dimanche 15 septembre 2013

Sortie en forêt 34.

P1060049

Qu'il fait beau. On profite de la nature et des sorties en sauvage avant que la pluie ne vienne nous chagriner. La nature connait un regain d'activité et il plaisant de l'observer.

1P10600562P1060156

3P10601514P1060164

1 et 2: Le mélitée du Mélampyr est aussi nommé damier Athalie. Il est en voie de régression dans la plupart des zones où il vit. On le trouve de la mi-mai à la fin octobre dans toute l'Euopre, au Japon et les zones tempérées d'Asie jusqu'à 1600 mètres. C'est un papillon des lisières et des bords fleuris. 

3: Dans le coeur d'une fleur de carotte en fenaison, une araignée  a formée son nid. Il se voit ainsi abrité des ses ennemis naturels mais aussi des intempéries.

4: L'épeire fasciée ou agriope frelon est une araignée de belle taille. Celle-ci déguste une sauterelle qui s'est laissée prendre dans sa toile. Depuis le 19e elle est en expansion en Europe. Ses rayures agissent comme un leur en vers ses proies ce qui la rend également vulnérable à ses prédateurs. En cas de danger elle fait vibrer violemment sa toile avant de se laisser tomber dans la végétation.P1060064

Il fait plutôt beau voir même chaud (pas comme les jours à venir) et la fraîcheur d'un petit chemin forestier est la bienvenue. Les feuilles commencent à tomber et rapellent il ne reste plus qu'une semaine avant l'automne.

P1060072 P1060070

P1060071 P1060076

Dans le bois velanois, rencontre avec la Tour O'Mahony. Cette très vieille tour qui se trouve dans la forêt, au bout d'un chemin forestier et à proximité d'un champ, fût érigée au 19e siècle comme pavillon de chasse puis servit sous la première guerre mondiale de détachement pour les soldats. Elle appartenait à la famille du même nom, une seigneurie Irlandaise immigrée en France et dont il existe une large généalogie que l'on êut retrouver .

P1060083

Si on regarde à proximité de la tour, on peut trouver dans les taupinières qui l'entour des vestiges de l'activité humaine passée comme ce morceau de verre ou un autre de faïence.

1P10601072P1060109

3P10601414P1060216

1 et 2: Le bolet pomme de pin est champignon étonnant qui me surprend toujours quand je le rencontre. Son apparence atypique avec ses écailles noires évoquent en effet une pomme de pin. En vieillissant il devient complètement noir et passe souvent inaperçu. C'est un piètre comestible plutôt rare qu'il est bien plus agréable de contempler que de manger.

3 et 4: Le scléroderme vulgaire nommé aussi orange, citron ou commun. On le trouve à la fin de l'été jusqu'à a mi-automne. Il n'est pas commestible et serait même toxique. Certains vendeurs peut scrupuleux peuvent l'incorporer dans des préparations dites à base de truffes pour faire croire que c'est effectivement le cas car la chaire de se champignon est noire.

P1060093

La collybie radicante se développe généralement de manière solitaire. C'est un comestible sans grande saveur qu'il faut prendre garde à ne pas confondre avec d'autres espèces. Il aime le bois mort, en particulier les vieilles souches de hêtre.

1P10601012P1060131

3P10601744P1060175

1: Le lactaire poivré est un champignon non comestible en raison de son goût très prononcé de poivre. Séché puis réduit en poudre, il servait autrefois d'épice.

2: Le russule émétique est lui aussi non comestible et peut donner des mots de ventre. Celui-ci a été grignoté par les limaces et est utilisé comme abri par un petit grillon.

3 et 4: La russule verte est la meilleur du genre mais peut aussi être confondue avec des espèces plus dangereuses voir mortelles comme l'amanite phalloïdes! Attention donc.

P1060112

Ce n'est pas encore temps mais bientôt on pourra récolter les premières châtaignes! Miam, mais pour le moment c'est les fruits du sureau qui finissent dans le panier.

P1060124 P1060127

P1060126 P1060125

Surprise, rencontre avec... un pin maritime! En pleine forêt il a prit ses aises et a été épargné par la tronçonneuse du bûcheron. Ses pommes de pins seront fort utiles pour les ateliers à venir. En attendant, si on regarde d'un peu plus près ce conifère, on s'apperçoit que c'est une plante aux nombreuses vertus: hormis sont utilisation pour l'industrie du bois, les composantes de son écorce soigneraient l'hyper-activité. Au Portugal on récolte sa sève.

P1060117

Au même endroit on peut avoir une très belle vue sur une partie du pays Velanois.

P1060224 P1060225

P1060192 P1060193

Le sceau de Salomon odorant se porte plutôt bien, celui-ci propose des fruits mûres et de jolies feuilles délavées. Pour connapitre tout les bienfaits de cette plante qui, il ne faut pas l'oublier, toxique, rendez-vous dans la rubrique du tome 5 ou ici.

P1060122

Sur un plant de ronce, cachée derrière une feuille, une jeune sauterelle verte joue à la timide. Vorace, cette carnassière est à l'affût d'une proie.

P1060167 P1060171

P1060173 P1060169

Autre monumment de Velanne, le Sacré-coeur. Haut de plusieurs mètres, un escalier permet de monter jusqu'aux pieds de la statu pour contempler le paysage et faire des offrandres dans une petite loge dans la pierre réalisée à cette effet. Si on s'en référe à Wikipédia, (article complet ici) le sacré coeur se définit aisni: Le Sacré-Cœur est une dévotion au Cœur de Jésus-Christ, en tant que symbole de l'amour divin par lequel le fils de Dieu a pris la nature humaine et a donné sa vie pour les hommes. Cette dévotion est particulièrement présente au sein de l'Eglise catholique romaine.

P1060220

Et puis comme toujours les stars du panier, les girolles qui ont eu un peu du mal à le remplir cette fois-ci mais qui se sont révélées fort délicieuses le soir venu.


samedi 24 août 2013

Sortie en forêt 32 (bis).

