samedi 15 septembre 2012

L'automne arrive!

P1000730

Vite, vite! L'automne arrive, les feuilles tombent et bientôt suivront les ramures des chevreuils. Les oiseaux migrent, les champignons poussent à foison et les noisettes abondent. L'automne est bientôt là et c'est un vrai bonheur.


mercredi 12 septembre 2012

Sortie en forêt 9.

Une jolie balade dans les bois où une fois de plus les cèpes se sont fait absents. La prochaine j'espère qu'ils seront au rendez-vous.

SAM_4439

Les chanterelles sont elles de la partie et je dirais qu'elles sont de taille.

SAM_4411 SAM_4412

 Il faut être attentif car bien qu'elle dépasse d'une tête l'humus et les feuilles tombées au sol, elles restent bien camouflées et parfois, par mégarde, on ne manque pas d'en écraser.

SAM_4473 SAM_4477

Lorsqu'il y a une pousse rapide grâce aux températures et à l'humidité, certains spécimens se craquellent.

SAM_4405 SAM_4470

Des fleurs des sous bois de l'été, il ne reste que les graines et les tiges fanées. A gauche celles d'un grand suce pin et à droite, celles d'une orchidée néottie nid d'oiseau.

SAM_4392 SAM_4478

Il en est de même avec certaines plantes de la fin du printemps, comme à droite avec ces graines de muguet qui sont fortement toxique ou ces feuilles vertes du sceau de salomon que l'on nome faux muguet en raison de ses fleurs.

SAM_4394 SAM_4397

Un de nos coins à cèpes (malheureusement vide) a été envahit de polypores soufrés, autrement dit des "poulets des bois". A gauche deux vieux spécimens qui ont mêmes comencés à moisir et à droite de tout jeunes.

SAM_4400 SAM_4401

Très prisés au Canada et au États Unis pour leur goût et leur consistance de poulet ainsi que leur couleur orange qu'ils gardent à la cuisson, ils ne sont que peu consommés en France. On pense qu'ils sont responsables de plusieurs cas d'intoxications.

SAM_4432 SAM_4433

Dans notre coin à chanterelles des enfants sont venus construire une cabane sans remarquer les petits trésors jaunes.

SAM_4408 SAM_4409

Voici de petits champignons que je n'avais pas encore croisé. Leur couleurs vertes et orangées les rendent pour le moins intrigants.

Ces champignons qui m'intriguent temps sont des l'hypholomes en touffes, merci à Cristau pour la précision (http://cristaudehaugue.canalblog.com/).

SAM_4381 SAM_4383

Au détour d'un sentier qui longe un champs nous avons fait une belle rencontre avec cette jument et son petit.

SAM_4455 SAM_4456

La forêt est de nouveau verdoyante mais le temps grisonnant la rend sombre et fraîche.

SAM_4344 SAM_4345

Les feuilles tombent à vitesse grand V, et le sol en est jonché ce qui rend plus difficile la cueillette. Mousses et lichens quand à eux se gorgent de l'humidité du sous bois.

SAM_4346 SAM_4347

Le vent et le pluie ont fait tomber prématurément certaines feuilles et graines. Il faudra patienter encore un peu avant de déguster les châtaignes ou de cueillir du gui pour le réveillon.

SAM_4366 SAM_4426

Les clitocybes en entonnoir sont toujours présents et même un peu plus nombreux qu'à l'accoutumée.

SAM_4422 SAM_4429

Un autre petit nouveau fort appréciable (à gauche), le laccaire améthyste appelé aussi clitocybe améthyste. Ce joli champignon a une saveur douce mais attention aux confusions. A droite, un autre champignon déjà croisé dans le bois et qui lui aussi étonne par sa couleur, le russule jaune (à droite) qui est un bon comestible à ne pas confondre avec le russule du fiel.

SAM_4425

Surprise, dans un vieux tronc d'arbre, ce qui doit être un pic à creusé son nid. Manque chance il a été envahit par toute une colonie de polypores hispides. Adieu, nid, maison et oisillons.

SAM_4371 SAM_4372

Les polypores du bouleau eux aussi ne cessent de pousser, la pluie les aidant à se développer rapidement.

