lundi 17 mars 2014

Initiation aux champignons.

 Morilles, Verpes, Pézizes Veinées, Pézizes Coccinées, Morillons, Hygrophores de Mars, Mousseron de la St Georges, Oreilles de Judas, Pleurotes Corne d'Abondance, Truffes noires ... la saison des champignons débute ! Alors voici une courte vidéo pour s'initier en douceur à l'univers de la mycologie. Attention, ne ramassez que les champignons que vous connaissez et surtout, en cas de doute tournez vous vers un expert. À savoir, les pharmaciens connaissent que rarement les champignons, le plus sage est d'aller au près des associations mycologiques qui souvent tiennent des permanences gratuites.

 


vendredi 5 avril 2013

Aperçu du soir.

SAM_4556 SAM_4557 SAM_4571 SAM_4565

Passage rapide dans le jardin ce soir dans le froid et avec la nuit qui commence à tomber. Quelques jolies pézizes veinées de tailles diverses.

SAM_4555

Malheureusement pas encore la queue d'une morille en vu mais ça ne serait tarder!

SAM_4559 SAM_4570 SAM_4562 SAM_4560

La suite ce weekend.

lundi 11 mars 2013

Voilà le retour du printemps.

P1020959

Voilà enfin le retour du soleil, la neige a disparu bien que quelques "croûtes", comme on les appelle ici, subsistent dans les ombres et les recoins.

P1020955 P1020957

Dans peu de temps les arbres auront leurs feuilles et déjà ils bourgeonnent. Dans une haie de noisetiers, un vieux nid à passé l'hiver. Abandonné, il sert désormais de support à de jeunes poussent qui fleuriront bientôt.

P1020928 P1020927

Les perce-neiges s'ouvrent enfin et les toutes premières abeilles sont de sortie pour récolter le précieux nectar et nourrir la ruche qui s'éveille.

SAM_3349

Au pied de la maison, c'est un véritable jardin sauvage blanc qui s'est déployé parmi les grandes herbes vertes.

P1020923 P1020958

Et cette fois, primevères et pâquerettes sont au rendez-vous pour de bon, il ne manque plus que les tapis de violettes et le champs du coucou pour parfaire le tableau.

SAM_3317 SAM_2928

Le lamier pourpre a fait lui aussi son apparition. Ses extrémités rouges ont la réputation d'avoir un goût délicat de truffe noire.

P1020924

La véronique de Perse est une petite fleur bleue naturalisée en France depuis le XIXéme siècle. Elle est originaire d'Asie. Sa tige est poilue.

SAM_3324 SAM_3325

Les jonquilles donnent des boutons! Le weekend prochains ceux-ci auront commencé à fleurir. Coupés en l'état puis mis dans un vase, ils peuvent s'ouvrir en une journée et donner ainsi de jolis bouquets précoces.

SAM_3315 SAM_2933

Les lichens ont passé courageusement l'hiver. Ils ont servit de nourriture principale à bien des espèces comme aux chevreuils et aux cerfs.

SAM_2920

Une petite touffe de mousse tente une excursion sur le tronc de ce vieux frêne envahit lui aussi de lichen.

SAM_2917 SAM_2918

Malgrè tout, la nature a bien du mal à enlever son froid manteau d'hiver. Neiges et plantes desséchées sont encore du paysage.

SAM_2930 SAM_3304

Bref, on parle du printemps, mais il ne sera pas là avant le 21 Mars, du moins officiellement. Ce jour est appelé jour de la primevère. 

P1020949

Mais pour l'instant, certains profites agréablement des premières chaleurs, et non sans faire quelques envieux.

SAM_3297 SAM_3331 SAM_3332 SAM_3333

Et comme toujours les oreilles de judas sont au rendez-vous et ont envahi de nouvelles stations de pousse sur la côté, en particulier là où les pic aime faire son nid.

SAM_3295 SAM_3346

Tramètes versicolores et schizophyllums communes complètent le tableau, ces dernières ont pris des teintes rosées.

SAM_3355 SAM_3356

Et une fois de plus, près de la haie, quelques coquilles d'escargots des haies viennent compter les repas passés des oiseaux du voisinage.

P1020953

Bref un bel après-midi où on peut avec un peu de chance voir quelques petits lapins courir parmi les champs.

samedi 29 décembre 2012

Un jardin plein de vie.

P1010793

Quel vilain temps! on passe du soleil à la pluie et on ne sait à quel saint se vouer pour s'habiller. Néanmoins certaines choses restent immuables dans le jardin. Les oiseaux sont fidèles au poste.

P1010658 P1010659

Les étourneaux sont toujours là, un peu moins nombreux, mais toujours autant tentés par les baies de la vigne-vierge qui serpente sur le mur de la maison.

P1010853 P1010860

Avec l'hiver, les feuilles tombent et laissent les se découvrir les trésors des arbres, comme à gauche avec ce geai des chênes au sommet du vieux châtaignier ou à droite avec ce nid de pie dans le merisier.

P1010868

C'est vrai, le temps est fluctuant, mais cela permet au ciel de revêtir ces plus beaux apparats de bleus et de blancs.

P1010872 P1010875

L'herbe est verdoyante, même le vieux pommier couvert de gui reprend des couleurs.

P1010863 P1010893

Le lamier tacheté, qui, à force que je le croise n'est plus présenté ici, perdure encore et toujours. Pour les amateurs de médecine sauvage, c'est un bon médicament toujours disponible quelque soit le temps.

P1010850

Autre source de bien-être pour les amateurs de soins naturels, la mousse, qui selon l'espèce peut apporter une aide complémentaire en vitamines ou dans le traitement des problèmes de peau. 

P1010796 P1010797

Pour les hortensias figés par le froid, il y a peu de chances de voir les graines donner à leur tour des fleurs, celles-ci ayant été gelées avant d'avoir pu finir de se développer ou de germer. Restes les têtes fanées qui donne au jardin un petit côté rétro.

P1010791 P1010792

Bref, il ne faut pas désespérer de trouver des couleurs dans la végétation alentour, il suffit de se pencher pour admirer les colories des feuilles et autres tiges des plantes herbacées persistantes.

P1010879

Soudain, une ombre fluette apparaît dans le ciel. Après quelques piqués, elle se stabilise et vole en surplace, en agitant les ailes frénétiquement. Ce vol est appelé "vol du Saint-Esprit". Voici le faucon crécerelle, un petit rapace de nos campagnes.

P1010880 P1010878

Appelé Émouchet ou Criblette, on le trouve toute l'année en Europe du Sud et au Nord du Maghreb et du Moyen-Orient. C'est un prédateur au régime alimentaire très varié: oiseaux, insectes, grenouilles, rongeurs ou lézards, rien ne lui échappe.

