samedi 5 avril 2014

Sortie mycologique avec la SHNVC

P3300049

Petite sortie ce dimanche matin avec l'association de mycologie et de botanique de Voiron, la SHNVC. Merci à tous pour ce beau moment de partage et pour tous les infos transmises, relatives aux découvertes sur le terrain. Pour en savoir plus sur les activités proposées, c'est par là: http://shnvc.monsite-orange.fr/

P3300015 P3300016

P3300060 P3300017

On commence avec du lourd ! Mes tous premiers hygrophores de Mars, hygrophorus marzuolos ! Les fameux Marzus. Pas simple de les dénicher, cacher dans la mousse. Atypique, ce champignon apparaît très tôt. Son goût prononcé et parfumé attire bons nombres de chercheurs mais les coins sont rares et prisés.

P3300064

Depuis quelques jours les chevêches d'Athéna s'égosillent dans le jardin. En forêt il en est de même, et bien que les cris soient plus discrets, les pelotes de rejetions sont nombreuses, en particulier autour d'un vieux châtaignier creusé... affaire à suivre.

P3300002 P3300083

P3300082 P3300080

Encore et toujours des héllébores fétides. Cette plante ne quitte pas nos paysages semi-alpins et forts calcaires mais on peut la rencontrer dans tous les types de milieux, jusqu'à 1800 mètres. Appelées roses du serpent, elles peuvent atteindre 80 à 100 cm. 

P3300071

Je vous présente Urnula Craterium (non comestible), un champignon relativement rare de la famille des Sarcosomataceae de l'ordre des pézizes. Aux Etats Unis on la nomme urne du Diable et se rencontre dans les rocheuses à la saison des morilles. 

1P33000352P3300007

3P33000294P3300006

Voici quelques lignicoles qui se croisent à toutes les saisons et qui ont la faculté d'éguailler la forêt. Eux non plus ne se croquent pas.

1: La tramète tricolore, daedaleopsis tricolor, se reconnaît à sa couleur rouge vif qui tranche dans la grisaille de ses derniers jours sur les écorces mornes des arbres morts.

2: La tramète bossue, trametes gibbosa, se reconnaît elle a sa forme caractéristique ainsi qu'aux algues vertes qui la colonise ce qu'il rend invisible quand elle pousse sur des souches moussues.

3: Le polypore marginé, fomitopsis pinicola, tient son nom de sa marge orangée qui se trouve sous sa face. Chaque pli correspond à une année et il n'est pas rare de trouver des spécimens qui en présentent plus d'une vingtaine !

4: La tramète versicolore, Coriolus versicolor, est un champignon linicole qui est actuellement testé dans le traitement du cancer de la prostate et qui semble être à la hauteur des espérances.

P3300075

 Si je ne me trompe pas, il s'agit ici de l'entolome à pied hérissé (Entoloma hirtipes). Toxique, il a une odeur de concombre et de farine bien marquée, en particulier quand on frotte ses fragiles lames.

P3300062 P3300072

P3300044 P3300034

La zone est très fréquentée par les animaux à plumes mais surtout, à poils. Les laissés (nom des excréments), les os, les poils, les plumes, les traces des pattes, les écorces rongées et grattées, les écailles de pommes de pin émiettées sur le sol.... voilà quelques indices de la présence des habitants de ces bois: chouettes, lapins, chevreuils ou encore sangliers.

P3300086

Avant tout propos petit rappel: bon nombre de lichens et de mousses sont protégées et il n'est permis d'en récolter que quelques brins.
Il s'agit ici de l'usnée barbue, Usnea barbata, appelé aussi "Barbe de Jupiter", un lichen aux nombreuses propriétés médicinales. Il renforce le systéme immunitaire, est un con antibiotique et est encore utilisé aujourd'hui dans les soins contre les infections en particulier respiratoires et urinaires (dû aux streptocoques et aux staphylocoques), les sinusites, les bronchites, les pneumonies, les rhumes, les grippes, les inflammations des voies urinaires, des reins et de la vessie. 

1P33000432P3300040

3P33000044P3300055

On pourrait croire avoir à faire à la même espèce sur ces photos mais il n'en est rien. Petite démonstration, histoire de rappel que l'on est jamais à l'abrit d'un empoisonnement quand il s'agit de champignons.

1 et 2: L'hypholome à lames enfumées (hypholoma capnoides) se différencie de son cousin l'hypholome en touffe de par la couleur de ses lames grises. Plutôt rare, il aime pousser en nombre sur les vieilles souches. Piètre comestible à la saveur douce, on évitera de le consommer, en particulier à cause des risques de confusion.

3: L'hypholome en touffe (hypoloma fasciculare) se reconnaît lui à ses lamelles jaunes. Il est suspecté d'être toxique mais son goût amer et son odeur désagréable dissuadent souvent de le consommer.

4: Quelles sont précoces les pholiotes changeantes (kuehneromyces mutabilis) de cette année 2014 ! On les nomme aussi agaric à soupe ou souchettes. Excellents comestibles, on les cultivait autrefois sur les souches des hêtres, des saules, des bouleaux, des aulnes et de chênes de manière artisanale. Attention de ne pas les confondre avec la galère marginée (galerina marginata), qui est très toxique voir mortelle en raison des amatoxines qu'elle possède et qui sont les mêmes que celles de l'amanite phalloïde !

P3300058

Ce vieux pin est devenu le terrain de jeu d'un pic. En France, on en compte 9 espèces:
-le pic à dos blanc que l'on retrouve partout en Europe jusqu'en Corée.
- le pic cendré que l'on retrouve à l'ouest de la Bretagne et plus rarement dans le Nord du pays.
- le pic épeiche que l'on trouve de la Taïga aux régions méditerranéennes + une grande partie de l'Asie du Sud-Est.
- le pic épeichette qui couvre les mêmes aires que le pic épeiche hormis en Asie du Sud-Est.
- le pic mar que l'on retrouve en Europe Centrale.
- le pic noir se retrouve lui aussi sur les mêmes aires de répartition que le pic épeichette.
- le pic tridactyle (espèce menacée) que l'on observe très rarement en France est qui vit généralement dans le Nord de l'Eurasie à la limite boréale.
- le pic vert dit pivert, que l'on trouve dans toute l'Europe excepté dans la péninsule Ibérique et jusqu'au Turkménistan.
- le torcol fourmilier qui est le seul pic migrateur et qui nidifie sur les mêmes aires que le pic épeichette mais passe la saison d'hiver en Afrique équatoriale ou en Asie du Sud (particulièrement en Inde ou en Chine).

1P33000652P3300052

3P33000774P3300079

Certes la neige n'est partie que depuis peu,ce qui n'empêche pas à de nombreuses espèces végétales de s'épanouir: 

1: l'anémone Sylvie ou anémone des bois (Anemone nemorosa) que l'on retrouve dans tous les sous-bois d'Europe et qui y fleurit de mars à avril. Ses fleurs variant du blanc au blanc-rose apparaissent avant les premières feuilles des arbres et suivent la course du soleil pour capter au mieux les UV et attirer ainsi les insectes pollinisateurs mais dès que la pluie se fait sentir, elles referment leur calice pour protéger le précieux pollen. Cette plante est toxique et rubéfiante, on l'utilise pour les rhumatisme en usage externe. Comme toutes les Rannunculcaea, elle contient de l'anémonine qui à hauteur de 200mg peut tuer un animal ou un enfant de 10 ans.

2: La mercuriale vivace (Mercurialis perennis) est aussi appelée chou de chien ou encore cynocrambe. C'est une plante du sous-bois atypique car bisexuée, comme l'est par exemple le houx d'Europe ou le palmier et qui appartient à la famille des euphorbes ce qui la rend toxique pour les animaux. Les plants mâles se reconnaissent à leurs discrètes fleurs d'un blanc-verdâtre, les plants femelles à leurs fleurs dont on ne distingue que le pistil. Le terme mercuriale vient du dieu Mercure à qui on attribut la découverte des propriétés purgatives et énergisantes de la mercuriale vivace et de la mercuriale annuelle.

3 et 4: Il existe un grand nombre de fougères nommées capillaires. Ici il s'agit de Asplenium Trichomanes, appelée fausse-capillaire, capillaire des murailles ou doradille chevelue. Selon la théorie des signatures, la plante était employée pour soigner lacalvicie et plus globalement les problèmes liés aux cheveux.

P3300084

En somme c'est une bonne récolte que voilà, qu'il ne reste plus qu'à agrémenter avecles quelques pézizes véinées qui ont prit place dans le jardin.

-0-


dimanche 23 mars 2014

Sortie en forêt 42

http://www.openpn.com/08/01/2013/olympus-sz-15-et-sz-16-compacts-economiques-a-super-zoom/

Grande nouvelle !  Après plusieurs semaines, voilà que j'ai craqué pour l'olympus sz16-ds105 (à l'occasion de mes 22 ans). Nous nous apprivoisons l'un l'autre depuis 2 jours et d'ici peu j'espère pouvoir le manier de la meilleure des manières.

Pour en revenir à l'article, comme la semaine dernière je constate que l'activité fongique est faible voir absente: pas d'oreilles de Judas, pas de pézizes veinées, pas de pézizes coccinés... décidément ce début de saison commence à m'inquièter mais rappelons le, les premières morilles vulgaires et blondes n'ont fait leur apparition de par chez nous qu'en avril, il faudra donc être patient.

