dimanche 9 février 2014

Ces animaux mycophages.

1987037-champignon-morille

Vous l'aurez bien compris, je suis ce que l'on peut nommer une fan de champignons. Mais suis-je la seule? Si on y regarde de plus près, bon nombre sont les animaux à croquer de temps à autre dans un bon champi' voir à en pratiquer la culture. Voici quelques exemples de ces fins gourmets. (Merci à Fab qui m'a inspiré ce billet... une fois de plus!).

Emoticon Red Fox baiser d'amourA savoir!
La mycophagie désigne la consommation ou un régime alimentaire essentiellement composés d'êtres vivants du régne fungi/mycota/mycète: les champignons. Il en existerait envrions 5 millions d'espèces différentes.

Chez nos voisines fourmis et termites:

L'Homme cultive depuis l'antiquité les champignons mais on doit bien avouer qu'il n'a rien inventé! Fourmis et autres termites sont pionnières dans ce domaine et pratiquent cet art depuis quelques centaines de millénaires.

Les Atta appartiennent aux fourmis champignonistes d'Amérique tropicale mais aussi semie-aride (on en compte plus de 190 espèces). On les appelle également fourmis coupeuses de feuilles, fourmis parasol ou fourmis surfeuses en raison des feuilles, fleurs ou tiges quelles coupent puis transportent avec leurs mandibules jusqu'au nid de la colonie. Là, elles sont entreposées dans une grande salle où elles sont mâchées puis laissées à pourrir.

1138849

Pendant cette durée, des ouvrières spécialisées, les "minimas" beaucoup plus petites que leurs congènères (parfois 300 fois plus petites que les soldats), viennent retirer les mauvais champignons qui se développe pour laisser les bons pousser. Ils sont ensuite longuement mastiqués puis passé de mandibules en mandibules pour nourrir toute la colonie qui peut contenir 4 à 8 millions d'individus. Leur action est bénéfique: elles défeuillent les arbres fruitiers en période de récolte, ne sélectionnent la même essence qu'aprés en avoir utilisé une dizaine d'autres... bref, un vrai modèle écologique.

Les acromyrmex appartiennent elles au genre Myrmicinae qui comporte 26 espèces. On parle ici aussi de champignonistes.  Elles sont capables de vider un arbre en 48h de l'intégralité de ses feuilles pour cultiver Leuciagaricus Gongylophorus, le précieux champignon nourricier. 

Chez les termites, on rencontre sensiblement le même schéma, enfin chez une partie car cet ordre comportent de nombreuses espèces. On connaît les termites xylophages qui font parfois de gros dégâts et qui digèrent directement le bois (termites supérieures), celles qui ne peuvent le digérer d'elles même et vivent en symbiose avec les protozoaires qui demeurent dans leur intestin pour y parvenir (termites inférieures), celles qui se nourrissent des nutriments d'humus riches en détriuts boisés (termites humivores), celles encore qui consommes des algues ou des lichens.

1148079344_f

Et puis il y a les termites champignonistes, les Macrotermitinae qui sont connues pour leurs termitières de terre sèche pouvant atteindre 1 à 3 mètres de haut et, qui vivent en symbiose avec des champignons Termitomyces comestibles le plus souvent pour l'Homme et auquel le Termitomyce Titanicus appartient (champignon au plus grand sporophore connu) . Ceux-ci poussent sur les excréments boisés des termites (on parle de meules) qu'ils pré-digèrent et qui sont consommés par les termites par trophallaxie (échanges de nourriture entre les membres de la colonie).

 

La clique des invertébrés:

Chez les mycophages ont rencontre aussi bien d'autres genres qui certes ne cultivent pas mais consomment des champignons. Certains collembolas (achorutes armatus par exemple) creusent et consomment les pieds des sporophores puis remontent dans le chapeau (ils font souvent le désarroi des cueilleurs). Chez les coléoptères, ce sont les champignons souterrains qui sont prisés. L'Hydnocytis Arenaria peut creuser jusqu'à 10 cm de profond pour dénicher les mycéliums. Bolbelamus Gallicus adore les truffes dont la truffe noire ce qui crée bien du soucis chez les producteurs. Le Liodes Cinnamomea à le même attrait pour le fameux tuber et c'est ses larves que je retrouve le plus souvent dans mes truffes d'été (voir l'album sur les truffes dans la barre de droite). Il ya encore de nombreuses bêbêtes amatrices de champignons aux caractéristiques atypiques, on peut les retrouver sur ce site (cliquer sur l'image). N'oublions pas les escargots et surtout les limaces qui parfois représentent 80% de la disséminations des spores (dans leurs excréments) chez certaines espèces de champignons.

mycophages

Sous nos l'attitudes:

On est souvent un peu enragé de voir un beau parterre de chanterelles saccagé ou un superbe cèpe à moitié écrasé. Bien sûre il y a parfois (voir même souvent) des individus peu réfléchis qui prennent un malin plaisir à détruire les beautés de la nature mais parfois le coupable est tout autre et surtout, très gourmand. Voici quelques exemples:

Qui aurait cru que l'écureuil roux était fan de champi? Il a beau être un rongeur, son péché mignon reste les champignons dont il consomme toutes les espèces, en particulier la truffe du cerf et même la terrible amanite phalloïde (mortelle pour l'Homme). Mais ce gourmet ne s'arrête pas là: oeufs, limaces, escargots, insectes, oisillons, vers... à la sortie de l'hiver il croque tout ce qui lui passe à portée de museau. A savoir, la plupart des espèces d'écureuils sont mycophages.

ecureuil_mange_champignons

Parmi les aficionados (dont je fais partie) de chanterelles figure le chevreuil. Celui-ci peut brouter des parterres entiers que forme ce champignon mais aussi grignoter au coeur de l'Hiver les larges polypores du genre tramètes qui poussent sur les arbres. Tout comme chez le cerf (qui lui aussi est mycophage), il semblerait que ce petit cervidé ne consomme que 4-5 espèces différentes (dont la truffe du cerf) mais toujours avec grand plaisir.

Le sanglier est réputé pour aimer les champignons de par son opportunisme (il mange aussi bien desanimauxmortsque des céréales), et ce n'est pas pour rien que l'on utilise des cochons truffiers pour déloger la tuber. Cèpes, russules, truffes... avec son groin affûté et des dents affilées, rien ne lui résiste. A ce propos, pendant mes recherches web je suis tombée sur cette question, si quelqu'un à la réponse, je suis preneuse. L'atrait des sangliers pour les champignons expliquerait pourquoi 20 à 25% d'entre-eux, quand arrive l'automne, dépassent le seuil normal de radioactivité. Amusant? Quand on y repense pas tellement.

 

Fotolia_25704175_XS

Plus loin, dans les pays du froid, on rencontre les rennes. Grands consommateurs d'amanites-tue-mouches, ils le sont non pas pour des raisons nutritionnelles mais pour les effets hallucinogènes du champignon. (Évoqués ici).

Bien d'autres animaux mangent sont plus ou moins mycophages. Ils'agit souvent d'opportunistes ou/et d'omnivores. Citons ainsi le renard, l'ours, le blaireau, le hérisson ou certains rongeurs comme le lapin (qui lui aussi peut manger sans danger l'amanite phalloïde).

Emoticon Red Fox ennuyeux insectes Et puis parfois, c'est l'animal qui se fait proie du champignon!

On présente les champignons comme un aliment riche en nutriments et en bien fait (voir ici) mais on oubli souvent de les présenter comme de terribles prédateurs et pasuniquement pour les arbres!

