samedi 17 novembre 2018

Journée des Plantes à Aiguebelette

DSC04560

Plantes et Jardins de Savoie

Il y a peu, nous avons pu assister aux "Journées des Plantes du Lac d'Aiguebelette" en Savoie pour marquer la belle saison qu'est l'automne. C'est pour moi l'occasion de quitter la sphère des plantes sauvages pour vous présenter quelques unes de mes horticoles préférées et qui, je l'espère, peupleront un jour mon jardin rêvé. Arbres, fleurs, lianes, fougères, mousses et même champignons font partie de ce paysage mental que nous tendons peu à peu à coucher sur le papier pour en faire un jour une réalité. En attendant, nous courrons les parcs, les jardins, les foires et les expositions pour trouver l'inspiration. C'est ainsi que nous avons pu faire la découverte il y a quelques années de cela du tilleul d'Henry (Tilia henryana), un cultivar qui se distingue par ses petites feuilles en forme de coeur et à la limbe hérissée. C'est ce que je préfère chez lui, il détone par son aspect rude mais une grande poésie se dégage de l'ensemble, en particulier du vert du feuillage qui contraste avec les nervures plus claires et qui donne l'impression de voir tout un réseau de veine, pour un rendu organique. Organique, c'est un des mots que j'ai à la bouche quand je dois décrire les plantes horticoles que j'aime. La ressemblance de certaines avec le monde animal ou des organes me fascine et m'attire.

Cependant, ce n'est pas le seul des critères qui animent nos choix. La liste de ceux-ci est longue. Plantes non invasives (surtout), aux écorces d'exception, adaptées à la nature du sol, aux floraisons hivernales ou prolongées, délicieusement parfumées, dépolluantes, fruitières et fourragères ou encore rares, il y a de quoi se constituer un sacré catalogue. Parmi nos préférences, les érables (Acer) et les cornouillier (Cornus) sont les rois, avec pour ma part une grande préférence pour le cornouiller du Japon (Cornus kousa) aux fruits roses.

DSC04619

C'est la première fois que je rencontre l'échevérie de l'Etna (Echeveria cv. 'Etna'). C'est un hybride issu d'Echeveria 'Mauna Loa' (aux motifs rouges le long de la limbe) et d'Echeveria 'Barbillion' (aux caroncules prononcés), deux cultivars qui comme le genre du même nom, sont originaires du Mexique et de l'ouest d'Amérique du Sud.

DSC04618

Créée aux Etats-Unis, son nom d'Etna fait référence à ses couleurs qui pour ses créateurs évoquent une coulée de lave. Résistante à la sécheresse, elle se plaît dans les sols drainés exposés à mi-ombre, ce qui laisse entendre que sous nos l'atitudes, elle ne peut être cultivée qu'en intérieur ou en serre car la belle ne supporte pas la moindre gelée. Côté floraison, rien de très extraordinaire. Cette echéverie apparatient à la famille des crassulacées comme les orpins et les joubarbes, ses fleurs orangées en sont caractéristiques et se dressent au sommet d'une hampe florale rouge. Le feuillage persistant fait la particularité et la beauté de ce cultivar qui me plaît tellement.

DSC04622               DSC04625

D'une manière plus générale, j'adore les crassulacées que l'on range aisément dans la catégorie des plantes grasses. Leur adaptation aux zones sèches, la grande résistance de certaines au froid et au piétinement mais aussi, leur apparence de cactée ou de cailloux ne va pas sans susciter la curiosité. J'aime particulièrement les joubarbes car elles m'évoquent les jardins de grand-mère et de montagne mais aussi, pour les légendes qui s'y raccrochent. Associées à Zeus puis Jupiter et enfin le bon Dieu, on les plaçait parfois sur les toits des maisons pour empêcher le foudre de les frapper. Au Moyen Âge, on les employait comme aphrodisiaque mais aussi cobtre la dureté d'oreille, ce qui tendrait à faire mentir l'adage selon lequel certaines pratiques pourraient rendre sourd ...

DSC04601

Au premier abords, je n'ai jamais été fan des conifères, et puis j'ai découvert les merveilles du sapin blanc (Abies alba) des forêts de Chartreuse, puis le pin parasol du Japon (Sciadopitys verticillata) dont je suis littéralement tombée folle amoureuse en le découvrant au fin fond de l'arboretum de Huelgoat il y a un peu plus d'un an. Aujourd'hui mon dévolu se porte sur le sapin de Corée nain panaché blanc (Abies koreana "Ice Breaker"). Ne dépassant que rarement 1 mètre, son aspect de buisson dense et tortueux me fait complétement craquer.

DSC04602               DSC04605

Je ne pouvais pas non plus m'arréter sur ces deux cultivars nains de ginkgo (Ginkgo biloba) aux feuillages incroyables ! Le Chris Dwarf ne dépasserai pas les 60 centimètres en 10 ans et le Sehoshaphat n'aurait une croissance guère plus remarquable mais détonerait par des feuilles de petite taille et d'un joli vert glauque.

