mercredi 25 mars 2015

Sortie dans la campagne 2.

P3080263

 Il fait beau, il fait chaud c'est le printemps. Raah quel plaisir de prendre le soleil et d'admrier les fleurs ! Les morilles ne vont pas tarder (je n'en peux plus de les attendre), les primevères officinales sont là, les violettes aussi ce qui annonce de belles cueillettes de fleurs qui avec un peu de chance finiront préparées dans la cuisine.

P3080379 P3080313

P3080188 P3080377

 Le perce-neige (Galanthus nivalis) est courant dans nos campagnes, notre jardin en est même complètement tapis. Nommé aussi Clochette d'Hiver (c'est moi !) ou Galanthe des nieges, il tient son nom du latin qui signifie fleur de lait. En Isère elle est rare et protégée ... sur le coup je suis surprise ... et me sens privilégiée !

P3080367

 Ici on la trouve dans les prairies humides mais aussi dans les bois dont les sols sont riches en azote (ce qui en fait une plante bio indicatrice). Toxique et vomitive, on la trouve néanmoins sous forme hybride et/ou de cultivars dans les jardins. Ces espèces demandant quelques soins, elles se naturalisent que rarement en milieu naturel.

P3080306 P3080307

P3080303 P3080305

 Grosse fatigue pour ces tramètes versicolors (Coriolus versicolor). Ces champignons sont lignicoles (qui vivent et se nourrissent de bois).Une équipe universitaire du Queensland étudie depuis de nombreuses années. En 2011 elle publie ses premiers résultats, le champignon serait efficace dans le traitement du cancer de la prostate.

P3080277

 L'oranger du Mexique (Choisya ternata) est reconnaissable non pas à son feuillage ou ses fleurs (enfin si en partie) mais en grande partie à l'odeur d'orange que dégagent ses feuilles quand on les froisse. Ici il s'agit de la variété 'Sundance', identifiable par ses feuilles qui se teintent de doré à la belle saison. 

P3070109 P3070038

P3070054 P3070065

 Plus de neige sur le lac de Saint Sixte, juste une épaisse couche de glace sur une partie de l'étendue d'eau. Elle ne tardera pas à fondre avec l'arrivée du printemps. Les poissons qui jusqu'à présent évoluaient eu ralenti sortent de leur torpeur, les premières grenouilles s'accouplent et bientôt les libellules sortiront de l'eau.

P3070044

 Prises dans la glace, les feuilles d'aulnes sont figées n'ont pu se déposer au fond de l'eau. L'aulne noir ou aulne glutineux (Alnus glutinosa) est un arbre présent un peu partout en Europe. Il est indigène à la région. Plantés au bords des cours d'eau et des lacs il est planté pour solidifier les berges grâce à son réseau racinaire important.

P3070062 P3070091

P3070103 P2070129

 Il y a moins d'un mois de différence entre les deux photos du panneau. Impressionnant non ? Ce matin quelques flocons sont tombés et du col, des voitures fortement enneigées sont passées devant la maison... il a fort à parier que le paysage d'hiver ce soit installé pour quelques heures sur le lac et ses alentours. 

P3070096

  Les crépiodes opportunistes (Crepidotus versutus) sont de drôles des champignons de bois blancs et duveteux. Non comestibles, on les rencontre de temps à autres mais toujours de manière occasionnelle si ce n'est rare. D'ordinaire on les rencontre de l'été à la fn de l'automne mais le gel les a conservé en l'état.

P3070124 P3070140

P3070147 P3070154

 Un peu plus haut, après avoir suivit la route à travers la forêt, on tombe sur l'étang des Chartreux. Creusé et géré autrefois par les pères Chartreux (ce qui font la célèbre Chartreuse), il leur servait de vivier pour ainsi s'approvisionner en poisson. Désormais réservé aux pêcheurs, il accueillait jusqu'à peu des moules d'eau douce.

P3070165 

 De l'étang à la forêt, une piste dans la neige a été formé. Traces de renards, de fouines, de chevreuils ou de blaireaux, le lieu semble attirer de nombreux animaux bien que l'eau soit toujours gelée depuis plusieurs mois.

P3080189 P3080229

P3080235 P3080248

Ah les beaux ânes. depuis que je susi toute petite les voisins en ont toujours eu et les ont toujours traités avec beaucoup de soins. Le vieille âne de Porvence, Coco, n'est plus mais reste la vieille ânesse Coquette ainsi que quelques nouveaux venus comme Coquin... oui niveau noms nous ne sommes pas très créatifs hé hé !

P3080289

 Sur une bruyère de jardin, une abeille domestique (Apis mellifera) butine. Les voilà donc sorties ! Les abeilles sont fascinantes,mais aujourd'hui, elles sont décimées. Sans elles plus de miel oui mais aussi, plus de fruits ou de légumes car plus de fécondations de fleurs. Un monde sans abeilles c'est un monde de famine !

P3080283 P3080325

P3080266 P3080273

 Bon on fini quand même avec un note plus festive ! Crocus et autres fleurs viennent parfumer les jardins. Les coucous chantent et les lésanges s'ébattent gayement. Les couleurs reviennent avec les beaux jours !

P3080359

P3080336Oui les beaux jours sont là, le chat fuit la maison, pressé de se dorer la pilule au soleil. Quelques gouttes de pluies, et c'est la débandade, son altesse rendre en toute hâte... l'adorable saleté !

Parmi le vert
et la floraison
de toutes les plantes les plus belles
je flâne.
Je délibère ici
Je rêve par là.
L’heure s’arrête
ou plutôt s’étend pleinement,
se déplier et s’amplifier.
Ces tournoiements et ondulations soudaines
de brises d’été,
envoient tous les parfums
dans l’air chaud.
Contempler une feuille
ou le motif sur le mur
créés par des branches les plus prés.
Chloe Douglas, 1995

 


mardi 10 février 2015

Aix en Provence.

PC301033

Passage rapide par la belle ville d'Aix en Provence et son marcher. Fondée sur une riche cité celte (cité du peuple Salluviens) détruite par les romains, elle figure parmi les 30 villes de France les plus peuplées. C'est la ville de Paul Cézanne, cela s'en ressent aux nombreuses librairies qui sont réputées. De climat méditerranéen, il y fait bon et chaud, et le mistral y souffle rarement mais les orages y sont virulents.  

PC301036 PC301037

C'est jour de marché à Aix ... et que de bonheur sur les étales ! De la truffe noire du Périgord (Tuber melanosporu) ! C'est le champignon phare de l'hiver  mais aussi cher du fait de sa rareté. On rencontre aussi de superbes girolles (Cantharellus cibarius), un de mes champignons préféré et très savoureux.

PC301038 PC301040

C'est un court, très court article même sur une petite mais belle joie : le marché et ses champignons. Loin de la neige, croiser des champignons qui dorent au soleil ça fait plus que plaisir. Cela me replonge dans les beaux jours de l'été et de l'automne où les cueillettes se sont faites belles et gourmandes.

PC301058

mercredi 21 janvier 2015

Le jardin en Novembre.

PB130109Comme l'indique le titre, j'ai un peu de retard... mais je suis sur la bonne voie pour me mettre à jour, voilà déjà la fin de novembre qui pointe le bout de son nez. La saison a été vraiment belle, plus fraîche qu'octobre ce qui est bien normal, mais aussi bien plus chaude que les autres années. Certains arbres bourgeonnes, de nombreuses plantes sont vertes voire fleuries... la nature est folle ! C'est le bon moment pour récolter les herbes du jardin, avant que les premières gelées ne les abîmes pour de bon. Les pieds laissés nus seront paillés puis abriter du froid et des animaux gourmands comme les chevreuils pour donner l'an prochain d'aussi belles pousses, du moins je l'espère.

Il reste quelques champignons aux douces senteurs qui viennent nous rappeler le temps des cèpes, des girolles et des paniers pleins mais aussi des châtaignes.

1PB130006 2PB130049

3PB130010 4PB130024

 Ho les belles plantes ! Le gel arrive, il faut vite récolter les aromatiques du jardin au risque de voir leurs feuilles être abîmées par le froid et ne plus être bonnes pour la confection d'infusion.
1 : La menthe verte (Mentha spicata L.) en tisane est tonique et bénéfique pour l'ensemble du système digestif. Elle donne bonne haleine, rafraîchie et est riche en antioxydants.
2 : La mélisse officinale (Melissa officinalis) est à utiliser avec beaucoup de parcimonie. En effet son goût très prononcé peut vite devenir désagréable. Dommage car elle est apaisante, digestive et même antivirale.
3 et 4 : La verveine citronnée (Aloysia citrodora) est aussi nommée verveine du Pérou ou verveine odorante. De saveur douce, elle est utilisée pour ses propriétés sédatives, antifongiques et antispomodiques.

PB130028

 Dans un bon panier en châtaignier destiné d'ordinaire aux champignons (que l'on ne trouvent plus en cette saison), les bouquets ont été disposés pour sécher. Ils seront utilisés tout au long de l'hiver.

1PB130011 2PB130014

3PB130013 4PB130022

Le jardin est presque vide mais on trouve encore de quoi se mettre sous la dent. Choux (1) et oseilles (2) sont légion. Quant aux framboisiers (4), ils font office de refuge pour les chats et les oiseaux. Pour ce qui est de la belle et toxique euphrobe réveille matin (Euphorbia helioscopia (3)), elle a prit possession du reste du potager.

PB130058

 La lépiote brun-lilas (Lepiota brunneolilacea) est un champignon toxique voire mortel que l'on rencontre de la fin de l'été à la fin de l'automne, dans les pelouses et les lisières de forêt jusqu'ne moyenne montagne.

PB130035 PB130036

PB130039 PB130040

 L'armillaire couleur de miel (Armillaria mellea) que l'on rencontre dans tout l'émisphère Nord et parfois dans les zones du Sud où il a été introduit involontairement par l'Homme. Il en existe 9 sous espèces. Comestible jeune, c'est à partir de lui que dans les années 90 a été synthétisé un nouvel antibiotique.

PB130064

 Le noisetier (Corylus) est parfois utilisé pour la confection de baguettes de sourciers, à l'aide d'une fine branche fourchue. Mais le plus souvent c'est dans la fabrication de vannerie qu'on l'emploi, en particulier pour les paniers.

1PB130047 2PB130053

3PB130069 4PB130071

 1 et 2 : Les coprins chevelus (Coprinus comatus) sortent toujours au même emplacement années après années. Comestible crus ou cuits, il faut très rapidement les consommer au risque de les voir devenir indigestes.
3 et 4 : Voilà un bel inconnu quine va pas sans évoquer le Saint George, champignon prisé. Il est fort à parier qu'il appartient à la famille de ce dernier : les tricholomes.

PB130072

 La curiosité des chats est sans limite, que se soit pour découvrir une nouvelle cache pour dormir (Sic le dessus de la chaîne hifi), ou une nouvelle bêtise (faire s'effondre la bibliothèque de la chambre)...

PB130084 PB130089

PB130097 PB130093

 Il ne faut pas oublier non plus que ce sont de formidables chasseurs qui régulent les populations de rongeurs dont l'appétit féroce font des ravages dans les gardes-manger et les greniers, en particulier quand ils sont bien remplis.

PC010006

 Les mésanges charbonnières (Parus major) sont des oiseaux territoriaux. Ayant un comportement grégaire, elles se réunissent pour se nourrir. Graines, insectes, de baies ou encore de fruits font partis de leur régime alimentaire. De la mésange, on ne dit pasqu'elle chante mais qu'elle zinzinule.

PB130099 PB130108

PB130107 PB130115

 Les plantes sont à sécher, les chats "rangés" et presque sages. Le soleil tape fort sur les carreaux... il n'y a rien d'aussi bon je crois. Ces quelques jours de beau temps remplacent aisément dans les mémoires la grisaille et les grosses pluies qui cet été, ont fait tomber bien des sourires.

PB130080

mardi 13 janvier 2015

Un weekend à Sault.

