dimanche 8 septembre 2013

Le retour des fleurs.

SAM_2266

Les pluies sont revenues et avec elles, de nombreuses fleurs ont fait leur apparition. Il est vrai qu'août ne s'est pas montré très généreux de ce côté là, espérons que la donne change. Néanmoins il y a déjà de quoi faire quelques belles compositions avec le sureau en fruits, la verge d'or en fleur ou l'angélique officinale qui a déployée ses ombrelles.

SAM_2625 SAM_2629

SAM_2633 SAM_2636

Le potager est beaucoup moins à la fête. En effet, la piéride du chou, ce petit papillon blanc, est venu pondre dans les jeunes choux. Si la plupart des feuilles étaient couvertes d'oeufs, certaines étaient déjà parcourues par les chenilles qui ont commencées à faire de gros dégâts. La méthode c'est donc voulu radicale pour pallier à cette attaque, malheureusement, mais avons nous bien le choix si nous voulons profiter des potées cet hiver? Jeté au composte, tout ce petit monde ferrât le bonheur des oiseaux.

SAM_2639

Et voici en direct (enfin presque) la naissance d'une colonie de ses terribles et voraces chenilles. Cela ne va pas sans rappeler l'an dernier où elles avaient prit des proportions considérables: ici.

1SAM_26092SAM_2607

3SAM_26134SAM_2610

Je n'y croyais plus mais si, voici (peut être) la dernière truffe de l'été (3 et 4). Bien dodue, elle était enfoncée à moitié dans le sol (1) ce qui a rendu sa découverte plus simple que d'ordinaire. Néanmoins elle ne semblait pas être seule, au vu du trou laissé dans le sol (2), on dirait bien qu'un animal gourmand a été plus rapide que moi sur ce coup là.

SAM_1178

La linaire commune qui se trouve au coin du pont du jardin c'est mue en un petit bosquet de cette jolie plante. Elle a pour spécificité de ne pouvoir être butinée que par les gros bourdons car les lourds pétales de ses fleurs jaunes se soulèvent très difficilement. Toxique, on l'emplyait autrefois comme diurétique.

1SAM_11922SAM_1187

3SAM_11894SAM_1190

Malgré l'épisode chenille, le potager se porte relativement bien. Les haricots (1), que l'on peut prononcer désormais "Aricots" ou "Zaricots" selon l'académie française, sont en partis en fleurs et donnent déjà de grosses gousses. La betterave nous montre sa belle fleurs violine (4) assortie aux nervures de ses feuilles et le plan de tomate cerise (3) qui s'est installé dans les salades fleurit aussi tout en commençant à former ses premiers fruits. A propos de salades (2), on peut dire que cette année nous allons en profiter.

SAM_2551

Pauvre lézard des murailles, coursé par les chats, il en perdu son calme et sa queue! Heureusement sa vivacité lui a permit de trouver refuge dans l'une des aspérités de la façade.

1SAM_11982SAM_1196

3SAM_26404SAM_1184

On peut s'émervailler de beaucoup de choses en cette période.

1 et 2: le rosier de l'entrée a donné beaucoup de fleurs, il est des plus agréable d'en profiter à l'intérieur.

3: Le damier de la sucisse a été attiré, comme de nombreux autres papillons, par l'odeur de la menthe. Bientôt elle sera récolté puis pendue par les pieds en bouquet pour sécher.

4: Ce zérène du groseillé prend son temps pour butiner cette fleur de verge d'or du Canada qui commence à faner.

SAM_1708

Surprise, dans le haut du jardin quelques amanites vaginées sont apparues après une petit pluie. Tout aussi vite, elles sont reparties, dévorées par les limaces et autres escargots gourmands.

SAM_2251 SAM_2250

SAM_2248 SAM_2253

Les plants de tomates du potager mais ceux des voisins ont été prolixes, nous voilà donc fournis. Pour l'occasion, nous avons décidé de confectionner des tomates séchées mais l'expérience ne s'est pas révélée concluante dirons nous.

SAM_2009

Les pies c'étaient faites discrètes jusqu'ici, les voilà qui jacassent du petit matin jusqu'au soir pour mon plus grand plaisir. Leurs bavardages leur a fait perdre au passage quelques plumes que l'on retrouve ici et là.