DSC04651

C'est également à la fête aux sorbiers (Sorbus),  des arbustes de grande taille connus pour leurs fruits et leurs feuillages colorés quand s'en vient l'automne. Là encore mon coeur chavir, et bien que je dois avouer rêver de planter un jour le sorbier des oiseleurs (Sorbus domestica) et son cousin, le cormier (Sorbus aucuparia), ils ne sont pas les seuls. Dans la liste, on trouve ce superbe spécimen.

DSC04654

Le sorbier à feuilles de fougère (Sorbus scalaris) est une espèce asiatique qui se développe dans les montagnes de Chine jusqu'à 3000 mètres d'altitude, en particulier dans les forêts mixtes, c'est à dire qui se composent de feuillus et de conifères. Néanmoins il est rare de trouver l'espéce sous nos l'attitude, sa culture s'avérant complexe. Il s'agît le plus clair du temps d'hybrides issus d'un parent européen. Il est apprécié comme arbre d'hornement pour son feuillage qui devient intégralement pourpre à l'automne mais aussi, ses imposantes ombelles de fleurs blanches mélifères qui, au printemps, embaument l'air.

DSC04617

J'adore les hortensias (Hydrangea). Pendant longtemps, je les ai rangé dans les plantes à mémé avec les bégonias et les pensées (qui s'y trouvent toujours), mais notre premier road-trip en Bretagne, les nombreux jardins visités puis l'incroyable jardin de mon professeur de mathématique m'ont finalement fait changer d'avis.

DSC04611

Originaires d'Amérique du Nord et d'Asie, en particulier de Chine et de Japon où ils sont aujourd'hui encore très populaires, les hortensias ont conquis la Gaule. Si le classique Hydrangea macrophylla est en tête des ventes, il commence à être peu à peu talloner par de petits nouveaux.

DSC04612

Pour nous, c'est l'hortensia paniculé (Hydrangea paniculata) qui remporte tous les suffrages. J'ai eu l'occasion de présenter brièvement cette espèce (qui n'est pas illustré en photo ici) dans un des derniers articles du blog. D'originie asiatique et à la floraison blanche, il supporte très bien les sols de nature acide et neutre, s'acclimatant sans mal sous nos l'atitudes. Son intérêt esthétique réside à mon sens dans la forme et les couleurs de ses feuilles. D'abords vertes et ternes tout en évoquant celles du chêne, elles se parent d'un magnifique rouge-orangé quand l'automne s'annonce tandis que les fleurs stériles deviennent rouilles.

 

DSC04673

Sur l'allée des associations, mon regard s'arrête sur superbe tente en voilage blanc peuplée de jolies fleurs. Une initiation aux plantes sauvages y est proposée en stand, autant vous dire que je saute littéralement dessus. Pesto d'ortie et de plantain, conserve d'ail des ours, fibres de laine teintés avec des plantes sauvages, coloriage nature, miel et huiles essentielles, bénévoles accueillants et sympathiques, il y a tout ce qu'il faut pour faire mon bonheur !

Belle et grosse journée en perspective, avec de nombreuses découvertes ! Mon porte-monnaie se félicite du fait que nous n'ayons pas encore de jardin, sinon la visite se serait soldée par une banqueroute assurée ! Mais nous ne perdons pas bredouilles, dans nos têtes les idées et les envies foisonnent, nos mains se mettent vite au travail et déjà émerge des brouillons papiers notre futur jardin. D'ici la réalisation, il faudra se montrer bien patient.

DSC04643     DSC04644     DSC04657     DSC04664

DSC04556


jeudi 12 juillet 2018

Sortie en forêt 76.

DSC05691

Descente en forêt, plus précisément dans les gorges un torrent de la Valdaine pour se rafraîchir des premières grandes chaleurs qui le soir laissent places aux orages d'été qui font du bien à la terre et dont nos peaux se délectent des gouttes qui s'écrassent sur elle. Le terrain est accidenté, les inondations de 2002 ayant durablement marqué le territoire.

Les champs commencent à jaunir sous l'effet du soleil harassant, l'observation animale est plus difficile et c'est à la tombée de la nuit que nous nous tapissons d'ordinaire pour observer les chevreuils en toute discrétion.

DSC05711

Les baignades sauvages vont être nombreuses cet été, pour peu que les week-ends ne se fassent pas trop pluvieux. Exit les révisions et les études, le diplôme en poche et un super job pour la belle saison, c'est tout ce qu'il me faut pour profiter du reste. Lecture, dessin, randonné, botanique, blog et mycologie, la nature reprend sa place dans ma vie.

