jeudi 27 octobre 2016

Destination Bretagne : Pont-Aven.

DSC08712

 Pour fêter les 400 000 visiteurs (Hou hou !), voici un tour d'horizon de la cité de la galette, Pont-Aven. Bon, cette ville de bord de mer ne se contente pas d'être la capitale des Traou-Mad, elle est aussi un site historique occupé depuis la préhistoire. De ce fait on peut y observer plusieurs structures mégalithiques mais également datant des révolutions qui ont marqué la Bretagne comme la révolte des bonnets rouges, la Grande révolution etc.

 

Le chaos de l'Aven.

Pont Aven est la cité des peintres depuis l'époque romantique. Nombre d'entre eux ont été inspirés par les blocs de granite noir posés dans le lit de l'Aven, le jeu de lumière sur l'eau et les vieilles pierres. C'est là que Gauguin, tout jeune peintre alors, dévellopera son talent. C'est là aussi que les lavandières venaient laver leur linge.

DSC08723 DSC08726DSC03362DSC08736 DSC08768

 

Le lycope d'Europe (Lycopus europaeus).

La forme de ses feuilles lui on valu son nom scientifique qui signifie "patte de loup". C'est d'ailleur l'un de ses noms vernaculaires.  C'est uen plante qui aime les milieux humides et qui parfois pousse les pieds dans l'eau. Elle est commune dans tout l'hémisphère nord du globe et s'est naturalisée dans les régions d'Amérique du Nord.

DSC08748 DSC08749DSC08747

 

Une ville fleurit.

Une fois de plus, les hortensias (Hydrangea sp.) sont à la fête. Plante emblématique de la Bretagne et des cottages anglais, les hortensias sont souvent associés aux jardins du bord de mer. Le plus commun qui est présenté ici est l'hortensias à grandes feuilles (Hydrangea macrophylla) aux couleurs éclatantes et variées.

DSC08766 DSC08730DSC03393DSC08756 DSC08764

 

Le charme de la ville.

 Historiquement la ville a toujours été un bourg assez pauvre composé de familles de pêcheurs et de quelques agriculteurs. Ce n'est que depuis peu qu'elle connaît un bel essor économique en grande partie grâce au tourisme culturel et par sa gastronomie. Dans les années 1800 le port se développe de manière modeste. L'épidémie de dysenterie et de choléra au même siècle expliquent peut être la croissance lente de la ville et de ses alentours.

DSC03333 DSC03343DSC03365

 

Les espèces sauvages.

Nous avons pu croiser, malgré les nombreux nuages, quelques espèces animales. Ainsi on peut compter parmi celles observées le calopteryx vierge (Calopteryx virgo) qui est une espèce de libellule courante et la mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus) qui aborde une jolie tête noire qu'elle aborde en période nuptiale.

DSC08758 DSC08790

 

À vos fourchettes !

Nous sommes tombés raides fous amoureux d'un des restaurants de la ville qui aux premiers abords ne paye pas de mine. Son cadre est agréable et depuis sa terrasse et sa baie vitrée, on peut observer l'Aven couler, mais ce qui fait la réussite de se restaurant réside dans sa carte. Le repas nous a épaté et le rapport qualité prix est vraiment excellent. Si vous avez l'occasion de passer par Pont-Aven, arrêtez vous chez Ca'Lidovine.

DSC08761 DSC08770DSC08772

 

Le patrimoine architectural.

Celui de Pont-Aven est remarquable. Ainsi on peut profiter du cadre ancien pour visiter les fabriques de pâtisseries, les galeries d'art, les ateliers de peintres, les bars de caractères mais aussi les trois moulins emblématiques de la ville, à savoir le moulin du Grand Poulguin, le moulin de Rosmadec  qui est un restaurant gastronomique renommé et le moulin David, connu notamment à travers un tableau de Gauguin à découvrir ICI

DSC08774 DSC08776DSC08781DSC08780 DSC08785

 

Les Oiseaux d'Hitchcock.