1SAM_25592SAM_2585

3SAM_26184SAM_2619

Bref on profite des derniers rayons du soleil (1 et 2) car bientôt, les jours seront plus petits que la nuit. Signes annonciateurs de l'automne (désolée si cela peut paraître démoralisant, mais c'est ma saison préférée), les premières feuilles commencent à chuter (3) et les grands corbeaux (4) font leur arrivée. Ils devront attendre pour croquer les noix qui ont bien du retard cette année.

SAM_2602

Bref,c'est bientôt l'automne, il fait encore chaud mais déjà les fraîches pluies et les orages se font sentir. C'est temps de ramasser les premières noisettes et pommes.

 


samedi 24 août 2013

Sortie en forêt 32 (bis).

SAM_1395

 Le soleil est radieux et il fait frais  dans les bois, c'est l'occasion de sortir en forêt et d'explorer des coins que l'on a jamais vraiment prit le temps d'inspecter plus que ça.

SAM_1403 SAM_1419

SAM_1406 SAM_1430

Sur place, beaucoup de russules: vertes, comestibles, de Sardoine, émétiques.... mais les plus communes sont les russules feuilles-mortes, des comestibles moyens mais très beaux qui peuvent prendre de sacrées dimensions!

SAM_1412

Première surprise, 3 jolis bolets à pied rouge. Connus et recherchés par les amateurs, nous ne les ramassons pas car il n'est pas de tradition dans la famille de les cuisiner.

1SAM_14272SAM_1428

3SAM_14904SAM_1491

Le bolet à pied rouge n'est pas le seul du genre à s'épanouir dans les bois:

1 et 2: Le bolet blafard à pied rouge est proche de son cousin cité dans l'énnoncé. Tout comme lui il est toxique cru. C'est un bon comestible qui est assez rare, surtout dans nos bois.

3 et 4: Le bolet rude est relativement commun chez nous. Piètre comestible, on le voit du début de l'été au milieux de l'automne. Quand il fait sec on le trouve dans le lierre rampant.

SAM_1484

Le bolet pomme de pin a une drôle de tête. En vieillissant il devient noir et ses écailles bien visibles ce qui lui vaut son nom.

1SAM_15002SAM_1511

3SAM_14754SAM_1517

D'autres bolatacées mais pas que...

1 et 2: Le bolet orangé peut se confondre avec d'autres proches cousins comme le bolet orangé du chêne. Il est bon comestible mais comme beaucoup des bolets, ça chair à la coupe devient noir ce qui n'est pas des plus appétissant.

3: Le fallus puant tient son nom non seulement de sa forme évocatrice mais aussi de la forte odeur qu'il dégage pour attirer les mouches qui dissémineront ses spores. Celui-ci semble avoir tourné de l'oeil.

4: Ma foi, une fois de plus voici quelques beaux inconnus.

 

SAM_1452

Première lépiote élevée de l'année! Celle-ci finira séchée dans le grenier en attendant que ces amis et consoeurs ne la rejoigne. Ces champignons délicieux aux goût de noisette figurent parmi mes préférés.

SAM_1488 SAM_1489

SAM_1515 SAM_1520

Une fois n'est pas coutome, les amanites rougissantes se donnent en spectacle. Bonne comestibles, nous n'en sommes pas assez familier pour les ramasser mais c'est toujours un plaisir de les voir pousser.

SAM_1449

L'amanite vaginée est un champignon très toxique qui parfois était utilisé dans les rituels magiques, en particulier sa marge contre les brûlures.

1SAM_14832SAM_1480

3SAM_15224SAM_1531

Quelques autres belles trouvailles:

1: En cette période les guêpes maçonnes sont en pleine effervescence, il 'est pas rare de trouver un ou deux reliquats de leur nid.

2: Les fourmillièresalpines sont bien plus grandes que celles de pleines car le sol pierreux leur empêche d'enfouir leur colonie comme il est coutume aux deux-tiers dans la terre. Celle-ci prend des proportions gigantesques.

3 et 4: Deux nouvelles cabanes fort esthétiques sont apparues dans les bois.

SAM_1508

Et après tout cela, on prend le temps de savourer le paysage dans une éclaircie de la forêt. Sous vos yeux, Miribel-les-Echelles. Et j'oubliais, pour finir voici notre triste panier, au compteur: un cèpe d'été et une coulemelle.

SAM_1454