samedi 7 décembre 2013

Comptage des cueillettes.

Voici un petit résumé des cueilettes de l'année, du moins pour l'instant. La date, la Lune et les températures sont là à titre indicateur. Si j'en ai le courage, je réaliserai un petit schéma ou organigramme pour corrolationner toutes ces données.

SAM_6557SAM_6553SAM_6555SAM_6563

À savoir que ces chiffres concernent l'Isère, en zone de moyenne montagne entre 450 et 890 mètres d'altittude et que le sol sur le quel les champignons poussent est majoritairement calcaire (voir très calcaire) et plus ou moins argileux.

 

Janvier:

12/01/13: 01% de visibilité de la lune, températures entre 0°C et 5°C, 30 gr d'oreilles de judas.

Mars:

23/03/13: 80 % de visibilité de la lune, T entre 7 et 14°C, 30 gr de pézizes veinées.

Avril: 

05/04/13: 30% de visibilitéde la lune, T entre 7 et 8°C, 30 gr  de pézizes veinées. 

06/04/13: 21% de visibilitéde la lune, T entre 8 et 10°C, 600 gr de pézizes veinées.

13/04/13: 07% de visibilitéde la lune, T entre 10 et 15°C, 600 gr de pézizes veinées.

26/04/13: pleine lune, T entre 10 et 14°C, une poignée de pézizes veinées, 20 morilles, 1 morille conique.

29/04/13: 86% de visibilité de la lune, T entre 10 et 13°C, 5 morilles, 4 grosses pézizes, 4 verpes en forme de doigt, 1 morillon à demi-libre, 800 gr d’oreilles de judas.

Mai:

04/05/13: 34% de visibilité de la lune, T entre 9 et 15°C, 2 morillons à demi libre, 5 verpes coniques, 800 gr d'oreilles de judas.

05/05/13: 24% de visibilité de la lune, T entre 6 et 17°C, une poignée de mousserons Saint George.

Juin:

02/06/13: 37% de visibilité de la lune, T entre 10 et 15°C, 6 truffes d'été.

Juillet:

02/07/13: 32% de visibilité de la lune, T entre 15 et 27°C, 3 petites girolles, 2 grosses truffes d'été.

05/07/13: 10% de visibilité de la lune, T entre 20 et 27°C, 1 petite truffe d'été.

21/07/13: 96% de visibilité de la lune, T entre 20 et 31°C, 1 truffe d'été.

23/07/13: 99% de visibilité de la lune, T entre 24 et 31°C, 6 gros cèpes d'été très véreux, 1 dizaine de girolles.

25/07/13: 93% de visibilité de la lune, T entre 25 et 32°C, quelques girolles.

Août:

09/08/13: 04% de visibilité de la lune, T entre 18 et 23 °C, 2 petites truffes, 1 cèpe d'été en bouchon, un bol de girolles.

14/08/13: 50% de visibilité de la lune, T entre 19 et 25°C, 4 cèpes d'été et 2 poignées de girolles.

17/08/13: 78% de visibilité de la lune, T entre 22 et 30°C, 22 cèpes d'été.

19/08/13: 94% de visibilité de la lune, T entre 22 et 27°C, 11 cèpes d'été.

20/08/13: 96% de visibilité de la lune, T entre 21 et 26°C, 3 kg de girolles, 1 cèpe passé et très véreux.21/08/13: pleine lune, T entre 18 et 26°C, 1 cèpe d'été et une lépiote élevée.

23/08/13: 95% de visibilité de la lune, T entre 22 et 30°C, 2 cèpes d'été.

27/08/13: 64% de visibilité de la lune, T entre 16 et 22°C, un gros bol de girolles et 4 cèpes d'été.

29/08/13: 44% de visibilité de la lune, T entre 17 et 25°C, 300 gr de girolles et 4 cèpe d'été.

30/08/13: 35% de visibilité de la lune, T entre 18 et 26°C, 200 gr de girolles.

Septembre

04/09/13: 02% de visibilité de la lune, T entre 19 et 30°C, 2 poignées de girolles.

06/09/13: 01% de visibilité de la lune, T entre 21 et 28°C, une grosse truffe d'été.

Entre le 10/09/13 et le 20/09/13 récolte de l'équivalent d'un panier de girolles.

16/09/13: 85% de visibilité de la lune, T entre 14 et 16°C, 8 rosés des prés.

22/09/13: 93% de visibilité de la lune, T entre 14 et 22°C, 22 lépiotes élevées.

23/09/13: 86% de visibilité de la lune, T entre 14 et 23°C, 12 lépiotes élevées et un bol de pied de moutons.

27/09/13: 50% de visibilité de la lune, T entre 16 et 28°C, un demi panier de trompettes de la mort x 2 (environ 4kg), quelques chanterelles en tubes, quelques pieds de moutons, 6 girolles, 5 lépiotes élevées.

28/09/13: 42% de visibilité de la lune, T entre 16 et 23°C, une cinquantaine de girolles, une trentaine de pieds de moutons, 3 rosés des prés, 2 marasmes des oréades, une petite truffe d'été, 32 cèpes d'été, un cèpe de Bordeaux, 6 lépiotes, 4 cèpes edulis, une dizaine de chanterelles en tube.

30/09/13: 24% de visibilité de la lune, T entre 16 et 21°C, 7 cèpes d'été en bouchons, 200 gr de chanterelles, 2 lactaires délicieux, 100gr de pieds de moutons, quelques chanterelles en tube, 200gr de trompettes de la mort.  

Octobre

17/10/13: 24% de visibilité de la lune, T entre 13 et 20°C, une demi cagette de chanterelles en tube (1,5 kg), 150 gr de pieds de mouton, 50 gr de girolles.

Entre le 17/10/13 et le 26/10/13 récolte à chaque sortie (2 fois) d'un panier et demi de chanterelles en tube et de quelques pieds de moutons et de girolles.

Novembre (Les récoltes suivantes concernent celles réalisées pendant mon woofing, c'est à dire entre la Gironde et la Dordogne et non l'Isère. Le sol n'est pas calcaire, l'altitude se situe entre 10 et 119 mètres d'altitude).

Entre le 04/11/13 et le 07/11/13 récolte de quelques coulemelles.

08/11/13: 25% de visibilité de la lune, T entre 14 et 13°C, une dizaines de pieds de moutons, une boule de neige.

Entre le 09/11/13 et le 13/11/13 récolte de 14 lépiotes élevées, de 200gr de pieds de moutons, découverte d'un cèpe écrasé et d'un tapis de chanterelles jaunes.

19/11/13: 96% de visibilité de la lune, T entre 6 et 8°C, 1 kg de pieds de moutons, 2 kg de chanterelles jaunes, 3 lépiotes élevées.

22/11/13: 83% visibilité de la lune, T entre 4 et 5°C, 800gr de pieds de moutons, 3,5 kg de chanterelles jaunes.

