palier au manque d'aliments que l'on rencontre l'hiver (raréfaction des insectes, des baies, des mollusques et des fruits).

P1020380 P1020384

L'hiver ne brille pas forcement en couleurs mais sait décliner le vert à merveille. La gamme est infinie, comme entre celle de ce lichen qui fructifie à gauche ou ces fougère capillaires à droite. Mousses, lierre, buis, gui, sapin ou houx, il y a tant de nuances déclinées dans la nature!

P1020374 P1020430

Néanmoins les fleurs ne sont pas en reste, que ça soit dans les bordures de jardin ou les champs. Les perces-neiges sont à deux doigts de la floraison, j'espère pouvoir en trouver sur les hauteurs de Grenoble pour assister à ce spectacle que j'attends depuis longtemps avec impatience. Comme son nom l'indique, le perce-neige fend l'hiver, son arrivée est gage de soleil et de joie de vivre.

P1020393

Au détour d'un champs, contre les barbelés d'une barrière fort fréquentée, un chevreuil a laissé quelques poils doux et épais de sa toison d'hiver. Bientôt elle sera remplacé par un pelage plus clair et chatoyant roux pour mieux se dissimuler dans les fourrés.

P1020409 P1020413

Mias où sont donc cachés nos gastéropodes l'hiver? Sous les pierres. Il suffit d'en retourner quelques unes pour s'en apercevoir. La limace, qui n'a pas sa maison sur son dos, se recroqueville de tout son long sous une pierre enfoncée dans la terre et ne se réveillera qu'au printemps. Ici une très belle limace léopard tout contracté. L'escargot lui (ici un petit gris), va s'enfermer dans sa coquille et va la clôturer avec un mur de bave durci. Il peut rester ainsi pendant deux ans en cas de sécheresse voir plus. 

P1020414 P1020379

Petit rappel, le petit gris est un escargot recherché pour la cuisine, on peut le ramasser toute l'année à l'inverse de celui de Bourgogne, néanmoins ne peuvent être prélever que les individus adultes. Toutes les espèces ne sont pas comestibles, comme ici avec l'hélice grimace à gauche ou l'escargot des jardins à droite. Sous nos contrées seul le petit gris et l'escargot de bourgogne finissent dans nos assiettes, bien que désormais c'est l'escargot turc qui est le plus consommé.

P1020402

Les grands corbeaux noirs semblent avoir établi leurs appartements ici. Plus un champs, une lisière de forêt ou un près n'a de secrets pour eux. Et tout les matins leurs croassements, parfois mélodieux, font office du levé du coq.

P1020388 P1020389

Quel plaisir, j'ai pu enfin photographier la furtive mésange nonnette. Cette petite mésange qui se confond facilement avec la mésange boréale est très discrète. Les couples de cette espèces sont inséparables. Les oiseaux passent les mois d'automnes et d'hivers en petits groupes pour s'assurer ainsi plus de chances dans la recherche de nourriture.

P1020399 P1020400

Voilà un autre sympathique passereau, bien bavard lui aussi dont je n'ai pas encore trouvé le nom. Pour voir l'image en plus gros, il suffit de cliquer sur l'image.

P1020353

La neige a fondu, le givre aussi. Le ruisseau de la vieille source du champs coule du tonnerre de dieu. D'ici quelques temps il regorgera de vie et de moustiques. A genoux dans la gadoue, ça sera le moment de prendre ne chasse les crapauds communs, les salamandres communes, les tritons tritons alpestres, les grenouilles agiles et les rainettes.

P1020442 P1020394

Non ma petite déesse blanche à poils, le bouvreuil pivoine n'est pas pour toi! Cet oiseau calme est timide aborde, chez le mâle, un poitrail plus ou moins rosé. Il a la particularité non seulement de se nourrir en partie de bourgeon mais aussi de posséder des poches de chaque côté de sa langue pour stocker la nourriture et l'apporter à ses petits en période de nidification.

P1020427 P1020428

Les petits marasmes bruns des champs ont senti le soleil approcher et on fait une poussée phénoménale en quelques jours seulement.

P1020425

Le vieux nid de pie bavarde ne restera pas vide pour bien longtemps, dès février les adultes forment des couples et défendent leur territoire. Au coeur du cerisier, il est protégé du regard l'été par un épais feuillage et sera près à accueillir les 3 à 10 oeufs que pond la femelle. 

 

mercredi 30 janvier 2013

De part ma fenêtre.