P3230210 P3230212

P3230221 P3230240

Les coucous sont là! Appelés primevères officinales, elles possèdes mille vertus. Les jeunes feuilles fraîches se consomment en salade tout comme les fleurs que l'on peut sécher et utiliser en infusion pour les problèmes respiratoires ou de digestion.

P3230233

Une tramète a passé l'hiver accrochée a  tronc d'un hêtre lui même victime du temps et quelque peu de la tronçonneuse du bûcheron.

P3230256 P3230257

P3230258 P3230259

Rah s'il y a bien une famille de plantes où j'ai quelques difficultés pour ce qui est de l'identification, c'est celle des Apiacés (anciennement Ombrélifére) en particulier quand les fleurs ne sont pas pleinement épanouies. Néanmoins ici je m'oriente vers ce qui pourrait être un plan de grande ciguë: tiges rouges et lisses, croissance avancée, fleurs entourées d'une fines feuilles vert claire et boutons séparés les uns des autres. Attention, cette plante est toxique voir mortelle ! La prudence est de mise !

P3230241

La moscatelline (adoxa moschatellina) est une plante à fleur discrète des sous-bois d'où son nom grec qui signifit "gloire méconnue". Elle possède une odeur très particulière: musquée.

1P32302062P3230251

3P32301984P3230252

Comme le weekend dernier, voici une petite séléction de viollettes et pour la peine, le même commentaire que la semaine dernière:

1: La violette blanche (viola alba) est ffacilement reconnaissable à sa couleur et à son faible parfum.
2: Il arrive parfois que des espèces proches génétiquement et géographiquement donnent naissances à des hybrides comme ici. Est-ce un croisement entre la violette blanche et la violette odorante ou un simple décolorement d'une fleur de violette?Mystère.
3 et 4: La violette des bois se reconnais à sa tige lisse et ses feuilles élevées. On peut la confondre avec la violette rivinus. On la rencontre généralement d'avril à juin. Cette année, elles sont un peut plus précoces.

P3230179

Les feuilles ne sont pas encore sorties, ce qui permet de prendre sur le vif les oiseaux qui entre en pleine période des amours. Les pinsons des arbres sont particulièrement actifs dans la recherche d'un partenaire et dans la défense de leur territoire. C'est l'espèce de pinson la plus rependue en Europe.

1P32302032P3230321

3P32303194P3230317

Le printemps est là et avec lui, les premières salades d'herbes fraîches. Attention ! Il est recommandé de ne manger une plante que si elle est bien connue et que si elle a été lavée au vinaigre voir dans plusieurs eaux pour faire barrage aux parasites comme la douve. La nature est certes "funny" mais peut se montrer redoutable, même sous nos latitudes.
1: L'allaire officinal n'a pas encore fleurit, c'est le bon moment pour ramasser ses feuilles au goût délicat d'ail qui à la floraison deviendront amères et fibreuses.
2: Le ficaire est non seulement un bon indicateur de la pousse potentielle des morilles mais aussi un aliment riche en vitamine C. Autrefois on le consommait pour lutter contre le scorbut. Quelques uns de ses feuilles sont les bienvenues dans la cuisine à condition de ne pas en abuser, une top forte dose pouvant être toxique.
3: La petite pimprennelle quand elle vient juste de pousser a un goût délicat de concombre qui plaît énormément aux amateurs de cuisine "naturelle". 
4: Les jeunes pousses de gaillet gratteron agrémentent aisément ces compositions gastronomiques et printanières. On a découvert que cette plante, du moins ses graines étaient utilisées au Néolithique pour faire tourner le lait et le transformer en fromage. Autrefois, on l'employait pour soigner et soulager les infections cutanées et les ulcères et comme diurétique.

P3230291

Dans la composition de notre salade de printemps, on peut également ajouter les feuilles vert tendre et les fleurs des primevères acaules mais aussi bon nombre d'autres gourmandises: fleurs et feuilles de lamiers tachetées et pourpres, des primevères officinales, des cardamines des près, de l'ail des ours et même, les jeunes feuilles des aubépines, des plantains(en particulier du plantain lancéolé qui a un goût de champignons de Paris) et des orties... le tout est de bien connaître les plantes et de savoir les préparer.

1P32303112P3230312

3P32303094P3230310

C'est le printemps et les arbres sortent leurs plus beaux apparats !

1 et 2: Le houx est un arbuste qui peut vivre 300 ans et atteindre 18 mètres de haut. Différencié sexuellement, seules les femelles donnent des boules rouges qui attirent bon nombre d'oiseaux. La consommation de ceux-ci peut entraîner des vomissements et des troubles intestinaux. En grande quantité, elle engendre des désordres neurologiques, ce qui n'a pas empêché son utilisation dans la médecine populaire.
3 et 4: Le prunier cultivé appartient à la même famille que celle des rosiers : les Rosaceae. Si on ne connaît pas très bien son origine, on peut être sûre de propriétés dont cet arbre recèle, ne serait-ce de par la douceur de ses fruits.

P3230199

Il existe une multitude d'arbustes d'aubépine nommée aussi "épine blanche" en opposition au prunus appelé "épine noire" ou "épine rouge". On raconte que déposer des couronnes de celle-ci au pied du berceau du nouveau né chasserait les sorcières et attirerait les bonnes fées. Plante aux milles vertus, ses feuilles sont un bon tonicardiaque à la différence de ses plantes qui sont sédatives.

P3230300 P3230191

P3230292 P3230295

Voilà une jolie sortie, mais toujours pas de morilles. Cependant, elles seraient sorties non loin de là ce qui me donne espoir, malgré la neige d'hier au petit matin. Dans tout les cas, un choc thermique avec le retour du soleil serait le bien venu pour voir nos jolies têtes blondes sortir de leurs torpeurs.

Et pour terminer, je ne peux m'empêcher de vous mettre (encore!) quelques photos d'hélléobores fétides prises sur le vif avec mon tout nouvel appareil! Ci-dessus, le cycle de vie d'une fleur d'hélléobore fétide en passant par tout les stades.

P3230264 P3230263 P3230286 P3230262

P3230285

 

lundi 17 mars 2014

Initiation aux champignons.

 Morilles, Verpes, Pézizes Veinées, Pézizes Coccinées, Morillons, Hygrophores de Mars, Mousseron de la St Georges, Oreilles de Judas, Pleurotes Corne d'Abondance, Truffes noires ... la saison des champignons débute ! Alors voici une courte vidéo pour s'initier en douceur à l'univers de la mycologie. Attention, ne ramassez que les champignons que vous connaissez et surtout, en cas de doute tournez vous vers un expert. À savoir, les pharmaciens connaissent que rarement les champignons, le plus sage est d'aller au près des associations mycologiques qui souvent tiennent des permanences gratuites.

 

dimanche 16 mars 2014

Sortie en forêt 41

SAM_8089

Petite sortie en forêt et il faut bien le dire, les morilles rondes et communes ne sont pas encore d'actualité, ne serait-ce sur mes pits. Qaunt aux morilles coniques... cela ne serait tarder. En tout cas aucuns champignons, du moins comestibles, n'ont dédaigné se montrer ce matin: pas une pézize, pas une oreille de judas à se mettre sous la dent. Tampi, il y avait bien d'autres choses à voir !

SAM_8168 SAM_8167

SAM_8139 SAM_8140

Il est commun de rencontrer par ici des perces-neiges et des primevères acaules dans les jardin mais, on oubli trop souvent que ces fleurs sont sauvages et aiment pousser dans le bois. Dans certaines régions de France comme la Lorraine, elles sont protégées.

SAM_8189

Le grand bombyle est parfois confondu avec les abeilles. Il s'agit en réalité d'une mouche inoffensive qui se nourrit de pollen et qui est essentielle à la reproduction des plantes à fleurs. On le rencontre de mars à juin sur une grande partie de l'hémisphère Nord. 

1SAM_81072SAM_8184

3SAM_81084SAM_8112

Il existe de nombreuses espèces de violettes, aussi nombreuses que les couleurs et les parfums propres à chaque espèces. 
1: La violette blanche (viola alba) est ffacilement reconnaissable à sa couleur et à son faible parfum.
2: Il arrive parfois que des espèces proches génétiquement et géographiquement donnent naissances à des hybrides comme ici. Est-ce un croisement entre la violette blanche et la violette odorante ou un simple décolorement d'une fleur de violette?Mystère.
3 et 4: La violette des bois se reconnais à sa tige lisse et ses feuilles élevées. On peut la confondre avec la violette rivinus. On la rencontre généralement d'avril à juin. Cette année, elles sont un peut plus précoces.

SAM_8175

Les scolopendres (ici il s'agit de Asplenium scolopendrium var. scolopendrium) sont un groupe de fougères qui doivent leur drôle de nom à leurs sores qui leurs dessinent de longues rangés de pattes. Les sores sont des amas de sporanges propres aux fougères qui contiennent les spores de ses végétaux. Ils sont généralement jaunes,orangés ou bruns.

SAM_8085 SAM_8154 SAM_8157 SAM_8179

Les orchis mâles n'ont pas encore fleuris. Ces orchidées, avec le débourage des frênes et les  sclérotinies tubéreuses sont mes principales indicateurs pour savoir quand le temps des morilles approche. Dommage pour moi, et pour d'autres, aucun des 3 ne sont là. Cette année sera, je l'espère une année à orchidée et déjà les stations d'orchis sont saturées en pieds, ce qui promets un printemsp des plus flamboyant !

