samedi 12 janvier 2013

Dans le brouillard.

SAM_0814

C'est l'hiver, c'est le froid, c'est le brouillard. Mais cela n'a pas que des désavantages, hormis l'humidité. Les oiseaux sont moins méfiants ce qui nous a permit d'admirer une magnifique épervier rasant la route.

SAM_0888 SAM_0877 SAM_0917 SAM_0873

Comme toujours les champignons sont en rendez-vous,même si ceux-là ne se sont pas laissés identifier, du moins pour l'instant.

SAM_0819 SAM_0820

Les vaches ont bien piétiné le terrain, les traces de leurs sabots ont laissé apparent le bulbe de cette plante qui ressemble à une frêle graminée dans sa forme juvénile mais semble être plus proche de l'oseille sauvage.

SAM_0861 SAM_0862

De meême pour les jonquilles qui commence à pousser. Cela est de bon augure, d'ici peu, début février si tout va bien, des parterres de fleurs jaunes rejoindrons  les blanches perces-neiges qui poussent par centaines dans le jardin.

SAM_0829

Le froid est passé par la, la rosée aussi. Neuf petites gouttes sont venues perler sur cette grande herbe, à l'abrit des très rares rayons de soleil.

SAM_0961 SAM_0962 SAM_0954 SAM_0959

SAM_0853 SAM_0870

Sur les vieux restes de troncs de noyers d'étranges champignons de bois ont pris place. Durs comme du bois, ils sont de couleurs chair et plats comme des crêpes.

SAM_0855 SAM_0914

D'autres drôles de champignons, aux couleurs toutes aussi étonnantes ont prit place eux dans les noisetiers de la côte.

SAM_0833

Avec toute cette eau et ce temps, la clématite des haies a prit une bonne rincée. Les chatons porteurs des graines sont tombants et tous collés. Ils lui ont donné son nom de "ceveux-de-la-bonne-dame). A l'époque de l'enfance de nos grands-parents, quand les jouets n'étaient pas courants, ces plumeaux étaient plantés dans boules d'argiles pour fabriquer depetits moutons. (cf: "Jouets de Plantes".)

SAM_0891 SAM_0859 SAM_0899 SAM_0871

Cette nuit, il a gelé. La mousse, les fleurs, les feuilles et les tiges se sont parées de perles blanches sur toute leur surface.

SAM_0940 SAM_0942

Le vieille arbre mort qui servait autre fois d'abrit au pic épeiche commence à pencher et une colonie de champignon c'est installée dans les restes du nid... il était temps qu'il plie bagage.

SAM_0874 SAM_0929

Fleurs de lamier tâcheté et lichens sont parfaits pour les prochaines compositions fleurales. Il n'y a pas de temps pour faire des bouquets.

SAM_0923

Et la cabane, imperturbable au milieu du nuage de brouillard, reste verdoyante malgré le temps qui passe.

SAM_0933 SAM_0947 SAM_0951 SAM_0955

Encore une blle brochette de champignons de bois, qui en ce temps de froid pullules sur les arbres du jardin et du verger. Au printemps il faudra vite traiter certains des arbres fruitiers.

SAM_0843 SAM_0928

Et puis il y a les oreilles de judas, qui ont sous le gel, pour certaines, formées de petits "glaçons" sous leur coupole. Elles ont toutes été ramassées, même les plus petite, le froid les ayant condamné.

SAM_0924 SAM_0949

Les araignées n'en sont pas en reste et ne semblent pas inactives en ce temps d'hiver. Des toiles au savant tissage apparaissent sur les écorces.

SAM_0986

Et les jacinthes fleuries ont quitté le coeur de la maison pour prendre le soleil dehors.

 

Identification:

Quelques une des découverte au "sanctuaire du rapace", lieu où il semblerait qu'un oiseau de proie vienne déposer et déguster certaines de ses proies. Mes suspicions étaient tout d'abords tournées vers la buse, mais il semblerait que l'épervier affectionne la vieille souche ou se trouve les ossement.

SAM_0892

Au pied de la souche, une mandibule et un os étrange, celui d'un crâne ou d'un bassin. Mais à qui appartiennent-t-ils?

SAM_0963

Après la récolte, nous voilà avec une côte, deux os longs non identifiés, trois vertèbres, un bout de crâne et une mandibule. Tous ces os ne proviennent pas du même animal, sur et à proximité des os se trouvaient des poils mais aussi des plumes.