Les Fourmis Zombies:

On rencontre en Australie et en Amérique du Sud et plus particulièrement au Brésil d'étranges fourmis. Hagars, elles perdent l'appétit, quittent la fourmilière et se figent sur une feuille. Mais pourquoi donc? Tout simplement parce que celles-ci ont été colonisées par de drôles de champignons appartenant à la famille des Ophiocordyceps. Pouvant décimer des colonies entières, leur mode de fonctionnement est atypique.

cordycepsQ

Un spore est en contact avec une fourmi. Celui-ci va produire des enzymes pour percer l'exosquelette de l'insecte puis monter au cerveau où là, on ne sait encore comment, il ordonne à son hôte de se fixer avec ses mandibules sur une feuille puisse laisser mourir (on retrouve un phénomène similaire avec la douve du foie). De l'animal mort, le champignon va puiser ses nutriment, fructifier, lâcher ses spores puis dépérir. Ce phénomène est connu de puis peu et il semblerait que de nombreuses espèces nous soit encore inconnues. Les fourmis ne sont pas les seules à en être victimes: sauterelles, grillons, mygales (cordiceps), phasmes... la liste est longue.
Si vousêtesfande ce genre d'étrangetés (personnellement j'adore),filez donc voir le Myrmeconema Neotropicum, un parasite qui transforme l'abdomen des fourmis en une baie rouge et leur ordonne de filler dans les arbres pour se faire becter mais aussi Leucochloridium Paradoxum, un ver parasite qui infecte les escargots en transformants leurs antennes en attrape-oiseaux ou encore le Cymothoa Exigua, un dévoreur de langue et la Sacculina Carcini, une terrible voleuse de corps.

Moins glamour:

Parce qu'il faut le reconnaître, les champignons qui s'attaquent à l'Homme c'est pas vraiment sexy-sexy. Mycoses et autres lésions peu ragoûtantes sont dû à des champignons qui vivent sur notre peau et qui se nourrissent de notre kératine. D'ordinaires inoffensifs, ils peuvent créer de graves problèmes de peau, de muqueuses voir d'intestins... mais je n'irais pas plus loin.
Il faut cependant savoir que les humains ne sont pas les seuls à souffrir de ce genre de légions. Actuellement un champignon parasite, le chytride, décime les populations d'amphibiens et pourrait débarquer chez nous. Il serait arrivé avec la commercialisation du xénope lisse comme animal de compagnie.

Les champignons carnivores:

Peut être qu'ilssont peu nombreux ceux qui un jour ont rêvé qu'ils se faisaient poursuivre par un gros champignon affamé aux longues dents. Pourtant les champignons amateurs de chair existent bel et bien mais pas forcément comme on se l'imagine. On compte 80 espèces carnivores dont plusieurs aquatiques (parce que les champignons dans l'eau et sous l'eau ça existe aussi!). Certains comme le Polyphagus Euglanae aspire les organismes (type Euglanae) qui se trouvent à proximité. D'autres forment des sortent de lassos et de lacets

n-dfun1

(qui se rétractent sur l'animal passant par là comme chez l'Arthrobotrys Oligospora), des filaments gluants, des filets (quand ils sont dans ou à proximité de l'eau) ou de toiles avec leur mycélium et piègent ainsi les nématodes, les rotifères, amibes ou d'autres vers (de quelques millimètres tout au plus) pour s'en nourrir.

Pour plus d'infos sur les champignons prédateurs, c'est par là (cliquez sur la photo).

Chez nous les Hommes:
Il n'y a pas dire, les humains sont de bons mangeurs de champignons. Certes, cela varie selon les cultures et les continents mais les chiffres ont de quoi donner le tournis. Ainsi, c'est près de 3 millions de tonnes qui sont produites de par le monde. Incroyable! (voir ICI)

Chez les animaux domestiques:  

Chez nos amis à quatre pattes et qui nous accompagnent, les intoxications et les morts dû à des champignons sont peu courantesmiasassez pour le relevez. Se sont souvent les chiens qui en sont victimes. L'an dernier on comptait 80 cas. Prudence donc.

 


samedi 26 octobre 2013

Ma petite amanite.

Senlis__60___mus_e_d_art_et_d_arch_ologie__S_raphine_Louis__L_arbre_de_vie__1928_

Vous vous souvenez surement de cet article: "L'amanite tue-mouche, berceau de nos religions européennes" (ICI), où inspirée par les travaux de Robert-Gordon Wasson, j'avais tenté de présentée la théorie selon la quelle la plupart de nos religions eurasiennes sont nées de l'amanite tue-mouche et de ses effets hallucinogènes.

Il y a quelques jours je suis tombée sur cette image, une oeuvre de Séraphine Louis datant de 1928 et intitulée "L'arbre de vie". Que voit-on sur ce fameux arbre de vie qui, dans le folklore de nombreuses religions et cultures soutient le monde? Des amanites tue-mouche, signe une fois de plus que notre culture n'a pas oublié ce vieux champignon mais l'a incorporée dans son inconscient.

??????????????????????

 Voici un autre exemple à travers cette carte de tarot. Tirée de ce site web (ici), elle représente le renne. Au pied des animaux, des amanite tue-mouche. L'association n'est pas anodine, elle nous rappel que cette animal friand du champignon a fait découvrir les puissants effets de celui-ci, à travers son ingestion mais aussi la consommation d'urine de l'individu qui subit ses effets.

vendredi 18 octobre 2013

Sortie dans les bois 38.

SAM_4898

 Il ne fait pas bien chaud au col ce matin, tout au plus 12°C et déjà l'air se fait frais. Mais un grand soleil et un beau ciel bleu accompagne les promeneurs que nous sommes. Ces températures ne sont pas très bonnes pour les cèpes mais on ne sait jamais.

SAM_4940 SAM_4917

SAM_4927 SAM_4915

 La forêt est couverte de chanterelles en tube, il y en a tellement que nous ne ramassons que les plus grosses. C'est un excellent champignon apprécié par certains animaux comme les cerfs ou les chevreuils qui les broutent, ne laissant que des touffes de pieds au sol. Elle est très ressemblante à la chanterelle jaunissante qui ets toute aussi délicieuse.

SAM_5070

 Attention à ne pas confondre les chanterelles en tube avec les léoties lubriques que l'on peut voir ci-dessus qui contiennent la même toxique que le gyromite mais en plus faible quantité. Courant en automne, ce champignon s'étend lui aussi dans nos forêts en grands tapis jaunes sur le sol. Son chapeau jaune et son aspect gélatineux permet d'éviter les confusions.

SAM_5182 SAM_4953

SAM_4951 SAM_4925

 Le lycoperdon brun d'ombre appartient à la famille des vesse. Non commestible, sa chait blanche devient noir de la couleur des spore qu'il libert. De forme reconnaissable, sur ça fin de vie (dernière photo) il peut prendre des aspects surprenants. On le rencontre du début de l'été jusqu'à la fin de l'automne. C'est à cette période qu'il est le plus prolixe.

SAM_5169

 Le scléroderme vulgaire est toxique. Il ne faut pas le confondre avec la veste-de-loup qui jeune est un comestible plutôt moyen. Celui-ci a souffert des derniers aléas du temps et ressemble à une pâtisserie.

SAM_5033 SAM_5030

SAM_5031 SAM_5128

Autre champignon qui apprécie les pousses en grandes colonies, l'hypholome en touffe. Toxique selon les dernières analyses (il y aurait même eu des cas de morts au Japon), il se reconnait à ses couleurs chatoyantes et de par son abondance sur les bois mort, en particulier les vieilles souches. Commun il pousse du printemps à l'automne. On peut le confondre aussi avec l'hypholome doux ou l'hypholomecouleur de brique, tous aussi toxiques.

SAM_4991

 En voilà un bon gros champignon. L'amanite solitaire est plutôt rare et comme son nom l'indique aime la compagnie. Son chapeau est crème à gris et est collant au touché. Sa ressemblance avec des espèces toxiques d'amanites rend complexe sa récolte et sa consommation.

1SAM_49292SAM_4956

3SAM_49234SAM_5181

 D'autres délices se trouvent dans les bois isèrois.

1 et 2: Je pensais avoir à faire à un cèpe "tête de nègre" mais voilà que la chair ressort jaune et que le pied apparaît comme des plus vifs. C'est la première fois que je rencontre ce type de bolets, deux plus exactement lors de cette sortie et au quels je ne peux pas donner de nom. Merci à Heré pour avoir reconnu l'inconnu: le bolet à tubes courts. Il est non comestible.

3 et 4: Le lactaire délicieux se consomme jeune, frit dans de l'huile ou cuisiné au vinaigre comme des cornichons. Souvent confondu avec le sanguin, il verdit facilement par oxydation au contacte de l'air et donne un lait orangé piquant cru.

