samedi 22 septembre 2012

Sortie en forêt 12.

P1010143

(photo de Alain.L)

C'est la chasse aux cèpes! hé pour une première année où nous nous y consacrons vraiment, je dois dire que le résultat est pas mal, nous avons collecté un peu trop de spécimens et certains d'entre eux feront le bonheur des voisins. Merci à mon petit père d'avoir prit des photos pendant mon absence. (avec l'appareil photo de ma petite mère).

SAM_5062 SAM_5064

On commence avec une série d'inconnus comme avec ces jolis champignons au chapeau marron et au pied crème.

SAM_5136 SAM_5025

La aussi grande interogation, on pourrait penser qu'il s'agit de laccaires améthystes mais je ne trouve pas la ressemblance frappante.

SAM_5023

 

SAM_5051 SAM_5082

Ah! les voilà, les terribles amanites panthères.

SAM_5104

Si ressemblante à l'amanite épaisse et à l'amanite rougissante et si toxique.

SAM_5053 SAM_5054

Qu'on ne si trompe pas, ce champignon n'est fait que pour être admiré.

SAM_5114

Les scarabées communs sont à la fête et envahissent le bois.

SAM_5050 SAM_5035

On raconte que cracher sur l'insecte le tuerait et que dont un dernier sursaut de vie l'animal laisserait perler une goutte de sang rouge.

SAM_5076 SAM_5080

Le cèpe appendiculé à chair jaune est un excellent comestible qu'il est rare de rencontrer.

SAM_5071

Sa vive couleur est pour le moins déroutante.

SAM_5044 SAM_5088

 Les vieux polypores prennent leur aise sur les tronc morts.

SAM_5038 SAM_5094

Et les polypores du boulot, en particulier ma mascotte (en haut à droite) sont encore abondants, bien que certains fasse grise mine.

SAM_5113 SAM_5112

SAM_5090

Il y en a pour tout les goûts et toutes les couleurs.

SAM_5116 SAM_5122

Je vous présente la grenouille rousse, qui fait quelque peu sa V.I.P. notamment sur la photo de droite. Ce batracien peut vivre dans nos contrées pendant 10 ans voir 13! Bientôt elle s'enfoncera dans le fond vaseux d'une mare pour hiberner.

SAM_5048 SAM_5032

(photos de Alain.L)

Ho voici les sympathiques lycoperdons en forme de vase.

SAM_5085

Ho surprise, sous un pin nous tombons nez à nez avec des lactaires délicieux, qui ont la drôle de manie de verdir là où ils ont été sectionnés. Hop, dans le panier!

SAM_5108 SAM_5047

Les sous bois étaient fort ensoleillés en fin d'aprés midi, un vrai plaisir.

SAM_5132 SAM_5133

Voila de drôles de champignons au chapeau marron et aux lamelles blanches qui poussent sur les troncs tombés.

SAM_5058 SAM_5015

Deux autres petits et jolis inconnus (non à gauche se ne sont pas des chanterelles).

J'ai fini par identifier les champignons à gauche, ce sont des hypholomes en touffes, ils sont toxiques.

P1010147

(photo de Alain.L)

Il reste quelques coulemelles mais bien souvent ils sont abîmés.

SAM_5110 SAM_5036

Geais des chênes et glands sont indissociables, ce dernier représentant 50% de son régime alimentaire (cette plume à gauche provient de la ramure de ses ailes). C'est un oiseau timide et difficile à approcher qui émet des cris reconnaissables entre tous.

 

SAM_5091

Les arbres malades ne font pas long feux aussi et font le festin de bon nombre d'animaux.

SAM_5010 SAM_5139

Voilà 4 petits inconnus au couleurs, styles et formes bien distincts.

SAM_5016 SAM_5012

 

P1010138

(photo de Alain.L)

Voilà une partie de la première récolte, un beau lot de cèpes des pins, orangers, des charmes, d'été et de bordeaux, rien que ça.

SAM_5098 SAM_5102

Et en voivi de tout petits qui pointent le bout de leur tête.

P1010139

(photo de Alain.L)

Ajoutez quelques chanterelles et le tableau est parfait.

SAM_5001 SAM_5002

Il y en a de toutes sortes, de toutes tailles, de toutes couleurs.

P1010155

Et voilà après la deuxième prospection de cet après-midi.

P1010141

(photo de Alain.L)

Et comme toujours il ne reste plus qu'à nettoyer, préparer, sécher,congeler, cuire et distribuer.


mercredi 19 septembre 2012

Sortie en forêt 11.

