dimanche 25 octobre 2020

La cigogne blanche (Ciconia ciconia).

DSCN0460Voilà la belle que nous avons pu rencontrer lors d'une virée dans la Dombe courant février. Si la plupart des cigognes blanches n'y sont que de passage à travers leur migration, quelques unes ont pris l'habitude de s'y arrêter pour nicher, voire à se sédentariser suite à des actions menés par le parc des oiseaux sur Villar les Dombes. D'ailleurs c'est à proximité et dans celui-ci que la plupart des nids peuvent s'observer. Cependant on ne serait les voir qu'ici, le Grand Est, la Camargue au sud et la Petite Camargue au nord-est étant des spots propices à l'observation. Figurant parmi les plus grands oiseaux de France avec une taille d'un mètre, une envergure d'un mètre 55 à un mètre 65 et un poids de 3 à 3,5 kilos, on la distingue des 6 autres espèces de cygognes grâce à son plumage blanc et noir, ses pattes rouges et son bec orange, là où celui de la cigogne orientale (Ciconia boyciana) et celui de la cigogne maguari (Ciconia maguari) sont gris voire noirs. Pouvant vivre plus de 30 ans, elle est fidèle à ses airs d'estivages et d'hivernage.

DSCN0455              DSCN0486

La reproduction s'entame directement au retour de migration pour les oiseaux ayant atteint la maturtié sexue. Le mâle est le premier à arriver sur le nid, les couples étant fidèles à vie. lle, c'est à dire 4 ans. Cependant il n'est pas rare de voir de jeunes femelles venir prendre la place de l'officielle, ce qui peut entraîner de violentes bagarres suivies par un oeil attentif du côté du mâle. Les échauffourées terminer, la parade nuptiale peut débuter à travers un jeu de claquements de becs, cette cigogne n'aytant pas de syrinx, l'organe permettant aux oiseaux de chanter et de communiquer. Vient alors la construction/solidationdu nid. Celui-ci peut dépasser les deux tonnes et dans de très rares cas, peut entraîner l'éffondrement de l'arbre ou du toit sur lequel il se trouve.

DSCN0475

C'est là que verrons le jour 2 à 4 poussins après une couvaison des oeufs pendant près d'un mois. Il en faudra deux de plus pour voir les poussins devenir autonomes et quitter le nid. Ils pourront alors profiter de la Dombe et des nombreuses proies composant leur régime alimentaire. Grenouilles, larves, petits poissons, reptiles et rongeurs, les cigognes ne sont pas regardantes. Leur long bec forgé tel un poignard et leurs longues pattes laissent voir sans mal qu'il s'agit d'animaux adaptés aux milieux humides et plus particulièrement aux zones de marais dans lesquels il leur est possible de se déplacer sans n'avoir à se mouiller les plumes. On retrouve la même chose chez les hérons et autres aigrettes avec qui ce caractère est partagé.

DSCN0471Si les cigognes aiment la Dombe pour ses richesses, elles ne sont pas les seules. Bien des osieaux migrateurs y transitent et même, y passent l'hiver. Les grues cendrées s'y arrêtent pour manger, les fuligules et les nettes rousses y séjournes entre novembre et février et les cygnes chanteurs viennent même y nicher, chose relativement rare en France.

DSCN0470

Les cigognes figurent en Europe parmi les oiseaux ayant connus l'un des reculent les plus importants au 20e. Elle a même manqué de disparaître de France, faute d'habitats, les zones humides ayant été détonnées et asséchées à tour de bras. Les campagnes de réintroduction du côté du Grand Est et l'application de mesures de protections plus importantes ont conduit à un retour en force de leur population bien que leurs effectifs restent fragiles. La chasse dans certains pays, la pollution atmosphérique, de l'eau et lumineuse, la destruction des nids et leur braconnage dans certains secteurs de pêches restent des menaces importantes pour l'espèce.

