samedi 11 avril 2020

Sortie en montagne 30 : la Savoie, ça vous gagne.

DSCN1139Nous y voilà de nouveau. Non contents d'y avoir passé quelques jours, nous sommes repartis en vadrouille pour cette fois-ci explorer les contrées de la Savoie et de la Haute Savoie et comme toujours, en nous concentrant sur les grands lacs. Bourget du lac, lac d'Annecy et lac Leman, voici quelques unes de nos escales alpines qui prennent vite des airs de séjour balnéaire. Pourtant, nous ne sommes pas là pour lézarder, mais pour nous perfectionner dans l'observation des oiseaux et sommes bien heureux d'avoir pu découvrir de nouvelles espèces tout en saisissant les subtilités de la parade nuptiales d'autres. Cette fois encore, ce ne sera pas la botanique ni la mycologie qui primeront mais cela tarder avec l'arrivée des beaux jours et du printemps, enfin, quand il nous sera permis de sortir. En attendant, on se plonge dans les archives 2019 pour faire un peu de tri et se souvenir.

DSCN0584              DSCN0585

Arrêt à Motz. Nous retournons faire la ballade qui nous avait temps plus la première fois de notre venue. Les tarins des aulnes (Spinus spinus) s'agitent dans les arbres, occupés à picorer les strobiles (fruits femelles) d'un aulne glutineux (Alnus glutinosa). Avec son plumage jaune vif, son casque noir et son ventre blanc légèrement moucheté de noir et de gris, on le reconnaît aisément. La plupart repartirons bientôt dans le grand nord.

DSCN0609Le nid est tressé avec adresse par les deux parents au sommet d'un arbre. On ne le détecte qu'aux cris aigus des parents à la fin de la saison des amours et aux piaillements des poussins. La ponte donne 4 à 6 oeufs qui ne seront couvés par la femelle que pendant deux semaines. C'est le même temps qui sera nécessaire aux deux parents pour nourrir leurs petits avant que ceux-ci prennent leur envol. Réglés comme du papier à lettre.

DSCN1064La mésange bleue (Cyanistes caeruleus) est un oiseau sublime qui porte sans mal son nom.  Vive, elle est un peu plus petite mais plus agressive que la mésange charbonnière (Parus major) qui présente une tête noire. Celle-ci aborde une plumage nuptiale extrêmement vif qui là rend plus que photogénique. I est bien difficile de différencier mâle et femelle, même en l'ayant en main, la taille et la dimension de la calotte bleue étant de quelques millimètres plus importante chez monsieur. Se déplaçant souvent en petite troupe, elle devient très territoriale à la période de reproduction. Le couple formé met beaucoup d'énergie à chasser les intrus de son territoire. C'est sur celui-ci que l'on trouve le nid, fait de mousses, de poils, d'herbes sèches et de plumes dans une cavité. C'est là que 9 à 13 poussins seront élevés avant de prendre leur indépendance. Les jeunes se reconnaissent à leur plumage jaune.

DSCN0554Nous rêvons éveillés. Nous ne pensions pas voir cette oiseau ici, et notre rencontre se fait tout à fait au hasard. Voici la rémiz penduline (Remiz pendulinus), dont le mâle aborde un masque noir tel Zorro, un dos bleu-grisé et des ailes brunes. Son nom de penduline vient de son nid, qui à la façon des tisserins, se présente comme une nacelle fermée de brins d'herbes sèches entre mêlées. Au paravent, nous ne l'avions vu qu'une seule fois.

DSCN0561Six oiseaux, deux femelles et quatre mâles s'aventurent au sommet des phragmites (Phragmites australis). Nous ne les verrons pas les autres jours, le vent et la pluie, même légers, les dissuadant de se poser au sommet des joncs. Ils ne sont pas connus pour nicher en Savoie et en Haute Savoie et bien que présents sur le site pendant tout l'hiver, ils repartiront bientôt, de préférence dans une ripisylve de peupliers et de saules.

DSCN0613              DSCN0576

Entre les roseaux, deux corneilles noires (Corvus corone) dans une cuvette de pierre font leur toilette dans l'eau du Rhône. Une vraie baignoire de luxe. Le fleuve s'ouvre en une grande étendue où les cygnes, les cormorans, les colverts et autres foulques prennent plaisirs à barboter avec en fond, la montagne enneigé. L'endroit est tout trouvé pour observer les oiseaux s'ébattre et vaquer à leurs occupations, depuis la rive sur un banc. 

DSCN0917Les bruants des roseaux (Emberiza schoeniclus) peuvent se montrer nombreux quand un endroit leur plaît. Il ne faudrait pas pour autant imaginer que leurs populations se porte bien. La diminution vertigineuse de leurs effectifs les places désormais parmi la liste des passereaux menacés en France. Il s'agit ici d'une femelle, reconnaissable à sa tête brune ou non entièrement noire, caractéristique propre aux mâles adultes.

DSCN0712Premiers pas de l'année
au bord du lac du Bourget.

Enfin, nous partons à l'abordage des rives du lac du Bourget. Expiant les mauvais souvenirs de pluies et de vent lors de notre dernière venue, nous profitons d'un ciel certes gris, mais sans goutte, pour faire nos vrais premières observations ornithologiques. Les grèbes huppés (Podiceps cristatus) sont en pleine parade, nous les croiserons de nouveau un peu plus tard dans le séjour où nous pourrons observer de près leurs ébats amoureux. Il y a peu de monde, la neige n'ayant pas encore attiré la plupart des amoureux des cimes blanchies. C'est une aubaine pour nous. Oeil plongé dans la longue-vue, mains serrées sur les jumelles et regard rivé sur la surface de l'eau, nous sommes attentifs au moindre mouvement. En décembre, plus d'un millier d'oiseaux étaient réunis là. Ce jour, ils sont un peu plus de 300, ce qui donne tout de même de quoi travailler.

DSCN0634             DSCN0684

J'adore les bergeronnettes grises (Motacilla alba). Leurs petits sauts, leurs aller-retours incessant de leur queue et leurs hochements de tête en font de véritables oiseaux à piles. Grande bavette et casque noirs, face blanche et corps gros, on les reconnaît aisément. Elles sont toujours liées à des milieux humides, que ce soit un champ détrempé, une berge de rivière ou la rive d'un grand lac. Elles se nourrissent de petits invertébrés.