P1000982

Dans notre quête du château de Saint Sixte (ici), nous sommes parties faire cueillettes dans la forêt. Nous voilà revenues avec une belle récolte.

P1000952 P1010011

Quelques bons comestibles se trouvent dans la forêt comme les coulemelles à gauche ou les laccaires améthystes à droite.

P1010051

Attention toute fois aux terribles lépiotes châtains.

P1010014 P1010012

Comme toujours, il y a beaucoup d'inconnus comme ici avec ce lichen en haut à gauche ou ces deux champignons en bas. Par contre à droite en haut se trouve le lactaire délicieux, un très bon comestible.

P1010029 P1010039

 

P1010044 P1010046

Les vesses en forme de vasque commencent à relâcher leurs spores. Une simple pression dégage un nuage grisonnant.

P1010079

Le polypore à pied de chèvre est un très bon comestible mais aussi très rare. Ce champignon a complètement disparu dans certaines régions. Ici on peut voir les gouttes que la pluie a laissé sous son chapeau.

P1010069 P1010070

Ah les belles chanterelles que voilà.

P1010072 P1010073

Les températures et l'humidité de ses derniers temps, en plus d'un petit rayon se soleil, les ont fait abonder et devenir belles et grosses.

P1010075

Bientôt les trompettes de la mort feront leur apparition.

P1010037 P1010042

Fini le temps où les sous bois étaient gris et secs, la pluie a reverdi la forêt qui se couvre de mousse.

P1010049 P1000954

Les fourmis sous l'effet du soleil débordent d'energie et les baies d'aroms sauvages finissent de mûrir.

P1010048

Quelques rayons de soleil ne font jamais de mal en cette saison.

P1010078 P1010065

Avec le polypore pied de chèvre (à gauche), pousse le bolet à chair jaune, un comestible très moyen qu'il est préférable de consommer avec d'autres champignons.

P1010067 P1010076

Le phytollaque qui fleurissait en juillet (ici) donne des belles baies violines très toxiques (àgauche).  droite un petit champignons inconnu pointe le bout de son nez.

P1010082

Une petite rainette des bois c'est aventurée entre nos pieds. Le temps de l'observer nous lui avons rendu sa liberté.

P1010096 P1010109

Par la suite nous avons voulu explorer la forêt magnétique ce Cessieu, (forêt de Vallin) mais nous n'avons pas réussi à la trouver. A défaut nous avons explorer les bois alentours.

P1010092 P1010094

Le sceau de Salomon (article complet ici) a fini de fleurir et donne ces dernièrs fruits.

P1010091

C'est une plante toxique, utilisée en médecine et en magie.

P1010118

Ses racines sont très particulières et ressemble à des articulations. Cela est dû à la chute chaque anné de la tige qui laisse une marque. Ainsi pour déterminer l'âge de la plante il faut compter le nombre de marque comme avec les cercle d'un tronc d'arbre.

P1010100 P1010101

Dans la forêt il y a de nombreuses ruches, parfois à l'abandon. Ici une ruche traditionnel, creusé dans un tronc d'arbre. Un reste de branche fait office d'entrée.

P1010103 P1010129

Chaque secteur où se trouvent les ruches a son numéro. Simples caissons de bois, certaines ont été peintes et décorées.

P1010128

 

P1010116 P1010117

Les lianes donnent des fruits multicolores et toxiques. La nature se pare de rouge, de jaune et d'orange.

P1010119 P1010125

Certaines plantes annonce l'automne comme ce prêle des champs à gauche (plante médicinale) et cette colchique à droite.

P1010089

Le houx n'a pas encore fleurit. Cette hiver il donnera de belel boules rouges pour décorer les maisons.

P1010135

Après ce petit tour nous voilà rentrées avec une fabuleuse récolte.

P1010056 P1010057

Faux mousserons, coulemmelles, chanterelles, cèpes de Bordeaux, rosées des bois, pieds de moutons, il y en a pour tous les goûts.

P1010071

 

P1010106 P1010133

Mais ce n'est pas tout, bein d'autres choses nous ont enchanté, comme ces châtaigniers entrelacés ou ces cynorrhodons d'églantiers.

P1010058 P1010113

Nous avons mêmes trouvés des bédégars, des déformations du rosier sauvage (ici). Dans le centre de Cessieu se trouve une jolie maison que nous avons renomé "maison de la sorcière" (dans le sens bénéfique) du fait des nombreuses figurines animales et plantes qui décorent sa façade.

retouche 2     retouche 3

Une jolie rencontre nous attendait dans un châtaigneraie. Le faucon crécerelle est un rapace fort discret. Il vit en Europe, en Afrique et en Asie. Ici il s'agît d'un mâle car sa tête est bleue-gris.

retouche 1

Notre présence lui a peu plus, après plusieurs vols rapides autours de nous et quelques cris, il s'en est allé.

mardi 18 septembre 2012

Sortie en forêt 10.

