jeudi 8 janvier 2015

Sortie en forêt 50.

PA290637

 Les joies de la fin de l'automne. L'air se fait frais, la lumière est incroyable, les promeneurs se font rares et les jours deviennent beaucoup plus court, l'hiver arrive à grand pas. Les animaux prennent des forcesavant d'affronter le froid et la neige qui heureusement se font actuellement rares.

PA270353 PA290477

PA290478 PA270359

 Il ne gèle pas encore mais les rosées sont importantes. Elles jouent un rôle important dans l'équilibre naturelle. Elle apparaît le matin, quand la nuit a été froide et que les rayons du soleil pointent le bout de leur nez; alors une fine pellicule d'eau se condense sur la végétation. La croyance populaire lui prête de nombreuses vertus.

PA290505

 Les lézards prennent encore un peu le soleil avant de se mettre en hibernation, ce qui ne tardera pas (souvent fin octobre). Ils ne réapparaîtrons qu'à la belle saison, c'est à dire en Avril quand le temps se fait meilleur. 

1PA2905012PA290511

4PA2905493PA290518

On rencontre quelques belles fleurs, soit sur le déclin, soit en devenir. Hormis la dernière, qui est toxique, toutes sont connues pour leurs propriétés médicinales. Citons ainsi la primevère acaule (Primula vulgaris) 1, la vipèrine commune (Echium vulgare L.) 2, le géranium des prés (Geranium pratense) 3 ainsi que l'hellébore fétide (Helleborus foetidus) 4.

PA290498

Les châtaignes sont de saison. Appelées marrons quand elles sont proposées dans la rue, elles peuvent être bouillies, grillées ou même glacées. En farine elles servent à préparer l'emblêmatique gâteau de châtaigne.

PA290485 PA290487

PA290490 PA290489

Il y a encore quelques champignons, parmi ceux-ci ont peut citer, au milieu de sympathique mais non comestibles hébélomes (?) le strophaire vert-de-gris (Stropharia aeruginosa). Assez courant il se trouve dans les pâturages, sous les feuillus et/ou sous les conifères.

PA290481

 Les feuilles de ce pommier sont presque toutes tombées et pourtant il semble vert. Son secret ? De nombreux pieds de guis (European mistletoe). Toxique à haute dose, il est connu depuis l'antiquité pour ses vertus purgatives et diurétiques. Il serait un formidable anti-cancéreux.

PA290541 PA290546

PA290542 PA290543

 Autre plante que j'affectionne, le fusain d'Europe (Euonymus europaeus). Le charbon de ce bois a été longtemps utilisé pour réaliser de jolies esquisses. Hautement toxique, on employait ses baies et cosses en décoction pour teindre les cheveux en blond.

PA290567

 Une grosse russule, peut être vert-de-girs (Russula aeruginea) gît tristement au sol. Bien que toxique pour les humains, elle fait le bonheur des limaces, des larves de mouches et des sangliers.

PA290553 PA290558

PA290564 PA290569

 La forêt est jeune et pour cause, d'important glissements de terrain survenus pendant les inondations de 2002 qui ont touchées la région ont emporté les plus gros arbres. Laissant place aux plus petits, ils sont précieux pour la biodiversités : mousses, champignons, insectes et rongeurs y trouvent refuge.

PA290578

 Les aulnes perdent leurs feuilles. Larges, elles changent la composition du sol ce qui convient à très peu de champignons comestibles. Exit donc les cèpes, chanterelles, girolles et trompettes, place aux pleurotes et aux pholiotes du peuplier.

1PA2905752PA290581

3PA2905904PA290594

Au milieu des russules (2) et des non identifiés (4) on peut croiser le dangereux cortinaire couleur de roucou (Cortinarius orellanus) 1 et 3. Assez rare, il pousse dans tout type de milieu, d'août à décembre. Mortel, la mort peut survenir entre 24 heures et trois semaines et il est parfois difficile de l'identifier comme cause du décès.

PA290574

 Dans ce coin ici, la forêt se compose de noisetiers, de frênes, d'aulnes et de châtaigniers. Ee est bien peu semblable à celles dans les quelles se trouvent mes coins à champignons.

PA290587 PA290588

PA290591 PA290593

 L'hypholome en touffe (Hypholoma fasciculare) est l'un des champignons le plus courant d'Europe. Il se nourrit sur le bois mort et produit de vastes colonies. Toxique, il partage ses toxines avec l'amanite phalloïde.

PA290598

 Les éboulis et glissements de terrain créent de larges ouvertures dans la forêt. On peut aisément observer et photographier la cime des arbres mais attention, un pas de trop et c'estla chute dans le cour d'eau glacé 50 mètres plus bas.

PA290602 PA290603

PA290605 PA290607

 Larussule dorée (Russula aurata) est un excellente russule que l'on peut facilement confondre avec la russule hémétique qui cause de sévéres troubles de l'appareil digestif. Mieuxvaut la laisser aux expérts.

PA290648

 Il est bien triste mon panier qui, avec son lit de fougère, attend une récolte qui ne viendra pas. Nous ne sommes hélas pas en Corrèze où la poussé des cèpes est extraordinaire !

PA290616 PA290611

PA290628 PA290634

 Il faut se consoler avec la beauté du torrent de montagne qui n'est accessible qu'apèrs une petit demie heure de marche. Les eaux froides et turbulentes ont, au fils des années, transformé cette forêt de feuillus à tendance mixte en une sorte de forêt luxuriante où fougères et autres mousses évoquent les tropiques.

PA290691

 Le grand tilleul dispense toujours sa large ombre qui n'est plus nécessaire. Bientôt, il sera aussi nu qu'un ver et le lichen coloré de son ecroce donnera un contraste saisissant avec la neige immaculée.

PA290671 PA290672

PA290675 PA290673

La succise des prés (Succisa pratensis) est sur la fin de sa floraison. Il fait un superbe sujet de photographie. Appartenant à la famille de la campanule, on la nome aussi mors du Diable. On peut la croiser jusqu'à 2400 m d'altittude.

PA290676

 Elle est l'hôte de la chenilledu Damier de la succise, un très beau papillon qui temps à disparaître et qui fait l'objet de statu de protection (l'espèce est classée comme vulnérable). La destruction de son habitat serait en cause.

PA290678 PA290679

PA290680 PA290685

 Ce milieu est idéal pour rencontrer des chevreuils ce qui arrive fort souvent. Des bois denses et ombragés pour évoluer en toute discrétion, des pâturages à l'herbe grasse, la présence de sources nombreuses, des taillis épais pour mettre bas et dormir... que demander de plus ? Voilà de quoi faire une belel sortie même si le fond de l'air devient de plus en plus frais.

PA290694


dimanche 23 mars 2014

Sortie en forêt 42

http://www.openpn.com/08/01/2013/olympus-sz-15-et-sz-16-compacts-economiques-a-super-zoom/

Grande nouvelle !  Après plusieurs semaines, voilà que j'ai craqué pour l'olympus sz16-ds105 (à l'occasion de mes 22 ans). Nous nous apprivoisons l'un l'autre depuis 2 jours et d'ici peu j'espère pouvoir le manier de la meilleure des manières.

Pour en revenir à l'article, comme la semaine dernière je constate que l'activité fongique est faible voir absente: pas d'oreilles de Judas, pas de pézizes veinées, pas de pézizes coccinés... décidément ce début de saison commence à m'inquièter mais rappelons le, les premières morilles vulgaires et blondes n'ont fait leur apparition de par chez nous qu'en avril, il faudra donc être patient.

P3230210 P3230212

P3230221 P3230240

Les coucous sont là! Appelés primevères officinales, elles possèdes mille vertus. Les jeunes feuilles fraîches se consomment en salade tout comme les fleurs que l'on peut sécher et utiliser en infusion pour les problèmes respiratoires ou de digestion.

P3230233

Une tramète a passé l'hiver accrochée a  tronc d'un hêtre lui même victime du temps et quelque peu de la tronçonneuse du bûcheron.

P3230256 P3230257

P3230258 P3230259

Rah s'il y a bien une famille de plantes où j'ai quelques difficultés pour ce qui est de l'identification, c'est celle des Apiacés (anciennement Ombrélifére) en particulier quand les fleurs ne sont pas pleinement épanouies. Néanmoins ici je m'oriente vers ce qui pourrait être un plan de grande ciguë: tiges rouges et lisses, croissance avancée, fleurs entourées d'une fines feuilles vert claire et boutons séparés les uns des autres. Attention, cette plante est toxique voir mortelle ! La prudence est de mise !

P3230241

La moscatelline (adoxa moschatellina) est une plante à fleur discrète des sous-bois d'où son nom grec qui signifit "gloire méconnue". Elle possède une odeur très particulière: musquée.

1P32302062P3230251

3P32301984P3230252

Comme le weekend dernier, voici une petite séléction de viollettes et pour la peine, le même commentaire que la semaine dernière:

1: La violette blanche (viola alba) est ffacilement reconnaissable à sa couleur et à son faible parfum.
2: Il arrive parfois que des espèces proches génétiquement et géographiquement donnent naissances à des hybrides comme ici. Est-ce un croisement entre la violette blanche et la violette odorante ou un simple décolorement d'une fleur de violette?Mystère.
3 et 4: La violette des bois se reconnais à sa tige lisse et ses feuilles élevées. On peut la confondre avec la violette rivinus. On la rencontre généralement d'avril à juin. Cette année, elles sont un peut plus précoces.

P3230179

Les feuilles ne sont pas encore sorties, ce qui permet de prendre sur le vif les oiseaux qui entre en pleine période des amours. Les pinsons des arbres sont particulièrement actifs dans la recherche d'un partenaire et dans la défense de leur territoire. C'est l'espèce de pinson la plus rependue en Europe.

1P32302032P3230321

3P32303194P3230317

Le printemps est là et avec lui, les premières salades d'herbes fraîches. Attention ! Il est recommandé de ne manger une plante que si elle est bien connue et que si elle a été lavée au vinaigre voir dans plusieurs eaux pour faire barrage aux parasites comme la douve. La nature est certes "funny" mais peut se montrer redoutable, même sous nos latitudes.
1: L'allaire officinal n'a pas encore fleurit, c'est le bon moment pour ramasser ses feuilles au goût délicat d'ail qui à la floraison deviendront amères et fibreuses.
2: Le ficaire est non seulement un bon indicateur de la pousse potentielle des morilles mais aussi un aliment riche en vitamine C. Autrefois on le consommait pour lutter contre le scorbut. Quelques uns de ses feuilles sont les bienvenues dans la cuisine à condition de ne pas en abuser, une top forte dose pouvant être toxique.
3: La petite pimprennelle quand elle vient juste de pousser a un goût délicat de concombre qui plaît énormément aux amateurs de cuisine "naturelle". 
4: Les jeunes pousses de gaillet gratteron agrémentent aisément ces compositions gastronomiques et printanières. On a découvert que cette plante, du moins ses graines étaient utilisées au Néolithique pour faire tourner le lait et le transformer en fromage. Autrefois, on l'employait pour soigner et soulager les infections cutanées et les ulcères et comme diurétique.

P3230291

Dans la composition de notre salade de printemps, on peut également ajouter les feuilles vert tendre et les fleurs des primevères acaules mais aussi bon nombre d'autres gourmandises: fleurs et feuilles de lamiers tachetées et pourpres, des primevères officinales, des cardamines des près, de l'ail des ours et même, les jeunes feuilles des aubépines, des plantains(en particulier du plantain lancéolé qui a un goût de champignons de Paris) et des orties... le tout est de bien connaître les plantes et de savoir les préparer.

