mardi 23 septembre 2014

Aujourd'hui premier jour de l'Automne !

P9131015 P9100391 P9100401 P9130109

Aujourd'hui c'est le premier jour de l'Automne, saison que je chéris plus qu'aucune autre. L'odeur de la terre mouillée, la brume, la rosée et le gel sur les dernières fleurs de l'été, les champignons et les noix, les feuilles dorées, l'arrivée des nuées de grands corbeaux... c'est un tableau infiniment merveilleux qui est offert part la nature. Je ne peux me passer de fêter ce jour bénni, toute agnostique que je sois.

P9130123 P9130247 P9130691 P9130919

Alors comme tous les ans je m'offre un ou deux articles autour de ce thème. Vous pouvez tous les retrouver ci-dessous, pour cela cliquez sur un des titres et vous serez automatique diriger vers le poste qui y correspond. Et puis surtout, bel Automne, joyeux Halloween, bon Mabon !

Haloween - Couronne de feuilles - Ma petite amanite - Vendanges - Couronne de maïs

Table automnale - Fêter Mabon - Jeu de noix - La revue - Gratin de courge - Soupe de courge

P9130965 P9130980 P9130258 P9100452

Il reste de nombreux articles à venir: sorties dans le jardin et en forêt, fêtes médiévales de Crémieu et de Saint Geoire en Valdaine, cuisine et ateliers créatifs, fête de la courge, cueillette et glandouillage... à suivre.

Emoticon Red Fox fantôme


jeudi 18 septembre 2014

Retour dans le jardin.

P8200006

Qu'il est bon, de retour de notre périple, de prendre une pause bien méritée dans le jardin. Un peu de calme oui, enfin s'il on veut. La campagne grouille de vie et il est rare de si ennuyer, en particulier quand on vit a proximité d'un poulailler. Et puis il y a les forêts qui regorgent de champignons qui n'attendent que nous.

P8063443 P8063447

P8063449 P8180017

Les dernières truffes de l'été nous attendent sagement sous les vieux arbres. La récolte a été petite cette année du fait de mon absence mais nous offre tout de même le loisir de déguster quelques superbes toasts beurrés.

P8200001

Vousla reconnaissez ? Voilà un belle araignée, l'un des plus grosses de France métropolitaine qui à l'arrivée de le mauvaise saison aime se réfugier dans les maisons. Sous ses airs de monstre poilu, la tégénaire domestique (Tegenaria domestica) est bien utile, elle débarrasse les maison des insectes nuisibles.

1P82000052P8200003

3P82000044P8240005

Les insectes de la fin d'été sortent, en voici deux exemples typiques de la famille des Lucanidés.
1, 2 et 3: il s'agît ici d'un lucane-cerf- volant femelle (Lucanus cervus). A la différence des mâles elle ne possède pas d'énormes mandibules qui leur permettent de se battre pour conquérir les belles.
4: scarabée petite biche (Dorcus parallelipipedus). Sous sa forme adulte il se rencontre de juin à septembre, le plus souvent au crépuscule en lisière de forêt.

P8260026

Pour le moment, le plus plaisant reste de profiter du soleil et surtout, du canapé du salon. Il reste pas mal de travail pour préparer la fête médiévale du village (qui depuis a eu lieu). Comme tous les ans, elle se déroule le dernier week-end d'août et accueil plusieurs milliers de visiteurs.

P8180012 P8180007

P8180008 P8180020

lundi 9 juin 2014

Les Orchidées de printemps en Chartreuse.

le Granier
(Vu du Granier depuis le haut du col, les pieds dans la gadoue de la zone humide).

Nous voilà dans les Entremonts à la recherche des belles orchidées de Chartreuse. Rappelons que le massif enregistre 66 des 165 taxons connus en France. Merci encore à Sébastien qui au court d'une journée riche en découvertes a eu la gentilesse de me supporter et surtout, de me montrer de très beaux spots à orchidées. Et encore merci à lui pour les conseils, les explications et les identifications !

Ascalaphe blanc (4) Ascalaphe blanc

Ascalaphe blanc (3) Ascalaphe blanc (2)

On commence en douceur avec ce drôle d'insecte de la famille des libellules, l'ascalaphe soufré (Libelloides coccajus). On le rencontre dans les pelouses calcaires méditarréennes et montagnardes, jusqu'en Turquie (parfois à plus de 2000 mètres d'altitude). On peut le voir voler entre mai et juillet à la belle saison.

chenille

Avec la fin du printemps les chenilles font leur apparition. Fraîchement sortie de l'oeuf, elles ont généralement bon appétit et font leur entrée dans les potagers pour le plus grand malheur des jardiniers. Celle-ci a prit le parti d'imiter un fiente pour ne pas se faire becqueter par ses potentiels prédateurs.

orchis militaire albinos orchis militaire albinos (2)

orchis militaire albinos (3) orchis militaire albinos (4)

Belle rencontre avec c'est orchis guerrier (Orchis militaris) albinos. L'albinisme de ce type chez les orchidées est dû à une absence partielle ou complète des chloroplastes qui contiennent les cellules chlorophylliennes et des vacuoles qui contiennent les pigments qui colorent les pétales. Ici il semblerait que ce ne soit que les vacuoles qui soit  absente, la tige et les feuilles ayant gardé leur belle teinte verte.

raiponse globuleuse

La raiponce globuleuse (Phyteuma orbiculare) appartient à la famille des campanules. Elle apprécie les sols calcaires, les zones herbeuses et pousse entre 0 et 2600 mètres d'altitude. Cette vaste amplitude fait que l'on peut la rencontrer dans une large partie de l'Europe et même de l'Asie.

Céphalanthère à longues feuilles (3) Céphalanthère à longues feuilles (4)

Céphalanthère à longues feuilles Céphalanthère à longues feuilles (2)

La céphalanthère à longue feuilles ou à feuilles étroites (Cephalanthera longifolia) est une orchidée courante dans le Sud du massif de Charteuse. Elle peut atteindre 60 cm de haut et partage les mêmes milieux que le sabot de Vénus, c'est à dire qu'elle a une attirance toute particulière pour les zones de mi-ombre au sol calcaire, en bordure des chênaies ou des hêtraies.

Céphalanthère de damas

Proche cousine, la céphalanthère de Damas (Cephalanthera damasonium) se distingue de sa consoeur par ses larges feuilles, ses grosses fleurs peu ouvertes, plus abondantes et de couleur crème. Elle est classée à l'échelle européenne LC: préoccupation mineur.

Platanthère à deux feuilles Platanthère à deux feuilles (2)

Platanthère à deux feuilles (3) Platanthère à deux feuilles (4)

L'orchis à deux feuilles ou platanthère à deux feuilles (Platanthea biofolia) se confond facilement avec l'orchis verdâtre mais la blancheur de ses fleurs ne trompe pas. Elle aime les zones humides ou/et de demi-ombre, riches en humus et de nature basique. Présente dans toute la France elle se rencontre jusqu'à 2200 mètres d'altittude.

serapia vomeracea

Les céphalanthères rouges (Cephalanthera rubra) ne tarderont pas à fleurir. Pour le moment elles abordent de beaux boutons floraux. Ces jolies orchidées sont peu fréquentes et se rencontre les forêts claires et broussailleuses jusqu'à 1800 mètres d'altitude. Elle a le statu LC: préoccupation mineur.

orchis moucheron orchis moucheron (2)

orchis de l'homme pendu orchis de l'homme pendu (2)

Deux jolis classiques qu'il est difficiles de confondre:

En haut: l'orchis moucheron ou orchis moustique (Gymnadenia conopsea) qui peut contenir jusqu'à 80 fleurs sur un même épi. Plante de plaine lumième, elle fleurit de mai à août bien qu'ici la fleuraison ne fait que débuter. Espèce classée LC.

En bas: l'orchis de l'homme pendu (Orchis anthropophora) nommée ainsi en raison de la ressemblance des fleurs avec un homme pendu par la peau du coup. Certains specimens offrent des dégrédés allant du pourpre au jaune pâle stupéfiants. Espèce classée LC.

le muguet

 Le muguet de mai (Convallaria majalis) est une fleur printanière. Réputé pour fleurir à l'arrivée du 1er mai, on en rencontre encore quelques brins fleuris dans les Entremonts. Associé au bonheur, ce n'est que tardivement, sous les ordres de Pétain, qu'il devient l'emblême de la fête du travail, remplaçant la fleur d'églantier associée à la gauche. Rappel, cette plante est très toxique.

orchis brûlé orchis brûlé (3)

orchis brûlé (2) orchis brûlé (5)

 Voilà une belle parmi les belle. L'orchis brûlée (Neotinea ustulata subsp. ustulata) a été longtemps considérée comme appartenant au genre orchis, aujourd'hui on la classe dans le genre Neotinea. Elle dépasse rarement les 20 centimètres et fleurit d'avril à août jusqu'à 2400 mètres d'altitude. Indifférente bien souvent à son milieu si ce n'est qu'elle ait besoin d'un ensoleillement important, on la rencontre presque exclusivement en montagne.

orchis brûlé (6)

On la nomme aussi Cap nègre, orchis mignon ou mouchette. Elle bénéficie en France du statu LC et est protégée en Picardie, dans le Centre, en Lorraine et en Belgique où elle se fait rare. 