 

SAM_5795


jeudi 24 octobre 2013

Champignons et jardin.

SAM_4873

SAM_4883Je suis ravie de voir que Canalblog a adopté une toute nouvelle gamme d'outils et de mises en page bien que ceux-ci restent difficiles à maitriser. De par cela et pendant quelques temps, les publications risquent d'être chamboulées mais seront plus proche de la revue par leur apaprence. Néanmoins, le correcteur intégré devrait en partie régler le problème des fautes d'orthographes bien que je ne promets pas de miracles de ce côté là.

Bref,entrons dans le vif du sujet. L'automne est bien installé depuis quelques jours et c'est avec bonheur que l'on peut voir une multitude de champignons, comme cette dangereuse et mortelle lépiote brun-lilas à gauche,  pousser dans le jardin. C'est aussi avec grande joie que j'ai vu, à mon retour, la jolie couronne de maïs, survivante des intempéries de ces derniers temps. Il est vrai que la région a été gâtée en pluie, ne serait-ce qu'avant-hier. Mais le retour du soleil est de bonne augure et il sera bientôt temps de parcourir une dernière fois les bois à la recherche des champignons avant que ceux-ci ne se fassent absents.        

La lépiote brun-lilas se rencontre périodiquement pendant la fin de l'été et l'automne. Toxique, elle peut même s'avérer mortelle dans certains cas. Elle appartient à la famille des lépiotes brunes dont bon nombre d'espèces ne peuvent être différencier des unes et des autres que par l'utilisation d'un microscope.

4

La maison a prit son habit d'automne. Mousses, herbes rases et lierres donnent les dernières touches de vert car déjà les feuilles des arbres brunissent. Les rouges, ocres, jaunes, oranges, dorées, marrons et pourpres s'en donnent à cœur joie et font la beauté de la saison.

SAM_4890

Pour le moment, c'est ambiance vieilles pierres mais rassurez-vous, la maison ne s'apparente ni à une caverne, ni à une ruine oubliée. Autour de celle-ci pousse quelques plantes biens connues et qu'il est temps de conditionner avant qu'elles ne dépérissent sous le coup du gel.

1SAM_48852SAM_48963SAM_4895

Parmi les plantes à récolter, la menthe (1). Pour la conserver efficacement, on la pend en gros bouquets, la tête en bas dans un endroit sec, aéré et si possible à l'abris de la lumière, sinon on l'enroule dans des feuilles de journal car la lumière détruit les principes actifs des plantes. On peut également profiter de végétaux plus communs que l'on ne prend pas toujours le temps d'observer. L'oxalis corniculée (3) peut être consommée (uniquement les feuilles) en salade ou dans de l'eau sucrée pour faire de la limonade. Il ne faut trop en consommer car elle contient de l'acide oxalique. Au Japon, on l'utilise pour se protéger des démons et en Inde, elle est utilisé comme anti-inflammatoire, digestif, diurétique, antiseptique, contre la diarrhée et les maladies de peau. Enfin, le géranium petit Robert (4) dont on utilise les parties aériennes est employé pour les néphrites, les lithiases rénales, les oliguries, les diabètes et les diarrhées. On le prend en décoction à hauteur de 38gr pour 1L d'eau pour les gargarismes, les compresses, les angines, les aphtes, les dartres, les plaies et les amygdalites.

SAM_5257C'est le retour de l'été indien, il fait à nouveau chaud et beau et les tee-shirts rangés un peu trop tôt dans les vieilles armoires ressortent.

Dans les champs, pas de rosées, plus de marasmes mais encore quelques rares coprins chevelus qui ici et là pointent le bout de leur nez.

Les grands tilleuls sont dégarnis. Pendant longtemps et encore aujourd'hui cet arbre mellifère a été utilisée en infusion (feuilles) pour ses propriétés calmantes et apaisantes.

 

Néanmoins le temps est propice aux sorties et aux découvertes, reste cependant la boue qui colle aux pieds et crotte le bas des pantalons.

5

1 et 2: La maison devient peu à peu rouge-orangée. La vigne vierge est une liane ornementale que l'on retrouve sur bon nombre de maisons. Ses fleurs minuscules ont la particularité "d'éclater" pour laisser à jour le pistil et ainsi le précieux nectar qui attire les insectes.

3 et 4: Il y a quelques bons et beaux lactaires délicieux qui sont venus s'installer dans la mousse de la pelouse, sous l'un des sapins du jardin. Confondus avec les lactaires sanguins (qui donnent eux un sang rouge et non orange), on les cuisines comme des câpres, fris dans l'huile puis cuits au vinaigre et mis en bocaux.

SAM_5265

On le croirait proche de la famille des lactaires avec les quels il partage le m^me biotope mais il n'en est rien. Il s'agit ici d'une russule, la russule de Sardoine, reconnaissable à son chapeau violine, ses lamelles blanches et son pied rosé. Elle n'est pas comestible mais à l'approche d'Halloween propose un tableau joliment coloré.

SAM_5295

Les armillaires sans anneaux ont poussé ça et là de manière spontanée dans la pelouse, se nourrissants des racines pourrissantes du vieux prunier malade qui a été abattu il y a quelques années de cela. C'est sont de bons comestibles à l'état juvénile, vieux ils peuvent rendre relativement malade. On les confond parfois avec les armillaires couleur de miel mais qui eux possèdent un anneau à la différence des premiers d'où leur nom.

On peut le croiser en cascades sur les vieilles souches, en particulier des chênes et des châtaigniers mais aussi des tilleuls, de la fin de l'été à celle de l'automne en particulier quand la saison se fait chaude comme cette année. Il libère un parfum prononcé de champignons. 

Autrefois reconnu comme appartenant aux tricholomataceae, le genre armillaires a été rattaché à la famille des physalacriaceae. On les retrouve un peu partout dans le monde: Amérique du Nord, Canada, Japon et même Afrique du Nord (introduis au 17éme par les colons hollandais).  Si certains armillaires se nourrissent de bois mort, d'autres attaques les arbres en vie et les font dépérir, ce qui les classes comme nuisibles pour nos forêts.

 

6

C'est temps de ramasser les noix avec certes beaucoup de retard, mais les plus belles de toutes, les noix de Grenoble. L'instrument que voici est à lui seul une petite merveille. On le roule sur le sol et hop, les noix sont emprisonnées. Plus besoin de se casser le dos et de se salir les doigts, il suffit d’écarter deux barreaux pour les récupérer et les mettre à sécher sur les grands étendoirs.

SAM_5236

 Ce n'est pas le Val sans Retour où la fée Viviane emprisonne les chevaliers infidèles quoi que ce l'eu pu, mais le verger de la maison. Autrefois il contenait de nombreux fruitiers et même des vignes mais le temps n'est pas toujours propices aux végétaux qui ne sont éternels.