DSC05685       DSC05689

L'orchis pyramidale (Anacamptis pyramidalis) est une orchidées qui apprécie les talus. Parfois une mutation génétique la rend blanche, on parle alors d'albinisme. Si la coloration est plus terne qu'elle ne devrait l'être on emploiera le terme d'hypochromie et si à l'inverse, elle est bien plus colorée qu'elle ne devrait l'être, on dira hyperchromie. Ces mutations sont recherchés par les amateurs d'rochidées : les orchidophiles.

DSC05696

Voilà l'Aigueblanc, cours d'eau provenant des limites de la Chartreuse et se jetant dans l'Ainan qui lui même rejoins le Guier. Dans ma famille nous avons toujours nommé le lieu le Gas BlancLe terme "gas" en ancien français désigne un bois ou une forêt, soit la forêt blanche ou le bois blanc. Le terme blanc pourrait faire écho à la couleur des eaux écumeuses qui le traversent mais aussi, à la blancheur du tuf qui s'y forme, créant ainsi de congrégations géologiques de calcaires atypiques le long des falaises argileuses et des parois des cascades qui le composent , mais peut être y a-t-il un sens plus ancien et caché qui justifie ce nom.

DSC05760       DSC05762

Surprise dans le bois. Quelques girolles pâles (Cantharellus pallens) poussent sur un monticule moussu où des hêtres ont pris place. C'est la première fois que j'en croise ici et c'est une véritable aubaine pour la confection de notre repas du soir. La saison des champignons débute pour ma plus grande joie.

DSC05693

Nos pas font lever deux chevreuils  (Capreolus capreolus), une chevrette et son faon dissimulés dans les herbes hautes qui encadrent le chemin forestier. Ils sont bien rapide et le temps de sortir l'appareil photo, ils ne sont plus qu'à quelques bonds de la lisière de la forêt dans la quelle ils s'engouffrent avant de nous jeter un dernier regard.

DSC05757       DSC05769

Ces drôles de choses ne sont ni des crottes, ni des pierres. À gauche il s'agit d'un myxomycète et plus précisément d'une espèce nommée lycogale rose ou lycogale du bois (Lucogala epidendrum) mais aussi lait de loup, nom que je ne lui connais que depuis peu. Il émerge des morceaux de bois mort humides dont il se nourrit. À droite il s'agit de la russule verdoyante (Russula virescens), à la chair ferme et parfumée qui, d'un avis général, est considérée comme la meilleure des russules.

DSC05779

Voilà un autre myxomycète, peut être le myxomycète blanc (Fuligo septica var. candida) mais rien n'est moins sur avec cet ordre qui compte des dizaines d'autres, beaucoup plus de familles et des milliers d'espèces. Leur détermination est passionnante car sous les loupes binoculaires, ils abordent une architectures et des couleurs que l'on croise rarement dans le vivant, ce qui me fait me prendre de passion pour l'infiniment petit.

DSC05767    DSC05768    DSC05775    DSC05778

Sucepin, tipules, prêles ... pour un naturaliste le Gas blanc est un endroit à explorer avec attention. Composé de forêts aux profils multiples comme avec la châtaignieraie, la ripisylve, les prairies de fauche, les canaux marécageux, la chênaie et les taillis à petits fruits, il a l'avantage de n'être que peu fréquenté hormis des locaux, le chemin de randonnée et la passerelle ayant été emportés par le déluge de 2002.

Sur le retour, un lièvre prend la fuite. D'abords tapi dans l'herbe à quelques centimètres de la route, il prend la fuite en me voyant sortir l'objectif de l'appareil, peut être un mauvais souvenir d'une rencontre avec un fusil. Deux heures, c'est tout ce qu'il faut pour prendre le temps de profiter de la vie et de ce qui nous entourent, de l'aborder sous un nouveau regard et d'en savourer chaque surprise. Cette journée fût formidable.

DSC05683

lundi 7 mai 2018

Sortie en montagne 18.

 DSC01029    DSC00984

Le massif du Ventoux est une terre de sorcières. Il s'en dégage une atmosphère étrange, presque mystique, où les amoureux des pierres et des plantes se retrouvent pour marcher sur les rochers blancs des crêtes. Lavande vraie et lavandin ont valu aux territoire du sud de la montagne leur réputation de terres de parfums avec la multiplication des distilleries. Il faudra encore attendre pour voir les champs se couvrir de violet.

DSC00928

Nous sommes pour l'occasion dans le village de Sault, réunis tous ensembles dans la maison familiale. Les lieux sont encore calmes en cette période. C'est parfait pour s'adonner à la vadrouille entre les rues étroites. Certains passages présentent de hauts murs remarquables, sur lesquels on retrouve l'empreinte en négatif de fossiles d'amonites, la roche mère locale étant composée de calcaire urgonien hautement fossilifère, chose commune à la plupart des pends du massif du Ventoux, en particulier au sud de celui-ci où de nombreux amateurs s'adonnent à la chasse aux vestiges du passé, quand le sud du pays était encore une mer tropicale.