SAM_4356 SAM_4384

Pour les autres champignons, c'est la fin. Il ne reste rien de c'est vachotte (à gauche), ni de ces sclérodermes vulgaires (à droite).

SAM_4355 SAM_4359

Le bois mort et humide accueil pleins de petits polypores chatoyants.

SAM_4360

Et mon vieux et gros polypore du bouleau que j'affectionne est toujours là.

SAM_4364 SAM_4363

Des mes collybies à pieds en fuseau (ici) il ne reste plus rien que cette "souche" moisie. L'espèce à disparue du bois pour ne revenir que l'an prochain. Les insectes se font aussi plus rare. Cependant les scarabées bleus sont fort visibles.

SAM_4377 SAM_4378

Autre rencontre avec ce coprin (à gauche) qui est peut être de la famille des coprins plissés et qui est fort abondant. A droite un joli russule comestible, c'est son nom et comme il l'indique, cette espèce est comestible mais sans intérêt.

SAM_4444 SAM_4435

Les lycoperdons en forme de vase sont arrivés. Ils font partie des vesses (comme la vesse de loup). Ils sont comestibles jeunes mais ce ne sont pas très goûteux et leur texture et particulière.

SAM_4479 SAM_4449

Ce ne sont pas des orbes sur ces photos mais biens des lycoperdons en forme de vase qui ont tendance à pousser en nombres.

SAM_4450 SAM_4452

La fausse girolle est assez commune sous les conifères. C'est un piètre comestible. 

SAM_4458 SAM_4460

Je n'ai pas réussi à identifier ces champignons qui sont proches du clitocybe en entonnoir. Il peut s'agir du clitocybe jaune ou du clitocybe squamuleux.

SAM_4483

Les myrtilles ont fini de pousser. Cette année ne nous y sommes pas vraiment intéressés mais peut être que l'an prochain nous feront de belles cueillettes.

SAM_4388 SAM_4389

Les oiseaux ont commencés à se manger les diverses graines de la forêt qui sont pour certaines enfin à maturité (à gauche). Encore une fois, je rencontre se drôle de champignon mangeur de bogues (à droite) et sur le quel je n'arrive à mettre un nom.

SAM_4416 SAM_4370

Il y a bien d'autres espèces que je n'arrive pas à reconnaître, il est vrai que le monde des champignons est vaste.

SAM_4431 SAM_4447

Voilà deux champignons fort semblalbes mais à ne pas confondre. A gauche, la calocère visqueuse est toxique, alors qu'à droite le calvaire jaune est comestible. Ils se distiguent tout deux par leur taille, leur couleur, le nombre d'individus collés les uns aux autres, leurs ramifications et leur odeur.

SAM_4466 SAM_4464

 Parfois, les arbres perdent leur écorces. Sous celle-ci je cache toute une troupe d'insectes et de diplopodes comme ce mille-pattes qui a pour nom scientifique iule et qui a la capacité de s'enrouler sur lui même. Il fait partie des animaux détritivores, c'est à dire qui transforment la matière organique en humus qui sert de terreau aux plantes, aux arbres et aux champignons.

SAM_4481 SAM_4484

Beaucoup d'autres découvertes et rencontres ont été faites pendant cette promenade comme avec ce champignon, ou ce chevreuil qui est difficile à distinguer. Il est très courant d'en rencontrer, les photographier este une autre affaire.

Pâtes au poivron jaune, aux lardons et aux tomates cerises.

DSCN9271

Une recette aux couleurs de la méditerranée. 

 

Ingrédients:

- une vingtaine de tomates cerises.

- un poivron jaune.

- un oignon.

- du persil.

- de l'huile d'olive.

- un sachet de lardons.

- 500g de pâtes fraîches.

- 20cl de crème. 

- du sel.

 

 

DSCN9272

Dans une poêle bien faire chauffer l'huile d'olive, puis ajouter le poivron, les tomates cerise et l'oignon coupés en petits morceaux. Laisser mijoter une dizaine de minutes puis rajouter le persil. 

