jeudi 3 janvier 2013

Madame et monsieur pinsons des arbres.

P1020147

Bonne année à tous!

Nous voici en 2013 et l'hiver est toujours là, mais les rayons du soleil se déploie comme si nous étions au printemps. Chaleur et verdure sont de mise, contrairement à l'automne qui nous a donné de belles neiges.

P1020104 P1020105

La cabane à passé sans trop de difficulté es la nouvelle année, elle s'intégre mieux au paysage que je ne le pensais.

P1020095

Et pour l'occasion la pie se laisse enfin photographier à travers les branches des noyers et de cerisiers. Mais la pauvre n'est pas restées bien longtemps sur son perchoir.

P1020099 P1020097 P1020096

En effet, un, puis deux puis toute la bande de grands corbeaux qui aime explorer dans les moindres recoins le champs et le jardin de la maison dans leur quête de nourriture a fait irruption.

P1020102 P1020101 P1020103

Pauvre pie, au milieu de se tintinmare et de ces grandes envolées, difficile de jacasser pour se faire entendre de ses congénères. Aussitôt elle s'envole.

P1020098

Y a pas à dire, le corbeau est bien plus bavard que la pie contrairement à ce que l'on dit.

P1020108 P1020109 P1020114

Après avoir photographié madame pinson des arbres, voilà que monsieur montre enfin le bout de sont bec! (Pour voir les photos en plus grand il suffit de cliquer dessus). 

P1020111

On voit bien la différence entre mâle et femelle: les plus ces ailes sont plus marquées chez se premier au corps rosée et à la tête bleue-grise.

P1020139 P1020116 P1020140

Madame est beaucoup plus discrète et on la remarque moins dans le de paysage.

P1020142

Le teint en est presque fade, aux vues de ses couleurs grisonnantes mais elle a de se fait la certitude d'échapper plus facilement aux prédateurs.

P1020148 P1020151

Et puis comme toujours des champignons. Ceux-ci ont envahi le vieux figuier que nous avons bien cru mort après l'hiver dernier glaciale que nous avons eux mais au milieux de l'été voici que celui-ci reprend vit, donner des branches vertes, des bourgeons et mêmes quelques petits fruits. Malheureusement une partie du bois est morte et la voilà colonisée par  de drôles de champignons comme à gauche avec ces flammules à pied velu qui sont comestibles.


samedi 29 décembre 2012

Ma cabane au fond du jardin.

SAM_0465

Voici ma cabane au fond du jardin. Un peu frêle, elle siège sous les grands noisetier dont elle est en partie faite. C'est ce très bel article de Marie-Claire qui m'a inspiré: http://www.espritcabane.com/maison-jardin/cabanes/cabanes-bois/

SAM_0425 SAM_0426

Mais avant de se mettre à l'ouvrage, voilà la visite d'un habitué, qui a sorti son nez au milieu de l'hiver, notre ami scarabée qui décidément est de partout.

SAM_0437 SAM_0438

Bien, pour commencer l'armature de la cabane il faut couper quatre grandes branches fourchues, dont on coupe l'extrémité en biais pour pouvoir l'enfoncer de manière solide dans le sol. On plante l'une d'elle au centre, et sur sa fourche on coince celles des autres branches. Ainsi on forme un tipi.

SAM_0440

Par la suite, on ajoute une dizaine de branches de noisetier simples, en prenant toujours soin de tailler le bout en pointe et de bien les enfoncer dans la terre.

SAM_0441 SAM_0451

Par la suite on ajoute des ramures et des brindilles que l'on coince dans les branches principales pour former une armature solide. On couvre le tout de lierres et de lianes (clématite sauvage) puis on ajoute les branchages plus massifs, comme les branches de sapins pour former des murs bien épais.

SAM_0447 P1010838

Encore 5 minutes d'oisivetée à regarder le ciel et à rendre visite aux chevaux du voisin.

SAM_0461

Et la cabane est terminée. Deux morceaux du tronc d'un arbre mort, abattu par les trous laissés par le pic épeiche font office d'armature pour l'entrée.

SAM_0428 SAM_0430

Il ne reste plus qu'à faire un petit peu de décoration, comme avec ces jolies schizophyllumes communes qui prendront place dans la cabane.