Et puis il y a les champs alentours, les bordures de routes, les chemins qui s'enfoncent dans la forêt et qui donnent l'occasions de faire des belles découvertes avec la flore locale et atypique de ce petit bout de Provence.

DSC00940      DSC00991

Dans le jardin, pousse la gagée des champs (Gagea villosa). Adepte des sols sablonneux et pierreux, on la trouve dans une grande partie de la France même si elle semble préférer le sud-est. Cosmopolite, on la rencontre aussi en Europe centrale, en Afrique septentrionale et en Asie, en particulier à l'ouest.

DSC00937

Le muscari à grappes (Muscari neglectum) est une espèce commune en France qui se satisfait d'une grande variabilité de milieux, pour un peu qu'il ait à disposition un sol plutôt pauvre, peu soumis à l'humidité et qui est de nature basique. Il est courant dans les vignobles, sur les talus ensoleillés et dans les champs, en particulier ceux de fauches soumis de temps à autre au pâturage, en particulier à celui des bovins.

DSC00953

L'orchis géant (Himantoglossum robertianum) est un orchidée précoce, typique du sud de la France mais qui tend à remonter le long de la vallée du Rhône avec les importants changements de températures que nous connaissons actuellement. C'est une plante robuste, qui présente une rosette composée de feuilles vertes, luisantes et épaisses d'où émerge un bouton florale rose. 

DSC00952    DSC00955

C'est dans les milieux secs calcaires, en particulier de garrigue, qu'on la rencontre mais elle se plaît aussi sur les pelouses sèches et les talus ensoleillés. 

Dans le cortège des espèces propres à ce milieu ont retrouve une faune variée, composée en partie de reptiles mal-aimés mais au combien précieux pour l'équilibre écologique mais aussi, une fonge surprenante où il n'est pas rare de voir apparaître sous les pins à l'automne le lactaire sanguin (Lactarius sanguifluus).

DSC00967      DSC00968

Toujours dans le jardin, on rencontre aussi la pézize du cèdre (Geopora sumneriana). On ne la remarque pas facilement au premier abords, celle-ci n'émergeant du sol qu'à maturité en formant une petite cavité. Inféodée aux sols calcaires, elle se rencontre aussi sous les ifs. Piètre comestible, elle est toxique voire mortelle si consommée cru comme la plupart des champignons de son ordre, celui des Pezizales dans le quel on trouve les morilles.

DSC00977

L'herbe s'est couverte de petites fleurs blanches, elles forment un beau tapis devant l'entrée, encadrant nos pas. La période de floraison est courte, bientôt les chaleurs de la fin du printemps viendront mettre fin à cette orgie de pétales colorés dans la pelouse et dans les champs de fauche tardive qui se coloreront de doré.

DSC00987      DSC00992

En attendant, les pruneliers sauvages (Prunus spinosa) et les érables champêtre (Acer campestre) continus de fleurir. Chez ces deux espèces aux floraisons bien différentes, les feuilles arrivent plus tardivement. Chez les érables, la pollinisation se fait bien souvent par les insectes comme on peut le voir sur la photographie mais certains, dont le très invasif Acer negundo, se servent du vent et de leur pollen léger pour assurer la fécondation.

DSC01013

Et puis il y a la plus belle de toutes, celle que j'adore et qui pousse dans le couvert forestier, l'hellébore fétide (Helleborus foetidus), une plante aux milles noms dont ceux de patte de griffon, de griffe de lion, d'herbe aux fous ou de rose de serpents (mon préféré). Des noms qui font frémir le badaud et danser la sorcière. Elle était utilisée par les grecs pour soigner la folie et en occident plus généralement, et jusqu'il y a peu, comme purgatif de dernier recours, la plante étant hautement toxique. Sa floraison précoce, son aspect singulier et sa grande taille ne la font pas passer inaperçue dans les sous-bois, quand tout tarde alors à verdir.

DSC01021      DSC01022

En voilà une autre de plante de magicien. L'hépatite trilobée (Anemone hepatica) tient son nom de la théorie des signatures, concept issu du Bas Moyen Âge et qui réside dans l'idée que les plantes, animaux et minéraux soignent les organes humains auxquels ils ressemblent. De ce fait, les feuilles de cette anémone ressemblant au foie, on en a fait usage pour soigner cet organe, la nommant au passage "hepatica" : qui a rapport au foie.

DSC01238

La mise en jambe en forêt terminée, nous voilà partis à l'assaut du Mont Ventoux. Quelle épopée, je suis bien rouillée, et l'ascenssion ne s'est pas fait sans difficulté. Cependant, nous voilà arrivés au sommet. La flore est encore timide et pour cause, quelques reliquats de neige habilles le mont. Ils sont, depuis une semaine ou deux, partis avec le soleil rayonnant que nous avons eu.