SAM_5019

 Encore une fois j'ai la chance de croiser la chenille de la pudibonde (calliteara pudibunda) aux élégantes couleurs. La pudibonde est un papillon de nuit timide d'où son nom qui est gris et blanc et possède du "poil au pattes", un vrai phénomène en somme. 

SAM_5048 SAM_5049

SAM_5051 SAM_5053

 Il y a encore des girolles et de belle taille quoique que peu nombreuses. L'humidité fréquente et les températures ont permi leur bon développement. On la trouve sur les sols bien drainés, les bois de hêtres, de châtaigniers, dans la végétation comportant des myrtilles, de la mousse et même des bosquest de noisetiers.Elles apprécient aussi les éclaircies et les clairières forestières.

SAM_4978

 Le laccaire améthyste est un bon comestible qui si on maîtrise son genre, est facile à reconnaître. Toute fois attention à ne pas le confondre avec le mycène pur qui est toxique. Petit, il pousse en abondance comme la chanterelle en tube ce qui rend sa cueillette aisée. Clair voir blanc par temps sec, il pourra apparaître violet foncé après une forte pluie. 

SAM_4972 SAM_4973

SAM_5088 SAM_5093

 Bien sûre par en cette période sort en grand nombre la reine du monde fongique, l'amanite tue mouche. Toxique, ce champignon hallucinogène entretient l'imaginaire humain autours des anciens mythes qui continuent de marquer nos sociétés et notre folklore. Nains, sorcières, lutins et gnomes, c'est tout une ménagerie fantastique et parfois même biblique qui y est rattaché. 

SAM_5084

Bref, l'amanite tue mouche figure parmi mes champignons préférés pour leur haute symbolique et pour ce qu'elles ont pu apporter à l'ethnomycologie, cousine de l'ethnobotanique. Pour mieux la découvrir, voici un petite article de mon cru ici

SAM_4905 SAM_4962

SAM_5131 SAM_4998

 Contrairement à ce que l'on pense dans de nombreux patelins, la calocère visqueuse n'est pas comestible, elle provoque des troubles intestinaux et des vomissements. Cette confusion vient du fait qu'elle ressemble à certaines calvaires comestibles. 

SAM_4995

Le pied de mouton est un excellent comestible qui fait parti des rares champignons à aiguillons, les hydnes. Leur chapeau orange et leur pied blanc sont significatifs. Attentions, la présence d'aiguillons ne signifit pas automatiquement que le champignon est bon, loin de là. L'hydne noir par exemple n'est pas comestible.

SAM_4943 SAM_4967

SAM_4982 SAM_4969

 Soleil + pluie = champignons. De par ce fait il y a de nombreux inconnus qui sont apparus dans les forêts. Ils font le bonheur des nombreux insectes comme celui de ce bousier d'Europe par exemple qui bien que coprophage aime énormément les champignons (ce qui est aussi commun chez un certain nombre de scarabées nécrophages).

SAM_5027

En voilà un autre de bel inconnu. Il pourrait s'agir d'un hébélome ou d'un collybie par exemple mais sans grande conviction. Néanmoins une chose est sûre, quand on ne connaît pas ou que l'on ne reconnaît pas un champignon, on ne prend pas le risque d'y toucher ou d'y consommer.

1SAM_49592SAM_4983

3SAM_49524SAM_5162

Voilà une série de champignons bien originaux.

1: Voilà de bien belles petites pézizes que je ne parvient pas à identifier. Ce genre est si varié que je m'y perd en un rien de temps.

2Les pézizes d'une couleur sont des comestibles sans valeurs. Elles sont petites et sans goût. 

3: La aussi un inconnu qui pourrait se faire passer pour des "doigts du Diable" si leur couleur n'était pas si claire.

4:  Ces tramètes, de loin, m'ont fait espérer tomber nez à nez avec une belle colonie de chanterelles en tube. Il n'en est rien mais ce n'est rien, la forêt en regorge.

SAM_5034

 L'helvelel lacuneuse est un champignon toxique que l'on rencontre du début de l'automne au début de l'hiver. Présenté comme comestible, il faut en manger très peu et bien cuit au risque d'avoir des problèmes d'indigestion. A rejeter donc.

SAM_4938 SAM_5083

SAM_4979 SAM_4994

 Il n'est pas rare de rencontrer de grandes colonies de champignons, parfois en ronds de sorcières, parfois en colonies. Cela vient du fait que le mycélium dans le sol produit parfois de manière spontanée si les conditions sont réunies, de nombreux organes reproducteurs: les champignons. Ainsi un mycélium peut aussibienproduire un que des centaines de champi's à la fois.

SAM_5165

 Le lyophylle conné se rencontre dans les forêts de conifères ou mixtes en altitude où il pousse en groupes et en touffes bien souvent. Peu rependu dans les terrains calcaires, c'est un champignon non comestible car il possède des composés mutagènes.

SAM_5106 SAM_5071

SAM_5001 SAM_5116

 Bien qu'il fasse froid, c'est un vrai plaisir de se promener en forêt. Les oiseaux chantent (en raison de la faible pression atmosphérique dû au temps), les dernières fleurs sont sorties et annonce le début des gelées mais les couleurs douces et chaudes de l'automne réchauffent le coeur.

SAM_5154 SAM_5147

SAM_5136 SAM_5101

1 et 2: Le cortinaire blanc-violet aime les feuillus et les sols acides. Piètre comestible, il ne possède que très peu de goût et peut être confondu avec des nombreuses espèces du même genre toxiques. Mieux vaut ne pas le ramasser.

3: Voilà un bel inconnu à la tête haute, au pied élancé et quelque peu courbé.

4: L'amanite citirne se rencontre pendant l'été et l'automne. Elle exalte une drôle d'odeur de pomme de terre cru ou de radis frais mais il ne faut pas oublier qu'elle fait parti des champingons que l'on ne consomme qu'une fois. En effet, elle est mortelle.

 

Et au coin des cèpes?

SAM_5193

 Il y a quelques temps de cela, nous avons fait une récolte de cèpes formidable sur une ère de pique-nique: une trentaine en l'espace d'un quart d'heure. Depuis nous y sommes retourné mais la réussite n'était pas là. Pour se souvenir de la récolte c'est ici.

1SAM_51872SAM_5190

3SAM_51854SAM_5191

Cette fois pas grands choses à se mettre sous la dent, il y a toujours autant de bruyères mais pas la queue d'un cèpe, tout justes quelques bolets rudes (3) pour nous jouer de mauvais tours, quelques amanites panthères (4) qui pointent le bout de leur nez ou des amanites tue-mouche (1 et 2), signe que le coin est une terre à cèpe ce qu iest une bonne chose.

SAM_5184

Sincèrement, qui ne se serait pas fait prendre devant ces beaux chapeaux avant de voir qu'il s'agit de bolets rudes aux pieds frêles parsemés de gris et de blanc?

SAM_5207 SAM_5210

SAM_5206 SAM_5215

Mais arrêtons de râler, la balade a été superbe, la récolte prolixe, quoi de mieux? D'ici peu retour dans les bois pour de nouvelles découvertes gustatives mais aussi visuelles. En tout cas ça fait du bien de pouvoir traîner les pieds en forêt.

 

mardi 1 octobre 2013

L'amanite tue-mouche, berceau de nos religions européennes.

 SAM_3961

Avant-propos: par cet article je ne motive absolument pas la consommation de champignons hallucinogènes, l'utilisation de cette amanite comme drogue ou comme moyen de communication avec lesesprits, non, j'ai pour désir de montrer quelques aspects cachés et parfois tabous de la culture européenne et de son lien avec l'amanite tue mouche. En aucun cas il faut s'amuser à la consommer car les problèmes de santé qu'elle peut engendrer sont bien réels.

webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif

(Oui je dois avouer que je viens de découvrir comment insérer les gifs au risque d'en abuser.)