P1010825 P1010830

Autre sa technique du "vol du Saint-Esprit" pour repérer ses proies, il lui arrive de se poser au sommet d'un arbre ou d'un poteau électrique comme ici pour faire le guet. Quand il chante, on dit qu'il réclame. Ici il s'agit d'un mâle car sa tête et sa queue sont gris-bleutés. 

P1010799

C'est aussi dans le jardin qu'a eu lieu un terrible combat entre un corbeau et une buse variable. Il est courant de voir des corbeaux attaquer ainsi des buses pour leur voler leurs proies. Mais ici seul il ne semble pas faire le poids face au rapace.

P1020066 P1020059

Un autre habitué de ses lieux, le pic épeiche. Ici il est affairé à discuter avec sa douce perchée sur le noyer d'à côté en tapant du bec le bois dur pour communiquer ou en picassant avec de petits cris brefs.

P1010894 P1010896

La mésange charbonnière n'est pas en reste, attirée par les graines accrochées aux arbres, elle prend bien garde aux chats qui guettent en bas et qui aimeraient ajouter un peu de viande à leur menu.

P1020047

Cousine de la mésange charbonnière, la mésange bleue, qui elle n'a pas pas la tête noire mais bleue, d'où son nom. C'est une sédentaire qui aime garder son territoire.

SAM_0307 SAM_0310

Voilà un bien drôle de champignon de bois, semblable aux tramètes, il est épais et tout poilu! Si on l'admire par en dessous, on croirait presque voir des oreilles de judas.

SAM_0325 SAM_0331

D'autres champignons aux couleurs et aux formes variées sont apparus sur les troncs abattus, mais pas de pleurotes en forme d'huïtre cette fois-ci.

P1010786

Pas de changement du ôté des tramètes versicoles depuis la dernière visite qui leur a été faite.

SAM_0344 SAM_0336

Sur les vieilles souches, de drôles de formes orangées, presque semblables à de la moisissures ont pris place. 

SAM_0337 SAM_0339

La schizophyllume commune est un petit champignon qui devient de moins en moins communs dans nos contrées. Il semblerait avoir plus ou moins été consommé dans certains coins de France, mais sans grand intérêt gastronomique. On le trouve partout sauf en Antarctique.

P1010946

Les grands corbeaux continuent de temps à autre de prospecter en grand nombre les feuilles au pied des noyers. Quand un heureux chanceux trouve une noix, il fait de nombreux envieux, aussi bien congénères que voisin comme ici ce petit pinson des arbres qui ne s'aproche pas trop mais guette la moindre miette tombée.

P1010982 P1010981

En général, quand un trophé est trouvé, il vaut mieux s'éclipser discrétement pour ne pas attirer les jalousies et casser la croûte tranquille.

P1010995 P1020024

Mais dès que l'alerte est donnée, c'est le branle bas de combat pour chiper ou garder un bon repas. Chez le grand corbeau, il faut savoir ruser pour manger en paix.

SAM_0369

L'hiver, c'est aussi la période où les oiseaux font le ménage. Ici les restes d'un nid un peu abîmés ont été bazardés au sol pour être remplacés.

SAM_0366 SAM_0372

Et si on écarte un peu les branches des pommiers japonnais et les tiges piquantes des ronces, on découvre la demeure en ménage.

SAM_0362 SAM_0364

Dans la vieille souche qui sert de mangeoire à la buse variable, quelques restes et ossements on été mis de nouveaux à jours, tout comme la chrysalides d'un insecte nécrophage à gauche.

P1020029

Le rouge-gorge commun a trouvé les boules de graisses disposées un peu partout autour de la terrasse, et règne sans partage, chassant moineaux, pinsons et mésanges qui s'en aventure tout près, avant que le merle vient remettre un peu d'ordre chez le petit despote.

P1020041 P1020045

En parlant du pinsons des arbres, envoici un jeune mâle, reconnaissable à son plumage gris sur la tête et le ventre rosé. Il se différencie du mâle qui à la caboche bleutée et le poitrail bien plus rosé. Il raffole des invertébrés et des graines.

P1020086 P1020088

Voilà un petit passereau que je n'ai pas identifier et qui aime venir embêter les moineaux.

P1020078

Et puis voilà le roi du jardin, le merle. D'ordinaire plutôt solitaire, c'est en groupe d'une dizaine d'invidus qu'ils prennent plaisirs à retourner les feuilles des noisetiers et des noyers pour trouver pitance. A la moindre alerte, ils s'envolent.

SAM_0412 P1010936

Mais on ne peut pas dire que la menace soit des plus dangereuses, surtout quand on voit qu'oiseaux et chats sembleraient partager le même régime alimentaire à base de boules de graisse et de graines.

P1020032 (2)

Des fois nos charmantes boules de poils sont... désespérantes.

mardi 25 décembre 2012

Cueillette de champignons en Décembre.

SAM_9800

En ce mois de Décembre, nous voilà au coeur des fêtes. Les découvertes se font au près du feu sous des montagnes de papier cadeau mais aussi dans le jardin, comme ici avec ces quelques pétales de roses qui vont très vite rejoindre le panier de séchage parfumé.

SAM_9803SAM_9802SAM_9801

Que les près sont verdoyants, il suffit de comparer avec ce qu'il en était il y a deux semaines de cela pour s'aperçevoir de la différence.

SAM_8909SAM_8908SAM_8907

En effet, à cette période le paysage était plus blanc que blanc, sans parler des températures s'aventurant rarement au dessus du 0.

SAM_9805 SAM_9807

Le soleil a vite reprit ses droits et voilà la terre nourricière plus vivace que jamais. Fidèle au poste, à gauche, le verge d'or n'a pas pas perdu un seul de ses chatons. Par contre à droite le pissenlit se retrouve dépourvu de toutes graines.

SAM_9821

Le potager lui aussi a ses habitués, les choux s'inscrivent dans la durée même si de temps à autre un ou deux spécimens sont retirés de leur effectif.

SAM_9815 SAM_9866

Ce qui est le plus étonnant reste la profusion de champignon. Qui l'aurait cru, de nombreux petits marasmes quelconques ont envahi le jardin.

SAM_9840 SAM_9842

Les tramètes versicoles sont toujours là, accrochées à leur vieux tronc de cerisier. Ni le gel, ni la neige et encore moins la pluie n'aurons eux raisons de ces beaux champignons aux quels se sont ajoutés une bande rouge violacée à leur chapeau.

SAM_9839

Passées par toutes les couleurs, elles sont aujourd'hui de couleurs kaki, café, bleu ardoise, orangé, marrons, violine ou encore blanc poudré.

SAM_9829 SAM_9889

La nature regorge de vie est de trésors, de quoi faire de belles couronnes (ici). A gauche la fougère aigle reprend de la vigueur pendant que le lierre à droite donne de jolis fruits bleus, qui malgré leur toxicité font le régale des oiseaux.