DSCN0477     DSCN0457     DSCN0463     DSCN0482

Un autre danger pour les cigognes blanches et les autres oiseaux de la Dombe, c'est le dérangement. Ce jour là nous en avons été directement témoins. Une voile à moteur passe de le ciel en hauteur. Soudain, le pilote prend l'idée de passer à ras des arbres. C'est la panique, des centaines et des centaines d'oiseaux d'élèvent dans le ciel. Les oies hurlent à plein poumons, des nuées de canards s'élèvent dans le airs, les cigognes quittent le nid ... bref, tout autant d'oiseaux qui peuvent à tout moment et à force de dérangement, abandonner le lieu pour ne jamais y revenir. Le loisir mal pratiqué est ici une menace à par entière pour la faune mais aussi la flore.

DSCN0489     DSCN0494     DSCN0495     DSCN0502

Dans les grands arbres où nichent les cigognes, les corbeaux freux (Corvus frugilegus) s'installent également. Vivant de manière collégiale et en bonne harmonie avec leurs voisines, ce sont des animaux qui font preuves de grande intelligence. Bruyant à l'arrivée de la saison des amours, ils se font beaucoup plus discrets à l'arriver des petits, la fastidieuse tâche du nourrissage leur demandant tout leur temps et toute leur énergie.

DSCN0453              DSCN0488

Voilà un bref aperçu de la cigogne blanche, oiseau très présent dans la culture européenne. Apportant les bébés par la cheminée ou sur le rebord de la fenêtre, signe de bon augure quand elle se pose sur une maison ou même selon certaines légendes, compagne du Christ à sa crucifixion en volant autour du supplicié, elle peuple notre imaginaire. Certaines villes alsaciennes en ont même fait leur emblème, signe de la longue histoire qui lie cet oiseau à l'homme, ce qui ne vas pas sans rappeler leur relation, parfois tumultueuse, au fil des siècles.

DSCN0479


mardi 28 juillet 2020

La faucon kobez (Falco vespertinus).

DSC02074 (3)Enfin ! Enfin je peux vous parler du faucon Kobez (Falco vespertinus). Voilà un an que j'attends pour vous parler de ce petit faucon. La faucon kobez n'est que migrateur en France. Il traverse notre pays pour partir nicher en Allemagne et dans les pays de l'Est. Nous étions déjà tombé nez à nez du côté de Istre avec deux mâles, mais les oiseaux étant très éloignés et nous mal équipés, nous n'étions vraiment pas sûr de notre observation. La chose est réparée avec cette petite femelle que nous avons pu observer longtemps dans l'Ain.

DSC02070 (2)

Femelle car le plumage n'est pas entièrement ardoise, caractéristique propre au mâle en période nuptiale comme c'est le cas ici. Affairée à chercher des criquets et des mouches dans un champ de maïs labouré, elle ne semble pas dérangée par notre présence. Nous sommes sur un petit chemin, non loin d'un étang qui a attiré notre attention en raison des nombreux oiseaux s'y trouvant.

DSC02090

Si nous l'avons seule, il faut savoir qu'il est courant de les observer en groupe traverser le ciel ou rejoindre leur dortoir, souvent de manière bruyante. C'est d'ailleurs un des rares faucons grégaires, les couples se réunissant en petits groupes pour nicher. On les rencontre le plus souvent dans des mosaïques d'habitats, c'est à dire un mélange de milieux, de préférence pour cette espace de champs, de bosquets, de forets, de prairies et de grands espaces humides, tout ce que l'on retrouve ici même si l'espèce ne s'y reproduit pas.

DSC02082Il se reconnaît également à son vol et plus particulièrement à ses ailes particulièrement longues et bien pratiques pour un migrateur, ce qui permet de le distinguer de son cousin le faucon crécerelle (Falco tinnunculus). À la manière du faucon hobereau (Falco subbuteo), un autre migrateur qui lui niche en France et à qui il ressemble aussi un peu, il  se nourrie essentiellement de gros insectes qu'il saisie en vol ou chasse au sol comme ici.