SAM_5337

Le nid de guêpe semble désert, seule une ou deux gardiennes tournent encore autour. Bientôt on pourra le décrocher et regarder avec attention sa composition car contrairement aux abeilles, les guêpes ne restent pas au nid pendant la période froide. Généralement les ouvrières meurent et la reine par se réfugier sous une écorce ou la manche d'un vieux manteau oublié dans la grange. Au retour des chaleurs elle entreprend la reconstruction de son royaume perdu. Ce qui m'étonne c'est leur disparition alors que les températures, malgré l'épisode pluvieux, sont aux beau fixe. Peut être que leur reine c'est éteinte ou a entreprit son sommeil hivernal plutôt.

7

C'est aussi le temps des châtaignes. Passée la douloureuse étape qu'est le ramassage si on n'a pas de gants, c'est un vrai régale. Posées sur un coin du poêle (et préalablement encochées), il ne reste plus qu'à attendre qu'elles soient bien cuites pour en profiter avec un bon verre de lait.

SAM_5348

Belle rencontre dans la maison avec cet inconnu, une punaise certainement, au dessin digne d'un masque Dogon et qui aurait pu figurer dans la rubrique "Magie et émerveillement" tant sa beauté m'a laissé sans voix. Il est vrai qu'il est peu commun de rencontrer un insecte avec un telle morphologie.

SAM_5322

 Bref chacun profite de ce charmant été indien à sa façon, et la bronzette reste une bonne option. Demain les 24°C sont annoncés ce qui pourra peut être donner l'occasion de réaliser une sortie en forêt à la rencontre des différentes familles mycologiques, même si je ne crois plus à la possibilité de rencontre Mr Cèpe et Mme Oronge. Heureusement, les girolles, chanterelles en tubes et pieds de mouton sont là pour rattraper le vide du panier. Dans le potager, il reste bien quelques légumes et douceurs mais il n'est guère utile de s'y attarder car si les chenilles cette année n'ont pas fait de dégâts, les limaces s'en sont données à cœur joie. Quand à la nouvelle mise en page de Canalblog et des outils mis à disposition, c'est une réussite même si la mise à la mise en ligne l'article ne ressemble pas toujours à l'original (saut de ligne défaillant, photos mal alignées...) mais c'est un détail. Le chargement des photos est beaucoup plus rapide (victoire) mais il est aussi plus long d'agencer tout ce petit monde et pour le moment ça ne marche pas, d'où les photos qui se ballade comme-ci comme ça. Je pense rester à ma présentation classique en y incluant de temps à autres quelques fantaisies comme ici. 

Allez je vous laisse, je retourne au soleil!

(Entre parenthèse, j'ai trouvé la solution au moyen de photoshop de faire une mise en page correcte mais cela me prend un temps fou, il y aura donc peu d'articles à venir.)

 

 

vendredi 18 octobre 2013

Chenille du pudibonde (Calliteara Pudibunda).

Voici la henille de la Pudibonde, un joli papillon de nuit timide qui s’effarouche quand on l'approche d'où son nom.  Il est aussi terne que la chenille est colorée et possède même du poil aux pattes. On le croise partout en France de mai à juin, jusqu'à 1000 mètres d’altitude. La chenille se nourrit de feuilles et n'est pas très difficile, on peut la  voir festoyer aussi bien sur un noisetier qu'un châtaignier, une ronce ou un chêne

 

Ses poils sont urticants uniquement en cas d'ingestion et lui servent de protection, tout comme sa couleur vive qui lui permet de mettre en garde ses prédateurs. Bref, une jolie créature des bois qui se remarque de loin et qui donne un peu de magie.

SAM_5021

 

jeudi 3 octobre 2013

Expérience: temps de pousse du coprin chevelu.


SAM_3686

Depuis plusieurs jours et comme tout les ans, de nombreux coprins chevelus poussent dans le jardin, d'autant plus que l'été indien au quel nous avons droit semble les rendre encore plus prolixes.

Ci-dessous j'ai noté et illustré les prises de vue en fonction de la date (sur 4 jours) et des spécimens. A mon retour de vendanges je préciserais avec les températures et le taux de précipitation ainsi qu'une description du champignon en question.

Le coprin chevelu:

De son nom latin Corpinus Comatus (charmant), ce champignon est un bon comestible jeune que l'on peut manger cru ou cuit. Néanmoins il faut le consommer le plus rapidement possible, au risque de la voir noircir et devenir toxique. Il a une déliquescence rapide et qui se caractérise par la transformation des lamelle puis du champignon en "encre" noir.

On le trouve dans les ziones herbeuses, les clairières et les prairies. Les crottes de chiens et le crottin de cheval favorise leur pousse d'où leur présence parfois dans les parcs municipaux.

Observations:

jour n°1: 29/09: 

Températures

10h: 16°C

16h: 19°C

Humidex:

10h: 20

16h: 23

pluviométrie:

sur la journée: 0,2

 

jour n°2: 30/09:

Températures

10h: 16°C

16h: 21°C

Humidex:

10h: 20

16h: 24

pluviométrie

sur la journée: 7

 

jour n°3: 01/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 23°C

Humidex:

10h: 20

16h: 26

pluviométrie

sur la journée: 1,6

 

jour n°4: 02/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 25°C

Humidex:

10h: 20

16h: 27

pluviométrie

sur la journée: 0,2

 

Prise de vue 1

SAM_3880 SAM_4468 SAM_4507 SAM_4519

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10       jour n°4: 02/10

Prise de vue 2

SAM_3692 SAM_3875 SAM_4469 SAM_4503 

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10      jour n°4: 02/10

prise de vue 3

SAM_3686 SAM_4224 SAM_4482  SAM_4525 

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10           jour n°4: 02/10

Prise de vue 4:

SAM_3693 SAM_4223  SAM_4480  SAM_4526

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09         jour n°3: 01/10          jour n°4: 02/10

prise de vue 5

SAM_3694  SAM_4466  SAM_4513 SAM_4527

jour n°1: 29/09         jour n°2: 30/09        jour n°3: 01/10          jour n°4: 02/10

 

Conclusion (jour n°5: 03/10)

 

jour n°5: 03/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 26°C

Humidex:

10h: 20

16h: 3

pluviométrie

sur la journée: 0,2

 

SAM_4588 SAM_4581 SAM_4582 SAM_4587

Prise de vue 2         Prise de vue 3        Prise de vue 4          Prise de vue 5

mercredi 2 octobre 2013

Sortie en forêt 37.

SAM_4234

Dernière sortie avant les vendanges qui débutent après demain, du moins dans le Beaujolais. Peu de lumière filtre à travers les arbres qui perdent leurs feuilles et la pluie est même venue se rejoindre à nous ce qui a rendu par moment la prise de photo difficile. Dommage car il y avait beaucoup à voir et même à déguster.