DSCN9279

Quand le tout commence à confire, ajouter les pâtes fraîches, laisser cuire 5 minutes, rajouter la crèmes et le sel. Laisser de nouveau mijoter 5 minutes puis servir.

Aubergines au four.

Encore une recette facile, avec les aubergines au four.

 

Ingrédients:

- une aubergine.

- de l'huile d'olive.

- du sel.

 

DSCN9330

Couper l'aubergine en deux, et trancher la chaire en damier. Tartiner ce côté ci avec l'huile d'olive, saler et enfourner un quart d'heure au thermostat 7.

Les sortir du four et les manger comme un oeuf à la coque en délaissant la peau comme on le ferait avec la coquille.

 

Posté par Renarde alpine à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Fourré à la viande.

Une petite recette (bien carnivore) pour se prémunir du froid qui arrive.

 

Ingrédients:

- un rouleau de pâte feuilletée.

- 250g de viande hachée.

- un oignon.

- 20 cl de concentré de tomate.

- un oeuf.

- un peu de beurre clarifié.

- de l'ail en poudre.

- du poivre et du sel.

- du papier sulfurisé.

- de l'huile d'olive.

 

DSCN9326

Dans un saladier, mélanger la viande, le concentré de tomate, le sel, le poivre, l'ail en poudre et l'oeuf. Laisser reposer. Couper l'oignon en petits morceaux, et dans une poêle les faire dorer. Laisser refroidir et ajouter à l'appareil.

DSCN9323

Disposer sur un plat le papier sulfurisé, y étaler la pâte. Étaler la préparation sur la moitié de la pâte et laisser libre les bords de ce même coté sur 1 cm. Les badigeonner avec la moitié du beurre clarifié. Replier le coté libre sur le deuxième et bien coller les bords les uns aux autres. Faire de légères insisions sur le dessus pour permettre à l'eau de le préparation de s'évaporer sans imbiber la pâte. Passer le chausson au pinceau avec le reste e beurre. Enfourner une demie heure au four sur le thermostat 7.

DSCN9327

Laisser refroidir un quart d'heure et disposer les parts sur une salade d'endives avec une sauce aux herbes.


Salade aux poivrons et à la mozzarella.

Voici une salade toute simple à réaliser et qui remplit vite l'estomac.

Ingrédients:

- 1 poivron.

- 250g de roquette.

- 1 boule de mozzarella.

-de l'huile d'olive.

- du persil.

- du basilic.

 

DSCN9268

Laver la sallade. Couper en morceaux le poivron et le fromage.

DSCN9269

Disposer la roquette dans l'assiette, la mozzarella puis le poivron. Ajouter un filet d'huile d'olive, le persil puis le basilic.

DSCN9270

Facile et rapide, il n'y a rien de meilleur.

Fête médiévale de Saint Geoire en Valdaine (2009 et 2010)

Tout les ans à Saint Geoire en Valdaine à lieu une grande fête médiévale. 

P1000017

Il n'y a pas de stands de vente mais des ateliers interactifs (herboristerie, forge, enluminure, tressage, broderie et bien d'autres). 

P1000018

Chevaliers et saltimbanques s'en donnent à coeur joie. 

P1000028 P1000038 (2)

C'est deux années là, c'est la compagnie de Bie qui a annimé les rues du village.

168 169

Le dernier jour des festivités, les participants traversent les rues du village en une longue procession jusuqu'au terrain où les chevaliers et les fauconniers démontre leur talent.

170

Fête médiévale de Crémieu (2011).

La fête médiévale de Crémieu de l'année 2011 a été riche en festivités et en attractions. Animaux, chevaliers, troubadours, artisants et doues dames étaient au rendez-vous.

 

Les animaux:

Les oies.

Au milieu des passant, un troupeau d'oies, menées à la baguette, s'offrent aux caresses des petits et des grands. 

DSCN8174 DSCN8177

Les moutons.

De mêmes pour les moutons, qui sont bien plus impressionnants. Cela ne semble pas gêner ce petit garçon.

DSCN8248

 

Les costumés:

Les ateliers vivants.