DSC02069             DSC02077

Replaçons l'oiseau dans son milieu. On s'apperçoit vite qu'il est minuscule ! 32 cm de haut, 65 à 77 cm d'envergure pour 155 à 197 grammes, ce n'est certainement pas un moineau mais aussi loin d'être un poids lourd. De ce fait il peut vite se faire prédater par d'autres rapaces plus grand que lui. Il ne fait pas non plus le poids face aux corvidés mais profite tout de même de leurs nids à la période de reproduction, le kobez nichant tardivement quand les corneilles ont fini de mener à bien leur couvé et ne présentant pas un obstacle dans l'occupation des nids, un trait de caractère qu'il partage notamment avec le hibou moyen duc (Asio otus).

Le faucon Kobez n'est pas seul dans ce champ de la Dombe. Trois cigognes banches (Ciconia ciconia) et deux milans noirs (Milvus migrans) s'y promènent, à la recherche de restent de rongeurs dans un champ labouré. C'est eux qui ont attiré notre oeil vers un étang puis vers le rapace. Autant vous dire que notre satisfaction fût grande de pouvoir l'observer chasser pendant 20 min, découvrant ainsi les comportement de cette espèce nouvelle pour nous. Plus nous avançons dans la découverte des oiseaux, et plus nous nous passionnons dans l'observation de leur mode de vie. Un nouveau pas dans notre pratique du naturalisme.

DSC02041             DSC02245

vendredi 1 mai 2020

Sortie dans les marais 21 : bref passage dans la Dombe.

DSCN1618Nous voilà pour une petite virée dans la Dombe pour y voir la faune des lacs. Nous sommes samedi 14 mars, il y a deux jours de cela, l'annonce a été faite que les écoles seront fermées dés lundi. Je suis inquiète, mon travail consiste à intervenir dans ces dernières, et je n'ai aucune idée de comment va pouvoir alors s'organiser mon travail. J'étais loin de m'imaginer que nous serions dès le mardi 17 avril midi presque tous confinés chez nous. Depuis, je suis en télétravail et mon nombre de sortie (courses ou loisir) à l'heure je vous parle sont au nombre de 5 au bout de ces 4 semaines de confinement. Bien qu'une partie de ma journée reste dédiée au boulot, j'ai tout à loisir d'investir une partie de mon temps dans l'écriture et la retranscription de cette dernière sortie avant de connaître la crise de la Covid-19. C'est même plaisant de revoir ces photos et de se rappeler ce que nous avions pu voir ce jour là.

DSCN1573 (2)Mais avant ça, passage par le plateau agricole du Biézin. Je m'y trouvais le jeudi précédent, entre deux séances en classe, pour faire un petit repérage en vue des prochaines sorties programmées avec les scolaires auprès de qui j'interviens comme animatrice nature. Si l'endroit ne paye pas de mine,  je le trouve vraiment fabuleux.

DSCN1572 (2)

Milans, busards et faucons crécerelles traçant dans le ciel, cigognes au repos (pas moins de 35), grandes aigrettes mais aussi alouettes des champs (plus de 300) et bergeronnettes grises (environs 70), autant vous dire que je me suis éclatée. Seulement voilà, ce samedi, l'endroit foisonne beaucoup moins de vie, peut être en raison des nombreux visiteurs. Seules quelques buses et corneilles sont de la partie. Ce n'est pas grave. Nous continuons notre chemin en passant par le repère des faucons pèlerins (Falco peregrinus). Là encore nous sommes bredouille, le couple étant sans doute parti en chasse. Nous sommes alors seuls sous l'ombre de la grande antenne où ils nichent.

DSCN1571Avant de partir du côte de l'Ain, petit focus une dernière fois sur le Biézin et en particulier sur le pinson des arbres (Fringilla coelebs). Ici il s'agit d'un mâle en raison de sa gorge rose pâle qui peut tirer à la saison des amours sur le rose saumon. Ici il se plaît énormément du fait des nombreux champs de culture où il peut se nourrir sur la terre en jachère mais aussi, du fait de la présence de petites boisement et de haies où il peut nicher.

