mardi 18 septembre 2018

Découvrons le marais de Chirens.

DSC09077

Nous voilà dans l'ENS du marais de Chirens, pour une visite un peu particulière. J'anime pour l'occasion une sortie pour mes proches. Le lieu est idéal, l'histoire géologique est riche, ne serait-ce que par la formation du marais à la suite du retrait des glaciers qui donna naissance à un lac dont les traces les plus anciennes remontent à 14 000 ans.

DSC09063        DSC09075

Nous sommes de ce fait une joyeuse bande à partir à la découverte de la faune et surtout de la flore locale. Les milieux sont très diversifiés : saulaies, mares, phragmiteraies, peupleraie ou encore prairies humides, ce sont tout autant d'habitats pour s'initier aux joies de la botanique. Je suis partie tôt le matin quelques jours auparavant repérer les lieux. Il fait alors très chaud, pas moins de 26°C à 6 heures du matin. Hormis une troupe de chevreuils et quelques sangliers, un héron timide et quelques passereaux, les lieux semblent déserts. Je connais bien l'endroit mais un rafraîchissement de mémoire ne fait jamais de mal, d'autant plus que vérifier si le sentier est praticable ou que le lieu n'est pas fermé au public n'est pas un luxe, surtout quand on se trouve dans un espace sensible où la fréquentation est un des axes de sa gestion.

P1090268

Le circuit est accessible, nous sommes pour l'occasion pas loin d'une vingtaine. Une courte présentation me permets de retracer l'histoire du site mais aussi, son passé historique, en particulier avec l'influence des occupants celtes de la région, les Allobroges. Ces derniers ont laissé dans le paysage plusieurs vestiges dont des mottes castrales, traces de maisons-villages fortifiées et situées au sommet des collines entourant le marais de Chirens.

DSC09260          DSC09266

Parmi les espèces présentes, on peut citer le solidage géant (Solidago gigantea), qui se différencie de son cousin canadien de par sa non pilosité (glabre) et de sa plus petite taille. C'est une espèce dite EEE : espèce envahissante exotique, c'est à dire venue d'une autre contrée que celle où elle se trouve, de manière non naturelle et représentant une menace pour la santé humaine et ou les milieux naturelles et ou l'économie. Outre son statut qui fait débat, ce solidage appelé aussi verge d'or géante est une plante médicinale employée par de nombreux peuples amérindiens. C'est aussi une plante mellifère dont le miel au goût fort est proche de celui de sarrasin.

DSC09132

Par endroit sur le marais, le pourcentage de couverture de ce solidage est proche de 100%, c'est à dire que sur un espace donné, il est la seule plante à se développer, créant ainsi un peuplement monospécifique comme sur cette photo. Le problème, c'est que cette couverture végétale, toute belle qu'elle soit, empêche d'autres espèces essentielles au bon fonctionnement de la tourbière de se développer. Cela est particulièrement préjudiciable pour la liparis de Loesel (Liparis loeselii), une petite orchidée discrète et très rare, typique des zones humides et qui tend à disparaître à vitesse grand V. Une partie des animaux n'y trouvent pas leur compte non plus. Adieu les zones propices à la mise bas ou au pouponnage, pour apprendre aux jeunes à se nourrir ou nicher. Peu à peu les espaces colonisés se vide de leur grande faune et de leurs oiseaux.

DSC09312

Le sureau hièble (Sambucus ebulus) n'est pas comestible contrairement au sureau rouge (Sambucus racemosa) et le sureau noir (Sambucus nigra) du fait de sa légère toxicité qui le rend purgatif. Dans l'usge populaire, sa racine était employée comme diurétique, bien qu'il soit plus sage de lui préférer le pissenlit pour cette usage. Ses fruits sont vomitifs et ses fleurs ont la réputation d'être soporifiques.

DSC01876

Elles étaient employées également pour soigner les problèmes oculaires, sans que cela ne s'avère réellement efficace. Cet usage aurait donné à cette plante ses surnoms d'herbe aux yeux ou d'herbe aux aveugles. On l'a nomme également herbe aux punaises en raison de son odeur forte qui caractérise ce sureau mais aussi pour son purin qui fait office de répulsif contre les insectes ravageurs. La réalisation de ce purin est extrêmement simple, à raison d'1 Kg de plante fraîche mise à macérer dans 10 L d'eau.

DSC09271

Proche de la mare, une angélique officinale (Angelica archangelica) prend ses aises à l'ombre, les pieds dans l'eau, joussant de l'abondance de matière organiqe (MO). Originaire du nord de l'Europe, c'est au 12e siècle qu'elle fait son entrée en France. Comestible, ses tiges et ses pétioles entrent dans la composition de nombreux desserts de la renaissance. Cependant, ses vertus curatives incitent à la consommer avec prudence par les femmes enceintes, du fait que la plante est abortive, d'où son nom d'angélique tiré de sa réputation de faiseuse d'anges, les anges étant dans la tradition les enfants morts avant d'avoir pu connaître le baptistère.

DSC09256        DSC09257

Le long du sentier, des bosquets d'armoise commune (Artemisia vulgaris) se développent. C'est une plante que j'emploie régulièrement pour stimuler l'appétit et soigner les douleurs menstruelles de manière efficace. C'est également une plante à l'usage cérémoniale pour de nombreux peuples. Elle est par exemple fumée au Mexique dans des cérémonies religieuses ou employée en campagne française pour provoquer les rêves extra-lucides.

DSC09227

La carotte sauvage (Daucus carota) est une plante commune voire banale et qui bien souvent, n'est que peut regardée. Et pourtant, elle en vaut la peine. Son goût anisé est parfait pour composer des infusions sauvages à l'aide des fleurs et graines glanées pendant une sortie.

DSC09222

Elle se reconnaît à ses grandes bractées, à ses fleurs blanches dont une de couleur pourpre, marque souvent son centre. À la fin de la floraison, les fleurs de l'ombelle se referment sur elles mêmes, formant un véritable nid d'oiseau. Outre leur goût anisé, les graines possèdent de nombreuses vertus. Toniques, stimulantes, dépuratives, anti-inflammatoires ou encore anti-microbiennes, elles ont été pendant longtemps utilisées comme panacée contre les coliques néphrétiques et les rétentions urinaires. Les feuilles et fleurs peuvent également être employées à ces fins en infusion du fait de leur caractère diurétique. Elles entrent également dans la composition de nombreux produits de beauté anti-ride, anti-cellulite et anti-acné.

DSC09234

L'ail des jardins (Allium oleraceum) se reconnaît à ses ovaires gonflés et à sa floraison délicate. Typique des friches et des pelouses rases, on le rencontre partout sur le territoire français. Utilisé en cuisine, il serait arrivé dans les pays nordiques sous l'impulsion des migrations vikings. Il est d'ailleurs souvent utilisé comme indicateur de vestige, l'espèce étant cultivée dans les cours des châteaux et les jardins de paysans au Moyen Âge.

DSC09252

L'eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum) est une jolie plante aux fleurs roses réunnient en ombelles. De grande taille, elle tire son nom de la ressemblance de ses feuilles avec celles du chanvre et de ses propriétés pharmacologiques qu'elle partage avec l'aigremoine eupatoire (Agrimonia eupatoria).

DSC09250

Typique des zones humides, en particulier de la mégaphorbiaie (habitat composé de grandes plantes aimant l'eau), c'est une mellifère sur la quelle on peut observer une grande diversité de papillons de belle dimension. Plante cholagogue (bénéfique à la production de bile et à la digestion de ce fait), ce sont ses feuilles et sa racine qui sont utilisées. Son intérêt réside également dans ses propriétés antioxidantes de par ses acides ascorbiques et coumariques et de la lutéine qu'elle contient, ses effets digestifs avec ses polysaccharides ou encore, ses vertus anti-inflammatoires de par ses lactones, ce qui invite à l'employer de manière discontinue et avec prudence.

DSC09347        DSC09348

La bourdaine (Rhamnus frangula) est un arbuste des marais. Violent purgatif, il est aussi un arbre remède qui était prisé à l'antiquité. Cependant ses nombreux alcaloïdes poussent à préférer des plantes aux mêmes effets mais beaucoup plus douces pour l'organisme. Les chevreuils sont de grands amateurs des fruits de bourdaines, ceux-ci ayant des effets psychotropes sur les cervidés. C'est aussi une plante tinctoriales dont des rameaux on tire des teintes rouges et brunes, de l'écorce sèche un rouge framboise et des ses baies à maturité du vert.

DSC09302     DSC09276     DSC09328     DSC09338

Il y a de nombreuses autres plantes médicinales et comestibles sur le marais de Chirens, elles sont tout autant d'occasions de montrer la richesse de ce site souvent méconnu et pourtant essentiel au bon fonctionnement de la vallée de l'Ainan, que cela soit pour son agriculture, sa faune ou le maintient de ses paysages. Morelle douce-amère, menthe aquatique, lamier maculé ou reine de prés, ce sont là quelques unes des merveilles à découvrir.

DSC09331

Sur le retour, nous tombons  sur une plume de chouette hulotte (Strix aluco). L'abondance de rongeurs du fait de la multiplicité de milieux est une aubaine pour cette espèce qui doit aussi partager son teritoire avec le hiboux moyen duc (Asio otus) dont la présence est avérée sur le site.