SAM_8174 SAM_8180

SAM_8258 SAM_8260

C'est le grand ménage de printemps. Les vieux nids sont balancés par dessus bords et les restes de victuailles comme ces escargots retrouvent le plancher des vaches, la nidification approche. Il eestcourant de retrouver les coquilles d'escargots trouées. Cela est rarement dû à un choc mais plutôt aux dents des souris et autres rongeurs qui en les grignotant (au même titre que les bois des cervidés ou des os) trouvent tous les nutriments qui leurs manquent dans leur alimentation.

SAM_8102

Bientôt les bois seront tapis de fleurs mauves. Patience ! En attendant il reste quelques les éternels classiques comme les narcisses jaunes.

1SAM_80772SAM_8257

3SAM_80974SAM_8131

1 et 2: appelés à tord jonquilles, les narcisses jaunes, qu'ils soient des jardins (1) ou des campagnes (2), illuminent le paysage à l'arrivée du printemps. Attention, il est interdit d'encueillir plus de 15 brins par personne !
3 et 4: La primevère hybride acaule-officinale (3) a les mêmes vertus que ces dernières (4) qui figurent elles aussi parmi les fleurs annonciatrices du printemps.

SAM_8150

Que le dit une certaine chanteuse "tout à une fin, même les forts les plus grands"... les grands en effet comme ces noyers, vieux messieurs dans la force de l'âge qui soufflés par le vent sont tombés comme des châteaux de carte. En attendant d'être débités puis transformés en bois de chauffe, ils abritent une multitude d'insectes et d'animaux qui bientôt devront trouver un autre logis.

SAM_8240 SAM_8242

SAM_8143 SAM_8247

Tout le monde est de sortie, c'est la foire aux bêtes ! Ânes, vaches, chevaux et moutons regagnent le près où une herbe bien tendre les attend. Les insectes prennent leur envole, pour eux le moment est venu de procréer!

SAM_8153

Buse, busard, épervier, chouette? 

SAM_8202 SAM_8199

SAM_8200 SAM_8197 SAM_8212 SAM_8198

Je suis fan de l'hellébore fétide, c'est ma plante (je sais, c'est pompeux) ! Alors oui, elle pu mais son histoire avec l'Homme est riche ! Je ne peux résister à l'envie de copier ici ce petit texte rédigé l'an dernier à son sujet: 

"L'Hellébore fétide, helleborus feotidus, est une plante de la famille des renonculacées. Son nom vient de l'odeur fétide qui se dégage de ses feuilles tiges et fleurs. 

Description:

C'est une plante vivace qui mesure 45 à 70 cm aux feuilles principales caulinaires d'un vert très foncé avec 12 segments disposés en palme. La tige comme les fleurs sont d'un vert très clair à la différence que celles-ci sont bordées à maturité d'une ligne pourpre à leur extrémité. Ces mêmes fleurs sont composées de 5 pétales légèrement boutonneux. Elles se présentent sous forme de clochettes tombantes. Elles donnent de nombreuses graines. La plante perdure en moyenne 3 à 4 ans, et fleurit de février à mai. Elle pousse partout sauf en Bretagne, dans le Nord et sur la côté méditerranéenne et jusqu'à 1800 mètre d'altitude.

Histoire et pratiques:

Le nom ellébore fétide vient du grec aireo: je tue et de bora: nourriture pour désigner la plante comme vénéneuse. C'est de son nom que vient le mot latin hélibar: remède contre la folie.

On la nomme aussi pied-de-griffon ou patte-d'ours en raison de la forme de ses feuilles mais également rose de serpent en raison de sa toxicité, herbe de printemps car elle est une des premières à fleurir ou favalau en patois.

Elle porte également le nom de mords-cheval car on l'utilisait autrefois sur les animaux qui ayant trop consommés d'herbe verte à la sortie de l'hiver, se retrouvaient avec des poches de gaz dans l'estomac ce qui peut être mortel pour eux. Dans ce cas on attachait un bout de la plante à une ficelle puis on la faisait ingurgiter à la bête. Cette entreprise avait pour but de le faire vomir et ainsi libérer les gaz. Puis on retirait la corde pour éviter l'intoxication.

On s'en servait également sur le bétail dont on ignorait la cause du mal. On pratiquait une incision dans la queue où on introduisait un bout de tige de la plante emmaillotée dans de la laine, dont on laissait un bout dépasser de l'abscé formé. Cela avait pour but d'activiter les protections imnuinitaires de l'animal et de lui permettre de lutter contre le mal inconnu.

La plante a également des propriétés cardio-toniques et narcotiques. On l'utilisait autrefois pour soigner les troubles du cerveau mais sa grande dangerosité a fait arrêter tout emploie de celle-ci. En effet, non seulement le rhizome au contact de la peau la fait rougir, mais les fleurs, tiges et feuilles contiennent un très violent poison qui provoque des vertiges, des vomissements spasmodiques et parfois la mort."

SAM_8120 SAM_8122

(Visiblement, je ne suis pas au goût du mâle dominant !)

Qui dit sortie en nature dit animaux. Pendant que j'étais affairée à suivre la piste toute fraîche d'un renad, voilà que de l'autre côté de la ravine un aboiment ce fait entendre. C'est un chevreuil dans la force de l'âge qui m'a prit pour une menace et qui me fait signe de son mécontentement, mais voilà qu'un autre mâle lui répond. Il semble lorgner sur les deux femelles qui lui tienne compagnie. L'échange ne sera que verbale et au bout de longues minutes, le dominant à raison de son adversaire qui disparait dans le sous-bois. Petit aprçu pour clôturer cette jolie balade.

vendredi 14 mars 2014

Sortie en forêt 40

SAM_7873

(Le laurier des bois est en fleur. Cette plante toxique est communestpousse jusqu'à 1600m d'altitude).

C'est une sortie en forêt un peu particulière que je vous propose aujourd'hui et pour cause,elle concerne les alentours de mon lieu de travail, le col de Couz. C'est un charmant coin de Nature qui je le pense, va devenir l'un de mes terran de jeu favoris, en partie par la végétation et la faune qui y évoluent.

SAM_7868 SAM_7869

Les chamois pointent le bout de leurs naseaux. On pense souvent à tord que ces animaux rustiques montagnards ne vivent que sur les hauteurs mais ils peuvent descendre jusqu'à 500 mètres d'altitude à la recherche des jeunes bourgeons et des pousses tendres. Gourmands, on les retrouvent dans les champs, sur les pentes escarpées ou les flancs de falaises où, tels des équilibristes, ils broutent avec joie selon là saison les graminées, les iris, les jonquilles, les gentianes, les légumineuses comme le trèfle, les baies, les feuillages des arbustes persistants mais aussi le genévrier, le serpolet, la bruyère,le houx, l'if, le rodondindron, les écorces et le lierre pendant les mois de disette.

SAM_7870

Il s'agit ici de chamois de la Chartreuse, longtemps considérés comme une sous-espèce avant d'être rattachés à celle des chamois alpins. Autrefois, on pensait que le bézoard, une boule qui se forme dans l'estomac de ces animaux (agglomération d'aliments non digérés qui forme une boule lisse, brillante et musquée) portait chance si elle était portée sur soi.

SAM_7877 SAM_7878

SAM_7876 SAM_7879

Le nivéole de printemps est une plante protégée sur le parc de Chartreuse et qui est relativement rare surle massif même si sur certaines stations on peut trouver une multitude de plants. Proche d'apparence avec le perce-neige, le nivéole mesure 15 à 20 cm, a une fleur composée de 6 pétales blancs soudés ayant une tâche verte claire à leur extrémité.

SAM_7872

Les primevères accaules sont sorites depuis unbon moment et grands nombre, les primevères officianles elles font une arrivée plus timide. Le croisement des deux donne un hybride ayant les mêmes vertues que la primevère officinale.

SAM_7636 SAM_7640

SAM_7641 SAM_7674

Un peu plus loin de là, passé Corbel, ce trouve un petit coin de paradis, un lieu associatif si on s'en réfère à la chanson de Fromet où il fait bon profiter du soleil et de la nature et, où depuis une terrasse on peut admirer, côté Savoie, le versant opposé,côté Isère tout enneigé et embrumé.

SAM_7676

La Maison Tournée Vers Le Soleil Est Chauffée La Première.

"La maison près de la fontaine
Couverte de vigne vierge et de toiles d'araignée
Sentait la confiture et le désordre et l'obscurité
L'automne
L'enfance
L'éternité...

Autour il y avait le silence
Les guêpes et les nids des oiseaux
On allait à la pêche aux écrevisses
Avec Monsieur le curé
On se baignait tout nus, tout noirs
Avec les petites filles et les canards..."

Nino Ferrer

SAM_7744 SAM_7746

En contre bas se trouve le Guiers Vif, ancienne frontière entre l'Isère et la Savoie quand cette dernière n'était pas rattachée au royaume de France... il n'y a que 200 ans de cela! Il sépare encore aujourd'hui plusieurs citées jumelles: Saint Pierre d'Entremint, les Échelles - Entre Deux Guiers et Pont de Beauvoisin (ce qui fait 6 communes, chacune ayant une mairie sur ses rives). Cet affluant du Rhône de 50 km prend naissance dans le massif de Chartreuse et a creusé pendant de nombreuses années de profondes gorges qui aujourd'hui font le bonheur des pécheurs et des sportifs.

SAM_7750

Au pied de la rivière, la mousse couvre la végétation environnante: pins, rochers, tuyaux et même le sol... me voilà plongée dans une forêt primitive! Le degré d'humidité est élevé, le sol très calcaire et l'ombre fort présente... un endroit rêvé pour les nombreuses fougères. 