DSCN1574 (2)             DSCN1601 (2)

Les étangs sont replis d'oiseaux, et bien qu'une partie des canards hivernants commencent à retourner en direction du grand nord de l'Europe, il reste bien des choses à voir, comme ces canards chipeaux (Mareca strepera) à gauche. On les rencontre dans les zones d'eau profonde, aussi bien que ce soit des marais, les étangs ou les rivières dans lesquels il plonge pour aller récolter les plantes aquatiques dont il se nourrie.

DSCN1575 (2)Trouverez-vous toutes les espèces présentes ? En arrière plan on trouve une oie cendrée (Anser anser) ainsi que quelques sarcelles d'été (Anas querquedula). Au second plan, une troupe de canards souchets (Anas clypeata) filtre la vase. Au premier plan, on retrouve les canards chipeaux (Mareca strepera). Tout le monde semble vivre en bonne intelligence, chacune des espèces se nourrissant différemment et à de hauteurs d'eau variées.

DSCN1576 (2)              DSCN1577 (2)

Petit point rapproché sur les sarcelles d'été (Anas querquedula). Ce sont de petits canards dont le mal se reconnaît à sa tête et son poitrail rouges et à son grand sourcil crème. On les différencie aussi des sarcelles d'hiver (Anas crecca) à l'absence d'une grande tâche blanche à l'arrière du corps et d'un bec un peu plus grand. Domestiqués par les romains à l'antiquité, ce sont des animaux redevenus depuis complètement sauvages.

DSCN1599On change des oiseaux avec ce très gros ragondin (Myocastor coypus) qui tranquillement traverse devant nous. Appel rat gondin ou myocastor, ce gros rongeur nord américain est présent en Europe suite à son introduction pour sa peau et dans une bien moindre mesure pour sa chair. Accusé de causer des dégâts dans les champs et sur les digues. Classé invasif, son impact environnemental et économique serait en réalité plus modéré.

DSCN1584 (2)              DSCN1585 (2)

Et puis il y a les cigognes blanches (Ciconia ciconia). Nombreuses, elles tournent dans les airs au-dessus de nos têtes. Dans la Dombe, elles ont pris l'habitude de nicher à proximité et dans le parc des oiseaux dans les grands arbres. Les prairires humides, les étangs et les fossés qui y sont abondants leur offre une multitude d'opportunités pour se nourrir de petits insectes, de grenouilles et plus rarement de poissons et de rongeurs.

DSCN1609Changement de décor, nous fillons aux observatoires situés à quelques kilomètres. C'est là, cet hiver, que nous avons vu de nombreux canards et oies se nourrir dans la vase, l'étang alors asséché. C'est aussi là que nous avions vu plusieurs grands cormorans et ragondins morts sur les rives, nous laissant très perplexes sur notre observation et sur ce qui peut se passer parfois sur les lacs privés dédiés à la pêche à et d'autres activités.

DSCN1607 (2)              DSCN1579 (2)

Deux rapaces nous passent au-dessus. À gauche un milan royal (Milvus milvus), passe à toute allure après avoir donné quelques coups d'ailes en compagnie de 4 autres congénères pressés. Sans doute un retour de migration. Ils sont tout aussi rapides que cette buse variable (Buteo buteo) qui vole cou tendu, peut être à la recherche d'une proie ou plutôt d'un perchoir pour la nuit, le jour commençant à tomber doucement.

DSCN1606 (2)À notre droite, une grande aigrette (Ardea alba) marche doucement dans l'eau à la lisière des saules. Peut être espère-t-elle déloger quelques petits poissons qu'elle pourra harponner avec son grand bec jaune. Cosmopolite, l'espèce se rencontre aux quatre coins du globe. Cependant en France elle n'est que très rarement nicheuse, hormis dans quelques départements français. Son bec et ses pattes changent alors de couleurs.