DSC09342

Galéopsis tétrahit (Galeopsis tetrahit) est appelé ortie royale bien qu'il n'en soit pas une. Il n'a en effet ni les vertus, ni les poils urticants. De même, on l'appel parfois chanvre bâtard bien qu'il en soit éloigné botaniquement parlant. Son nom de "Galéopsis" signifie "celui qui a l'aspect de la belette", en raison de la pilosité de ses fleurs et de la forme de son labelle, typique de cette famille, les lamiacées.

Arrivée sur la place de l'église, le circuit prend fin. Le tour aura duré un peu plus de 2 heures, le temps qu'il faut pour aborder une vingtaine de plantes, présenter les habitats emblématiques du marais, faire sentir et toucher les graines, fruits et feuilles parfumées rencontrées tout au long du chemin et surtout, pour prendre le temps d'échanger. C'est une expérience formidable que j'ai hâte de renouveler d'ici peu dans les forêts de Chartreuse pour une approche plus ethnobotanique sur les usages passés et magiques des plantes et des champignons.

DSC09211        DSC09213


mercredi 27 juin 2018

Rallye ornitho avec la LPO.

DSC04044

Retour dans l'Ain et l'Isère fin mai 2018 pour un événement un peu particulier, un rallye ornitho. Qu'est ce que donc ? Il s'agit tout au long d'un parcours dessiné à l'avance d'observer le plus d'espèces d'oiseaux possible. Composées en petits groupes, les équipes doivent se déplacer sur 3 à 4 sites afin de pouvoir mener leur inventaire. L'enjeu de cette matinée d'observation est d'évaluer année après année la présence et le nombre d'oiseaux pour évaluer leur population. Il n'y a pas de mystère, la tendance est encore et toujours à la baisse, de quoi se miner le moral malgré cette journée placée sous le signe de la convivialité et de la découverte. Cela ne serait cependant faire oublier la beauté de site, en particulier de l'étang de Lemps et du plateau de Larina où nous retournons de temps à autre traîner nos savates. Le temps et couvert et la pluie s'invite par moment, c'est idéal pour observer certains animaux en quête de chevreuil. Un ragondin et un chevreuil d'humeur matinale croise notre route, il n'en faut pas plus pour contribuer à notre bonne humeur. Pour l'occasion je suis avec 4 de mes camarades qui m'ont accompagnés tout au long de mon GPN, et qui, passionnés de nature et d'ornithologie m'ont convié à eux pour cette sortie.

DSC03939       DSC03946

Le paysage n'est pas forcément celui auquel on s'attend. La centrale nucléaire du Bugey s'offre au promeneur, mais c'est sur les falaises qu'il faut s'attarder. Outre l'autour des palombes (Accipiter gentilis) qui nous a gratifié d'un très rapide passage, il y a fort à voir. Déjà en contre-bas, où une grande héronnière s'étend, on peut y observer les parents nourrir leurs pettis. Sur la falaise, les choucas des tours (Corvus monedula) sont rois, ce qui semble nullement déranger ce pigeon colombin (Columba oenas).

DSC03965

Les ascalaphes (Libelloides) malgré leur aspect ne sont pas des papiilons. Ils se reconnaissent à leurs ailes en partie transparentes, aux massues au bout de leurs antennes et à leur régime alimentaire qui se compose essentiellement de mouches qu'ils capturent en plein vol. Ils sont typiques des milieux secs et pierreux.

DSC03975

Le gazé (Aporia crataegi) est aussi nommé piéride de l'aupébine. Généralement, les ailes aux nervures noires des femelles sont beaucoup plus transparentes que celles des mâles et possèdent une marge brune, ce qui permet de différencier les sexes, à condition que les individus aient déjà quelques heures d'existance sous leur forme d'imago. Une quinzaine de pontes de 60 à 120 oeufs jaunes à chaque mise sous feuilles finissent par épuiser dame gazé qui bien souvent, meurt d'épuisement. Comme son nom l'indique, l'aubépine est l'arbre hôte des chenilles de ce papillon. 

DSC03963

Sur le plateau de Larina, bien d'autres espèces se rencontrent. Ceux de la famille des nymphalidae sont les plus abondants. Souvent de grande taille, ces papillons sont des butineurs précieux car ils sont souvent les seuls à être capable avec leurs longues trompes à atteindre le nectar contenu dans les éperons profonds de certaines fleurs.

DSC03985       DSC04039

Le lézard vert occidental (Lacerta bilineata) a fait de Larina son fief. Pourtant celui-ci n'y a pas été observé. Il est originaire de l'ENS de l'étang de Lemps. C'est un endroit idéal pour d'observer la faune de part ses observatoires et ses palissades. Bien cachés, nous sommes gratifiés du passage de la bondrée apivore (Pernis apivorus) et semble-t-il du faucon hobereau (Falco subbuteo) s'ajoutant à la multitude de canards présents.

DSC04029

Deux couples de grèbes huppés (Podiceps cristatus) s'affèrent à leur pêche. En fin de notre parcours, nous avons même la chance d'observer sur le lac devant le quel nous pique-niquons un adulte transportant un petit sur son dos. Cet oiseau se caractérise par plumage pourpre, par son vol saccadé et par son cri de trompette.

DSC04006       DSC04011

Ô joie ! Nous tombons sur l'emblême de l'ENS : la tortue cistude (Emys orbicularis). C'est la première fois que j'observe des specimens sauvages, autant vous dire que je n'en reviens toujours pas. C'est une des deux espèces de tortues sauvages en France métropolitaine avec la tortue d'Hermann (Testudo hermanni). Aquatique, elle était présente dans tout le pays avant que les milieux humides ne se réduisent à peau de chagrin. Désormais elle est en voie de disparition dans l'ensemble de l'Europe, en Russie et au Nord de l'Afrique.

DSC04041       DSC04040

L'ornithogale des Pyrénées (Ornithogalum pyrenaicum) est appelé asperge des bois. Au stade de fleurs il n'est plus apte à être cueillie. C'est quand il est en bourgeon, quand le soleil n'est pas encore trop dur, qu'on le récolte en forêt ou en lisière. Sa saveur douce, verte et sucrée en fait un met recherché. De ce fait il se ratifie dans de nombreuses forêts se qui a poussé certaines régions et communes à le protéger complètement ou de manière partielle en réglementant sa récolte. Ce soir là, c'est omelette aux asperges des bois à la maison.

DSC04064Notre itinéraire s'arrête dans les marais qui se trouvent au pied du plateau de Larina. Sur la berge, un héron pourpré (Ardea purpurea) tente de trouver un peu de calme malgré les piaillements incessants des locustelles cachées dans la phragmitaie. La matinée rallye prend fin, au compteur plus de 140 espèces mais avec des effectifs très faibles. Mauvais temps, activité humaine, prédation ... nos amis à plumes sont de moins en moins présents dans nos campagnes et les causes sont multiples. Notre morale s'en trouve quelque peu endeuillé, malgré la convivialité ambiante qui émane du repas partagé avec les autres équipes.

lundi 8 août 2016

Sortie à l'Herretang avec l'école du pays Velannois.

DSC07606

Dernière sortie de l'année avec les enfants de l'école. Pour la peine nous voilà partis à l'Herretang dont je vous repparlerai dans un prochain billet et que vous pouvez découvrir dans cette rubrique ICI. Il fait chaud et il n'y a pas un seul nuage en vu mais cela ne nous a pas empêché de voir énormément de choses.

 

La petite faune.

Attention où l'on pose les pieds ! Dans une tourbière telle que celle de l'Herretang la vie est partout et c'est avec une grande délicatesse que nous avons manipulé ces animaux. À gauche il s'agît d'un jeune crapaud commun (Bufo bufo) et à droite c'est un papillon posé dans la main, le ptérophore blanc (Pterophorus pentadactyla).

DSC07665 DSC07668

 

Le bruant jaune (Emberiza citrinella).

C'est un oiseau dont j'apprécie le chant. Le mâle se reconnaît à sa superbe couleur. Il se rencontre dans les zones dégagées entourées de buissons, de lisières et/ou de bosquets plus ou moins denses. On le trouve un peu partout en Eurasie du moment qu'il y a de la nourriture, à savoir des insectes, des graines et des baies.

DSC07629DSC07628 DSC07631

 

La reine des prés (Filipendula ulmaria).

Avec l'écorce de saule blanc (Salix alba), elle a servit de modèle pour synthétiser l'aspirine. Elle aime les sols humides dans les quelles son long rhizome s'encre aisément. Bien que présente dans toute la France, elle est relativement rare dans les zones méditerranéennes. Elle peut être utilisée pour aromatiser les desserts.

DSC07626 DSC07624

 

La vie du chevreuil.

Le chevreuil (Capreolus capreolus) fréquente les zones fauchées de la tourbière car l'herbe qui y pousse est tendre. Les bois du chevreuil ne poussent que chez le mâle que l'on nomme brocard. Ils lui servent pendant la période de rut qui s'étale de juillet à août pour gagner le coeur des femelles. Quand on se promène en forêt, que l'on est un poil observateur et assez chanceux, on peut tomber sur ses bois qui peuvent atteindre 25 centimètres.

DSC07620

 

Le peuple des mares.

L'écosystème qui compose les mares et les petits lacs est riche. On y trouve de nombreux insectes prédateurs. Sur les deux premières photos on peut observer des libellules (Odonata) dans leur forme adulte et larvaire. Voraces elles ont autant d'appétit que cette népe (Nepa sp.), une punaise aquatique qui respire par le long tube qui se trouve à l'arrière de son abdomen et qui se saisie de ses proies grasse aux pinces de ses pattes avant.

DSC07639 DSC07696DSC07719DSC07701 DSC07740

 

Les mains dans la terre et pas que ...