PB010330

Petit tour par le Vaucluse et par la commune de Sault. Située à 763 mètres d'altitudes, le village donne accès aux nombreuses randonnées situées sur le mont Ventoux. Entourée de forêts, son sol calcaire est parfait pour la culture de la truffe noire, de la lavande et du lavandin.

PB010398 PB010406

PB010370 PB010390

Que dire sur Sault ? Que la ville apparaît pour la première fois dans les textes en 859 sous le nom de Saltus, ce qui désigne une terre sauvage et boisée. A la renaissance le bourg devient un comté dirigé par une famille ici de chez, le Dauphiné, les biens nommés Morard... oui tout de suite avec un tel nom, ba ça en jette moins.

PB010389

Spécialité locale, la réalisation de colombages en torchis pour les plafonds. Les maisons sont typique du sud, toutes de pierres et en hauteur. La plupart d'entre elles datent du XVIe siècle. Elles sont adaptées pour que bêtes et hommes cohabitent mais aussi pour que les récoltes de fruits et de céréales sèchent à l'abris des rongeurs sur des terrassent nommées trihard.

PB010371 PB010374

PB010375 PB010377

La culture de la lavande fait partie intégrante du paysage local avec l'élevage ovin. Connue depuis l'antiquité pour ses nombreuses propriétés médicinales, elle appartient à la famille des liamacées au même titre que le menthe et la verveine. Mellifère, elle se porte particulièrement sur les terres calcaires très ensoleillés.

PB010436

Le lieu fait le bonheur des spéléologues avec de nombreuses cavernes à explorer, parfois au pied même du village. Les vestiges qui y ont été découvert sont exposé dans le musée de la municipalité qui présente une collection très éclectique mêlant fossiles, armes blanches anciennes ou même momie !

PB010438 PB010441

PB010412 PB010422

Pourquoi aimer Sault ? Pour son nougat ! La nougaterie Boyer se trouve dans le centre du village et est réputée pour ses petites douceurs. Fondée en 1887, le nougat est composé de produits locaux : miel de lavande et amandes provençales. Oeufs en neige et sirop de sucre viennent s'ajouter.

PB010453

N'oublions pas les macarons, les galettes d'épautre, les calissons, les amandes enrobées, les fruits confits et les guimauves à l'ancienne ! Un vrai paradis pour tous les gourmands et les amoureux de terroir. Le nougat deSault a même sa propre page sur Wikipédia ! 

PB010420 PB010437

PB010372 PB010443

Depuis 1515, tous les mercredis se tient le marché sur la place du village. Légumes, savons, saucissons, fromages et autres produits locaux sont proposés. Le 15 août c'est sur la place de de l'Hippodrome que se fête la lavande à Sault. Folklore et épices font bon ménage.

PB010269

Retour à l'ermitage, entre les allées des grands platanes pour profiter des derniers rayons du soleil. Les températures sont exceptionnelles pour la saison cequi donne l'occasion de voir de nombreuses plantes en fleurs.

PB010248 PB010356

PB010263 PB010265

Vielles pierres et magies des grands arbres, les habitations locales ne manquent pas de charme. Y passer une nuit nous replongent dans des oeuvres emblématiques tel que "Le château de ma mère".

PB010459

Ineffables parfums de rouges fruits confits,
Délicates saveurs âpres de raisins mûrs.
L’ivresse est profonde et la narcose embellit
L’instant si fugace au potron-jacquet azur.

Ah ! Le long des chemins hasardeux de Provence,
Je respire la saponaire et la lavande
Aussi ces infinies bacchanales fragrances
Que le Sombre et le Libeccio austral répandent.

Didier Sicchia

PB010298 PB010299

PB010302 PB010285

Fleurs, baies, nid et sève montante... c'est non pas un été indien mais un printemps avant l'heure qui s'annonce ici. Papillons et guêpes parcours les airs, les oiseaux chantent... décidément dame nature perd la tête.

PB010306

L'ancien verger est une véritable mine d'or pour la biodiversité. Les écorces des vieux arbres servent d'abris aux insectes pour s'abriter des froids à venir et de garde-manger pour les oiseaux tel la sittelle troche-pot

PB010316 PB010323

PB010324 PB010454

Incroyable, rencontre avec mes touts premiers et véritables sanguins (Lactarius sanguifluus), délices du sud très prisés. Une orchidée aux larges feuilles fait une sortie remarquée au milieu des pommes de pins et des feuilles dorées de l'érable champêtre (Acer campestre) tombées au sol.

PB010336

L'if commun (Taxus baccata) est un arbre avec une incroyable duré de vie. Réuni en bosquet, on parle d'ivaies qui sont souvent des bois sacrés. C'est un arbre extrêmement toxique et même mortel, don seule la chair des baies (et non les graines qu'elles contiennent) et comestible. Chaque année il entraîne de nombreux décès.

1PB0206802PB020682

3PB0206834PB020686

Aperçu des différentes baies de la campagne environnante :
1 : le gui blanc (Viscum album) est une plante parasite qui tir son énergie en partie de la sève des arbres sur les quelques il se nourrit. Ses feuilles se consomment en infusion. Il peut être toxique.
2 : Le prunellier (Prunus spinosa) produit des prunelles, riches en vitamines C et en tanins.
3 : Le rosier des chiens (Rosa canina) donne quand à lui les célèbres cynorhodons appelés aussi grattes-culs en raison de leur utilisation comme poil à gratté. Ils peuvent être récoltés et consommés après les premières gelées.
4 : Le fusain d'Europe (Euonymus europaeus) présente les plus belles des baies : oranges dorées dans une cosse rose pétant. Très toxiques, elles ne sont là que pour le plaisir des yeux.

PB020690

Avec l'aubépine (Crataegus) et quelques vieux chênes pédonculés (Quercus robur L.), ces divers arbustes composes des haies épaisses qui servent à parquer le bétail et à protéger les cultures du vent et des sangliers.

PB020703 PB020715

PB020723 PB020724

Nouvelles terres, nouveaux champignons, il faut se familiariser avec de nouvelles espèces. Parmi celles-ci de grands classique comme la russule du fiel (Russula fellea) ou l'armillaire couleur de miel (Armillaria mellea) mais pour les autres, mystère.

PB020746

La lépiote élevée (Macrolepiota procera), délicieux champignon au goût de noisette semble se plaire sous ces latitudes. Au four ou à la poêle, elle se cuisine facilement. Sa grande taille permet de vite remplir un panier. Attention toute fois à na pas confondre avec d'autres espèces de lépiotes comme la lépiote brun-incarna qui peuvent être mortelles.

PB020737 PB020729

PB020718 PB020762

Qui dit chêne et sol calcaire dit truffes. Il n'est pas rare de rencontrer des chênaies très surveillées. En effet le recel de ce précieux et rare champignon est un fléau qui met souvent les producteurs sur la paille. La saison de production a débuté en douceur cette année.

PB020736

Voilà un sympathique rond de sorcièredans la forêt. Un rond de sorcière, appelé aussi cercle de fée est la manifestation d'un mycélium qui s'étend. Dans les croyances populaire on y voyait surtout la manifestation de pratiques magiques, bonnes comme mauvaises.

PB020755 PB020756

PB020757 PB020758

Il fallait bien qu'il se pointe celui-là, l'hypholome en touffe (Hypholoma fasciculare). A lui seul il représente presque 50% des espèces de champignons rencontrées en Europe. Malheureusement il n'est pas comestible. Peut être que ceci explique cela. En tout cas un chouette weekend qui sans bon la Provence.

PB020749 PB020750

jeudi 8 janvier 2015

Sortie en forêt 50.

PA290637

 Les joies de la fin de l'automne. L'air se fait frais, la lumière est incroyable, les promeneurs se font rares et les jours deviennent beaucoup plus court, l'hiver arrive à grand pas. Les animaux prennent des forcesavant d'affronter le froid et la neige qui heureusement se font actuellement rares.

PA270353 PA290477

PA290478 PA270359

 Il ne gèle pas encore mais les rosées sont importantes. Elles jouent un rôle important dans l'équilibre naturelle. Elle apparaît le matin, quand la nuit a été froide et que les rayons du soleil pointent le bout de leur nez; alors une fine pellicule d'eau se condense sur la végétation. La croyance populaire lui prête de nombreuses vertus.

PA290505

 Les lézards prennent encore un peu le soleil avant de se mettre en hibernation, ce qui ne tardera pas (souvent fin octobre). Ils ne réapparaîtrons qu'à la belle saison, c'est à dire en Avril quand le temps se fait meilleur. 

1PA2905012PA290511

4PA2905493PA290518

On rencontre quelques belles fleurs, soit sur le déclin, soit en devenir. Hormis la dernière, qui est toxique, toutes sont connues pour leurs propriétés médicinales. Citons ainsi la primevère acaule (Primula vulgaris) 1, la vipèrine commune (Echium vulgare L.) 2, le géranium des prés (Geranium pratense) 3 ainsi que l'hellébore fétide (Helleborus foetidus) 4.

PA290498

Les châtaignes sont de saison. Appelées marrons quand elles sont proposées dans la rue, elles peuvent être bouillies, grillées ou même glacées. En farine elles servent à préparer l'emblêmatique gâteau de châtaigne.

PA290485 PA290487

PA290490 PA290489

Il y a encore quelques champignons, parmi ceux-ci ont peut citer, au milieu de sympathique mais non comestibles hébélomes (?) le strophaire vert-de-gris (Stropharia aeruginosa). Assez courant il se trouve dans les pâturages, sous les feuillus et/ou sous les conifères.

PA290481

 Les feuilles de ce pommier sont presque toutes tombées et pourtant il semble vert. Son secret ? De nombreux pieds de guis (European mistletoe). Toxique à haute dose, il est connu depuis l'antiquité pour ses vertus purgatives et diurétiques. Il serait un formidable anti-cancéreux.

PA290541 PA290546

PA290542 PA290543

 Autre plante que j'affectionne, le fusain d'Europe (Euonymus europaeus). Le charbon de ce bois a été longtemps utilisé pour réaliser de jolies esquisses. Hautement toxique, on employait ses baies et cosses en décoction pour teindre les cheveux en blond.

PA290567

 Une grosse russule, peut être vert-de-girs (Russula aeruginea) gît tristement au sol. Bien que toxique pour les humains, elle fait le bonheur des limaces, des larves de mouches et des sangliers.

PA290553 PA290558

PA290564 PA290569

 La forêt est jeune et pour cause, d'important glissements de terrain survenus pendant les inondations de 2002 qui ont touchées la région ont emporté les plus gros arbres. Laissant place aux plus petits, ils sont précieux pour la biodiversités : mousses, champignons, insectes et rongeurs y trouvent refuge.

PA290578

 Les aulnes perdent leurs feuilles. Larges, elles changent la composition du sol ce qui convient à très peu de champignons comestibles. Exit donc les cèpes, chanterelles, girolles et trompettes, place aux pleurotes et aux pholiotes du peuplier.

1PA2905752PA290581

3PA2905904PA290594

Au milieu des russules (2) et des non identifiés (4) on peut croiser le dangereux cortinaire couleur de roucou (Cortinarius orellanus) 1 et 3. Assez rare, il pousse dans tout type de milieu, d'août à décembre. Mortel, la mort peut survenir entre 24 heures et trois semaines et il est parfois difficile de l'identifier comme cause du décès.

PA290574

 Dans ce coin ici, la forêt se compose de noisetiers, de frênes, d'aulnes et de châtaigniers. Ee est bien peu semblable à celles dans les quelles se trouvent mes coins à champignons.

PA290587 PA290588

PA290591 PA290593

 L'hypholome en touffe (Hypholoma fasciculare) est l'un des champignons le plus courant d'Europe. Il se nourrit sur le bois mort et produit de vastes colonies. Toxique, il partage ses toxines avec l'amanite phalloïde.

PA290598

 Les éboulis et glissements de terrain créent de larges ouvertures dans la forêt. On peut aisément observer et photographier la cime des arbres mais attention, un pas de trop et c'estla chute dans le cour d'eau glacé 50 mètres plus bas.