P1000766

(Merci à ma petite mère de m'avoir prêté son appareil photo)

A la douceur des bois, la fraîcheur des prairies, la chasse aux champignons est ouverte.

P1000877

Attention, dans les bois et forêts se trouvent les lépiotes. Attention à ne pas confondre la délicieuse coulemelle (en bas à gauche) avec la terrible lépiote châtain (en bas à droite et en haut), elle est à rejeter car toxique.

P1000924 P1000825

 

P1000848 P1000850

De nombreux champignons nouveaux sont une fois de plus apparus, comme ce joli champi' violine.

P1000816

Les calocères visqueuses s'en donne à coeur joie.

P1000883 P1000886

Le polypore écailleux est un polypore qui se mange jeune en marinade. 

P1000823 P1000879

Les vesses en forme de vasques commencent à vieillir, certaines se sont faites dévorer par les petites bêtes de la forêt, d'autres répandent leurs spores.

P1000795

 

P1000854 P1000773

Certains champignons ont l'art de se fondre dans les feuilles mortes et l'humus brunis.

P1000875 P1000873

Les rosées des bois, d'excellents comestibles, se cachent des chercheurs sous l'herbe sèche et les aiguilles de pins. 

P1000788

Le russule feuille morte est un joli russule bien qu'il soit un comestible moyen.

P1000914 P1000912

Sur la mousse des vieux arbres morts, poussent de jolis 

P1000893 P1000845

Les fausses girolles sont remarquables en cette période.

P1000928

Les fourmis se préparent pour l'hiver, la fourmilière prend des proportions incroyables.

P1000868 P1000838

Les animaux ne sont pas aussi discrets que l'on pourrait le penser. A gauche une famille de sanglier à littéralement retourné un champ au coeur de la forêt pour trouver des tubercules et des vers. A droite un chevreuil à gratter de sa ramure un tronc pour marquer son territoire, lui retirant au passage son écorce. 

P1000771 P1000839

L'homme lui aussi laisse sa marque, avec par exemple une balise de chemin de randonnée ou un vieux abreuvoir abandonné qui se trouve dans une forêt qui, il y a 100 à 150 ans de cela, devait être un champ.

P1000811

Étrange forme que prend cette petite amanite jonquille rongée par une limace .Elle ressemble à un crâne digne de Monsieur Jack, se qui rappel sa toxicité supposée.

P1000907 P1000919

Le coprin d'Ellis est un champignon qui se développe en grandes colonies. Il est non comestible.

P1000941 P1000808

Les polypores sont toujours là, comme mon joli (et fétiche) polypore du bouleau que je retrouve chaque fois ou ce gros polypore multicolore.

P1000858

Le mélampyre des bois refait son apparition, lui qui un temps avait disparut de la forêt. On peut le voir ici: plantes parasites de l'Isère.

P1000815 P1000947

Dans notre panier plein de bonnes choses. L'incoutournable chanterelle (en haut à gauche et en bas) est rejointe par les cèpes bien qu'ils soient tout petits et parfois mangés par les rongeurs et les limaces (en haut à droite).

P1000819

Ne sont-elles pas mignones?

P1000905

Au panier nous avons rajouté des petits pieds de moutons, tout aussi savoureux.

P1000835 P1000828

La calvaire élégante ne pousse que sur le bois mort (à gauche). Elle peut atteindre une trentaine de centimètres. Bien que non toxique elle inflige de terribles coliques. A droite un petit bolet poivré, inconsommable avec son fort goût de poivre comme son nom l'indique. Il peut tout fois servir de condiment.

P1000865 P1000806

Voici d'autres jolis champignons avec le fascinant géastre à trois couche (à gauche), un champignon rare ou le russule émétique (à droite), rare lui aussi et dans ce cas plutôt vieillit, qui est réputé pour être inconsommable.

P1000899

Ah le beau panier que nous avons rammassé, la forêt est pleine de ressources.

mercredi 12 septembre 2012

Sortie en forêt 9.

Une jolie balade dans les bois où une fois de plus les cèpes se sont fait absents. La prochaine j'espère qu'ils seront au rendez-vous.

SAM_4439

Les chanterelles sont elles de la partie et je dirais qu'elles sont de taille.

