jeudi 19 janvier 2017

Un weekend en famille, plaisirs de l'été.

DSC00766

 Faisons un bon de la passé, histoire de ce remémorer un peu le plaisir que nous avons eu cet été en profitant du soleil et de tous ces bienfaits. Qu'il a été doux de lézarder sous ses rayons, étendus sur une plage ou dans la verte pelouse. On a vite fait d'être nostalgique de cet temps heureux qui reviendra dans quelques mois.

 

Le bonheur d'être en famille.

 Le jardin est le lieu tout trouvé pour reçevoir la famille et les amis. Herbe verte pour jouer et planter les tantes, ombre salvatrice des grands noyers, eau du puit ... j'ai l'impression que nous avons vécu cet été comme on peut vivre ceux de l'enfance, à savoir tel de véritables Robinson Crusoé échoués quelques part en campagne.

DSC00666DSC00724 DSC00736

 

 La fraîcheur des bois.

Face aux fortes chaleurs de l'été, il est tout trouver de se rabattre sur la forêt. C'est l'occasion de montrer aux petits comme aux grands les traces du passage des animaux. Par chance nous sommes tombés sur un crâne de ce qui semble être un pic noir (Dryocopus martius). C'est le plus grand des pics. Son habitat de prédilection sont les grands espaces boisés. On en trouve dans presque toutes les forêts et même la taïga.

DSC00650 DSC00659

 

 Une récolte bien méritée.

Se promener en forêt c'est parfois aussi faire de jolies rencontres voire, de belles récoltes. Sous les frênes dans le sous-bois nous avons eu la chance de découvrir quelques girolles améthystes (Cantharellus amethysteus) qui ont terminé bien vite en fricassée dans la poêle. Calvaires et autres amanites rougissantes (Amanita rubescens) sont quant à elles sont restées bien sagement à leur place parmi les fougères aigles (Pteridium aquilinum).

DSC00639 DSC00648DSC00661DSC00643 DSC00683

 

 Le pie grièche écorcheur (Lanius collurio).

C'est un superbe oiseau qui ne reste que quelques mois sur le territoire avant de reprendre son envol. En effet c'est un inlassable migrateur peut se rencontrer de mai à août dans les milieux ouverts où il trouve sa nourriture. Il gobe ses proies ou les embroches sur des branches épineuses ou sur le barbelé comme garde manger. Ainsi on peut voir embrocher des mouches, des papillons mais aussi de petits lézards ou des musaraignes.

DSC00616

 

La vie de la maison.

La vigne vierge à trois pointes (Parthenocissus tricuspidata), accompagnée du saule pleureur (Salix babylonica), apporte une fraîcheur agréable sur la terrasse familiale, c'est parfait pour prendre le petit déjeuner à la fraîche comme on aime le dire. La table est prête pour accueillir tous les cousins et les appétit du matin. 

DSC00737 DSC00620

   

Le petit peuple du jardin.

Le jardin est en ébullition en août. Sauterelles, géraniums, les tournesols et papillons sont de sortie. On reconnaît une femelle sauterelle au long sabre qui se trouve au bout de son abdomen. Il s'agît d'un ovipositeur, un organe qui lui permet de pondre ses oeufs dans le sol. Contrairement à la légende populaire, il ne coupe pas.

DSC00801 DSC00828DSC00802DSC00663 DSC00832

 

Un détour par ma tourbière de l'Herretang.

Voilà un détour que nous ne manquons jamais de faire en Chartreuse, celui de passer par la tourbière de l'Herretang. Cette tourbière calcaire de 60 hectares se visite surtout l'été pour ne pas perturbé la faune et la flore mais aussi, quand le niveau d'eau de la rivière du même nom est au plus bas pour ne pas avoir les pieds dans l'eau. C'est un espace remarquable où il est possible d'observer de nombreuses espèces de libellules. 

DSC00755 DSC00756DSC00771DSC00775 DSC00779

 

Les plaisirs de l'été.

 On les connaît tous et on les savoure avec plaisir. C'est l'occasion de vous présenter la bière locale de mon village, la Dauphine. En avril 2016 la brasserie a fêté ces 10 ans et on peut le dire, a acquit depuis son installation une jolie réputation. Il est possible de visiter la fabrique gratuitement pour les petits groupes.

DSC00845 DSC00849DSC00864DSC00806 DSC00858

 

Dans les près.