1SAM_42302SAM_4235

3SAM_42384SAM_4239

Visite du nouveau coin de cèpes découvert samedi et qui s'est révélé être prolixe.

1: Un cèpe oublié et par chance, peu véreux a fini sous la dent d'une limace. Tant mieux car de par ses excréments elle "ressèmera" les spores.

2: La toute petite amanite tue-mouche rencontrée la dernière fois est en train de devenir un très beau spécimen. On raconte qu'il lui faut 8h pour sortir de terre, se déployer et dépérir. Cette observation dément cette idée reçue.

3 et 4: De jolis inconnus sont venus s'installer au bords de la route, indiquant l'activité fongique du coin.

SAM_4242

Un cèpe d'été? non raté, une simple russule belette qui pendant quelques secondes m'a donné l'espoir d'en trouver un blottit dans la mousse.

1SAM_42432SAM_4245

3SAM_42484SAM_4249

1 et 2: La non plus ce n'est pas un cèpe d'été ni un cèpe tout court car il faut savoir que si les cèpes sont des bolets, tout les bolets ne sont pas des cèpes. Ici il s'agit d'un petit bolet amer ou bolet du fiel au pied étonnamment long au goût très désagréable.

3 et 4: La mousse abondante dans la forêt absorbe l'humidité. Quand de fortes chaleurs apparaissent, le choc thermique entre les températures ainsi que ces réserves d'eau permettent aux champignons de s'épanouire.

SAM_4259

La vesse perlée se reconnaît aux petites boules rondes comme des perles qui se trouvent entre des "picots". Ce joli champignon n'est pas considère comme comestible.

1SAM_43932SAM_4394

3SAM_42534SAM_4254

Les champignons des champs s'invitent dans les bois.

1 et 2: Voilà de jolis agarics, famille à la quelle appartiennent les rosés des prés. Ici il s'agit d'une espèce cousine, l'agaric des bois qu'il ne faut pas confondre avec certaines amanites ou avec l'agaric jaunissant.

3 et 4: La lépiote élevée se  trouve aussi bien en forêt que dans les champs mais il ne faut pas la condre avec les espèces plus petits et parfois mortelles. 

SAM_4264

Le clitopile nébuleux est considère comme bon comestible mais ne plaît pas à toutes les bouches ni à tous les estomacs. Il dégage une forte odeur qui peut être associée à de la farine ou à du fromage blanc. Il ne faut pas le confondre avec le très  dangereuse entolome livide qui peut être mortel chez les enfants, les personnes âgées ou affaiblies.

SAM_4270 SAM_4272

SAM_4276 SAM_4277

Voici un exemple de confusion possible dans un même biotope, à savoir sous des pins pectinés et quelques feuillus, dans la mousse et les aspértules odorantes.

1 et 2: Le lactaire délicieux est à tort confondu avec le lactaire sanguin, très proche d'apect mais rouge dans son apparence et de par son lait. Le lactaire délicieux reste un bon comestible jeune et frit.

3 et 4: Il ne faut pas le confondre avec le lactaire scrobiculé qui se trouve à quelques pas de lui. On peut le trouver sous les sapinières, les forêts mixtes et même les bordures de champs. Non comestible pour l'Homme à la vu de son âcreté, il semble plaire aux vaches qui aiment le brouter.

SAM_4308

L'agaric des forêts est un bon comestible qui lui aussi est proche du rosé des prés et de l'agaric des bois . C'est un bon comestible assez recherché. Cette année plusieurs morts sont imputées à la confusion de ce derniers avec des lépiotes ou des amanites mortelles alors prudence.

1SAM_42992SAM_4301

3SAM_43184SAM_4319

1 et 2: Difficile de voir à quoi ressemble ce champignon de loin, on pourrait croire qu'il s'agit d'une grosse vesse. Quand on s'approche de celui-ci et que l'on y regarde de plus près, on peut voir qu'il s'agit d'une jolie amanite amanite ovoïde.

3 et 4: A titre d'exemple, voici quelques vesses de loup perlées.

SAM_4283

Un brève éclaircie nous permet de mieux voir un court instant ce qui nous entours et de pouvoir prendre plus facilement quelques clichés.

1SAM_43132SAM_4332

3SAM_43434SAM_4344

Voici quelques nouvelles espèces à rajouter au tableau de chasse de cette année (enfin deux la première ayant été identifiée lors de la dernière sortie).

1: La clavaire chou-fleur est comestible jeune (et est très apprécie dans l'Est de la France), il se reconnaît à sa couleur vive et à sa ressemblance avec le corail.

2: Proche cousine, la clavaire élégante est semblable à cette dernière mais reste moins prisée.

3 et 4: Je pensais avoir reconnu dans ces champignons le clitocybe nébuleux, là aussi raté, il faudra attendre un peu avant de les nommer.

SAM_4361

Retour des nuages et de la pluies qui pour le moment, et à la vue de ce cliché flou, n'aura pas de nom.

SAM_4398 SAM_4399

SAM_4415 SAM_4404

De nombreuses amanites tue-mouches sont sorties depuis notre passage. Elles ont enfin leur propre (et long) article ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2013/10/01/28123812.html

SAM_4396

Certaines dessinent mêmes des ronds de sorcières parfaits.

1SAM_43682SAM_4370

3SAM_43784SAM_4349

Pour la suite quelques champignons à la drôle de forme.

1 et 2: La calocère visquese est un champignon a rejeté car il peut provoquer des problèmes gastriques.

3: Les vesses de loup piriformes sont comestibles jeunes quand la chair encore blanche. C'est un champignon commun.

4: Le champignon observé samedi à commencer à fendre son enveloppe protectrice et laisse deviner, sous la masse gélatineuse un japeau jaune. Néanmoins le mystère demeur.

SAM_4390

Les chantrelles en tubes prennent désormais de belles tailles bien que le pied ne dépasse jamais les 5-6 centimètres ou que très rarement.

SAM_4409 SAM_4407

SAM_4410 SAM_4411

On nomme souvent à tort la girolle chanterelle mais les deux espèces appartiennent au même genre.

1 et 2: Les chanterelles en tubes se distingues par leur petite taille, leur chapeau plat brun et leurs sillons marqués et clairs.

3 et 4: Les girolles elles sont beaucoup moins frêles, souvent de belle taille et entièrement jaunes.

SAM_4356

Le pied de mouton est un excellent comestible qui a la particularité de n'avoir ni lamelles, ni tubes pour diffuser ses spores mais des aiguillons.

1SAM_44182SAM_4419

3SAM_43804SAM_4381

1 et 2: Les pieds bleus sont de bons comestibles très recherchés qui ne sont pas fait pour les estomacs. En fonction du milieu et de la luminosité ils peuvent pousser avec un chapeau marron qui s'éclircira en vieillissant pour devenir bleuté comme l'enssemble du champignon.