Les enfants sont attirés par l'eau, c'est un fait incontestable. Parfois, ça méne à la catastrophe mais
qu'à cela tienne, cela fait parti des apprentissage de la vie et souvent, des souvenirs de jeunesse. 

DSC07695


La cardère sauvage (Dipsacus fullonum).

Cette plante est passionnante, sa forme cultivée a permit à nos grand-mères de filer la laine mais son secret se cache dans ses feuilles. Celles-ci forment une coupelle où l'eau de pluie se dépose et dans la qu'elle la plante insérer des enzymes. Quand les insectes s'en approchent, ils y tombent , s'y noient et y sont dissous. Les femmes de l'antiquité utilisaient cette eau comme eau de beauté et nommaient la plante bain de Vénus.

DSC07692 DSC07693

 

Les poissons.

La tourbières a été exploitée pendant très longtemps par les hommes. Quand celle-ci ne l'a plus été, les carrières de tourbe se sont remplis d'eau et sont devenues des étangs. Peu à peu des poissons sont apparus. On y trouve ainsi des tanches, des perches soleil, des carpes communes, quelques gardons et bien d'autres espèces.

DSC07689


Le veratre blanc (Veratrum album).

Cette grande plante toxique aux fleurs plus ou moins blanches est parfois confondue avec la gentiane jaune (Gentiana lutea), ce qui peut avoir des conséquences funestes. Cela vient du fait que les feuilles et le port de ces deux espèces sont très similaires quand elles n'ont pas d'inflorescences visibles. Pour les différencier il faut regarder l'insertion des feuilles qui sont chez le vératre toujours alternes et opposées pour la gentiane.

DSC07749 DSC07750

 

Le milieu.

Il est composé d'une succession de tableaux, à savoir une grande prairie fauchée et pâturée, un début de sous bois, un petit marais, des étangs plus ou moins profond et une rivière qui porte le même nom que la tourbière: l'Herretang. Cette grande variété permet de voir des espèces qui se côtoient rarement d'ordinaire.

DSC07671DSC07677 DSC07684DSC07748

 

Les fleurs des milieux humides.

Celles présentées ci-dessous ne leurs sont pas forcément affilées mais s'y croisent souvent. De gauche à droite et de haut en bas, on peut citer l'épiaire des marais (Stachys palustris), la consoude tubéreuse (Symphytum tuberosum) et le sureau noire (Sambucus nigra) qui font le bonheur des abeilles et des papillons.

DSC07649 DSC07669DSC07655 DSC07656

 

La balsmaine de l'Hymalaya (Impatiens glandulifera).

C'est une plante invasive qui détruit les biotopes et les espèces qui se trouvent à proximité d'elle de par sa redoutable adaptabilité. La voir dans ce milieu protégé me fait mal au coeur. Dans certaines zones des arrachages collectifs sont menés, pour le moment seul celui des renouées invasives (Fallopia) est pratiqué ici.

DSC07643

 

L'heure de la sieste.

Des vaches aubracs ont été introduites dans les zones de prairies de la tourbière pour les maintenir en l'état et permettre à différentes espèces d'oiseaux de nicher au sol. Cette race rustique était déjà présente à l'époque celte en Gaule et se reconnaît à ses grandes cornes noires, sa robe rousse et son naseau blanc.

DSC07755 DSC07759DSC07768


Le mot de la fin.

Découvrir un endroit que l'on connaît plus ou moins bien avec des guides nature, c'est s'assurer d'apprendre quelques secrets inédis sur celui-ci. En particulier pour ce qui est des oiseaux aux quels je suis encore peu attentive mais je travaille fortement à ne plus avoir de difficultés pour tout ce qui concerne l'ornithologie.

DSC07647 DSC07772

vendredi 29 juillet 2016

Sortie en Chartreuse avec l'école du pays Velannois.

DSC07023

Retour en Chartreuse avec l'école de Velanne, 4 mois environs après notre première venue avec les enfants sous la neige et avec les raquettes aux pieds. Depuis la forêt a bien changé et aborde toute une gamme de verts. Pour cette sortie les guides nous ont mené sur la traces des grands mammifères des Alpes.

 

La thomise variable (Misumena vatia).

Cette araigné est une terrible chasseresse qui tend des embuscades à ses proies. Posée sur cette feuille de vératre blanc (Veratrum album) celle-ci prend un bain de soleil. Il s'agît d'une femelle, les mâles étant beaucoup plus petits (3 à 5 mm) et n'abordent jamais un céphalothorax (fusion du thorax et de la tête chez les arachnides) blanc mais plutôt brun. Il n'est pas rare de croiser ces derniers avec des pattes en moins suite à des combats.

DSC07066 DSC07067DSC07043

 

Au bord de la marre.

Rien de mieux qu'une marre grouillant de vie pour captiver les enfants. Bien sûr, c'est prendre le risque d'en voir quelques uns revenir avec les mains couvertes de boue et les bas de pantalons trempés. Rien de grave quand on voit le large sourire qu'ils abordent. Ce jour là nous avons eu le plaisir de découvrir les gerris, d'étranges punaises prédatrices marchants sur l'eau mais aussi une multitude de têtards et un couple de tritons alpestres (Ichthyosaura alpestris) dont la femelle était sur le point de pondre (la femelle colle les oeufs sur la végétation aquatique). Pas de panique, après quelques minutes d'observations ils ont pu retrouver leur milieu de vie.

DSC07029 DSC07030DSC06985DSC06930 DSC06931

 

Sur la trace des grands prédateurs.

On rencontre beaucoup de gros animaux en Chartreuses. Parmi ceux-ci on peut compter le cerf elaphe (Cervus elaphus) dont on peut parfois voir les traces dans la boue après une bonne pluie. On rencontre aussi le chamois (Rupicapra rupicapra). Cet animal n'est pas uniquement inféodé aux montagnes, auparavent on le trouvait partout en France avant que la chasse intensive des siècles passés ne manque de le faire disparaître.

DSC07022 DSC07028


La renoncule à feuilles d'aconit (Ranunculus aconitifolius).

C'est une plante de montagne robuste qui pousse entre 1000 et 2000 mètres et qui se rencontre dans les zones plutôt humides de la fin du printemps au début de l'été. On la nomme aussi parfois pied de corbeau bien que je ne lui trouve pas de ressemblance particulière avec les pattes de notre ami à plumes.

DSC07072 DSC07074DSC07128

 

La découverte chez les enfants.

Il n'y a pas mille façons de faire découvrir la nature aux enfants, il faut savoir se montrer captivant et surtout, didactique. Il n'y a qu'en ayant les mains dans la terre et le nez dans l'herbe que les petites têtes blondes peuvent se captiver pour tout ce qui touche à la faune et à la flore. Un masque dans une feuille de pétasite ou un atelier sur la découverte du pollen des sapins avec une loupe binoculaire font le plaisir des petits et des grands. 

DSC07111 DSC06975

Le mot de la fin.

Il est très sympa de retourner sur un même lieu avec les enfants et voir comment celui-ci évolue au fil des saisons, c'est riche d'enseignement. Passer de la neige à la verdure et voir comment les arbres et les animaux ont changé leurs techniques de survie m'a donné une multitude d'idées pour mes prochaines sorties et m'a beaucoup inspiré dans mes recherches du moment. Si l'occasion se présente nous y retournerons à l'automne.

DSC07106 DSC07099DSC07105

mercredi 23 mars 2016

Sortie raquettes avec l'école du pays Velannois.

DSC01501 modi

Voilà une très chouette sortie en nature, et qui plus est, avec des guides natures ! Nous voilons donc partis avec toutes une troupe d'enfants émerveillés par la neige mais un peu perdu par le vent et le froid. Heureusement, la sortie se fait à travers à la forêt, bien à l'abris des intempéris. C'ets parfait pour découvrir le domaine de Col de Porte qui d'ordinaire est une station de Chartreuse connue pour ses pistes de ski de fond et de ski de piste.

 

Les arbres du Parc de Chartreuse.

En plus des 3 formidables guides qui nous ont accompagnés tout au long de la journée, un garde forestier et son apprenti sont venus nous rendre visite et surtout nous parler de la gestion des arbres. Ici, rien n'est laissé au hasard. Les vieux arbres isolés ou morts sont laissés à leur place pour servir de gîte et de nourriture aux animaux et aux champignons. Les arbres robustes aptes à l'abattage sont marqué du sôt du garde pour éviter toute erreur.

DSC01451 DSC01508

DSC01490

DSC01630 DSC01457

 

À la découverte de la neige : la nivologie.

La neige est pleine de surprise. Les flocons peuvent présenter des formes variées et originales. Les couches de neige peuvent être dures, molles, granuleuses et glisser les unes sur les autres. Ces dernières peuvent être de température variable. Plus on s'approchera du sol, et moins elles seront froides. La neige est aussi un très bon isolant thermique, car elle est composée d'air ce qui protège les petites animaux et les plantes du gel. 

DSC01595 DSC01600

DSC01608 DSC01612

 

L'invention des raquettes à neige.

 Les premières raquettes à neige étaient faites de peuplier et parfois agrémentées de cuire. On ne connaît pas très bien leur origine bien que l'on pense qu'elles soient apparue il y a 4000 ou 5000 ans en Asie. Ce sont les peuples nord-américains qui ont le plus utilisés cette technique pour se déplacer rapidement dans la neige mais aussi les zones marécageuses. Celles-ci de se déplacer plus vite et de chasser de manière silencieuse. 

DSC01566

 

Faire un feu comme un trappeur.