L'herbe reste verte malgré les fortes chaleurs et l'absence de pluies. Au petit matin on peut voir la rosé qui trempe l'herbe et parfois, le pelage des chats à l'affut. On peut aussi observer des chevreuils (Capreolus capreolus) au petit matin qui broutent tranquillement dans les champs. Ils regagnent vite la forêt à notre arrivée.

DSC00610 DSC00613

 

Le mot de la fin.

Les souvenirs de l'été ont un goût tout particulier, et on ne peut en être que nostalgique quand on voit les températures qui s'affichent actuellement (-10°C !). Bientôt l'automne fera son entrée mais avant, à nous le Sud, les grandes migrations des Dombes et la magie de la Chartreuse. Vaste programme en perspective.

DSC00920


vendredi 26 août 2016

Sortie dans les marais 9.

DSC07993

Une fois de plus, nous voilà partis en visite à l'Herretang. C'est le meilleur moment de l'année pour aller observer les libellules. Sur le site plus d'une trentaine d'espèces peuvent être observer. On fait le plus souvent la différentiation entre deux types de libellules (nommées odonates), les Zygoptera et les Epiproctophora.

 

Les demoiselles (Zygoptera).

On les reconnaît à leur corps grêle et à leurs ailes fines et délicates qui sont souvent repliées au repos. Les femelles pondent leurs oeufs dans les milieux humides, généralement sur ou dans la tige des végétaux aquatiques mais aussi dans les marres ou dans les poches d'eauqui se forment dans les troncs d'arbres ou entre deux branches. Les larves qui sont aquatiques portent le joli nom de naïades, en référence aux nymphes.

DSC07977 DSC08028DSC08039

 

La caloptérix méditerranéen (Calopteryx haemorrhoidalis).

Cette libellule est plutôt rare chez nous car elle est inféodée aux milieux méditerranéens. On la rencontre sur les bords de rivières et dans les milieux humides. Ici il s'agît d'un mâle que l'on reconnaît à ses ailes sombres de manière uniforme. Le caloptérix méditerraen porte aussi le nom de caloptérix hémorrhoïdal en raison de sa couleur rouge et sombre évocatrice.  Actuellement elle semble menacée par l'assèchement de son milieu.

DSC08004 DSC08006DSC07996

 

 Le caloptéryx vierge (Calopteryx virgo).

C'est une des libellules les plus communes de France. Le mâle est de couleur bleue et verte avec des teintes métalliques et possède des ailes opaques. La femelle pour sa part est teintée de brun et de vert avec des ailles bien plus translucides. Ce caloptéryx apprécie les zones d'eaux vives où elle peut chasser d'autres insectes.

DSC07988 DSC07989DSC08009 DSC08017

 

La libellule déprimée (Libellula depressa).

Cette libellule tient son nom de sa pose au repos. En effet ses ailes ouvertes et tombantes peuvent lui donner un aspect "fatigué". La femelle présente une teinte jaune alors que le mâle est bleu clair. Cette espèce territoriale aime les eaux lentes et peu profondes mais bien ensoleillées. Les étangs et marres ont sa préférence.

DSC07995

Les plantes des milieux humides.

Quelques espèces sont typiques des milieux humides et des tourbières (où souvent le sol est pauvre). Elles composent parfois les prairies dites humides ou semi-humides qui sont de véritables réservoirs à biodiversité. Il y aurait en tout et pour tout en France pas loin de 800 espèces composant cet ensemble floristique. 

DSC08023 DSC07970DSC08014

 

La faune.

On trouve beaucoup d'animaux typiques des zones humides mais aussi des animaux qui possèdent une grande aptitude à s'adapter à différents milieux. Les prédateurs et en particulier les insectivores y trouvent une grande quantité de nourriture. On y rencontre aussi quelques espèces chassables comme les oiseaux d'eau.

DSC07986 DSC07975DSC07982

 

Le mot de la fin.

Voici un rapide article sur l'Herretang que j'ai eu l'occasion de beaucoup détailler sur le blog depuis 2 ou 3 ans. C'est l'occasion pour moi de vous parler un peu des libellules qui sont nombreuses là bas mais pas des plus simples à photographier. Pour les découvrir je vous invite à emprunter le parcours qui compose cette tourbière.

DSC07999 DSC08000

lundi 8 août 2016

Sortie à l'Herretang avec l'école du pays Velannois.