SAM_1395

 Le soleil est radieux et il fait frais  dans les bois, c'est l'occasion de sortir en forêt et d'explorer des coins que l'on a jamais vraiment prit le temps d'inspecter plus que ça.

SAM_1403 SAM_1419

SAM_1406 SAM_1430

Sur place, beaucoup de russules: vertes, comestibles, de Sardoine, émétiques.... mais les plus communes sont les russules feuilles-mortes, des comestibles moyens mais très beaux qui peuvent prendre de sacrées dimensions!

SAM_1412

Première surprise, 3 jolis bolets à pied rouge. Connus et recherchés par les amateurs, nous ne les ramassons pas car il n'est pas de tradition dans la famille de les cuisiner.

1SAM_14272SAM_1428

3SAM_14904SAM_1491

Le bolet à pied rouge n'est pas le seul du genre à s'épanouir dans les bois:

1 et 2: Le bolet blafard à pied rouge est proche de son cousin cité dans l'énnoncé. Tout comme lui il est toxique cru. C'est un bon comestible qui est assez rare, surtout dans nos bois.

3 et 4: Le bolet rude est relativement commun chez nous. Piètre comestible, on le voit du début de l'été au milieux de l'automne. Quand il fait sec on le trouve dans le lierre rampant.

SAM_1484

Le bolet pomme de pin a une drôle de tête. En vieillissant il devient noir et ses écailles bien visibles ce qui lui vaut son nom.

1SAM_15002SAM_1511

3SAM_14754SAM_1517

D'autres bolatacées mais pas que...

1 et 2: Le bolet orangé peut se confondre avec d'autres proches cousins comme le bolet orangé du chêne. Il est bon comestible mais comme beaucoup des bolets, ça chair à la coupe devient noir ce qui n'est pas des plus appétissant.

3: Le fallus puant tient son nom non seulement de sa forme évocatrice mais aussi de la forte odeur qu'il dégage pour attirer les mouches qui dissémineront ses spores. Celui-ci semble avoir tourné de l'oeil.

4: Ma foi, une fois de plus voici quelques beaux inconnus.

 

SAM_1452

Première lépiote élevée de l'année! Celle-ci finira séchée dans le grenier en attendant que ces amis et consoeurs ne la rejoigne. Ces champignons délicieux aux goût de noisette figurent parmi mes préférés.

SAM_1488 SAM_1489

SAM_1515 SAM_1520

Une fois n'est pas coutome, les amanites rougissantes se donnent en spectacle. Bonne comestibles, nous n'en sommes pas assez familier pour les ramasser mais c'est toujours un plaisir de les voir pousser.

SAM_1449

L'amanite vaginée est un champignon très toxique qui parfois était utilisé dans les rituels magiques, en particulier sa marge contre les brûlures.

1SAM_14832SAM_1480

3SAM_15224SAM_1531

Quelques autres belles trouvailles:

1: En cette période les guêpes maçonnes sont en pleine effervescence, il 'est pas rare de trouver un ou deux reliquats de leur nid.

2: Les fourmillièresalpines sont bien plus grandes que celles de pleines car le sol pierreux leur empêche d'enfouir leur colonie comme il est coutume aux deux-tiers dans la terre. Celle-ci prend des proportions gigantesques.

3 et 4: Deux nouvelles cabanes fort esthétiques sont apparues dans les bois.

SAM_1508

Et après tout cela, on prend le temps de savourer le paysage dans une éclaircie de la forêt. Sous vos yeux, Miribel-les-Echelles. Et j'oubliais, pour finir voici notre triste panier, au compteur: un cèpe d'été et une coulemelle.

SAM_1454

vendredi 23 août 2013

Sortie forêt 32.

SAM_1236

Petite sortie aux girolles cet après-midi. Il fait beau et chaud mais la présence d'une source au coeur de la forêt nous laisse l'espoir de trouver à proximité de celle-ci quelques beaux spécimens.

1SAM_12992SAM_1364

3SAM_12534SAM_1251

Entrons tout de suite dans le vif du sujet:

1: Elles étaient bien au rendez-vous, cachées sous le houx et les ronces, dans une côte pentue surmontée de grands frênes.

2: Après la récolte du premier beau panier, direction une petite sapinière qui d'oridinaire est plutôt fréquente. Ça ne rate pas, là encore nous remplissons notre panier. Il n'y a pas à dire, c'est une journée prolixe que nous avons eu.

3 et 4: On pourrait penser que le jaune éclatant des girolles les rend facilement repérable mais il n'en est rien. Entre les feuilles mortes et les fanes des hêtres, il est bien difficile de les voir.

SAM_1379

En tout cas cela fait une belle gamelle de champignons et encore, toute la récolte n'y rentre pas!

1SAM_12382SAM_1239

3SAM_12344SAM_1237

Il a donc dans les bois quelques beaux champignons, mais il ne faut pas pour autant oublier les plantes et fleurs qui les peuplent.

1: La verge d'or du Canada est une plante invasive que l'on retrouve aussi dans le jardin et qui possède de nombreuses vertus médicinales.

2: C'est cette même plante semble beaucoup plaire à la lepture tachetée. On retrouve sa larve dans le bois des feuillus et des conifères.

3: L'épilobe hérissé ou épilobe à grandes fleurs aime pousser dans les zones humides. 

4: Les grandes fougères aigles couvrent toute la côte qui précède l'entrée dans la forêt. Séchées elles serviront d'insecticide.

SAM_1247

Parfois, quelques champignons aux teintes proche des girolles, cachés sous la mousse, nous donnent de faux espoirs. Ce n'est qu'en s'en approchant que l'on comprend où est l'erreur.

1SAM_12212SAM_1222

3SAM_12614SAM_1225

1 et 2: Le temps des moissons est passé, il ne reste que dans le paysage les champs de tournesols et de maïs. Le blé, l'orge, l'avoine et le foin ont été ramassés.