DSC01052

Peu avant notre montée, nous avons pu observer les troupeaux de brebis pâturer les champs de lavandes, en contre-bas dans la vallée. Il semblerait de peu à peu les pratiques agricoles locales évolues vers une retour aux traditions plus respectueux de l'environnement.

DSC01063

Surprise au détour d'un virage, au milieu de la route, un couple de becs-croisés des sapins (Loxia curvirostra). L'arrivée d'un cycliste dissipera les amoureux dans les arbres, monsieur laissant sa femelle seule pour la prise photo. Grise et verte, elle se différencie du mâle qui est paré sur son plumage d'un rouge chatoyant.

DSC01404 DSC01405DSC01412

Autre merveille dans cette montagne, le pin à crochets (Pinus uncinata). Il tient son nom des écailles de ses pommes qui présentent pointe recourbée en leur centre. D'ordinaire haut de 20 à 30 mètres, les vents puissants qui balaient les crêtes du Ventoux transforme ce conifère en arbuste buissonnant au port parfois étalé.

DSC01389

L' ibéris des Rochers (Iberis saxalatis) commence à fleurir. Sa morphologie compacte, avec des feuilles étroites et grasses, lui permettent de résister au froid polaire qui règne ici. Protégé dans certains territoires, il ne se rencontre presque que dans les massifs du sud du pays.

DSC01386

Habitué à pousser à même la roche, il possède un enracinement profond et solide qui lui permet, même en cas d'éboulis, de rester fixé. Sa faible taille (rarement plus de 10 cm), lui permet de faire face aux éléments, tel au vent et au manteau neigeux. Sa floraison blanche s'étale d'avril à fin juin et peut sur les plateaux alpins d'altitude, à plus de 2500 mètres, se terminer vers la mi-août. 

DSC01057

Le verdier d'Europe (Chloris chloris) arpente aussi les coteaux du Ventoux, en particulier ceux composés de forêts mixtes. Le mâle aborde des couleurs criardes, oscillant entre le jaune et le vert olive. Ce granivore se rencontre parfois dans les champs après les moissons pour becter les graines tombées au sol.

DSC01200      DSC01333

Le temps en montagne est plus que changeant. Une marche de quelques heures sous le ciel bleu se transforme rapidement en traversée des nuages en une poignée de minutes. Une fraîcheur bienvenue après avoir rougit sous les coups du soleil mordant et la réverbération des roches blanches qui composent le sommet.

DSC01155      DSC01330

Malgré la neige, le terrain reste idéal pour herboriser. Genévrier couché, pousses de pavot artique (Papaver radicatum) ou épicéa nain, c'est tout autant de plantes atypiques et qui changent des paysages de Chartreuse et de la vallée du Rhône. Pas de prélévement sur place, les espèces et le milieu sont strictement protégés. 

DSC01474

Retour en plaine, avec pour l'occasion une virée dans la ville de Carpentras. C'est jour de marché, les étales sont pleines avec bien souvent, des produits régionaux. Fleurs, asperges, morilles ou oignons, il y en a pour tous les goûts. Le porte monnaie se fait cependant plus sage.

DSC01475

On ne peut ignorer les fraises de Carpentras. Labellisés, les fruits de cette appellation regroupe trois espèces cultivées, la plus connue étant la gariguette. De grande qualité, les fraises sont employées pour la consommation courante et pour la confiserie de haut standing. D'avril à mai, les champs approvisionne une grande partie du marché français, si on se penche un temps soit peu sur des produitsde bonne qualité. 

DSC01465    DSC01485    DSC01482    DSC01472

Les rues se parent de couleurs. Dans les paniers, des produits qui nous sont parfois très familiers. Morilles coniques, verveine séchée, asperges sauvages ou encore fraise des bois, tout autant de plantes et de champignons que nous récoltons dans la nature ou le jardin dès que les beaux jours arrivent. 

DSC01488      DSC01501

L'asperge sauvages (Asparagus acutifolius) se récolte très tôt, dès fin février ou début mars dans les Calanques mais devient trop drues à partir de mai pour être consommée. Très prisée, sa récolte est réglementée. Aimant les milieux secs, rocheux et ensoleillés, elle se reconnaît à ses feuilles épineuses et sa tige ligneuse.

DSC01603

Changement de décor, nous voilà dans le Colorado provençal. Ces anciennes carrières d'ocres sont ouvertes au public et sont sillonnées de nombreux sentiers. Outre la faune remarquable avec ses oiseaux colorés, on tombe sur une flore atypique qui à l'avantage de nous dépayser le temps d'un après-midi de randonnée.