Pour tout avouer, je suis une passionnée d'ethnobotanique et de mycologie (ce qui donne l'ethnomycologie, une science toute récente), alors quand j'ai commencé à lire "Le champignon divin de l'immortalité suivi de Qu'était le Somma des aryens?" de Robert-Gordon Wasson, j'ai eu une révélation. Notre belle amanite tue mouche, décriée et même considérée dans certains ouvrages mycologiques comme mortelle est en réalité l'un des piliers de nos cultures indo-européennes et pré-chrétiennes. Un champignon comme base de l'Europe? Oui oui mais pas n'importe le quel, l'amanite tue mouche, le lait des Dieux mais avant tout, petite présentation:

L'amanite tue mouche est un basidiomycète de la familles des amanitacea. On la trouve dans tout l'hémisphére Nord et depuis peu dans le Sud avec l'importation de plants de sapins américains. Elle est facilement identifiable: le chapeau est rouge, parsemé du blanc de la volve protectrice qui protége le champignon à sa sortie de terre et qui forme l'anneau. Elle reste visible à la base de celui-ci. Le pied est blanc, les lamelles et la chair également. Arrivée à maturité elle mesure généralement entre 8 et 20 centimètres de haut voir parfois beaucoup plus (jusqu'à 40 centimètres). On la trouve aussi bien sous les résineux (pins de préférence) que les feuillus (hêtres, châtaigniers) mais surtout, sous les bouleaux, arbre magique par excellence mais nous y reviendrons. Enfin, en fonction des régions du monde, on peut trouver de nombreuses sous-espèces d'amanites tue-mouche aux couleurs diverses: jaunes, oranges et mêmes blanches.

SAM_4034

 

L'amanite tue mouche, berceau de nos religions européennes.

Au commence il y a un champignon, l'amanite tue mouche. Puis il y a des hommes avec leur curiosité et leur appétit. Quand les molécules de la première rencontre l'imagination des seconds, ça donne des chocapics les prémices des premières religions européennes et mêmes, indo-européennes.

 Un nom bien trouvé

Son nom vient du latin fungus muscarum qui veut littéralement dire champignons des mouches" en raison des propriétés insecticides qu'on lui prêtes, en particulier en France mais aussi en Allemagne, en Suède et dans les autres pays de culture slave. Ne dit-on pas aux enfants pour les éloigner du dangereux champignon qui mêlé à du lait tue les mouches et autres insectes? (en réalité il les endort). Mais l'emploi du terme mouche pourrait aussi être lié à l'expréssion médiévale qui désignait l'état de démence par la présence de mouches dans la tête du malade.

 Une histoire de molécules

On a longtemps cru que la muscarine de cette amanite (découverte en 1869) était l'origine des effets psychédéliques du champignons de par son effet excitant en agissant sur les synapses mais cette molécule est bien trop peu présente dans l'amanite tue mouche pour expliquer ses propriétés. Il faut chercher du côté de la muscimole et de l'acide iboténique (majoritairement concentrés dans le chapeau, en particulier la cuticule rouge) pour trouver les causes des hallucinations mais aussi des vomissements, des somnolences, d'une certaine euphorie, des délires, des confusions, des états de prostration, des troubles de l'équilibre, de l'hypervantilation, une sudation accrue et/ou des troubles gastriques. 

 Un emploi lié à l'observation de la Nature

La découverte des propriétés de l'amanite tue mouche pourrait venir des peuples du Nord, en particulier des éleveurs de rennes. Je m'explique. Pour éliminer la muscimole et l'acide iboténique , l'organisme digère rapidement ces composés vers les urines (20 à 90 minutes après ingestion). Or chez les rennes, il est courant de voir ces animaux consommer de l'amanite tue mouche (pour atteindre un état proche de l'ivresse si l'on peut comparer la "défonce" animale et à celle de l'Homme) ou boire l'urine de leurs congénères qui en ont ingurgité pour resentir les effets psychédéliques. De là, l'Homme a force d'observation a intégré cette pratique à son mode de vie, ce qui explique l'emploi de l'urine dans des rites anciens mais aussi actuels, le précieux liquide étant un moyen de se transmettre les effets hallucinogènes des molécules.

Voici un extrait de l'ouvrage de Robert Gordon Wasson où il cite un passage du Rig-Véda qui met en lumière ce fait:

"Comme le Cerf, viens boire ici!

Boire le Soma, autant que tu le désires.

Pissant généreusement jour après jour, ô puissant,

Tu atteins le zénith de ta force."

 

Dans un autre extrait il cite le Zed Avesta:

 

"Quand finirez-vous avec l'urine dont se servent les prêtres pour enivrer le peuple et le tromper?"

 Le Soma, lait des Dieux

Chez les aryens, un peuple indien (indiens d'Asie et non amérindiens), les écrits religieux ancestraux font part du Soma, le lait des Dieux qui permet d'atteindre la connaissance et la sagesse de ceux-ci. Il s'agirait d'une potion à base d'une "plante" miraculeuse. On trouve ce Soma dans de nombreuses religions asiatiques aujourd'hui encore mais la recette de celui-ci a depuis longtemps disparu. Linguistes et botanistes face à la description de la mystérieuse plante sacrée restèrent sans réponses et allèrent jusqu'à affirmer qu'il ne s'agissait que d'une allégorie, d'une chimère ou encore d'une croyance. Mais c'était sans compter sur Robert-Gordon Wasson et son épouse qui non seulement rendirent public l'existence du Soma mais résolevèrent l'égnime. La plante est décrite comme un dôme aussi rouge que le cuir d'un taureau sur le quel les gouttes du lait d'une vache se seraient posées (on retrouve la sacralité indienne des bovins ici). Il n'en fallait pas plus au couple pour faire le lien: le Soma est une potion hallucinogène à base d'amanites tue-mouche. Ainsi son utilisation remonterait à 4000 ans avant notre ère mais les premiers écrits du Rig Veda (le livre sacré) parlant du champignon datent de 10.000 av J-C, renforçant la théorie du Soma comme fruit d'un champignon et comme symbole de la connaissance et de la laitance divine (aussi bien le lait maternel que la semence des Dieux car Soma se traduit par "semence du Père").

L'amanite chez les vikings

Chez les peuples vikings, les amanites étaient ingérés crues et en grand nombre par les guerriers partant au combat. L'état d'euphorie dans le quel ils entraient leur faisait perdre toute peur face au danger et qu'ils devenaient les légendaires "Beserks" (d'où la dangerosité liée à son emploi). Néanmoins cette théorie fait débat, en particulier en Scandivanie où les "pour" et les "contres" s'affrontent sur cette théorie depuis 200 ans. 

La pratique chamanique sibérienne

Parmi les symboles forts du chamanisme, le bouleau fait figure d'arbre totem. On pourrait penser que c'est pour les soins qu'apporte sa sève, les multiples usages quotidiens et médicaux que donnent son écorce, les arcs que fournissent les jeunes branches et j'en passe. Mais c'est aussi pour son lien étroit qu'il entretien avec l'amanite. En effet, il est l'un des meilleurs arbres hôte de celle-ci et il n'est pas rare de voir de véritables ronds de sorcière se former autour de lui. En somme, il doit en partie sa sacralité à l'amanite. Suite au travaux des époux Wasson (des précurseurs qui ouvrirons la voie à de nombreux chercheurs), on connaît quelques facettes des liens étroits qui unissent les hommes et leurs pratique à ce champignons. Les peuples d'origine ouralienne et sibérienne connaissent tous les propriétés de l'amanite (mais il semblerait que les peuplades turques aient elles aussi été initiées). Elle étaient employée (dans la pratique religieuse) par les chamanes qui aidés des chants, des tapements de mains du public et de la musique entraient en transe puis dans le monde des esprits pour communiquer ou lutter contre ceux-ci et découvrir le mal qui touchait une personne ou la communauté. Son utilisation se faisait aussi à des fins récréatives. Dans la région du fleuve Pegtymel, des gravures anthropomorphiques d'hommes à tête d'amanites ont été découvertes. Elles auraient 4000 ans, indiquant l'emploi ancien et ancestral du champignon.

Et en Europe occidentale?