3: Le frêne est l'ami des girolles, même si il n'est pas systématiquement associé à ce champignon, c'est un bon indicateur.

4: Les têtes de nègres, un autre cèpe délicieux que nous n'avons pas trouvé depuis fort longtemps pousse parfois dans l'herbe, sous de grands châtaigniers. Cette année encore nous ne les avons pas encore croisés.

SAM_1284

L'unique cèpe trouvé lors de cette sortie familiale, un cèpe d'été, affiche une belle taille mais aussi un grand âge ce qui le rend impropre à la consommation. Espérons que pour l'an prochain, il assure une descendance nombreuse.

1SAM_12742SAM_1285

3SAM_12934SAM_1288

Quelques autres jolies trouvailles:

1: Cette astrée hygrométrique. Elle est connue pour sa faculté à se replier sur elle même quand il pleut.

2: Voilà un drôle de champignon non identifié.

3: Un geai c'est fait plumé, sur place il ne reste plus q'un gros tas de plumes ternes mais aussi quelques unes avec un bleu étincellent qui finirons dans ma collection.

4: N'oublions pas la star des bois q'uici nous rencontrons de partout, l'amanite rougissante ou golmote.

SAM_1242

Et pour finir, une russule comestible qui a été sauvagement attaquée par les limaces et autres cloportes.

 

jeudi 15 août 2013

Sortie en forêt 31.

SAM_0642

Encore une sortie en forêt, où la chance est avec nous. En effet l'activité fongique commence tout juste ce qui promet de très belles cueillettes à venir. En attendant, si on lève la tête on peut avoir l'occasion de voir les accenteurs-mouchets effectuer des allers-retours pour nourrir leurs petits qui viennent d'éclorent, laissant tomber au sol quelques coquilles.

SAM_0692 SAM_0678

SAM_0691 SAM_0720

Les girolles (catharellus cibiarius) ont bien grossi, même si certaines restent encore petites. C'est un excellent champignon très recherché. On la trouve sous les boulots mais aussi sous les résineux, dans un sol plutôt acide et pauvre en azote, aussi bien sec qu'humide, à toutes les altitudes du début de l'été à la fin de l'automne selon les régions. On la rencontre aussi bien en Europe qu'au Québec. Néanmoins, aux premières gelées apparut, le mycélium qui se trouve de 0 à 10 cm de profondeur, se met au repos et ne fructifie que l'année suivante. Les girolles sont l'un des éléments les plus riches en vitamine D connu. Elle aurait des propriétés anti-insecticides inoffensives pour l'homme mais efficace contre la petite faune du bois ce qui expliquerait pourquoi elles ne seraient que très rarement grignotées.

SAM_0765

Avec les nombreuses pluies et rosées, les girolles prennent enfin de belles proportions ce qui donne bon espoir pour la suite de la saison entamée.

SAM_0635 SAM_0709

SAM_0710 SAM_0711

Le scléroderme vulgaire est toxique. Il ne faut pas le confondre avec la veste-de-loup qui jeune est un comestible plutôt moyen. Dans le bois elles sont apparut par dizaine, ce qui est bon signe, en effet elles poussent dans les mêmes conditions que les cèpes. Dans l'alimentation, les vendeurs peut scrupuleux utilise sa chair noire dans les aliments pour faire croire qu'ils sont parfumés à la truffe.

SAM_0634

Voilà une bien drôle de chenille, avec son "pelage" blanc et ses "cornes" orange. Malgré son apparence typique, je n'ai pas pu l'identifier.

1SAM_07542SAM_0656

3SAM_07034SAM_0716

 L'humidité de ses derniers jours à fait sortir les bêbêtes du bois.

1 et 2: Les grandes Loches, qu'elles soient noires ou oranges, sortent en quête de pitance (nos beaux champignons), mais aussi d'un partenaires. Chez elles comme chez toutes les limaces, les individus sont hermaphrodites, c'est à dire qu'ils possèdent les deux sexes et qu'ils vont à la fois transmettre leurs gênes mais aussi en recevoir pour concevoir des petits.

3:  La decticelle cendrée est de sortie et se promène sur un jeune sapin qui de temps à autre, donne quelques belles girolles.

4: Un voilà un joli papillon, proche de la bagatelle d'or et de la famille de noctuelles que je n'ai pas pu identifier.

SAM_0707

 Les russules hémétiques sont nombreux. Il ne faut pas les confondre avec les russules dorés qui eux sont comestibles.

1SAM_06662SAM_0727

3SAM_06674SAM_0669

 1: La calvaire doré est abondante en cette période. Plus ou moins toxique, il est bon de ne pas la ramasser.

2: De saveur poivrée, la calvaire dressée est néanmoins considérée comme non comestible. On la trouve de la fin de l'été jusqu'à l'automne.

3 et 4: Le temps, les limaces, les aléas de la nature ... tout cela rend l'identification de certains champignons bien peu aisée.

SAM_0733

 Un bon gros cèpe? Non, un bolet de Satan, diabolique champignon non comestible qui a donné des faux espoirs à de nombreux ramasseurs.

1SAM_07582SAM_0746

3SAM_07554SAM_0737

Et comme toujours, c'est la valse des russules. Vertes, roses, jaunes, noires... il y en a comme on aime le dire pour tout les goûts, du poivré au sucré, qui l'aurait cru? 

SAM_0648

 Voici le seul et unique cèpe d'été de la sortie. Depuis nous avons fait de belles trouvailles mais ce petit cèpe fut un vrai bonheur.

1SAM_07222SAM_0723

3SAM_07444SAM_0766

Des arbres, beaucoup de trésors sont tombés ce qui donne l'occasion de se pencher d'un peu plus près sur les essences de la forêt.