DSC07606

Dernière sortie de l'année avec les enfants de l'école. Pour la peine nous voilà partis à l'Herretang dont je vous repparlerai dans un prochain billet et que vous pouvez découvrir dans cette rubrique ICI. Il fait chaud et il n'y a pas un seul nuage en vu mais cela ne nous a pas empêché de voir énormément de choses.

 

La petite faune.

Attention où l'on pose les pieds ! Dans une tourbière telle que celle de l'Herretang la vie est partout et c'est avec une grande délicatesse que nous avons manipulé ces animaux. À gauche il s'agît d'un jeune crapaud commun (Bufo bufo) et à droite c'est un papillon posé dans la main, le ptérophore blanc (Pterophorus pentadactyla).

DSC07665 DSC07668

 

Le bruant jaune (Emberiza citrinella).

C'est un oiseau dont j'apprécie le chant. Le mâle se reconnaît à sa superbe couleur. Il se rencontre dans les zones dégagées entourées de buissons, de lisières et/ou de bosquets plus ou moins denses. On le trouve un peu partout en Eurasie du moment qu'il y a de la nourriture, à savoir des insectes, des graines et des baies.

DSC07629DSC07628 DSC07631

 

La reine des prés (Filipendula ulmaria).

Avec l'écorce de saule blanc (Salix alba), elle a servit de modèle pour synthétiser l'aspirine. Elle aime les sols humides dans les quelles son long rhizome s'encre aisément. Bien que présente dans toute la France, elle est relativement rare dans les zones méditerranéennes. Elle peut être utilisée pour aromatiser les desserts.

DSC07626 DSC07624

 

La vie du chevreuil.

Le chevreuil (Capreolus capreolus) fréquente les zones fauchées de la tourbière car l'herbe qui y pousse est tendre. Les bois du chevreuil ne poussent que chez le mâle que l'on nomme brocard. Ils lui servent pendant la période de rut qui s'étale de juillet à août pour gagner le coeur des femelles. Quand on se promène en forêt, que l'on est un poil observateur et assez chanceux, on peut tomber sur ses bois qui peuvent atteindre 25 centimètres.

DSC07620

 

Le peuple des mares.

L'écosystème qui compose les mares et les petits lacs est riche. On y trouve de nombreux insectes prédateurs. Sur les deux premières photos on peut observer des libellules (Odonata) dans leur forme adulte et larvaire. Voraces elles ont autant d'appétit que cette népe (Nepa sp.), une punaise aquatique qui respire par le long tube qui se trouve à l'arrière de son abdomen et qui se saisie de ses proies grasse aux pinces de ses pattes avant.

DSC07639 DSC07696DSC07719DSC07701 DSC07740

 

Les mains dans la terre et pas que ...

Les enfants sont attirés par l'eau, c'est un fait incontestable. Parfois, ça méne à la catastrophe mais
qu'à cela tienne, cela fait parti des apprentissage de la vie et souvent, des souvenirs de jeunesse. 

DSC07695


La cardère sauvage (Dipsacus fullonum).

Cette plante est passionnante, sa forme cultivée a permit à nos grand-mères de filer la laine mais son secret se cache dans ses feuilles. Celles-ci forment une coupelle où l'eau de pluie se dépose et dans la qu'elle la plante insérer des enzymes. Quand les insectes s'en approchent, ils y tombent , s'y noient et y sont dissous. Les femmes de l'antiquité utilisaient cette eau comme eau de beauté et nommaient la plante bain de Vénus.

DSC07692 DSC07693

 

Les poissons.

La tourbières a été exploitée pendant très longtemps par les hommes. Quand celle-ci ne l'a plus été, les carrières de tourbe se sont remplis d'eau et sont devenues des étangs. Peu à peu des poissons sont apparus. On y trouve ainsi des tanches, des perches soleil, des carpes communes, quelques gardons et bien d'autres espèces.

DSC07689


Le veratre blanc (Veratrum album).

Cette grande plante toxique aux fleurs plus ou moins blanches est parfois confondue avec la gentiane jaune (Gentiana lutea), ce qui peut avoir des conséquences funestes. Cela vient du fait que les feuilles et le port de ces deux espèces sont très similaires quand elles n'ont pas d'inflorescences visibles. Pour les différencier il faut regarder l'insertion des feuilles qui sont chez le vératre toujours alternes et opposées pour la gentiane.