DSC01529

Le narcisse d'Asso (Narcissus assoanus) est une petite fleur jaune aux feuilles fines qui se parsème en de grands tapis. Il aime les collines calcaires au climat méditerranéen mais se croise aussi en moyen montagne.

DSC01542

Sa corolle jaune portée par sa tige grêle attire les insectes, ce qui permet à sa fleur d'être pollinisée, on parle alors de reproduction entomogame. Appelé aussi petite jonquille, sa cueillette est réglementée dans de nombreux départements. Dans d'autres, il est soumis à protection. Il partage souvent les zones rocailleuses avec quelques orchidées comme l'ophrys brun ou l'orchis de Provence mais aussi, avec le muscari en grappes (Muscari neglectum).

DSC01570      DSC01571

La consoude tubéreuse (Symphytum tuberosum) peut présenter des fleurs jaunes ou roses. Dans le Colorado, on le trouve au pied des carrières, là où les drains servant à charrier et nettoyer l'argile se répande désormais en ruisseaux. Très mellifère, on peut parfois observer des fourmis se nourrir du nectar des fleurs.

DSC01621

L'amélanchier à feuilles ovales (Amelanchier ovalis), appelé amalenquièr ou amalenca en provençal, est un arbuste de la garrigue qui produit des fruits bleutés/violacés comestibles et très appréciés, aussi bien des oiseaux que des enfants. Il compose de manière traditionnelle le jardin des simples des maisons curiales du sud. De petite taille, maximum 3 mètres, il est peu exigeant pour peu qu'il ait du soleil ainsi qu'un sol calcaire et chaud. C'est en sirop, en confiture ou même en alcool que l'on consomme le plus couramment les baies de cet arbuste.

DSC01650

Le circuit s'engoufre dans les taillis de bruyères et de fougères aigles (Pteridium aquilinum). Dans une ouverture sous les pins sylvestres (Pinus sylvestris),  se dressent de nombreux cairns. Ceux-ci sont présents un peu partout dans le monde, que cela soit sur les sites aux reliefs montagneux ou dans les bas-marais, les déserts et les plaines. Employés pour montrer un passage à emprunter, ils ont aussi pour fonction d'indiquer des lieux de sépultures, marqués par des événements historiques, mystiques ou tout simplement pour laisser une trace de soi et de sa traversée. Tradition vivace, leur usage n'a pas évolué depuis le néolithique.

DSC01636 DSC01642 DSC01643 DSC01702

L'extraction de l'ocre a prit fin en 1992. Les sables dont on la tire tiennent leurs teintes, oscillant du blancs, le jaune, le vert et le rouge, de composés en partie d'éléments ferrugineux et de micas, issus de sables marins du temps où la région était submergée par l'océan, en particulier pendant la période géologique de l'aptien.

DSC01756      DSC01760

Sur le retour, une bellr surprise nous attend sur un talus à l'entrée du village. Une cinquantaine de tulipes sylvestres (Tulipa sylvestris subsp. sylvestris) poussent à quelques mètres de la route. Cette espèce aux pétales d'un joli jaune vif est bio-indicatrice des milieux non traités, gage de bonnes pratiques agricoles.

DSC01872 DSC01878 DSC01884 DSC01886

Voilà une semaine bien remplie. Dans la cuisine, ça n'arrête pas, et dans le jardin on fait peau neuve. La haie redevient propice à l'accueil de la faune en gardant un aspect paysager, les ronces ont été réduites à un petit lopin afin de rendre accessible les arbres du verger et les nombreux tas de bois vont faire office de refuge aux alytes accoucheurs (Alytes obstetricans), de petits crapauds qui ponctuent de leurs chants les nuits de la maison.

DSC01419

samedi 4 novembre 2017

L'arboretum des Barres.

DSC01895

Sur le chemin retour de la côte bretonne en direction de Lyon, nous avons fait un grand crochet par les rues piétonnes d'Orléans puis, par l'arboretum des Barres. Cet arboretum situé dans l'est du Loiret est l'un des plus grands d'Europe. Entièrement géré par l'ONF (Office Nationale des Forêts), nous y sommes restés pas moins de 7 heures. Autant vous dire que nous avons beaucoup de choses à vous raconter. Nous y reviendrons dans quelques mois, au printemps, pour profiter de la floraison des centaines et centaines d'arbres qui s'y trouvent.

DSC01710Trois collections composent l'arboretum : Continetalis qui présente essentiellement des arbres issus d'Amérique du Nord et du Nord de l'Asie, la collection Bizarretum aux espèces aux formes étranges et Classifica, qui permet d'identifier aisément les espèces par familles. Certains spécimens sont titanesques, donnant ainsi le tournis au promeneur qui déambule librement dans le parc.

DSC01714

Au sol, un humus riche et épais s'est composé au fil des années. Cela est dû en partie à l'ancienneté du parc qui comptabilise presque 200 ans d'existance. Aujourd'hui se sont pas moins de 400 espèces d'arbres qui le composent.