1 et 2: Les graines du sorbier des oiseaux ne sont pas encore arrivées à maturité. C'est une précieuse ressource d'énergies pour les oiseaux migrateurs mais aussi pour ceux qui s'apprêtent à passer l'hiver ici.

3: Les lichens sont l'étrange alliance entre un champignon et une algue. Utilisé dans la médecine et dans les cosmétiques, ils sont une riche ressource de protéines en cas de disette.

4: Le pin pectiné est un arbre fréquent dans les Alpes qui a souvent été planté pour l'industrie du bois. A ces pieds les cèpes mais aussi au printemps les précieuses morilles noires.

SAM_0757

 Un petit peu de magie dans la forêt.

1SAM_07492SAM_0750

3SAM_07534SAM_0677

Les bois sont beaux et frais en ce moment, bientôt la pluie viendra les rendre boueux et humides. Pour le moment c'est l'occasion d'en profiter, de créer et de s'amuser. Bientôt les vacances seront finies et les cabanes dans les bois oubliées. 

SAM_0731

 Pour finir, un bolet pomme de pin. Non il n'est ni passé ni pourri, il a juste une mine quelque peu inhabituelle ce qui en fait tout le charme.

 

samedi 3 août 2013

Sortie en forêt 30.

SAM_0235

 Pas de cèpes ni de girolles à cette sortie, peu de fleurs aussi hormis ces rares sucepins mais de nombreux champignons et quelques curieux insectes qui commencent à devenir monnaie courante ici ^^

SAM_0246 SAM_0254

SAM_0238 SAM_0239

 Bien qu'habritées par les hautes branches des sapins et des châtaigniers, les sols des forêts du coin sont très secs. Il faut creuser sur une dizaine de centimètres pour commencer à trouver de l'humus humide. Cela n'est pas suffisant pour le mycélium, et cela malgré la rosée du matin qui a bien du mal à pénétrer dans les sous-bois.

SAM_0242

 Les amanites rougissantes, à l'instar d'autres espèces, fait de la résistance. S'adaptant mieux au manque d'humidité, elles continuent de pousser mais sont bien moins nombreuses qu'elles n'ont pu l'être ces derniers jours.

1SAM_02512SAM_0257

3SAM_02564SAM_0262

Mais pour le moment, c'est les russules qui s'imposent comme reines du bois pour le plus grand bonheur des limaces.

1: La russule comestible est généralement courante et pousse en petits groupes sur une grande période, de la fin du printemps à la fin de l'automne. Comme son nom l'indique, elle peut finir dans l'assiette.

2: La russule charbonnière elle aussi est comestible. Elle peut prendre des formes et couleurs variées en fonction du temps et de la période de pousse. Elle est appréciée pour son goût de noix.

3: Considérée comme la meilleure de la famille, la russule verdoyante se distingue par sa couleur vive mais aussi par le fait qu'elle craquelle quand elle vieillit.

4: Cette vieille russule noir et blanche n'aborde plus la teinte brune typique des jeunes individus. Supposée toxique, il faut mieux la laisser dans son environnement.

SAM_0267

 Voici la chenille de cucullie du bouillon blanc appelé aussi brèche. Bien qu'on la trouve souvent sur le bouillon blanc, elle est aussi gourmande des plantes du genre scrophularia comme avec cette scrofulaire noueuse. L'imago, l'adulte arrivé à maturité, vole d'avril à juin. La chenille peut atteindre des dimensions impressionnantes.

1SAM_02552SAM_0273

3SAM_02774SAM_0261

Retour avec la faune mycholgique qui offre des formes et des couleurs originales.

1: La fleur de tan n'est aujourd'hui plus considérée comme appartenant au règne fongique. Plutôt rare, elle rampe littéralement sur le sol pour se nourrir de l'humus.

2: Le lycogale du bois connaît plusieurs phases colorées avant de dépérir. D'abords rose, il devient orange, brun puis noirâtre. Lui aussi n'est plus reconnu comme un champignon à proprement dit. Lorsqu'on le presse, un liquide nommé "lait de l'oup" s'en échappe.

3: Autre bois, autre russule verdoyante. Celle-ci commence à craqueler ce indique qu'il sera bientôt trop tard pour la consommer.

4:  La russule du fiel est un champignon qu'il faut mieux éviter car malgré son parfum fruité, il se révèle être très âcre ce qui le rend non comestible.

SAM_0283

 Voilà le retour du bousier. Celui-ci était accompagné de cinq autres partenaires ainsi que d'une "petit biche", un coléoptère, pour festoyer dans une grosse russule pourrie. Comme quoi, les champignons ne doivent pas uniquement se méfier des limaces, des sangliers et des vers.

1SAM_02892SAM_0290

3SAM_02934SAM_0296

1 et 2: La russule fétide est relativement massive sent le cheveux ou la corne brûler, autant dire pas très bon. On la trouve du début de l'été à la fin de l'automne. Jeune elle exsude des gouttelettes d'eau par temps humide ce qui lui donne cet aspect vitré. L'amertume de sa chair et son odeur la rendent non comestible.

3 et 4Le collybie à pied en fuseau est un bon comestible, à condition qu'il ne soit pas ramassé le lendemain d'une pluie qui a été précédé d'une sécheresse importante, car ce champignon à la particularité de se dessécher sous les effets du soleil puis de reprendre sa forme initiale après une bonne pluie. Ces changements d'états le rendent toxique.

 

Bref, pas de quoi remplir le panier à mon désespoir, néanmoins ce fût encore une jolie promenade riche en découvertes.


mercredi 24 juillet 2013

Sortie en forêt 29.

SAM_0188

Sortie en forêt fructueuse où le panier a été bien remplit. Il fait encore chaud mais les bois apportent une fraîcheur bienvenue et avec elle quelques visiteurs indésirables: tiques et moustiques. Mais ces désagréments passés, la forêt est délicieuse et il y a beaucoup à voir.