Listère à feuilles ovales Listère à feuilles ovales (2)

orchidée surreau orchidée surreau (2)

 Autres stations, autres orchidées, toujours en Savoie.
En haut: La listère à feuilles ovales (Neottia ovata) est une plante discrète malgré ses 60 cm. Cela est dû à ses petites fleurs vertes. Elle se différencie ainsi de la listère cordata aux fleurs bordées de pourpres. Elle figure sur la liste des espèces classées en LC.
En bas: L'orchis sureau (Dactylorhiza sambucina) est une orchidée de montagne. Habituée du massif centrale, on l'a rencontre plus épisodiquement dans les Alpes. Souvent jaune, on peut aussi observer des spécimens pourpres et plus rarement crèmes. Elle fleurit d'avril à juin.

inconnu

La globulaire à feuilles en coeur ou Veuve-céleste (globularia cordifolia) appartient à l'ordre des Globulariacées (et, n'est donc pas une orchidée). Cette plante montagnarde se rencontre dans les massifs calcaires du Sud de l'Europe (Alpes, Caucase, Jura et Pyrénées). Elle est protégée en Midi-Pyrénées.

ophrys apifera (2) ophrys bourdon (2)

ophrys bourdon (5) ophrys bourdon (4)

 On passe aux choses sérieuses avec l'ordre des ophrys qui sont, ma foi, pas des plus simples pour réaliser des identifications claires (je vous rassure, il y a pire... voir plus bas). En cas d'erreurs, mea culpa et vous êtes les bienvenus pour me les indiquer.

 Ophrys bourdon ou ophrys frelon (Ophrys fuciflora) est une orchidée qui dépasse rarement les 40 centimètres. On la rencontre dans les zones calcaires et ensoleillées, sur les pelouses rases ou dans les herbes hautes (qui les dissimulent complètement). Classée LC, on peut la voir un peu partout en Europe jusqu'à 1300 mètres d'altitude.

ophrys apifra blanche

Pétales et sépales blanches pour ce plan d'ophrys bourdon aux nombreuses fleurs et ce n'est pas le seul de la station. On peut parler de veridissmeici partiel ou d'hypochromie, le reste de la fleur étant colorée. Pour certains, il pourrait s'agir d'une sous-espèce, pour d'autre d'une simple décoloration.

ophrys mouche ophrys mouche (2)

ophrys mouche (3) P5291722

L'ophrys mouche (Ophrys insectifera) fleurit d'avril à juillet. Présente dans les pelouses de pleine lumière ou dans les sous-bois ombrés, elle aime les sols calcaires. On la rencontre dans toute l'Europe. En France, elle est absente dans deux régions: la Bretagne et la Corse. Elle possède le statu LC et est complètement protégée en Auvergne et dans le Nord-Pas-de-Calais.

ophrys apifera

Proche cousine de l'ophrys bourdon, voici l'ophrys abeille (Ophrys apifera). En bouton sur le cliché, il a été attesté depuis qu'il s'agît bien de cette belle orchidée. Elle pousse dans les pelouses rases ou les hautes herbes des sols calcaires ensoleillés. Elle tient son nom de sa faculté à reproduire l'odeur des abeilles solitaires femelles pour attirer les mâles qui après un simulacre de copulation avec la fleur, transporteront son pollen. Si les butineurs se font absents, la fleur peut s'auto-féconder, ce qui crée des populations atypiques parfois classées comme sous-espèces. Elle est classée LC.

ophrys obscura (4) ophrys petite ariagnée

 Alors plus dur pour ce coup. Qui est qui?
A votre gauche: L'ophrys petite araignée (Ophrys litigiosa). On la reconnaît à sa petite taille, au liseret vert peu étroit qui entour son label et à la form ealongée et régulière des sépales. 
A votre droite: L'ophrys verdissant (Ophrys virescens) possède un liseret plus large et un labelle beaucoup plus sombre. 
Ce genre comporte un nombre incroyable d'orchidées semblables les unes aux autres. Pour avoir un berf aperçu c'est par ICI.

gentiane alpine

Gentiane à feuilles étroites (Gentiana angustifolia). On la confond souvent avec la gentiane alpine (Gentiana alpina) et la gentiane acaule (Gentiana acaulis). Elle aime les pâturages rocailleux et calcaires. On la trouve tout particulièrement dans les Alpes mais aussi dans le Jura et les Pyrénées.

orchis pourpre (6) orchis pourpre (7)

orchis pourpre (5) orchis pourpre (4)

V'là ma préférée de toutes, celle avec qui j'ai commencé à me passionner pour les orchidées sauvages. Il s'agit de l'orchis pourpre (Orchis purpurea), nommée dans l'ouest de la France Pentecôte. Elle s'étend du nord de l'europe jusqu'au nord de l'Afrique en passant par la Turquie. Robuste, elle peut atteindre 80 cm de haut. Elle tient son nom de ses fleurs pourpres au label blanc tacheté. Elle aime les pelouses et les bois calcaires. Elle a le statu LC et est protégée en Franche-Compté.

orchis pourpre orchis pourpre (2)

orchis pourpre (3)

Drôle d'orchis pourpre que voilà ! On peut parler ici d'hyperchromie. Celle-ci se caractèrise par une forte accentuation de la couleur des fleurs, à l'invers hypochromie qui, rappelons le, est une absence partielle ou presque complète de couleur. 

orchis guerrier (2) orchis guerrier

orchis militaire anomalie orchis militaire anomalie (2)

Voilà une autre orchidée que j'affectionne tout particulièrement. L'orchis guerrier appelé aussi guerrier militaire (Orchis militaris) pousse d'avril à juin et peut atteindre 40 centimètres de haut. Adepte des sols calcaires, on la rencontre dans les prairies, les pelouses et les talus calcaires, parfois en mi-ombre, le plus souvent en pleine lumière. Présente jusqu'à 2000 mètres d'altitude, ellesur presque tout le territoire Français. Elle est classée LC et est protégée en Belgique où elle est très rare. 

Ici les specimens photographiés à l'exception de les deux premières photos (en haut) ne sont pas représentatifs de la plante. En effet les fleurs attestent de par leur ouverture démesurée d'un lusus. Un lusus est une anomalie morphologique dû à une déficience génétique ou à une attaque (maladie, insectes etc...). L'identification de l'orchidée devient alors délicate, en particulier quand les fleurs sont en parties déformées.

orchis hybrida (2)

Quand l'orchis guerrier rencontre l'orchis pourpre, on obtient cette belle hybride au doux nom d'ochis hybride (Orchis x hybrida). On la rencontre plus ou moins fréquement jusqu'à 1700 mètres d'altitude d'avril à juin. Quand on parle d'hybride chez les orchidées, on place un "x" entre les deux parents dont est issu le spécimen ici: orchis militaris x orchis purpurea.

orchis singe orchis singe (3)

orchis singe (2) orchis singe (4)

Autre orchidée remarquable, orchis singe (Orchis simia) qui tient son nom de sa drôle de fleur en forme de petit singe. Cousine de l'orchis guerrier, elle fleurit de mi-avril à mi-juin sur les terrains calcaires secs, dans les zones atlantiques et méditerranéennes. Elle est classée LC et comme sa consoeur, est protégée en Belgique car rare.

Orchis x beyrichii

Nouvelle hybride à vous présenter: Orchis x beyrichii, fruit de l'orchis singe et de l'orchis militaire (O.simia x O.militaris). Peu courante voir rare, cette belle hybridation s'observe d'avril à juin jusqu'à 1600 mètres d'altitude.

Dactylorhiza maculata (2) Dactylorhiza maculata (8)

Dactylorhiza maculata (4) Dactylorhiza maculata

L'orchis tacheté (Dactylorhiza maculata) est l'une des orchidées les plus difficiles à idenditifer en raison des 12 sous-espèces qui la composent. L'orchis tacheté à proprement parlé se nomme Dactylorhiza maculata subsp. maculata. Roses ou blancs, les épis floraux peuvent atteindre 20 à 40 centimètres de haut. On la rencontre dans toute l'Eurasie. 