3 et 4: Le clitocybe orangé peut être confondu avec la girolle ou le dangereux clitocybe de l'olivier. C'est un bon comestible que certains estomacs digèrent mal.

SAM_4353

Un cèpe? Là non plus il n'en est pas cas, il s'agit d'un bel inconnu qui sous la pluie s'avère trompeur.

SAM_4320 SAM_4321

SAM_4372 SAM_4322

L'hypholome en touffe est non comestible à raison de sa forte odeur, de son goût amer et des troubles digestifs qu'il provoque. De plus ses couleurs vives sont des plus dissuasives.

SAM_4335

Surprise, dans la mousse un pied de cèpe sectionné. Enfin un indice et de taille, celui-ci indique la présence effectif du champignon mais aussi que nous ne sommes pas les seuls à être sur ses traces.

1SAM_43372SAM_4338

3SAM_44174SAM_4365

D'autres indices apparaissent dans le paysage.

 1 et 2: Dans l'umus et la mousses des trous se dessinent, laissant penser que les occupants de ceux-ci ont été prélevés.

3: Un énième faux espoir se présente.

4: Pourtant la forêt et son biotope nous indiquent que nous ne sommes pas loin du but.

SAM_4316

Et enfin les beaux et bons cèpes d'été se présente à nous. Malheureusement une bonne partie d'entres-eux sont véreux ce qui gâche un peu le plaisir.

SAM_4324 SAM_4325

SAM_4327 SAM_4401

Résultat, une dizaine de bouchons ce qui indique qu'une nouvelle pousse s'amorce. Il faudra veiller au grain en scrutant le ciel pour espérer faire une nouvelle cueillette.

SAM_4423

Il fait bien gris dehors et même mieux, la pluie a redoublé d'effort, m'obligeant à sortir le flash. Bien que les délicieuses trompettes de la mort soient au rendez-vous, la luminosité et le temps ont eu raison de nous.

SAM_4445 SAM_4450

SAM_4452 SAM_4449

Mais avant de partir, une jolie rencontre avec cette salamandre tachetée nous permet de mieux faire connaissance avec ce batracien que nous ne croisons plus qu'occasionnelement. Elle peut mesurer entre 20 et 25 cm et celle-ci doit aisément les approcher vu sa taille. Cet animal incroyable à la capacité de faire repousser un doit ou même une partie de patte si ceux-ci sont sectionné. Il y aurait encore beaucoup à dire sur elle... dans un prochain article.

En tout cas ce fût comme toujours une belle balade quoi qu'un peu fraîche.


dimanche 29 septembre 2013

Sortie en forêt 35.

SAM_3801

 Une sortie dans les bois, depuis le temps! Et quelle belle sortie! Des champignons partout, des grands, des petits, des bons, des moins bons, des ternes, des colorés... c'est un véritable défilé au quel cet article est dédié.

1SAM_37152SAM_3716

3SAM_37194SAM_3763

 Il y a bien du bon et du beau dans les bois, de quoi satisfaire les gourmands.

1 et 2: Les chanterelles en tube sortent! Partout dans les bois il y a des dizaines et des dizaines de spots qui comprennent eux mêmes plusieurs centaines de petites chanterelles. Je n'ai que très rarement vu une telle pousse. D'ici quelques jours ça sera la razzia dans les bois et surtout, dans le panier.

3 et 4: Les pieds bleus sont aussi là en très grand nombre. Ce champignon au goût très prononcé n'est pas aprécié de tous mais est présenté à de nombreuses tables.

SAM_3706

 Les lépiotes élevées se sont installées dans les sous-bois. Là aussi direction le panier bie nqu'une partie d'entres elles soient passées.

SAM_3743 SAM_3744

SAM_3758 SAM_3764

 Elles sont belles mes girolles! Cantarellus cibarus si vous voulez mon avis. C'est un excellent comestible que l'on trouve dans tout l'hémisphère nord. C'est un champignon recherché qui aurait des propriétés insecticides très puissantes. Pour preuve, il est pratiquement impossible de trouver une girolle véreuse.

SAM_3712

 Le lactaire à lait brûlant aime beaucoup les noisetiers. Le lait blanc qui s'en échappe devient jaune en séchant. Il est très âcre ce qui le rend inconsommable.

1SAM_37762SAM_3779

3SAM_37864SAM_3785

 On continu dans le beau et le coloré:

1 et 2Le tricholome rutilant est un champignon non comestible car très (trop) amer. De plus il est suspecté d'être toxique mais qu'est-ce qu'il peut être beau avec sa robe jaune et rose.

3 et 4: Le lactaire sans lait est un russule qui est ressemblant de part sa forme aux lactaire mais qui ne donne pas le lait qui les caractérise d'où son nom. Il n'st pas comestible.

SAM_3717

 L'amanite fauve est considérée comme étant une sous-espèce de l'amanite vaginée. Très crue toxique, elle peut être comestible bien cuite mais son goût ne donne pas l'envie de renouveler l'expérience. Elle pousse généralement en groupe de 2 à 3 individus. 

SAM_3798 SAM_3814

SAM_3824 SAM_3820

 Elles étaient llà, les trompettes de la mort. Malgré leur funeste nom c'est un excellent champignon du sous-bois, légérement amer. C'est aussi à cette occasion que nous avons découvert un nouveau coin! Bref, pour finir voici quelques informations qui je l'espère vous aiderons à les débusquer.

Dans le nouveau coin:
 à 600 mètre d'altitude environ, entre une prairie d'herbe rase et un chemin forestier exposé en partie au soleil, sur une sol plat avec un humus peu épais, sous des châtaigniers (seule espèce présente) et en particulier au tours des arbres de très belle taille. Il y a peu de feuilles au sol mais présence à proximité de quelques pieds de moutons, de quelques girolles et d'une coulemelle. Les trompettes sont grises avec le haut du "tube" gris "tacheté" de marron et de noir. Le terrain est légèrement humide et calcaire.

Au deuxième coin où nous avons nos habitudes (il se décompose en 2 zones):

Première zone:
à 600 mètre d'altitude environ, sur un terrain en pente avec très peu de lumière. Des sapins couvrent la zone avec quelques châtaigniers, il y a de nombreuses ronces peu hautes, avec  de la mousse, un humus épais et de nombreuses feuilles oxalis. Les trompettes sont très noires, en particulier sur la corolle du "tube" avec reste du champignon gris souris sombre (j'invente de nouvelles couleurs  Laughing ). Le sol est humide et calcaire avec peu de feuilles mortes. 


Deuxième zone:
Le terrain est plat, avec majoritairement des châtaigniers et quelques sapins. La zone est humide et calcaire avec un humus faible et peu de feuilles au sol. On notera la présence de pieds bleus et de très peu de lumière.

