dimanche 4 septembre 2016

Destination Bretagne : Le départ.

DSC08267

Voici le premier article de cette rubrique "Road Trip en Bretagne" qui retrace notre voyage dans cette région de France si belle et si mystique ainsi que dans les villes et sites que nous avons traversé pour nous y rendre. Une quinzaine, si ce n'est plus, d'articles devraient dans un premier temps l'alimenter. Pour la peine voici les quelques rencontres que nous avons eu la chance de faire le jour de notre départ avant de prendre la route. 

 

Le blaireau européen (Meles meles).

Voici un jeune blaireau qui, trempé par la pluie, parcourt un champ à vache à découvert avant de trouver refuge dans la forêt la plus proche. C'est un mustélidé au même titre que la fouine, de furet et la belette. Il peut atteindre 90 centimètres pour 12 kilos qui font de lui la plus grosse espèce de son ordre. Il est connu pour former de grandes galeries où il vit en famille et où, parfois, il est accompagné d'une troupe de renards.

DSC08260 DSC08261

 

Oiseaux de campagne.

En campagne on peut voir de grands oiseaux sauvages ou non qui ne sont pas toujours très craintifs. Ainsi, on peut rencontrer dans les près humides et sans mal le héron cendré (Ardea cinerea) que l'on peut voir à gauche mais aussi des volailles comme ce superbe coq domestique (Gallus gallus domesticus) à proximité des maisons.

DSC08254 DSC08269

 

 Le chevreuil (Capreolus capreolus).

Voilà une rencontre peu ordinaire qui nous a ravi. Une femelle chevreuil accompagnée de deux petits. C'est assez rare d'observer un trio tel que celui-ci, il y a fort à parier que la femelle a eu deux petits ce qui est peu commun ou alors, qu'elle en a adopter un second, ce qui est plus que rarissime. Bien qu'ils aient un pelage d'adulte, les deux faons présentes à l'arrière des flancs quelques tâches blanches discrètes, signe qu'ils ont environ un an.

DSC08245DSC08262 DSC08265

 

Le mot de la fin.

Voici un article aussi bref que les rencontre que nous avons fait. Il faut y voir une petite introduction à notre voyage dont certains articles seront beaucoup fournis et dont le tri photo et la rédaction me donne déjà des sueurs. En attendant, ci-dessous voici deux petites photos qui retracent plutôt bien notre épopée culinaire.

DSC08274 DSC08282


mardi 25 août 2015

Le chevreuil et les cerises.

P6121473

Le chevreuil européen (Capreolus capreolus) appartient à la famille des cerfs et des daims, c'est à dire celle des cervidés. C'est un mammifère grêle qui peut atteindre 35 kilos et mesurer au garrot 50 à 80 centimètres. Il est abondant en Europe et se rencontre sur tout le territoire français. Malgré sa mauvaise vue il est très alerte grâce à son odorat fin et ses grandes oreilles qui captent le moindre bruit. Il s'agît ici d'un tout jeune mâle que l'on nomme chevrillard, le terme brocard étant réservé aux mâles adultes (chevrette pour les femelles fécondes, bréhaigne pour celles qui ne le sont plus, faon pour les petits). Ses bois sont à peine formé alors que d'ordinaire chez les individus âgés leur pousse est terminée depuis la mi-février. Il devra donc attendre l'an prochain pour les affronter et espérer se reproduire. 

Le changement de son milieu, l'extension de l'agriculture, l'absence degrandsprédateurs, les baisses de pratiques de chasse on contribué à son importante expansion. Cette photo a été prise dans notre jardin et l'animal n'a pas été plus inquiété que cela par notre présence. Il faut dire que nous avons l'abitude d'en voir souvent en particulier dans le verger. Cette absence de prédation est, contrairement à ce que l'on pourrait le croire, néfaste pour les populations de chevreuil. Les animaux faibles et malades ont plus de chance de survivre, de ce fait les épidémies sont plus courantes et peuvent se transmettre à d'autres animaux des forêts et des champs. Les animaux deviennent plus fragiles et en cas de bouleversements moins aptes à s'y préparer.

P6121465 P6121477 P6121468 P6121464
Notre jeune chevreuille n'est pas chez nous part hasard. C'est le vieux verger qui fait l'objet de toute son attention. Au sol, de nombreuses cerises que nous n'avons pas pu récolter sont tombées et n'ont pas toutes été bectées par les merles et les pies. Se sont des friandises. Le problème est qye ces fruits sont un peu blettes. Avec le soleil et le temps ils ont commencé à fermenter et contiennent une faible dose d'alcool. Rien de dangereux en soit hormis quand on en fait un festin.Voilà que notre compère s'avère être saoul ! On remarque le même phénomène avec les chamois qui au printemps aiment grignoter les jeunes bourgeons qui ont les mêmes propriétés.

P6121475 P6121471