PA290602 PA290603

PA290605 PA290607

 Larussule dorée (Russula aurata) est un excellente russule que l'on peut facilement confondre avec la russule hémétique qui cause de sévéres troubles de l'appareil digestif. Mieuxvaut la laisser aux expérts.

PA290648

 Il est bien triste mon panier qui, avec son lit de fougère, attend une récolte qui ne viendra pas. Nous ne sommes hélas pas en Corrèze où la poussé des cèpes est extraordinaire !

PA290616 PA290611

PA290628 PA290634

 Il faut se consoler avec la beauté du torrent de montagne qui n'est accessible qu'apèrs une petit demie heure de marche. Les eaux froides et turbulentes ont, au fils des années, transformé cette forêt de feuillus à tendance mixte en une sorte de forêt luxuriante où fougères et autres mousses évoquent les tropiques.

PA290691

 Le grand tilleul dispense toujours sa large ombre qui n'est plus nécessaire. Bientôt, il sera aussi nu qu'un ver et le lichen coloré de son ecroce donnera un contraste saisissant avec la neige immaculée.

PA290671 PA290672

PA290675 PA290673

La succise des prés (Succisa pratensis) est sur la fin de sa floraison. Il fait un superbe sujet de photographie. Appartenant à la famille de la campanule, on la nome aussi mors du Diable. On peut la croiser jusqu'à 2400 m d'altittude.

PA290676

 Elle est l'hôte de la chenilledu Damier de la succise, un très beau papillon qui temps à disparaître et qui fait l'objet de statu de protection (l'espèce est classée comme vulnérable). La destruction de son habitat serait en cause.

PA290678 PA290679

PA290680 PA290685

 Ce milieu est idéal pour rencontrer des chevreuils ce qui arrive fort souvent. Des bois denses et ombragés pour évoluer en toute discrétion, des pâturages à l'herbe grasse, la présence de sources nombreuses, des taillis épais pour mettre bas et dormir... que demander de plus ? Voilà de quoi faire une belel sortie même si le fond de l'air devient de plus en plus frais.

PA290694


lundi 24 novembre 2014

Sortie en forêt 49

PA230554

 Le froid s'installe petit à petit au sommet du col et déjà les espèces nobles comme les girolles ou les cèpes de Bordeaux se font abcents. Pas de panique, quelques bons pour ne pas dire très bons comestibles sont encore présents dans les bois pour notre plus grand plaisir. Ajoutons à cela les couleurs de l'automne et les sommets alentours enneigés pour compléter le tableau.

PA230227 PA230633

PA230636 PA230637

 La fougère aigle (Pteridium aquilinum) est une grande fougère courante dans nos forêts mais aussi dans le reste du monde où parfois elle peut se montrer envahissante. Elle aime les zones de pleines lumières voire ombragées, acides et de préférence pierreux. Elle peut aussi bien se rencontrer en bord de mer, dansles landes comme en montagne jusqu'à 2000 mètres d'altitude.

PA230668

 La fougère aigle est considérée comme toxique en raison des dérivés de cyanure, l'aquilide A qu'elle contient et bien que dans certaines régions du monde les jeunes crosses de cette plante soient consommées, il est déconseillé de l'utiliser en cuisine. Longtemps employée à des fins magiques et médicinales, aujourd'hui elle se fait l'ami du jardinier en luttant contre l'errosion des sols, par son efficacité en temps que paillage antifongique, comme purin engrais vert.

1PA2305812PA230582

3PA2304854PA230488

On trouve quelques très beaux champignons dans les fourrés.
1 et 2 : En cour d'identification.
3 et 4 : le lactaire délicieux (Lactarius feliciosus) bien que comestible n'est pas à confondre avec le lactaire sanguin qui est beaucoup plus savoureux. Délicieux a un petit coup de résine de connifère qui ne plaît pas à tous les palais. Il est le plus souvent cuisiné au vinaigre comme des câpres puis servit froid en appéritif ou grillé..

PA230152

 Voilà l'équipement du promeneur (hormis la paire de grosses chaussettes et des chaussures bien étanches) : un bon panier tapissé des feuilles et de fougères pour que les champignons ne s'abîments pas contre les parois et un bon couteau qui permet de les couper et de les nettoyer.

PA230098 PA230099

PA230101 PA230110

 Dans la clairière, les callunes ou bruyères communes (Calluna vulagaris) sont sur la fin de la floraisons. Les sommités fleuris sont utilisées pour aider au sommeil. Quand les neiges recouvrirons tout, elle servira de nourriture aux chevreuils. Pour le moment elles abritent de nombreux champignons. Dans celles-ci, il est facile de loin de confondre les cèpes de Bordeaux (Boletus edulis) avec une multitude de russules. Les fausses joies sont donc nombreuses.

PA230179

  La nature est pleine de surprise. Les crosses de cette fougère sont bien enroulées. Au printemps elles sortiront pour donner naissance à de nouvelles feuilles. Pour le moment elles ressemblent à une grosse mygale.

PA230137 PA230142

PA230140 PA230381

 Lavesse de loup perlée (Lycoperdon gemmatum) est une petite vesse comestible à la chair blanche qui se rencontre du début de l'été jusqu'à la fin de l'automne. Comme tous les champignons de cette famille, il libère un nuage de spores quand il arrive à maturité par la perforation de sa membrane.

PA230136

 Présente dans les forêts de connifères, on peut également la rencontrer sur les tallus, les bords chemins, parfois dans les lisières herbeuses et plus rarement dans les bois de feuillus. 

PA230160 PA230383

PA230361 PA230428

 Attention cependant. Les spores des vesses de loups perlées sont parsemées de crochets microscopiques. Ils peuvent occasionner des gênes, des douleurs et des irritations au niveau des poumons. La prudence est de mise en particulier quand il y a des enfants.

PA230183

 L'oxalis petite oseille (Oxalis acetosella) donne au printeps, au temps des morilles, de jolies fleurs blanc-rosé. Comme l'oseille il ne faut pas en abuser, quelques feuilles dans une salade donne un goût frais et acidulé à la préparation. Quand la luminosité se fait faible ou trop forte, les feuilles se replient. 

PA230174 PA230176

PA230180 PA230181

 La chanterelle en tube (Cantharellus tubaeformis) est un excellent comestible. Elle a l'avantage de pousser jusqu'aux premières gelées et parfois bien après ce qui est rare pour les champignons. Son goût fruité l'a rendu populaire sur les tables. Les jeunes individus récoltés une première fois par section peuvent repousser une deuxième fois, rendant le rendement de ce petit champignon plus important.

PA230293

  Le satyr puant (Phallus impudicus) est un champignon à la forme équivoque. Ayant un cycle rapide, il pousse en quelques heures. Il dégage par la suite une odeur de cadavre qui attire les mouches. Celles-ci se nourrissent du champignon, absorbent ses spores et les redisséminent dans la nature.

PA230222 PA230228

PA230522 PA230520

 L'hypholome couleur de brique (Hypholoma sublateritium). Son amertume et sa toxicité ne le rendent pas comestible. Il se présente sur les souches et les racines des arbres en vastes colonies où les individus sont soudés les uns aux autres par leur base.

PA230224

 On peut facilement le confondre avec son proche cousin, l'hypholome en touffe (Hypholoma sublateritium fasciculare) qui présente lui des lamelles jaunes fluorescentes. C'est l'un des champignons les plus courants en Europe.

PA230272 PA230288

PA230291 PA230236

Retour du lactaire délicieux (Lactarius deliciosus) ? Non, il s'agit du lactaire couleur de saumon (Lactarius salmonicolor). Appartenant à la même famille que son cousin, il est difficile de les différencier. Son goût très particulier demande qu'il soit cuisiné bien grillé.

PA230251

 Pas facile de le voir celui-ci, caché dans la mousse. Il s'agit du pied de mouton (Hydnum repandum), un bon comestible à la chair ferme qui roussie et qui colore les doigts en rouge dans on doit préparer en cuisine de nombreux spécimens. Son goût est doux, parfois amer chez les vieux exemplaires.

PA230264 PA230336

PA230346 PA230350

 Une hêtraie est une forêt de hêtres communs (Fagus sylvatica) plantés par l'homme. Présentes en montagnes, elles regorgent, quand le terrain s'y prête, de girolles et de chanterelles. Le fruit du hêtre est la faîne, elle peut être consommée cuite, grillée ou en farine après une longue préparation.

PA230456

 Le bal des limaces. Comme chez les escargots, les individus sont monoséxués, c'est à dire mâle et femelle à la fois. Les limaces pondes des oeufs, jusqu'à 500 parfois, dans des trous creusés dans le sol. C'est la nuit ou par temps faible de pluie qu'elles sont le plus active, aussi bien en forêt que dans les jardins. 

PA230313 PA230316

PA230317 PA230319

 En parlant d'escargots, en voici qui font grise mine. Les escargots des forêts (Cepaea sylvatica) ont été croqué par un oiseau dans son nid. Sous celui-ci, s'entassent les coquilles vides dans la mousse.

PA230144

 Le tricholome sordide (rhodopaxillus sordidus) peut être confondu avec le pied-bleu (Lepista nuda). Contrairement à ce qu'indique son nom, c'est un champignon comestible mais son goût n'est pas des meilleurs. On le trouve dans les forêts à l'humus riche.

1PA2306102PA230614

3PA2301574PA230156

Amanites et bolets font souvent la parie !
1 : Le bolet bai (Boletus badius) est comestible jeune. Il est réputé pour être aussi bon que les bolets nobles c'est à dire les cèpes. Avec le thé, c'est le seule aliment à posséder de la théanine, une molécule efficace contre le stress, l'hypertension et les maladies schizophréniques.
2 : Le bolet satan (Boletus satanus) est l'un des rares bolets toxiques. En réalité il est plus indigeste que réellement dangereux mais mieux vaut jouer la sécurité. On le trouve en été et en automne.
3 et 4 :  L'amanite panthère (Amanita pantherina) est un champignon très toxique qui couvre la même aire géographique que l'amanite-tue mouche (Amanita muscaria). On la trouve dans les forêts de feuillus en été et en automne. Elle possède également des propriétés hallucinogènes.

PA230170

 Le laccaire améthyste (Laccaria amethystina) est un bon comestible courant dans nos coins de forêts. On le trouve dès le milieux de l'été et jusqu'à l'arrivée de l'hiver, de préférence dans les bois humides. C'est un champignon qui pousse de manière abondante.

PA230441 PA230446

PA230448 PA230440

 L'amanite citrine (Amanita citrina) est une amanite qui aime les bois claires de conifères ou de chênes et de hêtres. C'est un comestible médiocre que l'on peut confondre avec des espèces plus dangereuses voire mortelles. Certains individus sont entièrement blancs. C'est un champignon courant.

PA230389

 

Si dans certains coins de France elles sont exceptionnellement de sorties, la floraison des orchidées c'est fini ! Mais il faut garder l'oeil ouvert et agile. En effet la fructification de certaines sont de précieux indicateurs pour découvrir l'an prochain de nouvelles stations fleuries.

PA230403 PA230492

PA230497 PA230401

 La lèpiote élevée (Macrolepiota procera) est un excellent champignon, abondant et peu difficile. On le rencontre dans les prairies, les forêts, les terrains vagues ou encore dans les friches et les lisières. Sa taille et son goût de noisette en font un comestible de premier choix que j'apprécie tout particulièrement.

PA230656

 Seul le chapeau se consomme, le pied étant beaucoup trop fibreux. En ragoûts, pannée, au four, en gratins, en soupe ou même farcie, tout est bon pour l'accomoder, en particulier avec les fromages de montagnes.

PA230199 PA230514

PA230515 PA230503

 Comestible, feuille morte, rose... les russules portent bien des noms. Semblables les uns aux autres et pas toujours comestibles, il faut bien prendre garde à ne pas faire de confusion en les récoltants.

