lundi 24 décembre 2012

Les joies de l'hiver.

SAM_9777

Depuis le 21 décembre, c'est l'hiver, chocolats chaud et neige font pour de bon partis du paysage. Même la chapelle du hameau prend son beau manteau blanc.

SAM_9761 SAM_9714

Par ce temps, on ne sort que peu, le froid étant plus que piquant, alors on regarde la temps qui passe par la fenêtre.

SAM_9755 SAM_9739

De temps à autre une mésange ou une pie pointe le bout de leur nez. On en profite pour sortir les conserves et les bocaux réalisés pendant l'été. Au programme, mijoté de cèpes.

SAM_9686

Bref, il n'y a que les oiseaux qui s'aventurent au dehors, et laissent dans la neige la trace de leurs frêles pattes et de temps à autres celle de leurs ailes.

SAM_9727 SAM_9732

Pour ce qui est du chat, la neige n'est pas vraiment une joie. Siestes au coin du feu et galipettes sur le canapé ponctuent son tranquille rythme de vie.

SAM_9771 SAM_9774

Bref, de la neige, encore de la neige, un vrai délice. Le hameau est devenue blanc, et il faut désormais se frayer de large passage dans la poudreuse pour rentrer chez soi.

SAM_9763

Bref, voilà l'hiver.


mercredi 14 novembre 2012

Le site archéologique du plateau de Larina.

C'est près de l'Isle de Crémieu, à Hières sur Ambry, que l'on peut découvrir les merveilles du plateau de Larina, entre fossile, vestiges et flore.

 

SAM_0156 (3) SAM_0167 (2)

Voici la vipérine vulgaire à gauche. C'est une plante médicinale riche en mucilage qui autrefois était employée pour ses propriétés diurétiques, adoucissantes, sudorifères et émollientes.

A droite le rosier des chiens, une autre plante médicinales que l'on retrouve dans cet article du blog, ici.

SAM_0174 (2) SAM_0175 (3)

L'orchidée pyramidale est une jolie orchidée de nos contrées, elle aussi a son propre article, ici.

SAM_0165 (2)

Le plateau de Larina est en partie connu pour les nombreux fossiles que l'on peut y observer. Ammonites, coquillages et huîtres y sont communs.

SAM_0190 (2) SAM_0279 (2)

Les occupants du site ont même parfois utilisés des roches contenant des fossiles d'huîtres comme à gauche pour construire de nombreux bâtiments.

SAM_0189 (2) SAM_0185 (2)

Bâtiments dont on peut observer  les ruinessur le site qui en comporte une dizaine.

SAM_0183 (2)

Des panneaux explicatifs sont mis à disposition pour expliquer l'histoire du lieux, de la construction des maisons à celle du moulin.

SAM_0192 (2) SAM_0201 (2)

Une madone surplombe du haut de sa colline les environs.

SAM_0196SAM_0194 (2)SAM_0205 (2)

Un observatoir permet d'avoir une vue plongeante sur les communes alentours et la centrale.

SAM_0198 (2)

Celle-ci est imposante!

SAM_0246 (2) SAM_0219 (2)

Continuons la visite des fleurs avec à gauche une espèce de la famille des géraniums sauvages et à droite, du genet.

SAM_0210 (2) SAM_0216 (2)

Voici une fleur très imposante qui pululle sur le plateau, de la famille des campanules, haute d'un mètre voir plus.

SAM_0215 (2)

C'est la campanule carillon, géante dans son espèce. Elle est remarquable en bouquet mais bien plus belle dans son milieu.

SAM_0217 (2) SAM_0263 (2)

Autre surprise du site, une multitude de tombes qui, découvertes étaient encore occupées de leurs résidents et les ruines d'une église primitive (au sens antérieur au style roman).

SAM_0224 (2) SAM_0221 (2)

Et pour construire tout cela, nos ancêtres n'ont eu casse servir dans le flanc de la colline, où aujourd'hui encore on peut admirer la carrière...

SAM_0238 (2)

... et s'y promener.

SAM_0251 (2) SAM_0254 (3)

Autre palnte remarquable, à gauche, l'oeillet sauvage qui est une plante protégée sur tout le territoire français. A droite, un nid de chenille dans un arbre.

SAM_0252 (3) SAM_0274 (2)

Et quelques belles orquidées, comme l'ochidée de l'homme pendue à gauche ou l'orchis apiféra à droite et qu l'on retrouve encore .

SAM_0247 (2)

La laitue sauvage (ici) n'est pas à confondre avec le lin qui est aussi un plante sauvage aux fleurs bleues. Pour les différencier, il suffit de savoir que les fleurs de la chicorée pousse directement sur la tige qui est carrée et non ronde comme chez le lin.

SAM_0291 (2) SAM_0299 (2)

Et à la fin de notre périple, nous avons eux le plaisir de découvrir cette église abandonnée.

SAM_0295 (2) SAM_0293 (2)

Dévorée par le lierre, seuls quelques vitraux ont survecu au temps.

SAM_0301 (2)