SAM_3751

 Les gymnopiles pénétrants ont trouvé leur bonheur en s'installant sur les branches mortes couvertes de mousse d'un vieux pin tombé après une bourrasque de vents. Ces champignons toxiques colorent la forêt et lui donne une petite note de fantaisie.

SAM_3791 SAM_3792

SAM_3794 SAM_3807

 Dans les feuilles et les vieilles bogues des châtaigniers, de nombreux champignons poussent et ne sont pas toujours simples à identifier.

1: Pour débuter la série, cet inconnu au chapeau strié. 

2: De nouveau je rencontre ces petits champignons, semblables à des pézizes et qui poussent sur le bogues des châtaigniers. Voilà plus d'un an que je cherche leur nom s'en y parvenir.

3: Qui l'aurait cru, ces petits champignons blancs sont des trompettes de la mort en devenir.

4: Les hypholomes en touffe sont de petits champignons non comestibles aux jolies couleurs. Au vu des dernières analyses ils seraient toxiques.

SAM_3809

 C'est aussi le temps des belles amanites citrines. Celles-ci sont peu toxiques voir même pour certains comestibles (mais très médiocres). Cependant leurs squames ont tendance à disparaître se qui rend facile la confusion avec la terrible et mortelle amanites phalloïde. Dans tout les cas il ne faut pas les ramasser.

1SAM_38372SAM_3781

3SAM_37834SAM_3828

1: Ces dernières jours il a fait très beau et très chaud même en forêt, mais les matins ont été frais voir brumeux avec d'importantes brumes, rien de mieux pour nos amis champignons.

2: Les cabanes n'ont pas bougé d'un iota, espérons qu'elles résistent à l'Hiver qui cette année, avec un peu de chance sera moins rude que celui 2012-2013.

3: Un gros polypore hispide a prit place dans le tronc d'un arbre presque mort tombé au sol. Il tient son nom de sa capacité à produire des gouttes.

4: Dans ce coin de bois, là où abondes les trompettes de la mort, les oxalis (ou petite oseille des bois) abondent, elles donneront de jolies fleurs parfumés au printemps.

SAM_3852

Et pour finir le panier qui a été quelques peu vidé après un tour du quartier mais qui reste encore bien garnit, voir un peu trop quand on sait le temps que prend le nettoyage des champignons en particulier celui des trompettes.

Voilà une jolie promenade de début d'automne.

 

 

Posté par Renarde alpine à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 22 septembre 2013

Sortie dans les prés 10.

SAM_3374

Un petit article sur cette sortie brève mais fructueuse dans les champs. Depuis le chemin, un énorme rond de sorcière, composé de délicieuses lépiotes élevées m'attendait. Pour un premier jour d'automne c'est une belle surprise. Rajoutons à cela la chaleur, le ciel bleu et ce grand soleil dignes d'un été indien.

SAM_3363 SAM_3361

SAM_3365 SAM_3372

La lépiote élevée est surnommée Coulemelle, Parasol, Nez-de-Chat ou scientifiquement Macrolepiota procera. Elle appartient à la famille des Agariacées qui comprend les agarics comme les rosés des près et, les amanites comme l'amanite phalloïde ou des Césars.

C'est un champignon des zones tempérées qui pousse dans les pâturages et parfois en pleine forêt. Parfois solitaire, c'est surtout en rond de sorcières souvent impressionnant comme ici (10 mètre de diamètre) qu'on les trouvent.

Le nom lépiota veut dire en latin "petit écaille" et désigne les pelures brunes présentes sur le chapeau du champignon et qui en son centre forment le fameux Nez-de-Chat.

SAM_3357

Les lépiotes élevées sont de grands champignons qui peuvent aisément dépasser les 30 cm de hauteur des les 20 cm de diamètre. Ces excellents comestibles ont un goût prononcé de noisette, un parfum fort, parfois légèrement écoeurant quand ils sont présent en grand nombre dans le panier. En cuisine il a la particularité d'être un des aliments les caloriques (15 kcal pour 100 gr) mais a le défaut d'absorber facilement et en grande quantité les matières grasses.

SAM_3381 SAM_3384

SAM_3394 SAM_3399

Cependant attention aux confusions! Comme toujours il ne faut ramasser un champignon que si on le connaît bien. Ramasser des lépiotes d'un autre genre ou des champignons ressemblants comme ici peut se révéler être dangereux voir mortel! Dans tout les cas il faut être conseillé par un habitué de confiance. Rappelons que l'an dernier il y a eu 664 cas d'intoxication connus pour 3 morts.

SAM_3392

Néanmoins, n'oublions pas que la lépiote élevée, connue depuis l'antiquité, est un précieux champignon qui au-delà de ses qualités gustatives, est un antibiotique et un anti-tumorale naturel que la science s'évértue à percer les secrets. On le trouve déjà dans de nombreux médicaments artisanaux ou industriels.

vendredi 20 septembre 2013

Une année de papillons en Isère et en Haute-Alpes (2013).

SAM_0830

Fini la période des papillons, le soleil commence à partir et nos amis ailés réapparaîtrons à son retour pour annoncer l'arrivée du beau temps. Voici quelques papillons rencontrés cette année.

L'écaille chinée ou callimorphe (Euplagia quadripunctaria) est un papillon qui vit aussi bien la nuit que le jour dans les forêts et les broussailles. C'est une espèce migratrice. Sa chenille adore les orties, les lamiacées, les épilobes, la sauge des près, les framboisiers, le noisetier ou le chèvre feuille. On le trouve dans toute la France, Corse comprise. Bien que rare, ce papillon n'est pas protégé en France, contrairement à la Belgique. 

SAM_0582 SAM_0584

Voici la chenille de cucullie du bouillon blanc appelé aussi brèche (Cucullia verbasci). Bien qu'on la trouve souvent sur le bouillon blanc, elle est aussi gourmande des plantes du genre scrophularia comme avec cette scrofulaire noueuse. L'imago, l'adulte arrivé à maturité, vole d'avril à juin. La chenille peut atteindre des dimensions impressionnantes.

SAM_0371

Voici un premier inconnu de la série que j'aimerai beaucoup pouvoir identifier.

SAM_0357 SAM_0364

La Zérène du groseillier ou la Phalène mouchetée (Abraxas grossulariata). Il apparaît en mai est disparaît avec les premiers froids.

P1060049

Le mélitée du Mélampyr est aussi nommé damier Athalie (Mellicta athalia). Il est en voie de régression dans la plupart des zones où il vit. On le trouve de la mi-mai à la fin octobre dans toute l'Euopre, au Japon et les zones tempérées d'Asie jusqu'à 1600 mètres. C'est un papillon des lisières et des bords fleuris. 

SAM_2633 SAM_2625

La chenille de la piéride du chou (Pieris brassicae), un petit papillon blanc, est venu pondre dans les jeunes choux. Si la plupart des feuilles étaient couvertes d'oeufs, certaines étaient déjà parcourues par les chenilles qui ont commencées à faire de gros dégâts. La méthode c'est donc voulu radicale pour pallier à cette attaque, malheureusement, mais avons nous bien le choix si nous voulons profiter des potées cet hiver? Jeté au composte, tout ce petit monde ferrât le bonheur des oiseaux.