PA230450

  Le tricholome à odeur de savon (Tricholoma saponaceum) porte plutôt bien son nom. Son odeur est assez dissuasive pour faire comprendre qu'il n'est pas comestible. Présent quelques fois en plaine, on le rencontre surtout en montagne dans les bois de conifères et parfois de chênes. Il peut être confondu avec l'excellent tricholome couleur de terre (Tricholoma terreum).

PA230165 PA230151

PA230372 PA230396

 Le bois mort est un cosmos à lui seul. C'est un élément essentiel à l'écosystème des forêts en fournissant le gîte et le couvert à de nombreuses espèces : larves, insectes, plantes, oiseaux, rongeurs et champignons... tout le monde y trouve son compte. La décomposition du bois par différents organismes enrichie le sol (humus) et nourrit les plantes avoisinantes.

PA230338

 Parfois il suffit de faire quelques pas à proximité de la route pour trouver les précieux champignons. Attention tout de fois à ne pas ramasser ceux qui sont près des axes de circulations. Les champignons captent très bien les métaux lourds et les polluants des gaz d'échappement.

PA230411 PA230244

PA230431 PA230417

 Le panier se remplit bien : lépiotes élevées, pieds de moutons, lactaires délicieux et chanterelles en tube seront en fête dans les assiettes ce soir. Rien de mieux quand on dine entre amis.

PA230472

 Un rond de sorcière est un cercle de champignons. Il se forme quand le mycélium fructifie en périphérie de son emplacement, le centre de celui-ci ne possédant plus assez de nutriments.

PA230400 PA230425

PA230427

PA230621 PA230620

 Les montagnes ne sont pas encore blanches et déjà le froid se fait sentir. Celles-ce ne se parent jamais des couleurs de l'automne, ses flancs étant habités exclusivement par des conifères qui ne perdent pas, à contrario des feuillus, leurs épines qui sont adaptées pour résister au gel.

PA230299

L'eupatoire à feuilles de chanvre (Eupatorium cannabinum) est en chatons. Il en existe deux sous-espèces qui aiment pour l'une les zones colinéaires et pour l'autre sub-alpines. Elle est très appréciée des abeilles et des papillons. Son huile essentiel possède de nombreuses vertus.

PA230483 PA230510

PA230333 PA230341

PA230457 PA230466 PA230474 PA230519

 Bref, les champignons sont nombreux encore dans le bois en cette fin octobre. En novembre ils se feront plus rares et en décembre la saison devient morte même si en de rares occasion on peut, par chance rencontrer des chanterelles en tube au des laccaires améthystes. Adieu donc lépiotes et agarics.

PA230567

 Reste alors le plaisir des yeux. Les amanites tue-mouche (Amanita muscaria) sont de superbes champignons. Indigestes, ils peuvent provoques des réactions variées : hallucinations, vomissements, diarrhées, fièvres, crampes et douleurs abdominales, sa consommation est proscrite.

PA230132 PA230280

PA230549 PA230563

Les journées sont plus courtes, la lumière devient plus rasantes. Les sorties sont donc écourtées et la luminosité n'est pas toujours des meilleurs pour les photos mais les bois se vident et les promeneurs se font rares. La forêt retrouvent en partie leur tranquillité, du moins jusqu'à l'arrivée des morilles noires.

PA230671

lundi 17 novembre 2014

Sortie en montagne 7.

PA180242

Voilà plus d'un an que je n'ai pas posté un article sur la montagne (depuis le 1 juin 2013 exactement). Mais cette fois-ci l'appareil photo est de partie et j'ai matière à vous parler des hauts sommets. Comme toujours, merci à Sébastien pour cette super rando et pour m'avoir donné à voir comme jamais le Mont Blanc
(que vous pouvez retrouver plus bas en photo).

PA180611 PA180699

PA180221 PA180222

 Nous ne sommes pas en Suisse mais bien en Savoie.
Le Mont Granier fait parti des sommets emblématiques de la Chartreuse. Dans la nuit du 24 au 25 décembre 1248 une partie de la montagne s'effondre sur elle même, balayant les villages alentours et causant la mort de 5000 personnes. C'est l'une des plus hautes falaises de calcaires de France avec 700 mètres à pic. 

PA180501

Quoi de plus beau que de tomber au coeur de la Chartreuse sur un oeillet des Chartreux (Dianthus carthusianorum) ? Manque de chance il s'agit ici de l'oeilet mignardise (Dianthus gratianopolitanus) qui n'en est pas moins beau. Il fleurit d'ordinaire de mai à juillet mais en montagne il n'est pas rare de voir certaines fleurs s'épanouir bien après la saison avec les différences de températures et l'ensolleillement plus prolongé.

1PA1803742PA180375

4PA1805404PA180542

Cette spécificité donne l'occasion de voir quelques belles fleurs comme avec ces gentianes.
1 et 2 : Gentiane à feuilles courtes (Gentiana brachyphylla). Elle fleurit entre juillet et août et peut être facilement confondue avec la gentiane printanière (Gentiana  verna) que l'on appel aussi oeil de chat.
Cette gentiane se rencontre à partir de 1800 m d'altitude.

3 et 4 : La gentiane jaune (Gentiana lutea) ou grande gentiane est la plus populaire de toutes. Elle entre dans la composition de liqueurs et d'alcool comme la Suze ou la Chartreuse. Sa racine amère stimule l'appétit,soigne les troubles digestifs, soulage les maux de coeurs et les lourdeurs d'estomac. 

PA180470

 La vulnéraire des Chartreux (Hypericum nummularium) est une plante endémique des Alpes et de certaines régions des Pyrénées (les stations en Isère se trouve en Chartreuse et dans les Bauges). Elle aime les rochers et les crevasses des zones calcaires à l'abris du soleil. Il est autorisé d'en récolter un brin par personne pour une consommation dite familiale. Dans le Dauphiné, la plante est recherchée pour l'éllaboration de l'eau-de-vie de vulnéraire. Pour la cueillette commerciale, il faut un autorisation préfectorale.

PA180550 PA180557

PA180368 PA180592

 La gentiane champêtre (Gentianella campestris) est une jolie gentiane que l'on trouve à l'étage alpin et sub-alpin entre 0 et 2700 m d'altitude. Elle affectionne les pelouses d'herbe rase et les pâturages bien broutés, de préférence sur les sols siliceux. Elle fleurit de juin à septembre.  

PA180556

 L'euphraise officinale (Euphrasia officinalis) est une plante employée par l'Homme depuis le Moyen Âge. Encore couramment prescrite en homéopathie, en particulier pour les problèmes occulaires, elle a longtemps était utilisée pour lire l'avenir. Pour cela on appliquait des compresses d'infusion d'euphraise sur les yeux pour provoquer la claire-voyance ou sur les oreilles pour la clairaudiance.

PA180285 PA180324

PA180287 PA180325

 Les lichens sont les organismes symbiotiques qui comptent parmi les plus résistants qui soient. Plus anciens que les dinosaures, ils peuvent supporter à des conditions extrêmes : absence d'air, d'eau,de lumière... en 2008 deux espèces de lichens sont laissées pendant 2 semaines dans le vide intersidérale de l'espace... et y survivent !

PA180328

La joubarbe de montagne (Sempervivum montanum) se différencie de la jourbarbe des toits (Sempervivum tectorum subsp. tectorum) par la présence de poils gras. On la trouve sur les zones de montagne entre 1000 et 300 m d'altitude et parfois bien plus. On la trouve dans toute l'Europe mais se fait de plus en plus rare.

PA180342 PA180343

PA180344 PA180346

  Voilà de beaux agarics. Les quels ? Impossible de vous le dire, peut être des agarics des jachères (agaricus nivescens). La famille des Agaricus comprend de nombreuses espèces. Si toutes presque sont comestibles, certaines se révèlent être sans intérêts quand d'autres comme Agaricus xanthoderma sont toxiques. 

PA180348

La boviste plombée (Bovista plumbea) est comestible jeune mais sa petite taille le rend inintéressant.
Il est courant en été et en automne dans les prés et les pâturages en groupes.

PA180267 PA180334

PA180354 PA180552

 L'hygrophore perroquet (Hygrophorus psittacinus) est un joli champignon aux formes et couleurs variées. Jeune il est vert, puis devient jaune et enfin rouge avant de se décolorer. Sur ces clichés vous pouvez voir des individus représentatifs des stades de croissance. Non comestible, on le trouve à la fin de l'été et à l'automne dans les pâtureq, les pelouses et les prairies.

PA180272

Je vous présente Psilocybe semilanceata. Cela ne vous dit rien ? il s'agit pourtant du célèbre Psilocybe lancéolé. Comme pour la plupart des drogues, la psilo est interdit à la cueillette et à la consommation. Il est connu des amateurs pour ces propriétés hallucinogènes et se reconnaît en partie au petit mamelon foncé qui le surmonte, chose absente sur cette individu fatigué.

PA180274 PA180276

PA180597 PA180599

 Voici deux espèces de champignons que je trouve tout à fait superbe à photographier mais dont j'ai bien du mal à donner des noms. Dommage, mais cela ne retire pas le plaisir de les avoir croisé. Il s'agit peut être d'hygrophores ou de proches parents mais sans grande conviction.

PA180379

 Le genévrier commun (Juniperus communis) se rencontre un peu partout en France, en particulier à l'étage collinéaire et sub-alpin. Les baies de cette arbrisseau étaient employées dans toutes les Alpes pour confectionner l'Estre de genièvre, une sorte de confiture ou de pâte à tartiner locale. C'est après une très longue préparation que l'on obtient la préparation.

1PA1805932PA180731

3PA1804534PA180512

Le terme chardon englobe de nombreuses espèces de plantes qui parfois n'en sont pas. 
1 et 2 : Le Carduus defloratus est un chardon que l'on peut rencontrer en France, si on se tient à la fiche de Tela botanica dans les "bois et pâturages des montagnes : Jura, Bourgogne, Bugey, Savoie, Haute-Savoie, Dauphiné, Alpes-Maritimes, Pyrénées." Il fleurit de juillet à août.
3 et 4 : La Carline acaule (Carlina acaulis L. subsp. caulescens) se rencontre dans les prairies subalpines jusqu'à 1500 m d'altitude. Elle fait l'objet de plusieurs mesures de protection. En montagne, de manière traditionnelle, l'accrocher à sa porte où aux mûrs des maisons porterai chance.

PA180594

 La potentille de Braun (Potentilla brauneana) apprécie les pelouses des hauteurs, entre 2000 et 3000 m d'altitude qui restent enneigées longuement. Elle fleurit de juillet à août et porte également le nom de potentille douteuse. 

PA180392 PA180388

PA180389 PA180390

 La lépiote déguenillée (Macrolepiota rhacodes) est une columelle comestible et même réputée. On la rencontre dans les bois, les jardins, les clairières, les prairies et les terrains vagues. Courant, on peut parfois confondre les jeunes exemplaires avec des lépiotes mortelles. Mieux vaut ne pas ramasser les individus dont les chapeaux sont inférieurs à 10 cm.

PA180743

 La petite tortue (Nymphalis urticae) est un papillon commun en France. Sa chenille se nourrit principalement de la grade ortie d'où son nom. Cette espèce connait un déclin rapide à travers toute l'Eurasie. La multiplication de nombreux parasite et le réchauffement climatique n'y seraient pas pour rien.

PA180407 PA180411

PA180413 PA180414

 La ballade est sympa comme tout et bien que nous nous soyons cantonné au vallon, la vue reste incroyable.
Il est possible de monter au sommet en une demie journée via une voie parfois compliquée pour les promeneurs.

PA180416

PA180442

 Vue sur Chapareillan mais aussi sur l'Isère (la rivière), les coteaux vinicoles, le beau massif des Bauges... et surtout, vue sur le Mont Blanc qui se dessine avec en arrière fond un superbe ciel bleu.

PA180572 PA180520

PA180360 PA180351

 Vestiges de l'éboulement de l'an 1248, d'énormes pierres viennent parsemer le vert vallon dont les marmottes ont fait leur terrain de jeu et les vaches tarines, leur domaine. On pourrait se croire dans le légendaire Val-sans-retour où sont prisonniers les amants infidèles.