SAM_7810 SAM_7826

SAM_7839 SAM_7844

Je n'en dirais pas plus sur ce lieu où il fait bon vivre mais, je vous invite à visiter le siteinternet de l'association nommée Instinct'taf ICI pour vous faire une idée de ce qui peu s'y passer.

DSCF8008

(Photographies de Serge Rousset)

Autre rencontre sur les alentours du parc de Chartreuse à proximité de Saint Pierre de Chartreuse (je n'étais pour l'occasion, pas de la partie)... une horde de mouflons (oui vousavez bien lu) on pour ravir les passants. Merci à Loïc et àSerge Rousset pour les photos.

DSCF8007 DSCF8008 DSCF8009 DSCF8010

SAM_7883 - Copie

Retour chez soi... le monde sauvage ne se fait pas plus discret pour autant. Voilà un joli couple de chevreuils qui prend le frais àc ôté d'une source surplombée d'un sureau.

C'est décidé, suite à mes nombreuses rencontre de ces derniers jours, il est grand temps de se lancer dans l'achat d'un nouvel appareil photo !

Parceque bon, il est vrai que l'appareil ne fait pas tout, certes, mais tout de  même!

 


dimanche 19 janvier 2014

Sortie dans les bois 39.

SAM_7361

En ce moment il fait bon, et sans dire non plus beau, relativement doux. Quelques gouttes de pluie ont ponctué le début de cette promenade mais ce sont vite arrêtées. Petite montée donc au col des mille martyrs, histoire de voir à quoi peuvent ressembler les coins à champignons pendant la saison creuse. Sur cette photos, on peut voir que les hautes fougères qui abritaient bon nombre de cèpes (jusqu'à 32 lors d'une sortie) n'ont pas encore repoussées. Les genets sont nus et les bruyères n'ont plus de fleurs depuis belle lurette.

SAM_7370 SAM_7469

SAM_7462 SAM_7453

Beaucoup de pins sont tombés sans toujours être en mauvaise santé. Les vents violents, la tempête de neige et même les orages que nous avons eu ces derniers temps ont eu raison d'eux. Si certains seront coupés pour dégager les chemins ou fournir du bois de chauffe, d'autres seront laissés en l'état pour fournir à toute une myriade d'insectes, d'oiseaux et de petits mammifères le gîte et le couvert.

SAM_7495

Ce n'est certes pas très ragoûtant, en particulier en gros plan, mais les excréments en nature sont de bons indicateurs de présence animale ou non. Je n'ai pas vu grand chose aujourd'hui, quelques mésanges, des corbeaux et quelques tourterelles, la faute peut être aux nombreux promeneurs accompagnés de leurs chiens mais on ne peut leur en vouloir, la forêt est à tout le monde. Pour revenir à nos crottes, il s'agiti ici de celles du chevreuil. Combinées aux nombreuses traces laissées dans le sol boueux, on peut en déduire que ce petit coin de verdure est un endroit q'uil apprécie lui et ses congénères.

1SAM_73902SAM_7391

3SAM_73974SAM_7395

 La végétation n'est peut être pas aussi luxuriante que pendant les autres saisons mais il y a tout de même fort à voir. Les mousses (1 et 2) sont gorgées d'eau, certaines finissent mêmes de libérer leurs gamètes. Les fougères comme ce polypode (3 et 4) se reproduisent de la même manière avec de petits sacs, les sporanges qui contiennent leurs gamètes.

SAM_7406

Le lichen d'ordinaire haut perché sur les branches jonche le sol. Ce drôle de mariage entre une algue et un champignon permet aux herbivores comme les cerfs et les chevreuils de se nourrir pendant les périodes froides. Il est aussi riche en de nombreux nutriments. Ainsi certaines espèces sont employées dans la médecine pour fabriquer certains médicaments ou dans l'industrie agro-alimentaire comme émulsifiant.

SAM_7415 SAM_7423

SAM_7422 SAM_7426

 Ce n'est peut être qu'une petite poignée mais c'est une belle surprise en ce début d'année. Alors oui bon nombre d'entres-vous me diront "des chanterelles grises en cette période c'est certes rare, mais pas exceptionnel non plus..." oui mais voilà, ici nous sommes dans les Alpes, à presque 900 mètres d'altitudes dans une forêt où en ce moment il fait jusqu'à -5°C, température relativement douce quand on sait que l'an dernier au même endroit on trouvait plus d'un mètre de neige gelée.

SAM_7427

Bref je suis contente et je dois avouer que ces quelques belles chanterelles ont vite fini dans une casserole. Mais elles n'étaient pas les seules à pousser dans la forêt.

SAM_7446 SAM_7447

SAM_7452 SAM_7454

Divers champignons, bien que peu nombreux sont en effet apparus. Petits et ternes, ils se fondent dans le décor. Pas d'identification pour eux du moins pour le moment. Il y a même quelques vesses sont sorties mais ont pourri dès les premiers froids.

SAM_7464

Certaines zones sont accessibles, débarrassées par la neige et le gel des broussailles, des ronces et des hautes herbes qui aux premiers rayons de soleil pointeront le bout de leur nez. Les jeunes pousses font le régale des animaux mais aussi des promeneurs.

SAM_7474SAM_7473SAM_7472

Parmi les sommets enneigés visibles depuis le haut du col, la Dent du chat figure dans la liste des plus jolis mais aussi dans celel des plus rudes à escalader.

SAM_7483 SAM_7489

 De jolis polypores marignés ont prit place sur les vieux poteaux de délimitation. Leur croissance a été rapide, tant et si bien qu'ils ont fini par engloutir le lierre.

SAM_7542

Il fait peut être beau mais il ne faut pas non plus se leurrer, nous sommes en Hiver et bien que pour le moment la neige n'a pas fait trop souvent son apparition (n'oublions pas néanmoins le mois de Novembre), il est évident que la végétation somnole et que les premières fleurs se ferront comme toujours attendre bien que par endroit les primevères accaules offrent leurs beaux pétals jaunes.

SAM_7500 SAM_7529

SAM_7534 SAM_7539

Je termine ma promenade par la visite d'une petite marre située près du sommet. J'aurai aimé avoir des photos de qualité pour vous présenter ma découverte qui me remplit de joie. Au fond de l'eau, dans un brouillard de vase, des dizaines et des dizaines, peut être même plus d'une centaine de batraciens se mêlent à la boue. Crapauds et grenouilles de toutes tailles et de toutes couleurs, variant de l'orangé au vert en passant par les teintes de gris et parfois de jaune sont en hibernation. A ma grande surprise tout ce petit monde s'agite à la recherche de la meilleure position de sommeil, peut être que la douceur de ses jours n'y ait pas pour rien mais d'ici demain il faudra compter sur le retour de la neige et du froid. En tout cas je suis ravie de ce spectacle et dans les entres-mêlât de pâtes, de ventres claires et de dos alongés je parviens à distinguer de nombreuses grenouilles rousses et vertes, quelques crapauds communs et me^me un ventre jaune tacheté de noir. Un crapaud sonneur? c'est trop beau pour être vrai.
C'est sur cette jolie note que se termine cette ballade.

 

dimanche 29 décembre 2013

Champignons, composition et pH du sol.

Photo libre de droits.

 

L'hiver est long et peu de choses se passent dans le jardin. J'ai bien quelques photos mais rien d'extraordianaire (hormis des portraits de chats à profusion), j'attends donc d'avoir un peu plus de contenu pour vous pondre un petit article sur la jardin et ses alentours. Bref, en ce moment on s'occupe comme on peut, pour ma part je disserte pas mal sur la gente mycologique et il m'est venue l'idée d'entreprendre une expérimentation. Celle-ci m'a été soufflé par l'ami Fab du forum "le club des cèpes" qui actuellement test le pH et la température de ses petits coins à champignons. Alors je me suis dit que je pourrais tester l'expérience moi aussi (merci Fab). 

D'ordinaire le pH (c'est à dire le potentiel Hydrogène: la présence élevée ou non d'ions d'hydrogène) permet au jardinier, au paysagiste ou à l'agriculture de connaître la composition du sol et de savoir quelques plantes ou cultures s'épanouirrons sur une parcelle définie. Pour faire simple, le pH permet de savoir si un sol est acide (pH<5), neutre (pH=7) ou basique (pH>7, on parlera alors de sol alcalin) à partir d'une échelle qui va de 1 à 14. Par exemple pour les plantes, le rhododendron se plaira dans les sols acides contrairement au pavot qui préférera les sols alcalins.

Le pH varie en fonction de nombreux facteurs: composition chimique du sol (roches/minéraux), présence de courts d'eau, acidité ou non des pluies locales, activité de la micro faune dans le sol et de la végétation environnante (humus par exemple)... J'ai opté pour le papier pH car il est peu coûteux et facile d'emploit mais il existe aussi des sondes pH, plus onéreuses mais efficaces. On peut même fabriquer son propre papier pH en utilisant du chou rouge, pour ce faire les infos sont ici (le site explique tout sur le pH au passage). Mais pour le moment je préfère faire confiance aux produits que l'on trouve dans le commerce.