Dactylorhiza maculata hypochrome (3) Dactylorhiza maculata hypochrome (4) Dactylorhiza maculata hypochrome Dactylorhiza maculata hypochrome (2)

Alors, dactylorhiza maculata subsp.maculata décolorées, avec veridissmeici partiel, attientes d'hypochromie ou d'albinisme?
Affaire à suivre, en tout cas il n'est pas rare de rencontre ce type de spécimens et pour cause, les orchis tachetés peuplent abondamment nos coins de montagnes.

orchis de mai

Plus dur ici, avec l'orchis de mai ou dactylorhize de mai (Dactylorhiza majalis). Haute de 20 à 40centimètres sur sa tige creuse, elle fleurit d'avril à juillet. Elle aime les zones de pleines lumière, humides voir marécageuses. On la trouve dans toute l'Europe, même en Scandinavie. On compte sept sous-espèces toutes aussi dur les unes que les autres à identifier. Elle est classée NT, c'est à dire casiment menacée. Cela est dû à la destruction de son environnement. Elle est protéée en Bretagne, dans le Centre et en Haute-Normandie.

orchis incarnat (3) orchis incarnat (4)

orchis incarnat orchis incarnat (2)

Encore plus complexe, l'identification de l'orchis incarnat (Dactylorhiza incarnata subsp. incarnata). Elle réquente les zones humides de pleine lumière jusqu'à 2000 mètre d'altitude et fleurit de mai à juin. On compte 5 à 6 sous-espèces qui nécessitent parfois une observation au microscope poussée pour pouvoir les nommer. Elle est classée VU: espèce vulnérable.

Bref, le genre dactylorhyza et comme le genre ophrys: pas simple de s'y retrouver !

chenille sur orchis singe

Les orchidées ont de nombreux ennemies: sangliers, oiseaux, chenilles, limaces, chevreuils et rongeurs... contrairement à certaines croyances, les orchidées ne contiennent pas de poisons et ne sont pas efficaces contre les nuisibles.

orchis mâle (2) orchis mâle

orchis mâle (4) orchis mâle (5)

Plus classique,en voilà une que je rencontre en bas de chez moi et que je vous présente de temps à autre. L'orchis mâle (Orchis masculata) porte ce drôle de nom à cause de ses deux bulbes. Il était conseillé au moyen âge de consommer le plus petit pour calmer l'ardeur sexuelle, le plus gros pour la réveiller. Aujourd'hui encore on consomme les bulbes d'orchidées à cette fin à travers une boisson sucrée: le Salep.

troll d'Europe troll d'Europe (2)

troll d'Europe (3)

Le trolle d'Europe ou trolle des montagnes (Trollius europaeus) n'est pas une créature repoussante de nos contrée, ni une orchidée mais une belle plante aux fleurs jaunes qui ne peuvent être fécondées que par les gros bourdons capables de perforer les pétales pour atteindre le nectar et donc, le précieux pollen. C'est une plante rare et vénéneuse qu'il ne veut mieux pas cueillir.

viorne viorne (2)

 Les viornes (viburnum) sont des arbrisseaux récitants souvent plantés dans les jardins pour l'ornement. En forêt, on croise souvent le viorne lantane (Viburnum lantana). Il aime les sols alcains des bords de forêt. Les baies sont légèrement toxiques.

Limodore à feuilles avortées Limodore à feuilles avortées (2)

Limodore à feuilles avortées (3)

Drôle d'orchidée que la limodore à feuilles avortées (Limodorum abortivum). Comme son nom l'indique, cette orchidée pouvant atteindre 80 centimètres de haut ne possède pas de feuilles et à l'instar de la néottie-nid-d'oiseau, elle tire ses nutriments de la symbiose qu'elle entretient avec un peit champignon. Elle fleurit entre avril et juillet ce qui explique pourquoi sur ces clichés elle est encore en bouton. Elle est classée LC.

Renoncule à feuilles d'Aconit Renoncule à feuilles d'Aconit (2)

La renoncule à feuilles d'aconit (Ranunculus aconitifolius) appartient à la famille des boutons d'or. C'est une plante de montagne qui poussent comme la populage des marais dont elle est proche dans les zones humides en formant de larges touffes. On la rencontre dans les montagnes du sud et du centre de l'Europe.

église SPE isère

 Retour par Saint Pierre d'Entremont ou plutôt par les Saint Pierre d'Entremont. Les deux villages qui aux premiers abords semblent n'en être qu'un sont séparés par le Guiers. L'un se trouve en Isère, l'autre en Savoie qui pendant fort longtemps fût un pays indépendant ce qui explique pourquoi ce genre de particularité à l'échelle nationnale concerne au 3/4 ces deux départements.

sabot de Vénus (6) sabot de vénus

sabot de Vénus (5) sabot de Vénus (3)

Certes, j'ai déjà parlé dans un article précédant de la magnifique orchidée rencontrée pendant cette sortie qu'est le sabot de Vénus (Cypripedium calceolus L.) ICI. Mais je ne peux m'empêcher de remettre quelques clichés. Extrait:
"Le sabot de Vénus ou sabot-de-Vénus d'Europe (Cypripedium calceolus L.) est aussi nommé sabot de la Vierge, Cypripède, Nervine, pantouffle de Notre-Dame ou soulier de Notre-Dame. C'est une orchidée qui apprécie les sols alcalins et que l'on rencontre en Suise, en Italie, parfois en Espagne, en Grèce, en Amérique du Nord, plus fréquemment en Sibérie et dans quelques pays d'Asie. En France on la trouve tout particulièrement dans les Alpes et demanière épisodique dans les Pyrénées, dans le Jura, en Moselle et sur le Massif Central entre 300 et 1200 mètres d'altitude dans les zones de mi-ombre en particulier dans les hêtraies et les hêtraies-sapinières." C'est une espèce menacée et rare.

ophrys petite araignée (6) ophrys petite araignée (3) ophrys veridissan ophrys petite ariagnée

Ouf, il m'aura fallu plus de 2 semaines pour pondre cet article mais le voilà enfin. Encore merci à Sébastien pour ces belles découvertes et ce petit aperçut en photo que je vous livre ce soir.

Mes sources: 
Mycohétérotrophie.
Variation chez les orchidées.
Singularité des orchidées.
Identifier.
Reconnaître les hybrides.
Et puis l'éternel WIkipédia,
pas toujours très au point sur
certaines classifications.

 -0-

vendredi 30 mai 2014

Le Sabot de Vénus.

P5291487

Avant toute chose un grand merci à Sébastien, mais vraiment ! Merci pour cette belle découverte et surtout pour avoir supporté mes cris à chaque découverte qui devait s'apparenter à quelques chose comme "Arrrghhh Ahhh! Sabot ! Argh! Oh! Vénus!" ... et c'est véridique. Bref, hier j'ai vu des sabots de Vénus.

P5291489 P5291635

Le sabot de Vénus ou sabot-de-Vénus d'Europe (Cypripedium calceolus L.) que l'on nomme aussi sabot de la Vierge, Cypripède, Nervine, pantouffle de Notre-Dame ou soulier de Notre-Dame. C'est une orchidée qui apprécie les sols alcalins et que l'on rencontre en Suise, en Italie, parfois en Espagne, en Grèce, en Amérique du Nord, plus fréquemment en Sibérie et dans quelques pays d'Asie. En France on la trouve tout particulièrement dans les Alpes et demanière épisodique dans les Pyrénées, dans le Jura, en Moselle et sur le Massif Central entre 300 et 1200 mètres d'altitude dans les zones de mi-ombre en particulier dans les hêtraies et les hêtraies-sapinières.

P5291635 P5291637 P5291640 P5291641

C'est la seule orchidée de la sous-famille des Cypripedioideae en Europe. Elle fleurit de mai à juillet bien que cette année la saison se terminera plus probablement en juin. La plante peut atteindre 15 à 60 cm de haut ce qui en fait la plus grande orchidée d'europe. Sur chaque système racinaire on peut trouver 2 à 6 tiges. Les spécimens produisent 1 à 2 fleurs par tiges, rarement 3, de couleur jaune paille qui sont hermaphrodites. Elles tiennent leur drôle de forme de la transformation du troisième pétale en labelle. Les sépales eux varient du rouge foncé au brun chocolat.

P5291647 P5291648

P5291654 P5291659

C'est une belle plante rare qui fait l'objet d'une réglementation très stricte en raison de son important déclin sur l'ensemble de l'Europe (à cause de la destruction de son habitat). À l'échelle nationnale sont statut est VU: Espèce encourrant un risque élevé d'extinction dans la nature. Néanmoins dans les aAples l'espèce est bien plus fréquente que ne l'indique les référence bibliographiques. C'est d'ailleurs là que l'on trouve les plus importantes populations d'Europe Occidentale. 

P5291662 P5291663 P5291666 P5291667

Cette orchidée est définit comme une plante tricheuse, c'est à dire qu'elle attire les insectes avec la couleur vive de sa fleur sans avoir à produire de nectar. Les pollinisateurs dupés ressortent du sabot couverts de pollen sans avoir pu festoyer. Il arrive de manière exceptionnelle que la plante s'auto-féconde. Cette espèce à une durée de vie prolongée ce qui permet de compenser sa faible reproductivité.