DSCN0640Le comptage est lancé. Les grèbes huppés se promènent endormis parmi les fillugules morillons (Aythya fuligula). Après de longues minutes, voici que quelques fillugules milouins (Aythya ferina) aux yeux rougis et même des nettes rousses (Netta rufina) à la belle crête orange font leur apparition. C'est toujours la même histoire, c'est à force de patience (chose que je n'ai pas toujours), que l'on fini par être récompensé.

DSCN0685              DSCN0730

DSCN0833               DSCN0835

Levons la tête, voici les voltigeuses qui partent en chasse dans les airs. Une soixantaine d'hirondelles de rocher (Ptyonoprogne rupestris) font leur apparition. Elles profitent des nuées de moucherons et de drosophiles pour se nourrir. Quelques querelles éclatent ça et là et se soldent souvent par des courses poursuites que nous avons bien du mal à suivre du regard temps les oiseaux passent à toute vitesse devant nous.

DSCN0759Ventre gris, corps noirâtre et légères tâches blanches sur la queue, leur profil fin semble taillé pour la vitesse. Peu bavarde, elle s'installe le plus souvent dans les falaises rocheuses, parfois à très haute altitude. À l'hiver venu, elles se rassemblent en grand groupe et s'installent à proximité des lacs et zones humides de basse altitude, le plus souvent à proximité de grands reliefs et ne part pas en migration à l'autre bout du monde.

DSCN0844Château Thomas,
une toute nouvelle observation.

Encore des fillugules morillons (Aythya fuligula) ? Oui, et ce n'est pas fini, d'ailleurs si vous cliquez sur l'image, vous verrez qu'ils ne sont pas seuls - un véritable où est Charlie ? - la pluie tombe par fines gouttes et le ciel est gris, mais nous sommes à l'abri dans le grand observatoire se trouvant à quelques pas des ruines du château Thomas. Face à nous, une héronnière de hérons cendrés (Ardea cinerea), un site de nidification de grands cormorans (Phalacrocorax carbo) et des centaines de canards. Nous profitons aussi du calme ambiant pour écouter les nombreux chants des passereaux qui entâmes leur saison de reproduction. Il fait étonnamment doux, ce qui nous permet d'aborder la météo avec un sourir en coin de lèvres.

DSCN0846              DSCN0858

Enfin nous le rencontrons ! Le fillugule milouinan (Aythya marila) est là, au rendez-vous. Ils sont même deux à se promener sur l'eau, au milieu de 500 fuligules morillons. Proche de ce dernier, le milouinan se différencie par l'absence de huppe, un dos strié de blanc et de girs et une tête présentant des reflets verts. Particulièrement rare en Rhône Alpes, préférant d'ordinaire passer l'hiver en France vers des zones plutôt marines.

DSCN0875Le spectacle ne s'arrête pas là. Soudain, sur le piquet se trouvant à 2 mètres de la fenêtre devant laquelle  nous tenons, un jeune mâle d'épervier d'Europe (Accipiter nisus) se pose. Je peine à laisser exprimer mon émotion sur le moment. Ce petit rapace est spécialisé dans la capture d'autres oiseaux, même si on peut l'observer plus rarement à capturer de petits rongeurs. Le mâle se distingue par le roux de sa gorge et sa petite taille.

DSCN0876              DSCN0877

Celui-ci semble être un habitué du lieu, une touffe de plumes blanches à l'arrière de sa tête le distinguant. Tout noble qu'il puisse paraître, une bourrasque de vent et son inattention ont vite fait de le faire glisser de son perchoir. Il préfère alors rejoindre une branche sèche d'un peuplier tombé au sol, lui permettant à loisir d'observer les grands vols d'étourneaux. Pourtant, il dédaigne se mettre en chasse, signe que la faim ne le tiraille pas.

DSCN0888Des feuilles morte dans un arbre ? Non, juste une centaines d'étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) posés sagement. La présence du prédateur ne semble pas les effrayer outre mesure. Silhouette trapu mais profil en vol élancé, vol rappelant celui d'un avion de chasse, ventre rebondi et plumage semblant noir de loin, sans oublier les gris confus, le doute n'est pas permis. Les étourneaux peuvent se montrer être de formidables imitateurs, reprenant les cris de la buse variable, le chant du loriot d'Europe ou le klaxonne d'une voiture. Le groupe ne tardera pas à se séparer, les couples pouvant s'intaller à proximité des uns et des autres mais ne formant alors plus de grands rassemblements. Il faudra alors attendre la fin du sevrage des jeunes pour voir de nouveaux les  vols noircissant le ciel. Fait amusant, les mâles peuvent se montrer polygyne, c'est à dire ayant à plusieurs une seule femelle.

DSCN0865              DSCN0843

Il n'y aura pas plus de couleurs avec les deux espèces suivantes. Un héron cendré (Ardea cinerea) se pose sur l'un des petites île, dans l'espoir de faire une bonne pêche avant de retourner à son nid se trouvant non loin de là. En face de lui, un couple de canard souchet (Spatula clypeata) filtre la vase pour se nourrir. Son étrange bec lui permet de récupérer le plancton et les micro-organismes contenus dans la boue et en suspension dans l'eau.

DSCN0966Nous, le lac Leman :
ses oiseaux et son immensité.

Nous y voilà, à la frontière de la Suisse, des Alpes et de la Haute Savoie. Le ciel bleu est superbe, l'horizon infini et les eaux sont calmes. Toutes les conditions sont réunies pour profiter superbement du lieu. Cependant nous déchantons un peu. Les rives du lac sont très urbanisées, partout où nous portons le regard, nous avons le sentiment que la nature a laissé place au béton et au bitum. Les rares zones végétalisées sont pour beaucoup composées d'herbe rase et d'arbres alignés aux milieux des quels des caravanes, des huttes et des tentes se dressent fièrement. Rien n'excite alors notre alors notre âme naturaliste face à ce spectacle, jusqu'a ce que nous dirigions notre longue vue et nos jumelles en direction du coeur du lac.

DSCN0934              DSCN0935

Les plages sont couvertes de coquillages, on se croirait à la mer. Si l'image peut sembler romantique, elle n'a rien de tendre. Il s'agit de la palourde asiatique (Corbicula fluminea), une espèce invasive qui met à mal les espèces locales au risque d'en faire disparaître certaines mais aussi, qui endommage nos infrastructures humaines. Celle-ci peut notamment bloquer les grilles et filtres des barrages et des centrales hydrauliques.