Mais pourquoi parler de pH pour les champignons? Tout simplement parce que ceux-ci tirent leurs nutriments presque uniquement du sol (en fonction des espèces). De ce fait ils pourraient être sensibles au pH, ce qui permettrait d'expliquer pourquoi à certains endroits qui sembles pourtant parfaits (arbres hôtes, températures, inclinaison du sol etc...), ils se font absents. Cela permettrait ainsi d'établir rapidement et facilement les zones de prospections. On sait déjà que certains champignons apprécient des sols définis comme la morille (certaines aiment les sols calcaires, d'autres ceux qui sont sableux) mais on sait rarement sur quel sol et quel pH elles poussent.

Mais pour le moment cela n'est que de la théorie, il faudra attendre un peu avant que les premiers résultats tombent. Il reste encore tout l'hiver pour y réfléchir.

 

Autre point:

La composition du sol joue donc sur le pH mais aussi sur l'hygrométrie (la "teneur" en eau), la masse et le type de nutriments ou encore la facilité ou non que peut avoir le mycélium à étirer ses filaments pour capter sa nourriture. De ce fait identifier un sol permet bien souvent de savoir où chercher des champignons maissurtout, leurs arbres et plantes hôtes. Il y a quatre composants types dans un sol: l'argile, l'humus, le calcaire, le sable. Voici quelques indications pour reconnaître la ou les prédominances d'un sol. N'oublions pas que ce n'est pas une science exacte et qu'une terre peut être composée de plusieurs types de sols (par exemple une terre où se mélange une zone argile et une zone calcaire comme dans mon coin d'Isère).

- sol argileux: humide il colle, sèche il est dure. Sa terre est rouge/orangé/ocre. On le nomme terre lourde. Les plantes qui l'apprécie sont le bouton d'or, la pâquerette, le jonc, le liseron, l'hellebore, les rosiers sauvages, aubépine, le bouleau, le peuplier, le prunier et le framboisier.

- sol sabloneux: une poignée de celui-ci n'a pas de cohésion. Il ne retient pas l'eau, se réchauffe facilement et sèche rapidement. Sa terre est caire. Il est apprécié des euphorbes, des géraniums, des sédums, des millepertuis, du frêne, du peuplier, du sorbier, du fraisier des bois, de lavigne, du figuier, des ronces.

- sol humifère: il est riche en humus comme son nom l'indique. Il est noir, acide, spongieux et riche en nutriments. Les plantes que l'on trouve sur celui-ci sont l'ortie, la fougère, le bouton d'or, la bruyère, la digitale, le genêt, la gentiane, le lis, le houx, le châtaignier, l'ail sauvage, le myrtillier, le pommier et le framboisier.

- sol calcaire: il est composé de 10 à 30% de carbonate de chaux et d'argile ce qui forme une terre collante plutôt blanchâtre et crayeuse. Il est léger, se dessèche vite par de forte chaleurs, craquelle, permet la pénétration des gelées, retient mal les nutriments (en particulier du fer ce qui provoque la chlorose des feuilles) et est perméable à l'eau. On le reconnaît aux nombreux cailloux à la surface de celui-ci. Sur celui-ci on trouve le coquelicot, le trèfle blanc, les ancolies, la primevère, l'oeillet, l'Aulne, le bouleau, le hêtre, le charme, le nisetier, le peuplier, le tilleul, le prunier et la vigne.

 Sources: http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/fp_sol_analyse.php3

vendredi 18 octobre 2013

Sortie dans les bois 38.

SAM_4898

 Il ne fait pas bien chaud au col ce matin, tout au plus 12°C et déjà l'air se fait frais. Mais un grand soleil et un beau ciel bleu accompagne les promeneurs que nous sommes. Ces températures ne sont pas très bonnes pour les cèpes mais on ne sait jamais.

SAM_4940 SAM_4917

SAM_4927 SAM_4915

 La forêt est couverte de chanterelles en tube, il y en a tellement que nous ne ramassons que les plus grosses. C'est un excellent champignon apprécié par certains animaux comme les cerfs ou les chevreuils qui les broutent, ne laissant que des touffes de pieds au sol. Elle est très ressemblante à la chanterelle jaunissante qui ets toute aussi délicieuse.

SAM_5070

 Attention à ne pas confondre les chanterelles en tube avec les léoties lubriques que l'on peut voir ci-dessus qui contiennent la même toxique que le gyromite mais en plus faible quantité. Courant en automne, ce champignon s'étend lui aussi dans nos forêts en grands tapis jaunes sur le sol. Son chapeau jaune et son aspect gélatineux permet d'éviter les confusions.

SAM_5182 SAM_4953

SAM_4951 SAM_4925

 Le lycoperdon brun d'ombre appartient à la famille des vesse. Non commestible, sa chait blanche devient noir de la couleur des spore qu'il libert. De forme reconnaissable, sur ça fin de vie (dernière photo) il peut prendre des aspects surprenants. On le rencontre du début de l'été jusqu'à la fin de l'automne. C'est à cette période qu'il est le plus prolixe.

SAM_5169

 Le scléroderme vulgaire est toxique. Il ne faut pas le confondre avec la veste-de-loup qui jeune est un comestible plutôt moyen. Celui-ci a souffert des derniers aléas du temps et ressemble à une pâtisserie.

SAM_5033 SAM_5030

SAM_5031 SAM_5128

Autre champignon qui apprécie les pousses en grandes colonies, l'hypholome en touffe. Toxique selon les dernières analyses (il y aurait même eu des cas de morts au Japon), il se reconnait à ses couleurs chatoyantes et de par son abondance sur les bois mort, en particulier les vieilles souches. Commun il pousse du printemps à l'automne. On peut le confondre aussi avec l'hypholome doux ou l'hypholomecouleur de brique, tous aussi toxiques.

SAM_4991

 En voilà un bon gros champignon. L'amanite solitaire est plutôt rare et comme son nom l'indique aime la compagnie. Son chapeau est crème à gris et est collant au touché. Sa ressemblance avec des espèces toxiques d'amanites rend complexe sa récolte et sa consommation.

1SAM_49292SAM_4956

3SAM_49234SAM_5181

 D'autres délices se trouvent dans les bois isèrois.

1 et 2: Je pensais avoir à faire à un cèpe "tête de nègre" mais voilà que la chair ressort jaune et que le pied apparaît comme des plus vifs. C'est la première fois que je rencontre ce type de bolets, deux plus exactement lors de cette sortie et au quels je ne peux pas donner de nom. Merci à Heré pour avoir reconnu l'inconnu: le bolet à tubes courts. Il est non comestible.

3 et 4: Le lactaire délicieux se consomme jeune, frit dans de l'huile ou cuisiné au vinaigre comme des cornichons. Souvent confondu avec le sanguin, il verdit facilement par oxydation au contacte de l'air et donne un lait orangé piquant cru.

SAM_5019

 Encore une fois j'ai la chance de croiser la chenille de la pudibonde (calliteara pudibunda) aux élégantes couleurs. La pudibonde est un papillon de nuit timide d'où son nom qui est gris et blanc et possède du "poil au pattes", un vrai phénomène en somme. 

SAM_5048 SAM_5049

SAM_5051 SAM_5053

 Il y a encore des girolles et de belle taille quoique que peu nombreuses. L'humidité fréquente et les températures ont permi leur bon développement. On la trouve sur les sols bien drainés, les bois de hêtres, de châtaigniers, dans la végétation comportant des myrtilles, de la mousse et même des bosquest de noisetiers.Elles apprécient aussi les éclaircies et les clairières forestières.

SAM_4978

 Le laccaire améthyste est un bon comestible qui si on maîtrise son genre, est facile à reconnaître. Toute fois attention à ne pas le confondre avec le mycène pur qui est toxique. Petit, il pousse en abondance comme la chanterelle en tube ce qui rend sa cueillette aisée. Clair voir blanc par temps sec, il pourra apparaître violet foncé après une forte pluie. 

SAM_4972 SAM_4973

SAM_5088 SAM_5093

 Bien sûre par en cette période sort en grand nombre la reine du monde fongique, l'amanite tue mouche. Toxique, ce champignon hallucinogène entretient l'imaginaire humain autours des anciens mythes qui continuent de marquer nos sociétés et notre folklore. Nains, sorcières, lutins et gnomes, c'est tout une ménagerie fantastique et parfois même biblique qui y est rattaché. 

SAM_5084

Bref, l'amanite tue mouche figure parmi mes champignons préférés pour leur haute symbolique et pour ce qu'elles ont pu apporter à l'ethnomycologie, cousine de l'ethnobotanique. Pour mieux la découvrir, voici un petite article de mon cru ici

SAM_4905 SAM_4962

SAM_5131 SAM_4998

 Contrairement à ce que l'on pense dans de nombreux patelins, la calocère visqueuse n'est pas comestible, elle provoque des troubles intestinaux et des vomissements. Cette confusion vient du fait qu'elle ressemble à certaines calvaires comestibles. 

SAM_4995

Le pied de mouton est un excellent comestible qui fait parti des rares champignons à aiguillons, les hydnes. Leur chapeau orange et leur pied blanc sont significatifs. Attentions, la présence d'aiguillons ne signifit pas automatiquement que le champignon est bon, loin de là. L'hydne noir par exemple n'est pas comestible.

SAM_4943 SAM_4967

SAM_4982 SAM_4969

 Soleil + pluie = champignons. De par ce fait il y a de nombreux inconnus qui sont apparus dans les forêts. Ils font le bonheur des nombreux insectes comme celui de ce bousier d'Europe par exemple qui bien que coprophage aime énormément les champignons (ce qui est aussi commun chez un certain nombre de scarabées nécrophages).