1P32303112P3230312

3P32303094P3230310

C'est le printemps et les arbres sortent leurs plus beaux apparats !

1 et 2: Le houx est un arbuste qui peut vivre 300 ans et atteindre 18 mètres de haut. Différencié sexuellement, seules les femelles donnent des boules rouges qui attirent bon nombre d'oiseaux. La consommation de ceux-ci peut entraîner des vomissements et des troubles intestinaux. En grande quantité, elle engendre des désordres neurologiques, ce qui n'a pas empêché son utilisation dans la médecine populaire.
3 et 4: Le prunier cultivé appartient à la même famille que celle des rosiers : les Rosaceae. Si on ne connaît pas très bien son origine, on peut être sûre de propriétés dont cet arbre recèle, ne serait-ce de par la douceur de ses fruits.

P3230199

Il existe une multitude d'arbustes d'aubépine nommée aussi "épine blanche" en opposition au prunus appelé "épine noire" ou "épine rouge". On raconte que déposer des couronnes de celle-ci au pied du berceau du nouveau né chasserait les sorcières et attirerait les bonnes fées. Plante aux milles vertus, ses feuilles sont un bon tonicardiaque à la différence de ses plantes qui sont sédatives.

P3230300 P3230191

P3230292 P3230295

Voilà une jolie sortie, mais toujours pas de morilles. Cependant, elles seraient sorties non loin de là ce qui me donne espoir, malgré la neige d'hier au petit matin. Dans tout les cas, un choc thermique avec le retour du soleil serait le bien venu pour voir nos jolies têtes blondes sortir de leurs torpeurs.

Et pour terminer, je ne peux m'empêcher de vous mettre (encore!) quelques photos d'hélléobores fétides prises sur le vif avec mon tout nouvel appareil! Ci-dessus, le cycle de vie d'une fleur d'hélléobore fétide en passant par tout les stades.

P3230264 P3230263 P3230286 P3230262

P3230285

 

dimanche 15 décembre 2013

Où voir des animaux sauvages? La friche.

SAM_4897

(Contre exemple de la friche, cette forêt mixte de pins et de hêtres pafaitement entretenue.)

Lors d'une sortie en forêt, il n'est jamais garanti de croiser des animaux. La promenade n'en est pas moins belle mais la présence de nos amis des bois rajoute toujours un petit quelque chose de magique, en particulier quand on est accompagné d'enfants. A l'aide du magasine "Le Chasseur Français" d'octobre 2005 redécouvert au fond d'un carton et de mes quelques connaissance,s voici deux-trois indications qui peut être ne permettrons pas à coup sûr de rencontrer les habitants des forêts mais, vous aiderons à suivre leur piste.

 Cet article se veut didactif. Cliquez sur les noms des espèces animales et végétales pour voir à quoi elles ressemblent.

Toute une vie dans la friche.

Dans le dictionnaire la friche est une terre non cultivée ou rendue à la nature, bref un lieu abandonné. Elle n'est pas entretenue et de se fait, elle présente de nombreuses espèces végétales, ce qui parfois ne la rend pas abordable car les ronces et les rosiers sauvages empêchent d'y pénétrer. Néanmoins il y a toujours un chemin tracé par les animaux pour y rentrer. Les friches en fonction du vécu du sol peuvent se composer d'arbrissauts et d'herbes hautes, de buissons ou de plantes propres au maquis. Dans tous les cas on retiendra que c'est une zone, aussi petite qu'elle soit, qui n'est pas façonnée par l'Homme même si ce fut le cas dans le passé, chose rare aujourd'hui.

SAM_5706 SAM_5821

SAM_5985 SAM_5747

(Il y a de nombreux types de friches, à ne pas confondre avec la terre en jachère qui est un sol laissé au repos avant d'être à nouveau cultivé.)

Voici quelques exemples de friches rencontrées pendant mon wwoofing en Gironde (ici). Sur celles-ci, bien que laissées à l'abandon, plusieurs activités humaines ont lieu sans que pour autant elles perdent leur statut (cf: ici): chasse, cueillette, pêche, braconnage malheureusement et parfois comme j'ai pu l'expérimenter, pâturage (avec les quelques 4500 moutons et 300 chèvres). Un pâturage intensif à pour but (contrairement à ici) le défrichage, c'est à dire rendre une terre apte à l'agricultre ou le défrichement, c'est à dire supprimer le boisement d'une parcelle.

 

I. La friche agricole.

Riches en vie animale, les friches agricoles sont généralement plus vastes que leurs consoeurs urbaines ce qui permet de rencontrer des animaux plus massifs et un plus grand nombre de végétaux et d'insectes.

Dans les zones herbacées qui se composent surtout de graminées mais aussi de fleurs comme les pissenlits, les vesces très présentent ou les ombellifères, on peut parfois distinguer d'étranges "nids" dans l'hebre qui se trouve couchée en rond par endroit. Il s'agit des "lits" d'une harde de chevreuils qui y a passé la nuit et qui tôt le matin, est partie vaquer à ses occupations . Au printemps, vers les coups de midi on peut les voir dans les prairies, l'été c'est plutôt tard le soir en bord de forêt qu'il est facile de les apercevoir. C'est aussi dans ces zones herbacées que l'on rencontre de jeunes arbrisseaux qui bien des années plus tard, formeront une vaste forêt. On peut remarquer que leurs troncs sont parfois dénudés de leurs écorces, signe que les chevreuils ont soit grignoté celle-ci par temps de disette, soit que les mâles ont gratté avec leurs entre-bois le bas du tronc pour marquer leur territoire, enlever le velours de leurs bois avant le début de la saison ou faire tomber les bois eux mêmes à la fin de l'automne (on les nomme alors mues). La petite taille de ces cervidés leur permet de se dissimuler dans les herbes hautes tout comme la perdrix grise adepte de cet environnement.

SAM_1028 SAM_1018

(Une des meilleurs manières de détecter le passage d'animaux dans des friches à proximité de champs est de regarder les touffes de poils qu'ils laissent sur les barbelés.)

Arrive alors les premières pousses de ronces qui deviennent rapidement d'épaisses broussailles. Les mûres qu'elles produissent attirent toute une flopée d'oiseaux mais aussi de mammifères. Maître renard s'aventure ainsi dans la friche de temps à autre pour croquer ces fruits sucrées (les baies et fruits composent 50% de l'alimentation du renard à l'été et à l'automne). La belette elle s'y dissimule et y chasse les micro-mammifères mais aussi les nichées d'oisillons. Le muscardin, un petit rongeur, utilise les ronciers comme lieu de nidification où il construit de superbes nids sphériques bien difficiles à voir. Les chardons prennent aussi leur aise ce qui attire beaucoup d'oiseaux en particulier les chardonnerets que l'on presque voir toute l'année dans ce type de milieu. Peu farouches on peut les approcher facilement. Les orties elles sont de parfaits observatoires à chenilles. Parmi les espéces que l'on peut rencontrer (une trentaine en tout) figue le vulcain, le paon-du-jour, la petite tortue, la carte géographique, la belle dame, le Robert-le-Diable, l'écaille rouge, l'écaille martre, l'écaille lièvre ou encore la pyrale de l'ortie.

SAM_0830

(L'écaille chinnée figure parmi la trentaine d'espèce de papillons qui aime pondre sur les orties qui abritent de nombreux insectes et araignées.)

Arrive alors les arbres que l'on nomme pionniers car ils sont connus pour s'intaller les premiers dans les friches. Ainsi on dénombre le bouleau, le frêne, l'érable, l'aubépine, le sureau, le cornouiller et le peuplier comme précurseurs. C'est la que l'on peut voir le pouillot, un oiseau qui aime les lieux semi-ouverts et peut effrayé par l'Homme, le bruant zizi qui se reconnaît à son chant si particulier, les grives et palombes qui font le bonheur des chasseurs mais également quelques oiseaux de proies comme parfois la buse variable très présente en Isère, l'épervier qui effectue des virages serrés entre les arbres pour capturer ses proies mais surtout le busard Saint-Martin qui se reconnaît facilement à son plumage gris-ardoise et au bout noir de ses ailes.

On rencontre aussi d'autres animaux attirées par la tranquillité du lieu. Le blaireau, qui comme le renard aime faire son terrier en forêt dans des zones dégagées, s'aventure dans la friche tout comme le faisan qui y trouve de quoi s'y cacher et y faire son nid. C'est aussi un coin à champignons, en particulier à la fin de l'été où coulemelles, coprins chevelus et boules-de-neiges (un agaric) sont courants.

SAM_3365 SAM_3372

(Les friches font souvent le bonheur des ramasseurs de champignons comme ici avec ces coulemelles.)

Au bout de quelques années les arbres grandissants coupent la lumière et une partie de la faune quitte le lieu du fait que la végétation rase disparaît mais l'endroit reste grouillant de vie. Exception, les lieux composés d'arbres comme le chêne par exemple garde cette faune car la lumière continue à filtrer par le feuillage peu épais ce qui permet d'avoir des forêts herbeuses ou couvertes de bruyères, d'ajoncs ou de hautes graminées. De nouveaux animaux y apparaissent comme l'écureuil, le sanglier, le hiboux grand duc, le chat sauvage et bien d'autres encore.

 La liste des espèces présentes dans les friches est non-exhaustive, on peut rencontrer bien d'autres animaux comme le lapin de garenne, le lièvre ou la couleuvre à collier.

 

II. La friche urbaine.

 La campagne n'est pas le seul endroit où l'on peut voir des animaux, la ville elle aussi fourmille de vie. Certes se sont la plupart du temps des espèces courantes qui s'invitent dans l'espace urbain mais l'on peut parfois faire de belles rencontres. Les friches urbaines sont des zones en ville où l'Homme a stoppé toute activité (bien souvent industrielle) et où la nature reprend ses droits, ce qui explique que parfois on puisse rencontre des ruines. On peut parler d'exploit quand on voit la rapidité avec la quelle la vie revient quand on connaît la pauvreté des sols et la pollution que ceux-ci ont subi.

Ces friches sont souvent de petite taille. L'herbe, les lichens et le lierre sont les premières plantes à s'y installer, leurs graines ayant été apportées en ce lieu par la semelle des passants, le vent, les fientes des oiseaux ou s'y trouvaient déjà et étaient en dormance. Arrive alors les premiers insectes comme les coléoptères, des petits mammifères comme les souris et les musaraignes, mais surtout les vers de terre qui refertilisent le sol ce qui permet à d'autres espèces végétales de s'installer.

SAM_1047 SAM_1053

(Dans les jardins de ville ou les allées, on peut croiser de nombreux animaux comme l'écureuil roux.)

Des espèces de sous-arbrisseaux, d'arbrisseaux et d'arbres classiques mais aussi échappées des jardins publiques colonisent l'endroit. Le buddléia (arbre à papillon) offre à de nombreux pollinisateurs une source riche en nectar jusqu'à septembre ce qui attire les papillons, les bourdons et les abeilles. La clématite égaie l'endroit, le peuplier, l'érable et le robinier (qui est une légumineuse) offrent un abris sûr pour les oiseaux. Ainsi la pie, le merle noir, la mésange à longue queue, la mésange charbonnière

charbonnière, les étourneaux, l'accenteur mouchet s'installent. Le grand nombre de proies potentielles attire souvent le faucon crécerelle qui aime nicher en ville dans les lieux historiques. Des espèces communes en ville sans qu'il n'y ait de lieu végétalisé prennent elles aussi place comme le pigeon, le surmolot, le rat, la corneille et le chat commun.