Les traces sont maigres, cependant dans les relevés des inquisiteurs et les grimoires de "sorcières" parvenus jusqu'à nous, l'amanite tue-mouche serait mentionnée à plusieurs reprises comme un moyen de communiquer avec les esprits pour les uns, de forniquer avec le Démon pour les autres. Néanmoins, dans les Alpes Maritimes et plus précisément dans ce que l'on nomme "la Vallée merveilleuse" sur le Mont Bego, se trouve de nombreuses gravures rupestres. L'une d'elle, située sur une grande pierre que l'on nomme "Autel" sans connaître pour autant son emploi, représente un homme consommant des champignon au large chapeau. Il pourrait s'agir d'un ancien culte alpin mais peut être plus largement propre à l'enssemble du territoire orienté sur le champignon et donc l'amanite tue-mouche (seul champignon pouvant correspondre à la gravure tout en ayant des propriétés psycotropes) qui aurait perduré jusuq'à l'arrivé romaine. On peut retrouve des représentations semblables en Italien, en particulier sur le site de Valcamonica même si elles restent rares. En Espagne dans la région Catalane, l'emploi de l'amanite tue-mouche est encore de rigueur de manière traditionnelle (mais cela reste confidentiel). Selon les rares écrits, cette pratique remontrait à l'âge de bronze.

russiantrinityicon1811

(Icône Russe représentant la Trinité et datant de 1811, source: http://lucid-state.org/forum/archive/index.php/t-15755.html)

Son rejet par la culture chrétienne 

(Je tiens à prévenir qu'ici en au aucun cas je fais un procès de la Chrétienneté)

La christianisation de l'Europe a été progressive et est marquée symboliquement en Gaule par l'arrivée de Jules César. De là les champignons vont être ingérés dans la nouvelle religion pendant un temps (fait qui perdure dans certaines formes d'orhtodoxies, notamment en Russie) puis rejetés pour pouvoir tourner les populations vers la religion chrétienne tout en excluant les anciennes pratiques et les praticiens des anciens rites et traditions. Ainsi les champignons vont être associés à l'image du phallus (de par leur forme) et donc de la luxure mais aussi de la mort (de par leur toxicité) et surtout, ils vont être associé au roi des Démons. Certains noms sont évocateurs de ce phénomène: le bolet Satan, la trompette de la mort ou le phallus du chien n'en sont que quelques exemples. On trouve encore les traces de ce tabous dans une grande partie des pays chrétiens, en particulier Occidentaux. L'Angleterre et les pays de tradition anglicane font partis des meilleurs exemples. Là bas les pratiques mycologies sont restreintes voir inexistantes et parler de champignons est encore parfois mal vu. 

chapelledeplaincourault.jpg

(source: http://imageshack.us/f/834/chapelledeplaincourault.jpg/)

Ainsi l'amanite tue-mouche devient le fruit défendu. En effet elle ouvre des horizons de connaissance et de claire-voyance interdits aux simples mortels qui doivent avoir foi dans le destin que Dieu a tracé pour eux, au risque de le décevoir et de s'exposer à sa colère divine. Ainsi, peut être qu'à l'origine la pomme (ou la poire selon les écrits) que se partagent Adam et Eve pourrait être une amanite tue-mouche comme on peut le voir ici avec la représentation sur un des mûrs de la chapelle Plaincourault (Indre) du péché originel. 

Voici un autre exemple de la représentation du champignon comme fruit défendu dans la liturgie chrétienne:

imagesdupsautierdeparis.jpg

(source: http://imageshack.us/f/823/imagesdupsautierdeparis.jpg/)

De là est née la thèse selon la quelle le christianisme romain serait née d'un ancien culte des plaisirs (sexuels et psychédéliques) liés au champignon rouge à point blanc (à travers Dinoysos qui peu à peu a été rattaché au vin), thèse développée par John Marco Allegro dans son ouvrage le "Champignon sacré et la Croix : une Étude de la Nature et des Origines de la Théologie romaine à partir du Culte de la Fertilité dans le Proche-Orient antique". Dans son ouvrage "Les Champignons Magiques dans la Religion et l'Alchimie", Clark Heinrich développe l'idée que l'amanite est à l'origne de nombreuses religions comme l'Hindouïsme, le Judaïsme et le Christianisme.

(source http://lucid-state.org/forum/archive/index.php/t-15755.html)

Quelques exemples actuels

Dans de nombreuses régions du monde, l'amanite tue-mouche est consommé pendant les mariages. En Russie dans les zones rurales pour ces grandes occasions on la mélange à de la vodka. Les lituaniens vendaient (aujourd'hui encore mais à moindre mesure) les amanites aux Lapons qui l'emploient dans leurs pratiques chamaniques. En générale dans l'Est de l'Europe, on la consomme à titre récréatif avec plus ou moins de tolérance. Mais en dehors de son aspect ludique ou magique, elle peut être consommée comme c'est le cas dans certaines parties de l'Europe (Suède) après un long processus où le champignon coupé en lamelles puis bouilli longuement dans plusieurs eaux perd sa toxicité. Enfin l'amanite tue-mouche, son utilisation et sa mythologie sont encore vivace en Amérique du Nord et au Mexique chez les amérindiens. Aujourd'hui, l'artiste Carsten Höller qui partage son temps entre Grenoble, Paris et Berlin met en lumière cet héritage passé à travers des compositions et des expériences psychédéliques que l'on peut retrouver dans cet article des Inrocks (ICI).

Que dit la loi?

Le regain d'inerêt pour ce champignon à pousser les divers gouvernements à se pencher sur celui-ci. Ainsi en France il est classé comme stupéfiant (en consommer ou en vendre est illégal), en Belgique le gouvernement est en voie de l'interdir, aux Pays-Bas il est interdit de le vendre et de le consommer mais en Angleterre on peut se le procurer en magasin.

En conclusion 

Libre à chacun de se faire son opinion sur la question de l'influence de l'amanite tue-mouche dans notre culture et dans le passé de notre civilisation. Néanmoins il continu d'animer notre folklore et nos croyances. A l'approche d'Halloween, ne le voit-on pas surgir ici et là, dans les publicités de déguisements de sorcières et de vampires? N'est-il pas courant dans les décorations de jardin et des bûches de Noël, dans nos jeux vidéos (Mario Gif videos mario bros, ses amis jeux videos mario bros mario 11 gif, ses fameux champignons Gif videos mario bros et ses plantes magiques ) et non compte ("Alice aux pays des merveilles" est le meilleurs exemple), dans les représentations de l'Automne, du monde des fées et des lutins (ne sont-ils pas les maisons des farfadets?), de la Toussaint et des morts? On peut voir ici que la célèbre amanite, archétype du champignon toxique dans les filmes, les  livres illustrés (Tintin) et les dessins animés n'a pas vu ses liens avec le monde de l'invisible disparaître complètement.

(Merci à Humusanctus pour les images et les informations).

SAM_7374

(Je sais, je suis chiante avec mes gifs mais c'est tout un nouvel univer qui s'ouvre à moi!)

 

vendredi 20 septembre 2013

Sortie dans les prés 9.

SAM_3056

Demain c'est l'automne! Pourtant la nature c'est déjà mise aux couleurs de cette belle saison. La pluie et la brune viennent mettre en valeur les teintes de jaune, de rouge et d'orangé des arbres et des hautes herbes.

SAM_3124 SAM_3127

SAM_3129 SAM_3123

Il fait frais dans le verger mais les pommes sont bien rouges, malgrès les nombreux plants de buis qui poussent sur les branches des vieux pommiers et qui en sucent la sève. Coupés puis pendus la tête en bas, ils sont venus décorer la maison. Ces pommes bien que belles ne viendront pas dans l'assiette mais dans le verre sous forme de jus ou de cidre.

SAM_2993

Voici un grillon mâle juvénile, c'est à dire qui n'a pas encore assez mué pour atteindre sa maturité sexuelle d'où son absence d'ailes. Il est assez rare d'en croiser à se stade à cette période de l'année. C'est un herbivore qui à l'occasion peut dévorer un ver de terre ou le cadavre d'un rival car cet insecte est très territorial (de ce fait en Asie les combats de grillons sont très prisés). Il vit dans un terrier qu'il creuse avec ses pattes avants adaptées à cet usage.

1SAM_32122SAM_3213

3SAM_31964SAM_3197

Présentations de quelques lépiotes. Attention, ne jamais ramasser les lépiotes que l'on connaît pas et qui mesure moins de 10-12 cm car elles peuvent être mortelles à raison de leur ressemblances entre proches parentes mais aussi avec certaines amanites.