SAM_5027

En voilà un autre de bel inconnu. Il pourrait s'agir d'un hébélome ou d'un collybie par exemple mais sans grande conviction. Néanmoins une chose est sûre, quand on ne connaît pas ou que l'on ne reconnaît pas un champignon, on ne prend pas le risque d'y toucher ou d'y consommer.

1SAM_49592SAM_4983

3SAM_49524SAM_5162

Voilà une série de champignons bien originaux.

1: Voilà de bien belles petites pézizes que je ne parvient pas à identifier. Ce genre est si varié que je m'y perd en un rien de temps.

2Les pézizes d'une couleur sont des comestibles sans valeurs. Elles sont petites et sans goût. 

3: La aussi un inconnu qui pourrait se faire passer pour des "doigts du Diable" si leur couleur n'était pas si claire.

4:  Ces tramètes, de loin, m'ont fait espérer tomber nez à nez avec une belle colonie de chanterelles en tube. Il n'en est rien mais ce n'est rien, la forêt en regorge.

SAM_5034

 L'helvelel lacuneuse est un champignon toxique que l'on rencontre du début de l'automne au début de l'hiver. Présenté comme comestible, il faut en manger très peu et bien cuit au risque d'avoir des problèmes d'indigestion. A rejeter donc.

SAM_4938 SAM_5083

SAM_4979 SAM_4994

 Il n'est pas rare de rencontrer de grandes colonies de champignons, parfois en ronds de sorcières, parfois en colonies. Cela vient du fait que le mycélium dans le sol produit parfois de manière spontanée si les conditions sont réunies, de nombreux organes reproducteurs: les champignons. Ainsi un mycélium peut aussibienproduire un que des centaines de champi's à la fois.

SAM_5165

 Le lyophylle conné se rencontre dans les forêts de conifères ou mixtes en altitude où il pousse en groupes et en touffes bien souvent. Peu rependu dans les terrains calcaires, c'est un champignon non comestible car il possède des composés mutagènes.

SAM_5106 SAM_5071

SAM_5001 SAM_5116

 Bien qu'il fasse froid, c'est un vrai plaisir de se promener en forêt. Les oiseaux chantent (en raison de la faible pression atmosphérique dû au temps), les dernières fleurs sont sorties et annonce le début des gelées mais les couleurs douces et chaudes de l'automne réchauffent le coeur.

SAM_5154 SAM_5147

SAM_5136 SAM_5101

1 et 2: Le cortinaire blanc-violet aime les feuillus et les sols acides. Piètre comestible, il ne possède que très peu de goût et peut être confondu avec des nombreuses espèces du même genre toxiques. Mieux vaut ne pas le ramasser.

3: Voilà un bel inconnu à la tête haute, au pied élancé et quelque peu courbé.

4: L'amanite citirne se rencontre pendant l'été et l'automne. Elle exalte une drôle d'odeur de pomme de terre cru ou de radis frais mais il ne faut pas oublier qu'elle fait parti des champingons que l'on ne consomme qu'une fois. En effet, elle est mortelle.

 

Et au coin des cèpes?

SAM_5193

 Il y a quelques temps de cela, nous avons fait une récolte de cèpes formidable sur une ère de pique-nique: une trentaine en l'espace d'un quart d'heure. Depuis nous y sommes retourné mais la réussite n'était pas là. Pour se souvenir de la récolte c'est ici.

1SAM_51872SAM_5190

3SAM_51854SAM_5191

Cette fois pas grands choses à se mettre sous la dent, il y a toujours autant de bruyères mais pas la queue d'un cèpe, tout justes quelques bolets rudes (3) pour nous jouer de mauvais tours, quelques amanites panthères (4) qui pointent le bout de leur nez ou des amanites tue-mouche (1 et 2), signe que le coin est une terre à cèpe ce qu iest une bonne chose.

SAM_5184

Sincèrement, qui ne se serait pas fait prendre devant ces beaux chapeaux avant de voir qu'il s'agit de bolets rudes aux pieds frêles parsemés de gris et de blanc?

SAM_5207 SAM_5210

SAM_5206 SAM_5215

Mais arrêtons de râler, la balade a été superbe, la récolte prolixe, quoi de mieux? D'ici peu retour dans les bois pour de nouvelles découvertes gustatives mais aussi visuelles. En tout cas ça fait du bien de pouvoir traîner les pieds en forêt.

 

mercredi 2 octobre 2013

Sortie en forêt 37.

SAM_4234

Dernière sortie avant les vendanges qui débutent après demain, du moins dans le Beaujolais. Peu de lumière filtre à travers les arbres qui perdent leurs feuilles et la pluie est même venue se rejoindre à nous ce qui a rendu par moment la prise de photo difficile. Dommage car il y avait beaucoup à voir et même à déguster.

1SAM_42302SAM_4235

3SAM_42384SAM_4239

Visite du nouveau coin de cèpes découvert samedi et qui s'est révélé être prolixe.

1: Un cèpe oublié et par chance, peu véreux a fini sous la dent d'une limace. Tant mieux car de par ses excréments elle "ressèmera" les spores.

2: La toute petite amanite tue-mouche rencontrée la dernière fois est en train de devenir un très beau spécimen. On raconte qu'il lui faut 8h pour sortir de terre, se déployer et dépérir. Cette observation dément cette idée reçue.

3 et 4: De jolis inconnus sont venus s'installer au bords de la route, indiquant l'activité fongique du coin.

SAM_4242

Un cèpe d'été? non raté, une simple russule belette qui pendant quelques secondes m'a donné l'espoir d'en trouver un blottit dans la mousse.

1SAM_42432SAM_4245

3SAM_42484SAM_4249

1 et 2: La non plus ce n'est pas un cèpe d'été ni un cèpe tout court car il faut savoir que si les cèpes sont des bolets, tout les bolets ne sont pas des cèpes. Ici il s'agit d'un petit bolet amer ou bolet du fiel au pied étonnamment long au goût très désagréable.

3 et 4: La mousse abondante dans la forêt absorbe l'humidité. Quand de fortes chaleurs apparaissent, le choc thermique entre les températures ainsi que ces réserves d'eau permettent aux champignons de s'épanouire.

SAM_4259

La vesse perlée se reconnaît aux petites boules rondes comme des perles qui se trouvent entre des "picots". Ce joli champignon n'est pas considère comme comestible.

1SAM_43932SAM_4394

3SAM_42534SAM_4254

Les champignons des champs s'invitent dans les bois.

1 et 2: Voilà de jolis agarics, famille à la quelle appartiennent les rosés des prés. Ici il s'agit d'une espèce cousine, l'agaric des bois qu'il ne faut pas confondre avec certaines amanites ou avec l'agaric jaunissant.

3 et 4: La lépiote élevée se  trouve aussi bien en forêt que dans les champs mais il ne faut pas la condre avec les espèces plus petits et parfois mortelles. 

SAM_4264

Le clitopile nébuleux est considère comme bon comestible mais ne plaît pas à toutes les bouches ni à tous les estomacs. Il dégage une forte odeur qui peut être associée à de la farine ou à du fromage blanc. Il ne faut pas le confondre avec le très  dangereuse entolome livide qui peut être mortel chez les enfants, les personnes âgées ou affaiblies.

SAM_4270 SAM_4272

SAM_4276 SAM_4277

Voici un exemple de confusion possible dans un même biotope, à savoir sous des pins pectinés et quelques feuillus, dans la mousse et les aspértules odorantes.

1 et 2: Le lactaire délicieux est à tort confondu avec le lactaire sanguin, très proche d'apect mais rouge dans son apparence et de par son lait. Le lactaire délicieux reste un bon comestible jeune et frit.

3 et 4: Il ne faut pas le confondre avec le lactaire scrobiculé qui se trouve à quelques pas de lui. On peut le trouver sous les sapinières, les forêts mixtes et même les bordures de champs. Non comestible pour l'Homme à la vu de son âcreté, il semble plaire aux vaches qui aiment le brouter.

SAM_4308

L'agaric des forêts est un bon comestible qui lui aussi est proche du rosé des prés et de l'agaric des bois . C'est un bon comestible assez recherché. Cette année plusieurs morts sont imputées à la confusion de ce derniers avec des lépiotes ou des amanites mortelles alors prudence.

1SAM_42992SAM_4301

3SAM_43184SAM_4319

1 et 2: Difficile de voir à quoi ressemble ce champignon de loin, on pourrait croire qu'il s'agit d'une grosse vesse. Quand on s'approche de celui-ci et que l'on y regarde de plus près, on peut voir qu'il s'agit d'une jolie amanite amanite ovoïde.

3 et 4: A titre d'exemple, voici quelques vesses de loup perlées.

SAM_4283

Un brève éclaircie nous permet de mieux voir un court instant ce qui nous entours et de pouvoir prendre plus facilement quelques clichés.

1SAM_43132SAM_4332

3SAM_43434SAM_4344

Voici quelques nouvelles espèces à rajouter au tableau de chasse de cette année (enfin deux la première ayant été identifiée lors de la dernière sortie).

1: La clavaire chou-fleur est comestible jeune (et est très apprécie dans l'Est de la France), il se reconnaît à sa couleur vive et à sa ressemblance avec le corail.

2: Proche cousine, la clavaire élégante est semblable à cette dernière mais reste moins prisée.

3 et 4: Je pensais avoir reconnu dans ces champignons le clitocybe nébuleux, là aussi raté, il faudra attendre un peu avant de les nommer.

SAM_4361

Retour des nuages et de la pluies qui pour le moment, et à la vue de ce cliché flou, n'aura pas de nom.