1SAM_00612SAM_0120

3SAM_01054SAM_0111

L'activité fongique est enfin en expansion et les nombreuses russules sont au rendez-vous.

1 et 2: La russule tardif est une russule qui apparaît au milieu de l'été et disparaît à la fin de l'automne. Non comestible, il se remarque de part sa jolie couleur violine qui décline sur des teintes de marron et de jaune.

3: La russule émétique des bois est classée parmi les champignons classés comme toxique. Très amère, elle est assez rare et se développe en groupe de quelques individus.

4: La russule olivacée est considérée comme un comestible moyen. On la trouve en été et en automne. Sa chair est douce et ferme mais le chapeau peut être légèrement craquant par temps sec.

SAM_0112

Les premières vachottes (lactaires à lait abondant) sont sorties. Il peut se consommer cru mais sa saveur douce n'est pas toujours très agréable le classe dans la catégorie des comestibles médiocres.

1SAM_00712SAM_0095

3SAM_01464SAM_0148

Les oiseaux ne sont pas en reste, les feuillages sont épais ce qui les rend plus difficile à apercevoir mais si on se penche sur le sol, quelques indices indiquent leur présence.

1: La buse variable est un des rapaces les plus communs en Europe qui peut vivre dans un grand nombre d'habitats. Son régime alimentaire est vaste mais elle se nourrie majoritairement de petits mammifères.

2: La tourterelle turque est originaire d'Inde et a migré à partir du XIX-XXeme en Europe. Elle vit de préférence dans les milieux urbains mais aussi en campagne, prés des réservent à grains.

3: Ces plumes bleues n'y trompent pas, un geai des chênes est passé par là. On le trouve dans toute l'Eurasie et aussi en Afrique du nord. En Europe, la France est un des seul pays à ne pas le classer comme espèce protégée mais à le désigner comme nuisible en raison de son apparentée avec les corbeaux et les pies.

4: La grive musicienne nidifie de mars à la mi-juillet dans des nids en forme de vasques composés de pailles et de boue dans les quels les femelles pondes entre 4 et 5 oeufs bleus tachetés grossièrement de noir.

1SAM_00842SAM_0100

3SAM_01154SAM_0116

 Dans les bois quelques têtes bien connues mais aussi quelques petits nouveaux.

1: La russule noire et blanche apparaît au milieu de l'été et disparaît à la fin de l'automne. Elle est considérée comme non comestible voir même toxique si on s'en réfère aux dernières études scientifiques.

2: Le lactaire poivrée est un lactaire qui peut prendre de belles proportions. Il n'est pas comestible, hormis si on le sèche puis le moud et utilise comme épice d'où son nom qui est semblable à son goût. En cette période il fait tellement chaud qu'il ne produit presque plus de lait.

3 et 4: Voilà un bel inconnu. N'ayant pas mon ouvrage de mycologie sous la main et internet restant mué à son sujet, je ne peux pas pour l'instant l'identifier.

SAM_0081

 Un couple de bousier a repéré une crotte. Ni une, ni deux, les voilà à l'oeuvre pour la transformer en douillet logis pour leur larve, enterré 60 cm sous la surface. Petits mais efficaces.

SAM_0136 SAM_0133

SAM_0138 SAM_0139

 Ils étaient là, au rendez-vous, les premiers cèpes d'été du coin. Peu nombreux (6 en tout), ils se sont avérés très véreux même les jeunes exemplaires. Les meilleurs pousses ont lieu en générale au lendemain d'orages qui ont été précédés de fortes chaleurs ou, quand les températures ne sont pas excessives et les nuits fraîches. C'est un excellent comestible qui peut parfois, avoir un petit goût sucré selon les régions et le type de sol. Il peut être mangé cru mais il est bien meilleur cuit.

SAM_0144

 L'ochidée néottie-nid d'oiseau a fini de fleurir et commence à former des graines dans des capsules qui peuvent faire office de hochet. Il faut savoir que pour que l'orchidée survive, elle doit s'allier avec un petit champignon avec le quel elle vit en osmose en échangeant des nutriments et de l'eau. De ce fait, le champignon se trouve dans les cellules des graines pour permettre aux nouveaux plants de se développer.

1SAM_01522SAM_0154

3SAM_01664SAM_0169

Là encore quelques figures connues mais aussi, un vilain piégeur qui a bien faillit nous avoir.

1 et 2: Jeune (et même parfois à maturité), le bolet amer ou bolet du fiel est très proche d'aspect du cèpe d'été. Il s'en différencie par sa mousse rose et son goût très amer qui le rend inconsommable. Un seul morceau cuisiné avec le reste de la cueillette la rend non pas toxique mais inconsommable. Le mieux pour être sûr est de mettre un petit morceau du champignon sur la langue. S'il s'avère amer, mieux vaut le recracher et laisse le spécimen sur place. Néanmoins sa rareté fait qu'il y a peu de confusions.

3 et 4: Enfin les amanites rougissantes ont pris possession des bois. Nombreuses et de formes diverses, elles sont plus ou moins réputées comme bon comestible mais renommés dans certaines régions. Elles sont généralement préparées en tarte salée, en ragoût ou revenues à la poêle. Elle tient son nom de rougissantes en raison de sa chair qui sectionnée rougie.

SAM_0160

  Les monotropes sucepin fonctionnent comme l'orchidée néottie-nid d'oiseau, c'est à dire qu'ils ne produisent pas de chlorophylle mais se nourrissent par l'échange qu'ils entretiennent avec un petit champignon. Ce sont des plantes rares, classées comme espèce menacée dans de nombreuses régions où la déforestation a supprimé les bois qu'ils affectionnent.

1SAM_01402SAM_0141

3SAM_01304SAM_0109

 1 et 2: Les premières petites girolles pointes le bout de leur nez. Savoureuses mais encore rares, elles viendront parfumer le traditionnel repas du dimanche midi.