SAM_4411 SAM_4412

 Il faut être attentif car bien qu'elle dépasse d'une tête l'humus et les feuilles tombées au sol, elles restent bien camouflées et parfois, par mégarde, on ne manque pas d'en écraser.

SAM_4473 SAM_4477

Lorsqu'il y a une pousse rapide grâce aux températures et à l'humidité, certains spécimens se craquellent.

SAM_4405 SAM_4470

Des fleurs des sous bois de l'été, il ne reste que les graines et les tiges fanées. A gauche celles d'un grand suce pin et à droite, celles d'une orchidée néottie nid d'oiseau.

SAM_4392 SAM_4478

Il en est de même avec certaines plantes de la fin du printemps, comme à droite avec ces graines de muguet qui sont fortement toxique ou ces feuilles vertes du sceau de salomon que l'on nome faux muguet en raison de ses fleurs.

SAM_4394 SAM_4397

Un de nos coins à cèpes (malheureusement vide) a été envahit de polypores soufrés, autrement dit des "poulets des bois". A gauche deux vieux spécimens qui ont mêmes comencés à moisir et à droite de tout jeunes.

SAM_4400 SAM_4401

Très prisés au Canada et au États Unis pour leur goût et leur consistance de poulet ainsi que leur couleur orange qu'ils gardent à la cuisson, ils ne sont que peu consommés en France. On pense qu'ils sont responsables de plusieurs cas d'intoxications.

SAM_4432 SAM_4433

Dans notre coin à chanterelles des enfants sont venus construire une cabane sans remarquer les petits trésors jaunes.

SAM_4408 SAM_4409

Voici de petits champignons que je n'avais pas encore croisé. Leur couleurs vertes et orangées les rendent pour le moins intrigants.

Ces champignons qui m'intriguent temps sont des l'hypholomes en touffes, merci à Cristau pour la précision (http://cristaudehaugue.canalblog.com/).

SAM_4381 SAM_4383

Au détour d'un sentier qui longe un champs nous avons fait une belle rencontre avec cette jument et son petit.

SAM_4455 SAM_4456

La forêt est de nouveau verdoyante mais le temps grisonnant la rend sombre et fraîche.

SAM_4344 SAM_4345

Les feuilles tombent à vitesse grand V, et le sol en est jonché ce qui rend plus difficile la cueillette. Mousses et lichens quand à eux se gorgent de l'humidité du sous bois.

SAM_4346 SAM_4347

Le vent et le pluie ont fait tomber prématurément certaines feuilles et graines. Il faudra patienter encore un peu avant de déguster les châtaignes ou de cueillir du gui pour le réveillon.

SAM_4366 SAM_4426

Les clitocybes en entonnoir sont toujours présents et même un peu plus nombreux qu'à l'accoutumée.

SAM_4422 SAM_4429

Un autre petit nouveau fort appréciable (à gauche), le laccaire améthyste appelé aussi clitocybe améthyste. Ce joli champignon a une saveur douce mais attention aux confusions. A droite, un autre champignon déjà croisé dans le bois et qui lui aussi étonne par sa couleur, le russule jaune (à droite) qui est un bon comestible à ne pas confondre avec le russule du fiel.

SAM_4425

Surprise, dans un vieux tronc d'arbre, ce qui doit être un pic à creusé son nid. Manque chance il a été envahit par toute une colonie de polypores hispides. Adieu, nid, maison et oisillons.

SAM_4371 SAM_4372

Les polypores du bouleau eux aussi ne cessent de pousser, la pluie les aidant à se développer rapidement.

SAM_4356 SAM_4384

Pour les autres champignons, c'est la fin. Il ne reste rien de c'est vachotte (à gauche), ni de ces sclérodermes vulgaires (à droite).

SAM_4355 SAM_4359

Le bois mort et humide accueil pleins de petits polypores chatoyants.

SAM_4360

Et mon vieux et gros polypore du bouleau que j'affectionne est toujours là.

SAM_4364 SAM_4363

Des mes collybies à pieds en fuseau (ici) il ne reste plus rien que cette "souche" moisie. L'espèce à disparue du bois pour ne revenir que l'an prochain. Les insectes se font aussi plus rare. Cependant les scarabées bleus sont fort visibles.

SAM_4377 SAM_4378

Autre rencontre avec ce coprin (à gauche) qui est peut être de la famille des coprins plissés et qui est fort abondant. A droite un joli russule comestible, c'est son nom et comme il l'indique, cette espèce est comestible mais sans intérêt.

SAM_4444 SAM_4435

Les lycoperdons en forme de vase sont arrivés. Ils font partie des vesses (comme la vesse de loup). Ils sont comestibles jeunes mais ce ne sont pas très goûteux et leur texture et particulière.