SAM_4398 SAM_4399

SAM_4415 SAM_4404

De nombreuses amanites tue-mouches sont sorties depuis notre passage. Elles ont enfin leur propre (et long) article ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2013/10/01/28123812.html

SAM_4396

Certaines dessinent mêmes des ronds de sorcières parfaits.

1SAM_43682SAM_4370

3SAM_43784SAM_4349

Pour la suite quelques champignons à la drôle de forme.

1 et 2: La calocère visquese est un champignon a rejeté car il peut provoquer des problèmes gastriques.

3: Les vesses de loup piriformes sont comestibles jeunes quand la chair encore blanche. C'est un champignon commun.

4: Le champignon observé samedi à commencer à fendre son enveloppe protectrice et laisse deviner, sous la masse gélatineuse un japeau jaune. Néanmoins le mystère demeur.

SAM_4390

Les chantrelles en tubes prennent désormais de belles tailles bien que le pied ne dépasse jamais les 5-6 centimètres ou que très rarement.

SAM_4409 SAM_4407

SAM_4410 SAM_4411

On nomme souvent à tort la girolle chanterelle mais les deux espèces appartiennent au même genre.

1 et 2: Les chanterelles en tubes se distingues par leur petite taille, leur chapeau plat brun et leurs sillons marqués et clairs.

3 et 4: Les girolles elles sont beaucoup moins frêles, souvent de belle taille et entièrement jaunes.

SAM_4356

Le pied de mouton est un excellent comestible qui a la particularité de n'avoir ni lamelles, ni tubes pour diffuser ses spores mais des aiguillons.

1SAM_44182SAM_4419

3SAM_43804SAM_4381

1 et 2: Les pieds bleus sont de bons comestibles très recherchés qui ne sont pas fait pour les estomacs. En fonction du milieu et de la luminosité ils peuvent pousser avec un chapeau marron qui s'éclircira en vieillissant pour devenir bleuté comme l'enssemble du champignon.

3 et 4: Le clitocybe orangé peut être confondu avec la girolle ou le dangereux clitocybe de l'olivier. C'est un bon comestible que certains estomacs digèrent mal.

SAM_4353

Un cèpe? Là non plus il n'en est pas cas, il s'agit d'un bel inconnu qui sous la pluie s'avère trompeur.

SAM_4320 SAM_4321

SAM_4372 SAM_4322

L'hypholome en touffe est non comestible à raison de sa forte odeur, de son goût amer et des troubles digestifs qu'il provoque. De plus ses couleurs vives sont des plus dissuasives.

SAM_4335

Surprise, dans la mousse un pied de cèpe sectionné. Enfin un indice et de taille, celui-ci indique la présence effectif du champignon mais aussi que nous ne sommes pas les seuls à être sur ses traces.

1SAM_43372SAM_4338

3SAM_44174SAM_4365

D'autres indices apparaissent dans le paysage.

 1 et 2: Dans l'umus et la mousses des trous se dessinent, laissant penser que les occupants de ceux-ci ont été prélevés.

3: Un énième faux espoir se présente.

4: Pourtant la forêt et son biotope nous indiquent que nous ne sommes pas loin du but.

SAM_4316

Et enfin les beaux et bons cèpes d'été se présente à nous. Malheureusement une bonne partie d'entres-eux sont véreux ce qui gâche un peu le plaisir.

SAM_4324 SAM_4325

SAM_4327 SAM_4401

Résultat, une dizaine de bouchons ce qui indique qu'une nouvelle pousse s'amorce. Il faudra veiller au grain en scrutant le ciel pour espérer faire une nouvelle cueillette.

SAM_4423

Il fait bien gris dehors et même mieux, la pluie a redoublé d'effort, m'obligeant à sortir le flash. Bien que les délicieuses trompettes de la mort soient au rendez-vous, la luminosité et le temps ont eu raison de nous.

SAM_4445 SAM_4450

SAM_4452 SAM_4449

Mais avant de partir, une jolie rencontre avec cette salamandre tachetée nous permet de mieux faire connaissance avec ce batracien que nous ne croisons plus qu'occasionnelement. Elle peut mesurer entre 20 et 25 cm et celle-ci doit aisément les approcher vu sa taille. Cet animal incroyable à la capacité de faire repousser un doit ou même une partie de patte si ceux-ci sont sectionné. Il y aurait encore beaucoup à dire sur elle... dans un prochain article.

En tout cas ce fût comme toujours une belle balade quoi qu'un peu fraîche.

lundi 30 septembre 2013

Sortie en forêt 36.

SAM_4170

Aujourd'hui très grosse récolte! Les bois regorgent de champignons pour notre plus grand bonheur mais attention à ne pas se tromper. Par exemple dans nos beaux paniers, cèpes et amanites tue-mouche sont dissociés pour éviter toute contamination. Les premières finiront dans l'assiette, les secondes en décoration après avoir été manipulées avec précaution. Dans cette sortie je suis accompagnée de mon amie Poppy.

1SAM_39122SAM_3914

3SAM_42004SAM_4201

Dans les bois il est encore possible de croiser quelques chenilles. Celles-ci passeront une partie de l'Automne, du Printemps et l'intégralité de l'Hiver sont forme de chrysalides enfouies dans le sol ou cachées derrière une écorce.

1 et 2: Voici la chenille de la pudibonde, Calliteara pudibunda, un joli papillon de nuit que l'on trouve partout en France jusqu'à 1000 mètres d'altitude et qui vole de mai à juin. La chenille est polyphage est apprécie de nombreuses essences de bois comme celle du tilleul, du noisetier ou encore du pommier.

3 et 4: Rencontre avec la chenille du bombyx de la ronce, Macrothylacia rubi.  Lui aussi est un nocturne. Sa chenille est souvent confondue avec la chenille processionnaire mais ne pique pas. Elle est également polyphage et a une croissance lente qui démarre en juin.

SAM_3920

Un oeuf par en cette période? Sûrement la relique d'un nid qui avec la pluie et le vent a chuté. Au vu des motifs je m'avencerai pour un oeuf de fauvette grisette mais sans conviction.

SAM_3980 SAM_4034

SAM_4043 SAM_4045

Les voilà enfin sorties, les belles amanites tue-mouche! je ne m'étendrais pas trop à leur sujet car bientôt elles auront leur propre article dans la rubrique "Plantes et organismes remarquables" ou magie et émerveillement, ça reste à voir. Pour le reste, ces amanites font partie des champignons toxiques à regarder avec les yeux ou du moins, à manipuler avec précaution.

SAM_3960 SAM_3964 SAM_3961 SAM_3975

Autre chose à savoir sur elles et de première importance, là où elles poussent les cèpes sont rois. En effet les deux espèces sont réputées pour cohabiter ensemble. Ainsi ces petites têtes rouges parsemées de blanc sont un indicateur précieux.

SAM_3967

Le lactaire sans lait est en réalité un russule (dans certaines régions on le nomme russule sans lait). Il peut prendre des proportions impressionnantes et s'étend en ronds de sorcière dans nos bois. Malheureusement c'est un piètre comestible avec un goût souvent déplaisant.

1SAM_39682SAM_3982

3SAM_40294SAM_4031

C'est rond, c'est mignon mais ce n'est pas comestible pour autant, dommage.

1: La vesse de loup hérissée n'est pas comestible mais est atypique. On la croise à l'automne dans de nombreuses forêts.

2Le lycoperdon brun d'ombre fait parti lui aussi des familles des vesses. Il es non comestible et devient brun foncé quand il est à maturité et qu'il relâche ses spores.

3 et 4: Voilà un champignon qui sort de terre. Aucune idée sur son identité, j'étais partie sur un satyre puant mais désormais j'y vois plus la sortie d'une grosse amanite. Au touché, la membrane à l'aspect de la peau.

SAM_3936

Des gymnopiles pénétrants se délectent d'une vieille souche au croisement de la route et de la forêt. Ce champignon toxique se trouve de la fin de l'été à la fin de l'automne.

SAM_3930 SAM_3923

SAM_3940 SAM_3942

Rassurez vous, en forêt il n'y a pas que des champignons, quoi que ...

1: Le chèvre-feuille est en fleur et par endroits, donne déjà des baies rouges et sucrées mais il ne faut pas s'y fier, elles sont extrêmement toxique! Néanmoins quand il fleurit il dégage une odeur très agréable.

2: Les punaises Coreus marginatus vaquent à leurs amours dans la végétation dense et humide.

3 et 4: La terrible belladone ne fleurit plus mais donne des jolies baies bleues-noires mortelles qui à maturité se détache de la plante en laissant un jolie étoile dorée à la place.

SAM_4012

Le lentin en colimaçon ou lentin anisé est un champignon lignicole comestible jeune mais de piètre comestibilité. Il a la particularité de sécher et non de pourrir quand il devient vieux.

SAM_3922 SAM_4019

SAM_4026 SAM_4028

Reine des reines, la girolle. C'est un excellent comestible très recherché pour sa saveur douce et parfumée ainsi que sa chair qui même après cuisson reste ferme. Elle ne craint pas les insectes et posséderait de puissantes propriétés insecticides. En Europe il y aurait 6 espèces bien distinctes, dans le reste du globe une vingtaine, toutes comestibles. Bref, c'est le top du top!

SAM_3929

Une amanite citrine toute délavée a déployé son chapeau. Faiblement toxique voir même comestible (mais de très mauvais goût), il ne faut psa la ramasser.