Pour réchauffer nos explorateurs en herbe et manger au chaud, rien de mieux qu'un bon feu. Un peu d'amadouvier (Fomes fomentarius), un champignon utilisé depuis des millénaires comme allume feu, quelques brindilles, un peu de lichen et un tapis de branches de sapin vertes suffisent à débuter notre brasier. Le feu va grandir au point de former un grand trou dans la neige. Tant qu'il sera alimenté il manquerait pas de réchauffer les marcheurs.

DSC01512 DSC01521

DSC01579

DSC01529 modi DSC01555

 

Monsieur renard.

 Comme le dit la chanson, "il est passé par ici, il repassera par là". Le renard aime parcourir son territoire, il y laisse de très nombreuses traces qui permettent de connaître assez facilement ses habitudes. Ses traces de pattes indiquent à quelle cadence il avance, ses crottes (et le lieu où elles sont disposées) où il est chez lui. Pour les reconnaître à coup sûr, il faut ... les sentir. Il paraît qu'elles dégagent une odeur fruitée et légère.

DSC01466 DSC01474

 

Le mot de la fin.

J'avais envie de vous parler depuis un sacré moment de cette sortie. J'ai peu de photos à vous présenter car la plus part sont centrées sur les petits bouts de choux que j'ai pu accompagner. J'adore ce genre d'expérience, parce qu'on apprend beaucoup de chose, on en prend plein les yeux et surtout, parcequ'on partage avec les autres. Je vous invite tous à vivre un jour ce type de sorties dépaysantes et au combien instructives.

DSC01516 DSC01540


mardi 5 mai 2015

Rencontre.

P4110006

 Rencontre en Savoie entre passionnés et amoureux de la Nature au petit Nice, charmant camping que je recommande chaudement. Installé sur la commune de Saint-Martin-la-Chambre (voilà un nom qui ne s'invente pas), il offre un panorama exceptionnel sur les montagnes enneigées et un cadre de vie reposant et bucolique.

P4110133 P4110144

P4120248 P4110026

 Nous voilà une petite dizaine réunis tous ensemble pour partager, élaborer et définir notre projet. Une belle balade ponctue le week-end. Parfaite pour mieux se connaître, elle a été riche en découverte. Pour ma part elle a aussi ravivé les souvenirs que je peux avoir de la montagne et surtout de la haute montagne.

P4110228

 La primevère élevée ou primevère des bois (Primula elatior) aime les bois calcaires. Les jeunes feuilles et les fleurs se dégustent en salade. Douces, elles sont en tisane adoucissantes et calmantes en particulier dans les cas de toux grasse. La plante entière (feuilles, tiges, racines etc.) est diurétique.

P4110047 P4110048

P4110049 P4110050

 Adorable hellébore fétide (Helleborus foetidus). Plante toxique, elle fût utilisée autrefois pour soigner la folie et les intoxications du bétail. Elle porte les noms poétiques de pattes de griffon, rose de serpent, griffe de lion ou de mord au Diable. Plante de sorcellerie, elle entrait dans la composition d'elexirs et de poisons. 

P4110058

Voici une pousse de grande gentiane ou gentiane jaune (Gentiana lutea). Plante de montagne très robuste, elle peut vivre plus de 70 ans et ne fleurit qu'aubout de 10 à 12 ans. Très utilisée pour réaliser des eaux de vie et des liqueurs comme la Chartreuse, sa récolte est réglementée car la plante ce fait rare. 

1P4110100 2P4110141

4P4110009 3P4110010

1 : Plante encore non identifiée.
2 : Orchidée, peut être orchis mâle (Orchis mascula).
3 et 4 La renouée bistorte (Bistorta officinalis) est une plante qui a longtemps été utilisée comme légume en temps de disette. Le bulbe est comestible cuit ou cru mais très amer sauf si cuisiné et préparé dans plusieurs eaux et les jeunes poussent sont comestibles en salade. Son usage en médecine populaire est ancien.

P4110031

 Le  crocus printanier (Crocus vernus subsp. albiflorus) est une plante à fleurs de montagne qui apparaît à la fonte des neiges sur les prairies alpines. On en trouve une grande variété dans les jardins qui sont issue de l'horticulture et sont parfois bien différents des espèces dites sauvages. Ilne faut pas le confondre avec le safran.

P4110194 P4110196

P4110197 P4110200

Le leptopore brulé (Bjerkandera adusta) est un champignon parasite qui s'installe le plus souvent sur les feuillus, parfois sur les conifères mais toujours sur les arbres vivants. Il est très commun et se rencontre aussi bien sous sa forme traditionnelle ou morte et pourrissant comme c'est le cas ici.Ildevient plus dur à déterminer.

P4110063

Le polypore d'Hiver (Polyporus brumalis), est un petit champignon qui se développe de manière isolée sur les branches mortes des feuillus. On le rencontre en général en Automne et parfois en Hiver si le gel ne fait son oeuvre. Comme nous somme en haute montagne, il est possible de le rencontrer plus tardivement.

P4110057 P4110056

P4110043 P4110030

 Les cours d'eau de montagne sont connus pour leur débit irrégulier et la force incroyable dont ils peuvent faire preuve. Cela vient du fait qu'ils sont engrandepartie alimentée par la fonte des neiges qui en fonction du temps peuvent être importantes et imprévisibles. La faune et la flore qui y vivent sont définies comme torrenticole.

P4110067

 Mais qu'est ce donc ? Un vieux chew gum ? Un ver gras et dodu ?Rien de ça, il s'agît ici d'un fuligo rose (Fuligo septica var. rosea) naissant. Ce n'est en réalité ni un animal, ni un champignon et encore moins un végétal ... ce qui laisse sa classification en suspend. On le trouve le plus souvent sur le vieilles souches. Il est rare.

P4110127 P4110027

P4110173 P4110128

 Plaisir d'enfance, la neige ! Arrivés au lac du Loup nous pouvons mettre les mains dans celle-ci et en faire quelques boules. Dieu comme c'est agréable et le paysage en vaut le détour ! Des cimes blanches à perte de vue s'offrent à nous et la pelouse est tapie de crocus, on ne peut pas réver mieux pour une première rencontre.

P4110165

L'hydne cure oreille (Auriscalpium vulgare) est une petit champignon assez commun en montagne en automne et au printemps qui pousse sur les cônes des pins. Il appartient à la même famille que le pied de mouton. Sa petite taille, sa couleur, son lieu de pousse et le fait qu'il puisse se couvrir d'algues et de mousses le rendent discret.  

P4110163 P4110164

P4110152 P4110159

 Le Crapaud commun (Bufalo bufalo) est en pleine saison des amours dans ce lac de montagne. L'alltitude et les températures ont retardé la période de reproduction. C'est le plus grand crapaud de France, 12 cm pour la femelle et 18 cm pour le mâle. Ils peuvent vivre plus de 35anshormis s'ils servent de repas à un prédateur.

P4110207

 Voià un lycoperdum non identifié. Cette famille de champignons se reconnaît aisément. Ils forment des sacs remplis de spores qui à maturité éclatent pour libérer la précieuse semence. Les enfants et les plus grands se plaisent à les écraser en forêt. Acte ludique, certaines espèces possèdent des spores toxiques. Prudence.

P4110168 P4110174

P4110185 P4110170

 Voilà un court article qui en quelques clichets résume ce beau weekend.
A refaire de toute urgence.

P4110102

lundi 22 septembre 2014

Orchidées et champignons.

P8240022

 Nous revoilà partis pour une sortie aux orchidées. Nous ? Oui nous,c'est à dire ma petite personne de Renarde mais aussi mon guide Sébastien que je remercie encore (ainsi qu'aux membres du forum Ophrys qui n'y sont pas pour rien dans cette journée de découvertes). Et une sortie aux orchidées en août ? Je dis encore oui car on ne le sais que trop peu mais, les orchidées se rencontre jusqu'à la fin de l'été même s'il faut reconnaître que la saison touche à sa fin... il faudra désormais attendre le printemps.

P8240053 P8240050

P8240054 P8240058

 Voilà un trésor de la forêt, l'épipogon sans feuilles (Epipogium aphyllum) qui est une orchidée extrêmement rare, du moins en France. Pratiquement dépourvue de chlorophylle (c'est une plante mycohétérophe), elle est l'unique orchidée de chartreuse à avoir la tête en bas. En effet, la fleur est inversée ce qui l'a rend unique.

P8240020

La Carline acaule (Carlina acaulis L. subsp. caulescens) est aussi nommée cardabelle ou gardabelle. C'est une plante de montagne qui une fois séchée, est accrochée de manière traditionnelle aux portes des chalets pour porter bonheur (elle représente l'étoile du berger).

P8240004 P8240005

P8240019 P8240042

 L'épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine subsp. helleborine) est très courante en forêt de chartreuse. C'est une belle orchidée qui mesure entre 40 et 100 cm qui pousse entre 0 et 2000 mètres d'altittude. Elle est pollinisée par de nombreux insectes dont les fourmis.

P8240035

 Les monotropes sucepins (Monotropa hypopitys subsp. hypopitys) ont finis de fleurir et donnerons bientôt de nombreuses graines. C'est une plante rare qui est parfois confondus avec l'épipogon sans feuilles.

P8240083 P8240078

P8240086 P8240089

Autre trésor, autre orchidée. Voici l'épipactis violacé (Epipactis purpurata) appelée aussi épipactis pourpre. Ici le pied présente une fleur avec un superbe lusus (en bas à gauche). Un lusus est une anomalie des fleurs. Dans ce cas il s'agît d'un dédoublement des organes reproductrices.