SAM_4479 SAM_4449

Ce ne sont pas des orbes sur ces photos mais biens des lycoperdons en forme de vase qui ont tendance à pousser en nombres.

SAM_4450 SAM_4452

La fausse girolle est assez commune sous les conifères. C'est un piètre comestible. 

SAM_4458 SAM_4460

Je n'ai pas réussi à identifier ces champignons qui sont proches du clitocybe en entonnoir. Il peut s'agir du clitocybe jaune ou du clitocybe squamuleux.

SAM_4483

Les myrtilles ont fini de pousser. Cette année ne nous y sommes pas vraiment intéressés mais peut être que l'an prochain nous feront de belles cueillettes.

SAM_4388 SAM_4389

Les oiseaux ont commencés à se manger les diverses graines de la forêt qui sont pour certaines enfin à maturité (à gauche). Encore une fois, je rencontre se drôle de champignon mangeur de bogues (à droite) et sur le quel je n'arrive à mettre un nom.

SAM_4416 SAM_4370

Il y a bien d'autres espèces que je n'arrive pas à reconnaître, il est vrai que le monde des champignons est vaste.

SAM_4431 SAM_4447

Voilà deux champignons fort semblalbes mais à ne pas confondre. A gauche, la calocère visqueuse est toxique, alors qu'à droite le calvaire jaune est comestible. Ils se distiguent tout deux par leur taille, leur couleur, le nombre d'individus collés les uns aux autres, leurs ramifications et leur odeur.

SAM_4466 SAM_4464

 Parfois, les arbres perdent leur écorces. Sous celle-ci je cache toute une troupe d'insectes et de diplopodes comme ce mille-pattes qui a pour nom scientifique iule et qui a la capacité de s'enrouler sur lui même. Il fait partie des animaux détritivores, c'est à dire qui transforment la matière organique en humus qui sert de terreau aux plantes, aux arbres et aux champignons.

SAM_4481 SAM_4484

Beaucoup d'autres découvertes et rencontres ont été faites pendant cette promenade comme avec ce champignon, ou ce chevreuil qui est difficile à distinguer. Il est très courant d'en rencontrer, les photographier este une autre affaire.

mardi 4 septembre 2012

Sortie en forêt 8.

Pas grand chose à voir en forêt, mais avec les ressentes pluies cela a dû changer.
Il y a tout de même quelques découvertes à faire.

SAM_3927 SAM_3929

À hauteur d'homme, enfin de femme, enfin de la mienne (1m60),
se trouve dans un vieux tronc un nid vide. À la vue de sa taille,
il peut s'agire d'un nid de pic qui a été agrandi par les éléments
et qui pourrait abriter un rapace tel qu'une chouette ou un hibou.

SAM_3933 SAM_3932

À différentes échelles, les animaux laissent des traces comme cette araignée à gauche,
qui chasse à l'affût depuis son terrier de soie ou ce gland fendu par un rongeur ou un oiseau.

SAM_3935 SAM_3938

Quelques inconnus sont là, comme toujours, avec ces champignons à gauche
(qui semblent être des colybies à pied en fuseau) ou ce joli lichen à droite.

SAM_3947 SAM_3949

 Les calocères visqueuses (à gauche) ont grillé et
les girolles que trop peu poussées (à droite).

SAM_3941 SAM_3952

Bref pas grand chose à se mettre sous la dent
mais se balader en forêt est toujours agréable.

 

Posté par Renarde alpine à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


lundi 27 août 2012

Sortie en forêt 7.

Avec la sécheresse, la nature a triste mine et tire déjà sur les teintes jaunes et orangées. 

Voilà quelques clichés qui datent de la fin juillet.

SAM_3633 SAM_3648

Bien que la forêt manque d'eau, certaines plantes y demeurent communes, comme les myrtilles sauvages (à gauche) qui ne vont pas tarder à mûrir et le trèfle des bois (à droite).

SAM_3665 SAM_3722

Les petits polypores hispides sont couverts de gouttes. Ce champignon à la particularité de produire des gouttelettes à sa surface.

SAM_3654

Le cyathé strié est un champignon très particulier, haut des quelques centimètres qui affectionne le bois mort et la mousse. Quand on le coupe en deux, on peut voir que son intérieur est creux, à l'exception d'une dizaines de minuscules poches planches qui contiennent les spores. Il n'est pas comestible.

SAM_3656 SAM_3735

 

SAM_3635 SAM_3638

Les calocères visqueses sont toujours là quant à elles.

SAM_3636 SAM_3639

Les vacances se font sentir avec la multitude de cabanes qui apparaissent dans les bois.