P1030357

La boarmie commune (Ectropis crepuscularia) est un papillon de nuit présent partout sur le territoire français. Sa petit chenille brune apprécie le vigne, le lierre, l'aubépine, le bouleau, le troène, le lilas, le chèvrefeuille, le frêne, et le chêne.

SAM_0803 SAM_0804

Le myrtil (Maniola jurtina). Il vole de fin mai à septembre. La chenille se nourrie des plantes de la famille des poacées.

SAM_0308

La sylvaine ou hespérie sylvaine (Ochlodes sylvanus) est un joli et petit papillon à la chenille verte-bleutée longue de 28 mm. On peut le voir voler de juin à août dans de nombreux milieux, aussi bien secs qu'humides.

SAM_7950 SAM_7951

La chenille du lasiocamp quercus, c'est à dire le bombyx du chêne.

SAM_0461

Le Phalène ornée (scopula ornata). Il est commun et aime vivre dans les friches. 

SAM_9295 SAM_9303

Il existe une multitude de zygènes, 7 espèces sans compter les sous-genre. Pour reconnaître ces papillons, le meilleur indicateur reste les tâches des ailes. Ici il s'agit de la zygène des vesces (Zygaena viciae) dont les chenilles sont amatrices de fabacées.

SAM_9292

Le demi-deuil (Melanargia galathea L.). Ce papillon pond ses oeufs sur les graminées dont les chenilles se nourrissent. On le trouve dans toute la France, exceptée en Corse.

SAM_8566 SAM_8627

La zygène des bois (Zygaena lonicerae). On le trouve dans les Pyrénées et dans tout l'est français ainsi que dans une partie du centre.

SAM_8749

 La brocatelle dorée (Camptogramma bilineata) est très présente dans notre coin d'Isère. Il s'agît à nouveau d'un mâle qui se reconnaît à l'abscence d'une bande marron sur le bas des ailes.

1SAM_10032SAM_0491

1: Le gamma, autographa gamma, est un papillon commun en France. Sa chenille fait de nombreux dégâts sur la plupartsdes plantes cultivées: tomates, pomme de terre, lin, betteraves, céréales... la liste est longue.

2: Ce myrtil est accompagnée dans sa campagne de butinage d'un tristan (Aphantopus hyperantus), un proche cousin mais qui est le seul en Europe à faire parti du genre aphantopus. Ce papillon est présent sur presque tout le territoire français et on peut le voir voler de début juin à fin août. Néanmoins il est en net recul dans de nombreuses régions bien qu'il ne bénéficie pas de statu de protection.

 

SAM_9043

Cette chenille, avant d'être délogée par mes soins (la pauvre), se nourrissait d'une cosse de silène. Le papillon, un spécimen de nuit sans doute, à pondue un oeuf dans les ovaires de la plantes qui au fil du temps ont grossit pour contenir les graines tout en se faisant grignoter de l'intérieur par la larve. une fois la plante vide, elle cherche une autre gousse pour se nourrir à nouveau puis muer en papillon.

SAM_0595 SAM_0605 SAM_0634 SAM_0533

SAM_9762 SAM_8313 SAM_8751 SAM_8865

Et comme toujours, voici le lot des inconnus. Cliquer sur les miniatures pour les voir de plus près et peut être, leur attribuer un nom ou du moins une famille.

SAM_1382

Voilà un beau papillon inconnu qui, à l'instar de l'écaille marte, rappel sur ces ailes les motifs du pelage des girafes africaines.

SAM_1049

Et celui là?

 

Sortie dans les prés 9.

SAM_3056

Demain c'est l'automne! Pourtant la nature c'est déjà mise aux couleurs de cette belle saison. La pluie et la brune viennent mettre en valeur les teintes de jaune, de rouge et d'orangé des arbres et des hautes herbes.

SAM_3124 SAM_3127

SAM_3129 SAM_3123

Il fait frais dans le verger mais les pommes sont bien rouges, malgrès les nombreux plants de buis qui poussent sur les branches des vieux pommiers et qui en sucent la sève. Coupés puis pendus la tête en bas, ils sont venus décorer la maison. Ces pommes bien que belles ne viendront pas dans l'assiette mais dans le verre sous forme de jus ou de cidre.

SAM_2993

Voici un grillon mâle juvénile, c'est à dire qui n'a pas encore assez mué pour atteindre sa maturité sexuelle d'où son absence d'ailes. Il est assez rare d'en croiser à se stade à cette période de l'année. C'est un herbivore qui à l'occasion peut dévorer un ver de terre ou le cadavre d'un rival car cet insecte est très territorial (de ce fait en Asie les combats de grillons sont très prisés). Il vit dans un terrier qu'il creuse avec ses pattes avants adaptées à cet usage.

1SAM_32122SAM_3213

3SAM_31964SAM_3197

Présentations de quelques lépiotes. Attention, ne jamais ramasser les lépiotes que l'on connaît pas et qui mesure moins de 10-12 cm car elles peuvent être mortelles à raison de leur ressemblances entre proches parentes mais aussi avec certaines amanites.

1 et 2: La lépiote excoriée est une lépiote comestible qui juvénile aura un chapeau crème puis peu à peu deviendra blanche tout en conservant un mamelon brun. C'est un champignon comestible (mais facile à confondre) à la chair blanche. Elle pousse dans les prairies et les clairières.

3 et 4: La lépiote mamelonnée est elle aussi un bon comestible, proche d'aspect de la lépiote élevée (mais facile à confondre elle aussi). On la trouve dans les bois mais parfois dans les prés, en particulier ceux des lisières de bois ou de bosquets.

SAM_3149

Le scarabée funeste est un joli scarabée que j'ai souvent l'occasion de croiser. La dernière fois j'avais été peu attentive et j'avais reçu son jet défensif d'acide en pleine figure (on ne rit pas!). La leçon a été retenue et désormais c'est tête face contre tête que je l'observe. Néanmoins cela ne l'a pas empêcher de vaporiser son acide sur la végétation alentour, libérant ainsi une odeur très désagréable.

1SAM_32022SAM_3141

3SAM_31454SAM_3216

Il fait gris mais il est possible d'observer de nombreuses créatures.

1: Voici Bombus agrorum Fabricius, un des bourdons les plus communs. Il vit en petit groupe et aime butiner les fleurs comme ce crise champêtre.

2: Dans le coeur d'une fleur de carotte sauvage fanée et humide, un long scarabée noir a trouvé refuge.

3: Un escargot des haies fait des acrobaties sur une longue tige sèche.