P1020174

Il fait froid, il fait mauvais, on tousse, on crache bref, on est malade. Alors pas question de sortir se balader, ni d'entreprendre des expéditions dans les bois accidentés, tout au plus un rapide tour dans le jardin et surtout, un long affût derrière la fenêtre pour tenter de photographier les furtifs oiseaux du jardin avec l'appreil de ma chère môman.

P1020184

Un petit nouveau est arrivé dans le jardin ces derniers jours, l'accenteur mouchet. Semblable au moineau, il a la tête bleutée et le bec fin. Dans nos régions il est sédentaire et adopte un régime alimentaire assez varié, grand amateur d'insectes à la douce saison, il se nourrit de baies et de graines l'hiver.

P1020228 P1020200

Les habitus eux sont au rendez-vous. Tout comme leur nouveau voisin l'accenteur mouchet, le rouge-gorge (à gauche) et le pinson des arbres mâle (à droite) ont prit l'habitude de picoter les graines tombées au sol pendant que les mésanges plus habiles vident le filet. Étonnant, le rouge-gorge semble bien tolérer la présence d'autres oiseaux. D'ordinaire c'est un guerrier territorial défend hardiment son territoire, mais celui-ci n'en fait rien et partage son repas sans dire mots.

P1020209 P1020231

Autres habituées, les mésanges. Ici la mésange bleue (à droite) et la mésange charbonnière (à gauche), qui forme des escouades de deux ou trois individus pour chasser sa voisine bleue de l'air de repas. En France il existe 7 espèces de mésanges: la mésange bleue, la mésange charbonnière, la mésange à longue queue, la mésange boréale, la mésange noire, la mésange huppée et la mésange nonnette.

P1020284

Près d'un mois après sa mise sur pied, la cabane est toujours aussi verte! Lierres, houx et sapins ne semblent pas vouloir déverdir.

P1020287 P1020290

A quelque pas de la maison, sur l'énorme sureau dont on ne dénombre plus les années, une belle colonnie d'oreilles de judas, plus connues sous le nom de chmapignons chinois ou champignons noirs, a élu domicile dans la mousse et les restes d'écorces glacées.

P1020289

Après un bon nettoyage et un rapide séchage de sur papier pendant quelques jours à température ambiante, elles rejoindront les soupes et les rôtis de porcs.

P1020297 P1020302

Un papillon de nuit c'est égaré dans une des chambrés et a fini tout... desséché. Au vu de ce qu'il en reste et de la forme des ailes, il devait s'agire d'un papillon de la famille des Noctuidae. Ses écailles ont de très beaux reflets verts et dorés.

P1020272

Bref, pas de grandes sorties ces derniers jours.

 

vendredi 25 janvier 2013

La Meije, reine du massif des Écrins.

SAM_0734

(Vu du Bec de l'Homme, du Pic de la Meije, du Râteau depuis le lac du Pontet à 1897 mètres.)

 

Haute de 3893 mètres, la Meije est une montagne du massif des Écrins qui se situe dans la vallée de l'Oisans, entre l'Isère et les Hautes-Alpes. (Les photos qui inlustrent cet articles sont quelques unes de mes vieilles photos qui datent de 2010 et du tout début de l'année 2012).

 

Quelques mots sur l'Oisans:

L'Oisans correspond au bassin de la Romanche, un cours d'eau qui par endroits creuse de profondes gorges dans la roche. Il s'étend de Bourg d'oisans et de ses communes alentours (livet, gavet...) à la commune de La Grave (en englobant Villar d'arêne et les Fréaux). 

Cette zone comprend plusieurs massifs tel que celui de Belledonne rattaché en partie à Grenoble, de Taillefer, des Grandes Rousses, d'Arves et bien-sure, celui des Écrins. Le point culminant est le pic Lory qui culmine à 4088 mètres d'altitude. 

A l'époque du fer cette région était peuplée par les Uceni dont on retrouve certains des dessins sur les rochers des Alpes, en Italie, en France et même en Suisse. Puis les romains, pendant la colonisation de la Gaule, se sont emparés de la région et notamment du col du Lautaret qui avait déjà un fort potentiel commerciale où ils construisirent la route en direction du Briançonnais, encore utilisée aujourd'hui.

Bien qu'officiellement rattaché au Dauphiné sous l'ancien régime et plus particulièrement à l'Isère, l'Oisans est autonome (c'est à dire plus de 200 ans avant la révolution de 1789!) et bénéficie d'un statu particulier qui permet aux 20 communes qui dès lors le composent de faire du commerce et de pratiquer l'agriculture en toute liberté. Le village emblématique de cette liberté est Villar d'arêne, dont les habitants ont gardé dans leur nom la trace de celle-ci. En effet, leur nom de farachins et de faranchines désigne en patois: affranchis. Un restaurant local, le Faranchin, garde lui aussi cette trace.