SAM_1963

(Cette ancienne résidence étudiante de Grenoble laissée à l'abandon devient le terrain de jeu de la nature. C'est un abri parfait pour les chauves-souris.)

Des plantes à fleurs s'installent peu à peu. Les ombellifères donnent de nombreuses graines qu'apprécis les oiseaux en particulier la linotte qui niche dans les broussailles, les chardons et les cardères attirent les chardonnerets et les verdiers qui sont faciles à observer. L'ortie permet aux papillons de nourrir leurs chenilles. Il aussi de plus en plus courant de rencontrer en ville Sir renard. Attiré par les poubelles pour se nourrir, il s'installe peu à peu dans la friche pour se nourrir des souris, des mulots et des rats ce qui fait souvent fuir les chats vagabonds.

 On rencontre parfois des amphibiens. On ne sait pas comment ils arrivent dans nos villes, une des théories principales seraient que certains oiseaux transportent les oeufs du frais collés à leurs plumes et à leurs pattes. Ainsi on peut rencontrer dans les marres boueuses, les flaques d'eau et les récipients abandonnés le triton palmé et l'alyte accoucheur, un crapaud qui est un bon parent (le mâle s'occupe des oeufs avec beaucoup de soins).

SAM_2195

(Mousses, lichens et arbustes comme le buis sont les premiers végétaux à coloniser les endroits abandonnés.)

Nombreuses sont les espèces qui peu à peu cohabitent avec l'Homme et que l'on croise de plus en plus souvent: dans les jardins de ville, les zones industrielles, les allées de la Fac et parfois, les magasins!

(Cette artcile a été séléctionné par Paperblog ici).

samedi 1 juin 2013

Sortie en montagne 6.

SAM_7637

 Me voilà pour quelques jours en montagne. La végétation et les fleurs sont encore rares et le temps reste relativement rude mais quel plaisir de parcourir l'herbe verte et grasse. Au programme, traversée à pied entre les communes de Villar-d'Arêne et de La Grave-La Meije.

SAM_7464 SAM_7493

 Les gentianes de printemps sont toutes de sortie. Elles sont annonciatrices de l'été même si en ce moment, on peut en douter. Bien que commune à toute l'Eurasie et même à l'Atlas, sa rareté dans de nombreux pays font d'elle une plante menacée.

SAM_7475 SAM_7477

 La pensée des Alpes se rencontre au printemps. Elle peut être violette, jaune ou bigarrée. Appartenant à la famille des violettes, c'est une plante endémique des Alpes. Elle apprécie les pâturages et les zones d'herbes rases.

SAM_7472

 Mais voilà, le temps en montagne est capricieux et tout le monde a été pris au dépourvu par la neige, car bien qu'elle soi tombée longuement ici, c'est bien la première fois qu'elle perdure jusqu'à la fin mai.

SAM_7478 SAM_7479

 Mais entre deux tombées de flocons, le ciel se dégage et bien que la chaleur ne soit pas au rendez-vous, le soleil lui est là et c'est un véritable bonheur d'en profiter.

SAM_7516 SAM_7517

Pas simple d'identifier les euphorbes, celle-ci n'est pas encore complètement fleurit ce qui ne rend pas la tâche plus facile. Cependant, la taille des plants, l'aspect des tiges et des feuilles laisse penser qu'il pourrait s'agire de l'euphorbe de Séguier.

SAM_7471

 La primevère farineuse tient son nom du dessous des feuilles qui à un aspect farineux et blanc. Elle n'est pas utilisée comme plante médicinale bien que ses racines contiennent des saponines mais la petite taille de celles-ci rend l'extration de la substance compliquée et coûteuse en temps et en énergie pour un maigre résultat.

SAM_7521 SAM_7523

 Proche du saxifrage de par l'apparence, l'arabette des Alpes s'en différencie de par la présence de ses 4 pétales (crusifère) contre 5 pour le lys des champs. C'est une plante commune dans le département ses fruits sont de longues cosses.

SAM_7506 SAM_7515

 Une plante sans floraison reste toujours très compliquée à identifier, même si celle-ci est commune ou bien connu. Ici les feuilles sont atypiques et même agréables à regarder mais sans fleurs, pas de noms à donner.

SAM_7504

 Hépatique à trois lobes est protégée sur une partie du territoire français. Fleurissant au printemps, elle peut être bleue, blanche ou violette. Son nom vient de ses feuilles en forme de lobes du foie. Séchée pui macérée dans du vin, elle aurait des propriétés diurétique.

SAM_7548 SAM_7542

 Le bois-joli ou bois-gentil est sur la fin de sa floraison. Cette arbrisseau aux fleurs très parfumées d'un joli rose reste néanmoins très toxique. Son nom scientifique est Daphne mezereum, en hommage de la nymphe Daphne, fille de Pénée et courtisée par Apollon qui se retrouva transformée en bois-joli. C'est une plante protégée.

SAM_7582 SAM_7574

 Surprise, dans les pins et les quelques feuillus du chemin, une bande de pézizes veinées se sont installées. Plus tard dans une pâture, un morillon en fin de vie se rejoint à la cueillette.

SAM_7556

 Il semblerait que les champignons de printemps fassent de la résistance en haute montagne.

SAM_7563 SAM_7565

 Le chemin se poursuit dans une zone plutôt raide où touristes et troupeaux se partagent les mêmes sentiers. Au détour d'un virage, une superbe cabane se dresse. Abris pour moutons ou refuge pour sorcières, j'opte plus facilement pour la première option même si l'aspect de cet abris est des plus atypique.

SAM_7592 SAM_7593

 Traversée de marais, la fonte des neiges a transformé le chemin en ruisseau... il semblerait que la montagne n'est pas l'un des terrains des plus simples à pratiquer.

SAM_7537

 Les grandes gentianes jaunes commencent à pousser. On peut les différencier des plants de vératre blanc qui ont des feuilles alternes comme ici alors que notre gentiane à des feuilles opposées. Il ne faut pas les confondre, le vératre étant sévèrement toxique voire mortel. Ici il s'agît de lui.

SAM_7526 SAM_7569

 Plus on monte en altitude, plus la végétation se fait disparate. Les feuillus sont absents à l'exception de quelques boulots et les flancs roches brutes de la montagne se dessinent.

SAM_7550 SAM_7503

 Le cirse acaule est très commun dans les étages collinéens et alpins. C'est une plante vivace qui aime les sols calcaire et qui fleurit du début de l'été à la fin de l'automne. Le terme acaule signifie qu'il y a une absence ou une faible tige.

SAM_7530

 Voilà une autre arabette que je n'ai pas su identifier et qui se différencie de la première de part sa petite taille, sa tige verte et ses feuilles alternes.SAM_7605 SAM_7606

 Le prunus mahaleb porte également le surnom de bois-de-Sainte-Lucie. Ce nom religieux vient son origine d'un couvent des Miniles de Sainte-Lucie-du-Mont où l'artisanat d'ojets religieux à partir de cette essence de bois fût mise en place car abondante autours du lieu Saint.

SAM_7608 SAM_7607

 L'odeur de ses fleurs blanches est toute à fait délicieuse. S'adaptant à tout type de sols, il est un bon porte-greffier. Ses fruits on mauvais goût ce qui ne semble pas gêner les oiseaux qui en raffolent, cependant ils peuvent entre dans la composition de liqueurs.

SAM_7553 (2)

 Le voyez vous, caché parmi les hautes herbes, derrière les épicéas observer son monde? Non, alors approchez-vous.

SAM_7553

 Voilà Sir renard, que mon appareil photo ne m'a pas permis de "capturer" à ma guise. Peu attentif à ma présence, il a mit dix bonnes minutes avant de dresser l'oreille, ce qui m'a donné l'occasion de le regarder faire sa toilette à loisir.

SAM_7533 SAM_7495

 Voilà deux fleurs dont la multitudes des espèces et genres voisins peuvent entraîner quelques confusions.A gauche, une violette du chien qui appartient aux violaceaes et qui englobe plus d'une vingtaines de fleurs très semblables.  A droite, la rare potentille des frimas que l'on peut facilement confondre avec les fumanas ou les hélianthèmes.

SAM_7572 SAM_7570

 Il n'y a pas à dire, il faut de bons mollets pour suivre la route. A savoir, il faut envrion une heure et demi pour descendre par les bois et une quarantaine de minutes pour remonter par la Romanche, sans compter le temsp passé au bar local pour reprendre son souffle et des forces.

SAM_7612

 Voilà une fleur à la quelle je suis peu habituée, c'est notre toute première rencontre. La pensée ou violette à deux fleurs aborde un jaune pétant strié de brun et des feuilles en forme de coeur. Elle fleurit habituellement de juin à juillet et est typique des zones de haute altitude humides. Dans certaines régions européennes elle est protégée.

SAM_7620 SAM_7631

 Le myosotis des champs (à gauche) appartient aux myosotis à petites fleurs, il est très commun dans les prairies jusqu'à 2000 mètres d'altitude. A droite une inconnue, croisée il y a peu de temps sur un blog mais dont le nom m'échappe. 

SAM_7649 SAM_7651

La pulsatille de printemps est aussi nommée anémone de printemps. Elle pousse dans les prairies d'altitudes de nature rocailleuse. Elle se reconnaît à ses fleurs blanches à l'intérieur et mauves à l'extérieur. Les longs poils qui la recouvre la protège du froid printanier. 

SAM_7650

Poussant entre 1300 et 3600 mètres d'altitude, elle demeure une plante toxique comme la plupart des renoncules.

SAM_7665 SAM_7667

 Orchis guerrier (orchis militaris) est une orchidée eurosibérienne robuste et rare dans les régions méditerranéennes. Elle fleurit entre avril et juin jusqu'à 2000 mètres d'altitudes et peut atteindre 20 à 50 cm de haut.

SAM_7669 SAM_7671

 D'autres plantes sont plus discrètes. Certaines n'ont pas fleurie et n'ont pas de determinations, d'autres se fondent dans la végétation locale comme le raison du renard ou parisette à quatres feuilles à droite.

SAM_7663

 La saponaire de Montpellier a une floraison très longue (de mars à octobre). Elle contient une substance qui fait mousser l'eau et a été utilisée comme nettoyant dès néolithique et jusqu'à l'arrivé du savon moderne mais surtout ça démocratisation, c'est à dire une mélange de cendres et de graisses animales.

SAM_7616 SAM_7686

 Qu'ils sont beaux les narcisses du poète. Rares et protégés en raison de la sur-cueillette qu'ils ont subit et la disparition de leur lieu de pousse, il est néanmoins autorisé d'en cueillir 15 brins maximum par personne.

SAM_7660 SAM_7719

 Autre découverte à gauche avec cette drôle de plante sûrement apparentée aux lamiaceaes ou aux astragalus. A droite un tapis de petites pervenches à conquis la butée et longe la route qui borde les pâturages.

SAM_7617

 Qui dit lieu calcaire dit escargots. Ceux-ci affectionnent ce genre d'endroit, en particulier quand ils sont humides car ils leurs fournissent la nourriture dont ils ont besoin mais surtout, de quoi former et consolider leur coquille.