Des milieux comme ceux-ci, bien que complètement artificiels car créés de la main de l'Homme, donnent l'impression d'être immergé en pleine nature. La diversité d'espèces végétales permet d'observer un grand nombre d'espèces animales. C'est en particulier l'entomofaune qui est favorisé par ces habitats diversifiés.

DSC01628    DSC01760    DSC01784    DSC01786

Tel un signe, une mante religieuse (Mantis religiosa) nous attendait le matin de notre départ d'Orléans devant notre porte. Quel plaisir d'en rencontrée une seconde quelques heures plus tard, dissimulée dans un buisson fleurit. C'est un redoutable prédateur qui utilise avec habilité ses pattes avant nommées ravisseuses pour saisir ses proies. Les femelles ne devraient pas tarder à pondre leur oeufs dans une oothèque protectrice.

DSC01821Les sorbes du sorbier domestique (Sorbus domestica) sont de petits fruits que l'on surnomme parfois à tort poirillons car, bien qu'ayant la forme de petites poires, ils n'en sont pas. On parle alors plus volontier de cormes. C'est un arbre en pleine régression sur le territoire européen et qui se fait de plus en plus rare dans les forêts françaises. La qualité de son bois pourrait susciter un regain d'intérêt auprès des forestiers.

DSC01820

Sur son tronc pousse une fistuline hépatique (Fistulina hepatica). C'est un champignon comestible qui porte également le nom de langue de boeuf. Malgré son drôle d'aspect, il est assez apprécié pour sa saveur de viande.

Ce n'est pas le seul à pousser dans l'arboretum. En effet on compte près de 400 espèces composant la fonge locale et poussant sur le site. Certaines sont parasites des arbres, d'autres poussent en symbiose avec, d'autres encore se nourrissent du bois mort ou de la matière organique présente dans le sol. Bref, il y a de quoi faire.

DSC01644

DSC01735

DSC01752Parmi les espèces que l'on peut rencontrer, on peut citer de gauche à droite l'armillaire couleur de miel (Armillaria mellea), terreur des arbres qui s'intalle sur les spécimens fragiles et les fait péricliter. Parfois consommé jeune en boutons, il est concidéré comme indigeste voire toxique (surtout à maturité), en particulier chez les personnes sensibles. On rencontre aussi l'hygrophore jaune-verdâtre (Hygrocybe chlorophana), qui se caractérise par sa couleur flamboyante mais aussi comme bio-indicateur de leur milieu et de la santé de celui-ci. Enfin, de nombreuses russules (Russula sp.) poussent sous les conifères et dans l'herbe au pied des feuillus. Néanmoins il ne faut pas être tenté de tout croquer, de nombreuses espèces étant belles et ... seulement belles.

DSC01807

Une belle découverte nous attendait au détour d'un sentier. Un ganoderme luisant (Ganoderma lucidum), champignon populaire en Asie (sous le nom de reishi) et connu pour les vertus que son mycélium posséderait (anti-VIH, anti-cancer, anti-oxydant, anti-virale ...) et qui sont actuellement à l'étude. Il présente également des propriétés très intéressantes qui pourraient permettre de trouver des alternatives à l'emploi du plastique.

DSC01650Parmi les arbres remarquables du lieu, il y a le cryptomère à feuilles vrillées (Cryptomeria japonica). Il est le seul représentant de son genre, celui des Cryptomeri, à l'instar de la populage des marais (Caltha palustris) qui est la seule représente du genre Caltha. Endémique du Japon, il est employé dans diverses régions du monde à des fins de reboisement et de production industrielle de papier.

DSC01651

C'est aussi l'arbre national du Japon et de ce fait, on le trouve devant l'entrée de nombreux temples. C'est aussi un très bon bois de construction, imputrescible, parfumé et aux teintes rouges ce qui lui vaut son succès en architecture.

DSC01826Le cyclamen de Naples (Cyclamen hederifolium) est également appelé cyclamen à feuilles de lierre. Il croit naturellement dans le Sud de la France et dans une grande partie du bassin méditerranéen. Il est apprécié dans les jardins où il s'est naturalisé. Peu difficile, on le trouve aussi bien en forêt qu'en plein cagnard sur roche.

DSC01791        DSC01793

Plante bulbeuse, il appartient à la famille des primulacées, c'est à dire des primevères (sans totue fois en être une). En Occident il symbolise la beauté mais aussi la jalousie. C'est une plante de l'amour voire de la passion d'où le fait que la religion catholique l'ai reprit comme un des symboles représantant la Vierge Marie.