P5291664 P5291660

P5291669 P5291665

Une des premières causes de la disparition du sabot de Vénus est la cueillette de loisir ou commerciale de celui-ci. Malgrè la sensibilisation auprès des publics, il est encore courant de rencontrer des promeneurs ou vendeurs à la sauvette qui proposent ou tiennenet à la main de larges bouquets. La fleur du sabot de Vénus est l'emblème de nombreuses régions des Alpes et symbolise la beauté d'où l'angoument qu'il provoque. La variété au périanthe entièrement jaune est très recherchée. La légende veut que Vénus surprise à flâner dansla prairie par un berger s'enfuit, laissant derrière elle un de ses souliers devenus "le sabot de Vénus".

P5291735

Sortie dans les prés 12.

1P51111112P5111123

3P51111484P5111147

Sortie sous l'orage dans la campagne valdainoise. Quelques grands classiques sont au rendez-vous. Petit tour en image.
1 et 2: Le caille-lait blanc (Galium mollugo) était utilisé de la fin de la préhistoire au début du moyen-âge pour faire cailler le lait lors de la préparation des fromages. De sa racine, on peut extraire un colorant rouge.
3 et 4: Attention toute fois de ne pas le confondre avec la grande cigüe (Conium maculatum) qui est une plante dangereuse car très toxique.

P5111129

Pour l'instant je n'ai pas de nom à donner à ce petit papillon, une chose est sûre, il s'agit d'un papillon de nuit. Antennes fines sans forme de massue, ailes duveteuses et ternes... je n'ai pas encore pu le rattacher à un genre bien définit.

P5111112 P5111113

P5111182 P5111186

La knautie des champs (Knautia arvensis) appartient à la famille des scabieuse à la quelle elle ressemble énormément. Les jeunes feuilles qui poussent en rosettes peuvent être consommées au printemps comme légumes après avoir été bouillies. Sur les différents plants de knauties ou du moins à leurs alentours, des diptères (les quels, allez savoir), batifolent et butinent gaiement.

P5111213

L'aubépine (Crataegus) est encore en fleurs, miracle! Les jeunes feuilles se mangent crues en salade, en tisane tout comme les baies et les fleurs. Le sirop de fruits d'aupébine est un efficace médicament pour réguler la circulation du sang qui fait maison est réputé pour ses vertus relaxantes.

P5111133 P5111135

P5111201 P5111134

La grande berce (Heraclum sphondylium) est un bon comestible qui cependant ne plaît pas à tout les palais en raison des essences aromatiques qu'elle renferme. Elle est recherchée pour ses propriétés médicinales proches de celles du ginseng. En Russie, les tiges séchées sont mises à fermenter pour fabrique une bière nommée "Raka".

P5111142

Prédateur courant dans nos campagnes, la buse variable (Bueto bueto) est un oiseaude proie que l'on retrouve partout en Eurasie mais aussi en Afrique à de rares exceptions (Côte d'Ivoire, Centre Afrique etc. par exemple). Elle chasse en particulier les micro mammifères mais se nourrit aussi d'oiseaux et de serpents.

P5111221 P5111222

P5111208 P5111211

On ne présente plus l'orchis guerrier appelé aussiorchis militaire (Orchis militaris). Haute de 20 à 50 cm, cette orchidée fleurit à foison en Chartreuse d'avril à juin. Plante de pleine lumière, on l'a rencontre jusqu'à 2000 mètres d'altitude. Cetet espèce estclassée LC: préocupation mineur.

P5111120

L'orobanche à odeur de girofle (Orobanche caryophyllacea) elle n'ont plus se présente plus. Habituée du coin, elle séduit les insectes avec son parfum puissant qui se rapproche de l'oeillet ou du clou de girofle en fonction des nez qui viennent la sentir.

1P51111572P5111197

3P51111584P5111225

Voici quelques éternels classiques des champs et prairies.
1: Le gaillet croisette (Cruciata laevipes) peut se consommer en salade. Pour cela il suffit d'en récolter les sommités non fleuries.
2: Les larves des cercopes, petits insectes sauteurs, se protèges dans une mousse dense qu'ils produisent en rejetant l'excédents de sèves des plantes dont ils se nourrissent par leur anus.
3: Le plantain lancéolé (Plantago lanceolata L.) est une plante médicinale et comestible employée dans de nombreux usages. Les sommités fleuries servent aux enfants à passer le temps en les transformant en mini-catapultes.
4: De nombreuses plantes sont déjà en graines pour le plus grand bonheur des fourmis.

P5111168

On sous-estime trop souvent l'agilité dont peuvent faire preuvent les vaches. Certaines vont jusqu'à concurencer la jente équine (si, si je vous jure, regarder plutôt PAR LÀ !!!)

1P51112142P5111179

3P51112204P5111151

1: Le laiteron des champs (Hypochoeris glabra) est souvent considéré comme une mauvaise herbe. Sa floraison débute à la fin du printemps et dure jusqu'au début de l'hiver.
2: Le lotier corniculé ou pied-de-poule (Lotus corniculatus) est encore couramment cultivé comme plante fourragère.Autrefois il était utilisé comme clamant ou somnifère.
3: L'euphorbe réveil matin est aussi nommée petite éclaire (Euphorbia helioscopia). Toxique, son mon vient de son ombrelle qui se déploit aux premières lueurs du soleil en sa direction. 
4: Le lamier jaune (Lamium galeobdolon) est une formidable plante médicinale qui comporte de nombreuses sous-espèces parfois utilisées comme plantes ornementales.

P5111194

La véronique petit-chêne (Veronica chamaedrys L.) est fréquente dans les prés et les sous-bois clairs. Cicatrisante et astringente, son emploi n'est plus qu'occasionnel car provoque des diarrhées.

1P51111362P5111127

3P51111564P5111145

1: Le trèfles des prés (Trifolium pratense L) est à l'origine des variétés fourragères cultivées un peu partout en France. C'est un bon engrais vert employé pour l'amélioration des sols mais aussi comme plante médicinale en particulier pour la ménopause.
2: Le géranium à feuilles molles (Geranium molle) est courants dans les bords de chemins et les talus. 
3: Le géranium petit Robert (Robert geranium) est une plante médicinale très aromatique employée dans les troubles du sang et pour le soin de nombreuses maladies comme le diabète.
4: Le saxifrage granulé (Saxifraga granulata) est l'une des rares plantes du genre que l'on peut rencontrer en plaine. Elle pousse jusqu'à 1000 mètres d'alltitude.

P5111171

Voilà une petite sortie bcolique sous la pluie comme je les aime avec en prime, une jolie sue sur le village de Saint Geoire en Valdaine et de ses châteaux.

-0-


vendredi 9 mai 2014

Sortie dans les prés 11.

P4270608

Petite balade à travers champs cette fois-ci pour le rallye pédestre des donneurs de sang pour l'association "Espoir pour Noémie" que vous pouvez retrouver dans la rubrique "Les copains!". Voilà l'occasion de répertérier quelques jolis coins du village.

P4270559 P4270562

P4270566 P4270565

Le rallye reprends le même itinéraire que celui de la dernière balade menée dans le village (et que vous pouvez voir ICI). Qu'à cela tienne, depuis de nombreuses fleurs  sont sorties et parfument la campagne environnante.

P4270572 P4270581 P4270582 P4270585

La commune habrite neufs châteaux dont celui de la mairie (absent des photos) qui pendant de nombreuses années servit de maison de bonnes-moeurs pour les jeunes filles issues de la noblesse et même des familles royales. À ce titre la valdaine est connue pour avoir été une terre contre-révolutionnaire.

P4270747

C'est également l'occasion de rappel (bien que certains sicentifiques aient réussi à créer du sang artificiel), que les banques de sang sont vides et ont grandement besoin. Le don reste l'un des meilleurs moyens pour sauver des vie.

1P42705742P4270575

3P42706594P4270628

Mai est le mois du blanc, la preuve en image !

1 et 2: l'ail des ours (allium ursinum) a bien entamée sa floraison et, il n'est plus vraiment temps de la cueillir du fait que les feuilles soient dures et fibreuses. Néanmoins quelques fleurs dans les salades sont les bienvenues.

3: L'asperule odorante (Asperule odorata) appartient à la famille des galliets. On la fait macérer fraîche ou sèche dans du vin blanc et du sucre pour réaliser du vin de mai. Elle délicieuse en infusion une fois séchée mais attention, à haute dose elle peut provoquer des maux de tête et d'estomac.

4: Le compagnon blanc (Melandrium album) n'est pas réputé pour sa comestibilité mais pour ses fleurs blanches et pourtant, on peut consommer les jeunes pousses et les feuilles en salade.

P4270650

Belle fleur que celle de la raiponse en épi (Phyteuma spicatum) mais pas seulement. Comme chez la plupart de ses consoeurs du même genre, les épis floraux et les feuilles sont comestibles crus en salade comme ou cuits à l'eau ou à la vapeur accompagnés de sauce comme des asperges. La racine se consomme aussi crue (elle aura alors un petit goût piquant) ou cuite (elle sera alors douce et sucrée comme une châtaigne). Longtemps consommée à travers l'Europe et encore aujourd'hui dans certaines parties de l'Asie, ses qualités gustatives sont tombées dans l'oubli. Néanmoins dans certains coins d'Italie, de Bosnie et de Haute-Savoie (où on la nomme cul-noire) on continu de la consommer.