SAM_0041 SAM_9828

Deux petites plantes médicinales pointes le bout de leur nez: le lamier tacheté à gauche (décrit ici) et le géranium petit robert, à droite qui donne pendant la fin printemps et l'été de jolies fleurs rosées. 

SAM_9826

Même les pâquerettes s'animent, et certaines déploies leurs jolies fleurs blanches aux extrémités roses et au coeur jaune pétant.

SAM_9837 SAM_9846

Il est toujours plaisant de voir comme les oiseaux peuvent être astucieux. Que cela soit avec une noisette dans le creux d'un vieux tronc ou avec une noix dans la fente d'un piquet, on peut remarquer comment ils utilisent leur environnement pour trouver des support dignes de devenir des instruments pour les aider à atteindre les précieuses et délicieuses amandes de ces coques.

SAM_9852 SAM_9809

Quel point commun entre ce lichen tombé d'un noyer ou ces graines dispersées par les fientes d'un oiseaux?

Ils donneront au printempsde nouveaux individus aptes à coloniser leur environement.

SAM_9822

L'écorce du bouleau est une oeuvre d'art à elle seule. Longtemps elle a été utilisée pour de nombreux usages: chaussures, papier, bois de boulange, eau de boulot (qui entre dans la composition de bières, de liqueurs, de vins ou d'eau-de-vie),sabots, sandales et bien d'autres.

SAM_9824 SAM_9825

C'est aussi le symbole de la sagesse chez les nordiques, c'est peut être pour cela que maître pic-épeiche a décidé d'y établir sa nouvelle résidence. Encore quelques coups de becs bien ciblés et voilà un nid à l'abris des intempéries.

SAM_9883 SAM_9813

Déjà le foin de l'ancien domaine commence à être déménagé. Tous ces travaux ne l'empêchent pas de continuer à sonder le bois mort pour se repaître de vers endormis.

SAM_9879

La galle de la ronce elle trace tranquillement à coups de dents son chemin dans les feuilles bien vertes de la plante sans craindre l'attaque des mouches ou des guêpes solitaires endormies par le froid.

SAM_9870 SAM_9871

Dansle ciel se fait entendre de grands battements d'ailes et de jolis chants mélodieux, parfois entachés par quelques croassements déraillant.

SAM_9858SAM_9869SAM_9874SAM_9875

Ce sont d'immences nuées de corbeaux et d'étourneaux, qui apeurées par les coups de feux des chasseurs, viennent se réfugier dans les grands arbres près des maisons pour se mettre en sécurité. Leurs piaillements font un bruit d'enfer mais délicieux à écouter. Qui aurait cru que les corbeaux savent eux aussi chanter?

SAM_9849 SAM_9854

Les arbres du vastes champs sont parfais: hors d'atteinte pour les chiens des chasseurs, trop près des maisons pour permettre aux chasseurs de tirer, ils offrent le couvert avec les nombreuses grappes de guis qui s'y trouvent. C'est aussi un très bon observatoire pour repérer les ennemis et sonner le cri d'alarme pour entamer la fuite.

SAM_9989

Le temps soudainement plus clément à trompé tout le monde, même le sureau s'y trompe et commence à donner des bourgeons rosés. Prudence, d'ici peu le froid russe va venir conquérir nos montagnes.

SAM_9998 SAM_0007

C'est un temps idéal pour les oreilles de judas qui se déploient en grosses grappes marrons sur le bois du sureau. Ce sont des habituées des temps humides et froids.

SAM_0002 SAM_0005

On les trouve toutes l'années, à condition que l'air ne soit pas trop chaud ni sec, mais elles affectionnent surtout la fin de l'automne, l'hiver et le début du printemps. Le nom oreille de judas vient de sa forme d'oreille et du fait qu'elle pousse surtout sur le sureau, arbre au quel Judas se serait pendu.

SAM_0011

En tout cas belle découverte en ce jour de Noël qui vient à point égailler les repas de fêtes et remplir le panier (comme le ventre). Un peu de crème et le tour est joué.

SAM_0015 SAM_0017

De nombreux  champignons, couvent inconnus ont envahit les troncs des vieux noyers qui ont été abattus les années précédentes et dont quelques vestiges perdures.

SAM_0048 SAM_0053

Surprenante découverte au coeur d'une souche retournée. Parmi les racines déterrées gisent un grand nombre de restes animales: plumes, poils, griffes, becs, ossements, il semblerait qu'un animal, surement un rapace comme la buse variable, ait fait de ce petit coin sa table de restauration. 

SAM_0012

Dans les vieux noeuds d'une branche de noyer un brin de mousse prend plaisir à se loger.

SAM_0153 SAM_0154

Les tramètes rougissantes (trametes rubescens), cousines des tramètes versicoles, tiennent leur nom de leur jolie couleur rouge sang, bien qu'elle peut beaucoup varier, passant du blanc à l'oranger. 

SAM_0042 SAM_0034

Leur nom réside surtout dans le fait qu'une fois coupés, leurs tubes deviennent rougeoyants.

SAM_0152

Très coriace, ça chair les classes parmi les non-comestibles. Elles n'en restent pas moins fascinantes par leur teinte peu courante dans la nature.

SAM_0036 SAM_0038

Voilà un bien drôle de champignon de bois que je n'ai pas encore identifier. Dépourvu de pied, son chapeau est large, bleu-noir sur le dessus avec une marge blanche.

SAM_0040 SAM_0229

En dessus ni de tubes, ni de lamelles, mais des méandres beiges tels un labyrinthe qui contiennent les sporées.

SAM_0096

Vite il faut rentrer, le ciel s'embrase de rouge et d'or et bientôt la nuit tombera sur le jardin et ses fabuleux champignons.

SAM_0157 SAM_0161

Il reste juste le temps de ramasser quelques pleurotes en forme d'huître. Ce sont d'excellents champignons produits à l'échelle industrielle dans divers pays du monde sur des paillis, un petit peu à la manière des champignons de Paris.

SAM_0178

Le chapeau est bleutée, les lamelles sont plus proches des plis et sont blanches. Les jeunes spécimens ont leur bords bien arrondis, c'est eux que l'on consommes de préférences, les vieux individus étant souvent véreux ou trop coriaces sous la dent.

Bref, un bieu beau Noël en pleine nature avec au menu, des champignons, des champignons et encore des champignons.


mercredi 19 décembre 2012

2012, une année à champignons.

Petit zoom sur une année riche en découvertes mycologiques. 

Chantrelles, vachotes, cèpes, rosées, coprins, russules, vesces, amanites et bien d'autres encore ont rejoint nos paniers et notre collection de photos.