DSC07749 DSC07750

 

Le milieu.

Il est composé d'une succession de tableaux, à savoir une grande prairie fauchée et pâturée, un début de sous bois, un petit marais, des étangs plus ou moins profond et une rivière qui porte le même nom que la tourbière: l'Herretang. Cette grande variété permet de voir des espèces qui se côtoient rarement d'ordinaire.

DSC07671DSC07677 DSC07684DSC07748

 

Les fleurs des milieux humides.

Celles présentées ci-dessous ne leurs sont pas forcément affilées mais s'y croisent souvent. De gauche à droite et de haut en bas, on peut citer l'épiaire des marais (Stachys palustris), la consoude tubéreuse (Symphytum tuberosum) et le sureau noire (Sambucus nigra) qui font le bonheur des abeilles et des papillons.

DSC07649 DSC07669DSC07655 DSC07656

 

La balsmaine de l'Hymalaya (Impatiens glandulifera).

C'est une plante invasive qui détruit les biotopes et les espèces qui se trouvent à proximité d'elle de par sa redoutable adaptabilité. La voir dans ce milieu protégé me fait mal au coeur. Dans certaines zones des arrachages collectifs sont menés, pour le moment seul celui des renouées invasives (Fallopia) est pratiqué ici.

DSC07643

 

L'heure de la sieste.

Des vaches aubracs ont été introduites dans les zones de prairies de la tourbière pour les maintenir en l'état et permettre à différentes espèces d'oiseaux de nicher au sol. Cette race rustique était déjà présente à l'époque celte en Gaule et se reconnaît à ses grandes cornes noires, sa robe rousse et son naseau blanc.

DSC07755 DSC07759DSC07768


Le mot de la fin.

Découvrir un endroit que l'on connaît plus ou moins bien avec des guides nature, c'est s'assurer d'apprendre quelques secrets inédis sur celui-ci. En particulier pour ce qui est des oiseaux aux quels je suis encore peu attentive mais je travaille fortement à ne plus avoir de difficultés pour tout ce qui concerne l'ornithologie.

DSC07647 DSC07772

dimanche 24 avril 2016

Sortie dans les marais 6.

DSC03589

 Retour dans les marais de la tourbière de l'Heretang, à la frontière de l'Isère et de la Savoie. Les tourbières sont des milieux exceptionnels et rares qui abritent une faune et une flore peu communes. Elles se forment quand une zone humide se voit dépourvue de dioxygène (O²). On parle alors d'un milieu anaérobique.

 

La primevère des bois (Primula elatior). 

Cette primevère est parfois confondue avec la primevère coucou (Primula veris) mais s'en différencie par des fleurs plus grandes, le lieu de pousse (lisières, bois claires etc.), des pétales ouverts et dépourvus de marques oranges. La rencontrer en nombre peut être un signe que la forêt a peu connue la main de l'Homme.

DSC03535 DSC03536

 

Les touardons de molinie bleue (Molinia caerulea).

 Ce sont des monticules de plantes (ici de molinies) hauts de 30 à 70 cm dont la basse est composée d'un entrelacement de racines mortes sur les quelles d'autres plantes (souvent les mêmes) poussent à leur tour pour ne pas se retrouver les pieds dans l'eau. L'acidité de l'eau et du sol permet à cette base de ce maintenir et d'acceuillir tout un micro écosystème. En effet les touardons abritent des animaux et servent parfois de nichoirs.

DSC03622DSC03617 DSC03624DSC03623

 

La mésange charbonnière (Parus major).

Les mâles de cette espèce sont très bruyants. En cette période, ils chantent pour défendre leur territoire des rivales et des autres oiseaux mais aussi, pour attirer les femelles. C'est un oiseau commun qui vit toute l'année au même endroit et se rencontre un peu partout en Eurasie. Il se nourrit d'insectes, de baies et de graines.

DSC03537 DSC03538

 

La grenouille rousse (Rana dalmatina ).

C'est une grande grenouille qui vit dans les sous-bois. Ce n'est que pendant la période des amours qu'elle rejoint l'eau pour pondre ou féconder le plus d'oeufs possible. Gourmande, elle chasse de préférence la nuit les insectes, les limaces et autres les invertébrés qui font son bonheur. Elle se font bien dans son environnement.

DSC03544

 

Le crapaud commun (Bufo bufo).