4: Dans une souche pourrie au milieu du champ,une grosse larve de cétoine tente de se dissimuler. Il lui faudra 3 ans pour devenir adulte et ne connaître que pendant une courte période, un mois, la joie du vol et des grands espaces. Mais en attendant elle se nourrit de bois pourrie et de terreau. Pas très ragoûtant tout ça.

SAM_3037

Les deux cerisiers du grand champ n'ont plus de cerises depuis longtemps mais l'un deux cache un petit trèsor à la couleur de l'or caché dans un écrin de bois.

SAM_3039 SAM_3050

SAM_3045 SAM_3046

Avec sa belle couleur il est difficile de ne pas le remarquer. Le polypore soufré est appelée poulet de bois. Il est très prisé en Amérique du Nord et au Canada mais est méconnu chez nous. Délicieux champignon, il faut prendre garde à ne cuisiner que les partie jeunes et tendres. On peut retrouver une des façons de l'accomoder ici. D'ailleur, une grande Loche a commencé à le croquer.

SAM_3120

Bref ces jours-ci il ne fait pas très beau mais la pluie a reverdi les champs et il semblerait qu'au vues du temps qui est annoncé, que l'on se dirige doucement vers un été indien.

1SAM_30002SAM_3139

3SAM_30534SAM_3054

1 et 2: J'ai enfin pu identifier cette fleur avec le site FloreAlpes. Il s'agit du galéopsis tetrahit nommé ortie royale bien qu'elle n'est rien à voir avec celui-ci. C'est une invasive qui aime les bords de bois mais aussi les prairies humides.

3 et 4: Les arbres aux troncs creux sont prisés par les fourmis qui voient dans ceux-ci un abrit parfait pour leur colonnie. Quand on place la main au dessus du trou, on peut sentir de la chaleur monter à travers l'arbe. Celle-ci provient de l'activité de la fourmillière qui se trouve à la base de l'arbre.

SAM_3081

Qui dit champs dit vaches. Celles-ci s'accomodent comme elles peuvent de l'humidité ambiante et de l'arrivée du brouillard sur leur pâturage.

1SAM_31782SAM_3169

3SAM_31904SAM_3218

Il a là de quoi remplir un petit peu le panier.

1: J'ai cru qu'il s'agissait d'un petit rosé des prés. Il n'en est rien. Voilà une vesse de loup qui peu dans les meilleurs conditions prendre la taille d'un ballon de foot. Coupée en tranche quand elle est fraîche puis pannée, c'est un comestible passable.

2: Voilà le premier rosé de l'année trouvé. Il est identifiable à la blancheur de sa chair, de son chapeau, de son pied et à la teinte rosée de ses lamelles.

3: Quand il vieillit le chapeau noircit et les lamelles deviennent noires et tâchantes. Dans ce cas il est impropre à la consommation.

4: Cebon comestible peut s'accomoder de bien des manière. L'an dernier j'ai eu l'occasion de l'expérimenter ici et .

SAM_3167

Attention danger! Il y a de nombreuses amanites blanches dans les champs. Facile à confondre avec les différents champignons bons comestibles, il faut être très précautionneux.

SAM_3059 SAM_3133

SAM_3075 SAM_3114

Les feuilles rougisses et les fruits de l'églantier seront bientôt à maturité. Riches en vitamines et en principes actifs, leur récolte débutera après les premières gélées. Pour mieux le connaître c'est par .

SAM_3144

Bref, demain c'est l'automne est déjà la nature a prit son manteau de couleurs.

 

dimanche 15 septembre 2013

Fête médiévale de Crémieu (2013).

SAM_2742

 Cette année nous étions trois amies à parcourir ce samedi après-midi les rues de Crémieu à l'occasion de la grande fête médiévale que la ville organise tous les ans. Au programme chants, musiques, danses, costumes, shopping et pluie. Mais ce fût un très bon moment malgré les aléas du temps.

SAM_2728 SAM_2732

SAM_2723 SAM_2727

 La aussi, comme aux autres foires, du cuire et des peaux à go. Voilà de quoi se faire en peau de lapin un col bien chaud, des mitaines et même la couverture d'un grimoire à venir. Le touché du cuir est à mon goût quelques chose exceptionnel dans le sens où l'on a l'impression de toucher quelque chose de vivant qui ne l'est plus.

SAM_2725

 Une myriade de cordons et de lacets viendront parer les corsets et les bottines de ces dames, maintenir à. la taille la bourse de ses messieurs.

SAM_2731 SAM_2720

SAM_2721 SAM_2736

 Un renard sur l'étale, arg voilà mon animal bien mal au point. Autrefois la fourrure doublais par l'intérieur les épais manteaux confectionnés pour l'hiver car cela tenait plus chaud. La mode de la fourrure est venue des riches seigneurs qui, pour montrer leur puissance, faisaient coudre de la fourrure sur l'extérieur de leurs habits, une dépense inutile qui montrait leur grande fortune et donc leur pouvoir.

SAM_2845

 Voilà un art bien ancien. Le tourneur sur bois confectionnait des ustensiles à partir d'essences communes ou précieuses de bois pour rendre la ve de tout les jours plus simples, les objets en métal étant principalement destinés aux puissants.

SAM_2669 SAM_2663

SAM_2717 SAM_2718

Toute la ville a participé, un camps viking est venu s'intallé sur la place et le charcutier c'est mit aux couleurs locales tout en proposant une "charcutaille" bien d'époque en goût et...en odeur. 

SAM_2705

 Il n'y a pas à dire, la péche aux trésors plaît aussi bien aux petits qu'aux grands. Qui n'a jamais rêvé de trouver et de s'accaparer un coffre fort?

SAM_2758 SAM_2759

SAM_2761 SAM_2762

 Les stands viennent donner une certaines magie au lieu. Cartes, tarots, pendules, masques mais aussi besaces, livres, plantes, pierres, savons, sucreries, bijoux, épées de bois... il y en a pour toutes les bourses.

SAM_2719

 Un autre art ancien, la sculpture sur bois. Voilà de quoi orner le toit.d'un église.

SAM_2821 SAM_2812

SAM_2802 SAM_2788

Il y a eu de nombreuses créatures qui sont venues déambuler parmi les passants. Les gueles de loups étaient de loin les plus impressionnants mais des minotaures, elfes et autres femmes papillons étaient aussi au programme.

SAM_2741

Bref il y avait beaucoup à voir mais difficile de tout mettre en photos, que ce soit les personnages, les odeurs, la musique et les rires. Pour pallierà cela voici un petit montage sans prétention sur la parade et une partie des aniamations proposées pour ses médiévales de Crémieu 2013.

Et ci-dessous un petit aperçu de l'an dernier.

Bref, voilà une après-midi bien remplit riche en émotions et en découvertes.

 

SAM_2756

Et au passage une petite photo de moi, parce que temps à autre ça ne fait pas de mal de sortir le bout de son nez.