3: La mouche scorpion porte son drôle de nom en raison de l'abdomen qui chez le mâle se termine en queue de scorpion. Pas de crainte celui-ci ne lui sert pas à piquer mais à se reproduire.

4: Le lierre est une plante magique qui dans la tradition était utilisé pour s'apporter les bonnes grâces des dieux et des fées des bois et des forêts.

SAM_0176

La mousse fructifie. Avec les prêles et les algues, c'est l'une des plus anciennes plantes apparues sur terre. Présente avant les dinosaures, elles ne se reproduit pas à l'aide de fleurs mais de spores qui sont contenus dans de petites capsules.

1SAM_01622SAM_0164

3SAM_00984SAM_0174

Les bois sont un terrain de jeu parfois pour les bambins les après-midi d'été ensoleillés.

1 et 2: Cabanes et refuges sont apparus dans le sous-bois. Éphémères, ces abris ne vivent que le temps d'une saison mais renferment en eux des trésors et des souvenirs impérissables.

3 et 4: Un après-midi en forêt,c'est aussi l'occasion de s'imaginer parcourir un vaste monde, encore vierge et inexploré, peuplé de monstres et de créatures enchantées, de chevaliers et de licornes.

SAM_0180

 Et voilà au final un panier bien remplit. D'ici quelques jours et quelques pluies, on pourra espérer faire une récolte encore plus prolifique.

1SAM_01792SAM_0196

3SAM_01784SAM_0173

Les champignons, les oiseaux et les insectes se sont fait remarquer mais ils ne sont pas les seuls.

1 et 2: Les parcs à bestiaux longent parfois les bois. Chevaux, vaches, veaux et poulains accompagnent alors les promeneurs le temps d'un chemin.

3 et 4: Les chevreuils et les sangliers se font plus discrets mais laissent quelques marques. Des traces de pattes, des écorces rongées et des souches éventrées sont signes de leur passage.

SAM_0221

Bref, la récolte une fois préparer s'avère mince mais délicieuse. Les prochaines seront sûrement plus prolifiques.

mardi 23 juillet 2013

Découverte du Beaujolais.

SAM_9804

 Petit week-end familial dans le coeur du Beaujolais, une terre riche en découvertes et pas uniquement en vins et cépages.

1SAM_98852SAM_9884

3SAM_98934SAM_9891

Si certaines fleurs rencontrées sont bien de chez nous, d'autres sont totalement étrangères aux contrées de l'Isère.

1: La vipérine commune tient son nom de sa ressemblance avec la vipérine: ces fleurs évoquent la gueule de l'animal, la tige la queue. Dans la théorie des signatures, cette spécifie lui a valu d'être considérée comme un remède contre les morsures de serpent.

2: Le séneçon de Jacob est une plante commune à l'ensemble de la France qui cependant peut s'avèrer sévèrement toxique pour les ovins et les bovins. Néanmoins consommer du lait ou de la viande d'un animal qui en a mangé n'est pas dangereux.

3 et 4: La digitale pourpre est inconnue ici chez nous. Au pays de Galle les femmes confectionnait avec les fleurs une teinture avec la quelle elles traçaient de grandes croix sur le pallier des maisons pour se protéger du diable. Dans la tradition populaire c'est une plante magique associée à la magie blanche.

SAM_9802

 Le beaujolais village est une appellation réservées à quelques villages de la région et qui est jalousement enviée. 

1SAM_97882SAM_9790

4SAM_98004SAM_9801

Parmi ceux-ci, le village de Clochemerle qui a su garder toute son authenticité.

1: Le village propose de découvrir l'histoire de la commune et de ses vins à travers un musée gratuit et didactique qui se termine par une dégustation dans le bar à vin des caves.

2: Clochemerle est aussi connu pour sa fresque qui est classée parmi les plus belles de France et qui représente les personnages du roman satyrique éponyme ay village où l'histoire se déroule.

3 et 4: L'église locale est pleine de trésor, parmi ceux-ci un prieuré vieux de plusieurs siècles.

SAM_9900

 Il y a une dizaine d'espéces de mauves. Ici il s'agit de la mauve sylvestre, prisée pour son mucilage utilisé pour soigner les maladies respiratoires.

1SAM_99062SAM_9902

3SAM_99284SAM_9932

Voilà deux-trois spécificités du lieux.

1 et 2: Les vignes ici sont spécifiques, elles poussent sur des terrains escarpées et sont ramassées à la main ce qui implique l'emploi de beaucoup de main-d'oeuvre pendant les vendanges.

3 et 4: La Rochefolle est une formation rocheuse au coeur d'une petite forêt qui permet depuis de son sommet d'observer les alentours mais aussi la ville de Lyon au loin et, pendant les jours de beau, le mont Blanc.

SAM_9922

 Bref une bien jolie journée passée sous un soleil de plomb.

lundi 15 juillet 2013

Sortie en forêt 28.

 

Bien qu'il ait fait très beau ces derniers jours, quelques averses sont venues mouiller le sol. L'activité fongique est faible mais commence à se faire voir ce qui est bon signe.

1SAM_94272SAM_9730

3SAM_94334SAM_9440

1: On trouve en France de nombreuses espèces de gaillets qui sont tous plus ou moins comestibles (jeunes poussent). Très présents dans les champs, c'est ici une espèce des sous-bois qui se présente, le gaillet-à-feuilles-rondes (galium rotundifolium).

2La néottie-nid-d'oiseau est une orchidée des bois qui ne possède pas de chlorophylle d'où sa couleur brune. Son nom vient de l'enchévetrement que forment ses racines comme un petit nid.

3: L'école est finie et la forêt, le temps d'un été, devient le lieu de jeu des enfants où les cabanes de branches et de fougères deviennent d'imprenables forteresses.

4: Cette fois et pour de bon, c'est la fin des hanneton. On en rencontre encore quelques uns ici et là sur le sol mais tous on rendu l'âme.