C'est encore la période des amours pour ces petits crapauds. Une fois qu'il a repérer une femelle, le mâle ne la lâche plus. Il peut passer plusieurs heures ainsi agrippé à elle tend qu'elle n'a pas pondu ou qu'un autre mâle plus gros ne soit pas venu le chasser. Son entêtement peu conduire à la noyade de la femelle.

DSC03562 DSC03563DSC03639 DSC03638

 

Une ponte prolixe.

Chez les grenouilles, la ponte peut être impressionnante. Les oeufs se différencient de ceux des crapauds par le fait qu'ils formes de grosses grappes gélatineuses et non de longs rubans entre les végétaux aquatiques. Bientôt des têtard sortirons des oeufs ronds et au bout de quelques semaines, donneront de petits grenouilles.

DSC03575 - Copie DSC03576DSC03577 DSC03578 - Copie

 

La prêle des marais (Equisetum palustre).

 C'est une prêle assez commune qui pousse dans les zones humides. Contrairement à de nombreuses espèces de prêles, elle porte ses parties reproductrices sur ses tiges. Il n'y a donc pas de tiges fertiles et de tiges stériles aux quelles on est souvent habitué à cette période. C'est une plante toxique qui est parfois utilisée pour faire une excellent purin pour les plantes. En usage médicinale on lui préfère la prêle des champs (Equisetum arvense).

DSC03552 DSC03553

 

La foulque macroule (Fulica atra).

 Cet oiseau est parfois confondu avec la poule d'eau (Gallinula chloropus) qui est plus petite avec des pattes rouges et pas de tâche blanche sur le front. Dans les roseaux, la foulque trouve tout ce qu'il faut pour nicher et s'abirter. Elle préfère cependant les zones découvertes pour plonger et chercher sa nourriture dans la vase.

DSC03607 DSC03611DSC03610

 

La pézize d'Autriche (sarcoscypha austriaca).

C'est un champignon qui aime les zones humides et qui parfois, s'accompagne dans le même biotope de morilles. Il n'a pas d'interêt culinaire particulier mais s'avère détonnant le paysage encore un peu triste des marais. Il a un rôle important en se nourrissant de matières décomposées, c'est un véritable éboueur des sols.

DSC03532 DSC03533

 

Le lézard des murailles (Podarcis muralis).

C'est un lézard très commun qui, comme tous ses confrères, est protégé. Bien que proche de l'Homme et de son milieu de vie urbain, il se rencontre aussi dans les forêts et en montagne. Il aime les pierres et les vieilles souches ensoleillées où il peut bronzer mais aussi chasser les petits invertébrés dont il se nourrie.

DSC03561

 

Le crache sang (Timarcha tenebricosa).

C'est un petit scarabée qui pour se protéger, produit au niveau des articulations de ses pattes et de sa bouche un liquide orangé très amer qui débecte souvent ses prédateurs. Il s'agit d'hémolymphe, l'équivalant du sang chez les mammifères et les oiseaux. Si cela ne suffit pas il peut faire le mort pour duper son monde. 

DSC03547 DSC03548

 

Le cheval  de Camargue (Equus ferus caballus).

Une petite population de chevaux camarguais est maintenue sur le site. Ils ont pour mission de maintenir celui-ci dans son état naturel en remplaçant l'action que pouvaient avoir autrefois les troupeaux d'animaux domestiques mais aussi sauvages sur la flore et en particulier la progression d'espèces dites colonisatrices.

DSC03648 DSC03649DSC03646

 

Le pétasite hybride (Petasites hybridus).

C'est une plante dont le feuilles peuvent atteindre de belles dimensions. Enfants, nous les utilisions pour nous costumer, comme casquettes ou comme parapluies. C'est une plante riche en alcaloïdes qui sont hépétotoxiques (dangereux pour le foie) mais aussi mutagènes, c'est à dire cancérigènes. Suite a des accidents, il n'est plus possible de trouver dans le commerce ou sous licence dans de nombreux pays des extraits de ce pétasite.

DSC03599 DSC03600DSC03603 DSC03601

 

Le fuligule milouin (Aythya ferina).

 C'est un canard plongeur dont le mâle aborde un joli plumage rouge à la saison des amours. Cette espèce est en constant accroissement en Europe. Abondant en hiver (plus de 60000 individus), au printemps ces fuligules ne sont plus que 5000 à nicher au printemps. Ils mangent tout ce qu'ils peuvent trouver dans la vase.