P8240048

 Toutes ces belles fleurs se rencontres sous les conifères. Chez nous ont les principales espèces qui composes les sapinières et les pineraies sont les pins noirs (Pinus mugo), le sapin de Nordmann (Abies nordmanniana), l'épicée commun (Picea abies), le sapin blanc (Abies alba Mill.) et de manière plus ponctué le méléze d'Europe (Larix decidua) et le pin sylvestre (Pinus sylvestris).

1P82401542P8240067

3P82401524P8240070

 1: En cette fin août c'est la fête au champignons. Ils sont nombreux à pointer le bout de leur chapeau !
2: Le lactaire poivrée (lactarius piperatus) n'est pas comestible en raison de son âcreté. Autrefois on le séchait puis on le réduisait en poudre pour le consommer comme épice.
3 et 4: La russule du fiel (Russula fellea) n'est pas comestible car trop amère. Elle exalte une odeur proche de compote pomme ou de la rhubarbe.

P8240065

 La ronce commune (Rubus fruticosus) ne doit pas être confondu avec le mûrier même s'ils sont très proche l'unde l'autre. Souvent décrié, elle possède nombreuses vertus médicinales : elles seraient digestives et astringentes. La ronce est essentiel à l'écologie des forêts car elle est l'hôte de nombreux animaux.

P8240062 P8240108

P8240112 P8240110

 Le massif de Chartreuse est un massif subalpin encré dans les pré-Alpes aux trois quarts en Isère. Son point culminant est Chamechaude (2082 mètres d'alttitude). De type calcaire, le massif est taillé par endroit par de larges gorges dessinées par le Guiers Vif et le Guiers Mort.

P8240080

 Le barbitiste des bois (Barbitistes serricauda) se rencontre partout en Europe. De nature crépusculaire et nocturne, on le rencontre parfois dans les bois denses et sombres. Il s'agît ici d'un mâle que l'on peut reconnaître à ses teintes brunes.

1P82401312P8240107

3P82401064P8240125

En nous promenant j'ai le plaisir de découvrir de nouveaux coins pour la cueillette des champignons.
1 et 2: La chanterelle en tube (Craterellus tubaeformis) se rencontre dans nos forêts jusqu'à tard dans l'année, parfois même en décembre. Excellent champignon, elle pousse en groupe parfois étendus sur la mousse et/ou sur le bois mort.
3: Le pied de mouton (Hydnum repandum) est un autre bon comestible. Champignon atypique avec ses aiguillons caractéristiques, il est recherché pour sa chair ferme.
4: La lactaire délicieux (Lactarius delicious) est comestible jeune. Il peut être confondu avec des espèces au goût médiocre comme le lactaire saumon ou le lactaire de l'épicéa.

P8240093

 Le calvaire jaune (Romaria flava) est considère comme comestible même s'il faut s'en méfier. En effet il est aisé de le confondre avec d'autres champignons qui peuvent être toxiques comme avec le calocère visqueuse.

P8240033 P8240043

P8240027 P8240037

 La goodyère rampante (Goodyera repens) est une orchidée qui appartient à la famille des spiranthes. Elle aime les vieilles sapinières sombres. C'est l'une des rares orchidées posséder des poils sur tout son ensemble. Elle est concidérée comme rare en France pourtant la Chartreuse en regorge.

P8240114

 L'achillée millefeuille (Achillea millefolium L.) est une plante aux nombreuses vertus. Depuis la préhistoire elle est utilisée en pharmacopée, on en a même retrouvé dans des tombes néandertaliennes en Irak. Odorante, elle est antispasmodique, emménagogue, cicatrisant, tonique et peptique (c'est à dire qui aide à la digestion et à l'absobption des nutrimentsdasn l'intestin).

P8240103 P8240156

P8240101 P8240128

Déjà la sortie s'achève. Le panier est plein, les yeux sont emplis de belles images. Attention, il faut toujours être prudent dans la cueillette des champignons, chaque année on compte de nombreux accidents domestiques dont certains mortelles imputés aux champignons. En cas de doute il faut s'orienter vers un spécialiste et non comme il est indiqué vers son pharmacien qui en général, n'a aucune connaissance en mycologie.

P8240090

lundi 9 juin 2014

Les Orchidées de printemps en Chartreuse.

le Granier
(Vu du Granier depuis le haut du col, les pieds dans la gadoue de la zone humide).

Nous voilà dans les Entremonts à la recherche des belles orchidées de Chartreuse. Rappelons que le massif enregistre 66 des 165 taxons connus en France. Merci encore à Sébastien qui au court d'une journée riche en découvertes a eu la gentilesse de me supporter et surtout, de me montrer de très beaux spots à orchidées. Et encore merci à lui pour les conseils, les explications et les identifications !

Ascalaphe blanc (4) Ascalaphe blanc

Ascalaphe blanc (3) Ascalaphe blanc (2)

On commence en douceur avec ce drôle d'insecte de la famille des libellules, l'ascalaphe soufré (Libelloides coccajus). On le rencontre dans les pelouses calcaires méditarréennes et montagnardes, jusqu'en Turquie (parfois à plus de 2000 mètres d'altitude). On peut le voir voler entre mai et juillet à la belle saison.

chenille

Avec la fin du printemps les chenilles font leur apparition. Fraîchement sortie de l'oeuf, elles ont généralement bon appétit et font leur entrée dans les potagers pour le plus grand malheur des jardiniers. Celle-ci a prit le parti d'imiter un fiente pour ne pas se faire becqueter par ses potentiels prédateurs.

orchis militaire albinos orchis militaire albinos (2)

orchis militaire albinos (3) orchis militaire albinos (4)

Belle rencontre avec c'est orchis guerrier (Orchis militaris) albinos. L'albinisme de ce type chez les orchidées est dû à une absence partielle ou complète des chloroplastes qui contiennent les cellules chlorophylliennes et des vacuoles qui contiennent les pigments qui colorent les pétales. Ici il semblerait que ce ne soit que les vacuoles qui soit  absente, la tige et les feuilles ayant gardé leur belle teinte verte.

raiponse globuleuse

La raiponce globuleuse (Phyteuma orbiculare) appartient à la famille des campanules. Elle apprécie les sols calcaires, les zones herbeuses et pousse entre 0 et 2600 mètres d'altitude. Cette vaste amplitude fait que l'on peut la rencontrer dans une large partie de l'Europe et même de l'Asie.

Céphalanthère à longues feuilles (3) Céphalanthère à longues feuilles (4)

Céphalanthère à longues feuilles Céphalanthère à longues feuilles (2)

La céphalanthère à longue feuilles ou à feuilles étroites (Cephalanthera longifolia) est une orchidée courante dans le Sud du massif de Charteuse. Elle peut atteindre 60 cm de haut et partage les mêmes milieux que le sabot de Vénus, c'est à dire qu'elle a une attirance toute particulière pour les zones de mi-ombre au sol calcaire, en bordure des chênaies ou des hêtraies.

Céphalanthère de damas

Proche cousine, la céphalanthère de Damas (Cephalanthera damasonium) se distingue de sa consoeur par ses larges feuilles, ses grosses fleurs peu ouvertes, plus abondantes et de couleur crème. Elle est classée à l'échelle européenne LC: préoccupation mineur.

Platanthère à deux feuilles Platanthère à deux feuilles (2)

Platanthère à deux feuilles (3) Platanthère à deux feuilles (4)

L'orchis à deux feuilles ou platanthère à deux feuilles (Platanthea biofolia) se confond facilement avec l'orchis verdâtre mais la blancheur de ses fleurs ne trompe pas. Elle aime les zones humides ou/et de demi-ombre, riches en humus et de nature basique. Présente dans toute la France elle se rencontre jusqu'à 2200 mètres d'altittude.

serapia vomeracea

Les céphalanthères rouges (Cephalanthera rubra) ne tarderont pas à fleurir. Pour le moment elles abordent de beaux boutons floraux. Ces jolies orchidées sont peu fréquentes et se rencontre les forêts claires et broussailleuses jusqu'à 1800 mètres d'altitude. Elle a le statu LC: préoccupation mineur.

orchis moucheron orchis moucheron (2)

orchis de l'homme pendu orchis de l'homme pendu (2)

Deux jolis classiques qu'il est difficiles de confondre:

En haut: l'orchis moucheron ou orchis moustique (Gymnadenia conopsea) qui peut contenir jusqu'à 80 fleurs sur un même épi. Plante de plaine lumième, elle fleurit de mai à août bien qu'ici la fleuraison ne fait que débuter. Espèce classée LC.

En bas: l'orchis de l'homme pendu (Orchis anthropophora) nommée ainsi en raison de la ressemblance des fleurs avec un homme pendu par la peau du coup. Certains specimens offrent des dégrédés allant du pourpre au jaune pâle stupéfiants. Espèce classée LC.

le muguet

 Le muguet de mai (Convallaria majalis) est une fleur printanière. Réputé pour fleurir à l'arrivée du 1er mai, on en rencontre encore quelques brins fleuris dans les Entremonts. Associé au bonheur, ce n'est que tardivement, sous les ordres de Pétain, qu'il devient l'emblême de la fête du travail, remplaçant la fleur d'églantier associée à la gauche. Rappel, cette plante est très toxique.

orchis brûlé orchis brûlé (3)

orchis brûlé (2) orchis brûlé (5)

 Voilà une belle parmi les belle. L'orchis brûlée (Neotinea ustulata subsp. ustulata) a été longtemps considérée comme appartenant au genre orchis, aujourd'hui on la classe dans le genre Neotinea. Elle dépasse rarement les 20 centimètres et fleurit d'avril à août jusqu'à 2400 mètres d'altitude. Indifférente bien souvent à son milieu si ce n'est qu'elle ait besoin d'un ensoleillement important, on la rencontre presque exclusivement en montagne.

orchis brûlé (6)

On la nomme aussi Cap nègre, orchis mignon ou mouchette. Elle bénéficie en France du statu LC et est protégée en Picardie, dans le Centre, en Lorraine et en Belgique où elle se fait rare. 