SAM_3640 SAM_3700

Les signes de passages d'animaux sont plus facilement identifiable en ce moment. Une pie semble avoir été plumée non loin d'une laissée (crotte) de sanglier. 

SAM_3695

Les traces du chevreuil sont simples, une ou deux feuilles grignotées par là, deux trois laissées ou encore un arbre gratté à son pied par ici.

SAM_3690 SAM_3641

 

SAM_3644 SAM_3645

Heureusement pour nous, les fougères et mousses viennent donner de la couleur au sous bois.

SAM_3649 SAM_3651

Quelques classiques sont là, comme le lactaire poivré (en haut à droite et à gauche), le russule feuille morte ( en bas à gauche) et le scléroderme vulgaire (en bas à droite) mais tous semblent ne pas avoir appréciés les fortes chaleurs.

SAM_3661 SAM_3678

 

SAM_3669 SAM_3671

Deux petits champi's bien sympathiques, quoi que non comestibles, le lycogala epidendrum ( à gauche) et le fleur de tan avec son joli nom nous vient du gaulois "tann" qui désigne le chêne, dont le champignon aime se nourrir (mais pas exclusivement) une fois celle-ci tombée de l'arbre. Il est peu fréquent.

SAM_3662 SAM_3694

Comme d'ordinaire, quelques inconnus au bataillon.

SAM_3698 SAM_3647

 

SAM_3684 SAM_3737

De belles chanterelles étaient au rendez-vous mais en petit nombre, dommage. Celle de gauche a tenté de nous faire une interprétation à la picasso fort bien réussie.

SAM_3679 SAM_3703

Hormis ces quelques specimens, ils n'y a pas de champignons, du moins le peu qu'il restent sont très abîmés comme cette astrée hygrométrique à gauche ou cette vachotte à droite qui d'ordinaire est d'un orange éclatant.

SAM_3706

Les majestueux polypores du bouleau sont encore là.

SAM_3704 SAM_3705

 

SAM_3710

Ces collybies à pied en fuseau sont fort jolis, mais avec le temps que nous avons eu et leur propriété si particulière, je ne me risquerai pas à les cueillir. Ils pourrissent assez difficilement.

SAM_3707 SAM_3708

 

SAM_3713 SAM_3714

deux autres champignons de bois inconnus.

SAM_3724 SAM_3732

Autre découverte de cette promenade, la partie postérieur de ce qui pourrait être un squelette de lièvre ou de lapin au vu des griffes et du pelvis.

Bref, pas grand chose à se mettre sous la dent mais pas mal pour les yeux.

dimanche 5 août 2012

Sortie en forêt 6.

La promenade du col des mille martyrs est très plaisante à faire et permet de présenter la nature aux plus jeunes de façon ludique.
SAM_2692

Voici le petit texte explicatif sur le col présenté au pied d'une des nombreuses croix qui bordent le chemin:

"Le lundi de Pentecôte, on se rendait à pied de Miribel au Pont de Beauvoisin auprès de la relique des dix mille martyrs. Ce trajet jusqu'à l'église des Carmes se faisait en priant et en chantant pour la protection des récoltes. L'évêque de Grenoble finit par interdire en 1658 cette procession, pratiquée par d'autres communautés de Valdaine, pour cause de débordements et de contrebande. Suite à une supplique écrite du curé et des habitants de Miribel, une procession de substitution fut autorisée jusqu'à la limite de leur mandement où serait installé un oratoire pour dire la sainte messe le jour de la fête des martyrs. Faute de moyens, l'oratoire fut remplacé par une croix plusieurs fois reconstruite qui figure sur la carte de Bourcet de 1754. Le bois environnant est désigné sous le nom de "Mirmatu" par la carte de Cassini (déformation probable de 1000 martyrs). on y faisait jusqu'en 1914 une procession le dimanche qui suit le 22 juin.

Les Milles Martyrs

Ces 10 000 martyrs devenus 1000 n'étaient pas des victimes des Sarrasins ni des bandes du seigneurs des Adrets. Survivants d'une armée romaine conduite par le tribun Accace, ils avaient embrassé le christianisme. Ils furent crucifiés sur le Mont Ararat vers l'an 120 sous le règne de l'empereur Hadrien. Une autre version indique que le roi Sapor de Perse fit crucifier 10 000 soldats chrétiens commandés par St Accace. Leurs reliques rapportées de la croisade en 1492 pas Jacques de Clermont furent conservées dans un reliquaire de vermeil en l'église des Carmes de Pont de Beauvoisin (Savoie). Elles furent détruites à la révolution. Ces reliques étaient aussi vénérées à Rome, Bologne, Avignon, etc... Leur véritable histoire confine à la légende."