Voici un aperçut de ces sympathiques champignons vu sous un angle peu commun.

SAM_6067

SAM_4226 P1010075

P1000811SAM_5930SAM_5115SAM_1339

SAM_6278

SAM_6976 SAM_6767

SAM_6141

SAM_6030 SAM_6022

SAM_1339 (2)

SAM_5886 SAM_5940

SAM_2538SAM_5015SAM_5133SAM_5139

SAM_0649 SAM_4280

SAM_2583

SAM_6808 SAM_6315

SAM_2503

SAM_1502 SAM_2561

SAM_4207

P1010135 SAM_6838

SAM_4918

SAM_6208 SAM_1448

SAM_6688

mercredi 12 décembre 2012

Magie de la truffe isèroise.

SAM_0402 (2)

En Isère, nous aussi nous possédons le rare diamant noir qu'est la truffe.

Les photos qui illustrent l'article sont celle de la récolte 2012.

SAM_0933 (2) SAM_0377 (2) SAM_0932 (2)

Cinq espèces sont référencées, à savoir la tuber melanosporum, la brumale, la mésentérique, la truffe de Bourgogne et la tuber aestivum, celle que nous ramassons de par chez nous.

SAM_0400 (2) SAM_0401 (2)

La tuber aestivum , truffe blanche d'étéou truffe de Saint-Jean est une variété sauvage de truffe non cultivée qui a un léger goût de noisette et de champignon forestier. C'est elle qui est utilisée dans l'agro-alimentaire généralisé car elle est peut onéreuse (jusqu'à 70 euros les 100 grammes ce qui reste honorable).

P1000748 P1000749

La truffe aestivum comme toutes les espèces de truffes, pousse sous terre. Il est néanmoins fréquent dans croiser à la surface car ce drôle de champignon vit en symbiose avec les noisetiers, les frênes ou les chênesdans les sols calcaires. A l'aide de ses filaments, le mycélium qui compose le corps sous terrain du champignon (et qui peut être  immense) échange avec les racines le l'arbres des nutriments, de l'H20, de l'azote et du carbone. C'est un procédé de bon voisinage.

P1000751

Parfois, c'est en s'attardant sur un tout petit détail qu'elles peuvent nous apparaître, comme ici où une truffe tente de se faire discrète en arrière plan. 

P1000131 SAM_0376 (2) SAM_0403 (2)

Attention à ne pas confondre tuber aestivum avec tuber uncinatum, la truffe de bourgogne, car bien semblables d'apparence avec leur peau couverte de petites verrues noires géométriques, la deuxième à un parfum plus prononcé et une chair plus foncée contrairement à l'aestivum qui elle est blanche striées de marron à l'intérieur puis devient brune une fois coupée et exposée à l'air libre.

P1000752 P1000753

Malheur à la truffe oubliée par le ramasseur et repérée par la mouche à truffe, qui volant en zigzag et attirée par la délicieuse odeur du champignon pourrissant et se pose sur celle-ci pour y pondre ses oeufs. Les larves, dodues et blanches, vont s'y développer bien au chaud, entourées de leur garde-manger. Puis à leur tour, quand le bon temps viendra, elles s'envoleront à leur tour pour perpétuer l'espèce. Pour le chasseur de truffe n'ayant ni chien, ni cochon truffier, c'est un bon indicateur de la présence de truffe ou non. 

SAM_0405 (2) SAM_2598

La récolte se fait de début mai quand la pluie a été abondante  ou en juin, jusqu'à la mi-septembre si l'humidité et le soleil se sont alternés. Les spécimens apparents sont souvent plus petits et plus coriaces car le soleil les assèche vite. Cette espèce de truffe est généralement petite mais certains spécimens peuvent faire les 3/4 d'un point humain. 

SAM_0398 (2)

Pendant la récolte, il faut bien prendre garde à ne pas piocher partout au risque de blesser le délicat mycélium de la truffe ni les racines de l'arbre ôte dans les quelles elles aiment se faufiler, car elles restent des champignons rares, parfois en fois voie de disparition dans les régions où elles sont très recherchées. La Suisse a à ce titre classée la truffe comme espèce menacée et a interdit la récolte sur tout son territoire. Les amateurs de champignons et les promeneurs du dimanches s'exposent à une très lourde amande s'ils sont prit la main dans le sac.

P1000132 SAM_1280 P1000130

Bref, la neige prépare l'humus et les racines à la prochaine fructification de nos tendres truffes mais aussi morilles qui bien souvent, partage le même biotope. Espérons que la récolte soit bonne pour l'année à venir. fo 

dimanche 25 novembre 2012

Le jardin aux couleurs de l'automne.

SAM_8726

Enfin la jardin ressemble à un jardin d'automne.Oublié la neige et le froid polaire, place aux feuilles mortes, au parfum de l'humuse et aux rayons rasants du soleil.

SAM_8528 SAM_8529

C'est aussi le moment où on reçoit chez soi, d'ici peu les fêtes de fins d'années et les grands rassemblement de famille auront lieux.

SAM_8531 SAM_8532 SAM_8543 SAM_8533

Bouquet de fleurs passées, quelques brins de berces séchés dans la grange, deux ou trois autres de monnaie des papes, un grand pot de fer ...

SAM_8530

...et le tour est joué.

SAM_8534 SAM_8545

Il ne reste plus grand chose des feuilles de la vigne vierge de la façade, mais c'est fruit sont à point pour les oiseaux qui en rafolent.

SAM_8560 SAM_8555

Les feuilles commencent doucement à tout recouvrir, comme la neige l'a fait précédemment.

SAM_8578

Et puis au milieu de tout ça, ils y a les chats.

SAM_8572 SAM_8573 SAM_8575 SAM_8579

Espiègles et malins, ils sont les premiers pour les espiègleries.

SAM_8567 SAM_8581 SAM_8570 SAM_8566

Par contre pour redescendre, c'est autre chose!

SAM_8599

Qui l'aurait cru, il reste de nombreuses fleurs. La lamier tacheté est fidèle au poste.

SAM_8602 SAM_8603

Seigneur pissenlit fait même une poussée timide. C'est un symbole de vie, de connaissance, de surprise, de naissance et de joie. Voilà de quoi égayer la saison.

SAM_8609 SAM_8610

Ce lichen jaune moutarde sur l'honorable noyer du jardin résulte, comme pour tout les lichens, du mariage heureux d'un champignon et d'une algue. C'est union peut donner une grande palette de couleurs et de formes.

SAM_8594

Avec le redoux, les étourneaux sont venus s'intaller pour quelques temps près du jardin pour profiter des dernières baies, noix et noisettes.

SAM_8597 SAM_8598

Gerbe d'or n'est décidément pas prête à laisser s'envoler ses chatons (graines retenues par des toupets de duvet), voilà près d'un moi qu'elle demeure sous cette état de coton.