PA180544

 Entre les deux blocs, le Mont Blanc. Il est le point culminant des Alpes avec 4810,02 m d'altitude et le 6 ème plus haut sommet au monde. Situé en Haute-Savoie, il est gravi pour la première fois en 1786. À cette époque, il porte encore le nom de "Montagne Maudite".

PA180306 PA180307

PA180310 PA180585

La frontière du Mont Blanc porte à débat. Côté français comme côté italien, le sommet est revendiqué si bien que dans les manuels scolaires de chaque pays, il est tour à tour italien ou français. Autrefois le problème ne se posait, celui-ci se situant sur le Duché de Savoie. L'affaire se corse en 1792 avec l'annexion du Duché.

PA180515

 La légende de la Montagne Maudite :
En des temps immémoriaux, le Mont Blanc était une montagne verdoyante où les bergers menaient paître les troupeaux en passant par le col des Géants. Mais voilà que des démons des glaces viennent se pointer. Adieux prés verts, bonjours neiges, froids et tempêtes. C'est la que vivrait la déesse des fées, la Dame Blanche, entourée de fleurs et de pâtures. C'est là aussi que se réunissaient certains sorciers. 

PA180331 PA180332

PA180339 PA180355

 Quelques champignons inconnus mais courant dans les prés, encore humide de la rosée. L'ombre de la montagne a maintu la végétation à l'abri des rayons du soleil.

PA180846

 Le Mont Granier est aussi appelé Montagne aux Vaches. C'est là que paissent les troupeaux dont le lait servira à confectionner des fromages aux noms célébres comme le délice de Chartreuse, le "Chartreuse", le "Granier", l'estival de "Chartreuse" ou encore la raclette des Entremonts (la vraie) que l'on peut retrouver sur le site de la coopérative ICI.

PA180475 PA180476

PA180477 PA180467

 Ces grandes feuilles pourrait appartenir à la primevère oreille d'ours (Primula auricula) mais sans certitude. Elle pousse sur les rochers peu après la fonte des neiges jusqu'à 2300 m d'altitude.

PA180493

 La vallée est un endroit de mystères et de légendes fréquenté par de nombreux promeneurs.
Il n'en faut pas plus pour tomber sur ce genre d'objets  distrayants.

PA180450 PA180456

PA180479 PA180481

 C'est aussi dans ce biotope que l'on trouve le thé des Alpes (Sideritis hyssopifolia) appelé aussi Crapaudine des Alpes. Comme la vulnéraire il est protégé et ne peut être récolté que pour l'usage familliale (pas plus d'une petite poignée) sauf autorisation préfectorale. On l'utilise pour aromatiser l'eau-de-vie ou comme infusion.

PA180443

 L'euphorbe des bois (Euphorbia amygdaloides) aime les sous-bois humides et ombragés. Elle peut atteindre 90cm de hauteur. Toxique, elle produit un latex blanc. Toutes les parties de la plantes peuvent provoquer des vomissements et des effets purgatifs chez l'Homem et se montrer dangereuses pour le bétail.

PA180487 PA180497

PA180564 PA180563

 Les falaises abrite une grande et bruyante colonnie de chocards à bec jaune (Pyrrhocorax graculus). Dès les premiers rayons du soleil ils prennent leur envole. Aux alentours de midi on peut les voir chercher leur nourriture en groupes dans l'herbe rase.

PA180604

 Le thym serpolet (Thymus serpyllum) ou serpolet est une plante aromatique très parfumée et commune dans les zones ensoleillées jusqu'à 3000 m d'altitude. Riche en propriétés médicinales, il est antiseptique, anti-virale, stomachique, expectorant, antispasmodique, désinfectant et anti-inflammatoire.

PA180620 PA180623

PA180625 PA180626

 Petit tour par la forêt, au milieu des résineux et des fougères. Les feuillus se font rares voir absent. On rencontre majoritairement des épicées pour les 2/3 et des pins pectinés pour environ 1/3. Ce dernier est la nourriture principale du grand gibier (mouflons, chamois, cervidés etc.) pendant l'hiver.

PA180627

 Les forêts de hautes montagnes sont des forêts anciennes. Difficiles d'accés elles sont peu ou pas exploitées par l'Homme ce qui permet aux arbres d'ateindre des tailles exceptionnelles mais aussi, pour les espèces qui vivent et se reproduisent dans le bois mort, de se multiplier.

1PA1806302PA180632

3PA1806374PA180638

 On rencontre là encore quelques champignons, dont certains comestibles.
1 et 2 : En cour d'identification pour le moment.
3 et 4 : Le lactaire délicieux (Lactarius deliciosus) est parfois confondu avec le lactaire délicieux. Il se consomme jeune, de préférence en condiment après avoir été cuisiné au vinaigre. On le trouve dans les forêts de pins humides ou/et fraîches jusqu'à la mi-automne en fonction de l'altitude.

PA180636

 Les pierres trouées sont, dans les cultures pré-chrétiennes, des éléments religieux importants que l'on retrouvent dans les légendes et la littérature comme le cycle arthurien. Elles étaient censée apporter la chance, donner des pouvoirs magiques, prémunir des sortilèges et des sorcières. Regarder par le trou permet de voir le monde des fées et des lutins.

PA180640 PA180641

PA180652 PA180773

PA180684 PA180692 PA180775 PA180779

 Pour parfaire le tableau, les amanites tue-mouchessont nombreuses. Son nom vient du latin fungus muscarum qui veut littéralement dire champignons des mouches" en raison des propriétés insecticides qu'on lui prêtes, en particulier en France mais aussi en Allemagne, en Suède et dans les autres pays de culture slave. Ne dit-on pas aux enfants pour les éloigner du dangereux champignon qui mêlé à du lait tue les mouches et autres insectes? (en réalité il les endort). Mais l'emploi du terme mouche pourrait aussi être lié à l'expréssion médiévale qui désignait l'état de démence par la présence de mouches dans la tête du malade.

PA180778

PA180647 PA180682 PA180683 PA180687

 On a longtemps cru que la muscarine de cette amanite (découverte en 1869) était l'origine des effets psychédéliques du champignons de par son effet excitant en agissant sur les synapses mais cette molécule est bien trop peu présente dans l'amanite tue mouche pour expliquer ses propriétés. Il faut chercher du côté de la muscimole et de l'acide iboténique (majoritairement concentrés dans le chapeau, en particulier la cuticule rouge) pour trouver les causes des hallucinations mais aussi des vomissements, des somnolences, d'une certaine euphorie, des délires, des confusions, des états de prostration, des troubles de l'équilibre, de l'hypervantilation, une sudation accrue et/ou des troubles gastriques. 

PA180634 PA180661

PA180666 PA180772

 L'endroit est féerique, entre les jeux d'ombres, les volutes de vapeurs qui montent du sol, les champignons, les vieilles pierres, les chemins de mousse, les rayons du soleil et la vue sur les sommets... on en prend plein les yeux !

PA180668

 Les vesses de loup brun d'ombre (Lycoperdon umbrinum) ne sont pas en reste. Très nombreuses elles aussi, elles relâchent leurs spores en laissant s'échapper un joli nuage. Les aider dans leur démarche en les écrasant est non seulement utile mais aussi délassant.

PA180794 PA180817

PA180819 PA180827

 Les Cairns sont des monticules de pierres placés là par l'Homme pour marquer un lieu particulier pour baliser un sentier dans un milieu difficile, un sommet, un site religieux, une tombe ou pour servir de support pour prier, officier ou se recueillir. Cette pratique remonterai au néolithique.

PA180831

 Le chemin ne sent peut être pas la noisette mais reste plaisant à parcourir même si pentu (du moins pour mes petites jambes). Tout au long de celui-ci on peut voir petit à petit les feuillus céder la place aux résineux. Les hêtres sont les derniers à s'effacer face aux pins et aux épicéas.

PA180799 PA180802

PA180672 PA180716

On croise une végétation diversifiée et abordant des couleurs ou des formes superbes. Chardons, lichens, asters... bref le désert de Chartreuse regorge de vie malgré son nom.

PA180718

 La calocère visqueuse (Calocera viscosa) est comestible médiocre suspecté de provoquer des troubles gastriques. On la rencontre toute l'année sur les bois pourrissants des conifères, en particulier de sapins.

PA180235 PA180673

PA180788 PA180769

 En quelques mots, voilà l'une des plus belles promenades de l'année. Pas un nuage, un joli soleil avec, dans les premières heures de la sortie, pas un pelo (bon à midi c'était plus vraiment le même cas de figure...) mais tout de même, que demander de plus ! Des fleurs, des champignons, des monts enneigés, des oiseaux... le paradis !

photo seb

mercredi 12 novembre 2014

Le jardin en Octobre.

PA300046

Octobre a été doux et beau, et ce n'est pas pour rien qu'il est l'un de mes mois adoré. Malgré quelques grosses averses, c'est un véritable été indien au quel nous avons eu droit. Chaleur, lumière rasante de l'automne, animaux de sortie, feuillages rouges et dorés des arbres, il n'en fallait pas plus pour sortir l'appareil photo.

Le beau temps m'a aussi fait déserter le web pendant quelques temps. Me revoilà donc avec une flopée d'articles : montagne, forêt et jardin, il y en a pour tous les goûts. Et même pour les sudistes, quelques photos des champs de lavandes et des chênes truffiers devraient faire leur apparition.
L'été indien est fini, place au temps gris, au froid, aux feuilles mortes, aux derniers orages et à la pluie...

PA120601   PA120608

PA230680   PA230709

 Petit passage par la cuisine. Les récoltes ont été bonne, pommes, poires, girolles, cèpes, columelles, noix, noisettes.... chez nous pas de disette. Un peu de beurre, un peu de crème, un peu de sucre et le tour est joué.

PA260349

 L'hortensia (Hydrangea macrophylla) est un arbuste à fleur originaire du Japon. C'est une plante ornementale rependue dans les jardins. En fonction du sol les fleurs sont roses (sol acide) ou bleues (sol basique). 

PA220016 PA220076

PA220050 PA220052

Une jolie faisane d'élevage est venue se réfugier dans le jardin. On compte en tout et pour tout une trentaine de sous-espèces de ces oiseaux à travers le monde. C'est un gibier prisé, aussi bien pour sa chair que pour les jolies plumes qui ornent le mâle. On estime que Rhône Alpes est une des régions de France où l'on croise le moins ce bel animal ce qui explique les nombreux lâchés.

PA120572

 Les jours se font cours. 

PA170008 PA170009

PA170010 PA170011

 Le fusain du Japon (Euonymus japonicus) est un bel arbrisseau aux feuilles marginées qui trouve aisément sa place parmi les massifs de fleurs. Sont feuillage persistant dure toute l'année.

PA130621

 Les jours sont donc courts mais aussi très gris. À charge de revanche il y a beaucoup à faire dans la maison et le temps passe plus vite qu'on aimerai. C'est aussi le moment parfait pour passer en revue notre troupe de charmants et bruyants poilus.

PA170205 PA170164

PA170082 PA200044

 Les chats domestiques (Felis silvestris catus) se rencontrent sur tous les continents. Parfois devenus sauvages (chats harets), ilspeuventalors représenter un danger pour la faune sauvage : destruction d'spèces locales (oiseaux, rongeurs etc.), hybridation avec des espèces félines sauvage (le chat sauvage européen par exemple : Felis silvestris silvestris). Mais nos doux compagnons ne représentent un danger actuellement que pour les mulots et rats du jardins et aussi pour le canapé neuf. Don't panic.

PA170068

PA170146 PA270366 PA010018 PA280428

 D'après les dernières études menées, le chat domestique comme nous le connaissons (et qui regroupe une soixantaine d'espèces reconnues et définies), serait issue du chat africain. Vénéré par les égyptiens sous les traits de la déesse chat Bastet, i aura longtemps une mauvaise réputation en Europe. En Afrique il est souvent chassé des foyers car il lui arrive de ramener des serpents encore vivants ... chose à la quelle nous avons eu droit avec notre teigne Khéops l'été dernier.