P4270655 P4270657

P4270658 P4270662

Il est toujours plaisant de se faire offrir du muguet le 1er mai. Néanmoins prudence, cette plante est très toxique et on peut vite s'empoisoner. Utilisée comme médicament, elle est inadaptée de par sa nature pour l'auto-médication. En médecine le muguet est employé dans les préparations qui luttent contre les faiblesses cardiaques.

P4270616

"C'est à partir du dernier tiers du XIIe siècle que les textes signalent des édifices qualifiés de « domus fortis, fortalicium, domus et turris fortis ». C'est l'apparition des maisons fortes ou maison fortifiées. Ces édifices, qui ne sont pas des châteaux, sont plus qu'une simple résidence. Elles peuvent présenter l'aspect d'une maison solide avec tours ou avoir l'apparence d'une bâtisse construite de bric et de broc."

P4270679 P4270706

P4270710 P4270695

On trouve peut de champs cultivés de part chez nous mais beaucoup d'élevages. En premières position arrive l'élevage de bovins, suivit des chevaux de traits puis des moutons. De nombreuses petites exploitations familiales continues d'élever pour le plaisir quelques oies, poulets et même biquettes.

P4270699

P4270701 P4270702 P4270703 P4270704

(Pour mieux voir les petites images cliquez dessus.)

Les chevreuils ne sont pas en reste. Effrayées par des promeneurs, voila que trois chevrettes (femelles du chevreuils) prennent la fuite vers le sous-bois tout proche sous nos yeux émerveillés.

P4270755 P4270756

P4270745 P4270709

C'est le temps des fleurs, les arbres offrent de jolies parures comme le marronnier d'Inde (1 et 2) appelée également marronnier blanc (Aesculus hippocastanum L.). Cette arbre d'ornement originaire du Caucase peut vivre plus de 300 ans et atteindre de belles dimensions. L'aubépine (3) (Crataegus) est plus modeste, détonne de par le nombre d'espèces qui composent son genre: plus de 1000 ! Enfin, le pommier commun (4) (Malus pumila) est l'arbre fruitier le plus rependu de nos campagne, on compte pas moins de 20 000 variétés de ce dernier.

P4270605

Le muscari d'Arménie (Muscarium armeniacum) appartient à la famille des liliacées. Cette plantes aux fleurs bleu vif est prisée dans les jardin où elle s'est naturalisée. En France, Allemagne et Grande-Bretagne on trouve sa cousine sauvage: le muscari à grappe (Muscari neglectum).

P4270711 P4270750

P4270640 P4270769

Retour par le village, chef-lieu du canton au coeur du Val d'Ainan. Avant d'être un établissement de bonne-moeurs pour les jeunes filles de "la haute", la mairie appelée "château de Montcla (qui fût bâtie avec les pierres morainiques calcaires des anciens glaciers qui creusèrent la vallée de l’Ainan), fût d`abord un château fortifié, commanderie des templiers. À partir de 1307 et jusqu’en 1734, ce fut une abbaye de soeurs bénédictines, consacrée à Saint André." À savoir, le château de la photo en haut à droite est celui de l'illustre famille des Clermont-Tonerre.

P4270740

Le méloé printanier (Meloe proscarabaeus) est un drôle d'insecte. La femelle pond dans le sol d'où les larves crochues sortent puis montent sur les fleurs. Là, elles parasitent les hyménoptères qui viennent se nourrir du nectar. Elles se font alors porter jusqu'au nid où elles se délectent des oeufs et des réserves de nourriture de leur hôte. Après plusieurs mues, la nymphe devient un adulte phytophage.

1P42706362P4270601

3P42707464P4270729

On continu dans les gammes de blanc avec le viorne fourchu (1) (Viburnum furcatum) originaire des montagnes embrumées de Corée et le lilas français (2) (Syringa vulgaris) qui, originaire des Balkans, se décline sous plusieurs couleurs. Le viorne lantane (3 et 4) (Viburnum lantana) est plus commun sous nos latitudes. Cultivé comme plante ornementale, ses baies sont légèrement toxiques et peuvent entraîner des vomissements. Une partie de la plante est utilisée en gemmothérapie.

P4270751

Voilà une orchidée que je n'avais pas encore épinglé à mon tableau de chasse. L'orchis bouffon (Anacamptis morio) est classée LC (préoccupation mineur) qui apprécie les zones de pleine lumière et les pelouses rases pauvres en substrat.

P4270778 P4270782

P4270779 P4270777

Autre nouvelle venue l'orchis de l'homme pendu (Aceras anthropophorum), qui tient son nom de sa fleur qui évoque un petit bonhomme pendu. Cette orchidée aime les zones de moyenne montagne et les sols calcaires. Son hybridation avec l'orchis pourpré donnede surprenantes combinaisons (x Orchiaceras melsheimeri).

P4270736

Le sceau de Salomon multiflore (Polygonatum multiflorum) et moins courant que son cousin le sceau de Salomon odorant (Polygonatum odoratum). Il s'en différencie par son parfum plus subtile et ses nombreuses fleurs groupées par 2 ou 6.

1P42707082P4270763

3P42707154P4270717

Encore quelques fleurs de nos camagnes:

1: La cardère sauvage ou cabaret des oiseaux (Dipsacus fullonum) peut atteindre plus d'un mètre cinquante. C'est une belle plante bisanuelle dont la racine serait un remède efficace contre la maladie de Lyme.

2: Très connue, la marguerite commune (Leucanthemum vulgare) est peine de vertus. Jeunes et fraîches, ses feuilles se consomment en salade. Les fleurs sèches en infusions sont antispasmodiques, calmantes, digestives et astringentes.

3: L'oeillet des près n'en a que le nom, il s'agit en réalité d'une silène (Silene flos-cuculi). On la rencontre partout en Europe mais tend à disparaître dans les régions où les zones humides sont en recules.

4: Le rhinanthe crête que coq appelée aussi rhinanthe velu (Rhinanthus major ou Rhinanthus alectorolophus selon la taxologie). C'est une plante parasite qui puisse en partie sa nourriture des racines des graminées et des légumineuses au milieu des quelles elle pousse.

P4270669

"Les Arbres remarquables de France sont des arbres vivants exceptionnels par leur âge, leurs dimensions, leurs formes, leur passé ou encore leur légende. Ces ligneux représentent un patrimoine naturel et culturel qui doit être conservé."

1P42707742P4270629

3P42707224P4270671

On part cette fois-ci dans les teintes jaunes et dorées.

1: Le salsifis des prés (Tragopogon pratensis) est très courant en Europe. Il a été longtemps cultivé pour sa racine et ses jaunes pousses qui sont doux et sucrés. Tombé dans l'oubli après la guerre, on en trouve encore sur certains marchés dans le midi.

2: Petit soucis d'identification pour cette euphorbe. N'ayant pas prit les feuilles en photo, dur de savoir à quel espèce elle appartient. 

3: La populage des marais (Caltha palustris) appartient à la famille des renonculacées au même titre que le bouton d'or. On la rencontre dans les zones humides comme les marais, les bords de ruisseaux et les pâtures. Toxique, il ne faut pas la porter à la bouche ou la mettre en contact avec les muqueuses. Dans certaines régions on la consommait avant floraison après l'avoir faite bouillir.

4: Le genêt à balais (Cytisus scoparius) fût longtemps employé à la place du houblon pour parfumer la bière. Les boutons floraux étaient utilisés après une longue préparation comme des câpres, les fleurs dans des liqueurs aux noix et les graines étaient torréfiées pour servir de succédané au café. Attention ! Crues ou mal préparées, les différentes parties de la plante sont toxiques.

P4270607

Une fois de plus, vue sur la motte cadastrale du village.Faute de moyenne aucunes études ou fouilles n'y a été menées. On raconte qu'elle était à l'origine un ancien fort allobroge... affaire à suivre.

1P42707352P4270737

3P42707384P4270693

Avec le printemps, les plantes comestibles et médicinales retrouvent nos assiettes.

1: La berce spondyle (Heracleum sphondylium) possède de nombreuses vertus. Sa racine piquante est associé à l'alicament prisé en Asie qu'est le ginseng. Ce sont les feuilles qui sont les plus prisées en cuisine.

2: La fougère aigle (Pteridium aquilinum) été autrefois brûlée pour faire fuir les serpents. On en consommait le rhizome bouillit ou réduit en farine ainsi que les crosses mais la toxicité établie de la plante a stoppé sa consommation.

3: Le gaillet gratteron (Galium apraine) est une plante aux fleurs discrètes dont les jeunes pousses entre dans la composition de salades.

4: Il existe de nombreuses espèces de consoude. Ici il s'agit dune espèce importée dans les jardin, la grande consoude bleue (Symphytum azureum) dont les feuilles peuvent être consommées en beignets comme celles de sa consoeur sauvage.