SAM_7497 SAM_7602

 La ballade se poursuit sous un vent frais accompagné de quelques rayons de soleil mais pour peu de temps, le lendemain ce sont les gouttes puis les flocons qui ont prit le relais pour mon plus grand regret. Néanmoins cette abondance d'eau est bénéfique pour la Romanche qui fait tourbillonner ses eaux à gros débit.

SAM_7654 SAM_7633

 Mouches et tétards sont de retour, c'est signe que le froid n'est plus là pour bien longtemps, enfin espérons le, sinon les hommes et les bêtes auront du soucis à se faire.

SAM_7675

 La renoncule à feuilles d'aconit est une plante qui apprécie les zones humides, les marais et les bords de torrent. On la rencontre dans les massifs montagneux et est parfois voisine, quoi que rarement, avec la populage des marais.

SAM_7693 SAM_7700

 La romanche est une rivière alpine qui prend sa source dans le coeur du parc des Ecrins avant de traverser une partie des Hautes-Alpes puis de l'Isère avant de se jeter dans le Drac peut avant Grenoble. 

SAM_7704 SAM_7705

 Mesurant 78km, elle est mise au profit de l'énergie hydrolique à l'aide de plusieurs barrages et turbines. Au moyen âge, un éboulis provoqua la cédé d'un des bassins de rétention qui inondat la succession de vallées encaissées jusqu'à Grenoble. Aujourd'hui encore et pour cette raison, la Romanche fait l'objet d'observations minutieuses.

SAM_7629

 Bref, il ya de par ce beau temsp quoi que bref, beaucoup de nouvelles essences à contempler et de nombreux animaux à rencontrer.

 

mardi 2 avril 2013

Projet du weekend.

carte-truffes

Petite carte où se trouve le rare mélanome noir, c'est à dire la truffe du Périgord, en Isère (hachures). Ça donne des idées pour le weekend, surtout que j'ai repéré quelques chênes prometteurs et que la saison de par chez nous semble encore bien active, hé hé hé.

Mais attention, pas question d'aller exploiter un bois privé et encore moins une truffière!

 


mercredi 9 janvier 2013

Un lien à ne pas louper!

Voilà un lien qui vaut le détour et qui est une vraie découverte pour moi. Même si vous n'êtes pas familier des forêts de l'Essonne, ce site va vous faire découvrir mille et un petits secrets de nos bois, comme par exemple les liens subtiles entre champignons et arbres, les orchidées sans chlorophylle ou la puce chanteuse. Choisissez le mode balade pour une découverte tranquille ou aventure pour tester votre sens de l'observaton et de l'écoute. Voilà de quoi passer un bon moment et d'initier les enfants au monde de la nature.

Le site: 

http://www.savoirs.essonne.fr/fileadmin/bds/MEDIA/animations/webdocu/WebDocu.html

P1000880

Et comme illustration une vieille photo que j'ai prise il y a 3 ou 4 ans de ça de perce-neige, que j'espère bientôt pouvoir photographier à nouveau.

vendredi 28 décembre 2012

Identification des champignons des forêts de l'Isère.

Les champignons sont des organismes remarquables, fruits du mycélium. Ils revêtent une multitude de formes et de couleurs. Bien que l'on puisse les identifier facilement la plupart du temps, il faut toujours être sûr de ceux que l'on cueille, et dans le doute s'abstenir ou consulter un spécialiste. Certains champignons sont mortels et souvent ressemblent à de bons comestibles, alors prudence! Il ne faut jamais mélanger des champignons comestibles et toxiques au risque de contaminer l'ensemble du panier.

A chaque nouvelle découverte cette page est mise à jour.

Merci à Eric Michon pour toutes les corrections apportées à cet article.

Avertissement: les informations présentés ici peuvent être erronées et dans tout les cas ne sont pas à prendre comme unique outil de reconnaissance. Le seul moyen d'être bien initié aux champignons et de les ramasser en toute sécurité est d'être formé par de fins connaisseurs.

Ci-dessous les champignons identifiés (avec plus ou moins de succés) en 2012 et 2013.

SAM_1017 

Le cèpe d'été est un excellent comestible, présent de fin mai à fin octobre.
Il apparaît après les fortes pluies ou les orages de chaleurs.

SAM_0994

Le satyre puant est un champignon qui dégage une telle odeur que toute idée de
le consommer est à exclure, il n'est donc pas comestible.

SAM_0945

L'amanite rougissante est un très bon comestible qui peu revêtir une large palette de couleurs.
Il ne faut surtout pas la confondre avec l'amanite panthère, un redouble champignon très toxique.

SAM_1053

La russule émétique est un champignon non comestible du fait de son âcreté et des maux intestinaux qu'il provoque.

SAM_1021

La chanterelle est un excellent comestible, facilement identifiable par l'abscence de lamelles sous sont chapeau,
à la place se trouve des sillons. Elle varie du jaune pétant au jaune grisé.

SAM_1008

Le lactaire poivré est un comestible médiocre, très apprécié en Europe de l'Est.
Insupportable cur, pour le consommer il faut préalablement le faire sécher puis le blanchir,
afin qu'il perde son goût trop prononcé de poivre. Pour les téméraires, il suffit de le griller au barbecue.

SAM_1022

Le tramète versicolor est un champignon de bois donc la chair est
beaucoup trop ferme pour être consommée, même bouillie pendant plusieurs heures.

SAM_0980

Merci à Cristau (http://cristaudehaugue.canalblog.com/archives/p10-10.html) pour la rectification
de mon erreur. Il ne s'agit pas là de la terrible amanite panthère
mais de l'amanite épaisse, un comestible jugé médiocre.

SAM_1047

Le polypore du bouleau est un champignon de bois qu'il lui aussi
possède une chair coriace qui le rend non comestible.

SAM_1698

La truffe d'été est un excellent comestible, relativement rare. Elle n'a pas un goût aussi
prononcé que celui de la truffe noir mais il est tout de même présent et évoque celui de la noisette.

SAM_1353

Le clitocybe en entonnoir est comestible, quand on retire le pied de
celui-ci et qu'on le fait cuire assez longtemps pour rendre la chair moins coriace.

SAM_1420

Lycogala epidendrum n'est pas comestible, il servait autrefois au moyen âge de teinture.

SAM_1502

Le scléroderme vulgaire est toxique. Il ne faut pas le confondre avec
la veste de loup qui jeune est un comestible plutôt moyen.

SAM_1510

Contrairement à ce que l'on pense dans de nombreux patelins, la calocère visqueuse
n'est pas comestible, elle provoque des troubles intestinaux et des vomissements.

SAM_0386 (2)

 Bolet à beau pied nommé en nom scientifique Boletus calopus n'est pas consommable
car sa chair est très âcre. Il reste un joli champignon.

SAM_1432

Le collybie à pied en fuseau est un piètre comestible, à condition qu'il ne soit pas ramassé
le lendemain d'une pluie qui a été précédé d'une sécheresse importante, car ce champignon à la particularité
de se déssécher sous les effets du soleil puis de reprendre sa forme initiale
après une bonne pluie. Ces changements d'états le rendent toxique.

SAM_1299

La russule verdoyante est un excellent comestible, le meilleur des russules.
Il est difficile à identifier pour un non initié donc prudence.

SAM_1311

La russule ocre et blanche n'est pas comestible mais juste bonne pour le regard.

SAM_1476

L'astrée hygrométrique n'est pas comestible, mais il a la particularité de se replier
sur lui même quand la pluie se met à tomber pour protéger sa poche à spores.

SAM_1115

Le daldinias concentrique est lui aussi non comestible en raison de la nature de sa chair.
Le porter sur soi, raconte-on, empêcherait de souffrir des crampres.

SAM_1198

Lestramètes sont des champignons de bois très communs qui ne sont pas
comestibles en raison de leur taille et de leur chair dur et fibreuse.

SAM_1201

Le russule du fiel est non comestible, il provoque des troubles du système
digestif mineurs mais tout de même très désagréables.

SAM_1320

Le russule feuille morte est un comestible moyen, peu remarquable de par son parfum.

SAM_2573

Le bolet pomme de pin est un médiocre comestible.
Il est bien plus agréable à regarder qu'à déguster.

SAM_0653

La vesse de loup perlée est un piètre comestible,
bien plus intéressant de par son aspect que son goût.

P1050710

La morille blonde (ronde) est un comestible remarquable et exceptionnel, très prisé.
Ce champignon s'invite à toute les tables bien que ça ne soit pas la plus
parfumé des morilles, elle en est la plus grande.

SAM_0442

L'oreille de judas est un très bon comestible. Il est bien adapté à la cuisine chinoise.

SAM_2583

Le lactaire à lait abondant est un piètre comestible qui peut atteindre une belle taille.

SAM_2533

La russule olive n'est pas un très bon comestible, dont la chair est écoeurante.

SAM_2565

Le bolet des charmes n'est pas un bon comestible, il noircit à la cuisson et seul
le chapeau sans la mousse est comestible.

SAM_2535

La russule charbonnière est un excellent champignon qu'il faut de préférence choisir jeune.

DSCN8887

La lépiote élevée ou coulemelle est un très bon champignon, à ne pas confondre avec
deux autres espèces de lépiotes proches qui sont toxiques. Il ne faut jamais
ramasser les spécimens de moins de 10 cm qui sont vénéneux.

DSCN8412

Les pézizes d'une couleur sont des comestibles sans valeurs. Elles sont petites et sans goût. 

SAM_3327

Le polypore soufré est aussi appelé "poulet des bois" par les nords américains
qui en raffolent et lui attribuent une saveur de poulet. Il serrait néanmoins
responsable de plusieurs intoxications. C'est un comestible médiocre, dont
il ne faut prélever que les jeunes spécimens comme sur cette photo, les vieux étant trop coriaces. 

SAM_3520

La collybie du chêne est un champignon qui peut revêtir plusieurs couleurs ce
qui rend son identification difficile. C'est un comestible médiocre sans saveur.

SAM_3507

Le polypore hispide est un champignon parasite qui fait mourir les arbres.
Il n'est pas comestible car trop coriace. Il a la particularité de produire des gouttes sous son chapeau.

SAM_3560

Le bolet à chaire jaune est un champignon qui à la particularité de voir sa chaire,
une fois sectionnée, bleuir intensément. Il est un médiocre comestible, seul le chapeau
privé de sa mousse se consomme et il noircit à la cuisson. 

SAM_3671

La fleur de tan (du gaulois tann: chêne) est classée soit comme champignon,
soit comme myxomycète. Il aime se nourrir d'écorces mortes
de chêne mais aussi d'autres arbres. Il n'est pas comestible mais égaille la forêt.

SAM_3735

Le cyathe strié est un drôle de champignon. Son intérieur blanc est creux mais possède une dizaine
(parfois quinze) de petits sacs blancs de quelques millimètres qui continent les spores.

SAM_3895

Le ganoderme d'Europe est un champignon de bois assez rare qui peu prendre
des proportions assez importante si il reste longtemps sur son ôte
(ici une souche de tilleul ensevelie). Ces spores couleur rouille ont
la particularité de tout recouvrir. Il est bien trop coriace pour être comestible.