Pendant la seconde guerre mondiale, la région fût un important bastion de la résistance, formée par Vizille. On peut retracer tout les évènement ici grâce à ce formidable site: http://www.maquisdeloisans.fr/. Pendant le 20éme siècle la région fût fortement industrialisée, notamment avec un impressionnant réseau hydraulique sur les régions de Livet et Gavet. Aujourd'hui l'acitivité prédominante est le tourisme.

DSCN3558

(Vu de Villar d'arêne depuis le vieux village que Jacques rettape depuis 20 ans.)

 

Le massif des Écrins:

Ce massif montagneux se situe sur trois bassins, celui de la Romanche (en Oisans), celui du Drac (en Champsaur) et celui de Guisane ( en Briançonnais). De profondes vallées, de nombreux lacs et glaciers font que cette région est fortement accidentée. Le plus haut sommet, la Barre des Écrins, se situe à 4102 mètres d'altitudes.

On y dénombre 19 glaciers dont celui de la Meije, celui de l'Homme ou encore le Glacier Noir. Tous sont en net recule depuis de nombreuses années avec les fortes chaleurs enregistrées l'été et la baisse des précipitations et des chutes de neige. On compte 7 grandes vallées: le Briançonnais, le Champsaur, l'Embrunais, l'Oisans, le Valbonnais, le Valgaudemar et la Vallouise.

Les Écrins sont restés pendant très longtemps inexplorés, avant l'arrivé de la cartographie, de la géographie et de l'alpenisme. De nombreux monts, sources, cascades, glaciers ou encore lacs sont restés anonymes et sans noms en raison de la méconnaissances des habitants locaux et des cartographes de ces lieux. Aujourd'hui chacun d'entre eux à un nom même si certains ne sont restés que sur papier et non dans les mémoires.

En 1973, le parc naturel national des  Écrins naît. Avec ses 91 800 hectares, sa quarantaine de glaciers, sa trentaines de pics (dont certains culminants à plus de 3000 mètres), le parc possède un fort potentiel touristique d'où ses 740 km de sentiers balisés ce qui n'est pas rien et ses 30 refuges.

Outre les animaux communs de nos montagnes comme les chamoix (12 000 individus), les renards, les marmottes ou les sangliers, le parc compte aussi 600 bouquetins, des lynx et de loups de passage, des vautours fauves, quelques rares gypaètes barbus, des tétras lyre, des lagopède alpin et 37 couples d'aigles royaux. On compte également 1800 espèces dont le lys martagon, l'edelweiss ou le génépi noir.

Cette année le parc fête ses 40 ans!

SAM_0753

(Vu d'une partie du massif depuis la sorite d'eau du lac du Pontet.)

 

La Meije, reine du massif:

La Meije est une montagne emblématique du massif des Écrins. Elle et son pic de la Grave ont donné leurs noms à la commune de La Grave- La Meije. Les trois plus hauts pics sont le Grand Pic de la Meije à 3983 mètres d'altitude, le Doigts de Dieu à 3973 mètres d'altitude et la Meije orientale à 3891 mètres d'altitude.

Le terme Meije vient de Meidjo qui en vient du provençal et signifie "midi". Les gravarois nommaient la montagne l'Oeille de la meidjour ce qui signifie l'aiguille du midi. Cela vient du fait qu'à midi tapante le soleil passe juste au dessus du sommet  de la montagne. Néanmoins il est fait mention de la montagne dans un texte de 1712 sous le nom de Pointe Malaval. Aujourd'hui encore il reste des traces de ce nom avec celui donné au contrebas de la vallée de la Romanche: la Combe de Malaval.

La Meije possède de nombreux sommets qui sont tous difficiles d'accés. Ce fût la dernière montagne à être exploré dans les Alpes. L'exploit fût réalisé par un français, chose assez rare pour être précisée. Le 16 août 1877 Emmanuel Boileau de Castelnau, Pierre Gaspard et Pierre Gaspard fils firent la première ascenssion du Grand Pic.

Elle inspirât de nombreux hommes, dont le compositeur Olivier Messiaen qui passa une grande partie de sa vie a composer face à celle-ci dans le restaurant donnant directement sur elle. (Le Castillant)

 Aujourd'hui la Meije comporte le plus grand domaine de ski hors piste de France, où chaque année à lieu le Derby du même nom. Un téléphérique permet de monter jusqu'à 3200 mètres d'altitudes et un téléski long de 2 km permet d'atteindre les Deux Alpes qui se trouve sur l'autre versant du massif.