DSCN0931Le polypodium commun (Polypodium vulgare) est une petite fougère dont la racine au goût sucrée et de réglisse était suçotée comme un bonbon par les écoliers sur le chemin de l'école. D'ordinaire on l'a rencontre plutôt en lisière forestière, sur les troncs moussus, les sols riches et les talus humides. Ici elle préfère la fraîcheur du lac.

DSCN0951              DSCN1128

Comme toujours, les harles bièvres (Mergus merganser) sont de la partie. Si les mâles présentent une jolie tête verte, je préfèrent nettement les femelles au plumage flamboyant. C'est un des très rares canards piscivores (c'est à dire se nourrissant de poisson). Son bec est même équipé de fausses petites dents lui permettant d'harponer sans difficulté la friture. C'est ce qui lui a valu en Amérique du Nord de grand bec-scie.

DSCN0938Topo sur le lac Leman en quelques chiffres. Lac reliquaire, issu de la fonte des glaciers, il est le plus grand lac alpin d'Europe de l'Ouest. Mesurant pas loin de 73 km de long et 14 km de large, il peut depuis certains postes d'observation, donner l'impression de contempler la mer tant l'horizon ne se dessine pas à nos yeux. Le tout donne une superficie de 581 km² et un volume de 89 km³, soit pour se représenter l'imensité que cela peut être 3 560 000 piscines olympiques. Profond par endroit de 309 mètres, il accueille une 30 aines d'espèces aquatiques dont des truites lacustres (Salmo trutta lacustris). Certaines histoires de pêcheurs racontent que des truites vivant cachées dans les profondeurs auraient plus de cent ans et dépasseraient les 2 m là où l'espèce dépasse rarement les 90 cm. Combative, les plus grosses peuvent atteindre 10 à 15 kilos pour le plus grand bonheur des restaurants des rives qui l'affichent sans mal à leur carte. Chaque année, c'est un peu plus de 10 tonnes qui sont prélevées dans le lac.

DSCN0970              DSCN0979

À nouveau levons la tête. Une 30 aines de goélands leucophés (Larus michahellis) tournent dans les airs. Ces oiseaux, pas toujours très aimés, font preuve d'une vive intelligence. Qui aurait pu croire qu'à l'aube des années 1900, il était au bord de l'extinction ? En une cinquantaine il a fait un retour incroyable, allant jusqu'à s'installer dans les terres, le littoral étant souvent trop urbanisé pour lui permettre de s'installer convenablement.

DSCN0962Sa cousine la mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus) se trouve non loin de là, sur un énorme roche au milieu de l'eau. Les adultes se reconnaissent à la leur tête qui à la saison des amours approchante, se couvre de plumes noires. Les juvéniles présentent de leur côté une simple tâche noire à l'arrière de l'oeil, comme les adultes en internuptiale (hors reprodruction), mais aussi des plumes brunes sur les ailes.

DSCN0988              DSCN0984

Voici mon canard préféré, le fuligule morillon (Aythya fuligula). Le mâle se reconnaît aisément à ses flancs blancs ainsi qu'à sa tête, son poitrail, son dos et sa queue noirs. Son oeil doré et sa huppe son également déterminants pour l'identifier. Il ne tardera pas à quitter la France pour rejoindre l'Islande, la Scandavinie et les pays britanniques où il niche. Le nid au sol se compose de végétation et comporte jusqu'à 11 oeufs blancs ovoïdes.

DSCN0996Pour rester dans la gamme de couleurs, voici la foulque macroule (Fulica atra). Souvent confondue avec la poule d'eau (Gallinula chloropus), elle se différencie par son plumage noir, son bec et sa tâche blanche sur la tête et ses pattes aux doigts larges lui permettant de marcher sur la vase et la boue sans s'y enfoncer. Elle se montre complètement adaptée à son milieu de vie : les étangs, les lacs, les marais aux pièces d'eau ouvertes et les lônes aux eaux calmes. C'est un oiseau principalement herbivore pouvant plonger pour aller chercher des algues et des herbes aquatiques. Cependant elle peut compléter son régime en se nourrissant de petits mollusques et d'insectes. Le nid de grande taille se compose de végétaux flottants. À la naissance des poussins, le mâle et la femelle se répartissent les petits puis partent élever de leur côté pendant 4 semaines, âge où ils pourront se débrouiller seuls. Le père construisant une nouvelle plate-forme pour l'élevage là où madame reste au nid.

DSCN1012              DSCN1008

Plus de 70 % des rives du lac sont urbanisées. La faune sauvage n'y trouve que difficilement sa place. La preuve ici avec ces grands cormorans (Phalacrocorax carbo) qui sur leur arbre mort immerge, font face à la carrière de gravier dont le bras mécanique fait un vacarme de tous les diables. Celle-ci est adossée à une aire protégée où les oiseaux trouvent un bref répit, sans pour autant parler de quiétude pour ces derniers.

DSCN1009Le gravier, une denrée si importante pour les animaux. Les mouettes et les sternes y nichent, les gravelots y cherchent leur nourriture, les invertébrés s'y cachent et les promeneurs déambulent sur les plages qui en sont constitués. Bien des enjeux et des tenions se cristallise autour de cette élément minéral qui à première vue nous semble bien anodin. Pourtant, sans lui par de bâti, de routes ou de parterre fleuris bien entretenus.

DSCN1002              DSCN1004

La question des chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) se pose dans de nombreux parcs urbains mais aussi chez les particuliers. Cette orite à longue queue (Aegithalos caudatus) semble peut s'en soucier. De son bec fin, elle prélève quelques brins de soie qui compose le nid des larves pour aller construire le sien un peu plus loin. Insectivore, elle ne se frotte pas pour autant aux chenilles qui sont à porté de son bec.

DSCN1034Il n'y a rien de plus beau que la parade des grèbes huppés (Podiceps cristatus).C'est une danse aquatique rythmée de cris, de mouvements saccadés de cou, d'hochements de têtes, de petits plongeons, d'offrandes d'algues et de becs frottés contre les plumes. Mâles et femelles s'observent l'un l'autre exécuter leur ballet avant de le reprendre ensemble sur le même tempo. Ils resteront unis entre mars et juillet avant de se quitter.