PA170038 PA170099

PA200050 PA200122

 On oubli trop souvent que le chat possède de véritables superspouvoirs, en dehors de son agilité, de sa patience ou encore de sa rapidité. Il peut goûter les odeurs avec son odorat grâce à l'organe de Jacobson et presque toujours retomber sur ces pattes grâce à l'organe vestibulaire. Un véritable ninja.

PA200012

PA270380 PA200042 PA170185 PA170172

  Aujourd'hui le chat domestique est en passe de détrôner le chien dans le coeur des Français. On compte plus de 10 000 000 dans les foyers français. Son indépendance, ses soins de moindre coût, sa sociabilité et sa petite taille en font un compagnon de choix.

 PA170176

La pâquerette vivace (Bellis perennis) est une plante commune, en particulier dans notre pelouse. Cette vivace est utilisée en médecine populaire pour soigner l'hypertension, soulager les poitrines douloureuses ou les baisses d'énergie. On peut la voir fleurir presque toute l'année.

PA280453 PA280456

PA200014 PA170003

 La vigne-vierge à trois pointes (Parthenocissus tricuspidata) pare la maison de jolies teintes rouges et or. Cette vigne vierge originaire de l'Asie (en particulier Chine, Japon et Corée) est la plus résistante de toutes et ne craint pas les températures qui descendent au dessous du zéros.

PA100558

 Des nuées d'étourneaux, suivit par les grands corbeaux se régalent des noix qui nous n'avons pas eux le temps de récolter. Leur plumage terne de loin, flamboyant de près leur permet de se dissimuler. Sur cette photos, on peut facilement les confondre avec les feuilles mortes des noyers.

PA170087 PA170086

PA170124 PA170125

 Que le jardin est beaux ! Choux, poireaux, framboises tardives et même courgettes.
Les soupes et les tartes n'en sont que meilleures. 

PA170012

 La menthe (mentha) fait grise mine. C'est une plante connue un peu partout à travers le monde pour ces très nombreuses qualités, tant gustatives que médicinales. On la connait notemment pour ses propriétés stomachiques: elle ouvre l'appétit, soigne les maux d'estomacs et apaise les brûlures de celui-ci.

PA170107 PA170138

PA170120 PA170121

 Beau noyer commun (Juglans regia L.) ! Arbre vénérable ! (oui je suis à fond) ... chez nous la noix de Grenoble, c'est notre fierté. Celle-ci permit à la région Dauphinoise de connaître un bel essor économique mais aussi de pallier à la disparition des arbres fruitiers au XVIIIe siècle à cause de nombreuses maladies dans la région.
Moi chauvine ? Jamais !

PA290463

 Une abeille ? une guêpe ? Rien de tout cela mais un imposteur (ou un nain posteur...j'ai mangé un clown ce soir ...) et il n'est pas le seul. Nombreux sont les insectes en particuliers les mouches à immiter les rayures des insectes à dards pour faire fuir les prédateurs potentiels et butiner en toute tranquillité. 

PA170188 PA170187

PA170039 PA170193

 Autre délice, la noisette, furit du noisetier commun (Corylus avellana). Chez nous, nous en avons de toutes les formes et provoque la convoitise chez les oiseaux, les écureuils et ... les promeneurs (grrrr !). L'amande est riche en vitamines et en divers nutriments ce qui en fait un aliment de choix. La France est le 9e pays producteur au monde de noisettes avec loin devant la Turquie et l'Italie.

PA290458

 La maison est vieille et a connu bien des vies d'hommes comme le rappel ces plaques qui font le charme des portes de l'ancienne écurie. Elle est devenue le repaire de mes deux arsouilles de frangins.

PA170130 PA170131

PA170132 PA170134

 Mycologie :science étudiant les champignons, des oomycètes et des myxomicètes. Mentionné sous l'antiquité, elle ne prend forme que véritablement au XVIe siècle avec Hermolaus Barbalos, grand humaniste, scientifique et homme de science italien.

PA170127

 La balsamine de Balfour ou petite impatiente de l'Himalaya (Impatiens balfourii) a conquit le jardin. Cette plante à la particularité de voir sa gousse exploser quand elle est à maturité pour laisser s'échapper ses graines. En milieu sauvage c'est une invasive.

PA170628 PA170630

PA290701 PA290703

 En voilà un qui n'a pas trouvé la sonnette est qui vient directement frapper à la porte ! Quel effronté !
Peut-être a-t-il eu peur de finir en hors d'oeuvre de manière un peu prématuré.

PA300083

 Une petite pause s'impose !

PA300049 PA300089

PA300090 PA300074

 L'automne et ses bouquets! Fusain d'Europe, fougères aigles, branches de noisetiers,
chat malicieux et roses de mon amoureux viennent égailler le salon. 

PA200066

 Place au land art. Les feuilles et les derniers fruits tombent, il fait frais mais la lumière du dehors est magnifique... tous les ingrédients sont là pour laisser parler l'imagination. Ludique et artistique, le land art est un moyen superbe d'initier les enfants à la nature par le jeu et qui plus est, il peut se pratiquer toute l'année, aussi bien en intérieur qu'en extérieur.

PA200020 PA200023

PA200032 PA200034

  Quelques pommes tombées ? Voilà un cour de géométrie improvisé. Une fois la création finie,
les chevaux voisins auront le droit au plus beau des repas de fête.

PA200097

 Quelques battons et voilà une présentation originale des droites et des parallèles.

PA200063 PA200069

PA200079 PA200072

Et pour finir, quelques vagues, courbes et autres cercles.
Voilà en somme le résumé d'octobre.

PA280434

mardi 28 octobre 2014

Les jardins de Bourgoin Jallieu.

PA070126

Bourgoin Jallieu est une ville tranquille connue pour être une terre de rugby. Mais elle aussi riche en espaces verts et regorge de coins fleuris.

A l'origine la ville était en réalité 2 villages distincts qui depuis ont été réunifié:

Bourgoin: tiendrait son nom du terme gaulois "Bergusia" qui signifie sommet ou "haut du mont". Dominé au IVe siècle par le royaume de Bourgogne auquel il est rattaché avec Jallieu et Ruy, ce n'est qu'en 1282 il est rattaché au Dauphiné. Les bourgs se font connaître pour leurs savoir faire dans l'utilisation du... chanvre! 

Jallieu: nommé Jaliacum au XIIe siècle, il viendrait du terme gallo-romain "Galliacu" qui serait un nom désignant celui d'un chef celte local et le territoire lui appartenant.

Devenus prospères, les deux bourgades vont connaître une succession de malheurs avec en 1450 le transfère du tribunal par le futur roi Louis XI puis par les razzias menées lors des guerres de religions au XVIe siècle et enfin par les grandes inondations des années 1637, 1653 et 1673 aux quelles s'ajoutent les épidémies de peste en 1628 et 1643. Y a pas à dire, la vie des berjelliens de l'époque n'est pas vraiment rose. Fort heureusement la ville tire vite profit de sa situation géographique pour retrouver de sa superbe.

PA070002     PA070033     PA070029     PA070048

On compte en moyenne 30m² d'espace vert par habitant ce qui place Bourgoin Jallieu parmi les villes les plus vertes des France, en particulier si on ajoute à cela les aménagements écologiques de la ville mais nous y reviendrons.

PA070118

Le jardin de ville:

C'est un jardin à la française qui, je dois l'avouer et un petit peu abandonné sur ces hauteurs ce qui lui donne un charme tout particulier. Il y a encore peu il abritait des nombreux animaux (daims, cerfs...). Aujourd'hui on peut encore voir quelques chèvres à la face bien particulière derrière les grillages défoncés. Au sommet, un belvedère entouré de hauts chênes donne une vue imprenable sur l'ensemble de la ville. Un chemin en lacet permet de redescendre derrière la gare et de traverser des espaces joliment boisés.

Cet espace vert créé par Robert Belmont figure parmi les plus anciens de la ville. La conception géométrique donne vue sur les deux statues représentants Diane et Faune entourés de nymphes. En son centre, une fontaine tarie depuis de nombreuses années. Sauges, anémones, papyrus et bien d'autres plantes exotiques ou non s'y épanouissent. Autrefois, ce jardin était privé et appartenait à la propriété des Buisson-De-Launay, une ancienne famille seigneuriale dont est issu un des maires de la ville, François-Joseph Buisson, de 1836 à 1867 et qui fît prospérer la ville et sa famille avec l'essort économique du XIXe siècle.

PA070009    PA070070    PA070130    PA070096

Que peut on voir et parfois ramasser en ce moment dans le parc? Beaucoup de choses: de belles amanites blanches (attention toxiques!), des merles et des rouges gorges, des iris sauvages en graines, des châtaignes à griller au four, des pommes de pin pour décorer l'arbre de noël, des glands qui font le bonheur des écureuils et pourquoi pas, apercevoir quelques malicieuses fées qui ont élues domicile dans les fourrés.

PA070095

PA070088     PA070079     PA070055     PA070034

PA070159

La balade se poursuit dans le centre ville. De nombreux monuments anciens peuvent être visités et le musée "Histoire et techniques de l'impression sur étoffe" se ferra un plaisir de vous acceuillir, même si dit comme ça, il est vrai que ce n'est pas très vendeur (pourtant il vaut le détour).

 

Au croisement de deux petites ruelles, on peut tomber sur la fontaine de Genin (voir photos ci-dessous). Sur la plaque murale de celle-ci on peut lire: 

"Place du chateau subsiste cette fontaine en pierre de Volvic, roche volcanique friable, offerte à la ville en 1873 par Auguste Genin. Réplique exacte d'une fontaine à Riom, datant du XVIIème siècle, elle porte les armoiries de la ville "d'azur à trois croissants montant d'argent au chef d'or chargé d'un dauphin d'azur. Un verset de la Bible gravée en latin "De torrente in viva bibet" (il boira au torrent, en chemin) peut faire penser à une allusion au promoteur des fontaines publiques de l'époque, M. Thorand."

 

Il est également noté:
"Auguste Genin (1810-1889), né à Bourgoin, avocat pionnier de l'industrie, ferra aussi construire le chateau de Theyzieu et aménager celui du Petit Mont à Rozière.

PA070162     PA070154     PA070163     PA070170

Les trois églises de Bourgoin: 

"Sur cette place agrandie au fil du temps, il eu trois églises. La première de style roman, bordée d'un cimetière, remonte au XIIème siècle. En 1793 elle devient le "Temple de la raison" et le siège des sans-culottes et ne sera rendue au culte qu'en 1796. En 1828, la construction d'une nouvelle église est décidée, sur une propriété de la famille Rosière. Achevée en 1832 mais mal conçue elle est abandonnée au profil de l'église actuelle.

L'église Saint Jean-Baptiste construite de 1866 à 1874 sur le modèle de celle de Voiron, en vogue à l'époque. Élevée à l'emplacement du vieux quartier Cachipan et pouvant acceuillir 3000 personnes sur une superficie de 1000m², elle consacrée le 14 novembre 1874."

PA070173     PA070174     PA070175     PA070177

PA070210

Les zones humides et les chemins de promenades:

La ville est entourée de nombreuses zones humides et souvent protégées. A titre d'exemple, le nouvel hôpital de ville est construit sur un marais! Pour mieux les découvrir, de nombreux chemins de promenade et de randonnée ont été aménagés avec bien souvent, quelques panneaux didactiques. Sur le site de la ville on peut lire: 

"Par leur richesse en habitats et en espèces, leur rôle d’infrastructure naturelle, leur place comme support d’activités et cadre de vie de qualité, les zones humides sont des espaces à forts enjeux écologique, économique et social."