SAM_9432

Par ces temps de fortes chaleurs, rien de mieux que de se prélasser au frais dans les bois. Néanmoins il faut prendre garde au tiques qui sont abondants et peuvent transmettre de nombreuses maladies comme celle de Lyme.

1SAM_94222SAM_9423

3SAM_97384SAM_9739

1 et 2: Ça y est elles sont là, les premières girolles. C'est dans un des coins précoce qu'elles sont apparues. Certes elles ne mesurent pas encore un centimètre et sont au nombre de trois mais c'est bon signe. D'ici quelques jours il faudra partir inspecter les autres stations.

3 et 4: Les premières amanites rougissantes sont dehors. Très en retard pour la saison, elles se sont installées dans le bois à cèpes et indiquent en général, une pousse prochaine de ceux-ci. Croisons les doigts.

SAM_9443

L'air est chaud mais le sol est humide ce qui plaît à la grande loch, cette grosse limace orangée ou brune courante dans les bois et les jardins. Nombreuses, elles ont croqué les rares champignons sortis.

1SAM_97352SAM_9736

3SAM_94244SAM_9742

1 et 2: La russule verdoyante est la meilleur des russules. Elle se distingue de par ses lamelles et son pied de couleur blanche et son chapeau vert qui peut aux différents stades du développement du champignon être plus ou moins bordé de blanc.

3: Mystère, mystère. Les russules proposent parfois au sein d'une même espèce une gamme variée de teintes qui peuvent éloignées les unes des autres. Cela n'aide pas à l'identification.

4:  Le polypore écailleux est un champignon qui pousse une grande partie de l'année, du printemps à l'automne ce qui permet de toujours avoir quelque chose dans le panier. On mange de préférence les jeunes exemplaires en marinade.

 

Bref, il faudra attendre encore un petit peu avant de faire une belle récolte.

mardi 2 juillet 2013

Sortie dans les près 7.

SAM_8625

Petite sortie dans les près ou plutôt en bord de lisière. Les foins n'ont pas encore eu lieu partout et il est possible d'admirer encore quelques belles plantes qui ne sont pas passées sous la faux du tracteur.

1SAM_85312SAM_8536

3SAM_90104SAM_9011

A cette occasion, quelques belles rencontres aux quelles on ne pensait pas assister se font.

1 et 2: Oui, oui, en cette saison il est possible de rencontrer des champignons de taille respectable, malgré l'aridité du sol et la faible activité fongique. Ici l'identification n'est pas simple, les spécimens sont  vieux et secs, néanmoins les lamelles et les chapeaux oriente la piste vers le genre des clitocybes.

3 et 4: les ancolies communes n'ont pas dit leur dernier mot. On en rencontre peu et la plupart sont fanées, néanmoins ici et là des plants résistants continus à s'épanouir. Au moyen-âge elle est surnommée "bonne-femme" et était considérée comme une plante magique aphrodisiaque dont il fallait porter les graines comme parfum et en mâcher quelques unes pour se prédisposer à l'amour. Néanmoins il ne faut pas oublier qu'il s'agit ici d'une plante toxique.

SAM_8991

La valériane officinale (valériane des collines ou herbe-à-chat) est une plante aux nombreuses vertus. Elle calme l'anxièté, aide à trouver le sommeil et réduit l'anxiété. Dès l'antiquité on la recommande comme "guérit-tout" mais surtout pour soigner les maux de l'esprit tel que l'épilépsie ou l'hystérie. On l'utilisait également comme filtre d'amour et comme répulsif contre les elfes. Si sa mauvaise odeur calme les hommes, il en est tout autre avec les chats qui se trouvent dans un état cannabique à son approche.

1SAM_85962SAM_8611

3SAM_85554SAM_8594

Par ce temps on peut rencontrer de nombreux habitants des champs mais remarquer aussi que les plantes délicates du printemps sont sur le déclin.

1: Sur une fleur d'églantier (rosier sauvage) une araignée courge (araniella cucurbitina ou épiaire concombre) prend la pose avant d'aller tisser sa toile. Cette espèce est assez commune et affectionne les rosiers et les lilas.

2: Les roses sauvages abritent également un joli scarabée du sous-ordre des ceramycidaea aux motifs discrets. Pas simple d'identifier l'espéce, cependant on peut le retrouver ici, parmi les 2700 illustrations de cette catégorie.

3: Enfin, le sceau de Salomon odorant se fane. Bientôt de grosses graines toxiques d'abords vertes puis rouges se formeront et un segment supplémentaire s'ajoutera à la racine.

4: La mélisse des bois donnent ses dernières fleurs. Il faudra attendre l'an prochain pour revoir ces grosss fleurs roses et odorantes qui colorent la lisière.

SAM_8517

Au détour d'un chemin, un vieu lavoir se dresse. En son eau se trouve une myriade d'escargots aquatiques, les ambrettes, tout droits venus des Etats Nords de l'Amérique et qui concurencent nos escargots aquatiques européens. Ils sont carnivorent et ce jour-ci, font grand festin des nombreux hannetons morts tombés à l'eau depuis le grand arbre qui surplombe le bassin.

1SAM_85882SAM_8586

3SAM_86274SAM_8628

 Dans la nature, pas de mots ni d'écrits pour communiquer mais des couleurs, beaucoup de couleurs. Le rouge, le jaune, l'orange, le bleu et le vert vif, bref toutes les couleurs chatoyantes indiquent la présence de poison chez l'animalce qui le rend impropre à la consommation.

1: Le pyroche écarlate ou cardinale (pyrochroa coccinea) est un joli coléoptère rouge vif à la tête noire et aux antennes en plumeaux. C'est un prédateur des milieux-frais comme les lisières et les bords de bois. La larve est carnassière et parfois cannibale et vit sous l'écorce du bois mort. On peut apercevoir les adultes de mai à juin.

2: On est habitué aux papillons et aux chenilles mais moins au stade qui relit les deux: la chrysalide. Ici elle est vide, dissimulée dans une feuille de chêne soudée sur elle même par les soies de la chenille.