DSCN1960

Le polypore mori ou alvéolé en raison des petits trous sous son chapeau
est un champignon de bois , que l'on trouve seul ou en petit groupe.
Bien que sa chaire soit tendre et molle quand il est jeune, son goût est fade,
il est considéré comme non comestible. Il peut être orange ou fauve.

DSCN8817

Le coprin chevelu est un champignon comestible assez fin qui se consomme jeune
et peu de temps après sa cueillette au risque de le voir noircir et devenir
impropre à la consommation. Il e faut pas le manger en même temps que de l'alcool,
ce qui provoque si on ne respect pas cela des réactions toxiques dans l'organisme.

SAM_4014

Les rosés des prés sont d'excellents champignons. Ce sont tout bonnement nos
champignons de paris, à la différence qu'ils ne sont pas cultivés
et qu'ils poussent au grand soleil. Il ne faut pas les confondre avec les amanites,
qui elles n'ont pas les lamelles roses et ont leur volve encore visible.

SAM_4002

Le marasme des oreades (qu'ici nous appelons à tort mousseron) est lui aussi un champignon
qui évolue dans les champs et qui est fort prisé pour son goût.
Cependant il faut être prudent en le cueillant car il est facile
de le confondre avec de nombreuses autres espèces qui peuvent être néfastes.

SAM_4310

Les marasmius rotula sont reconnaissables à leur petite taille (1 à 2 cm),
leur pied fin noir et leur chapeau blanc. Son nom commun est marasme petit roue
(en evocation des petites vagues que fait son chapeau). Il est non comestible.

SAM_3549

Le paxille à pied noir (paxillus atrotomentosus) est non comestible
mais servait autrefois dans la fabrication de teinture.
Son goût est ameret sa chair à une odeur d'anis.

SAM_4280

La vesse de loup commune se rencontre fréquemment fin été,début et mi automne
dans les champs et les forêts. Piètre comestible, on ne consome que
les jeunes specimens. On peut la confondre avec le vesse de loup
géante qui elle peut prendre des dimansions titanesques (plusieurs kilos).

SAM_4447

Le calvaire jaune (ramaria flava) se dévellope en groupe.
Sa chaire à une saveur douce. Il est concidéré comme un comestible moyen.

SAM_4435

Le lycoperdon en forme de vase est un champignon à la chair blanche molle.
A maturité il brunit et libère ses spores en se déchirant.
La forme juvénile est comestible mais médiocre.

SAM_4422Le laccaire améthyste ou clitocybe améthyste est champignon assez recherché par les connaisseurs.
Il a un chapeau arrondie mais celui-ci prend souvent des formes tortueuses.
Il est facilement identifiable de par sa couleur violine. Bon comestible à la saveur douce,
on consomme rarement le pied qui est élastique.

P1000836

La fausse girolle, appelée à tort ainsi du fait de sa ressemblance avec
les chanterelle et de son vrai nom clitocybe orangé, est un piètre comestible.

P1000905

Le pied de mouton est un très bon comestible.
C'est un des seuls champignons à aiguillons comestible.

P1000907

Le coprin d'Ellis est un joli champignon non comestible qui pousse en grande colonies. 

P1000835

La calvaire élégante est un champignon qui pousse sur le bois mort voir pourrissant.
Pouvant mesurer jusqu'à 30 cm, il n'esst pas comestible car provoque de fortes diarrhées.

P1000875

Le rosée des bois est fort savoureux. Il ressemble en tout point au le rosé des
près mais pousse dans les lisières et les sous bois.

P1000828

Le bolet poivré est un petit champignon au goût de poivre trop prononcé pour être consommé.
Néanmoins il peut servir de condiment. 

P1000865

Le géastre à trois enveloppes  ressemble fortement à l'astrée hygrométrique,
mais il est plus rare et n'a pas la particularité de se replier sur lui même
quand il pleut. Il n'est pas comestible.

P1000825

La lépiote châtain est un champignon très toxique. Il ne mesure pas plus
de 10 cm ce qui permet de ne pas la confondre avec le délicieux coulemelle.

SAM_4409

L'hypholomes en touffe est un petit champignon jaune. Il est toxique et n'est donc pas comestible.

SAM_4429

La russule jaune est un bon comestible à ne pas confondre avec le russule du fiel.
Il est fragile et est peu fréquent ce qui rend sa consommation rare.

SAM_4378

La russule comestible est un bon champignon qui est intéressant à consommer
du fait de sa taille et de son nombre.

P1000881

L'amanite jonquille est une amanite dont la toxicité n'est pas avérée dans tout les
cas de sa consommation mais qui a tout de même envoyé plusieurs
personnes à l'hopital. Il vaut mieux s'abstenir.

P1010078

Le polypore pied de chèvre est un champignon très rare,
considère comme menacé. Il pousse seul ou en petites colonies.
Bien qu'il soit un excellent comestible, il faut se contenter de le regarder.

P1010012

Le lactaire savoureux est parfois appeler à tort sanguin. C'est un très bon champignon,
un peu fort qui a un goût de safran. Il peut être consomer tel quel,
en soupe, en appéritif ou en condiment. Quand on le coupe
les partie exposées deviennent bleues ou vertes mais cela ne le rend pas toxique.

P1000883

Le polypore écailleux est un champignon comestible à condition que l'on mange les plus jeunes spécimens.
En marinade ou en beaucoup il a une douce saveur.

SAM_5054

Amanite panthère est un terrible champignon toxique qu'il faut éviter.
Attention il ressemble beaucoup à l'amanite rougissante et l'amanite épaisse.

SAM_5826

La lépiote brun-lilas est une jolie lépiote. Elle n'est pas comestible car toxique et
même dans certains cas mortelle.

SAM_5805

L'amanite safran est comestible à condition d'être reconnu par un exepert,
la famille des amanites comportant de nombreux champignons semblalbes
les uns aux autres et fortement toxiques.

SAM_5845

Le russule de sardoine n'est pas comestible, mais il reste fort appréciable de par sa couleur.

SAM_5954

L'hypoxylon en forme de fraise est non comestible. Il pousse sur le bois mort.

SAM_5999

Le cortinaire couleur de roucou est un champignon mortel avec le quel il faut être prudent.

SAM_6146

Le panéole coprophile n'est pas comestible car concidéré comme toxique.

SAM_6118

Le polypore cilié n'est pas comestible car sa chair est coriace et n'a pas bon goût.

SAM_6126

L'armillaire couleur miel est comestible très jeune. On ne consomme que le chapeau,
que l'on fait longment blanchir avant de le poêler.
Attention, de nombreuses intoxications ont été enregistré. Il vaut mieux l'éviter.

SAM_6137

L'armillaire sans anneau est un bon commestible quand il est jeune,
mais il ne se conserve que très peu de temps.

SAM_6464

Le lactaire à lait brûlant aime beaucoup les noisetiers. Le lait blanc qui
s'en échappe devient jaune en séchant. Il est très âcre ce qui le rend inconsommable.

SAM_5058

L'hypholome en touffe est un joli champignon, présenté ici sous sa forme juvénile.
Par la suite son chapeau s'élargie et on peut distinguer de façon nette ses lamelles.
Sa chair est très amère, ce qui n'est pas très grave au vu de sa toxicité.

SAM_4917

La pholiote du peuplier est un excellent champignon qui affectionne
les troncs des arbres morts et pousse de la fin du printemps à celle de l'automne.

SAM_5917

La tramète versicolor est un polypore qui peut revêtir une grande gamme de couleur,
du bleu foncé à l'orange, du vert au marron en passant pas le blanc,
le beige ou encore le gris sombre. C'est un champignon
non seulement immangeable en raison de sa dureté mais également toxique.

SAM_6688

Mycena rosea est un champignon toxique malgré sa belle couleur..

SAM_6711

L'hygrocybe perroquet est un joli champignon vert à sa naissance,
qui devient jaune en grandissant et prend des teintes rouges à maturité,
ce qui lui donne le nom de perroquet car il en porte les couleurs.

SAM_6692

La fleur de tan cendrée ressemble à la ponte d'une araignée.
C'est un champignon mousseux qui pousse sur l'herbe ou le bois mort. Iln'est pas comestible.

SAM_6800

Le tricholome colombette est un excellent comestible
que l'on peut facilement confondre avec des champignons mortels
ou toxiques comme l'amanite vireuse (mortelle).

SAM_6872

L'armillaire à pied clavé est assez rare est bien qu'il a une chair douce,
il est considéré comme nous comestible.

SAM_6861

Le mycène à pied ferme n'est pas considéré comme comestible
car sa chair est trop petite et trop délicate pour être consommée.

SAM_6917

Le plutée brun d'ombre est unchampignon rare non comestible.

SAM_6978

L'entolome livide cause la dégénérescence du foie et de l'appareil digestif
si il est consommer, c'est un sévère toxique parfois mortel.

SAM_7006

La russule sans lait est un comestible trés médiocre.
Il porte ce nom car ressemble à un lactaire mais s'en différencie par son absence de lait

SAM_7065

L'hypholome couleur de brique est un champignon toxique qu'il ne faut pas consommer.

SAM_7077

Le lactaire roux estun champignon trop amer et poivré pour être consommé.

SAM_7110

Le bolet à chair rouge est un excellent comestible mais toxique à l'état cru.
Les estomacs fragiles le digèrent mal.

SAM_7128

L'helvelle crépue est un médiocre comestible toxique à l'état cru.

SAM_7419

L'amanite des Césars est un champignon remarquable très apprécié
et considéré comme l'un des meilleurs. 

SAM_7315

L'amanite tue-mouche est un champignon non comestible
qui donne des hallucinations et des troubles gastriques très graves.

SAM_7250

Le tricholome rutilant est un champignon non comestible car très
(trop) amer. De plus il est suspecté d'être toxique.

SAM_7236

Le bolet bai est un très bon champignon dont la chair délicate une fois
sectionnée prend une teinte grisâtre. Il faut le consommer jeune en excluant le pied.

SAM_7226

La chantrelle en trompette est un très bon champignon fort recherché.

SAM_7415

Le clitocybes nébuleux est un champignon considéré comme non comestible.

SAM_7222

L'helvelle lacuneuse est non comestible car provoque de violentes intoxications. 

SAM_7445

L'oreille-de-lièvre est un très médiocre comestible qui bruni à la cuisson.

SAM_7447

Le pied bleu est un excellent comestible très recherché. Son goût fort ne plaît pas à tout le monde.

SAM_7424

La russule noircissante naît blanche puis prend sa teinte noire.
Il provoque des irritations gastriques et est donc non comestibles.
Dans sa fin, elle est colonisée par un petit champignon, dont un des noms est nyctale
porteuse d'étoiles. (ici)

SAM_7449

La trompette de lamort malgré son nom est un champignon délicieux très
apprécié pour sa toute légère acidité.

SAM_7342

Le lactaire à odeur de chicoré provoque des troubles digestfis,
il n'est pas comestibles même si certaines l'utilisen en condiment dans les soupes.

SAM_6806

Le cliotcybe très grand (Clitocybe Maxima) est un médiocre comestible de taille impressionnante.

SAM_7385

Le lycoperdon brun d'ombre fait parti des familles des vesses. Il es non comestible.

P1010248

La léotie lubrique est un champignon non comestible et gluant qui contient une faible dose de toxines.

P1010263

L'ascocoryne sarcoïde est un petit champignon non comestible violet qui peine
à atteindre plus de 3 cm à pleine maturité.

SAM_0161

La pleurote en forme d'huître est un excellent champignon qu'il vaut mieux consommer quand il est jeune.