SAM_8618 SAM_8619

Toujours sur le vieux noyer, une percée dans son tronc (à gauche) laisse s'échapper sa sève, odorante, peut collante et brune. A droite une autre espèce de lichen a prit place sur le tronc. Les lichens sont de bon indicateurs de la pureté de l'air, en effet ils supportent très mal la pollution.

SAM_8604

Mais il faut bien avouer que la plupart des plantes sont en graines.

1SAM_86452SAM_86303SAM_86484SAM_8651

Près et dans le potager, le constat est mitigée, l'arbre à papillon (1) et les framboises (2) sont passées. A contrario, le viburnum (3) et le photinia (4) sont en bourgeon et s'aprètent même à fleurir.

SAM_8659 SAM_8595

Les feuilles son tombées, la pelouse en est couverte, la terrasse et les marches aussi.

SAM_8700

Elles finiront comme leurs consoeurs sur le tas à composte.

1SAM_86112SAM_86263SAM_86384SAM_8709

Il est parfois difficile de différencier les divers plantes officinales de nos campagnes, surtout quand elles ne sont pas en fleurs.

1:l'épiaire des bois, appelée ortie puante, se reconnaît à la forme de ses feuilles lancéolées proches de l'ortie (mais moins découpées) qui elles ne possèdent pas de poils urticants. Lorsqu'on les froissent, elles dégagent une odeur désagréable qui au bout de quelques minute devient proche de celle du cèpe.

2:l'ortie est facilement identifiable, elle est urticantes en raison de ses poils crochetés qui se trouvent sur la face exposée des ses feuilles très découpées et allongées. La tige elle aussi a ces propriétés. Roulées sur elles mêmes, dans le sens contraire des poils, les feuilles peuvent être croquées crues sous les molaires sont être irritantes. Elles ont un goût d'épinard.

3:la menthe peut être confondue avec la mélisse officinale, cependant, ses feuilles sont légèrement moins découpées, elles sont plus alternes et surtout quand elles sont frottées, elles ont l'odeur caractéristique de la menthe.

4:la mélisse officinale, appelée citronnelle, à des feuilles plus grossièrement nervurées que la menthe et légèrement plus découpées, qui jaunissent plus facilement en leur extrémité. Lorsque l'on froisse les feuilles, elles dégagent une odeur de citron et de poivre dont les moustiques ont horreur.

SAM_8658 SAM_8723

Deux autres herbacées sauvage du jardin, qui au printemps et au début de l'été donne de jolies fleurs roses, le géranium petit Robert à gauche, et le lierre terrestre à droite qui est un bon comestible souvent jugé comme une mauvaise herbe.

SAM_8615

Et le lierre rampant revient incessamment se glisser dans les fentes des piquets de bois de la clôture.

SAM_8655 SAM_8656

L'activité mycologique est un peu au rabais ces temps -ci, néanmoins ont peut admirer encore de très beaux champignons comme ces russules de Sardoine, au pied rose vif, aux lamelles blanc-crème et au chapeau violet. Une explosion de couleur.

SAM_8640 SAM_8641

Les choux sont à terme est déjà sont-ils victimes des potages et autres gratins.

SAM_8633

Bref, la terre n'est pas encoreen sommeil, animaux et végétaux 'nont pas dit leur derniers mots encore.

SAM_8662 SAM_8664

Les insectes quoi que discrets sont visibles, que ça soit par leur sillons dans le bois comme à gauche, ou leurs sorties occasionnelles comme à droite avec ce jeune grillon sortie depuis peu de son oeuf qui ira se terrer pendant les froid de l'hiver avant de profiter des bons verres de terre (sa nourriture préférée) au printemps.

SAM_8684 SAM_8686

Et puis il y a dame chat, qui aimerait bien se régaler d'un petit étourneaux qui fait le guet parmi les feuilles mortes.

SAM_8715

Autre champignon à la fête, le coprin chevelu, appréciés des amateurs de champignons pour la finesse de sa chair.

SAM_8717 SAM_8718

Ces trois spécimens sont à point, ils sont jeunes, fermes et leurs chair et lamelles sont d'un blanc immaculé.Ils sont poussés si vite qu'ils ont gardé un chapeau de terre.

SAM_8719 SAM_8720

Avec le froid les mouches et les larves n'agressent plus les champignons qui sont donc peu véreux, c'est le moment d'en profiter!

SAM_8672

Il y a également les tramètes versicoles, qui elles ne sont pas comestibles à part si vous aimez manger du bois.

SAM_8674 SAM_8679

Cette semaine elles ont encore changées de couleurs, du marron elles sont passées par le bleu, le vert, le rouge, le blanc, mais néanmoins, elles restent fidèlement accrochées à leur souche de pommier.

SAM_8548 SAM_8728

Les roses essayent une timide poussées, contrairement à la lavande qui a bien compris que le temps des fleurs pour elle, c'est fini.

SAM_8730

Désormais il ne reste plus qu'à couper les branches mortes, charrier les feuilles tombée et à attendre l'hiver.

mardi 16 octobre 2012

Sortie en forêt 13.

A quelques lieux de Grenoble, la forêt. S'échapper pendant 3h du monde civilisé est à porté de main.

SAM_6598 SAM_6600

Nous voilà donc dans les bois des Vaillants. Le départ de cette balade ce trouve dans le parc de Seyssinet, à 500 mètre de la rame de tram C (station Hôtel de ville).

SAM_6625 SAM_6620

Les premiers pas se font dans un fort dénivelé, sur un chemin peu étroit où on peu facilement croiser des vttistes. Prudence.

SAM_6652

C'est une partie du parcours très belle, la végéation est à semi-sauvage et rocailleuse.

SAM_6605  SAM_6744

Le fragon, appelé petit houx, est un arbuste qui atteint au maximum 80 cm qui est rare dans l'est de la France. Pourtant il est très abondant à Grenoble. Les rameaux munis de baies rouges se conservent longtemps dans un vase. C'es une plantes médicinale qui soigne les inflammations, les varices et le rétrécissement des vaisseaux sanguins. Les jeunes pousses sont comestibles.

SAM_6610 SAM_6634

Il y a beaucoup de plantes à observer comme cette espèce de lamiaceae violette à gauche ou cette laitue sauvage et comestible à droite.

SAM_6607

Le troène commun est un arbuste médicinale qui servait autrefois à la vannerie. On le trouve à l'éat naturel mais aussi dans nos jardin où il fait de belles haies. Ses baies servent à la fabriquer une encre violette et une teinture jaune. Attention, toutes les parties fraîches sont toxiques.

 SAM_6602 SAM_6645

Le polypode commun est une fougère qui se plaît beaucoup dans les bois clairs, sur les rochers, entre les bois pourrissants.