La sortie se termine là, à la tombée de la nuit face à un champ de vaches où les cigognes et les hérons sont en chasse. Il faudra maintenant attendre un mois, un mois et demi voire deux mois pour ressortir. Nous ne le savons pas encore. Cependant j'ai encore beaucoup ) vous montrer et à écrire, de nombreuses fiches espèces m'attendant depuis certaines depuis plus d'un an, autant vous dire que je ne m'ennuie pas en ce moment.

DSCN1615              DSCN1617

samedi 11 janvier 2020

Sortie dans les marais 18 : retour en Dombe.

DSC07490

Nous revoilà une fois de plus dans l'Ain, et plus particulièrement dans la Dombe, à moins d'une heure de chez nous. La plupart des oiseaux inféodés à l'eau et migrateurs sont partis, à l'instar de la cigogne noire qui a fait battre si fort notre coeur il y a quelques semaines lors d'une rencontre fantastique. Mieux encore, les busards sont toujours aussi présents et nous en observons un bon nombre pour notre plus grand bonheur, non sans avoir une pensée triste pour ces oiseaux qui ont souffert cette année encore dans le Rhône du manque de nourriture entraîné par la sécheresse. La nidification s'est avérée catastrophique et sans l'effort d'un groupe de passionnés pour suivre la nidification, il est fort à parier qu'il n'en resterait pratiquement plus dans le département à l'heure où j'écris ses lignes. Au premier plan de l'étang éphémère où se masse tous les canards fuyants les fusils et trouvant refuge sur cette zone protégée, les tiges sèches de cardères sauvages (Dipsacus fullonum) rappellent que l'automne s'est durablement installé.

DSC07527

À vrai dire, tous les migrateurs ne sont pas vraiment partis. Quelques cigognes blanches (Ciconia ciconia) restent fidèles à la Dombe, fidélité entretenue par l'évolution des températures, la proximité du parc des oiseaux où certains individus faibles trouvent refuges et par l'abondance de nourriture dans les étangs qui ne gèlent que très rarement.

DSC07520

Trois individus tournent dans les airs, tirent profit des courants thermiques. Ce sont des planeurs que l'on observent que rarement battre des ailes pour faire de longues distances. Ne s'élevant pas haut dans le ciel, il a fort à parier qu'elles sont à la recherche d'une aire de nourrissage propice à répondre à leurs appétits et surtout à leur régime alimentaire. Celui-ci se compose d'animaux aquatiques tels que des grenouilles, des escargots, des mollusques, de petits poissons mais aussi des insectes des prairies comme les criquets voire des petits mammifères comme des campagnols et des mulots mais aussi des reptiles tels des lézards et des couleuvres.

DSC07512              DSC07515

Dans les saules qui nous servent de cachette, les passereaux se font la guerre. Courses poursuites et acrobaties dantesques, ce sont là quelques unes des techniques utilisées par les oiseaux pour s'assurer la suprématie sur les rares sources de nourriture, à savoir les bourgeons et les rares insectes présents. Parmi les espèces observée, on peu citer la mésange bleue (Cyanistes caeruleus), connue pour être une féroce compétitrice.

DSC07504

Soudain, tous le monde quitte le marais effarouchés. Le responsable ? Le busard des roseaux (Circus aeruginosus) qui survole les sarcelles et les canards pilets à la recherche d'un repas. S'il est considéré comme commun, il est reste très localisé, en raison de son habitat qui se raréfie. Côté régime alimentaire, il cible les oiseaux jeunes, malades ou affaiblis en particulier en cette période de l'année difficile pour l'avifaune. 