DSCN1028     DSCN1032     DSCN1038     DSCN1040

Pendant la période de reproductions, les oiseaux en âge de se reproduire abordent une superbe double huppe de plumes noires et fauves. Le reste de l'année, leurs couleurs sont beaucoup plus discrètes, entre le gris et le blanc.

DSCN1058              DSCN1061

À l'approche d'une haie, nous croisons une volée de moineaux domestiques (Passer domesticus). Ce petit granivore fait de moins en moins partie de notre paysage, 70% de ses populations s'étant effondrées sur le vieux continent, la faute en partie à la disparition de son habitat. Les milieux dépourvus de végétations, désertiques mais aussi trop forestiers ne lui conviennent pas. Présents en villes, il se rabat de peu à peu sur les lotissements.

DSCN1070Le cornouillier mâle (Cornus mas) est en pleine floraison. Contraiement à ce que je pensais, c'est un arbuste décrit comme peu courant en France. Dans la mythologie il est lee symbole d'Apollon, dieu de la beauté, des arts, de la lumière, de la guérison mais aussi de la peste qu'il répend à l'aide de son arc. Se rangeant du côté des troyens dans les guerres hélénique, c'est pourtant en cornouillier mâle qu'est fabriqué le cheval de Troie, ingénieuse invention  d'Epéios, qui signera le début de la prise de la ville et la disparition de son peuple.

DSCN1076              DSCN1089

 

DSCN1114             DSCN1117

Trois culs sont levés au ciel. Ce sont ceux des sarcelles d'hiver (Arnas crecca). Le mâle se reconnaît à sa tête brun et à son grand sourcil vert. Comme bien des oiseaux, c'est également une espèce qui subit des variations de population, son habitant ayant diminué de 20 à 80% selon les secteurs. Le drainage des zones humides et la bétonisation des berges étant quelques uns des exemples de l'impact de l'homme sur ces animaux.

DSCN1106La photo est floue et pour cause, le petit groupe que voilà se tient loin de la rive. Nous ne nous attendions alors pas du tout à croiser un tel spectacle. Il s'agit de macreuses brunes (Melanitta fusca), une espèce qu'il est extrêmement rare de rencontrer en cette période ailleurs que sur les côtes de la manche, au nord de l'Atlantique et sur la mer du nord. Migrant pour nicher au printemps venu dans la toundra, elle est réputée pour ne faire que de court déplacement migratoires, ce qui explique en partie notre surprise. Bonne plongeuse, la macreuse peu facilement plonger à plus de 10 mètres de profondeurs pour aller chercher les mollusques, les petits crustacés, les insectes et les poissons dont elle se nourrie. C'est ce que nous avons pu observer pendant que les 12 individus observés s'adonnaient à leur session de pêche, avec un comportement n'allant non pas sans rappeler l'oiseau qui suit.

DSCN1131               DSCN1136

Dernière surprise du séjour, les grèbes à cou noir (Podiceps nigricollis). Nous les avions observés au début de l'hiver, du côté de la Méditerranée. Force est de constater qu'ils se plaisent également sur les lacs de montagne. Ici, les adultes ont commencé à aborder leur plumage nuptiale si particulier. Flancs fauves, tête et cou noirs, une grande touffe de plume blonde à l'arrière de leurs yeux rouge, les voilà parés pour la saison des amours.

DSCN1246J'ai mentie. En réalité il me reste encore une observation mémorable à vous présenter, la plus belle du séjour pour nous. Il s'agit du tournepierre à collier (Arenaria interpres) et pas n'importe lequel. Au lac Leman, cela fait 18 ans qu'est mentionné un tournepierre hivernant, le seul de toute l'Europe de l'Ouest,  de là à dire que c'est le même depuis si longtemps, il n'est guère facile de le savoir, aucune bague ne figurant sur ses pattes orangées.

DSCN1192              DSCN1227

Minuscule, il semble à peine plus gros que la bergeronette des ruisseaux (Motacilla cinerea) qui l'accompagne dans sa recherche de nourriture. Vif, il retourne les galets pour dénicher les larves, les crustacées et les insectes qui figurent à son menu, un comportement dont il tire son nom. Quel plaisir de le regarder s'affarer depuis le ponton, notre oeil dans la longue-vue. Ce n'est que la tombée de la nuit qui nous tire de notre contemplation.

DSCN1276              DSCN1274

Le saule marsault (Salix caprea) est le premier à donner en spectacle ses chatons argentés. Ici il s'agit d'un arbre mâle et son pollen jaune, porté par le vent, ira donner naissance au contacté d'un chaton femelle à une graine. Elle aussi se ferra fille de l'air quand elle arrivera à maturité. D'à peine 0,2 mm, elle sera transporté dans une capsule cotonneuse. On parle alors d'espèce dioïque, c'est à dire dont l'individu est soit mâle, soit femelle.

Le périple s'arrête là. Nous en avons pris plein les yeux et le coeur. Nous partons cependant sur une petite fausseté, notre hébergement nous ayant laissé un goût amer. Rien de bien grave, il y a bien des endroits où dormir et/ou poser sa tente quand les beaux jours feront leur première apparition. Nous ne quittons les Savoie que pour un temps. Amoureux de ce pays, nous y retournerons très vite pour en découvrir les merveilles.

DSCN1262              DSCN1248


dimanche 5 janvier 2020

Sortie dans les marais 17 : la cigogne noire.

DSC07382

Voilà un titre qui laisse peu de suspense. Je pense qu'il s'agit ici de notre plus belel observation de l'année. Nous sommes au coeur de l'automne, il fait gris et il pleut ça et là quelques gouttes. Tout autant de raisons pour partir en direction de la Dombe. Nous avons alors un objectif : observer des tadornes de Belon (Tadorna tadorna), un beau canard coloré au petit gabarit. Sur la route, une couleuvre à collier helvétique (Natrix helvetica), notre première de l'année. Nous nous arrêtons pour la dégager de la route, craignant qu'elle ne se fasse écraser. J'avoue l'avoir dégagé un peu brutalement avec le pied, n'étant vraiment pas en confiance au milieu de cette voie où les conducteurs sont nombreux à frôler les 100 km/h avec leurs bolides. Nous portons les yeux sur les champs alentours. Elles sont là, 21 cigognes blanches (Ciconia ciconia) sont tranquilles dans un prés d'herbes hautes. Elles sont bien connues dans la Dombe, une partie d'entre elles nichant même dans le parc des oiseaux. À l'origine migratrices, elles se sédentarisent de plus en plus sur le territoire.