Parmis les différents stands, plusieurs activités des temps passés sont présentées. Des personnages vagabondent dans les rues, parés à la mode d'autre fois.

DSCN8172 DSCN8198

Les soldats.

En fin de journée, un défilé est organisé avec tous les acteurs de la société du moyen âge. Chevaliers et croisés exhibent leur force et leur dextérité aux armes.

DSCN8220 DSCN8236

Les elfes.

Ils font partis du folklore médiévale dans l'ensemble de l'Europe. Ils sont discrets et vivent habituellement dans la forêt.

DSCN8225 DSCN8224

Les nobles.

Ici les nobles, au sommet de l'échelle sociale, défilent dans leurs beaux habits de soie, de velours et de satin.

DSCN8228 DSCN8212

DSCN8232

DSCN8229 DSCN8231

Les serviteurs.

Ils font partis du peuple et accomplissent les tâches domestiques pour les nobles.

DSCN8233

Les démons.

Le moyen âge est une période pas aussi obscure qu'on le pense, néanmoins il est connu pour ces superstitions. Ainsi les démons étaient très présents dans l'esprit collectif et étaient représentés sous des formes monstrueuses. 

DSCN8234

 

Les visiteurs:

La fête médiévale de Crémieu est très réputée et un grand nombre de personnes viennent y assister. Pour l'occasion des navettes gratuites ont été mises en place, elles font le trajet entre le village et le parking.

DSCN8238

 

Les boutiques:

DSCN8166

L'artisanat.

Cuirs, sculptures, ferronnerie et orfèvrerie sont présents sur le marché.

DSCN8160 DSCN8162

DSCN8163 DSCN8199

Les épices.

Aussi précieuses que de l'or à l'époque (à cause de leur rareté), elles en sont emblématiques.

DSCN8167

Le cuir.

Plus simple à confectionner et plus solide, le cuir était une matière première qui composait bien des objets de la vie de tout les jours mais aussi de l'atirailles des soldats et guerriers car elle est légère et résistante.

DSCN8242

DSCN8169 DSCN8168

DSCN8170 DSCN8182

L'herboristerie.

C'est là que potions, crèmes et brouets qui soignent er guérissent sont composés puis vendus.

DSCN8184 DSCN8196

Bien d'autres stands sont visibles, certains intrigants, d'autres appétissants.

DSCN8201 DSCN8241

Petits souvenirs de Crému 2009 et de ces étranges créatures sylvestres.

P1000081

P1000082

P1000083

 

Nouvelle rubrique: fêtes médiévales.

Voici une nouvelle rubrique où est regroupé les différentes fêtes médiévales aux quelles j'ai assistée ou parfois participées. Et pour commencer, voici une petite vidéo sur la fête de Crémieu 2012. La qualité n'est pas des meilleures mais c'est une bonne mise en bouche.

Fête médiévale de Crémieu 2012.

3

lundi 10 septembre 2012

La grande consoude.

 

SAM_5780

 

SAM_5781

 

SAM_5782

 

SAM_5783

 

La grande consoude :

 

noms: symphytum officinale, consoude, oreille d'âne. Le nom consoude vient du latin consolida, du verbe consolido: « je consolide, je répare ». Symphytum, en grec, à la même signification.

 

Classification: ordre des lamiales, famille des borraginacées, genre symphitum.

 

habitat: sur les bords des rivières, dans les zones humides marécageuses, sous les peupliers ou dans les jardins humides à l'abandon. On la trouve dans toute la France (elle est rare dans le Midi) sauf dans le Lotet Garonne (47), la Haute Garonne (31), dans Hérault (34) et en Corses (2a et 2b) où elle est absente. On la trouve en Asie, en Europe, en Sibèrie Occidentale et en Amérique du Sud.

 

Description: c'est une plante robuste. Ses feuilles sont épaisses et légèrement rêches, lancéolés atteignant 25 cm et plus. Les fleurs en forme de clochette sont violettes ou blanches, mais les deux couleurs ne peuvent pas être présentes sur le même plant. Elles ont 5 lobes et mesurent 1,5cm. Elles forment des grappes et fleurissent de mai à juillet. La grande consoude peut mesurer 1,20m. Sa souche est épaisse et ramifiée. Elle résiste à des températures de -30°C.