Fait amusant, il existe un prénom Meije et un dérivé Meige, qui proviennent du terme provençale et qui signifient "midi" ou "zénith". En occitan Meige signifie médecin, qui guérit.

1300916562_509963418BI

(Aperçu de quelques sommets de la Meije.) 

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Meije

http://www.geol-alp.com/h_oisans/_lieux/romanche/Meije_Rateau.html

http://www.bebe-prenoms.com/prenoms/meije

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oisans

http://fr.wikipedia.org/wiki/Massif_des_%C3%89crins

http://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_national_des_%C3%89crins

http://www.ecrins-parcnational.fr/

http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/population_05063_La%20Grave.html

 

DSCN2892

(Martyr du cimetierre de la Grave- la Meije.)

mardi 22 janvier 2013

Brèves nouvelles du froid.

SAM_1532

Quel beau soleil pour une journée glaciale. Ces jours-ci, dans nos belles montagnes, le froid a été plus que mordant, la station météo de la maison est allée jsuqu'à annoncer de -9 C° au levé et des -17°C en début de soirées. Ce n'est pas encore le grand froid de l'an dernier mais ces températures restent honorables.

SAM_1550 SAM_1552

Il est vrai que le temps change vite en montagne, il neige, il pleut, bref il fait mauvais mais le soleil est rarement absent. Si on compare l'ensoleilement local, on se rend vite compte que les sommets sont privilégiés.

Ainsi:

heures de soleil (2011)

France: 2117 h                       Villar d'Arêne: 2731 h

 

Sans oublier les températures records (2012)

France: -41,2°C                         Villar d'Arêne: -29,5°C

(http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2012/02/05/le-froid-persiste-et-signe)

SAM_1510 SAM_1530

Bref, pas toujours facile de se déplacer dans la neige mais quel plaisir de pouvoir céder aux joies de glissades et des roulades gelées. Et pour avoir un aperçu permanent de ce joli mentaux neigeux: http://pv.viewsurf.com/?id=246

chamois copie

Si on est un peu attentif, on peut même y voir des chamois, comme ici avec un individu isolé que j'ai vu en visionnant un peu par hasard l'une des webcam disponible (Mercredi 23 janvier 13h00). 

famille chamois bis

Ici tout une famille qui mange le lichen tranquillement (Vendredi 1 Février 16h30).

SAM_1562

Alors en attendant le printemps et les premières chaleurs de mars et d'avril, on prépare les plantation. Ici quelques graines de poivron que j'ai fais sécher pendant une dizaine de jours et qui vont bientôt rejoindre leur boite de terreau. J'ai trouvé la technique ici et elle me semble fort réalisable. De plus, nous sommes pile poil dans la période de plantation.

Pour voir la technique c'est ici: http://www.caboucadin.com/jardinage-enfant/faire-pousser-graine-poivron.php

SAM_1519 SAM_1488

La vie suit son cours dans la maison, le chat est toujours aussi placide face au manèges des mésanges et des grives qui viennent picorer les graines et grains de riz déposés sur le bords de la fenêtre givrée.

SAM_1529 SAM_1527

Le froid fait son oeuvre, la porte de la cave se dissimule sous un épais mur de neige et la porte de la maisonnée se retrouve blanchit par le souffle du vent. Il n'y a pas à dire, c'est bel et bien l'hiver qui règne en ces lieux pour le moment. 

samedi 19 janvier 2013

L'aubépine, pour lutter contre le stress.

L'aubépine a mille et unes vertus. Outre le fait qu'elle soit cardiotonique, qu'elle joue un rôle dans la perte de poids et celle du mauvais cholestérol et qu'elle soit un aphrodisiaque naturel, elle est un bon anti-stress, du fait de ses effets sur le corps.

SAM_1456 SAM_1462

Infusion calmante d'aubépine:

- une boule à thé.

- 15gr d'aubépine sèche (feuilles, écorces, ramifications, fleurs et/ou bourgeons).

- une cuillère de miel.

SAM_1457

Ici on procéde comme avec un sachet de thé ou d'infusion classique: dans la boule à thé ont place l'aubépine sèche que l'on place dans une tasse puis, on verse l'eau bouillante sur la plante et on laisse infuser 10 à 15 minutes. On retire la boule et on ajoute une cuillère de miel pour ses effets adoucissants. En boire deux à trois souches par jour.

SAM_1458 SAM_1464

Attention, il est déconseillé d'en consommer pour les personnes étant sensibe du coeur.