DSC07391

Et au milieu de tout cela, la cigogne noire (Ciconia nigra). Rarissime, discrète voire fantomatique, nous n'en revenons pas. Très farouche, nous sommes séparées  d'elle par deux champs, une petite phragmitaie et la route, de quoi mettre une bonne distance entre l'oiseau et nous, ce qui nous permet de bien l'observer avec notre longue vue sans l'incommoder, l'animal étant sensible au dérangement et pouvant abandonner un site si trop fréquenté.

DSC07379              DSC07393

Plus petite que la cigogne blanche avec 95 à 100 centimètres, on peine à croire qu'elle ne fait que 3 kilos quand on voit qu'elle peut déployer une envergure d'1,55 mètres. Nous avons été fascinés par son plumage qui de loin noir, semble de près métallisé, avec de beaux reflets vert et violets. Son bec, d'ordinaire rouge vif comme le contour de son oeil, semblait sur cet individu très terne, ce qui indique qu'il s'agissait sans doute d'un jeune.

DSC07371

Habituée aux milieux ofrestiers où elle niche en solitaire, elle reste inféodée aux milieux humides où elle se nourrie d'insectes et d'amphibiens. Ce n'est que pendant les migrations que l'on peut aisément l'observer. Ce n'est que peu voire pas courant de croiser une cigogne noire à cette période de l'année. Peut être faut-il y voir un animal perdu, blessé ou malade ou comme pour les cigognes blanches, un changement de comportement de l'espèce.

DSC07425              DSC07414

Bien d'autres oiseaux passent dans le ciel tel des grands cormorans (Phalacrocoras carbo) dont les hommes poussés par leurs bêtise ont décidé de légaliser le tir de 11000 d'entre eux. Effet inattendu, la longue vue posée en bord de route à un effet plus que bénéfique. Les fous du volant, pris au dépourvu, y voit l'intervention de la Maréchaussée et appuie sans vergogne sur le frein, nous assurant plsu de sécurité et de tranquillité.

DSC07366

Ce ne sont pas les seuls échassiers qui nous donne de la joie ce jour là. 49 grues cendrées (Grus grus) se promènent dans un champ immergé. C'est la première fois que nous les voyons ailleurs qu'en Camargue à l'exception d'un vol nocturne au dessus de Vienne et, la première fois que nous pouvons les prendre en photo posées. Elles sont accompagné de 4 autres grands échassiers : la grande aigrette (Ardea alba), le héron cendré (Ardea cinerea), de l'aigrette garzette (Egretta garzetta) et d'une cigogne blanche (Ciconia ciconia) solitaire.

DSC07423              DSC07431

Derrière nous, un grand étang qui protégé, abrite une multitude d'oiseaux d'eau. La chasse battant son plein, pas moins d'un millier de colverts (Anas platyrhynchos) sont venus trouver refuge dans ce havre de paix. Ils sont accompagnés de sarcelles d'hiver (Anas crecca) ainsi que de canards siffleurs (Mareca penelope) et de canards pilets (Anas acuta) que nous observons avec plaisir pour la première fois.

DSC07434

Dans les airs, des rapaces nous survolent. Ce ne sont ni des buses ni des crecerelles mais bien des busards des roseaux (Circus aeruginosus). Hormis cet été sur l'île de Ré, nous ne les avons jamais vu de si près et c'est la première fois que nous en apperçevons autant. Atteignant 110 à 130 centimètres d'envergure, il s'attaque aux petits animaux des roselières. Nous l'avons même observé en chasse sur des petits passereaux indéterminés.

Si vous voulez tout savoir, nous avons bien vu nos tardornes de Belon (Tadorna tadorna), accompagnés de canards souchets (Anas clypeata) au bec et aux couleurs si atypiques. Bref, un moment magique qui nous a émerveillé, avec une pointe d'amertume à l'idée qu'une grande partie de ces oiseaux soit tirés bien que vulnérables voire menacés pour certains. De quoi nous démoralisé en rentrant sur la métropole lyonnaise.

DSC07374              DSC07378

samedi 14 décembre 2019

Sortie dans les marais 16.

DSC06809

C'est le week-end ! Le soleil brille dans le ciel et l'air ambiant est doux malgré que nous soyoons en automne. Il faut en profiter. Nous voilà donc partis en direction Miribel Jonage, un ensemble de grands lacs formés par l'extraction des graviers issus de l'ancien lit du Rhône. D'ailleurs, la carrière est toujours en fonction et chaque fillon exploité à vocation à finir en étendue d'eau. Si une partie du plus grand étang est dédié à l'homme et à ses activités ludiques à travers une grande base nautique équipée entre autre d'un golf et de pontons à bateau, le reste de l'espace est relativement calme et seuls les promeneurs et les pêcheurs s'y aventurent. Cela en fait donc un avre de pais pour de nombreuses espèces, en particulier pour les oiseaux hivernants qui y trouvent refuges. Enfin, c'est un corridor écologique qui permet aux animaux revenants du sud de prendre repos dans leur périple avant de continuer leur traversée qui, entre autre, relie le fleuve Rhône aux zones humides de la Dombe.

DSC06839              DSC06814

Entrés dans la lisère, nous tombons sur deux espèces que j'aime beaucoup. À gauche il s'agit de l'aubépine monogyne (Crataegus monogyna) aux beaux fruits rouges et à la floraison mellifère. Pour rester dans les odeurs, à droite il s'agit du calament nepeta (Clinopodium nepeta), plante très parfumée aux fleurs violines utilisée en Corse comme herbe aromatique dans la cuisine, chose que l'on ne retrouve pas sur le continent.

DSC06812

Une jolie liane aux baies rouges s'enroule sans faire de mal au branches des buissons qui bordent le chemin. Il s'agit du tamier commun (Dioscorea communis) qui à cette période de l'années des feuilles jaunes en forme de coeur.