SAM_6654 SAM_6613

Ici ces trois conditions sont réunies, ce qui explique la présence des immenses colonies de cette fougère un peu partout.

SAM_6608

La capillaire est une fougère qui pousse en touffe. Elle aime se trouver entre les rochers, dans les talus ou les murets. Elle peut vivre très longtemps.

SAM_6617 SAM_6619

Voilà un joli scarabée funèbre. Son nom vient du fait qu'il est entièrement noir, vit dans les lieux sombre et insalubre, qu'il est vecteur de moisissures et possède un liquide toxique qu'il a la capacité de projeter. Celui peut être dangereux si il est ingéré par un animal. Autrefois, on racontait que cracher sur un scarabée le faisait donner une goutte de sang avant de mourir.

SAM_6622 SAM_6623

Les sédums, autres plantes échappées des jardins ont fini de fleurir. C'est une famille de plante grasse qui regroupe plus de 400 variétés.

SAM_6630

Une autre variété de sédum aux feuilles blanches.

SAM_6636 SAM_6637

Après quelques efforts, on arrive au dessus de la ville, avec un beau panorama.

SAM_6639 SAM_6640

Mais il faut encore emprunter le chemin escarpée pour avoir une vue complète.

SAM_6642

On entend la clameur de la ville. Une belle vue, qui montre bien comment Grenoble est enclavé dans la vallée.

SAM_6644 SAM_6660

Bien que a ville soit présente, l'endroit reste sauvage, où les lézards communs et les oiseaux s'en donnent à coeur-joie.

SAM_6646 SAM_6684

D'autres variétés d'arbrisseaux que je croise pour la première fois sont visibles.

SAM_6707 SAM_6708

Le fusain d'Europe, bonnet d'Evêque pour les intimes, est un arbustreaux feuilles vertes qui virent au rouge pourpre à la fin de l'automne. Ses fruits sont des capsules à 4 lobres d'un beau rose indien qui s'ouvre pour laisser apapraître 2 à 4 baies oranges dorées qui sont toxiques et font le bonheur des oiseaux. C'est cette arbre qui une fois carbonisé donne du fusain. Il est aussi recherché pour la marqueterie.

SAM_6650

Mes premiers champignons, de petits polypores blancs.

SAM_6669 SAM_6663

Un oiseau est passé à la casserole, est au vu des plumes, certainement un vieu corbeau.

SAM_6667 SAM_6688

Quelques champignons sympathiques, comme ce qui semble être à droite un russule rose, qui est un pière comestible.

SAM_6671

Le chemin devient un peu plus calme, ouf pour les jambes.

SAM_6680 SAM_6681

Quelques mycènes inconnus.

SAM_6695 SAM_6699

Ceux-ci ne tarderons pas à être identifier.

SAM_6690

Direction la Tour sansVenin.

SAM_6711 SAM_6712

Les hygrophobes perroquets sont des champignons étonnants.

 SAM_6710 SAM_6713

Ils peuvent être teintés de vert, de jaune, de rouge d'où leur nom de perroquet car ils rappellent le plumage de ces oiseaux.

SAM_6692

 La fleur de tan cendrée n'est pas bien ragoûtante. Ne vous fiez pas à son nom, c'est bien un champignon. Il se développe sous forme d'une mousse blanche sur les herbes et le bois mort. Il n'est pas comestible.

SAM_6659 SAM_6725

Les lianes donnent de beaux fruits rouges.

SAM_6722 SAM_6733

Il y a bien des fleurs dans le bois, comme ce mélampyre des bois à gauche ou ces fleurs jaunes à droite.

SAM_6719

Une jeune liane.

SAM_6738 SAM_6704

Pas facile d'identifier les plantes sans leurs fleurs, je peux seulement les rapprocher de leur famille comme avec cette palnte de la famille des euphorbes à droite.

SAM_6730 SAM_6732

Le nèflier sauvage est un fruit oublier, parfois nommé cul de singe.

"D'abord en extraire la pulpe, travail difficile. Je les fais cuire avec un peu d'eau, puis les écrase, les presse et filtre pour en recueillir la chair et éliminer les pépins, qui ne doivent pas être consommés."--> pour en savoir plus c'est ici.

SAM_6718

Quelques jolis fruits rouges.

SAM_6765 SAM_6766

L'inocybe fastigié est un champignon fort toxique.

SAM_6742 SAM_6743

Un vieux russule, rougé jusqu'à la moelle ou du moins jusqu'au lamelles, ce qui empêche toute identification.

SAM_6715

Une colonie de petits champignons jaunes, plus proche certainement des tremellas que des polypores.

SAM_6745 SAM_6747

A gauche de nouveaux inconnus, à droite une vesse de loup perlée qui est un piètre comestible apprécié des limaces.

SAM_6751 SAM_6752

Quelques euphorbes.

SAM_6737

Et on continu sur un chamin forestier bien plus large mais un peu boueux.

SAM_6769 SAM_6770

Deux petits entolomes livides, qui sont vénéneux.

SAM_6740 SAM_6763

Quelques jolis escargots mangés pat les oiseaux.

SAM_6768

Ceux-ci sont particulièrement travaillés.

SAM_6771 SAM_6772

Un drôle de champignon en forme de fleur. Un beau bouquet en vu.

SAM_6777 SAM_6776

La promenade mène dans une petite clairière. Quelques plantes médicinales s'y trouve comme la carotte sauvage à gauche ou l'aigremoine à droite.

SAM_6727

Une plume échouée.

SAM_6657 SAM_6783

Certaines fleurs sont passées, à gauche de la bardane, à droite des chardons.

SAM_6778 SAM_6780

Un ombrilifère inconnu au bataillon.

SAM_6774

Un petit coin bien sympathique.

SAM_6748 SAM_6782

Autres plantes médicinales, le lamier blanche à gauche (que l'on retrouve ici) et le millepertuis, à droite.

SAM_6785 SAM_6786

A droite de l'ambroisie, qui trop envahissante peut par son pollen provoquer des crises d'asme. A droite les traces d'un feu, l'endroit doit être bien fréquenté les soirs d'été.

SAM_6753

Le long des chemins, quelques chênes tortueux poussent.

SAM_6757 SAM_6784

Pause face au paysage, sous les arbres.

SAM_6802 SAM_6800

Drôle de champignon semblable au recherché mousseron de Saint Georges qui pousse au printemps. Ici il s'agit du tricholome colombette, un bon comestible. Il ne faut pas le confondre avec le tricholome blanc, un non comestible.

SAM_6801  

Il ne faut pas le confondre avec le tricholome blanc, un non comestible.

SAM_6790 SAM_6791

Étranges champignons que ceux ci, mesurant une douzaine de centimètres.