P4270718

"Les prairies sont des formations herbacées plus ou moins hautes qui dérivent d’une déforestation remontant au début de l’occupation humaine et qui doivent leur maintien aux activités humaines liées à la fauche et au pâturage. Bien qu’il s’agisse en ce sens de milieux semi-naturels, les pratiques traditionnelles séculaires de production de fourrage pour le bétail ont permis la mise en place de communautés végétales spontanées d’une très grande diversité. " (Sources)

P4270760 P4270766

P4270786 P4270787

Voilà un bien beau circuit en somme, agrémenté ici et là des fleurs des jardins, des glycines centenaires et des lilas au doux parfum. De la couleur en somme malgré un ciel bien gris.

-0-

 

Un site à voir !

voiron

Voilà un site à visiter de toute urgence !

http://www.voiron.net/

Je vous invite à visiter Voiron.net aoù vous pourrez trouver toutes les infos des environs: événements culturels ou sportifs, animations, sorties, politiques de territoire... c'est le site à avoir dans son agenda pour se tenir informer des dernières nouvelles da la ville mais plus largement du Pays Voironnais.

Vivre à Voiron

Bienvenue sur le site N°1 de la ville de Voiron...découvrez cette commune autrement ! Nous vous proposerons toutes les actus, les événements, les vidéos, les faits divers et les sorties du voironnais. Voiron est la capitale de la Chartreuse, située en Isère (38), Rhônes-Alpes. Cette ville bourgeoise de + de 20.000 habitants est connue grâce au savoir faire de nombreuses entreprises telles Chartreuse (digestif) dont voici une vidéo avec Quentin Tarantino qui en vend les mérites dans le film "Boulevard de la mort".

-0-

lundi 28 avril 2014

Sortie en forêt 44.

P4260180

Pas de morilles rencontrées à l'ocasion de cette sortie mais au combien de belles surprises, ne serait-ce les quelques rayons de soleil alors que la journée débutait sous un ciel gris et nuageux à moins que ce ne soit la luxuriance de la végétation naissante.

P4260240 P4260191

P4260155 P4260157

 La fougère aigle ou grande fougère (Pteridium aquilinum) déploie ses crosses. Cosmopolite, on la rencontre un peu partout en France et aux quatre coins du globe, dans les zones humides jusqu'à 2000 mètres d'altitude. Utilisée depuis de temps immémoriaux en médecine et cuisine populaire, sa toxicité avérée a stoppé tout utilisation de celle-ci.

P4260186

Le charançon du lierre (Liophloeus tessulatus), est un des rares coléoptères européens incapable de voler. En vieillissant certains adultes deviennent intégralement noirs et comme chez les mantes religieuses,en pénurie de mâles, les femelles peuvent s'auto-féconder. On appel se procédé la parthénogenèse.

P4260181 P4260160

P4260192 P4260258

La scolopendre (Asplenium scolopendrium var. scolopendrium), est une fougère répendue en Europe. Nommée "langue de cerf" ou "herbe à rate", elle était concidérée sous l'antiquité comme un puissant remède contre les maladies du foie et dela rate. Expectorante, astringente et émolliente,elel rentre aujourd'hui dans la composition de sirops contre la toux.

P4260292

La mousse pousse-t-elle au nord des arbres? " La mousse pousse sur l’endroit le plus humide et le plus abrité du Soleil. C’est pourquoi en France, on trouve souvent la mousse sur le nord des troncs d’arbres, mais cela peut varier d’un site à l’autre, selon les conditions d’humidité, de vent et d’ensoleillement. Dans les lieux très humides, la mousse pousse tout autour des troncs d’arbres. Dans l’hémisphère sud, en Australie par exemple, le Soleil passe du nord-est au nord-ouest. La mousse est donc généralement située sur le côté exposé au sud, qui est souvent le côté le plus humide." (Source)

P4260326 P4260286

P4260293 P4260284

 La raiponse en épi est une jolie fleur comestible que l'on peut croquer avec délice dans les salades. Adèpte des terrains tempérés et calcaire, cette année elle est en avance. En effet, on est bien plus habitué à la voir débarqué en mai dans les sous-bois. Sa racine serait également comestible.

P4260203

P4260204

 " La forêt dominale de Grande Chartreuse est la plus grande forêt publique de Rhône-Alpes. Elle appartient à l'Etat depuislaRévolution française et la confiscation des biens du clergé. Elles est située dans le massif de la Chartreuse. Elle faisait partie auparavant des possessions de l'ordre des chartreux." (Source)

P4260198 P4260200

P4260197 P4260199

Voilà une belle dont il faut se méfier ! La grande cigüe a commencé à fleurir. Toxique, elle servit de poison aux athéniens pour les condamnés à mort. Associé à la magie du noire au moyen âge, on la retrouve dans Macbeth à l'acte III dans la préparation de philtres par les trois sorcières. C'est par cette plante que socrate perd la vie.

P4260424

 Non comestibles, les tramètes versicolor sont des champignons colorés qui peuvent atteindre 10 centimètres de diamètre. Depuis 2011 elles sont considérées comme un remède miracle pour soigner le cancer de la prostate. Les premières séries de tests menés par l'université du Queensland seraient concluants.

P4260317 P4260320

P4260323 P4260324

 Les chevreuils (Capreolus capreolus) s'épanouissent dans les prairies où foisonnes les fleurs sauvages après avoir passé l'hiver à grignoter les écorces et les jeunes branches des arbres. Aux aguets, ils déguerpissent au moindre signe de danger. 

P4260438

 La caloptéryx vierge (Calopteryx virgo). Il s'agit ici de ce que l'on nomme un immature, à savoir un jeune adulte qui est sortie de l'eau depuis peu. On le reconnaît à ses ailes marrons claires vierges. Plus généralement, l'espèce aime fréquenter les courts d'eau boisés.

P4260366 P4260367 P4260368 P4260370

 Voici une orchidée fort abondante en cette période et dont je prends souvent plaisir, en allant au court du printemps en promenade, à photographier l'impressionnante station qui a élue domicile dans un champs à vache, sur un talus, à quelques pas d'un torrent de montagne.

P4260371 P4260391

P4260388 P4260385

 Il s'agit de l'orchis mâle (orchis mascula), réputée pour ses fleurs satant l'urine de chat... jusqu'ici rien de très glamour. On la reconnaît à ses fleurs où se dessine un losange blanc en son centre plus ou moins tâcheté. Les feuilles sont généralement tâchetées de brun et la ampe fleurale aborde une jolie couleur violacée.

P4260386 P4260384 P4260389 P4260395

 Cette orchidée est commune à toute l'Europe sauf à la bordure méditerranéenne (hormis la Corse), ce qui ne l'empêche pas d'avoir le statu "LC" en France (préoccupation mineur), une protection à l'échelle européenne mais aussi locale (départementale et/ou régionale). 

P4260359

Drôle de plante que le colchique d'automne (Colchicum autumnale). Au delà de ses nombreux surnoms (chenard, mort chien, vachette, tue-loup etc.), sa fleur à la particularité de sortir de terre seule à l'automne. Les fleurs et graines n'apparaissent que bien plus tard au printemps. C'est une plante toxique à hauteur de 10gr pour un adulte, mortelle pour 40gr. Prudence donc.

P4260343 P4260348

P4260487 P4260492

P4260485

 Sortir en forêt à la lisière des champs, c'est s'assurer d'avoir un public captif. Curieuses, les vaches sont nombreuses en valaine, l'élevage (que l'on nomme laitier à viande combiné) étant la première activitée agricole du secteur. 

1P42601522P4260154

3P42604524P4260456

Les belles de mai sont de sorties.

1 et 2: L'aubépine (Crataegus)  est un arbuste aux milles vertus. Ses fruits se nomme les cenelles et sont avec les fleurs sudorifiques à la différence des feuilles qui elles sont cardiotonique. On la consomme en infusion. Dans l'antiquité, elle représentait l'innocence et la pureté.

3 et 4:  L'ancolie commune (Aquilegia vulgaris) est une plante aussi belle que dangereuse. Bleues, les fleurs peuvent parfois mais de manière rare être roses, violettes ou blanches. Nommée bonne-femme, on racontait que porter les graines de cette ancolie avait des vertus aphrodisiaques.

P4260505

 Il existe de très nombreuses espèces de véroniques en France, la plus connue étant la véronique de Perse (Veronica Persica). Ici il s'agit de la véronique à feuilles de serpolet (Veronica serpyllifolia L) qui fleurit de mars à octobre. On la rencontre dans les terrains vagues, les champs et les zones rurales.

P4260507 P4260508

P4260509 P4260510

 Le petite pimprenelle (Sanguisorba minor) appartient à la famille des rosacées au même titre que les rosiers. En cuisine sauvage ses feuilles sont assez réputées pour leur goût de concombre et elles agrémentent aisément les salades de printemps.