DSC06807

Surnommé sinistrement herbe aux femmes battues, il était employé pour dissimuler les hématomes et autres bleus. Entièrement toxique, les jeunes pousses peuvent être toute fois consommées après avoir été récoltées au printemps puis passées dans au moins deux eaux de cuisson distinctes. Elles sont alors accommodées comme des asperges.On les connaît alors sous le nom de respountchous et sont assez prisées dans le sud de la France. On ne serait réserver le même traitement aux fruits ou au tubercules qui, dangereux par ingestions, peuvent également provoquer des dermites s'ils sont trop manipulés à main nue voire même des ampoules là où ils ont été en contact avec la peau.

DSC06818

Sur un vieux champignon de bois, un bout de mue de serpent. Il s'agit des écaille ventrales, reconnaissables à leur grande taille et que l'on appel parfois gastrosteges. Composées de kératine à l'instar de nos ongles, elles protègent le corps du reptile, retiennent l'humidité et l'aident même à se mouvoir. La mue intervient à différents âges de l'animal. Celui-ci doit le plus souvent gêner pour pouvoir sortir de son ancienne peau avec aisance.

DSC06816              DSC06823

En parlant de champignon, le voici. Il s'agit peut être d'un polypore hérissé (Inonotus hispidus) dont la carpophore délavé par la pluie lui confère un aspect blanc.  Poussant sur le tronc tombé à terre d'un peuplier noir (Populus nigra), il est connu pour s'installer souvent sur les vieux fruitiers, en particulier les pommiers (Malus sp.). Quand il est encore frais, il présente un chapeau roux et brun velouté, presque poilu.

DSC06840

Sur le lac, plus de 500 foulques macroules (Fulica atra) se ressemblent en grand bancs. Nous sommes pliés de rire à les observer. Outre le vacarne, les osieaux se divisent en petits groupes tournants sur eux mêmes avant de se réunir, semblant au loin à des radeaux à la dérive. En période de reproduction il en est tout autre chose, les mâles devenant très territoriaux et ne laissant approcher que certaines femelles dans l'espoir de les courtiser.

DSC06849              DSC06857

Pafois confondue avec le poule d'eau (Gallinula chloropus), on la différencie par son bec blanc et la tâche de la même couleur qui orne son front, ainsi que sa grande dimension et ses pattes aux larges doigts gris. Omnivore, on l'observe souvent à se nourrir de végétaux  attrapés dans le fond vaseux. Elle peut également se nourrir des petits invertébrés qu'elle glane dans les algues ou sur les rives des plans d'eau calmes qu'elle aime investir.

DSC06893

Fendant le ciel, trois cigognes blanches (Ciconia ciconia) nous survolent. Elles viennent de la Dombe, où certaines d'entre-elles s'y sont établies pour l'année. Les prés semi-immergés, les marais, les champs retournés et les étangs aux berges en pente douce sont des lieux idéaux pour qu'elles puissent mener leurs chasses sans peine. Poissons, grenouilles, scarabées, mouches, petites rongeurs ... le choix est plus que large.

DSC06875              DSC06872

Le calme plat est troublé par l'agitation d'une famille de cygnes tuberculés (Cygnus olor). Les petits, encore incapables de voler, déploient leurs ailes et encouragés par leurs parents, les battent de toutes leurs force, les plumes blanches détonnant avec le duvet gris qui recouvre ces gros poussins devenus adolescents. Il leur faudra , pour les parent, attendre en tout et pour tout 4 à 5 mois pour voir les cygnons s'élever dans les airs.

DSC06906

Depuis le belvédère de l'étang des pêcheurs, deux géants nous attendent. À gauche, isolé et vêtu de cendre, le héron cendré (Ardea cinerea) qui semble jeune à la vue de son bec clair et des plumes plutôt claires de sa calotte.

DSC06924

En dessous, trois grandes aigrettes (Adrea alba) donnent le change. Si on connaît le gracile volatile avant tout par sa blancheur, on oublie trop souvent que la belle prend des teintes marquées à la période des amours. Les tibias rougissent et le beau bec jaune devient plus verdâtre voire gris. Cependant cela ne se retrouve que chez une seule sous-espèce, Adrea alba alba qui est la plus commune des quatre grandes aigrettes que l'on retrouve sur le globe. Bonne chasseuse, son régime alimentaire est plus varié et comporte aussi bien des petits poissons que des grenouilles, des reptiles, des larves ou des insectes massifs, celle-ci n'hésitant pas à chercher dans les champs inondés les campagnols poussés par les galeries immergées à remonter à la surface.

DSC06919              DSC06915

Pas moins de 13 tortues de Floride (Trachemys scripta elegans) barbottent dans les eaux claires de Miribel Jonage. Avec leurs tempes rouges, on ne peut les confondre avec aucune autre espèce indigène. Bien que très belles, ces américaines arrivées chez nous depuis une quarantaine d'années mettent à mal la faune en prenant le pas sur les tortues locales que ce soit pour les sites de pontes ou pour les ressources alimentaires.

DSC06931

Une grenouille du type verte (Pelophylax sp.) partage le même milieu. C'est l'un des rares amphibiens à passer la majeur partie de son temps dans les mares. À l'arrivée de l'hiver, elle s'enfouie dans la vase pour hiverner, ne respirant alors que par sa peau. Sa cousine canadienne la grenouille des bois (Lithobates sylvaticus) est encore plus incroyable, ayant la capacité de geler intégralement avant de revenir à la vie quand arrive le printemps.

DSC06927                DSC06948

Deux espèces de lézards se tirent la vedette. À gauche, le lézard de murailles (Podarcis muralis) qui sur un vieux mur réchauffe sa carcasse avant de partir à la chasse aux araignées et aux sauterelles. Non loin de là, dans un pique-nique abandonné sans aucune honte ce qui est hallucinant, un lézard vert à deux raies (Lacerta bilineata) fait festin d'une grappe de raisin bien qu'il aime tout autant croquer des insectes.

DSC06891

Défilé de gobes mouches noirs (Ficedula hypoleuca). C'est bien simple, ils sont de partout à en ce retour de migration. Passant par la France pour regagner ses appartements d'hiver en Afrique occidentale après avoir niché dans le Nord de l'Europe, parfois même en France bien que cela soit relativement rare. Sa reproduction est très rapide, la femelle couvant 13 à 15 jours et le couplant menant à terme la portée en 12 à 17 jours.