SAM_2655

Les pelotes de rejection sont un bon moyen d'expliquer aux enfant
le régime alimentaire des chouettes, des hiboux et des ducs.

Ce sont en effet ces oiseaux qui les régurgitent. Il s'agit des poils, plumes, becs et os des proies qu'ils avalent entières et qu'ils ne peuvent digérer. Ils recrachent ces parties qu'ils ne digèrent pas sous forme de "pelotes" sèches. Avec un bâton, on peut facilement les ouvrir pour voir quel a été le repas de l'oiseau. Tout est expliqué ICI.

SAM_2639 SAM_2678

Petite initiation aux champignons de nos forêts, entre les bons
(comme ces russules charbonières à droite) ou les mauvais (ce bolet satan à gauche).

SAM_2651

Et les très bon comme avec les rares chanterelles que nous avons trouvé,
la forêt étant extrêmement sèche pour permettre l'abondance des champignons.

SAM_2696 SAM_2711

Un jonc torsadé autour de l'anuaire, deux-trois fleurs et feuilles glissées à l'intérieur, et on obtient
une bague sauvage et éphémère. Attention à ne pas cueillir les plantes protégées pour l'orner.

SAM_2686 SAM_2705 

Identification des plantes comestibles avec la bardane commune
à gauche et les framboisiers sauvages à droite.

SAM_2723 SAM_2674

Les indices du passage des animaux sont nombreux. Poils, traces, crottes et cris sont d'une aide précieuse. Ici on peut détecter la présence du chevreuil avec les troncs des jeunes noisetiers qu'ils ont effrités (à gauche), ou celle du blaireau avec cette trace, avec les griffes bien visibles, qu'il a laissé dans la boue (à droite).

SAM_2702

Sur les branches des chênes, poussent ces étranges petits cônes. Il s'agît d'une gale, c'est à dire que la larve d'un guêpe (Andricus foecundatrix) qui a été pondue dans l'écorce de l'arbre va faire dégénérer celle-ci qui va former une excroissance dont l'insecte va se nourrir pour atteindre le stade adulte d'imago.

SAM_2670

Et pour terminer cet article, une habituée des nos forêt, la grenouille agile, à ne pas confondre avec la rainette qui peut être marron ou brune aussi. Édite : je viens commenter cet article 4 et demi après sa première rédaction. Que de parcours fait depuis. Pour rappel il ne faut jamais attraper les amphibiens et si cela dois se faire, toujours avec les mains bien humides pour ne pas retirer le mucus qui protège leur peau très fragile et délicate.

samedi 21 juillet 2012

Sortie en forêt (5).

SAM_2488

Petite sortie dans le bois pleine de surprises notamment grâce cette rencontre avec une jolie grenouille agile.

SAM_2498 SAM_2528

Les russules émétiques apprécient les fortes chaleurs de ces derniers jours.

SAM_2583 SAM_2554

Bien qu'encore très présents, les lactaires poivrés se font doucement remplacer par un petit nouveau,
le lactaire à lait abondant appelé aussi vachotte. C'est lui aussi un médiocre comestible .

SAM_2499 SAM_2501

Les néotties nid-d'oiseau sont toujours en fleurs, bien qu'une partie donnent déjà des graines.
On peut les retrouver ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/07/12/24689193.html
et ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/06/26/24581697.html

SAM_2506 SAM_2503

Les chanterelles sont au rendez-vous, par forcément en masse ... mais là tout de même.

*bave*

SAM_2561

On peut rajouter trois beaux cèpes d'été à notre tableau de chasse.

SAM_2573

À gauche le bolet pomme de pin. C'est un médiocre comestible, jugé comme souvent
non consommables. Il est préférable des l'admirer, d'autant plus qu'il est rare.

SAM_2492 SAM_2523

Les lactaires poivrés sont en manque d'eau avec les fortes chaleurs de ces jours.

SAM_2504 SAM_2552

Autre découverte, quelques plumes d'une buse et une belle cabane cachée dans les bois.

SAM_2493 SAM_2496

Autre champi' incontournable, l'amanite rougissante.

SAM_2538

Un groupe de champignons violets inconnus, amassé sur un tronc tombé.

SAM_2486 SAM_2533

Le russule olive est un piètre comestible, à la saveur douceâtre.

SAM_2531 SAM_2535

À gauche un russule du fiel, qui malgrès sa bonne odeur est non comestible au contraire
du russule charbonnière à droite qui est un bon comestible, en particulier jeune.

