mercredi 29 août 2018

Au jardin sous l’éclipse de Lune.

DSC08098

L'été au jardin, à la lumière des flammes des bougies, cela faisait longtemps que nous en rêvions. Pour la peine nous voilà pour juillet en Isère à profiter de la fraîcheur de la maison familiale. C'est le moment idéal pour se retrouver. Je travaille tout au long de la belle saison en bureau, mais je ne perds pas de vue ma passion, dans ce cadre idyllique pour observer les oiseaux et en particulier les petits passereaux.

DSC09499

La nuit des étoiles a été radieuse, le 3-4-5 aout ce fût le moment de jouer avec l'obscurité, de s'étendre dans l'herbe pour observer les astres et les comètes traverser le ciel. Mars comme au soir de l'éclipse de Lune était en habit de fête et il a même été possible d'observer les anneaux de Vénus.

Pour voir la grande éclipse lunaire, il fallait être au rendez-vous avec l'univers le 27 juillet. Dans de nombreuses régions les nuages ont été de la mise mais ont permis de créer des photographies incroyables pour certains. D'ordinaire blanche, la Lune est apparue dans une teinte pourpre qu'on lui connaît rarement.

DSC09479        DSC09461

Les prochains rendez-vous sont pris : le 16 juillet 2019 pour une éclipse de Lune partielle puis le 5 janvier et le 5 juin 2021 pour une éclipse pénombrale souvent difficile à détecter à l'oeil nu. Reste plus qu'à attendre d'ici là où à partir sur les continents que sont l'Asie ou l'Amérique pour observer au plus tôt ces phénomènes astraux.

DSC07976

En propection autours du potager, je fais une triste découverte. Une chauve-souris gît à l'entrée de celui-ci, sans doute victime d'un chat de la maisonnée. Son espèce reste encore à déterminer. C'est là un des cruels dilemmes qui se pose quand on aime la faune et les animaux de compagnie. Bien souvent la cohabitation des deux pose problème, en particulier pour les espèces sensibles qui, victimes de nombreuses pressions liées à leur habitat, se voient également prédatées plus que d'ordinaire ce qui ne va pas sans impacter leurs populations.

DSC08228       DSC08258

Voilà les dits coupables. Le noiraud, c'est un de mes chats bien-aimés et que je n'ai pu prendre dans ma valise en partant pour la ville. Recueilli à l'âge de 4 semaines, il était voué à finir comme le reste de sa portée si mes frangins n'étaient pas intervenus à temps : un coup derrière la tête. La non stérilisation des chats en campagne est un véritable problème. La non gestion de leur fécondité conduit à l'apparation de chats errants à la population croissante, malades et prédateurs de notre faune indigène. Il existe pourtant des solutions simples et durables pour permettre une bonne régulation de leur effectif tout en restant respectueux des animaux.

DSC08362DSC08363DSC08367DSC08373DSC08386

Ce soir c'est cuisine ! Après une promenade digestive de l'après-midi et la récolte d'une poignée reine des prés (Filipendula ulmaria), nous sommes bons pour la réalisation d'une délicate crème dessert parfumée de ces fleurs. Quatre oeufs, un peu de sucre, du lait végétal, une grande casserole et le tour est joué. Pour peu que l'on aime les pétales de rose, les hortensias et la chantilly, on peut s'en tirer avec un joli plat à déguster les pieds dans l'herbe.

DSC08482        DSC08488

Le soir, on ne chaume pas. Confection d'une bûche suédoise (appelée aussi bougie canadienne) qui, fendue en son centre, se consume pendant des heures. Elle est idéale pour partager un moment de complicité autour du feu. Elle peu également être utilisée comme on le ferrait d'un poêle à bois en posant la casserole à même la flamme.

Les soirées d'été sont les plus belles, en particulier quand la température baisse, que la pénombre s'intalle et que les animaux sortent. La canicule s'est bien installée et le paysage semble défraîchit avec l'herbe jaunie qui implore la pluie. Pourtant, allongée dans la pelouse, mon regard ne peut s'empêcher de fixer les hautes cimes vertes des arbres, celles des hêtres, des sapins blancs et des épicéas qui semblent nous inviter à les rejoindre en forêt.

DSC07942        DSC08117


samedi 2 novembre 2013

Table automnale.

SAM_5586

 

SAM_5537

La Toussaint est l'occasion pour les familles de se réunir. En effet, c'est la première fête devant Noël et Pâques dans ce qui concerne les réunions familiales. C'est aussi l'opportunité de présenter une jolie table aux couleurs de l'automne.

Une fois de plus Canablog me fait quelques misères pour ma mise en page et comme je n'ai pas le temps de faire de montages photoshop pour régler ce soucis, la présentation de l'article vous semblera peut être un peu archaïque.

Il y a de nombreuses ressources colorées dans la nature en ce moment pour dresser une jolie table: feuilles et fruits font de formidables décorations.

 Voici quelques exemples.

 

SAM_5587

 

SAM_5563

Quelques jolis verres, une vaisselle blanche et harmonieuses, les couverts des grands jours, une nappe de lin... la table prend doucement des jours de fête. Il y a toujours autant de feuilles de vigne vierge rouge qui chutent des murs de la maison, elles feront un très beau chemin de table, agrémentées de feuilles de glycine, de pommes, de centres de tables aux couleurs de l'automne et de lierre.

C'est tout? 

Lanternes et bougies viennent prendre le relais, lançant ça et là des teintes dorées avec leur jolie flamme. Le grand chandelier au centre de la tablé donne un petit côté rétro et nous rappel ces grands réunions de familles du passé où l'électricité n'était pas encore là et où quand la nuit tombait, il était l'heure de se coucher.

 

SAM_5578

 

SAM_5580

La couronne de feuilles est venue agrémenter la table et une belle bougie a été placée en son centre. Quelques grains de maïs, une bande de tissus pailletée, deux trois pots sont venus compléter ce tableau aux milles couleurs. Désormais on rentre dans la période froide de l'automne, et si le 21 décembre sera le début de l'hiver, il est fort à parier que comme l'an dernier (bien que je ne l'espère pas), la neige arrivera plus tôt. Il fait froid, il commence à geler, je crains bien que ça soit la fin pour nos amis champignons. Désormais il faudra attendre l'arrivée des morilles au printemps ou du moins, partir à la recherche des pleurotes et des oreilles de judas, seuls champignons dignes d'intérêts pendant les mois enneigés.

Ci-dessous les vignettes de cette jolie table, cliquez dessus pour pouvoir les voir en plus grand.

SAM_5561  SAM_5566  SAM_5612

    

SAM_5588  SAM_5598  SAM_5626