Un rôle biologique

  • Elles participent au maintien ou à l’amélioration de la qualité des rivières.
  • Elles favorisent la protection des ressources en eau potable.
  • Elles favorisent la dégradation et l’absorption par les végétaux des nitrates.
Un rôle socio-économique

Dans la prévention des risques naturels (inondations), en stockant de grandes quantités d’eau elles diminuent l’intensité des crues et soutiennent les débits en période de sécheresse. Elles alimentent les nappes phréatiques en retenant l’eau et en permettant son infiltration. Elles constituent un patrimoine culturel et paysager (assurent les fonctions vitales pour beaucoup d’espèces végétales et animales, qui trouvent là, ressources alimentaires, lieux de vie pour la reproduction, abris, refuges, pour les oiseaux). Cependant, on observe une banalisation et une régression importante de ces milieux par la modification de leur fonctionnement et leur grignotage par les activités humaines. Dans le bassin de la Bourbre, les zones humides sont de grande importance. Le S.A.G.E. (http://www.gesteau.eaufrance.fr/sage/sage.phpa) , entre autre pour mission, de les identifier et de les protéger afin de stopper leur disparition et inverser cette tendance.

PA070203     PA070231     PA070264     PA070320

(de gauche à droite: grande prêle, ragondin albinos, libelluleà lunette, renouée du japon)

Protection des mares

La commune de Bourgoin-Jallieu participe à la campagne sur la protection des mares en Isère.
C’est dans ce cadre que la mare de Montbernier, ainsi que de la mare de Charbonnières et l’étang du Loup  ont fait l’objet de mesures de sauvegarde et se retrouve désormais dans un environnement préservé.

La mare de Montbernier

Devenue « mare pédagogique », elle est ouverte aux écoles et entretenue en collaboration avec les associations locales (Anim’montbernier) et de protection de la nature (Société des sciences naturelles) ainsi que les habitants du quartier.

La mare  se situe sur le parcours d'un ruisseau qui longe le chemin de Montbernier et qui est alimenté par l'étang du Loup lorsque ce dernier déborde. Il s'agit d'un espace d'environ 200 à 300 m² où l'on trouve une végétation et un sol typique des zones humides.

PA070275       PA070276

Quel est l'intéret biologique de la mare  ?

  • Zone humide, le développement des différentes espèces sera facile et rapide.
  • Les alentours regroupent diverses espèces d'intérêt patrimonial : pipistrelle commune, héron cendré, cigogne blanche, busard St Martin, hirondelle de fenêtre, rousserolle verderolle, grive litorne, couleuvres, vipères aspic, grenouille rousse...et en flore : fougère des marais, renoncule scélérate, listère à feuille ovale...
  • Abreuvoir pour les animaux sauvages (chevreuils, sangliers...)
  • Alentours relativement peu exploités jusqu'au chemin du Grasset qui pourraient permettre l'aménagement d'un corridor biologique entre les étangs du Loup et de Rosière.
  • Site de reproduction privilégié pour de nombreux amphibiens dont certains sont vulnérables ou en danger au niveau européen.
  • Les fonctions régulatrices et épuratrices de la future mare permettront de maîtriser le ruissellement pluvial.

PA070344     PA070345     PA070312     PA070326

L'intéret hydraulique ...

  • Valorisation de cette zone humide qui tend à s'urbaniser et à s'assécher.
  • Apport d'eau propre par l'étang du Loup relativement fréquemment. Peut-être aussi par la nappe du coteau de Montbernier.
  • Eaux pluviales des habitants en amont
  • Volonté de prévention des crues dont l'agglomération berjallienne a déjà été victime à deux reprises.
  • Recueil des éventuels effluents routiers.

PA070246     PA070248     PA070269    PA070273

L'intéret paysager ... 

  • Zone verte inexploitée entre habitations néo-rurales et terrains agricoles.
  • Cadre rural entre ombre et clarté
  • Zone semi-ouverte à végétation typique des milieux humides, elle constitue un patrimoine qui pourrait compenser la régression importante de ces milieux par les activités humaines.

PA070295     PA070297     PA070304     PA070332

L'intéret pédagogique ...

  • Proximité avec l'école de Montbernier en particulier et accès relativement aisé aux autres écoles de la ville en général.
  • Zone située sur le passage des sentiers pédestres balisés, entre le bois de la Casse et l'étang de Rosière.
  • Une association de quartier dynamique, mobilisée pour la création et la protection de cette mare.

1PA070289 2PA070290

3PA070280 4PA070293

 La renouée du Japon (1 et 2) et le houblon (3 et 4) décorent les bords des ruisseaux et des chemins pour le plus grand plaisir des promeneurs. Ce sont deux plantes comestibles et médicinales. 

PA090384

"Né à Jallieu en 1744, avocat, maire de BOURGOIN à 24 ans, député du Tiers Etat à Romans, il fonda à Lyon un journal patriotique "Le Courrier de Lyon", aux idées fort avancées. 
    Second officier municipal de Lyon, il eut à remplir ses fonctions pendant la redoutable période de 1790 à 1792. C'est là qu'il fit la connaissance de Roland de la Platière et devint son premier commis quand Roland fut nommé au Ministère de l'Intérieur.

   A la chute des Girondins, il fut emprisonné et passa treize mois en captivité. La Révolution du 9 thermidor l'arracha à l'échafaud et il devint secrétaire général du ministre de l'intérieur et plus tard juge à la cour d'appel de Grenoble. A sa mort, en 1807, il voulut être enterré dans sa propriété au-dessus de l'étang de Rosière, dans un bosquet solitaire, comme Rousseau l'avait fait à Ermenonville, dans son "île aux peupliers".

   De nos jours, on peut découvrir la tombe de Luc-Antoine de Champagneux, intacte, au milieu d'un coteau, dans les bois de l'étang de Rosière.    Né à Jallieu en 1744, avocat, maire de BOURGOIN à 24 ans, député du Tiers Etat à Romans, il fonda à Lyon un journal patriotique "Le Courrier de Lyon", aux idées fort avancées.  Second officier municipal de Lyon, il eut à remplir ses fonctions pendant la redoutable période de 1790 à 1792. C'est là qu'il fit la connaissance de Roland de la Platière et devint son premier commis quand Roland fut nommé au Ministère de l'Intérieur. 

 A la chute des Girondins, il fut emprisonné et passa treize mois en captivité. La Révolution du 9 thermidor l'arracha à l'échafaud et il devint secrétaire général du ministre de l'intérieur et plus tard juge à la cour d'appel de Grenoble. A sa mort, en 1807, il voulut être enterré dans sa propriété au-dessus de l'étang de Rosière, dans un bosquet solitaire, comme Rousseau l'avait fait à Ermenonville, dans son "île aux peupliers". 

De nos jours, on peut découvrir la tombe de Luc-Antoine de Champagneux, intacte, au milieu d'un coteau, dans les bois de l'étang de Rosière.

PA090388     PA090379     PA090392     PA090369

PA090479

Le lac de la Rosière

"Au départ de l'étang de Rosière, ce circuit franchit les collines dominant Ruy et Bourgoin-Jallieu. Il concilie nature et histoire par la zone humide du Loudon, ses sous-bois et ses châteaux. Il est idéal pour la balade en VTT.

Le cadre est très vert avec des alternances ombragées et non ombragées. Prévoir de bonnes chaussures car le dénivelé peut être important. Le parcours le plus long est de 13 km.

Quatre châteaux se succèdent le long du parcours : Thézieu, Petit Mont (ex. château de la Pollardière), Rosière et Champfort. Ces lieux sont chargés d'histoire avec des visiteurs illustres tel que Jean-Jacques Rousseau qui se promenait à Rosière pour élaborer son herbier. Son ami, M. Luc Donin de Rosière de Champagneux, maire de Bourgoin, député du Tiers-État a été le témoin de son mariage en 1768. Il repose aujourd'hui au cœur de son ancienne propriété (sa tombe se situe près du parcours). 

Le Château de Thézieu né en 1880 de l'imagination d'Auguste Genin, avocat et exploitant d'usines à gaz.Sur les tourelles sont gravés les noms de ses deux épouses et les gargouilles représentent des animaux ainsi que certaines personnes, que dit-on, il n'appréciait guère.  A l'écart du château se dresse la " Tour des Morts " ou " Tour des Maures " en souvenir d'une soixantaine de squelettes découverts pendant les travaux de terrassement.

PA090429     PA090430     PA090436     PA090461

Tout comme Jean-Jacques Rousseau, vous traverserez avec plaisir la zone humide du Loudon qu'il faut absolument préserver.

N'hésitez pas à vous arrêter pour observer la faune et la flore qui sont, à Rosière, particulièrement riches (fleurs, arbres, écureuils, batraciens, insectes, ânes, oies, chevaux...).

Listère à feuilles ovales : Cette orchidée est entièrement verte. Elle pousse à mi-ombre sous les bois. En évitant de la ramasser, elle pourra fleurir pendant plus de 20 ans.
Grenouille Rousse : Au printemps, elle quitte la forêt pour pondre ses œufs dans les mares et les étangs.
Blaireau : Le blaireau est un mammifère nocturne qui se nourrit de vers de terre et vit en communauté. Il creuse des terriers bien cachés pour y élever ses petits."

PA090361     PA090362     PA090363     PA090366

Le chèvrefeuille des haies, Lonicera xylosteum, est en fleur. Très utilisé dans la pharmacopé populaire, ses baies sont vomitives. On l'employait en médecine des signatures pour soigner les fractures en raison de sa ressemblance suposée avec des os.

PA090505     PA090483     PA090496     PA090492

Voici la henille de la Pudibonde, un joli papillon de nuit timide qui s’effarouche quand on l'approche d'où son nom.  Il est aussi terne que la chenille est colorée et possède même du poil aux pattes. On le croise partout en France de mai à juin, jusqu'à 1000 mètres d’altitude. La chenille se nourrit de feuilles et n'est pas très difficile, on peut la  voir festoyer aussi bien sur un noisetier qu'un châtaignier, une ronce ou un chêne

PA090524     PA090525

Voilà une courte présentation de ce petit séjour sur Bourgoin Jallieu pour le travail.
Il y a bien d'autres parcs à voir comme celui des Lilas ou celui de la médiathèque.
Bourgoin est une ville agréable qui regorge de beaux lieux et surtout, de magasins (amen!) où il fait bon vivre.

PA090542

PA090545     PA090543     PA090544     PA090548

Mes sources:

Wikipédia

Le site officiel de la Ville

Luc de Champagneux

Emoticon Red Fox engagement

jeudi 23 octobre 2014

Champignons et poisons.

 Otto Marseus van Schriek (peinture)

Bientôt ce sera le grand soir Halloween et pour fêter cette soirée comme il se doit, voilà un article à vous glacer le sang sur les douces empoisonneuses que sont certaines amanites et leurs confrères champignons. Vous trouverez à la fin de l'article toutes mes sources et en survolant avec la souris les tableaux, les noms de leurs peintres respectifs. 

PA230130

Les champignons, c'est un petit peu ma passion, aussi bien dans l'assiette, dans les bois, dans le panier ou dans l'histoire. Et ce soir c'est sur ce dernier point que je vais vous parler d'eux, plus particulièrement de ceux qui ont une funeste réputation: les champignons empoisonneurs.

Si bon nombre de champignons sont indigestes voir toxiques crus ou cuits, ils ne sont que quelques uns à être mortels mais suffisamment pour provoques plusieurs décès en France et de par le monde chaque années. Et cela l'homme là bien comprit. Dès l'antiquité il entre dans le kit du petit chimiste ou de la parfaite empoisonneuse.

 Clément VII (1478-1534) Peintre inconnu.

 La reine des empoisonneuses, l'amanite phalloïde.

Appelée "Calisse de la Mort", c'est en générale à ce champignon que sont imputés la plupart des décès par intoxication aux champignons. Amanita phalloides se rencontre sous les feuillus, généralement sous les hêtres, les charmes, les noisetiers, les bouleaux ou les chênes un peu partout en Europe. Elle survient après la pluie, de la fin de l'été à celle de l'automne. A sa sortie du sol elle ressemble à un oeuf blanc puis prend sa couleur verte peu à peu. Son odeur sucrée et suave devient alors désagréable et écoeurante.