Listère à feuilles ovales Listère à feuilles ovales (2)

orchidée surreau orchidée surreau (2)

 Autres stations, autres orchidées, toujours en Savoie.
En haut: La listère à feuilles ovales (Neottia ovata) est une plante discrète malgré ses 60 cm. Cela est dû à ses petites fleurs vertes. Elle se différencie ainsi de la listère cordata aux fleurs bordées de pourpres. Elle figure sur la liste des espèces classées en LC.
En bas: L'orchis sureau (Dactylorhiza sambucina) est une orchidée de montagne. Habituée du massif centrale, on l'a rencontre plus épisodiquement dans les Alpes. Souvent jaune, on peut aussi observer des spécimens pourpres et plus rarement crèmes. Elle fleurit d'avril à juin.

inconnu

La globulaire à feuilles en coeur ou Veuve-céleste (globularia cordifolia) appartient à l'ordre des Globulariacées (et, n'est donc pas une orchidée). Cette plante montagnarde se rencontre dans les massifs calcaires du Sud de l'Europe (Alpes, Caucase, Jura et Pyrénées). Elle est protégée en Midi-Pyrénées.

ophrys apifera (2) ophrys bourdon (2)

ophrys bourdon (5) ophrys bourdon (4)

 On passe aux choses sérieuses avec l'ordre des ophrys qui sont, ma foi, pas des plus simples pour réaliser des identifications claires (je vous rassure, il y a pire... voir plus bas). En cas d'erreurs, mea culpa et vous êtes les bienvenus pour me les indiquer.

 Ophrys bourdon ou ophrys frelon (Ophrys fuciflora) est une orchidée qui dépasse rarement les 40 centimètres. On la rencontre dans les zones calcaires et ensoleillées, sur les pelouses rases ou dans les herbes hautes (qui les dissimulent complètement). Classée LC, on peut la voir un peu partout en Europe jusqu'à 1300 mètres d'altitude.

ophrys apifra blanche

Pétales et sépales blanches pour ce plan d'ophrys bourdon aux nombreuses fleurs et ce n'est pas le seul de la station. On peut parler de veridissmeici partiel ou d'hypochromie, le reste de la fleur étant colorée. Pour certains, il pourrait s'agir d'une sous-espèce, pour d'autre d'une simple décoloration.

ophrys mouche ophrys mouche (2)

ophrys mouche (3) P5291722

L'ophrys mouche (Ophrys insectifera) fleurit d'avril à juillet. Présente dans les pelouses de pleine lumière ou dans les sous-bois ombrés, elle aime les sols calcaires. On la rencontre dans toute l'Europe. En France, elle est absente dans deux régions: la Bretagne et la Corse. Elle possède le statu LC et est complètement protégée en Auvergne et dans le Nord-Pas-de-Calais.

ophrys apifera

Proche cousine de l'ophrys bourdon, voici l'ophrys abeille (Ophrys apifera). En bouton sur le cliché, il a été attesté depuis qu'il s'agît bien de cette belle orchidée. Elle pousse dans les pelouses rases ou les hautes herbes des sols calcaires ensoleillés. Elle tient son nom de sa faculté à reproduire l'odeur des abeilles solitaires femelles pour attirer les mâles qui après un simulacre de copulation avec la fleur, transporteront son pollen. Si les butineurs se font absents, la fleur peut s'auto-féconder, ce qui crée des populations atypiques parfois classées comme sous-espèces. Elle est classée LC.

ophrys obscura (4) ophrys petite ariagnée

 Alors plus dur pour ce coup. Qui est qui?
A votre gauche: L'ophrys petite araignée (Ophrys litigiosa). On la reconnaît à sa petite taille, au liseret vert peu étroit qui entour son label et à la form ealongée et régulière des sépales. 
A votre droite: L'ophrys verdissant (Ophrys virescens) possède un liseret plus large et un labelle beaucoup plus sombre. 
Ce genre comporte un nombre incroyable d'orchidées semblables les unes aux autres. Pour avoir un berf aperçu c'est par ICI.

gentiane alpine

Gentiane à feuilles étroites (Gentiana angustifolia). On la confond souvent avec la gentiane alpine (Gentiana alpina) et la gentiane acaule (Gentiana acaulis). Elle aime les pâturages rocailleux et calcaires. On la trouve tout particulièrement dans les Alpes mais aussi dans le Jura et les Pyrénées.

orchis pourpre (6) orchis pourpre (7)

orchis pourpre (5) orchis pourpre (4)

V'là ma préférée de toutes, celle avec qui j'ai commencé à me passionner pour les orchidées sauvages. Il s'agit de l'orchis pourpre (Orchis purpurea), nommée dans l'ouest de la France Pentecôte. Elle s'étend du nord de l'europe jusqu'au nord de l'Afrique en passant par la Turquie. Robuste, elle peut atteindre 80 cm de haut. Elle tient son nom de ses fleurs pourpres au label blanc tacheté. Elle aime les pelouses et les bois calcaires. Elle a le statu LC et est protégée en Franche-Compté.

orchis pourpre orchis pourpre (2)

orchis pourpre (3)

Drôle d'orchis pourpre que voilà ! On peut parler ici d'hyperchromie. Celle-ci se caractèrise par une forte accentuation de la couleur des fleurs, à l'invers hypochromie qui, rappelons le, est une absence partielle ou presque complète de couleur. 

orchis guerrier (2) orchis guerrier

orchis militaire anomalie orchis militaire anomalie (2)

Voilà une autre orchidée que j'affectionne tout particulièrement. L'orchis guerrier appelé aussi guerrier militaire (Orchis militaris) pousse d'avril à juin et peut atteindre 40 centimètres de haut. Adepte des sols calcaires, on la rencontre dans les prairies, les pelouses et les talus calcaires, parfois en mi-ombre, le plus souvent en pleine lumière. Présente jusqu'à 2000 mètres d'altitude, ellesur presque tout le territoire Français. Elle est classée LC et est protégée en Belgique où elle est très rare. 

Ici les specimens photographiés à l'exception de les deux premières photos (en haut) ne sont pas représentatifs de la plante. En effet les fleurs attestent de par leur ouverture démesurée d'un lusus. Un lusus est une anomalie morphologique dû à une déficience génétique ou à une attaque (maladie, insectes etc...). L'identification de l'orchidée devient alors délicate, en particulier quand les fleurs sont en parties déformées.

orchis hybrida (2)

Quand l'orchis guerrier rencontre l'orchis pourpre, on obtient cette belle hybride au doux nom d'ochis hybride (Orchis x hybrida). On la rencontre plus ou moins fréquement jusqu'à 1700 mètres d'altitude d'avril à juin. Quand on parle d'hybride chez les orchidées, on place un "x" entre les deux parents dont est issu le spécimen ici: orchis militaris x orchis purpurea.

orchis singe orchis singe (3)

orchis singe (2) orchis singe (4)

Autre orchidée remarquable, orchis singe (Orchis simia) qui tient son nom de sa drôle de fleur en forme de petit singe. Cousine de l'orchis guerrier, elle fleurit de mi-avril à mi-juin sur les terrains calcaires secs, dans les zones atlantiques et méditerranéennes. Elle est classée LC et comme sa consoeur, est protégée en Belgique car rare.

Orchis x beyrichii

Nouvelle hybride à vous présenter: Orchis x beyrichii, fruit de l'orchis singe et de l'orchis militaire (O.simia x O.militaris). Peu courante voir rare, cette belle hybridation s'observe d'avril à juin jusqu'à 1600 mètres d'altitude.

Dactylorhiza maculata (2) Dactylorhiza maculata (8)

Dactylorhiza maculata (4) Dactylorhiza maculata

L'orchis tacheté (Dactylorhiza maculata) est l'une des orchidées les plus difficiles à idenditifer en raison des 12 sous-espèces qui la composent. L'orchis tacheté à proprement parlé se nomme Dactylorhiza maculata subsp. maculata. Roses ou blancs, les épis floraux peuvent atteindre 20 à 40 centimètres de haut. On la rencontre dans toute l'Eurasie. 

Dactylorhiza maculata hypochrome (3) Dactylorhiza maculata hypochrome (4) Dactylorhiza maculata hypochrome Dactylorhiza maculata hypochrome (2)

Alors, dactylorhiza maculata subsp.maculata décolorées, avec veridissmeici partiel, attientes d'hypochromie ou d'albinisme?
Affaire à suivre, en tout cas il n'est pas rare de rencontre ce type de spécimens et pour cause, les orchis tachetés peuplent abondamment nos coins de montagnes.

orchis de mai

Plus dur ici, avec l'orchis de mai ou dactylorhize de mai (Dactylorhiza majalis). Haute de 20 à 40centimètres sur sa tige creuse, elle fleurit d'avril à juillet. Elle aime les zones de pleines lumière, humides voir marécageuses. On la trouve dans toute l'Europe, même en Scandinavie. On compte sept sous-espèces toutes aussi dur les unes que les autres à identifier. Elle est classée NT, c'est à dire casiment menacée. Cela est dû à la destruction de son environnement. Elle est protéée en Bretagne, dans le Centre et en Haute-Normandie.

orchis incarnat (3) orchis incarnat (4)

orchis incarnat orchis incarnat (2)

Encore plus complexe, l'identification de l'orchis incarnat (Dactylorhiza incarnata subsp. incarnata). Elle réquente les zones humides de pleine lumière jusqu'à 2000 mètre d'altitude et fleurit de mai à juin. On compte 5 à 6 sous-espèces qui nécessitent parfois une observation au microscope poussée pour pouvoir les nommer. Elle est classée VU: espèce vulnérable.