P4260444

 Les dernières cardamines des prés (Cardamine pratensis) sont sur la fin de la floraison. Nommée également cresson des prés, cette plante sert en homéopathie à soutenir la thérapie classique du diabète et en médecine populaire, on la consommait crue ou cuite (encore aukourd'hui) pour lutter contre les tracas du quotidien car elle est riche en vitamine C.

1P42604732P4260475

3P42604634P4260459

Dans les bois, on trouve de belles discrètes qui méritent d'être mises en lumière:

1 et 2: Les listères ovales ou doubles-feuilles (Listera ovata) n'ont pas encore fleurit mais leur feuilles atypiques permet de les reconnaître facilement. Ces orchidées fleurissent de mai à juillet dans toutes les régions d'Europe hormis à l'extrème Nord.  

3 et 4: Le sanicle d'Europe (Sanicula europaea) est une plante méconnue du sous-bois. Son nom vient du terme latin "sanare = guérir" car au Moyen Âge, comme en atteste les herbier d'époque, on pensait qu'elle était capable de soigner la plupart des maux.

P4260407

 Un champs de carotte sauvages ? de cerfeuils musqués ou penchés ? rien de cela, en réalité il s'agit d'une étendue e grandes ciguës boudées par les vaches ans le prés où elles se trouvent en raison de leur haute toxicité. 

1P42605162P4260517

3P42605264P4260525

Pour (presque) terminer cet article (qui fût long à rédiger),  voici quelques fleurs classiques mais au combien printanières:

1 et 2: Dans la famille des renonculacées appelées communément "bouton-d'or", on rencontre plus de 27 espèces et sous-espèces de ces jolies fleurs jaunes. Je m'avance peut être un peu mais il me semble qu'ici c'est au renoncule âcre (Ranunculus acris) que nous avons à faire.

3 et 4: Les myosotis des champs (Myosotis arvensis) sont des plantes communes couvertes de poils mous et possédantsde petites fleurs bleues grisâtres. Ils poussent jusqu'à 2000 mètres d'altitude dans les lieux secs ouverts que sont les champs, les bords de mer et les dunes.

P4260489

L'Orobanche caryophyllacea, appelée également Orobanche à odeur de girofle en raison de son parfum. C'est une espèce protégée qui est rare voir absente dans le la moitié sud de la France sauf, il semblerait, sur le haut de la commune ce qui ravit bon nombre de promeneurs. 

P4260540 P4260541

P4260544 P4260543

Au sommet d'un noyer, une buse variable (Bueto bueto) est occupée à faire sa toilette. C'est l'un des rapaces les plus communs en Europe centrale qui s'adapte à la tous les types de milieux et qui à chasse une grande variété de proies ce qui lui a permit de conquérir sans difficultés les continents que sont l'Eurasie et l'Afrique.

P4260557

C'est aussi le fin pour les arums tâchetés (arum maculatum) qui sont désormais tous fécondés.
Bref, une jolie expédition en vue.

-0-

samedi 26 avril 2014

Une triste saison.

1-3d1a3d9

C'était l'an dernier, aux alentours du 24-25 mars, les premières morilles de l'année 2013, logées dans la mousse quelque part au Pays Basque. Une belle année pour les chercheurs de champignons en Isère (d'où sont issues les photos qui illustrent cet article). En somme, des paniers garnis pour des panses bien pleines.

deux

Mais voilà, 2014 est d'un tout autre registre et cela, en raison de plusieurs facteurs. La météo et plus généralement les saisons n'ont pas été avec nous cette année. Un hiver doux voir très doux avec peu de chutes de neige rt de gelées, un printemps chaud et sec avec une pluie très attendue qui ne vient pas (ou de manière trop ponctuelle), des chaleurs qui montent à vous donner le vertige, une végétation détraquée et avancée... si dans certains coins les belles têtes blondes ou brunes étaient au rendez-vous, ici elles brillent par leur absence. Non pas qu'il n'y en ai pas, mais on est encore loin de l'an dernier et la saison semble déjà se terminer... à se demander si elle a vraiment commencé un jour. Passionnée et généralement chanceuse dans mes promenades solitaires (et parfois collectives), mon score s'élève pour le moment à une seule morille. Désolation.

 

SAM_6490

Je dois reconnaître que cette année je n'ai pas été très disponible pour parcourir les bois au début du printemps. Rajoutons à cela les quelques jours de mauvais temps, pour tout dire les seuls de la saison qui s'invitèrent de manière systématique à toutes mes sorties, les moments de grosse flemme, les petits tracas du quotidien et la boucle est bouclée. Mais pourtant, je ne peux me résigner à me dire que seuls les facteurs précités sont responsables de cette petite saison pour la discrète dame morille.
Je crois qu'il ne faut pas se leurrer, les bois sont courus. Il est vrai que le nombre de promeneurs et de ramasseurs a augmenté ces dernières années avec l'aménagement des chemins forestiers, la démocratisation des 4x4 et le "retour à la nature" d'une partie de la population. A mon sens ce ne peut être qu'une bonne chose et je ne vois pas grand danger ni mal dans cela.

 

SAM_6283

Non ce qui me chagrine c'est le pillage des sous-bois. J'avais déjà entendu parler de ces familles défavorisées de l'est payées une misère, logées dans des abris de fortune en lisière pour ratisser les forêts françaises des plus nobles champignons pour les grandes industries aggro-alimentaires espagnoles, je ne les pensais pas installées à l'année dans mes coins gardés secrets. Déjà l'an dernier 2,5 tonnes de champignons avaient été saisis dans le Nord de l'Isère.
Le sujet peut sembler au combien futile mais pour les passionnés, les mycologues amateurs, les promeneurs, les anciens ou les naturalistes (et pas seulement en herbe) c'est une triste constatation qui va de paire avec une bien vilaine saison à champignons, du moins pour ce début d'anné 2014 qui est déjà bien entamé.

 

SAM_6405

Bref, je garde espoir de faire une belle trouvaille en me consolant avec l'idée que cette année j'ai pu débusquer et goutter mes premiers hygrohpores de mars. Les cueillettes de Saint Goerges ont débutées il y a tout juste deux semaines en plaine... voilà de quoi reprendre le sourire et me faire oublier mon unique morille bien vilaine et desséchée ! Je jette désormais mon dévolu sur le côté Savoie qui pourrait me réserver quelques surprises.
Ainsi le tableau ne semble pas si sombre. Et puis le printemps est là et faute de champignons, il est grand temps de partir à la rencontre des belles des près et sous-bois: les orchidées. Orchis militaris, orchis pourpre, orchis mâle... les grands classiques de la botanique pointent le bout de leur nez.

 

SAM_6557 SAM_6541

samedi 19 avril 2014

Le château de Longpra.

P4130138

St Geoire est une terre de châteaux. Au cour d'une longue promenade on peut en admirer en tout et pour tout 7 sans compter les différents édifices antérieur à cette époque prolixe qu'est a renaissance. Le plus connu de tous est celui de Longpra, longtemps affilié à la célèbre famille des Clermont-Tonerre (dont je parle dans cet article). 

P4130143 P4130142

P4130146 P4130148

Voila du vert qui fait du bien ! L'allée du château est ornée d'une longue rangée de marronniers. Le lieu est fort humide (présence de nombreux ruisseaux) ce qui semble plaire à l'ail des ours qui y pousse en bon nombre. C'est une plante délicieuse dont les feuilles (que l'on cueille de préférence avant la floraison) se consomment dans les soupes, en pesto, frites et bien d'autre manières. Les boutons floraux sont excellents sautés à la poêle ou cru.

P4130152

Classé monument historique depuis 1997, Longpra est une ancienne maison forte datée du XIVe siècle (l'église du village quant à elle est datée du XIIe mais nous y reviendrons). Réaménagée en 1770, les douves de 338 mètres de long font fois de son existence plus ancienne. En réalité il s'agit d'une résidence d'agrément typiquement dauphinoise dont les douves et les hauts remparts évoquent un château.

P4130166 P4130155

P4130176 P4130168

Dans les douves, la vie abonde: grenouilles vertes, crapauds communs, colverts, hérons, poissons divers et martin-pêcheurs... c'est un vrai spectacle! Bientôt les larges feuilles des nénuphars couvriront l'étendue d'eau.

P4130161

A ce titre, Longpra propose dans le cadre des "Nuits sauvages" un film amateur, "Les merveilels de l'ordinaire", d'une vingtaine de minutes accessible à tous les promeneurs qui le souhaitent sur les habitants du parc.

P4130167 P4130173

P4130170

On peut également retrouver le travail de l'excellent Gilles Lebley, naturaliste:

"22 tirages sur bâche extérieure (format 1,80 m x 1.20 m) - Images artistiques et inédites d’animaux en pleine nature

Chaque photo constitue une véritable rencontre naturaliste empreinte d’émotions et de vibrations des sens. « Nuits sauvages » est le reflet d’instants fugitifs offrant des images brèves et intenses, saisies dans un univers rempli de contrastes, de mystères et d’indices. Ainsi, le monde de la nuit, apaisant et magique, effrayant et primordial, peuplé d’esprits et des choses dont seules, parlent les légendes, surgit."