SAM_0154

La tramète rougeoyante est un beau champignon très coriace, ce qui le rend non-comestible.

SAM_0337

Schizophyllum commune est petit champignon blanc, jugé non comestible
qu'il ne faut pas ramasser. Il semblerait qu'il ait été consommé un temps dans
certains coins de France, sans que cela ait été probant.

P1020148

Le  flammule à pied velu est un champignon qui vit en colonie et qui investit les arbres mourants.
Quand il libère ses spors, les chapeaux des champignons qui se trouvent en dessous
de lui deviennent blancs. Il est comestible.

SAM_1396

Le calycelle citrine est un petit champignon qui pousse en colonie
et s'atablit là où les arbres morts n'ont pas d'écorce. Il est considéré
comme non comestilbe.

SAM_1201

La pézize écarlate est un champignon qui égaille la forêt. Il n'a pas d'intêret comestible
mais peut mettre un peu de couleur das une assiette.

SAM_1302

Le géoglosse glabre appelé langue-de-terre est un champignon rare considéré
comme non comestible car sa chair est trop coriace.

SAM_3733

Le xylaire du bois est un drôle de champignon fourchu, d'abords blanc,
puis guis et enfin noir quand il fructifie. Il n'est pas comestible.

SAM_3817

Champignon ou non? Les plumes d'anges sont de drôles de formations qui apparaissent
parfois sur les petites branches mortes des chênes et des hêtres de tomber au sol.
Le responsable de ce drôle de phénomène serait un champignon qui sous l'effet
de l'humidité puis d'un gel soudain s'étendrait en de longs filaments fragiles et doux. 

SAM_3927

La pézize veinée est un excellent champignon,
cousine de la morille dont elle partage la même propriété,
à savoir qu'elle nécessite une cuisson prolongée pour ne pas être toxique ou indigeste.

SAM_6465

La morille conique (var.nigra) est une des plus rares du genre et des plus gouteuse,
c'est un excellent champignon qui reste néanmoins toxique cru.

SAM_6357

Le coprin micacé est un champignon comestible de piètre qualité.

SAM_6408

La morille commune appelée aussi vulgaire est un excellent champignon,
c'est la plus répendue des morilles.

SAM_6663

C'est les verpes sont les moins parfumés de la famille des Morchella mais
reste un bon champignon.

SAM_6677

Le morillon commun est un très bon comestible mais un petit peu moins
parfumé que sa cousine.

SAM_6835

La verpe conique est un champignon commestible de la famille des morilles.
Bien moin parfumé il reste agréable en bouche.

SAM_6996

Le mousseron de la Saint George est un excellent champignon à l'odeur de farine fraîche
ou de chataigne selon les odorats de chacun.

SAM_7251

Le lycolage des arbres ou lait de loup est un drôle de champignon non comestible.

SAM_6653

Le mycène à pied jaune ou mycène renati est un joli champignon rose,
blanc et jaune non comestible.

SAM_0084

La russule noire et blanche est un champignon non comestible avec
des suspissions de toxicité.

SAM_0154

Le bolet amer ou bolet du fiel peut facilement se confondre avec le cèpe d'été.
Son goût très amer le rend inconsommable.

SAM_0290

La russule fétide est relativement massive sent le cheveux ou la corne brûler.
L'amertume de sa chair et son odeur la rendent non comestible.

P1060093

La collybie radicante est un piètre comestible facile à confondre avec d'autres espèces.

SAM_1708

L'amanite vaginée est comestible bien cuite et était utilisée dans des pratique magiques autrefois.
Reservée aux connaisseurs.

SAM_2100

La russule belette est un bon comestible.

SAM_2047

La calvaire dréssée est un champignon non comestible à raison de son goût poivré.

SAM_1412

Le bolet à pied rouge est un excellent comestible, toxique cru ou mal cuit,
qui à le tord de noircir à la cuisson.

SAM_1491

Le bolet rude est relativement commun chez nous. Piètre comestible, on le voit du début
de l'été au milieux de l'automne.

SAM_1500

La famille des bollets orangés comportent de nombreux sous-genres dont certains
sont de bons commestibles.

SAM_2040

La russule dorée est l'un des meilleurs russules qu'il soit.

SAM_2106

La vesce hérissée n'est pas comestible mais fort esthétique.

SAM_1427

Le bolet blafard à pied rouge est toxique cru. C'est un comestible moyen.

SAM_3212

La lépiote excoriée est une lépiote comestible qui juvénile aura un chapeau crème
puis peu à peu deviendra blanche tout en conservant un mamelon brun. 

SAM_3196

La lépiote mamelonnée est elle aussi un bon comestible,
proche d'aspect de la lépiote élevée.

SAM_3753

Les gymnopiles pénétrants sont des champignons non comestibles car toxiques.

P9160669

Les hypholomes en touffe sont de petits champignons non commestibles aux jolies couleurs.
Au vu des dernières analyses ils seraient toxiques.

SAM_3717

L'amanite fauve est une espèce proche de l'amanite vaginée.
C'est un champignon non comestible.

SAM_5182

Le lycoperdon brun d'ombre appartient à la famille des vesses. Il est non comestible.

SAM_5034

L'helvelel lacuneuse est un champignon toxique que l'on rencontre du début de
l'automne au début de l'hiver. 

SAM_5069

les léoties lubriques sont toxiques contiennent la même toxique que le gyromite.

P9160667

Le cortinaire blanc-violet est un piètre commestible.

SAM_5165

 Le lyophylle conné n'est pas comestible car contient des agents mutagènes.

SAM_4929

Le bolet à tubes coupés est non comestible. Il ne faut pas le confondre
avec les cèpes plus nobles.

 

Voilà 2014 avec toutes les nouvelles découvertes qu'entraine cette nouvelle année !

P3300016

L'hygrophore de mars est un excellent et rare champignon printannier très recherché.

P3300071

Encore plus discrète, l'Urnula Craterium ne se rencontre que rarement.

P3300007

Non comestible, la tramète bossue se reconnaît aux algues qui viennent la coloniser.

P3300029

Le polypore marginé n'est pas comestible. On le reconnaît à sa marge orangée.
Chaque pli équivaut à une année... faites le compte!

P3300075

L'entolome à pied hérissé est toxique. Il sent la farine et le concombre.

P3300040

L'hypholome à lames fumées est un piètre comestible à éviter.

P3300055

Les pholiotes changeantes sont de bons comestibles. Attention aux confusions!

P9160559

Armillaria solidipes n'est pas connu pour être comestible.

P8240093

 Le calvaire jaune est considère comme comestible même s'il faut s'en méfier.

P8190099

La lépiote gracile ou lépiote de Ricken fait partie des grandes lépiotes comestibles.

P8190126

Le lactaire presque doux est non comestible et pousse essentiellement sous les hêtres.

----------------------------------------------------------------------------------------

Pour identifier plus de champignons c'est par là: 

http://mycologia34.canalblog.com/archives/0___tous_les_champignons_du_blog/index.html

et par là

http://mycorance.free.fr/

 

mardi 16 octobre 2012

Sortie en forêt 13.

A quelques lieux de Grenoble, la forêt. S'échapper pendant 3h du monde civilisé est à porté de main.

SAM_6598 SAM_6600

Nous voilà donc dans les bois des Vaillants. Le départ de cette balade ce trouve dans le parc de Seyssinet, à 500 mètre de la rame de tram C (station Hôtel de ville).

SAM_6625 SAM_6620

Les premiers pas se font dans un fort dénivelé, sur un chemin peu étroit où on peu facilement croiser des vttistes. Prudence.

SAM_6652

C'est une partie du parcours très belle, la végéation est à semi-sauvage et rocailleuse.

SAM_6605  SAM_6744

Le fragon, appelé petit houx, est un arbuste qui atteint au maximum 80 cm qui est rare dans l'est de la France. Pourtant il est très abondant à Grenoble. Les rameaux munis de baies rouges se conservent longtemps dans un vase. C'es une plantes médicinale qui soigne les inflammations, les varices et le rétrécissement des vaisseaux sanguins. Les jeunes pousses sont comestibles.

SAM_6610 SAM_6634

Il y a beaucoup de plantes à observer comme cette espèce de lamiaceae violette à gauche ou cette laitue sauvage et comestible à droite.

SAM_6607

Le troène commun est un arbuste médicinale qui servait autrefois à la vannerie. On le trouve à l'éat naturel mais aussi dans nos jardin où il fait de belles haies. Ses baies servent à la fabriquer une encre violette et une teinture jaune. Attention, toutes les parties fraîches sont toxiques.

 SAM_6602 SAM_6645

Le polypode commun est une fougère qui se plaît beaucoup dans les bois clairs, sur les rochers, entre les bois pourrissants.

SAM_6654 SAM_6613

Ici ces trois conditions sont réunies, ce qui explique la présence des immenses colonies de cette fougère un peu partout.

SAM_6608

La capillaire est une fougère qui pousse en touffe. Elle aime se trouver entre les rochers, dans les talus ou les murets. Elle peut vivre très longtemps.

SAM_6617 SAM_6619

Voilà un joli scarabée funèbre. Son nom vient du fait qu'il est entièrement noir, vit dans les lieux sombre et insalubre, qu'il est vecteur de moisissures et possède un liquide toxique qu'il a la capacité de projeter. Celui peut être dangereux si il est ingéré par un animal. Autrefois, on racontait que cracher sur un scarabée le faisait donner une goutte de sang avant de mourir.

SAM_6622 SAM_6623

Les sédums, autres plantes échappées des jardins ont fini de fleurir. C'est une famille de plante grasse qui regroupe plus de 400 variétés.

SAM_6630

Une autre variété de sédum aux feuilles blanches.

SAM_6636 SAM_6637

Après quelques efforts, on arrive au dessus de la ville, avec un beau panorama.

SAM_6639 SAM_6640

Mais il faut encore emprunter le chemin escarpée pour avoir une vue complète.

SAM_6642

On entend la clameur de la ville. Une belle vue, qui montre bien comment Grenoble est enclavé dans la vallée.

SAM_6644 SAM_6660

Bien que a ville soit présente, l'endroit reste sauvage, où les lézards communs et les oiseaux s'en donnent à coeur-joie.

SAM_6646 SAM_6684

D'autres variétés d'arbrisseaux que je croise pour la première fois sont visibles.

SAM_6707 SAM_6708

Le fusain d'Europe, bonnet d'Evêque pour les intimes, est un arbustreaux feuilles vertes qui virent au rouge pourpre à la fin de l'automne. Ses fruits sont des capsules à 4 lobres d'un beau rose indien qui s'ouvre pour laisser apapraître 2 à 4 baies oranges dorées qui sont toxiques et font le bonheur des oiseaux. C'est cette arbre qui une fois carbonisé donne du fusain. Il est aussi recherché pour la marqueterie.

SAM_6650

Mes premiers champignons, de petits polypores blancs.

SAM_6669 SAM_6663

Un oiseau est passé à la casserole, est au vu des plumes, certainement un vieu corbeau.

SAM_6667 SAM_6688

Quelques champignons sympathiques, comme ce qui semble être à droite un russule rose, qui est un pière comestible.

SAM_6671

Le chemin devient un peu plus calme, ouf pour les jambes.

SAM_6680 SAM_6681

Quelques mycènes inconnus.

SAM_6695 SAM_6699

Ceux-ci ne tarderons pas à être identifier.