SAM_6789

Il ressemble à une vachote mais le chapeau est enroulé sur les bord, il ne dégage pas de lait, son pied et ses lamelles ne sont pas fusionnés et ces dernières sont blanches.

SAM_6805 SAM_6806

Et que dire de ceux ci, immenses et cachés danse le lierre?

SAM_6809 SAM_6811

Une vraie invasion mais impossible de leur donner un nom, du moins pour le moment.

SAM_6808

Leur pied et leur lamelles serrées sont liées, le chapeau est légèrement creusé et claire.

Ce n'est plus un secret, voilà le clitocybe maxima ou clitocybe très grand. C'est un comestible médiocre. Merci à l'équipe du club des cèpes, ils m'ont été d'une aide précieuse. Vous pouvez les retrouver ici: http://leclubdescepes.xooit.fr/portal.php

SAM_6816 SAM_6817

Je ne suis pas la seule à avoir empruntée le chemin, les oiseaux ainsi que maître renard ont fait de même.

SAM_6822 SAM_6823

Nouvelle ouverture sur le paysage, nouvelle clameur de la ville.

SAM_6820

Une bulbe reptans, une jolie plantes aux petites fleurs bleues de la même famille que la menthe, la sauge et les lamiers.

SAM_6824 SAM_6826

Grenoble est une ville ce situant dans une cuvette, entourée des pré-Alpes et traversée par la rivière Isère.

SAM_6834 SAM_6829

Au bord de la falaise, aperçu de la commune de Fontaine, commune annexe de Grenoble.

SAM_6832SAM_6831SAM_6830

Vue globale sur la ville.

SAM_6833 SAM_6836

Bien que le secteur soit très escarpé, il y a une sécurité qui empêche les glissades.

SAM_6837 SAM_6838

Je l'ai d'abords prit pour un cèpes et puis non surprise, voilà un sympathique champignon.

SAM_6839

Je ne l'ai pas encore identifier, on dirait une sorte de tricholome ou de cortinaire.

SAM_6843 SAM_6849

Quelques petits mycènes inconnus cachés dans les feuilles.

SAM_6854 SAM_6855

De même, avec à droite un russule bien rongé.

SAM_6861

Le mycène à pied ferme n'est pas jugé comme comestible en raison de sa petite taille.

SAM_6884 SAM_6886

Drôles de champignons, tout gluants, chacun à un stade différent de la pousse.

SAM_6866 SAM_6868

Deux petits bolets passés et complètement délavés par le temps ce qui empêche de les reconnaître.

SAM_6863

Plantes du sous bois, surement de la famille des crêtes de coq.

SAM_6872 SAM_6875

L'armillaire à pied clavé quand il est jeune comme ici peu se confondre avec l'armillaire bulbeuse. C'est un mauvais comestible car son goût est désagréable. A rejeter.

SAM_6880 SAM_6896

D'autres petits champignons inconnus, du moins pour le moment.

SAM_6898

Du lichen blanc, chose que je n'avaisjamais vu.

SAM_6911 SAM_6926

Quelquesfleurs du sous bois que l'on trouve dans leschamps comme la vergerette à gauche ou cette grande plante qui fait des chatons e qui au début de l'été fait de grosses grappes de fleurs violettes.

SAM_6927 SAM_6913

La forêt se couvre de couleur avec à droite cet arbre à papillon ou ces feuilles de chêne roussies à droite.

SAM_6906

Ce n'est pas un fruit mais une galle du chêne, à l'intérieur une larve de guêpe solitaire qui ne va pas tarder à en sortir.

SAM_6916 SAM_6917

Le plutée brun d'ombre est un champignon qu'il est rare de croiser et qui pousse en solitaire. Il n'est pas comestible.

SAM_6920 SAM_6990

Deux autres champignons qu'il reste à identifer... que de travail.

SAM_6914

A quelques mètres du chemin, une cabane dans le sous bois, sous un énorme tronc d'arbre.

SAM_6932 SAM_6934

Sur un talus,poussent des petits champignons blancs par dizaines.

SAM_6936 SAM_6939

On dirait des clitocybes blancs mais leur chapeau est trop immaculé pour qu'il en soient.

SAM_6928

C'est de là qu'à j'ailli un faisan, qui a eu la bonne idée de s'envoler sur moi... je comprend mieux le concept de "tête de piaf".

SAM_6947 SAM_6950

A gauche la sauge glutineuse, aux blellesfleurs jaunes et pourpres. A droite le sceau de salomon qui en ce moment donne des fruits.

SAM_6957 SAM_6958

Dans la suite de la promenade, un source qui s'urgie au coeur de la forêt.

SAM_6964

Et pour passer au dessus de l'eau, des ponts improvisés.

SAM_6974 SAM_6976

Dans les racines des arbres, quelques champignons profitent de la mousse humide.

SAM_6967 SAM_6970

Toute chose a une fin, enfn là pas encore, mais je commence ma redescente vers la ville.

SAM_6978

L'entolome livide, un champignon mortel, s'est établit en groupe.

SAM_6983 SAM_6984

Quand à ceux-ci, énormes et aux couleurs chatoyantes, mystère.

SAM_6985 SAM_6986

Deux inconnus se rajoute à la liste des identifications à effectuer.

SAM_6991

Une guirlande de baies rouges égayent le sous-bois. 

SAM_7000 SAM_7003

Depuis le haut du chemin, une dernière vu sur la ville de Fontaine, avec en prime un aperçu de l'immence jardin commun de la commune où une cinquantaine de parcelles sont cultivées.

SAM_7005 SAM_7006

Le russule sans lait porte ce nom car il ressemble à bon nombre de lactaires. C'est un comestible médiocre.

SAM_6997

Le russule émétique est un champignon toxique, quoi qu'en mauvaise forme ici.

SAM_7008 SAM_7010

Pour finir, passage obligé entre ces deux roches énormes.

SAM_7020 SAM_7015

On se croirait dans un décor de film.

SAM_7029

Passage devant l'éco-jardin de Fontaine, un jardin bio immense géré par plusieurs familles: http://www.ecojardins-fontainois.fr/

SAM_7034 SAM_7038

Pause dans le parc de la Poya, à 400 mètres du dernier arrêt de tram. Bien qu'il soit pas bien grand et visiblement peu visité, il n'en est pas moins superbe.

SAM_7040 SAM_7041

La jeune renouée du japon envahie la petite île (à gauche) qui est accessible par ce pont, où les racines des vieux arbres serpentes et donne un aspect mystique à l'endroit.

SAM_7045 SAM_7047

Un canal travers le parc. Plus loin, un bassin défraîchi et presque vide accueil roseaux et joncs.

SAM_7048 SAM_7052

On croirait que le temps c'est arrêté, des escaliers et des ponts surgissent de sous les arbres, et dans les bassins,des petits poissons nagent entre les îlots de vase.