DSC06938              DSC06935

C'est dans une cavité (souvent de pic), que les oeufs bleus au nombre de 5 à 8 sont pondus. Fin juin voire début juillet, les nids sont désertés et les petits apprennent à faire leurs armes. C'est alors le moment de redescendre sous des latitudes plus clémentes. C'est ainsi qu'au début de l'automne les gobes mouches noirs abandonnent leurs belles couleurs pour adopter un plumage gris plus discret qui leur permet de passer inaperçu.

DSC06909

Le Silène (Brintesia circe) est un papillon brun de belle taille qui à la particularité de partager son nom à la fois avec des plantes herbacées de la famille des Caryophyllaceae, un singe indonésien au pelage noir (Macaca silenus) et un satyre, demi-dieu personnifiant l'Ivresse. Percepteur du dieu Dionysos, on le fait souvent naître des amours d'Hermés mais aussi de Pan et d'une nymphe, de Pan et de Gaïa ou de Gaïa et d'Ourannos.

DSC06932              DSC06941

Les oiseaux ont peut être déserté les nichoirs, mais les berges restent pleines de vie. Les castors d'Europe (Castor fiber) sont à l'oeuvre. Plutôt nocturnes, on peut parfois les observer en journée. Si l'été ils se nourrissent de jeunes pousses, ils se tournent assez volontiers le reste du temps vers les écorces, les jeunes branches et les feuillages qu'ils atteignent en faisant tomber à la force de leurs dans les troncs d'arbres au bois tendre.

DSC06921

Voilà un des grands mal aimés du moment, le grand cormoran (Phalacrocorax carbo). Accusé de voler le poisson des pêcheurs, ses populations sont tombées au plus bas. Protégé, il a pu remonter doucement la pente bien qu'aujourd'hui il fasse l'objet à nouveau de tirs important, bien que nombreuses études tendent à prouver que l'oiseau ne pêche pas les mêmes espèces que celles prisées par les pêcheurs de loisirs et les pêcheurs professionnels. Reste le problème des piscicultures, ou bien des moyens autres que le tir peuvent être mis en place. Sur la dizaines de cormorans en pêche observés ce jour là, tous se nourrissaient de poissons chat américain (Ameiurus melas), une espèce invasive qui diminue l'effectif des autres espèces de poissons. La solution au problème est là, sous nos yeux, et nous ne trouvons rien de mieux que de lui tirer dessus.

C'est sur ce constat triste mais aussi, l'observation plus joyeuse d'un bongios nain (Ixobrychus minutus) et d'une mouette pygmée (Hydrocoloeus minutus), deux espèces peu communes, que nous achevons notre ballade d'une journée. Marcher au rythme des oiseaux, dans des aires de nature calmes et encore ensauvagées est un bonheur, malgré les tirs rapprochés ça et là qui nous ont pas endroits fait prendre la fuite.

DSC06818              DSC06875

dimanche 15 septembre 2019

Sortie en marais 14 : le lac du Ronzey.

DSC03354

Visite du lac du Ronzey dans lequel l'Yzeron, cours d'eau qui termine sa course dans le Rhône et qui passe juste sous notre fenêtre. S'étendant sur plus de 3 hectares, il n'est pas très ancien, sa création remonte à 1982. Il est avant tout un lac de plaisance pour les habitants du coin mais aussi les citadins quittant la tristesse de la ville. Néanmoins, il est rapidement devenu un refuge pour la faune. Les hauts conifères d'ornements qui le bordent sont même un abri pour les chouettes dont certaines ont laissé ça et là quelques plumes et pelotes de réjection.

DSC03350     DSC03356     DSC03358     DSC03378

Dans l'herbe verte tendre, là où bien des familles et des amoureux viennent pique-niquer, poussent mille et unes merveilles. Les fleurs du sureau noir (Sambucus nigra) nous apportèrent pour les jours à venir une délicieuse limonade. Une partie des inflorescences séchées rejoindront les tisanes de l'hiver. Retournés en août sur place, nous avons pu des baies faire une délicieuse gelée consommée en tartines ou dilluée dans de l'eau chaude.

DSC03330

Ce jour là ce ne sont pas les fruits sucrés du sureau qui font notre joie, mais des marasmes des Oréades (Marasmius  oreades) appelés par endroits mousserons bien qu'ils n'en soient pas. La confusion est aisée avec d'autres champignons des prés toxiques voire mortels, mais leur pied élastique, leur odeur et leur chapeau mamelonné ne trompent pas. Pour la petite histoire, les Oréades sont des nymphes de la mythologie grecques associées aux grottes et montagnes, peut être est-ce dans ce dernier élément que le lien entre le champignons et ces divinités peut être fait. Autre belle surprise, deux agarics des jachères (Agaricus arvensis) appelés aussi boules-de-neiges en raison de leur forme complètent notre panier et notre omelette du soir bien qu'un peu véreux.

DSC03334             DSC03335

Le rubanier d'eau (Sparganium erectum) est une plante semi-aquatique dont les feuillages immergés forment de grands herbiers dans lesquels les poissons, les insectes et les amphibiens viennent pondre et s'habriter. Dans les milieux lacustres et humides faits d'eau douce, le rubanier joue un rôle important en permettant la stabilisation de sédiments, leur dépôt, l'oxygénation de l'eau ou encore, la dépollution de certains éléments chimiques d'origine anthropique. Les inflorescences se nomment capitules. Les capitules mâles sont plus petits et verts, ceux femelles sont de larges pompons, blancs et jaunes à leur extrémité. Les deux sexes se trouve sur un même plant.

DSC03339

Petit crapelet deviendra grand. Ici il pourrait s'agir d'un bébé crapaud commun (Bufo bufo). Ayant perdu ses attributs de têtard, il quitte l'étang et les mares attenantes à celui-ci pour regagner la forêt. Il y restera pas moins de 3 ans avant de retourner à l'eau pour se reproduire. Celui-ci a été sortie de la route par nos soins. Les amphibiens sont des animaux protégés et très fragiles, ils ne doivent être manipulés qu'en cas de danger et toujours avec es mains humides pour ne pas abîmer leur peau et éviter que celle-ci soit plus sensible à la transmission de germes. Pour nous humains, la manipulation ne présente aucun danger, il faut juste ne pas prendre l'idée de se frotter les yeux ou de se lécher les doigts après l'intervention.