DSC01743L'if à petites feuilles (Taxus baccata cv. adpressa) est un if horticole issu de notre if européen qui pousse dans nos forêts bien qu'il s'y fasse rare. Ils partagent l'un et l'autre les mêmes besoins, à savoir être exposés dans une zone de préférence ombragée, au sol légèrement humide et acide même s'ils supportent les compositions à tendance basique.

DSC01742

L'if à petites feuilles a un développement l'an et se maintient en boule. Il est parfaitement adapté aux jardins dits à la français qui nécessite des espèces supportant bien la taille en taupière. Il se maintient entre 50 et 100 cm de haut. Il existe une variété aux feuilles jaunes dorées.

Ces quelques arbres font partis de la collection Classifica. Elle est un excellent outil pédagogique pour les amoureux des arbres et les curieux qui viennent découvrir l'arboretum mais aussi, pour les étudiants du centre d'étude qui se trouve au milieu des arbres, en plein coeur du site, nous rendant le temps d'une journée jaloux.

DSC01822    DSC01832    DSC01857    DSC01856

La collection Bizarretum est celle où j'ai pris le plus de plaisir (peut être parce que je suis moi même un peu Bizarretum). Des arbres nains, des arbres tordus, des arbres aux multiples couleurs ... il y a quelque chose de beau et d'étrange à la fois, où l'on est émerveillé par les formes des branches et la découpe des feuilles mais aussi, où on ne peut s'empêcher de penser que l'Homme aime modifier le vivant, sans parvenir à aimer ce qu'il est.

DSC01855On peut, en s'y aventurant, rencontrer quelques rares cultivars sur les quels il existe peut de littérature hormis dans les catalogues spécialisés. Le Quercus robur 'Doumetii' en fait parti. Il est un des cultivars du chêne pédonculé (Quercus robur). Il se caractérise par ses feuilles très découpées au point d'évoquer celles de certaines érables, comme on peut le voir sur les deux photos placées à droite du panneau "Bizarretum". Désormais on rencontre plus couramment dans les jardins le chêne pédonculé fastigié (Quercus robur "Fastigiata") aux feuilles moins laciniées.

De nombreuses variétés horticoles présentent cette particularité. Aubépines, érables, saules, ormes, alisiers, peupliers ... rares  sont les espèces à ne pas connaître cette déclinaison dans les parcs et jardins botaniques.

DSC01833L'entrée de Bizarretum se présente tel un cocon. Pas de fleurs ici mais des feuillages bien verts et à foisonnants qui forment une ambiance très particulière. Entre forêt sauvage et jardin travaillé, il est dur de se décider. Les allées laissent alors le choix au visiteur de découvrir plusieurs tableaux plus ou moins ensauvagés.

DSC01914Sur un buddelia blanc (Buddleja davidii white profusion), un tabac d'Espagne (Argynnis paphia) butine tranquillement. Les buddelias (en particulier daviddi) sont des arbustes asiatiques naturalisés en Europe qui posent énormément de problèmes d'un point de vu écologique. Contrairement à ce qu'ils laissent penser, ils ne sont pas bons pour les papillons car dépourvus pour la majeure partie de nectar. Ces derniers sont attirés par le doux parfum qui s'échappe des fleurs sans pour autant trouver de nourriture. Les buddelias ont aussi la fâcheuse tendance à empiéter sur la niche écologique de nombreuses espèces qui tendent alors à disparaître. Hors bien souvent, elles sont les hôtes des chenilles de papillons, ce qui accroît leur disparation, ceux-ci ne trouvant plus de sites de pontes. Il modifie durablement la faune et la flore de milieux remarquables et/ou fragiles ce qui mènent à des campagnes de sensibilisation, pas toujours comprises, auprès du public. Cependant, dans certaines friches urbaines, ils figurent parmi les rares espèces à pouvoir se maintenir dans les milieux pollués et anthropisés, apportant un peu de vie dans les déserts de béton. Autant dire que tout n'est pas blanc ou noir.

DSC01892    DSC01897    DSC01934    DSC01884

L'arboretum des Barres est aussi un refuge précieux pour de nombreuses espèces animales, en particulier d'oiseaux et d'amphibiens, que cela soit dans la marre avec les grenouilles vertes (Pelophylax sp.) ou, dans les arbres avec les rainettes arboricoles (Hyla arborea). Ces dernières utilisent les deux tâches noires situées à l'arrirère de leur corps pour effrayer leur prédateur en montrant leur dos (comme sur la photo ci-dessus).

Bref, on est ravie d'avoir pu faire cette expérience. Nous avons passé un temps fou entre les arbres mais aussi dans la boutique souvenir (à feuilleter entre autre les ouvrages de Terre Vivante). Depuis, nous sommes repartis pour une année scolaire bien chargée, au coeur de la vallée du Rhône. Néanmoins elle sera ponctuée de quelques visites dans ce lieu pour le quel nous nous sommes pris de passion et où nous avons encore tant à découvrir.

DSC01633        DSC01670