1 et 2: La lépiote excoriée est une lépiote comestible qui juvénile aura un chapeau crème puis peu à peu deviendra blanche tout en conservant un mamelon brun. C'est un champignon comestible (mais facile à confondre) à la chair blanche. Elle pousse dans les prairies et les clairières.

3 et 4: La lépiote mamelonnée est elle aussi un bon comestible, proche d'aspect de la lépiote élevée (mais facile à confondre elle aussi). On la trouve dans les bois mais parfois dans les prés, en particulier ceux des lisières de bois ou de bosquets.

SAM_3149

Le scarabée funeste est un joli scarabée que j'ai souvent l'occasion de croiser. La dernière fois j'avais été peu attentive et j'avais reçu son jet défensif d'acide en pleine figure (on ne rit pas!). La leçon a été retenue et désormais c'est tête face contre tête que je l'observe. Néanmoins cela ne l'a pas empêcher de vaporiser son acide sur la végétation alentour, libérant ainsi une odeur très désagréable.

1SAM_32022SAM_3141

3SAM_31454SAM_3216

Il fait gris mais il est possible d'observer de nombreuses créatures.

1: Voici Bombus agrorum Fabricius, un des bourdons les plus communs. Il vit en petit groupe et aime butiner les fleurs comme ce crise champêtre.

2: Dans le coeur d'une fleur de carotte sauvage fanée et humide, un long scarabée noir a trouvé refuge.

3: Un escargot des haies fait des acrobaties sur une longue tige sèche.

4: Dans une souche pourrie au milieu du champ,une grosse larve de cétoine tente de se dissimuler. Il lui faudra 3 ans pour devenir adulte et ne connaître que pendant une courte période, un mois, la joie du vol et des grands espaces. Mais en attendant elle se nourrit de bois pourrie et de terreau. Pas très ragoûtant tout ça.

SAM_3037

Les deux cerisiers du grand champ n'ont plus de cerises depuis longtemps mais l'un deux cache un petit trèsor à la couleur de l'or caché dans un écrin de bois.

SAM_3039 SAM_3050

SAM_3045 SAM_3046

Avec sa belle couleur il est difficile de ne pas le remarquer. Le polypore soufré est appelée poulet de bois. Il est très prisé en Amérique du Nord et au Canada mais est méconnu chez nous. Délicieux champignon, il faut prendre garde à ne cuisiner que les partie jeunes et tendres. On peut retrouver une des façons de l'accomoder ici. D'ailleur, une grande Loche a commencé à le croquer.

SAM_3120

Bref ces jours-ci il ne fait pas très beau mais la pluie a reverdi les champs et il semblerait qu'au vues du temps qui est annoncé, que l'on se dirige doucement vers un été indien.

1SAM_30002SAM_3139

3SAM_30534SAM_3054

1 et 2: J'ai enfin pu identifier cette fleur avec le site FloreAlpes. Il s'agit du galéopsis tetrahit nommé ortie royale bien qu'elle n'est rien à voir avec celui-ci. C'est une invasive qui aime les bords de bois mais aussi les prairies humides.

3 et 4: Les arbres aux troncs creux sont prisés par les fourmis qui voient dans ceux-ci un abrit parfait pour leur colonnie. Quand on place la main au dessus du trou, on peut sentir de la chaleur monter à travers l'arbe. Celle-ci provient de l'activité de la fourmillière qui se trouve à la base de l'arbre.

SAM_3081

Qui dit champs dit vaches. Celles-ci s'accomodent comme elles peuvent de l'humidité ambiante et de l'arrivée du brouillard sur leur pâturage.

1SAM_31782SAM_3169

3SAM_31904SAM_3218

Il a là de quoi remplir un petit peu le panier.

1: J'ai cru qu'il s'agissait d'un petit rosé des prés. Il n'en est rien. Voilà une vesse de loup qui peu dans les meilleurs conditions prendre la taille d'un ballon de foot. Coupée en tranche quand elle est fraîche puis pannée, c'est un comestible passable.

2: Voilà le premier rosé de l'année trouvé. Il est identifiable à la blancheur de sa chair, de son chapeau, de son pied et à la teinte rosée de ses lamelles.

3: Quand il vieillit le chapeau noircit et les lamelles deviennent noires et tâchantes. Dans ce cas il est impropre à la consommation.

4: Cebon comestible peut s'accomoder de bien des manière. L'an dernier j'ai eu l'occasion de l'expérimenter ici et .

SAM_3167

Attention danger! Il y a de nombreuses amanites blanches dans les champs. Facile à confondre avec les différents champignons bons comestibles, il faut être très précautionneux.

SAM_3059 SAM_3133

SAM_3075 SAM_3114

Les feuilles rougisses et les fruits de l'églantier seront bientôt à maturité. Riches en vitamines et en principes actifs, leur récolte débutera après les premières gélées. Pour mieux le connaître c'est par .

SAM_3144

Bref, demain c'est l'automne est déjà la nature a prit son manteau de couleurs.

 

dimanche 21 octobre 2012

Sortie en forêt 14.

SAM_7204

L'automne est doux, voir même sec en ce moment; la forêt se pare de feuilles jaunes et rouges. Qu'il fait fbon d'être dans le bois.

SAM_7250 SAM_7253

Étrange champignon que le tricholome rutilant, on le croirait sorti d'un conte de fée avec ses teintes violettes et jaunes.Il est suspecté de rendre très malade. De toute façon son amertume le rend inconsommable.

SAM_7236 SAM_7322

Le bolet bai est un excellent champignon dont la chair coupée devient grisonnate. Il a une saveur de noisette. Par temps humide le chapeau devient visqueux.

SAM_7366

Quand il est à maturité, il dépérit pour devenir complètement blanc de moisissure. Un champignon mangé par un autre champignon c'estplutôt caucasse.

SAM_7267 SAM_7268

Cependant il est facile de le confondre avec des espèces non comestibles comme le bolet subtomenteux.

SAM_7265 SAM_7301

Les cabanes des bois, construites par les enfants durant les vacances scolaires sont laissées au bon vouloir des éléments.

SAM_7367

Le sous bois est sec mais certaines si plaisent.

SAM_7315 SAM_7368

Les amanites tue-mouches sont là en grand nombre.

SAM_7372 SAM_7233

Certaines n'appricient pas la sécheresse.

SAM_7314

Les vikingsautrefois les consommaient pour se donner du courage. Prudence c'est un champignon toxique qui peut provoquer de graves troubles digestifs.

SAM_7371 SAM_7374

Ce sont aussi des champignons hallucinogènes qui ont pour effets d'accroitre les sentiments. 

SAM_7376 SAM_7379

Consommés quand on est heureux, ils renforcent ce sentiment, de même quand on est malheureux, ce qui peut mener à de terribles dépressions voir au suicide.

SAM_7439

Une amanite safran qui malgré son goût parfumé peut provoquer des troubles digestifs.

SAM_7418 SAM_7419

Reine parmi les reines, l'amanite des Césars. C'est un excellent comestible très prisé pour son goût fin de noisette. L'empreur Claude aurait été empoisonné avec un plat d'oronges, c'est à dire d'amanites des Césars, aux quelles aurait été mêlées quelques terribles amanites phalloïdes, sous ordre de sa femme, Agrippine le Jeune.

SAM_7426 SAM_7317

Il arrive parfois que des amanites tue-mouches naissent sans tâches ou que celles-ci partent avec la pluie comme à droite; cela peut entraîner une confusion avec l'amanite des Césars, à gauche. Pour les différencier, il faut savoir que la l'amanite des Césars à une chair blanche, un pied et des lamelles orange clair, un chapeau lisse orange foncé. L'amanite tue-mouches à un pied, une chair et des lamelles blanches. Le chapeau est rouge vif avec la plupart du temps, de nombreuses tâches blanches. 

SAM_7209

On trouve de nombreuses plumes en ce moment dans les bois. Les oiseaux font peau neuve avant les grands froids. 