Bref, le genre dactylorhyza et comme le genre ophrys: pas simple de s'y retrouver !

chenille sur orchis singe

Les orchidées ont de nombreux ennemies: sangliers, oiseaux, chenilles, limaces, chevreuils et rongeurs... contrairement à certaines croyances, les orchidées ne contiennent pas de poisons et ne sont pas efficaces contre les nuisibles.

orchis mâle (2) orchis mâle

orchis mâle (4) orchis mâle (5)

Plus classique,en voilà une que je rencontre en bas de chez moi et que je vous présente de temps à autre. L'orchis mâle (Orchis masculata) porte ce drôle de nom à cause de ses deux bulbes. Il était conseillé au moyen âge de consommer le plus petit pour calmer l'ardeur sexuelle, le plus gros pour la réveiller. Aujourd'hui encore on consomme les bulbes d'orchidées à cette fin à travers une boisson sucrée: le Salep.

troll d'Europe troll d'Europe (2)

troll d'Europe (3)

Le trolle d'Europe ou trolle des montagnes (Trollius europaeus) n'est pas une créature repoussante de nos contrée, ni une orchidée mais une belle plante aux fleurs jaunes qui ne peuvent être fécondées que par les gros bourdons capables de perforer les pétales pour atteindre le nectar et donc, le précieux pollen. C'est une plante rare et vénéneuse qu'il ne veut mieux pas cueillir.

viorne viorne (2)

 Les viornes (viburnum) sont des arbrisseaux récitants souvent plantés dans les jardins pour l'ornement. En forêt, on croise souvent le viorne lantane (Viburnum lantana). Il aime les sols alcains des bords de forêt. Les baies sont légèrement toxiques.

Limodore à feuilles avortées Limodore à feuilles avortées (2)

Limodore à feuilles avortées (3)

Drôle d'orchidée que la limodore à feuilles avortées (Limodorum abortivum). Comme son nom l'indique, cette orchidée pouvant atteindre 80 centimètres de haut ne possède pas de feuilles et à l'instar de la néottie-nid-d'oiseau, elle tire ses nutriments de la symbiose qu'elle entretient avec un peit champignon. Elle fleurit entre avril et juillet ce qui explique pourquoi sur ces clichés elle est encore en bouton. Elle est classée LC.

Renoncule à feuilles d'Aconit Renoncule à feuilles d'Aconit (2)

La renoncule à feuilles d'aconit (Ranunculus aconitifolius) appartient à la famille des boutons d'or. C'est une plante de montagne qui poussent comme la populage des marais dont elle est proche dans les zones humides en formant de larges touffes. On la rencontre dans les montagnes du sud et du centre de l'Europe.

église SPE isère

 Retour par Saint Pierre d'Entremont ou plutôt par les Saint Pierre d'Entremont. Les deux villages qui aux premiers abords semblent n'en être qu'un sont séparés par le Guiers. L'un se trouve en Isère, l'autre en Savoie qui pendant fort longtemps fût un pays indépendant ce qui explique pourquoi ce genre de particularité à l'échelle nationnale concerne au 3/4 ces deux départements.

sabot de Vénus (6) sabot de vénus

sabot de Vénus (5) sabot de Vénus (3)

Certes, j'ai déjà parlé dans un article précédant de la magnifique orchidée rencontrée pendant cette sortie qu'est le sabot de Vénus (Cypripedium calceolus L.) ICI. Mais je ne peux m'empêcher de remettre quelques clichés. Extrait:
"Le sabot de Vénus ou sabot-de-Vénus d'Europe (Cypripedium calceolus L.) est aussi nommé sabot de la Vierge, Cypripède, Nervine, pantouffle de Notre-Dame ou soulier de Notre-Dame. C'est une orchidée qui apprécie les sols alcalins et que l'on rencontre en Suise, en Italie, parfois en Espagne, en Grèce, en Amérique du Nord, plus fréquemment en Sibérie et dans quelques pays d'Asie. En France on la trouve tout particulièrement dans les Alpes et demanière épisodique dans les Pyrénées, dans le Jura, en Moselle et sur le Massif Central entre 300 et 1200 mètres d'altitude dans les zones de mi-ombre en particulier dans les hêtraies et les hêtraies-sapinières." C'est une espèce menacée et rare.

ophrys petite araignée (6) ophrys petite araignée (3) ophrys veridissan ophrys petite ariagnée

Ouf, il m'aura fallu plus de 2 semaines pour pondre cet article mais le voilà enfin. Encore merci à Sébastien pour ces belles découvertes et ce petit aperçut en photo que je vous livre ce soir.

Mes sources: 
Mycohétérotrophie.
Variation chez les orchidées.
Singularité des orchidées.
Identifier.
Reconnaître les hybrides.
Et puis l'éternel WIkipédia,
pas toujours très au point sur
certaines classifications.

 -0-

vendredi 30 mai 2014

Le jardin des Coloquintes.

P5181378

 Visite du jardin partagé "Les Coloquintes" le 17 mai, animée par l'équipe de l'association "Les Concerné(e)s" situé à Saint Pierre d'Entremont. Au programme :
"Le Jardin Partagé des Coloquintes, situé aux Bandet à côté de l'ancienne école, vous propose une journée de visite animée du jardin suivi d'un troc de graines et d'une projection de documentaires sur les semences. Vous êtes tous les bienvenus adultes comme enfants. "

P5181373 P5181375

P5181379 P5181381

 Atelier déco du jardin avec Nathalie Aretz puiséchange de graines à l'Abreuvoir... jolie perspective. Quand au jardin, il offre une très belle vue sur le Cirque de Saint Même. Situé à l'extrimité Est du massif de Chartreuse à cheval sur l'Isère et la Savoie, il culmine à 900 mètres d'altitude.

P5181428

 Descente avec les enfants jusqu'à l'Abreuvoir. Le sentier est balisé de nombreuses égnimes et devinettes.
Serez-vous répondre à celle-ci?
"J'ai une tige carré, des fleurs jaunes et poilues, ma fleur forme une jolie "gueule" jaune. Qui suis-je?"

1P51813852P5181421

3P51814194P5181420

Voilà un bel exemple d'hybridation entre orchidées. L'orchis guerrier (Orchis militaris) 1 se croise facilement avec l'orchis pourpre (Orchis purpurea) 2. L'hybride ainsi formé (que l'on note Orchis purpurea x Orchis militaris) se nome Orchis hybrida 3 & 4. Relativement abondante, elle tient son nom du fait qu'elle fût le tout premier hybride a être déterminé comme tel.

P5181391

 La néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) est une orchidée discrète qui se fond dans le décor. Dépourvue de chlorophylle, elle tire ses nutriments de la symbiose qu'elle entretient avec un champignon microscopique. Économe, elle est peu gourmande en eau et en azote.

1P51814032P5181399

3P51814254P5181400

 On connu avec les orchidées. Celles-ci sont plus communes chez nous mais n'en reste pas moins belles.
1 et 2: La céphalanthère à feuille en épée ou nomé aussi à feuilles étroite (Cephalanthera longifolia) fleurit entre mai et juillet. Elle aime les zones de mi-ombre et on la rencontre le plus fréquement dans les hêtraies. Au niveau nationale elle a le statu LC: préoccupation mineur.
3 et 4: La double-feuille ou listère à feuilles ovales (Listera ovata) qui fleurit également de mai à juillet qui se plaît dans tous les types de milieux, allant des pelouses sèches aux zones de mi-ombre boisées. Elle aussi possède le statu LC.

P5181387

Grand classique alpin, l'orchis mâle (orchis masculata) qui fleurit encore dans les Entremonts alors que la saison est terminée depuis belle lurette en Valdaine. Peu exigeante, cette orchidée est courante et se trouve dans toute l'Europe sauf dans l'extrême nord.

1P51814102P5181411

3P51814124P5181418

Quel plaisir de tomber sur 3 de mais 10 plantes préférées... les Entremonts sont une vraie mine d'or végétale! À l'exception de la maïanthème à deux feuilles, toutes ses plantes sont très toxiques.
1: La parisette à quatre feuilles ou raisin du Renard (Paris quadrifolia) été utilisée autrefois pour éliminer les renards et les loups en empoisonnants les appâts. Aujourd'hui elle sert d'indicateur pour déterminer quelles sont les forêts qui ont été peu ou pas anthropophisées.
2: La maïanthème à deux feuilles ou petit muguet (Maianthemum bifolium) appartient, selon les derniers travaux, à la famille des Asparagacées. Elle aime les sols calcaires, les chaînerais et les hêtraies et pousse jusqu'aà 1900 mètres d'altitude.
3: Le sceau de Salomon multiflore (Polygonatum multiflorum) se distngue de ses proches cousins par la formation en grappes de 2 ou 3 fleurs.
4: L'hélobore fétide, rose du serpent ou pied de griffon (Helleborus foetidus L.) est ma plante favorite. La floraison est terminée depuis longtemps et les graines se forment à l'intérireur des gousses vertes claires d'où elles s'échapperont pour être ressemées par les fourmis. La plante fleurît deux fois, en générale la première fois à 5 ans puis la seconde à 9 ans avant de finir par mourir.