DSC07507

À la tombée de la nuit, les busards des roseaux se réunissent en sécurité dans le même dortoir. Celui-ci se trouve le plus souvent dans la rosselière d'un marais, plus rarement dans une forêt alluviale au bord d'un lac, d'une rivière ou d'un fleuve. Ce sont des oiseaux au vol rapide, plus de 50 km/heure, planant au ras de la végétation et piquant brusquement dès qu'ils détectent leur proie. Outre les oiseaux aquatiques, ils peuvent aussi se saisir d'amphibiens, de petits mammifères, d'insectes, de reptiles ou encore d'oeufs. Cette diversification de leur alimentation leur permet de faire face aux épisodes de sécheresse qui deviennent récurrents ces dernières années et qui expliquent son déclin avec l'urbanisation galopante, l'écobuage des friches et la chasse. Fait étonnant, ce busard est connu pour se saisir des proies toujours avec la patte gauche.

DSC07547

Un autre rapace s'est installé dans le secteur. Le faucon crécerelle (Falco tinnunculus) est un animal ubiquiste, c'est à dire capable de s'adapter à une grande variété de milieux. Celui-ci, un mâle, fait du surplace pour attraper l'une de ses proies favorites, le campagnol. Cette technique de chasse est parfois nommée le " vol en Saint Esprit"/ Energivore, elle permet à l'oiseau de repérer sa proie sans avoir besoin de poste d'affût. On la retrouve chez d'autres rapaces comme la buse ou la bondrée apivore mais reste plus rarement employée.

DSC07479

Casse-croûte au bord de la route. La faim nous tenaille. Nous nous posons face aux éttends, toujours cachés par une haie de saules et d'aulnes afin de ne pas faire prendre la fuite. Là encore nous ne sommes pas seuls. Dans les arbres, de nombreux passereaux s'agitent dans les branches.

DSC07552

Parmi eux, le rouge-gorge familier (Erithacus rubecula), dont la gorge est plus orangée que rouge. Deux individus se mènent une guerre sans relâche sous nos yeux. Hors période de reproduction, mâles comme femelles sont extrêmement territoriaux et se poursuivent en poussant de nombreux cris. À cette période de l'année, ce sont avant tout des oiseaux issus du nord de l'Europe que l'on observe, ceux présents l'été et les jeunes préfèrent descendre du côté de l'Espagne pour passer l'hiver. On peut ainsi au fil de l'année, voir passer jusqu'à 4 ou 5 rouge-gorges différents dans son jardin sans jamais s'en apercevoir.

DSC07529     DSC07533     DSC07536     DSC07538

Quelques gouttes de pluie, le retour du busard des roseaux, deux voitures arrêtées sur le bas côté à quelques mettre des oiseaux ... il n'en faut pas plus pour que la plupart des canards mettent les voiles et partent à 200 mètres de là, sur un autre étang protégé un peu plus les oiseaux des curieux. Seul alors le train brise leur quiétude pendant un bref instant. Nous ne nous éternisons pas, un autre spot attirant toute notre convoitise à cette heure.

DSC07601

Nous arrivons au grand étang. Seulement voilà, il est à sec. Nous n'observons alors qu'un petit ruisseau qui traverse l'étandu de bout. Cela ne déplaît pas pour autant aux oiseaux, et bien que nous ne croisons pas de limicoles, nous sommes heureux de voir cachés dans notre observatoire quelques oies sauvages. Il s'agit d'oies cendrées (Anser anser), ancêtre de certaines de nos oiseaux domestiques. Cependant elles sont surtout connues pour sa chasse polémique et les nombreuses démarches de la fédération française de chasse qui demande l'autorisation par dérogation de pouvoir tirer ces animaux en dehors des dates imposées, à savoir pendant la période de migration de ces oies, quand elles retournent affaiblis et fragiles dans le grand Nord. Une hécatombe annoncée pour leur population européenne qui, pour le moment, est déjouée par des défenseurs tenaces de l'environnement et de la biodiversité et par le soutient des instances européennes.