SAM_7414 SAM_7415

Les clitocybes nébuleux sont des champignons qui peuvent atteindre 10 cm de haut pour 20 de large. Bien que consommés par certains malgré leur forte odeur (mélange de moisi et de farine), ils peuvent provoquer des allergies et des gastro-entérites. Ils ne sont donc pas concidérés comme comestibles.

SAM_7339 SAM_7340

Drôle de champignon, et pourtant il est commun. Voici une amanite rougissante, un très bon comestible qu'il est facile de confondre avec des espèces moins bonnes voir dangeureuses.

SAM_7341

Le chapeau est très surprenant, on croirait voir la peau d'un pachyderme.

Elle ne ressemble pas à ses congénères que l'oncroise plutôt dans l'année pourtant ce sont les mêmes. En effet ce champignon en fonction du sol, du temps et de la période de l'année peut avoir  des formes assez variées les une des autres.

SAM_7437 SAM_7438

Là aussi je sèche, je n'ai même pas l'idée à quelle famille ces champignons appartiennent.

SAM_7427 SAM_7428

Un autre inconnu.

SAM_7429

On voit que la sécheresse a touché les champignons. Pieds, chapeaux, lamelles, tous sont ridés.

SAM_7222 SAM_7445

Ceux-ci ont des formes bien particulières. A gauche l'helvelle lacuneuse est un mauvais comestible qui peut provoquer des intoxications graves. A droite l'oreille-de-liévre, dont la forme suffit à expliquer le nom, c'est un médiocre comestible qui cuit devient brun.

SAM_7284 SAM_7384

Le lactaire délicieux est un bon champignon jeune et poêlé dans l'huile d'olive. Coupé il laisse couler un lait orange. Sa chair est blanche mais au contact de l'air libre devient bleue en s'oxydant.

SAM_7409

Après une légère prospection la récolte s'annonce des plus prometteuse.

SAM_7357 SAM_7391

Les polypores sont moins visibles, peut être parce qu'ils ont en grande partie pris la couleur de l'écorce.

SAM_7430 SAM_7431

Le polupore du bouleau envahit de nouveaux espaces. Le grand spécimen que j'aimais photographier à chaque sortie a disparu.

SAM_7397

Un petit polypore hispide. A l'état juvénile ce champignon de bois se présente sous forme de boule. C'est espèce à la particularité de "perler", c'est à dire qu'il évacue l'eau de la sève dont il se nourrie de cette manière.

SAM_7302 SAM_7304

Encore des inconnus, jaunes vifs et tout frippé par le temps sec.

SAM_7288 SAM_7289

Et que dire de ceux-ci, tout déguenillés.

SAM_7361

Photo floue.... ça donne ça, quand on se rend compte que l'on photo graphie un russule ocre à côté d'un gros nid de guêpes maçonnes. Courage, fuyons!

SAM_7338 SAM_7435

Une séries de petits russules, peut être une russule verdoyante à droite.

SAM_7270 SAM_7363

les dessous de russules ocres pas au meilleur de leur forme.

SAM_7231

Le russule sans lait porte ce nom car il est fort remblable à un lactaire. L'absence de lait permet de différencier ces deux familles mythologiques. C'est un comestible très médiocre.

SAM_7286 SAM_7417

Deux autres russules haut en couleurs, avec le russule rose à gauche qui sort de son nid de mousse et à droite, un étrange russule au chapeau et pied rouges mais aux lamelles blanches, un peu comme pourrait l'être le russule taureau.

SAM_7424 SAM_7425

La russule noircissant est un piètre comestible qui à la particularité d'être pratiquement imputrescible. Coupée la chair devient rouge sang puis noire.

SAM_7309

Un russule ocre tout sec.

SAM_7226 SAM_7227

Voici un comestible remarquable, la chanterelle en trompette.

SAM_7228 SAM_7451

Il ne faut pas se fier à son aspect étrange et à sa petite taille, c'est un délice. Elle aime pousser sur les vieilles souches moussues, entre les racines apparentes ou dans la mousse du sol.

SAM_7369

Onpeut très facilement la faire sécher. Son odeur est fruitée.

SAM_7355 SAM_7356

De jolis champignons blancs aux bords courbés et aux chapeaux creux. 

SAM_7211 SAM_7216

Drôles de champignons que j'ai déjà croisé ici: 

http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/10/16/25343568.html

Je ne sais toujours pas qui ils sont.

SAM_7292

On pourrait croire à des cortinaires de couleur roucou (cortinaires des montagnes) mais ils sont bien plus gros. Peut être des cortinaires à bracelet également mais le pied ne correspond pas. Un vrai casse-tête.

SAM_7235 SAM_7447

Deux stars de la cuisine. A gauche le pied mouton, un champignn orange aux aiguillons blancs. A droite le pied bleu, un champignon qui depuis peu est cultivé comme les champignons de Paris. Ils sont très recherchés pour leurs saveurs délicates.

SAM_7441 SAM_7449

Autre merveille culinaire, la trompette de la mort. Malgré son nom funèbre c'est un très bon comestible recherché lui aussi qui fait partie de a famille des craterelles. 

SAM_7450

La trompette de la mort pousse en colonies. Certains spécimens peuvent mesurer plusieurs centimètres.

SAM_7331 SAM_7335

Les vesses sont une famille de champignons qui comporte de nombreuses espèces. Elles peuvent prendre des formes particulières comme ces vesses de loup perlées. A gauche, une vesse c'est fendue en deux, comme un hommage à pacman (ici). A droite, une vesse jumelée qui ne peut qu'évoquer qu'une seule chose, un bustier à la Jean-Paul Gaultier.

SAM_7241 SAM_7385

Les lycoperdons brun d'ombre sont très nombreux dans le sous bois, il est délicieux d'appuyer sur les vieux spécimens pour les aider à libérer leurs spores. Ils sont non comestibles.

SAM_7274

Celle-ci est... sans équivoque. XD

SAM_7246 SAM_7278

Un autre inconnu chatoyant, teinté de rose, de rouge, d'orange et de marron.

SAM_7264

Les laccaires amethystes ont pris un coup de chaud, les chapeaux ce sont délavés mais ils restent de très bons comestibles.

SAM_7316 SAM_7329

Bonheur de marcher dans le bois, parmi les feuilles mortes et les rayons de soleil. Il fait chaud, il fait bon.

SAM_7342 SAM_7344

Le lactaire à odeur de chicorée, appelé lactaire à odeur d'érable chez nos cousins canadiens est un champignon qui pousse en grandes colonnies. Il provoque des troubles digestifs. Cependant les bons connaisseurs l'utilisent comme condiment dans les potages dont il reléve le goût.

SAM_7258

Un rameau de gui perché aux sommet d'un des grands arbres de la forêt a perdu quelque peu en avance ses baies blanches et toxiques.

SAM_7351 SAM_7352

Voilà de jolis inconnus.

SAM_7353 SAM_7433

 Ils envahissent tout en formant d'impressionnants ronds de sorcière.

SAM_7345

Plus classique, l'armillaire couleur de miel. Ceux-ci sont plutôt vieux voir passés.

SAM_7346 SAM_7350

Seuls les jeunes spécimens sont comestibles une fois blanchis. Cependant des fortes suspicions d'empoisonements sur ces champignons poussent à les concidérer comme non comestibles. 

SAM_7206 SAM_7223 SAM_7234 SAM_7239

Voici une série de 25 vignettes...

SAM_7255 SAM_7260 SAM_7262 SAM_7281

... de très sympathiques ...

SAM_7290 SAM_7299 SAM_7313 SAM_7324

... de fort appréciables ...

SAM_7328 SAM_7354 SAM_7359 SAM_7362

... et de très jolis ...

SAM_7380 SAM_7387 SAM_7389 SAM_7390

... champignons inconnus.

SAM_7454

Le résultat est là, un joli assortiment de champignons des bois prêts à passer à la casserole. 

lundi 2 juillet 2012

Sortie en forêt. (1)

Aujourd'hui, sortie sous la pluie, pour changer !
Après les truffes de ce matin, une très belle cueillette non attendait.

SAM_0940 SAM_1017

SAM_1045 SAM_0997

De beaux cèpes d'été sont sortis après les chaleurs et la pluie soudaine que
nous avons eu dans le nord Isère. Une belle récolte avec une dizaine de spécimens.