SAM_0970

Après recherche, on peut affirmer que cette mandibule est celle d'un insectivore à cause de ses dents pointues blanches et de la petite incisive avant qui sur cette face n'est pas visible. Sur l'autre face elle est petite et non formée, ce qui indique qu'il s'agît d'un jeune individu, tout comme la présence de seulement deux dents et une troisième qui pointe le bout de son nez à l'arrière. Il s'agît ici, du moins je pense, d'une jeune musaraigne qui n'aura pas su échapper aux serres de l'oiseau.

SAM_0981

En tout cas, une fois de plus, ça ne sera pas maître chat qui ferra festin.


jeudi 3 janvier 2013

Madame et monsieur pinsons des arbres.

P1020147

Bonne année à tous!

Nous voici en 2013 et l'hiver est toujours là, mais les rayons du soleil se déploie comme si nous étions au printemps. Chaleur et verdure sont de mise, contrairement à l'automne qui nous a donné de belles neiges.

P1020104 P1020105

La cabane à passé sans trop de difficulté es la nouvelle année, elle s'intégre mieux au paysage que je ne le pensais.

P1020095

Et pour l'occasion la pie se laisse enfin photographier à travers les branches des noyers et de cerisiers. Mais la pauvre n'est pas restées bien longtemps sur son perchoir.

P1020099 P1020097 P1020096

En effet, un, puis deux puis toute la bande de grands corbeaux qui aime explorer dans les moindres recoins le champs et le jardin de la maison dans leur quête de nourriture a fait irruption.

P1020102 P1020101 P1020103

Pauvre pie, au milieu de se tintinmare et de ces grandes envolées, difficile de jacasser pour se faire entendre de ses congénères. Aussitôt elle s'envole.

P1020098

Y a pas à dire, le corbeau est bien plus bavard que la pie contrairement à ce que l'on dit.

P1020108 P1020109 P1020114

Après avoir photographié madame pinson des arbres, voilà que monsieur montre enfin le bout de sont bec! (Pour voir les photos en plus grand il suffit de cliquer dessus). 

P1020111

On voit bien la différence entre mâle et femelle: les plus ces ailes sont plus marquées chez se premier au corps rosée et à la tête bleue-grise.

P1020139 P1020116 P1020140

Madame est beaucoup plus discrète et on la remarque moins dans le de paysage.

P1020142

Le teint en est presque fade, aux vues de ses couleurs grisonnantes mais elle a de se fait la certitude d'échapper plus facilement aux prédateurs.

P1020148 P1020151

Et puis comme toujours des champignons. Ceux-ci ont envahi le vieux figuier que nous avons bien cru mort après l'hiver dernier glaciale que nous avons eux mais au milieux de l'été voici que celui-ci reprend vit, donner des branches vertes, des bourgeons et mêmes quelques petits fruits. Malheureusement une partie du bois est morte et la voilà colonisée par  de drôles de champignons comme à gauche avec ces flammules à pied velu qui sont comestibles.

mercredi 26 décembre 2012

Crème aux pleurotes.

SAM_0180

Découverte de l'hiver, quelques belles pleurotes en forme d'huître. Direction la cuisine.

Pour une délicieuse crème aux pleurotes:

- quelques pleurotes.

- une cuillère à café d'huile d'olive.

- une demie ail.

- 20 cl de crème.

- 1/2 poignée de persil.

- un peu de sel et de poivre.

SAM_0254 SAM_0255

Le soucis avec les pleurotes est qu'il faut favoriser les jeunes spécimens, les vieux étant souvent très véreux. De ce fait, je me retrouve avec une poignée de champignons.

SAM_0259 SAM_0260 SAM_0258 SAM_0257

Après les avoir bien lavés sous l'eau (même si c'est déconseillé je préfère, car la boue et les limaçons ne s'enlèvent pas si facilement), on les coupe en fines lamelles.

SAM_0263 SAM_0265

Dans une petite casserole, on fait chauffer la cuillère d'huile d'olive sur un feu vif (3°). Pendant ce temps on émince une demie ail très finement.

SAM_0274 SAM_0283

Une fois l'huile chaude, on ajoute les pleurotes et l'ail. On remue bien, on sel et on ajoute le persil. Dés que les champignons commence à accroché on baisse le thermostat pour le mettre sur feu doux puis on "déglace" avec un petit peu d'eau. Quand celle-ci s'évapore, on ajoute la crème que l'on laisse mijoter au thermostat 1° pendant une dizaines de minutes.

SAM_0278

Quand celle-ci a bien réduit, il ne reste plus qu'à la servir à table.