Drôle d'ambiance avec ce ciel gris qui ne va pas sans rappeler ce célèbre film. Comme dans bien des villes du pays on rencontre parfois ces larges nuées d'oiseaux attachées aux habitations. Il s'agît ici de pigeons biset caporal (Columba livia) et de choucas des tours (Corvus monedula), de petits corvidés très intelligents.

DSC08759DSC08760

 

Le mot de la fin.

 La visite fût courte mais intense et je garde de celle-ci énormément de souvenirs. C'est un lieu idéal pour les amoureux de bonne chair, de vieilles pierre et de peinture même si à mon goût, on en fait rapidement le tour. À ne pas manquer en août, la fête de la fleur d'ajonc qui anime la ville avec ses chars fleuris et ses costumes.  

DSC08753 DSC03372


mardi 22 mars 2016

La magie des Halles Paul Bocuse.

P5020254

Les Halles Paul Bocuse, c'est le temple de la bonne bouffe de Lyon. On y trouve une partie des meilleurs produits de la ville et beaucoup de préaparation authentiques. On y trouve par exemple les célébres quenelles de brochet et la sauce au homard qui les accompagnes. On y trouve de nombreux commerçants spécialisés mais aussi quelques bons réstaurants où il est possible de manger sur le pouce ou au contraire, de prendre son temps.

 

Un savoir faire authentique.

On trouve de tout est surtout, du bon. Parmi les produits phares il y a les fromages régionaux aux formes et aux noms surprenants, les charcuteries de terroir et les produits italiens comme les pâtes ou les farcies. On compte ainsi cinq fromagers, cinq épiceries fines et pas moins de six charcutiers. C'est un peu le rêve de tous les gourmands. Il est même d'aller boire pour accompagner tout cela un bon petit vin chez l'un des deux caviste.

P5020258 - Copie PA170479

P5020268

P5020298 P5020301

 

Des produits d'exception.

C'est ici que l'on trouve les produits qui ne sont pas facile de trouver ailleurs dans la ville et sa périphérie. On peut ainsi se fournir de la courge musquée de Provence (Cucurbita moschata Duchesne) à la chaire parfumée et un peu sucrée pour réalisé les plats d'hiver ou surprendre les convives d'un repas au début du printemps.

P5020352

 

Les sucreries.

La ville de Lyon est connue pour ses douceurs dont une en particulier : les pralines roses. Il s'agît d'amande entourée de sucre rose. Elle est servie telle qu'elle ou peut être concassée et disposée sur des gâteaux. Mais le meilleur reste la tarte aux pralines et biensûr, le St Genis qui vient de pas très loin de chez moi.

P5020256

P5020354 P5020355

 

Les morilles et les truffes.

Ce sont les champignons les plus prestigieux et les plus recherchés en France. Séchées, les truffes d'été (Tuber aestivum) et les morilles (Morchella sp.) peuvent se conserver une très grand nombre d'années, plus de vingts ans ! Mais c'est fraîches que je les préfère car c'est là quelle donne tout leur goût. Leur prix en font des mets d'exception, mais heureusement nous avons la chance de pouvoir en trouver dans nos forêt en Isère. 

PA170482 PA170485

P5020261 P5020266

 

Le Crayon : la Tour-Part-Dieu.

C'est la tour la plus connue de la ville. Elle tient son nom de sa forme cylindrique et surmontée d'un "toit" semblable à la pointe d'un crayon. Elle domine du haut de ses 32 étages la Gare Part-Dieu que nous fréquentons régulièrement. Elle abrite le plus haut hôtel d'Europe. Ses résidents et les employés qui s'y trouvent peuvent avoir une vue à 360°C sur l'ensemble de la mégapole. Elle a désormais un chocolat d'exception à son nom.

PA170490

 

Le mot de la fin.

Voilà encore un court article pour présenter Lyon. J'espère qu'il vous aura mit l'eau à la bouche, parce que moi oui. Plus sérieusement il me permet d'introduire le fait que le blog d'ici quelques temps pourrait être un peu plus centré sur la région lyonnaise et le Rhône, sans pour autant mettre de côté nos belles Alpes.

PA170514 PA170518