SAM_6690

Direction la Tour sansVenin.

SAM_6711 SAM_6712

Les hygrophobes perroquets sont des champignons étonnants.

 SAM_6710 SAM_6713

Ils peuvent être teintés de vert, de jaune, de rouge d'où leur nom de perroquet car ils rappellent le plumage de ces oiseaux.

SAM_6692

 La fleur de tan cendrée n'est pas bien ragoûtante. Ne vous fiez pas à son nom, c'est bien un champignon. Il se développe sous forme d'une mousse blanche sur les herbes et le bois mort. Il n'est pas comestible.

SAM_6659 SAM_6725

Les lianes donnent de beaux fruits rouges.

SAM_6722 SAM_6733

Il y a bien des fleurs dans le bois, comme ce mélampyre des bois à gauche ou ces fleurs jaunes à droite.

SAM_6719

Une jeune liane.

SAM_6738 SAM_6704

Pas facile d'identifier les plantes sans leurs fleurs, je peux seulement les rapprocher de leur famille comme avec cette palnte de la famille des euphorbes à droite.

SAM_6730 SAM_6732

Le nèflier sauvage est un fruit oublier, parfois nommé cul de singe.

"D'abord en extraire la pulpe, travail difficile. Je les fais cuire avec un peu d'eau, puis les écrase, les presse et filtre pour en recueillir la chair et éliminer les pépins, qui ne doivent pas être consommés."--> pour en savoir plus c'est ici.

SAM_6718

Quelques jolis fruits rouges.

SAM_6765 SAM_6766

L'inocybe fastigié est un champignon fort toxique.

SAM_6742 SAM_6743

Un vieux russule, rougé jusqu'à la moelle ou du moins jusqu'au lamelles, ce qui empêche toute identification.

SAM_6715

Une colonie de petits champignons jaunes, plus proche certainement des tremellas que des polypores.

SAM_6745 SAM_6747

A gauche de nouveaux inconnus, à droite une vesse de loup perlée qui est un piètre comestible apprécié des limaces.

SAM_6751 SAM_6752

Quelques euphorbes.

SAM_6737

Et on continu sur un chamin forestier bien plus large mais un peu boueux.

SAM_6769 SAM_6770

Deux petits entolomes livides, qui sont vénéneux.

SAM_6740 SAM_6763

Quelques jolis escargots mangés pat les oiseaux.

SAM_6768

Ceux-ci sont particulièrement travaillés.

SAM_6771 SAM_6772

Un drôle de champignon en forme de fleur. Un beau bouquet en vu.

SAM_6777 SAM_6776

La promenade mène dans une petite clairière. Quelques plantes médicinales s'y trouve comme la carotte sauvage à gauche ou l'aigremoine à droite.

SAM_6727

Une plume échouée.

SAM_6657 SAM_6783

Certaines fleurs sont passées, à gauche de la bardane, à droite des chardons.

SAM_6778 SAM_6780

Un ombrilifère inconnu au bataillon.

SAM_6774

Un petit coin bien sympathique.

SAM_6748 SAM_6782

Autres plantes médicinales, le lamier blanche à gauche (que l'on retrouve ici) et le millepertuis, à droite.

SAM_6785 SAM_6786

A droite de l'ambroisie, qui trop envahissante peut par son pollen provoquer des crises d'asme. A droite les traces d'un feu, l'endroit doit être bien fréquenté les soirs d'été.

SAM_6753

Le long des chemins, quelques chênes tortueux poussent.

SAM_6757 SAM_6784

Pause face au paysage, sous les arbres.

SAM_6802 SAM_6800

Drôle de champignon semblable au recherché mousseron de Saint Georges qui pousse au printemps. Ici il s'agit du tricholome colombette, un bon comestible. Il ne faut pas le confondre avec le tricholome blanc, un non comestible.

SAM_6801  

Il ne faut pas le confondre avec le tricholome blanc, un non comestible.

SAM_6790 SAM_6791

Étranges champignons que ceux ci, mesurant une douzaine de centimètres.

SAM_6789

Il ressemble à une vachote mais le chapeau est enroulé sur les bord, il ne dégage pas de lait, son pied et ses lamelles ne sont pas fusionnés et ces dernières sont blanches.

SAM_6805 SAM_6806

Et que dire de ceux ci, immenses et cachés danse le lierre?

SAM_6809 SAM_6811

Une vraie invasion mais impossible de leur donner un nom, du moins pour le moment.

SAM_6808

Leur pied et leur lamelles serrées sont liées, le chapeau est légèrement creusé et claire.

Ce n'est plus un secret, voilà le clitocybe maxima ou clitocybe très grand. C'est un comestible médiocre. Merci à l'équipe du club des cèpes, ils m'ont été d'une aide précieuse. Vous pouvez les retrouver ici: http://leclubdescepes.xooit.fr/portal.php

SAM_6816 SAM_6817

Je ne suis pas la seule à avoir empruntée le chemin, les oiseaux ainsi que maître renard ont fait de même.

SAM_6822 SAM_6823

Nouvelle ouverture sur le paysage, nouvelle clameur de la ville.

SAM_6820

Une bulbe reptans, une jolie plantes aux petites fleurs bleues de la même famille que la menthe, la sauge et les lamiers.

SAM_6824 SAM_6826

Grenoble est une ville ce situant dans une cuvette, entourée des pré-Alpes et traversée par la rivière Isère.

SAM_6834 SAM_6829

Au bord de la falaise, aperçu de la commune de Fontaine, commune annexe de Grenoble.

SAM_6832SAM_6831SAM_6830

Vue globale sur la ville.

SAM_6833 SAM_6836

Bien que le secteur soit très escarpé, il y a une sécurité qui empêche les glissades.

SAM_6837 SAM_6838

Je l'ai d'abords prit pour un cèpes et puis non surprise, voilà un sympathique champignon.

SAM_6839

Je ne l'ai pas encore identifier, on dirait une sorte de tricholome ou de cortinaire.

SAM_6843 SAM_6849

Quelques petits mycènes inconnus cachés dans les feuilles.

SAM_6854 SAM_6855

De même, avec à droite un russule bien rongé.

SAM_6861

Le mycène à pied ferme n'est pas jugé comme comestible en raison de sa petite taille.

SAM_6884 SAM_6886

Drôles de champignons, tout gluants, chacun à un stade différent de la pousse.

SAM_6866 SAM_6868

Deux petits bolets passés et complètement délavés par le temps ce qui empêche de les reconnaître.

SAM_6863

Plantes du sous bois, surement de la famille des crêtes de coq.

SAM_6872 SAM_6875

L'armillaire à pied clavé quand il est jeune comme ici peu se confondre avec l'armillaire bulbeuse. C'est un mauvais comestible car son goût est désagréable. A rejeter.

SAM_6880 SAM_6896

D'autres petits champignons inconnus, du moins pour le moment.

SAM_6898

Du lichen blanc, chose que je n'avaisjamais vu.

SAM_6911 SAM_6926

Quelquesfleurs du sous bois que l'on trouve dans leschamps comme la vergerette à gauche ou cette grande plante qui fait des chatons e qui au début de l'été fait de grosses grappes de fleurs violettes.

SAM_6927 SAM_6913

La forêt se couvre de couleur avec à droite cet arbre à papillon ou ces feuilles de chêne roussies à droite.

SAM_6906

Ce n'est pas un fruit mais une galle du chêne, à l'intérieur une larve de guêpe solitaire qui ne va pas tarder à en sortir.

SAM_6916 SAM_6917

Le plutée brun d'ombre est un champignon qu'il est rare de croiser et qui pousse en solitaire. Il n'est pas comestible.

SAM_6920 SAM_6990

Deux autres champignons qu'il reste à identifer... que de travail.

SAM_6914

A quelques mètres du chemin, une cabane dans le sous bois, sous un énorme tronc d'arbre.

SAM_6932 SAM_6934

Sur un talus,poussent des petits champignons blancs par dizaines.

SAM_6936 SAM_6939

On dirait des clitocybes blancs mais leur chapeau est trop immaculé pour qu'il en soient.

SAM_6928

C'est de là qu'à j'ailli un faisan, qui a eu la bonne idée de s'envoler sur moi... je comprend mieux le concept de "tête de piaf".

SAM_6947 SAM_6950

A gauche la sauge glutineuse, aux blellesfleurs jaunes et pourpres. A droite le sceau de salomon qui en ce moment donne des fruits.

SAM_6957 SAM_6958

Dans la suite de la promenade, un source qui s'urgie au coeur de la forêt.

SAM_6964

Et pour passer au dessus de l'eau, des ponts improvisés.

SAM_6974 SAM_6976

Dans les racines des arbres, quelques champignons profitent de la mousse humide.

SAM_6967 SAM_6970

Toute chose a une fin, enfn là pas encore, mais je commence ma redescente vers la ville.

SAM_6978

L'entolome livide, un champignon mortel, s'est établit en groupe.

SAM_6983 SAM_6984

Quand à ceux-ci, énormes et aux couleurs chatoyantes, mystère.

SAM_6985 SAM_6986

Deux inconnus se rajoute à la liste des identifications à effectuer.

SAM_6991

Une guirlande de baies rouges égayent le sous-bois. 

SAM_7000 SAM_7003

Depuis le haut du chemin, une dernière vu sur la ville de Fontaine, avec en prime un aperçu de l'immence jardin commun de la commune où une cinquantaine de parcelles sont cultivées.

SAM_7005 SAM_7006

Le russule sans lait porte ce nom car il ressemble à bon nombre de lactaires. C'est un comestible médiocre.

SAM_6997

Le russule émétique est un champignon toxique, quoi qu'en mauvaise forme ici.

SAM_7008 SAM_7010

Pour finir, passage obligé entre ces deux roches énormes.

SAM_7020 SAM_7015

On se croirait dans un décor de film.

SAM_7029

Passage devant l'éco-jardin de Fontaine, un jardin bio immense géré par plusieurs familles: http://www.ecojardins-fontainois.fr/

SAM_7034 SAM_7038

Pause dans le parc de la Poya, à 400 mètres du dernier arrêt de tram. Bien qu'il soit pas bien grand et visiblement peu visité, il n'en est pas moins superbe.

SAM_7040 SAM_7041

La jeune renouée du japon envahie la petite île (à gauche) qui est accessible par ce pont, où les racines des vieux arbres serpentes et donne un aspect mystique à l'endroit.

SAM_7045 SAM_7047

Un canal travers le parc. Plus loin, un bassin défraîchi et presque vide accueil roseaux et joncs.

SAM_7048 SAM_7052

On croirait que le temps c'est arrêté, des escaliers et des ponts surgissent de sous les arbres, et dans les bassins,des petits poissons nagent entre les îlots de vase.

SAM_7054

Grenouille et verrons se font discrets.

SAM_7092 SAM_7093

Pas de nom pour cette troupe de champignons des villes, je pense les avoir vu sur les étales des marchants mais quand on ne sais pas, on ne touche pas.

SAM_7072 SAM_7074

Pour celui-ci pas de nom aussi, et de plus il est très intrigant, il ressemble à une amanite mais n'a pas d'anneau ni de "bulbe".

SAM_7064

Unexemplaire de ces dôles de champignons marrons.

SAM_7070 SAM_7080

 Ils forment d'immenses rond de sorcière dans le jardin de ville, mais pas une page internet ne peut m'indiquer qui ils sont. Le mystère sera retrouvé quand j'aurais mis la main sur mes livres de mycologie.