SAM_0945 SAM_0957

SAM_0965 SAM_0954

Les amanites rougissantes étaient aussi au rendez-vous.
Elles pullulent dans le sous bois.

SAM_0980 SAM_0994

À gauche un champignon qui est entrain de faire son apparition en forêt, l'amanite épaisse
qui se confond facilement avec l'amanite rougissante ou plus grave, la panthère (qui est toxique).
À droite le satyre puant, appelé phallus obscène ou oeuf-du-diable. Son odeur putride
permet de l'identifier à plusieurs mètres et écarte toute tentative de consommation.

SAM_1022 SAM_1056

À gauche une famille de coriole versicolore et à droite?
des champignons de bois blancs que je n'ai pas réussi à identifier.

SAM_1034 SAM_1047

À gauche et à droite de beaux polypores du bouleau, quoi qu'un peu vieux et délavés, qui ne
poussent que sur cet arbre et dont autrefois on tirait des succédanés de cuir à rasoir.

SAM_1055

Deux polypores du bouleau qui sont passés mais qui
donnent l'impression que l'arbre porte une paire d'ailes.

SAM_1053 SAM_1008

À gauche deux russules émétiques d'un beau rouge, qui très âcres empêchent toute
consommation. À droite deux lactaires poivrés déjà bien avancés,
qui très âcre eux aussi, ne peuvent être consommés que si il ont été séché.

SAM_1016   SAM_1026   SAM_1027

Ayant profité des fortes chaleurs et de la pluie,
les lactaires poivrés sont en force dans les sous-bois.

SAM_1048 SAM_0999

Les premières chanterelles sont arrivées à maturité!
Elles ont trouvé une petite place parmi les cèpes dans le panier.

SAM_1021

Ce soir là elles ont été fortement appréciées.

SAM_1062

Et surprise, à notre retour une chevrette (femelle du chevreuil)
nous attend dans le parc devant la maison avec ses deux petits.

SAM_1072 SAM_1081

SAM_1080

Il ne reste plus qu'à trier et à préparer.

SAM_1094 SAM_1096

SAM_1087

D'ici peu la récolte sera conditionnée.

SAM_1106 SAM_1112

Une journée au soleil, une heure au four et ils seront parfaitement parfaits.
Pour le moment les cèpes sèchent tranquillement dans le couloir.

SAM_1113

lundi 25 juin 2012

Tour des lieux légendaires de nos forêts (Miribel-les-Echelles, Isère).

SAM_0805 SAM_0807

(Bolets satan, non comestibles mais flamboyants).

Le but de de cette sortie était de partir en promenade et de trouver quelques champignons.
Ils étaient au rendez-vous mais pas ceux attendus. Dommage ce n'était pas encore les bons, patience.

SAM_0829__2_ SAM_0854__2_

(deux des nombreuses croix de marquage du circuit de la randonné, en écho au circuit des croix des chartreux
que l'on peut voir ici: http://croixdechartreuse.fr/croix/thumbnails.php?album=33 )

Mais quel lien avec le titre? Au cours de la promenade nous sommes
tombés sur une partie du circuit nommé "De la Madone au Rocharay".

SAM_0835__2_ SAM_0836__2_

(Dolmen de l'Allière)

Cette promenade de 3h et de 6km, consiste à faire visiter les lieux mythiques de la commune, un peu
dans le village et beaucoup dans la forêt. I
ci le dolmen de l'Allière, à 45 min de celui de la Pierre à Mata.

SAM_0824 SAM_0826__2_

(Une rare ancolie qui borde par dizaine le bord du chemin)

SAM_0820

Avec les champignons et les vieilles pierres, un grand nombre de fleurs peuplent la forêt et ses alentours.

SAM_0837__2_ SAM_0838__2_

(Pierre sacrificielle)

En dessous du dolmen, se trouve une pierre à sacrifice. Plus petite elle reste facile d'accés.

SAM_0882__2_ SAM_0883__2_

(Amanites rougissantes, une des amanites comestibles)

SAM_0852__2_

De nombreuses et belles amanites rougissantes se trouvaient sur notre chemin dans la sapinière.
Elles se confondes facilement avec leur cousine l'amanite panthère qui est très toxique.

SAM_0856__2_ SAM_0878__2_

(Un bel orchis tacheté et des Monotropas hypopitys)

Encore quelques belles fleurs sur notre route, dont des monotropas hypopitys, appellés aussi monotropes, au suces-pin. Merci à Cristau (http://cristaudehaugue.canalblog.com/) d'avoir éclairé ma lanterne sur ces petites fleurs particulièrement abondantes cette année.

SAM_0857__2_ SAM_0858__2_

(La croix)

Autre attraction à voir, cette croix dressée en l'honneur de Saint Joseph en 1806 et qui
se trouve au bord d'un chemin de terre. 
Des fleurs et des offrandes s'y trouvaient.

SAM_0802 SAM_0811

(Une petite amanite vineuse et un jolie polypore)

Quelques champi's.

SAM_0896__2_  SAM_0897__2_SAM_0900__2_  SAM_0901__2_

 (La chapelle et les offrandes de fleurs)

Autre étape la chapelle, cette fois avec un panneau explicatif:

"Après la démolition de l'ancienne église de Miribel-Les-Echelles en 1876, on confia à la "Ména" qui habitait le village deux statues de dimensions bien différentes: l'une de la vierge et l'enfant, l'autre de Ste Anne. Cette dévouée vieille fille les transporta d'abord contre un rocher dans une parcelle boisée qu'elle possédait aux "Grangettes". Elle aménagea ensuite en bordure de ce lieu une petite construction avec sol nivelé, toiture en bois et grillage. Après sa mort, Séverine Vivier une fille qu'elle avait élevée devient l'héritière de ses biens. Séverine, enfant naturelle originaire du Mas, continua d'entretenir du mieux possible ce petit oratoire... Séverine gardait les enfants dont les parents travaillaient ou les enfants seuls. Elle se rendait souvent avec eux sur ce lieu de prière pour déposer des fleurs.

Les Miribelains s'y arrêtaient et dans tout le pays on connaissait cet endroit sous le nom de "chapelle de la Séverine". Elle légua à sa mort le bois aux pères Assomptionnistes de l'Alumnat de Miribel qui restaurèrent l'oratoire: les statues furent repeintes, la toiture et le grillage remplacés. Après l'abandon de l'Alumnat par les religieux, le bois devint la propriété de Monsieur Guy Cayez-Barrioz. L'oratoire continua d'être bien entretenu. Des années plus tard un violent orage détruisit cette construction. Une statue fut emportée par le vent, la deuxième fut récupérée, réparée mais trop abîmée on l'entreposa dans l'église où elle se trouve encore aujourd'hui. Récemment ce petit édifice a été rebâti par une équipe de bénévoles sur son lieu d'origine contre le rocher et une statue de plâtre a remplacé celles d'origines... Il est à souhaiter que cet endroit soit encore longtemps visité car c'est un peu l'hisoire de Miribel."

L'oratoire en 1965, panneau explicatif du circuit.

SAM_0905__2_

(La carte du parcours)

Il y a encore beaucoup de choses à voir:

1: L'église

2: La rue des balcons

3: L'alumnat

4: La croix de la poste

5: La croix de la Combette

6: La carrière de molasse

7: Notre Dame du Château

8: La croix u Villard

9: Le lavoir du Villard

10: La croix du Frou

11: Le dolmen de Pierre-Aigüe

12: La pierre à sacrifice

13: Le dolmen de l'antillière

14: La croix de Tempétaz

15: L'oratoire de la Séverine

16: Le caveau inachevé

La brochure du circuit (praticable en vtt) est disponible
partout dans la commune (commerce, mairie...) pour 1€.

SAM_0871__2_ SAM_0812

(Mon cher père posant à côté d'une immense fourmilière.
A droite un tronc qui a subit la faim des sangliers qui devaient y rechercher des vers)

Il ya bien d'autres choses à voir encore.

SAM_0789  SAM_0798

Et pour finir un vieux russule verdoyant et un petit russule velouté
si je ne m'abuse, comestibles mais sans grand intérêt.