DSC03612

 

L'Herretang en quelques mots. 

Le parcours est vraiment sympa à faire, surtout à cette période de l'année quand il n'y a pas encore trop de monde en vadrouille et qu'il est possible d'observer les oiseaux dans les arbres dépourvus en partie de feuilles. Le cours d'eau tout proche plaît aussi bien aux animaux qu'aux pêcheurs et il ne manque pas de charme. 

DSC03555DSC03567 DSC03569DSC03573 DSC03574

 

La nivéole de printemps (Leucojum vernum).

Il est assez exceptionnel d'en croiser encore, normalement la saison est terminée depuis un moment. Bien que très abondante en Europe centrale, elle est moins commune en France bien qu'il y ait de très belles stations ici et là. Dans de nombreux départements elle est protégée, en particulier dans le sud-est du pays.

DSC03645

 

L'ail des ours (Allium ursinum).

 C'est la star des blogs et des livres de cuisine sauvage. Elle est très abondante dans les zones humides ombragées et sur une bonne partie du territoire. Bien qu'elle se présente en grands tapis, il ne faut pas oublier que dans certaines régions elle devient plus rare et qu'il ne faut pas en faire de razzia. Elle peut se cuisiner d'une multitude de manière mais il faut toujours prendre garde aux plantes toxiques qui peuvent se mêler à la récolte.

DSC03654 DSC03657DSC03658

 

Le mot de la fin.

 Cet article date de plusieurs jours. Depuis la tourbière doit être bien plus fournie en fleurs et en espèces animales. Avec la fin des vacance et le retour au calme du circuit, ça doit valoir le coup d'y pointer le bout de son nez. Prochain objectif : observer les poisons, rapaces et plantes carnivores qui y vivent et s'y développent.

DSC03644 DSC03520DSC03524

lundi 6 août 2012

Sortie dans les marais (2).

SAM_3180

Promenade dans la tourbière de l'Herretang (de nouveau),
en faisant un petit détour par les étangs de Saint Joseph des Rivières.

SAM_3125 SAM_3139

Les cannes et canetons chipeaux et colvers sont peu timides tout comme les foulques macroules. La pluie
suivie d'un beau et hardant soleil a fait fuir bon nombre d'animaux,
ils sont les seuls oiseaux que nous avons pu observer.

SAM_3230 SAM_3237

Les gerbes d'or ont fleurit et attirent les abeilles des ruches installées le long du court d'eau qui longe la tourbière.

SAM_3189 SAM_3272

L'arbre à papillonS et les chardons présents dans ce milieu aquatique attirent une multitude d'insectes.

SAM_3227 SAM_3124

La morelle douce-amère est encore en fleurs mais beaucoup de plantes commencent à donner des graines. Il faut y prendre garde, surtout avec les enfants car elles sont toxique bien que la plante soit médicinale.

SAM_3264

Sur le chemin nous avons croisé, avec les jolies vaches Aubrac, de nombreux
petits crapauds communs qui ayant atteints leur forme adulte, ont quitté leur mare.

SAM_3120 SAM_3240

Autre plantes médicinales dont regorge la tourbière et les marais,
la salicaire commune (à gauche) et le bouillon blanc (à droite).

SAM_3121 SAM_3241

Il en est de même avec la consoude (à gauche) et le serpolait (à droite)
qui est aussi un excellent aromate, car il s'agit du thym sauvage.

SAM_3263 SAM_3211

La grande bardane est passée, mais la bardane commune (à gauche) continue à fleurir. Les viornes boules de neige sont en graines (attention aux graines qui chez certaines espèces sont toxiques !). C'est un arbuste qui à longtemps été utilisé par les sorcières dans leurs rites.

SAM_3277

Des oiseaux ont commencé un nid sans l'achever. Ce dernier est tombé au sol.
On y distingue des plumes, des poils et des bouts de crins qui ont servit à sa confection.

SAM_3149 SAM_3261

La pluie nous a accompagné pendant une bonne partie de la journée
mais cela ne nous a pas empêché de nous amuser.

SAM_3219

Nous avons même pu faire d'immenses chapeaux avec des feuilles de pétasite hybride.

mardi 10 juillet 2012

Sortie dans les marais (1).