SAM_7075 SAM_7081

En tout cas ils sont fort esthétiques.

SAM_7082

Le pied est comme on dirait, velu.

SAM_7062 SAM_7063

Mon premier bolet à pied rouge sur Grenoble... entièrement mangé et pourrit comme les deux autres sur les quels j'ai mis la main.

SAM_7065 SAM_7066

Voici de jeunes hypholomes couleur de brique, qui deviendront bien rouge à maturité.

SAM_7077 SAM_7078

Le lactaireroux est un champignon si poivré et si amer qu'il n'est pas consomable.

SAM_7089 SAM_7091

Un inconnu au chapeau doré! Impressionnant. 

SAM_7057

Et ceux-ci sont remarquable, pourpre autour et au centre, beige-orangé à l'intérieur.

SAM_7100 SAM_7102

Deux petites vachotes, en cette période c'est rare.

SAM_7097 SAM_7098

Ceux-ci sont très design, on croirait des champignons japonais.

SAM_7096

 Eux aussi sont des inconnus.

SAM_7103 SAM_7105

Ceux là non plus n'ont pas été identifier. Ils sont imposants et forment d'impressionants ronds de sorcière également.

SAM_7108 SAM_7110

Le bolet rouge est facilement identifiable à son pied et sa mousse rouge. Sa chair bleuie une fois tranchée. C'est un excellent comestible.

SAM_7107

Celui-là a été ravagé par les limaces.

SAM_7113 SAM_7114

Le collybie à chapeau rayé est un champignon non comestible qui à la particularité d'avoir des filament de mycélium mesurant jusqu'à 1 mètre.

SAM_7116 SAM_7117

Celui-ci n'est pas mal, avec ça drôle de teinte bleue-verte, son pied beige et ses lamelles marrons.

SAM_7126

En parlant de marrons, en voilà un tout beau tout chaud. La plupart des champignons rencontrés dans le parc poussent sous ceux-ci.

SAM_7121 SAM_7124

Le temps d'un instant, prendre la taille d'un lilliputien permet de renouer avec son âme d'enfant.

SAM_7128 SAM_7129

L'helvelle crépue est un champignon étrange. Il est un comestible médiocre qui est toxique cru.

SAM_7133

Coupé, son pied fait penser à l'intérieur d'un os ou à du cartilage.

SAM_7137 SAM_7138

Celui là aussi je ne le connais pas encore. Il donne l'impression que son chapeau est duveteux. En tout cas il plaît énormément aux limaces.

SAM_6653

Voilà une belel promenade, pas très fructueuse je l'avoue, mais pleine de découvertes et de surprise.

mercredi 19 septembre 2012

Sortie en forêt 11.

P1000982

Dans notre quête du château de Saint Sixte (ici), nous sommes parties faire cueillettes dans la forêt. Nous voilà revenues avec une belle récolte.

P1000952 P1010011

Quelques bons comestibles se trouvent dans la forêt comme les coulemelles à gauche ou les laccaires améthystes à droite.

P1010051

Attention toute fois aux terribles lépiotes châtains.

P1010014 P1010012

Comme toujours, il y a beaucoup d'inconnus comme ici avec ce lichen en haut à gauche ou ces deux champignons en bas. Par contre à droite en haut se trouve le lactaire délicieux, un très bon comestible.

P1010029 P1010039

 

P1010044 P1010046

Les vesses en forme de vasque commencent à relâcher leurs spores. Une simple pression dégage un nuage grisonnant.

P1010079

Le polypore à pied de chèvre est un très bon comestible mais aussi très rare. Ce champignon a complètement disparu dans certaines régions. Ici on peut voir les gouttes que la pluie a laissé sous son chapeau.

P1010069 P1010070

Ah les belles chanterelles que voilà.

P1010072 P1010073

Les températures et l'humidité de ses derniers temps, en plus d'un petit rayon se soleil, les ont fait abonder et devenir belles et grosses.

P1010075

Bientôt les trompettes de la mort feront leur apparition.

P1010037 P1010042

Fini le temps où les sous bois étaient gris et secs, la pluie a reverdi la forêt qui se couvre de mousse.

P1010049 P1000954

Les fourmis sous l'effet du soleil débordent d'energie et les baies d'aroms sauvages finissent de mûrir.

P1010048

Quelques rayons de soleil ne font jamais de mal en cette saison.

P1010078 P1010065

Avec le polypore pied de chèvre (à gauche), pousse le bolet à chair jaune, un comestible très moyen qu'il est préférable de consommer avec d'autres champignons.

P1010067 P1010076

Le phytollaque qui fleurissait en juillet (ici) donne des belles baies violines très toxiques (àgauche).  droite un petit champignons inconnu pointe le bout de son nez.

P1010082

Une petite rainette des bois c'est aventurée entre nos pieds. Le temps de l'observer nous lui avons rendu sa liberté.

P1010096 P1010109

Par la suite nous avons voulu explorer la forêt magnétique ce Cessieu, (forêt de Vallin) mais nous n'avons pas réussi à la trouver. A défaut nous avons explorer les bois alentours.

P1010092 P1010094

Le sceau de Salomon (article complet ici) a fini de fleurir et donne ces dernièrs fruits.

P1010091

C'est une plante toxique, utilisée en médecine et en magie.

P1010118

Ses racines sont très particulières et ressemble à des articulations. Cela est dû à la chute chaque anné de la tige qui laisse une marque. Ainsi pour déterminer l'âge de la plante il faut compter le nombre de marque comme avec les cercle d'un tronc d'arbre.

P1010100 P1010101

Dans la forêt il y a de nombreuses ruches, parfois à l'abandon. Ici une ruche traditionnel, creusé dans un tronc d'arbre. Un reste de branche fait office d'entrée.

P1010103 P1010129

Chaque secteur où se trouvent les ruches a son numéro. Simples caissons de bois, certaines ont été peintes et décorées.

P1010128

 

P1010116 P1010117

Les lianes donnent des fruits multicolores et toxiques. La nature se pare de rouge, de jaune et d'orange.

P1010119 P1010125

Certaines plantes annonce l'automne comme ce prêle des champs à gauche (plante médicinale) et cette colchique à droite.

P1010089

Le houx n'a pas encore fleurit. Cette hiver il donnera de belel boules rouges pour décorer les maisons.

P1010135

Après ce petit tour nous voilà rentrées avec une fabuleuse récolte.

P1010056 P1010057

Faux mousserons, coulemmelles, chanterelles, cèpes de Bordeaux, rosées des bois, pieds de moutons, il y en a pour tous les goûts.

P1010071

 

P1010106 P1010133

Mais ce n'est pas tout, bein d'autres choses nous ont enchanté, comme ces châtaigniers entrelacés ou ces cynorrhodons d'églantiers.

P1010058 P1010113

Nous avons mêmes trouvés des bédégars, des déformations du rosier sauvage (ici). Dans le centre de Cessieu se trouve une jolie maison que nous avons renomé "maison de la sorcière" (dans le sens bénéfique) du fait des nombreuses figurines animales et plantes qui décorent sa façade.

retouche 2     retouche 3

Une jolie rencontre nous attendait dans un châtaigneraie. Le faucon crécerelle est un rapace fort discret. Il vit en Europe, en Afrique et en Asie. Ici il s'agît d'un mâle car sa tête est bleue-gris.

retouche 1

Notre présence lui a peu plus, après plusieurs vols rapides autours de nous et quelques cris, il s'en est allé.

mardi 18 septembre 2012

Sortie en forêt 10.

P1000766

(Merci à ma petite mère de m'avoir prêté son appareil photo)

A la douceur des bois, la fraîcheur des prairies, la chasse aux champignons est ouverte.

P1000877

Attention, dans les bois et forêts se trouvent les lépiotes. Attention à ne pas confondre la délicieuse coulemelle (en bas à gauche) avec la terrible lépiote châtain (en bas à droite et en haut), elle est à rejeter car toxique.

P1000924 P1000825

 

P1000848 P1000850

De nombreux champignons nouveaux sont une fois de plus apparus, comme ce joli champi' violine.

P1000816

Les calocères visqueuses s'en donne à coeur joie.

P1000883 P1000886

Le polypore écailleux est un polypore qui se mange jeune en marinade. 

P1000823 P1000879

Les vesses en forme de vasques commencent à vieillir, certaines se sont faites dévorer par les petites bêtes de la forêt, d'autres répandent leurs spores.

P1000795

 

P1000854 P1000773

Certains champignons ont l'art de se fondre dans les feuilles mortes et l'humus brunis.

P1000875 P1000873

Les rosées des bois, d'excellents comestibles, se cachent des chercheurs sous l'herbe sèche et les aiguilles de pins. 

P1000788

Le russule feuille morte est un joli russule bien qu'il soit un comestible moyen.

P1000914 P1000912

Sur la mousse des vieux arbres morts, poussent de jolis 

P1000893 P1000845

Les fausses girolles sont remarquables en cette période.

P1000928

Les fourmis se préparent pour l'hiver, la fourmilière prend des proportions incroyables.

P1000868 P1000838

Les animaux ne sont pas aussi discrets que l'on pourrait le penser. A gauche une famille de sanglier à littéralement retourné un champ au coeur de la forêt pour trouver des tubercules et des vers. A droite un chevreuil à gratter de sa ramure un tronc pour marquer son territoire, lui retirant au passage son écorce. 

P1000771 P1000839

L'homme lui aussi laisse sa marque, avec par exemple une balise de chemin de randonnée ou un vieux abreuvoir abandonné qui se trouve dans une forêt qui, il y a 100 à 150 ans de cela, devait être un champ.

P1000811

Étrange forme que prend cette petite amanite jonquille rongée par une limace .Elle ressemble à un crâne digne de Monsieur Jack, se qui rappel sa toxicité supposée.

P1000907 P1000919

Le coprin d'Ellis est un champignon qui se développe en grandes colonies. Il est non comestible.

P1000941 P1000808

Les polypores sont toujours là, comme mon joli (et fétiche) polypore du bouleau que je retrouve chaque fois ou ce gros polypore multicolore.

P1000858

Le mélampyre des bois refait son apparition, lui qui un temps avait disparut de la forêt. On peut le voir ici: plantes parasites de l'Isère.

P1000815 P1000947

Dans notre panier plein de bonnes choses. L'incoutournable chanterelle (en haut à gauche et en bas) est rejointe par les cèpes bien qu'ils soient tout petits et parfois mangés par les rongeurs et les limaces (en haut à droite).

P1000819

Ne sont-elles pas mignones?

P1000905

Au panier nous avons rajouté des petits pieds de moutons, tout aussi savoureux.

P1000835 P1000828

La calvaire élégante ne pousse que sur le bois mort (à gauche). Elle peut atteindre une trentaine de centimètres. Bien que non toxique elle inflige de terribles coliques. A droite un petit bolet poivré, inconsommable avec son fort goût de poivre comme son nom l'indique. Il peut tout fois servir de condiment.

P1000865 P1000806

Voici d'autres jolis champignons avec le fascinant géastre à trois couche (à gauche), un champignon rare ou le russule émétique (à droite), rare lui aussi et dans ce cas plutôt vieillit, qui est réputé pour être inconsommable.

P1000899

Ah le beau panier que nous avons rammassé, la forêt est pleine de ressources.