DSC07556               DSC07565

Les grands échassiers sont de la partie. Les hérons cendrés (Ardea cinerea) sont nombreux à profiter des poissons pris au piège dans ce faible cours d'eau, accompagnés de grands cormoran (Phalacrocorax carbo), leur pêche semble bonne. Leurs pattes hautes leurs permettent de remuer la vase afin de faire fuir les poissons et de les attraper avec leur bec en forme de dague. Ils les utilisent aussi comme véritable tour de guet.

DSC07578

La grande aigrette (Adrea alba) est aussi de la partie. C'esr un oiseau pouvant atteindre pas moins de d'un mètre dix de haut et ayant un régime alimentaire similaire à celui des autres grands hérons : poissons, grenouilles, insectes, rougeurs et petits reptiles y figurent.

DSC07581

Très cosmopolite, on peut la confondre sous nos latitudes avec l'aigrette garzette (Egretta garzetta), plus petite et au bec noir. La grande aigrette aime les zones humides pour peu qu'elle y trouve des arbres où elle peut reposer et nicher à l'abri des prédateurs car bien que grande, elle ne fait pas le poid face à un hiboux grand duc (Bubo bubo) ou à un renard roux (Vulupes vulupes) déterminé. Au compteur, elle ne cumule que 1 à 1,5 kilo pour les plus gros individus, autant dire qu'il n'y a pas de quoi effrayer les carnassiers du coin. Ses effectifs sont stables mais restent menacés par l'activité humaine, en particulier l'asséchement et l'exploitation agricole des zones humides ainsi que les installations de loisirs en bord de lac et de rivière.

DSC07632

Que serait une sortie sans champignons ? Nous voilà les mains dans l'herbe à récolter quelques marasmes des Oréades (Marasmius oreades) appelés aussi mousserons ou faux-mousserons. Les Oréades sont des nymphes des montagnes et des grottes nées de la mortelle Niobé et du Titan Hécatéros. Les marasmes sont une famille de champignons dont le nom du latin Marasmos "désséchement" pour leurs capacité à sécher naturellement.

DSC07606

Sur notre chemin, nous tombons sur de grands alignements de clitocybes géotropes (Clitocybe geotropa) un champignon de belle taille et comestible à la saveur peut prononcée. Nous en récoltons quelques jeunes exemplaires pour le repas du soir qu is'annonce somptueux.

DSC07610

On rejette son pied fibreux au profit de son large chapeau. Indicateur d'un sol calcaire et légèrement humide, il se plaît sous les feuillus où il n'est pas rare de le voir pousser en rond de sorcières. Bien qu'il soit commun, il ne se cueille que pendant une courte durée, d'octobre à mi-décembre faisant ainsi de lui l'un des champignons les plus tardifs que l'on peut retrouver dans une poêlée forestière. Si son parfum marqué voire fétide pour certains, il reste bien apprécié du côte du sud-ouest et dans certains pays de l'est de l'Europe. Pour notre part, nous avons apprécié cette récolte en omelette puis en civet végétarien.

DSC07625              DSC07612

Les mammifères ne sont pas en reste. Nous assistons à une houleuse dispute de ragondins (Myocastor coypus). ┴ peine avons nous le temps de prendre l'appareil photo que le plus petit, vaincu, file à toute allure la queue entre les jambes. En parlant de fuite, non loin de-là, nous croisons un chevreuil (Capreolus capreolus). Discret comme une ombre, sa présence ne nous est indiquée que par un coup de feu, par les cris d'une meute de chien au loin et par sa sihouette se glissant dans la végétation d'une petite île d'un lac privé aux eaux peu profondes.

DSC07619

Retour sur la métropole lyonnaise. Un groupe de cygnes semble prendre le même chemin que nous. Graciles, le battement de leurs ailes actionnent leur cage thoracique,  leur faisant échapper un râle sonore dans leur envolée. La chasse, la pluie et les journées de travail bien remplis, nous ne retournerons sans doute qu'à l'hiver dans la Dombe pour observer les canards hivernants cherchant un peu de réconfort et de nourriture dans les étangs.

DSC07605              DSC07636