P4130192

La pierre à foudre est une pierre de culte sacrée que les anciens disposés là où la foudre avait tapé le sol. "Au 18éme siècle il y avait toujours une croyance chez de nombreuses personnes selon laquelle des pierres tombaient avec la foudre. Ces pierres, que de premiers auteurs avaient appelées ombriaebrontiae et cerauniae, étaient souvent considérées avoir des pouvoirs surnaturels. L'évêque Pontoppidan observa que les paysans norvégiens croyaient que ces pierres étaient particulièrement utiles aux femmes pendant le travail de l'accouchement, en ce qu'elles les aideraient à faire sortir l'enfant. La croyance concernant les pouvoirs surnaturels de ces pierres était si forte en Prussie que Helwing, le ministre d'Angerbourg, dû finalement recourir à l'usage du Bras Seculier pour s'en débarasser. En conséquence chaque savant l'un après l'autre eut toutes les peines à décrire à quel point l'idée que ces pierres étaient vraiment tombées avec la foudre était infondée." (Source.)

P4130189 P4130163

P4130194 P4130190

Pour en savoir un peu plus sur le chateau, c'est par ICI, à savoir qu'il est possible de suivre l'actualité de Longpra sur sa page Facebook. Extrait:
Entre Dauphiné et Savoie, entre les contreforts de la Chartreuse et le lac de Paladru, le château de Longpra, écrin de verdure dans la vallée de l’Ainan, témoigne de sept cents ans d’histoire d’un terroir. Et depuis cinq siècles, il est le berceau d’une même famille.

1536 Une maison forte en dauphiné

L’aventure débute en 1536 quand Charles Pascal, notaire royal à Saint-Geoire-en-Valdaine et juriste des comptes de Clermont, acquiert ce qui n’est alors qu’une maison forte entourée de fossés et solidement défendue par une enceinte crénelée ainsi qu’en atteste déjà un acte de 1304. Relevant de la seigneurie de Montferrat, la maison forte appartenait au XVe siècle à Dame Aymare de Paladru, veuve d’Aymar de Clermont puis à l’épouse d’Antoine de Paladru, seigneur de Montferrat.

Avec cette acquisition, Charles Pascal ajoute à sa titulature de notaire à Saint-Geoire celle de seigneur de la maison forte de Longpra, Depuis cette date le domaine est resté dans la même famille.

1770 Le raffinement d'une maison des champs

Dès 1755 Pierre-Antoine Pascalis (marque d’une latinisation du patronyme) de Longpra, conseiller et futur président au Parlement de Grenoble décide de se réinstaller dans l’austère maison forte passablement délaissée depuis le début du XVIe siècle. Homme de culture et amateur d’art, il entreprend de la transformer en une demeure raffinée dans l’esprit néoclassique et le goût italien de la fin du XVIIIe siècle, conservant les fondations, les douves et le pont-levis. Les travaux dureront près de quarante années.

1844 Aux vents de l'histoire

En 1844 le dernier des Longpra, sans descendance, lègue le domaine et les terres à sa nièce et filleule, Eugénie Chosson du Colombier, qui épousera en 1834 le baron Anselme Pasquier de Franclieu, originaire d’Ile de France. Ils décideront de s’installer à Longpra en 1842.

Artiste-peintre, la nouvelle châtelaine de Longpra, considérée comme l’un des meilleurs peintres dauphinois du XIXe siècle, se plaît à représenter les membres de sa famille et nombre de ses toiles ont été conservées par ses descendants.

1985 Une transmission ininterrompue

Depuis 1536 les histoires des deux familles, celle des Pascal, puis Pascalis de Longpra et enfin celle des Pasquier de Franclieu convergent et se confondent pour écrire en commun la destinée du château de Longpra.

C’est dans un esprit de transmission et de continuité que se sont inscrites toutes les générations qui se sont succédé à Longpra, avec la volonté de faire de Longpra un témoignage authentique des siècles passés et de l’histoire de la région.

Aujourd’hui la Comtesse Albert de Franclieu s’attache à préserver et faire vivre cette demeure, ouverte au public en 1985, et dont l’atmosphère, celle d’une vraie maison de famille, contribue à son charme.

P4130207

La bâtisse est actuellement en travaux: elle s'offre une nouvelle toiture. En atendant, petite visite du village et de ses alentours (nous avons prit l'idée de venir le voir à pied).

P4130117 P4130124

P4130110 P4130264

"Au XIIe Siècle débute la construction de l'église de Saint-Geoire, chef-d’œuvre aujourd'hui classé (et restauré dernièrement).

À partir de l'époque moderne, la région de Saint-Geoire se caractérise par une forte résistance à l'influence huguenote, qui se développe autour de Grenoble. Saint-Geoire est un fief catholique et le restera : en 1590, une armée de 80 huguenots grenoblois armés d'arquebuses assaillent la Maison Forte de Saint-Geoire, qui résiste seule puis avec le concours des habitants de Virieu, conduits par leur châtelain.

Dès le XIVe siècle, l'histoire de la Valdaine est en effet dominée par le château de Longpra, sis au-dessus de Saint-Geoire. Le château de Longpra appartient à la même famille depuis1536 (aujourd'hui habité par la comtesse de Franclieu dont l'époux, issu de la famille propriétaire, fut maire de Saint-Geoire de 2001 à 2007). Les douves et le pont-levis qui permet d'accéder au château témoignent de ce que fut la Maison-Forte de Longpra au Moyen Âge : une demeure austère et bien défendue.

P4130097

Dès 1755, Pierre-Antoine Pascalis de Longpra, Conseiller au Parlement de Grenoble, fait réédifier la Maison Forte selon les canons architecturaux du Grand Siècle. Il recourt aux maçons et charpentiers de la Valdaine ainsi qu'au concours d'ébénistes venus de Grenoble dont la célèbre famille Hache. Le résultat est un ravissant château classique, adapté aux réceptions fastueuses de la noblesse dauphinoise.

Durant la révolution, qui est d'ailleurs « née » en 1788 à Vizille, au sud de Grenoble, la Valdaine reste à l'écart de la tourmente, et est fidèle au catholicisme contre-révolutionnaire. Le Château de Longpra abrite le clergé non jureur, et la population environnante vient au château entendre clandestinement la messe.

En 1881, la vaste commune de Saint-Geoire est amputée de trois de ses hameaux qui sont érigés en communes : Massieu, St Sulpice-des-Rivoires et Vleanne. Enclave très rurale, la Valdaine voit cependant se développer au XIXe siècle, tout le long de l'Ainan, des usines spécialisées dans le textile."

P4130088 P4130116

P4130091 P4130092

Le village est plein de charme et c'est là que je rencontre mes premières orchis mâles en fleurs. Ces orchidées tiennent leur nom de leurs deux bulbes ressemblants à des testicules. Autrefois, dans la théorie des signatures, on consommait le plus gros pour se donner de l'appétit sexuel et le plus petit, au contraire pour calmer les ardeurs.

P4130105

P4130135

Elles sont nombreuses les vieilles demeures de St Geoire en Valdaine, cachées par de hauts remparts de pierre ou de pisé (système de construction en terre crue typique du Dauphiné). À quelques pas du château, une colline bordée de haies d'aubépines en fleurs fait l'objet de bien des questions. Il s'agirait d'une motte castrale, d'où le nom de l'impasse qui la longe mais faute de moyen, personne n'est encore venu le vérifier...

1P41303182P4130319

3P41302934P4130077

Cette année la nature est précoce (à moins que la longue période hivernale de l'an dernier n'ait altérée mon jugement). C'est le temps de cueillettes et des identifications.

1 et 2: on ne présente plus l'éternel coucou (primevère officinale) qui rentre dans la composition de nombreuses tisanes médicinales appelées "pisse-mémé".

3 et 4: De mémoire, il me semble qu'il existe 3 espèces de sceau de Salomon en France. Il s'agit ici du sceau de Salomon multiflore en raison des fleurs en clochettes qui poussent par 2 ou 3 à chaque segments. Toxique, cette plante porte ce drôle de nom en raison de la marque caractéristique qu'aborde sa racine. Au moyen âge, on utilisait ses parties souterraines pour soigner les articulation en raison de leur ressemblance.

P4130068 P4130070

Les jardins sont splendides: pommiers exotiques et désépoirs des singes prennent place aux pieds de la pairie bien tondue des voisins. Voilà de quoi être dépaysé pour l'occasion !

P4130062 P4130075

P4130071 P4130317

Joubarde des toits, grande pervenche, fougère et lézard des murailles... Il n'y a pas à dire, les beaux jours sont enfin de retour ! Voilà de quoi trouver la motivation pour partir aux morilles ! Hélas, la saison est sur le déclain.

-0-