3 et 4: Il existe de nombreuses espèces de zygènes en France, environs 27. Ici il s'agit de la zygène des bois (facilement identifiable avec ce site). On le trouve dans les Pyrénées et dans tout l'est français ainsi que dans une partie du centre.

SAM_8637

 La brocatelle dorée est très présente dans notre coin d'Isère. Il s'agît à nouveau d'un mâle qui se reconnaît à l'abscence d'une bande marron sur le bas des ailes.

1SAM_86342SAM_8610

3SAM_85994SAM_8603

 On rencontre de nombreuses plantes communes en ce moment. 

1: L'égopode podagaire, l'herbe du goutteux, est une plante médicinale mais aussi comestible que l'on peut consommer sous diverses formes: crue ou cuite, en soupe, en salade, en gratins ou en purée.

2: La marguerite commune est une plante répandue en Europe. Elle aussi est comestible, les jeunes pousses fraîches se consomment en salade.

3 et 4: La platanthère à deux feuilles est une orchidée qui affectionne les sols basiques et que l'on retrouve presque partout en France jusqu'à 2200 mètres d'altitude mais reste rare dans les zones méditerranéennes. Comme la plupart des autres orchis, elle est classée préoccupation mineur à l'échelle de l'Union Européenne.

SAM_8580

 Scabieuse au knautie? Très semblables pour ne pas dire identiques, elles se différencient l'une et l'autre par l'implantation des nombreuses fleurs qui les composent sur la hampe florale.

1SAM_86262SAM_8762

3SAM_90434SAM_9045

 Les insectes font partis da la famille des invertébrés et sont la plus grande famille du monde animal.

1: Le lacon souris est un ptit insecte des jardins et des prairies qui a la capacité en contractant violemment on abdomen et son thorax de faire des bonds immenses et soudains.

2: Une souris a été en partie dévorée par un prédateurs. Ses restes font le bonheur des mouches et des coléoptères qui voient ici une manne nourricière mais aussi un abris et garde-manger parfait pour leurs larves.

3 et 4: Cette chenille, avant d'être délogée par mes soins (la pauvre), se nourrissait d'une cosse de silène. Le papillon, un spécimen de nuit sans doute, à pondue un oeuf dans les ovaires de la plantes qui au fil du temps ont grossit pour contenir les graines tout en se faisant grignoter de l'intérieur par la larve. une fois la plante vide, elle cherche une autre gousse pour se nourrir à nouveau puis muer en papillon.

SAM_9012

Entre deux champs, un chemin boisé s'est installé, vestige d'une époque où la route en contre-bas n'existait pas et où pour descendre au village, il fallait employer une voie de terre. 

1SAM_90152SAM_9019

3SAM_90134SAM_9026

C'est une petit coin de verdure frais que voilà avec un ruisseau qui coule en son sein et qui permet à des plantes peux présentes dans les champs de s'épanouir.

1: On compte environ 3500 espèces de moustiques pour 11 genres différents. Tous ne sont pas suceurs de sang, la plupart se nourrissent de nectars. Seules les femelles de quelques espèces piquent pour subvenir au besoin de leurs oeufs. 

2: La scolopendre est une fougère qui tient son nom du fait des longues bandes que dessinent ses sporanges sous ses feuilles et qui évoquent les pattes de l'insecte du même nom.

3: L'héllobore fétide a fini de fleurir mais continue d'étendre ses grandes feuilles griffus dans les sous-bois.

4: Il est essentiel pour le faune de laisser en forêt les troncs d'arbres morts. Ils sont de précieux dans le sens où ils servent d'habitat à de nombreux animaux qui s'en eux, déserteraient les zones boisées.

SAM_8988

 La vipérine communne est une jolie plante aux fleurs bleues et aux longues étamines rouges. De la famille de la bourrache, elle est aussi mellifère et donne un très bon miel. La floraison à lieu de juin à août.

Bref, il y a moins de fleurs qu'au printemps certes mais celle-ci sont des plus élégantes.

jeudi 6 juin 2013

Sortie en forêt 26.

SAM_7923

Petite sortie en forêt, histoire de voir où en est l'activité fongique. Bien qu'il ait fait très humide, les chaleurs de ces derniers jours n'ont pas suffit à réveiller le mycélium qui dort sous l'humus.

SAM_7934 SAM_7927

Surprise, quelques belles néottie-nid-d'oiseau sont là.Ces orchidées n'ont pas de chlorophylle à l'instar des orobanches. Pour se nourrir, elles vivent en symbiose avec un petit champignon (comme toutes les orchidées) qui lui même s'associe avec un feuillu pour redistribuer les éléments nutritifs à la plante.

SAM_7933 SAM_7932

L'an dernier, je publiais à chaque sortie aux cèpes une photo de "mon" polypore du boulot. Le voici, surement pour la dernière fois, à gauche. Il est en totale décrépitude. Mais là relève est là.

SAM_7931

Les sols sont encore très humides et sinon froids, du moins pas bien chauds. De ce fait, peu de plantes de sous-bois, hormis ces fameuses orchidées, n'ont fleuri. Même les ronces sont en retard, au lieu de rencontrer de grandes lianes piquantes ce sont de petites pousses que l'on croise.

SAM_7941 SAM_7942

Voilà le bousier. En Europe, il n'en existe qu'une seule espèce: Anoplotrupes stercorosus. On peut le voir de mars à octobre. Nécrophage, il affectionne les les déjections animales, en particulier celles de mouton, dans les quelles il pond un oeuf dont la larve s'en nourrira.

SAM_7945 SAM_7948

 Voilà la deuxième des deux espèces de champignons rencontrées. Inconnue, elle semble s'être développée spontanément et rapidement sur du bois mort à l'instar des polypores qui eux ceppendant, ont un cycle de développement beaucoup plus lent (plusieurs années).