 

propriétés et utilisations: on utilise principalement la racine qui est marron à l'extérieur mais blanche à l'intérieur. On la ramasse à l'automne et au printemps (de préférence au printemps). Il est possible de la consommer de suite ou de la faire sécher pour l'année. Riche en tanin, les préparations à base de grande consoude ne doivent pas être mise en contact avec du fer. C'est une plante aux vertus cicatrisantes très puissantes. Discorde (encore lui), la prescrivait contre les crachements de sang et les hémorroïdes. Fernel lui la transforma en sirop, fort réputé contre les maladies de poitrine, la phtisie (tuberculose pulmonaire), l'hémoptysie (crachat de sang). Quelques siècles plus tard, les bienfaits de la grande consoude tombent dans l'oubli, c'est Macalister qui la redécouvre par l'infusion concentrée de sa racine qui soigne les ulcères récalcitrants. Riche aussi en allantoïne (composé du liquide amniotique des mammifères), elle est une bonne réparatrice des tissus car en plus d'être cicatrisante, elle est calmante et antihémorragique. Pour les maladies respiratoires telles que la bronchite, la toux ou la trachéite, on l'utilise en voie interne. L'infusion (100g de racines séchée pour 1L d'eau et laisser en contact une nuit) calme vite la diarrhée, favorise la cicatrisation des ulcères gastoduodénaux, combat les inflammation dues aux colites. Pour cela il suffit de prendre une asse après les repas ou quand les douleurs se présentes.

 

Sirop de consoude de Fernel (à base de la plantes sèches):

250g de sommités de consoude.

250g de racines de consoude.

450g de plantin.

450g de pimprenelle.

450g de tussilage.

Piler les herbes fraiches, sortir le jus dans un linge, ajouter 1,250kg de sucre, bouillir et aux premières bulles ajouter la racine nettoyée et râpée. Faire cuire jusqu'à obtenir une consistance sirupeuse. Passer en flacons qui seront bien bouchés. Il soigne les diarrhées, les hémorragies, la toux et de nombreuses affections respiratoires.

 

C'est en usage externe que la grande consoude a le plus de vertus. Fraîche, la racine est épluchée, lavée, ébouillantée, broyée pour servir aux préparations. Mais une décoction concentrée peut la remplacer. Pour cela faire bouillir 200g de racine sèche concassée dans un litre d'eau pendant 20 min, couverte à feux doux. D'en un cas comme d'en l'autre, ces préparations sont utilisées sur les ulcères, les plaies suppurantes, les escarres et les brûlures profondes. De très bons résultats ont été obtenu pour la guérison des détériorations graves de la peau grâce à la pommade de consoude. Le professeur Teissier démontre que la grande consoude déterge les plaies, amoindrie les suppurations et régénère rapidement les tissus. Il faut l'utiliser à chaque fois que la cicatrisation se fait trop longue. La pulpe fraiche soulage, calme et cicatrise les brûlures au premier degrés quand elle est appliquée dessus.

Autrefois dans les campagnes pour soigner les gerçures des seins, les nourrices introduisaient le mamelon gercé dans une petite cavité creusée dans une racine fraîche de grande consoude. On peut aussi réduire en bouillie la racine pour en faire un cataplasme.

Injecté, l'infusion soigne la métrite (affection de l'utérus), la vaginite, la leucorrhée (perte blanche), et les inflammations des parties génitales féminines.

Elle serait aussi efficace contre les foulures et l'arthrose. C'est aussi un très bon purin pour les plantations.

 

toxicité: il faut utiliser la consoude avec précaution en usage interne car elle est toxique (intoxication du foie, des décès ont été déjà répertoriés.) et contre indiquée pour les femmes enceintes mais en usage externe pas de danger, néanmoins par sécurité mieux vaux ne pas utiliser un traitement à la consoude pendant plus de deux mois.

 

cuisine: les jeunes feuilles se consomment en salade ou cuitent comme de l'épinard. En Allemagne, on en fait des beignets.