SAM_2595 SAM_2597

Les collybies à pied en fuseau font grise mine.

SAM_2513

Il reste également quelques satyres puants, appelés aussi "morilles du diable".

SAM_2569

Bref, une chouette cueillette avec de beaux spécimens.

lundi 9 juillet 2012

Sortie en forêt (4).

SAM_1511

Promenade dans les bois ce matin.

SAM_1461 SAM_1486

La récolte des champignons doit être maîtrisée, il est facile de confondre deux spécimens comme ça peut être le cas ici. En haut à gauche et ci-dessous un champignon qui m'est inconnu, en haut à droite une chanterelle. Le pied, le chapeau, les plis, le type d'habitat ... tout doit être connu pour être sûr d'éviter les empoisonnements.

SAM_1463 SAM_1510 SAM_1441

Quelques jolies calocères visqueuses sont apparues dans la forêt.

SAM_1498 SAM_1501SAM_1502 SAM_1505

De belles sclérodermes vulgaires. Bien que toxiques,
certains fabriquants de l'agro-alimentaire l'utilisent pour imiter la truffe dans leurs plats conditionnés.

  SAM_1485

Ces champignons sont des lycogalas epidendrums.
Ils servaient de teinture au moyen âge (merci de l'info Poppy!).

SAM_1421 SAM_1422

Encore une bonne poussée de chanterelles nous attendait.

SAM_1425SAM_1453 SAM_1514SAM_1512

Les incontournables, la néottie nid-d'oiseau et les lactaires poivrés.

SAM_1451

L'amanite épaisse de ces derniers jours s'est bien épanouie.

SAM_1476 SAM_1477

Les astrées hygrométriques sont des champignons atypiques, en effet quand il se met à pleuvoir,
leurs bras se referment sur leur coeur, le protégeant de la pluie, d'où le nom d'hygrométrique.

SAM_1450

Un étrange champignon naissant, on distingue le chapeau jaunâtre,
recouvert par une épaisse gelée. Il s'agît d'un phallus impudique.

SAM_1437 SAM_1448

Les amanites rougissantes connaissent une nouvelle poussée elles aussi.
Russules, lactaires, amanites, cèpes ... la liste est longue.

SAM_1434 SAM_1432

 Ces collybies à pied en fuseau sont de bons comestibles jeunes et sans leurs pied. Néanmoins les vieux spécimens provoquent des malaises et des problèmes intestinaux. De plus, pendant les périodes de sécheresse, ils se dessèchent complètement mais reprennent leur forme initiale à la première pluie. Ce changement d'état les rend très toxiques. Sans oublier qu'il est facile de les confondre avec le faux-cortinaire bulbeux ou l'inocybe de patouillard, tout deux très toxiques. 

SAM_1664

Au menu, sautées de chanterelles et cèpes.

SAM_1665

vendredi 6 juillet 2012

Sortie en forêt. (3)

SAM_1280

La journée a commencé avec une belle petite trouvaille.

SAM_1298 SAM_1339

À gauche une amanite épaisse, à droite une amanite rougissante. Bien qu'il soit simple de les identifier ici à partir des photos, il n'est pas aisé dans la nature de faire de même, surtout avec l'amanite rougissante qui peut revêtir plusieurs formes. Seul un bon connaisseur peu indiquer si oui ou non il s'agît du bon spécimen ou pas. Moi même je ne m'y risque pas car il est facile de confondre ces champignons avec l'amanite panthère.

SAM_1300 SAM_1359SAM_1304 SAM_1351

Les amanites rougissantes sont toujours aussi présentes.

SAM_1326 SAM_1329SAM_1334

Les lactaires poivrés, après l'orage d'hier soir, sont sortis de toutes parts.

SAM_1299 SAM_1311SAM_1317 SAM_1320

Les lactaires et russules s'en donnent à coeur joie et nous offrent toutes leurs couleurs.

SAM_1362

Le bouleau tombe, le polypore perdure.

SAM_1342 SAM_1360SAM_1325 SAM_1367

Les chanterelles sont là, belles, grosses et bien jaunes. Les bolets aussi.

SAM_1345 SAM_1353

La fleur à gauche est un suce-pin de belle taille. À droite, trois élégants clitocybes en entonnoir, aussi appellés clitocybes bossus. Comestibles, il faut en retirer les pieds et les faires cuire longtemps car la chair à l'odeur douce est coriace. 

SAM_1352 SAM_1363

Il reste encore de nombreuses fleurs et champignons inconnus à déterminer.
Bref, ce soir on profite.

SAM_1369