P5181393

Petite dernière pour la route, l'ophrys mouche (Ophrys insectifera). Cette orchidée fleurit d'avril à juillet et se plaît aussi bien dans les zones de pleine lumière comme dans celles de mi-ombre. Comme de nombreuses consoeurs, elle a le statu LC et est protégée en Auvergne et dans le Nord-Pas-de-Calais.

P5181435 P5181426

P5181438

Fin de la promenade, il est temps de se rafraîchir au centre du village côté Isère, dans le bar l'Abreuvoir qui porte son nom. Échanges de plantes et de graines, blabla autour des plantes et projection de films documentaires viendront clore cette journée.

P5181441

samedi 5 avril 2014

Sortie mycologique avec la SHNVC

P3300049

Petite sortie ce dimanche matin avec l'association de mycologie et de botanique de Voiron, la SHNVC. Merci à tous pour ce beau moment de partage et pour tous les infos transmises, relatives aux découvertes sur le terrain. Pour en savoir plus sur les activités proposées, c'est par là: http://shnvc.monsite-orange.fr/

P3300015 P3300016

P3300060 P3300017

On commence avec du lourd ! Mes tous premiers hygrophores de Mars, hygrophorus marzuolos ! Les fameux Marzus. Pas simple de les dénicher, cacher dans la mousse. Atypique, ce champignon apparaît très tôt. Son goût prononcé et parfumé attire bons nombres de chercheurs mais les coins sont rares et prisés.

P3300064

Depuis quelques jours les chevêches d'Athéna s'égosillent dans le jardin. En forêt il en est de même, et bien que les cris soient plus discrets, les pelotes de rejetions sont nombreuses, en particulier autour d'un vieux châtaignier creusé... affaire à suivre.

P3300002 P3300083

P3300082 P3300080

Encore et toujours des héllébores fétides. Cette plante ne quitte pas nos paysages semi-alpins et forts calcaires mais on peut la rencontrer dans tous les types de milieux, jusqu'à 1800 mètres. Appelées roses du serpent, elles peuvent atteindre 80 à 100 cm. 

P3300071

Je vous présente Urnula Craterium (non comestible), un champignon relativement rare de la famille des Sarcosomataceae de l'ordre des pézizes. Aux Etats Unis on la nomme urne du Diable et se rencontre dans les rocheuses à la saison des morilles. 

1P33000352P3300007

3P33000294P3300006

Voici quelques lignicoles qui se croisent à toutes les saisons et qui ont la faculté d'éguailler la forêt. Eux non plus ne se croquent pas.

1: La tramète tricolore, daedaleopsis tricolor, se reconnaît à sa couleur rouge vif qui tranche dans la grisaille de ses derniers jours sur les écorces mornes des arbres morts.

2: La tramète bossue, trametes gibbosa, se reconnaît elle a sa forme caractéristique ainsi qu'aux algues vertes qui la colonise ce qu'il rend invisible quand elle pousse sur des souches moussues.

3: Le polypore marginé, fomitopsis pinicola, tient son nom de sa marge orangée qui se trouve sous sa face. Chaque pli correspond à une année et il n'est pas rare de trouver des spécimens qui en présentent plus d'une vingtaine !

4: La tramète versicolore, Coriolus versicolor, est un champignon linicole qui est actuellement testé dans le traitement du cancer de la prostate et qui semble être à la hauteur des espérances.

P3300075

 Si je ne me trompe pas, il s'agit ici de l'entolome à pied hérissé (Entoloma hirtipes). Toxique, il a une odeur de concombre et de farine bien marquée, en particulier quand on frotte ses fragiles lames.

P3300062 P3300072

P3300044 P3300034

La zone est très fréquentée par les animaux à plumes mais surtout, à poils. Les laissés (nom des excréments), les os, les poils, les plumes, les traces des pattes, les écorces rongées et grattées, les écailles de pommes de pin émiettées sur le sol.... voilà quelques indices de la présence des habitants de ces bois: chouettes, lapins, chevreuils ou encore sangliers.

P3300086

Avant tout propos petit rappel: bon nombre de lichens et de mousses sont protégées et il n'est permis d'en récolter que quelques brins.
Il s'agit ici de l'usnée barbue, Usnea barbata, appelé aussi "Barbe de Jupiter", un lichen aux nombreuses propriétés médicinales. Il renforce le systéme immunitaire, est un con antibiotique et est encore utilisé aujourd'hui dans les soins contre les infections en particulier respiratoires et urinaires (dû aux streptocoques et aux staphylocoques), les sinusites, les bronchites, les pneumonies, les rhumes, les grippes, les inflammations des voies urinaires, des reins et de la vessie. 

1P33000432P3300040

3P33000044P3300055

On pourrait croire avoir à faire à la même espèce sur ces photos mais il n'en est rien. Petite démonstration, histoire de rappel que l'on est jamais à l'abrit d'un empoisonnement quand il s'agit de champignons.

1 et 2: L'hypholome à lames enfumées (hypholoma capnoides) se différencie de son cousin l'hypholome en touffe de par la couleur de ses lames grises. Plutôt rare, il aime pousser en nombre sur les vieilles souches. Piètre comestible à la saveur douce, on évitera de le consommer, en particulier à cause des risques de confusion.

3: L'hypholome en touffe (hypoloma fasciculare) se reconnaît lui à ses lamelles jaunes. Il est suspecté d'être toxique mais son goût amer et son odeur désagréable dissuadent souvent de le consommer.

4: Quelles sont précoces les pholiotes changeantes (kuehneromyces mutabilis) de cette année 2014 ! On les nomme aussi agaric à soupe ou souchettes. Excellents comestibles, on les cultivait autrefois sur les souches des hêtres, des saules, des bouleaux, des aulnes et de chênes de manière artisanale. Attention de ne pas les confondre avec la galère marginée (galerina marginata), qui est très toxique voir mortelle en raison des amatoxines qu'elle possède et qui sont les mêmes que celles de l'amanite phalloïde !

P3300058

Ce vieux pin est devenu le terrain de jeu d'un pic. En France, on en compte 9 espèces:
-le pic à dos blanc que l'on retrouve partout en Europe jusqu'en Corée.
- le pic cendré que l'on retrouve à l'ouest de la Bretagne et plus rarement dans le Nord du pays.
- le pic épeiche que l'on trouve de la Taïga aux régions méditerranéennes + une grande partie de l'Asie du Sud-Est.
- le pic épeichette qui couvre les mêmes aires que le pic épeiche hormis en Asie du Sud-Est.
- le pic mar que l'on retrouve en Europe Centrale.
- le pic noir se retrouve lui aussi sur les mêmes aires de répartition que le pic épeichette.
- le pic tridactyle (espèce menacée) que l'on observe très rarement en France est qui vit généralement dans le Nord de l'Eurasie à la limite boréale.
- le pic vert dit pivert, que l'on trouve dans toute l'Europe excepté dans la péninsule Ibérique et jusqu'au Turkménistan.
- le torcol fourmilier qui est le seul pic migrateur et qui nidifie sur les mêmes aires que le pic épeichette mais passe la saison d'hiver en Afrique équatoriale ou en Asie du Sud (particulièrement en Inde ou en Chine).

1P33000652P3300052

3P33000774P3300079

Certes la neige n'est partie que depuis peu,ce qui n'empêche pas à de nombreuses espèces végétales de s'épanouir: 

1: l'anémone Sylvie ou anémone des bois (Anemone nemorosa) que l'on retrouve dans tous les sous-bois d'Europe et qui y fleurit de mars à avril. Ses fleurs variant du blanc au blanc-rose apparaissent avant les premières feuilles des arbres et suivent la course du soleil pour capter au mieux les UV et attirer ainsi les insectes pollinisateurs mais dès que la pluie se fait sentir, elles referment leur calice pour protéger le précieux pollen. Cette plante est toxique et rubéfiante, on l'utilise pour les rhumatisme en usage externe. Comme toutes les Rannunculcaea, elle contient de l'anémonine qui à hauteur de 200mg peut tuer un animal ou un enfant de 10 ans.

2: La mercuriale vivace (Mercurialis perennis) est aussi appelée chou de chien ou encore cynocrambe. C'est une plante du sous-bois atypique car bisexuée, comme l'est par exemple le houx d'Europe ou le palmier et qui appartient à la famille des euphorbes ce qui la rend toxique pour les animaux. Les plants mâles se reconnaissent à leurs discrètes fleurs d'un blanc-verdâtre, les plants femelles à leurs fleurs dont on ne distingue que le pistil. Le terme mercuriale vient du dieu Mercure à qui on attribut la découverte des propriétés purgatives et énergisantes de la mercuriale vivace et de la mercuriale annuelle.

3 et 4: Il existe un grand nombre de fougères nommées capillaires. Ici il s'agit de Asplenium Trichomanes, appelée fausse-capillaire, capillaire des murailles ou doradille chevelue. Selon la théorie des signatures, la plante était employée pour soigner lacalvicie et plus globalement les problèmes liés aux cheveux.

P3300084

En somme c'est une bonne récolte que voilà, qu'il ne reste plus qu'à agrémenter avecles quelques pézizes véinées qui ont prit place dans le jardin.

-0-