SAM_7054

Grenouille et verrons se font discrets.

SAM_7092 SAM_7093

Pas de nom pour cette troupe de champignons des villes, je pense les avoir vu sur les étales des marchants mais quand on ne sais pas, on ne touche pas.

SAM_7072 SAM_7074

Pour celui-ci pas de nom aussi, et de plus il est très intrigant, il ressemble à une amanite mais n'a pas d'anneau ni de "bulbe".

SAM_7064

Unexemplaire de ces dôles de champignons marrons.

SAM_7070 SAM_7080

 Ils forment d'immenses rond de sorcière dans le jardin de ville, mais pas une page internet ne peut m'indiquer qui ils sont. Le mystère sera retrouvé quand j'aurais mis la main sur mes livres de mycologie.

SAM_7075 SAM_7081

En tout cas ils sont fort esthétiques.

SAM_7082

Le pied est comme on dirait, velu.

SAM_7062 SAM_7063

Mon premier bolet à pied rouge sur Grenoble... entièrement mangé et pourrit comme les deux autres sur les quels j'ai mis la main.

SAM_7065 SAM_7066

Voici de jeunes hypholomes couleur de brique, qui deviendront bien rouge à maturité.

SAM_7077 SAM_7078

Le lactaireroux est un champignon si poivré et si amer qu'il n'est pas consomable.

SAM_7089 SAM_7091

Un inconnu au chapeau doré! Impressionnant. 

SAM_7057

Et ceux-ci sont remarquable, pourpre autour et au centre, beige-orangé à l'intérieur.

SAM_7100 SAM_7102

Deux petites vachotes, en cette période c'est rare.

SAM_7097 SAM_7098

Ceux-ci sont très design, on croirait des champignons japonais.

SAM_7096

 Eux aussi sont des inconnus.

SAM_7103 SAM_7105

Ceux là non plus n'ont pas été identifier. Ils sont imposants et forment d'impressionants ronds de sorcière également.

SAM_7108 SAM_7110

Le bolet rouge est facilement identifiable à son pied et sa mousse rouge. Sa chair bleuie une fois tranchée. C'est un excellent comestible.

SAM_7107

Celui-là a été ravagé par les limaces.

SAM_7113 SAM_7114

Le collybie à chapeau rayé est un champignon non comestible qui à la particularité d'avoir des filament de mycélium mesurant jusqu'à 1 mètre.

SAM_7116 SAM_7117

Celui-ci n'est pas mal, avec ça drôle de teinte bleue-verte, son pied beige et ses lamelles marrons.

SAM_7126

En parlant de marrons, en voilà un tout beau tout chaud. La plupart des champignons rencontrés dans le parc poussent sous ceux-ci.

SAM_7121 SAM_7124

Le temps d'un instant, prendre la taille d'un lilliputien permet de renouer avec son âme d'enfant.

SAM_7128 SAM_7129

L'helvelle crépue est un champignon étrange. Il est un comestible médiocre qui est toxique cru.

SAM_7133

Coupé, son pied fait penser à l'intérieur d'un os ou à du cartilage.

SAM_7137 SAM_7138

Celui là aussi je ne le connais pas encore. Il donne l'impression que son chapeau est duveteux. En tout cas il plaît énormément aux limaces.

SAM_6653

Voilà une belel promenade, pas très fructueuse je l'avoue, mais pleine de découvertes et de surprise.

vendredi 5 octobre 2012

Passage éphémère dans le jardin.

SAM_5799

Passage éphémère dans le jardin, où en deux semaines seulement un nombre incroyable de nouveaux occupants ont fait leur apparition entre les noix, les châtaignes et les noisettes.

SAM_5796 SAM_5797

 

L'ami coprin chevelu est de retour. Il faut le manger très jeune et dans les 2h qui ont suivit maximum.

SAM_5827 SAM_5828

Premier inconnu de jour, un petit marron (enfin petit, la taille d'une main tout de même) au chapeau écailleux.

SAM_5855

Trois petits mycènes (eux aussi inconnus) au chapeau blanc légèrement cerclé de noir.

SAM_5802 SAM_5804

L'amanite safran n'a pas vraiment de goût et pourrait apparemment causer des troubles digestifs, mieux vaux s'en préserver. 

SAM_5818 SAM_5821

Celui-ci est magnifique, son chapeau est jaune vif, son pied blanc puis crème-orangé. C'est l'amillaria mellea, l'armillaire couleur de miel. Toxique, on peut tout de même le consommer très jeune. On mange uniquement le chapeau une fois blanchit.

SAM_5822

Le daldinias concentrique sur un tronc mort dans le haut du parc à fait des petits!

SAM_5816 SAM_5812

Deux autres petits champignons inconnus, fort jolies et délicats. Va falloir que j'identifie tout ce joyeux petit monde.

SAM_5830 SAM_5832

Toujours mes lactaires inconnus, de couleur crème et donnant un lait blanc (la plus part des champignons qui libèrent un suc font partis de cette famille).

SAM_5831

Vu sous le chapeau, on voit le lait perler sur les lamelles.

SAM_5837 SAM_5838

Encore un inconnu, celui là pousse en familles bien garnies.

SAM_5843 SAM_5844

Ici peut de doute possible, couleur violine marquée, pied coloré et lamelles blanche; c'est le russule de sardoine, un champignon non comestible car très acre. 

SAM_5845

Quelques individus poussent sous un des sapins, un de ses arbres fétiches.

SAM_5858 SAM_5859

Ah nos mousserons, enfin faux, enfin de leur vrai nom marasmes des oreades, il suffit de se pencher près du potager pour les ramasser, bien que ceux-ci soient un poil vieux.

SAM_5849 SAM_5851

A ne pas confondre avec ces petits champignons inconnus, au pied marron et aux larges lamelles irrégulières violines.

SAM_5848

Et à côté de tout ce beau monde, les délicieux sanguin. A croire qu'il ne sera plus nécessaire d'aller en forêt.... non, il ne faut pas abuser tout de même.

SAM_5860 SAM_5861

Le potager lui aussi est en fête, les choux ont prit du poil de la bête.

SAM_5863 SAM_5865

La menthe finit de fleurir et donne à nouveau des sommités bien fraîches et bien vertes qui finiront comme infusion du soir. Les tomates cerises font grises mine, bientôt il n'en restera plus une sur les pieds qu'il faudra abriter du froid.

SAM_5862

Et la courge? et bien la courge (pas moi, celle là), se porte fort bien, elle prend son temps pour grossir mais a déjà revêtu sa belle couleur orange.

 

Je n'ai vu que peu de choses dans le jardin, la nuit tombait que je suis arrivée mais demain matin, c'est inspection générale pour tout le monde.