30 grammes d'amanite phalloïde sont suffisants pour tuer un être humain. Ce sont le foie et les reins qui sont touchés et de manière souvent irrémédiable. Sa chair excellente et la durée à partir de la quelle on sent les premiers effets (six à douze heures) la rendre redoutable. Rajoutons à cela les différentes couleurs et formes qu'elle peut prendre et qui peuvent facilement la rendre confusible avec d'autres espèces. 

 Les premiers symptômes se manifestent de manière brusque : douleurs abdominales, vomissements et coliques sont les signes avant coureurs. Le foie commence à se nécroses, le comportement change, les système nerveux et sanguin deviennent défaillants. Il faudra attendre entre six et quatorze jours pour que le décès survienne par arrêt cardiaque. Officiellement il n'existe pas de remède propre pour neutraliser les toxines incriminées dans les défaillances de l'organisme, seul un mélange de médicaments permet d'arrêter les phallotoxines.

L'amanite phaloïde à travers l'histoire.

Nombreux sont les crimes d'états ou passionnelles dont elle est responsable qui sont pour la plupart devenus célèbres.

- Parmi ceux-ci ont compte le plus connu de tous, celui de Claudus, marié alors à sa nièce, la terrible Agrippine présentée comme une femme assoiffée de pouvoir et incestueuse (mère de Néron). Bien que les avis des historiens divergent, il semblerait que son épouse, avec la complicité de l'empoisoneuse gauloise Locuste et du goûteur de l'empreur Halotus, qui l'ait empoisonnée en faisant placer dans son plat préféré, un ragoût d'amanites des Césars (leur nom n'est pas anodin), quelques amanites mortelles. Claudus après une rapide agonie s'éteint le matin du 13 octobre 54, empoisonné de rechef par son médecin Xénophon. "A la mort de Claude, Néron fut immédiatement proclamé empereur. Mais Britannicus gênait Néron qui le fit supprimer de la même façon que son père.."

- Aujourd'hui encore on ne sait pas très bien si le Pape Clément VII fût victime d'une intoxication alimentaire ou d'un crime. Grand gourmand, il allât jusqu'à interdire la cueillette de champignons autour du palais. C'est dans ce dernier qu'il s'éteint le 25 septembre 1534 après 5 mois de souffrance. La encore des amanites phalloïdes auraient été ajoutées à un plat de champignon et bien qu'elles ne causèrent pas la mort du Pape, elles en accentuèrent la maladie qui l'emporta. Ennemi des protestants et des Anglais, on ne connaîtra jamais le fin de mot de l'histoire sur ce décès.

Natalia Kirillovna Narychkina fût tsarine de 1671 à 1676. On la connaît pour avoir été la mère de Pierre le Grand et pour avoir ramméné le théâtre et la culture dans la capitale. On pense qu'elle aurait consommée en nombre des champignons saumurés avant de mourir et l'évocation de symptômes phalloïdiens attesterait de la piste criminelle, tout comme le contexte politique de l'époque.

Charles VI connu une fin douloureuse et tragique après une ingestion de champignons. Il mouru dix jours plutards en présentant lui aussi les symptômes phalloïdiens. Sa mort produira la Guerre de Succesion d'Autriche au sujet de la quelle Voltaire écrira en 1759 dans Mémoires "Ce plat de champignons changea la destinée de l’Europe". 

- Le drame de Saint Louis de Villenave d'Ornon : le 9 octobre 1884 survient une hécatombe terrible. Ce sont pas moins de quinze jeunes âgés de 10 à 18 ans qui sont empoisonnés dans ce petit orphelinat. Onze d'entre eux périront. C'est la cuisinière, la religieuse soeur brigitte qui par méconnaissance des champignons ajouta par mégarde une poignée d'amanites phalloïdes à une poêlée de bolets et des russules. Mais cette histoire ne défraye pas tant la chronique car pour l'époque, l'empoisonnement par confusion reste courant et on compte cette année là pas moins d'une centaines de décès pour les mêmes raison dans le sud-ouest de la France. Le drame aurait pu être évité si la religieuse n'aurait pas cédé à la croyance populaire :"pour savoir si un champignon était bon ou mauvais : [on] faisait bouillir les espèces dans de l’eau avec une pièce de monnaie en argent. Si elle restait intacte, le test s’avérait concluant, et c’est ce qui arriva".

- C'est en 1918, peut avant la fin de la Grande Guerre que fût arrêté Henri Girard. Cet assureur se rendit célèbre pour avoir empoisonner un certain nombre de ses amis avec des amanites phalloïdes pour empocher leurs primes d'assurances, avec l'aide de sa femem et de sa maîtresse. On peut en déduire que ses promenades en forêt de Rambouillet n'étaient pas si innocentes qu'il aimait le faire penser. Mais certains de ses proches survécurent et la police fût vite alertée. Comble de l'ironie, notre ami Henri semblait avoir raté son dernier coup après la lecture d'un livre de mycologie où par erreur il était indiqué que l'amanite citrine pouvait se montrer aussi dangereuse que sa proche parente la phalloïde. Tout assassin qu'il fût, il termina guillotiné, ses complices fûrent emprisonnées à vie.

L'amanite phalloïde peut être entièrement blanche ce qui explique le risque de confusion. Sa proche cousine l'amanite vireuse (amanita virosa) appelée ange de la mort (brrrrr !) est toute aussi dangereuse.

Jules Vignon (1815-1885) Néron et Locuste essayant un poison sur un esclave (Musée Georges de la Tour Vic/Seille 57)

 Un puissant hallucinogène, l'amanite tue-mouche.

L'amanite tue-mouche est mon champignon fétiche. Il est connu pour être un puissant hallucinogène (je vous en parle ici). On rencontre Amanita muscaria presque partout dans l'hémispère Nord, à l'automne aussi bien sous les les connifères que les feuillus mais son arbre hôte par excellence reste le bouleau. On la reconnaît facillement à son chapeau rouge, ses pustulles blancs tout comme ses lamelles, son pied, sa volve et son anneau. 

L'empoisonnement par amanite tue-mouche résulte le plus souvent d'un accident : soit elle est confondue avec l'excellente amanite des Césars, soit par son ingestion volontaire pour ses effets hallucinogènes. On estime qu'il faut consommer une quinzaine de chapeaux pour provoquer la mort et encore, avec les techniques modernes il est facile de soigner les malades. C'est la muscarine qui a longtemps été incriminée pour les maux imprévisibles provoqués par la consommation de champignon : nausées, douleurs abdominales, confusion, hallucinations, folie passagère, sudation, hypersalivation, distortion visuelle, bourdonnement, euphorie et parfois, coma. Aujourd'hui les recherches tendent à prouver que les molécules responsables de ces états seraient la muscimole et l'acide iboténique.

L'amanite tue-mouche à travers l'histoire.

Il semblerait donc que sa réputation de tueuse (de mouche) soit quelque peut surfaite. Néanmoins on ne peut lui enlever le fait qu'elle ait déjà causé certains décés (dont un exemple est cité plus bas). Je n'évoquerais pas tout les autres champignons que vous pouvez retrouver dans le lien posté plus haut et que je vous redonne ici.

- En 1893 le comte de Vecchi, dilômate italien dont les descendants s'illustrerons pendant la Grande Guerre décéde en visite à New York suite à la consommation d'un plat à base d'amanites tue-mouches. On raconte qu'il en découvrit une bonne demi-douzaine au court d'une promenade sur le nouveau continent et qu'heureux de sa trouvaille, il se les fît servir. La malheureux succomberat après avoir eu de terribles convultions. 

Nature morte de Renate Heidersdor (Canada)

 Le bolet pernicieux, un diable aux couleurs flamboyantes.

 Le bolet pernicieux, Boletus perniciosus N. en latin, n'existe pas en tant qu'espèce distincte mais regroupe plusieurs genres de bolets présentant une mousse rouge ou jaune et souvent un goût amer. Ce terme était utilisé par les naturalistes jusqu'au milieux du XIXe siècle. Joseph Roques le décrit en 1832 comme une "plante" vénéneuse courante en automne dans les forêts de conifères d'Europe et alentours à la ville de Paris.

Il cite également quelques exemple d'empoisonnements avec ce champignon et où, il a pu rencontrer ou voir les patients l'ayant consommé. Les effets sont divers et variés, parfois anodins, parfois mortels.On peut présumer ici que le bolet incriminé et en réalité le bolet Satan (Boletus satanas) et les espèces qui en sont proches visuellement.

Le bolet pernicieux à travers l'histoire.

- Au XVIIIe siècles deux jeunes médecins, Pouget et Pourcharmant, s'abandonne à des expériences sur ces chiens et des chats en leur administrant des extraits de ce champignon à travers leur nourriture. Si les chiens se montrent résistant, notamment l'un d'eux nommé Mithridate (en hommage au personnage principale de la tragédie du mêle nom de Racine) qui résistât même aux administrations d'amanite tue-mouche et d'amanite phalloïde, les chats s'y montre plus sensible en particulier les chatons qui décèdent en moins de 24 heures en présentant des tâches sur les intestins.

- Joseph Roques fait également référence au même siècle d'un jeune chirurgien, devenu son patient, qui par confusion avec un cèpe noble aurait consommé un bolet pernicieux. S'en suivit de fortes chaleurs, des brûlures de l'appareil digestif, des ballonnements, des spasmes et des douleurs abdominales. Après plusieurs lavements par l'utilisation d'eau sucrée, d'huile et de graines d'opium le jeune homme pu retrouver la santé.

- Enfin, le professeur Delle Chiaje traite du cas d'un noble chevalier dont il taira le nom et de son domestique, tous deux ayant mangé en salade de jeunes bolets pernicieux. Le maître malade s'assoupit durablement, son corps se couvrir de pustules, son estomac et ses intestins se gangrenèrent. Le domestique lui n'eu que quelques mots d'estomac.

 Carsten Höller Courtesy The Center of Contemporary Culture Garage

 Quelques champignons mortels.

Bien qu'ils soient peu nombreux, il reste important de connaître leurs noms, leurs effets et surtout leurs apparences qui peuvent être diverses et variées. En voici les principaux : 

Amanite phalloïde (Amanita phalloides)
Amanite printanière (Amanita verna)
Amanite proche (Amanita proxima)
Amanite vireuse (Amanita virosa)
Cortinaire couleur de roucou (Cortinarius orellanus)
Lépiote brûnatre (Lepiota helveola)
Gyromitre dit comestible (Gyromitra esculenta)
Paxile enroulé (Paxilus involutus)
Tricholome équestre (Tricholoma flavovirens)
Cortinaire très joli (Cortinarius speciosissimus)
Galère d'automne (Galerina autumnalis)
Galère marginée (Galerina marginata)
Lépiote brun-incarnat (Lepiota bruneoincarnata)
Lépiote de Josserand (Lepiota josserandii)
Lépiote brun lilacin (Lepiota bruneolilacina)
Pézise étoilée (Sarcosphaera coronaria)

 

 Sources :

Science et avenir : "Champignons : l'empoisonneuse avait un goût exquis"

"Guide de l'amateur de champignons ou précis de l'histoire des champignons..." par François-Simon Cordier.

Mycolocomines : "Les champignons dans l'histoire"

"Connaître, cueillir et cuisiner les champignons sauvages du Québéc" par Yves Lamoureux, Matthieu Sicard.

Futura Science : "Les poisons dans l'Histoire"

Wikipédia : "L'amanite phalloïde"

Mycologia 34: "La mort du Pape Clément VII - Accident ou crime?"

Wikipédia : "L'amanite tue-mouche"

"Histoire des champignonscomestibles et vénéneux" par Joseph Roques.

Histoire et généalogie : "UN empoisonnement à la colonie Saint-Louis de Vilenave d'Ornon"

Éducation à l'environement : champignons mortels.

 

"Grands Dieux ! combien d'homems un seul ventre met en mouvement ! Quoi ! Ces champignons, ce poison voluptueux, pensez-vous qu'ils ne travaillent pas secrétement àvotre ruine, quoi que leur magnilité nesoit pas sensible au premier monment?Sénéque.