Pour plus de photos et d'informations, c'est ici:

http://passisage.over-blog.com/article-la-tourbiere-de-l-herretang-72513792.html

(si le lien ne marche pas, postez le dans la barre url ou celle de recherche)

SAM_1619

Visite de l'herretang cet après-midi. Contrairement au moi d'avril de l'an dernier,
les phragmites sont immenses et bien verts ce qui crée un véritable mur végétal.

SAM_1556 SAM_1548P1000215

(photo de bas de Roseline.L)

Dans cette troubière aménagée, le circuit permet d'admirer des vaches Aubrac, une race gauloise très rustique et autonome, qui paissent dans la prairie marécageuse. Pour plus d'infos:
http://www.race-aubrac.com/fr/race/caracteristiques.php
Des chevaux camarguais accompagnent aussi les promeneurs sur une partie du chemin qui traverse leur enclos.

P1000261

(photo Roseline.L)

SAM_1636 SAM_1633  SAM_1640 SAM_1641

De nombreux plants de bardane pousse le long de la berge. C'est un bon comestible qui peut être mangé en gratin, ratatouille, soupe... Pour le cuisiner c'est par là: http://sauvagement-bon.blogspot.fr/search/label/bardane

P1000259 P1000262

(photos Roseline.L)

SAM_1566P1000217 

(CI-DESSOUS : photo de Roseline.L)

La reine des près recouvre la prairie. Très parfumée, on utilise ses fleurs séchées
pour aromatiser les crèmes brûlées, les gâteaux et crèmes anglaises.

SAM_1651 SAM_1595

La proximité des mares et la diversité végétale du milieu attirent un grand nombre d'insectes facilement observables comme cette grosse sauterelle verte mâle à droite ou cette demoiselle à gauche au corps vert et aux ailes couleur or. Les libellules sont très présentes en ce moment, en particuliers les demoiselles qui sont en pleine période de reproduction. Attention aux moustiques et aux tiques, eux aussi sont à la fête.

SAM_1642

Certains sureaux sont encore en fleurs et dégagent un doux parfum. Beaucoup d'espèces végétales
sont en fleurs. Attention bon nombre d'entre elles sont toxiques.

SAM_1648 SAM_1587

À gauche des chardons à queue nue qui peuplent la prairie.  À gauche des fleurs de liseron, une liane
qui s'enroule autour des ajoncs pour trouver le soleil, là où le sol est imbibé d'eau. 

SAM_1561 SAM_1628

À gauche la verge d'or du Canada, qui commence à fleurir et qui au court de l'été forme d'énormes bosquets jaunes dorés. À droite la consoude, qui a servit de remède pendant longtemps pour les os et en particulier les fractures. Néanmoins elle est toxique dans une certaine mesure, en particulier la racine bien que les feuilles soient consommées. Elle a entraîné l'empoisonement de plusieurs personnes par sa consommation en infusion.

SAM_1629 SAM_1569

À gauche une plante courante par ici, la vesce de Cerdagne.  À droite une scrofulaire
aquatique qui fût utilisée pendant longtemps pour ses propriétés médicinales.

SAM_1571 SAM_1573

Attention le vératre blanc est lui aussi sorti.
Ces feuilles sont semblables à celles de la gentiane jaune.
C'est une plante très toxique appelée tabac du diable.

SAM_1627

 La morelle douce-amère est une très belle plante, qui comme le liseron grimpe sur les ajoncs.
Ses fleurs et ses baies non matures sont très toxiques, en particulier pour les enfants.

SAM_1607

La lentille d'eau entoure les passerelles surélevées.

SAM_1645

Il est facile d'observer un bon nombre d'animaux aquatiques, notamment à travers des palissades aménagées. Cependant ce rat musqué, à ne pas confondre avec le ragondin, ne se formalise pas de notre passage sur le chemin. Rats, tourterelles des bois, faucons, grenouilles, canards, corneilles, foulques, campanules remarquables, fougères, chevreuils, ibellulesn azurésn carpes et bien d'autres sont aussi visibles sur le site.

P1000272 P1000281

(photos Roseline.L)

Deux hérons cendrées et un foulque ont animé la promenade.

Pour plus de photos et d'informations, c'est ici:

http://passisage.over-blog.com/article-la-tourbiere-de-l-herretang-72513792.html

(si le lien ne marche pas, postez le dans la barre url ou celle de recherche)