1SAM_39442SAM_3947

3SAM_39584SAM_4108

1et 2: Les armillaires couleur de miel ont envahi sur plusieurs mètres le bord de la route. Comestibles très jeunes car toxique en vieillissant (présence de pourriture sur les champignons), il est néanmoins à éviter par ceux qui ont l'etomac fragile. 

3 et 4: Le bolet poivré est un petit l'un des plus petits du genre. Inconsommable à raison de son goût trop prononcé, il a autrefois été utilisé comme condiment après avoir été séché puis réduit en poudre.

SAM_3926

Malheurs de malheur, mon bois à trompettes a été décimé. Les braves châtaigniers sont tombés. C'est triste mais je sais que par expérience que dans 6 à 10 ans le coin aura à nouveau des trompettes de la mort, peut être plus tôt encore. 

1SAM_40862SAM_4102

3SAM_40874SAM_4088

1 et 2: Le pied de mouton est un champignon de la famille des hydnes. Ils se caractérisent pas la présence de tubes sous leur chapeau pour disperser les spores. Tous les champignons de cette famille ne sont pas comestibles mais les pieds de mouton sont excellents et même réputés.

3 et 4: La famille des calvaires regroupe une grande variété de champignons à la forme atypique de fourchette et très rarement comestibles. Ici il s'agît d'une calvaire crêtée qui gustitativement n'a aucun intérêt.

SAM_4093

La russule dorée et avec la russule verdoyante/verte la meilleur des russules. Néanmoins il ne faut pas la confondre avec la russule émétique qui peut provoquer de sévères troubles digestifs.

1SAM_40512SAM_3993

3SAM_39954SAM_4008

1 et 2: Le laccaire améthyste est un excellent champignon qui peut être violet ou orange mais qui peut se confondre avec de nombreux autres champignons parfois toxiques.

3 et 4: J'avais espoir de trouver des lactaire savoureux (parfois confondus avec les sanguins) mais j'ai été abusé par ces lactaires saumons, piètres comestibles qui ont vite été identifiés.

SAM_4001

La russule feuille morte est un comestible moyen qui est abondant pendant l'été mais plus rare à l'automne.

1SAM_40482SAM_4037

3SAM_40404SAM_4042

Quelques créatures se sont aventurées dans l'obscurité du sous-bois.

1: Un papillon (inconnu) est caché dans les épines de sapin de même couleur. Mal au point il semble fuir quelque chose.

2, 3 et 4: Il se pourrait bien que ça soit cette belle grenouille rousse. On la trouve partout en France sauf sur une mince partie du territoire dans le sud de la France qui s'étend sur le sommet de la région sud, des Pyrénées jusqu'aux Alpes. Bientôt elle ira s'enfouir dans la vase, tout au fond d'une mare où elle hibernera et respirera par sa peau, ses besoins en oxygènes étant plus faibles.

SAM_4060

Le tricholome rutilant est un champignon non comestible car très (trop) amer. De plus il est suspecté d'être toxique mais qu'est-ce qu'il peut être beau avec sa robe jaune et rose. (Je sais, je sais c'est le même commentaire que dans mon dernier article sur ce champignon mais je suis en panne d'inspiration).

1SAM_40982SAM_4099

3SAM_40904SAM_4091

Voilà un exemple de confusion possible qui chaque année fait desvicitmes. Alors certes en photo la différence est flagrante, sur le terrain beaucoup moins pour un novice, en particulier quand il fait sombre comme ces jours-ci.

1 et 2: L'amanite ovoïde est appelée coucoumelle mais à la différence de la coulemelle elle est un champignon non comestible et même toxique à rejeter. De plus on peut la confondre avec des espèces bien plus dangereuses comme l'amanite proxima.

3 et 4: Une fois de plus, il y avait de nombreuses lépiotes élevées. Excellent champignon il ne faut pas la confondre avec des espèces plus petites comme la lépiote châtaigne qui peut être mortelle.

SAM_4078

Le corpin noir d'encre est un piètre comestible qui peut se manger très jeune mais oblige tout abstinence en vers la consommation d'alcool pendant 24 heures.

1SAM_40692SAM_4075

3SAM_40714SAM_4065

1 et 2: En bordure de forêt s'étend un grand champs. Dans celui-ci des vaches broutent tranquillement. Quelques rosés des près poussent mais la plus part sont hors d'âge.

3: Le marasme des oréades est un excellent champignon qui pousse dans les pâturages mais dont il faut retirer le pied pour en faire la consommation.

4: Les agarics des bois sont comme leurs cousins des prés de très bons comestibles. Néanmoins il ne faut pas les confondre avec psalliote jaunissante, un dangereux champignon toxique et très semblable.

SAM_4122

La calvaire en chou-fleur est un piètre comestible vieux, très bon jeune et recherché dans l'est de la France. On la trouve pendant l'été et l'automne, en particulier sous les hêtres.

1SAM_40672SAM_4061

3SAM_39724SAM_3974

Dernières rencontre dans le bois avant de rentrer dans le vif du sujet avec notre merveilleuse récolte de cèpes.

1 et 2: L'hypholome en touffe est non comestible à raison de sa forte odeur, de son goût amer et des troubles digestifs qu'il provoque. De plus ses couleurs vives sont des plus dissuasives.

3 et 4: Tout premier cèpe de Bordeaux (boletus edulis) trouvé par Poppy, quel bonheur de rajouter ce bijou au tableau de chasse, le roi des rois du genre. C'ette rencontre semble être un présage aux vues de la suite de la promenades.

 

Une formidable cueillette:

SAM_4128

Cachées mais proche du bord de route, nous avons eu tout loisir à nous atteler à la plus belle des activités, la cueillette des cèpes.

SAM_4146 SAM_4203

SAM_4210 SAM_4212

Et pourtant ce n'était pas gagné. Satisfaites de notre panier bien remplit de marasmes des oréades, de rosés des près, de girolles, de pieds de moutons, de chanterelles en tube et de notre cèpe de Bordeaux adoré, nous nous dirigeons vers la voiture pour rentrer, et comme nous avions mal au pattes, la décision est prise de passer par un raccourci, une aire de pique-nique sauvage composé de quelques arbres (pins et feuillus), de hautes fougères aigles, de bosquets de genêts et surtout de larges touffes de bruyères. Un très beau paysage en sommes mais rien d'extraordianire non plus.

SAM_4135

Mais voilà que surprise, un puis deux, puis trois, puis quatre... bref tout un champs de cèpes d'été s'offre à nous! Un pur délice, même mieux, du rêve caché sous les hautes herbes. A chaque départ pour la voiture, à chaque pas c'est de nouvelles têtes bronzées qui s'offrent au regard.

SAM_4137 SAM_4140

SAM_4191 SAM_4136

Cachés dans l'herbe c'est le mot. Les voilà blottis les uns contre les autres et qui par endroit forment des ronds de sorcière. 'est la toute première fois que je les rencontre dans un tel biotope. Dans l'heure précédente notre sortie, 5 cèpes d'été, de petits bouchons plus ou moins véreux ont été trouvé dans la mousse, sous l'épais feuillage des arbres.

SAM_4151

La récolte est prolique, au totale nous comptons dans le panier 30 cèpes mais 4 d'entre eux seront rendus à la nature vu leur état piteux. Espérons qu'ils auront une descendance prospère pour le plus grand plaisir de nos estomacs.

1SAM_41522SAM_4154

3SAM_41664SAM_4134

1 et 2: Pour réussir cette collecte j'étais accompagnée de la fée Poppy qui parmi les hautes fougères n'a laissé que peu de chance aux cèpes en se montrant redoutable.

3: Faux espoir, parmi les délicieux cèpes ce cachent quelques bolets des charmes, de piètres comestibles qui ont le défaut de noircir à la cuisson ce qui les rends peu appétissants.

4: Il faut surtout prendre garde à la terrible amanite panthère qui se fait compagne des délicieux champignons.

SAM_4149

On peut comprendre leur présence par le tapis de mousse qui pendant les périodes de fortes chaleurs a retenu l'eau et qui a pu être un déclencheur de cette jolie pousse.

SAM_4126 SAM_4156

SAM_4163 SAM_4162

Bref pour ma part je ne m'en lasse pas. Seule remarque, quelques bolets amers se sont glissés dans les vrais cèpes. Pas de panique ils ont vite été retirés pour éviter toute mésaventure culinaire.

SAM_4189

Et voilà la plus belle des récompenses, un panier qui déborde des précieux champignons. Aujourd'hui leur glas a sonné. Ail, beurre et persil ont composé la plus belle des symphonies.

SAM_4194 SAM_4188 SAM_4205 SAM_4182

Quelques photos pour immortaliser leurs dernières instants dans leur milieu.

1SAM_42082SAM_4213

3SAM_41834SAM_4219

1: Une lépiote élevée c'est aussi cachée sur les herbes hautes. Pourtant elle ne s'échappera pas.

2: A notre départ et pour clore l'histoire, la fée Poppy rendit son bien à Dame Nature.

3: Résultat de notre promenade, un beau panier d'amanites tue-mouche pour décorer la maisonnée.

4: Rajoutons à cela notre récolte de cèpes et de divers champignons, un vrai plaisir.

SAM_4173

Bref, c'est une bonne, bonne, bonne journée.

Et merci au blog de Passion-champignon que l'on retrouve ici http://mycologia34.canalblog.com/archives/2011/06/01/18848229.html pour toutes ces précieusesinformations sur le monde fongique.

45314494_p