DSC03307     DSC03343     DSC03314     DSC03370

Petite observation de la cinquantaine de canards colverts (Anas platyrhynchos) qui peuplent le lieu et qui laissent une multitude de plumes sur les berges pour mon plus grand bonheur. Retour à Oullins, là aussi nous avons nos canards colverts, juste sous nos fenêtres, mais aussi les klaxonnes, les pots d'échappement, le goudron et les crises de nerfs. En sommes, c'est un coin à connaître et à investir passé 19h pour plus de tranquillité.

DSC03326              DSC03324

lundi 5 août 2019

La Savoie à travers champs.

DSC00093

Un mois au pied des montagnes

Ce n'est pas moi pour le coup qui suis partie, mais mon bien-aimé pour un mois de formation aux techniques de culture et de transformation des petits fruits en wwoofing. Face au Mont Blanc, nous avons pu le temps de deux week-ends découvrir la faune et la flore savoyardes, nous émerveiller des oiseaux et en particulier des rapaces, ramasser quelques belles sauvages et nous initier aux espèces des milieux humides. Bref, de belles découvertes et de nouvelles coches pour les amoureux de la nature que nous sommes.

À notre tableau de chasse le pic mar (Dendrocoptes medius), à la calotte rouge et aux cris nasillards. Pas bien gros (50 à 80 gr), il est que modérément montagnard et se plaît avant tout en plaine et les vieilles forêts de feuillus qui n'exédent pas 700 mètres d'altitude, où il peut nicher dans les troncs de bois tendre ou fragilisés par le temps.

DSC00019Ils sont revenus ! Après un long périple, les milans noirs (Milvus migrans) sont à nouveau en France. Ils ont quitté l'Afrique pour venir nicher chez nous. Ces oiseaux nécrophages se nourrissent la plupart du temps de poissons morts, ceux-ci représentant jusqu'à 70 % de leur régime alimentaire. Il n'est pas rare non plus de les voir suivre les moissonneuses dans les champs, cherchant les débris des micro-mammifères (souris, campagnoles etc.) pris dans les mécanimses de la machinerie. Lors de notre séjour nous avons pu voir deux individus prédater en pleine journée une chauve-souris, fait relativement rare pour être signalé bien que l'espèce soit partiellement prédatrice.

DSC00075

C'est le temps des amours en ce mois de mars pour la sitelle torchepot (Sitta  europaea). Ça chante et ça s'accouple à tout va. Celle-ci s'évertue à chercher de quoi se contenter dans le creux d'une vieille branche morte d'un érable, la belle étant insectivore pendant le printemps et l'été. Son nom de torchepot est bien trouvé, car l'oiseau a pour particularité, entre autre, de confectionner à l'aide de boue et de salive de quoi rétrécir l'entrée des cavités dans lesquelles il s'installe quand ces dernières sont trop grandes pour lui et sa couvée. C'est aussi le seul volatile de nos contrés à descendre les arbres la tête la première grâce à ses pattes équipées de doigts longs et puissants.

DSC00005

Outre des oiseaux, on croise aussi des castors d'Europe (Castor fiber). La proximité du Rhône n'y est pas pour rien. Ici il s'est installé dans un lac proche de l'exploitation et relié au fleuve par un petit court d'eau qui n'est que rarement à sec, permettant de nombreuses connections entre ces différents milieux humides.

DSC00089          DSC00106

En campagne, il n'y a pas un jour sans surprise. S'il on est habitué à croiser des poules et des canards en liberté, on l'est beaucoup moins pour les cochons et pour cause, ceux-ci se sont échappés d'un élevage tout proche et batifolent gaîment dans un beau champ de bel qui, semble-t-il, sera peu productif cette année vu le labourage subi. Il faudra un après-midi complet pour que tout le monde retourne dans son chez soi.

DSC09817

Pas de moineaux cisalpins ou friquets mais de bons vieux moineaux domestiques (Passer domesticus) dans la coure de la ferme. Nous en sommes pas pour autant déçus, l'espèce étant fascinante. Perçu comme commun, le moineau disparaît de nos villes et de nos campagnes à une vitesse hallucinante. Pour le moment, nulle réponse semble se dessiner sur ce déclin. La diminution drastique des insectes semblent être une piste plausible.

DSC00158

Quelles sont belles ! Un couple de chevêches d'Athéna (Athene noctua Scopoli) s'est installé dans le gros creux d'un vieille arbre, juste en face de l'une des fenêtres de la maison. Quel bonheur de les observer mais aussi quelle surprise, d'autant plus quand on sait qu'une chouette hulotte (Strix aluco) occupe le grenier de la grange. L'ayant vue la toute première, nous pensions ne pas voir d'autre rapaces, ceux-ci ayant du mal à s'entendre en règle général.

DSC00146

Force est de constater que nous nous trompions, Dans le trou, un adulte montre le haut de sa tête tandis que l'autre monte la garde. Au moindre passage d'un vélo ou d'une voiture en contrebas, tout le monde saute dans le nid. Je dois vous faire une confidence, la chevêche d'Athéna est l'un de mes oiseaux préférés, au point de figurer sur ma carte de visite. Ce n'est pas à cause de son nom et de sa symbolique, celle-ci étant la compagne et messagère de la déesse de la guerre et de la sagesse, Athéna, mais pour ses magnifiques yeux dorés et sa drôle d'allure.

DSC00146

Pesticides, disparitions des vieux arbres et des haies, ce sont là quelques uns des éléments expliquant son déclin. Aujourd'hui la petite chouette connaît un peu de répit avec des populations stables qui semble-t-il, commencent à nouveau à décroître depuis 2-3 ans. Pourtant elle n'est pas sans charme, en plus d'être une bonne chasseresse. Son régime alimentaire se compose essentiellement d'insecte mais elle n'est pas contre le fait de becter une ou deux lézards et ne rechigne pas à planter mettre à son menu des mésanges ou des rainettes arboricoles.

DSC00232

Départ pour le lac du Bourget, qui n'est pas très loin. C'est l'occasion de filer dans la réserve naturelle qui se trouve au sud de l'étendue. Là bas, une grande diversité d'oiseaux s'offre à nous. Les nettes rousses (Netta rufina), se plaisent à barboter en eau plus ou moins profonde profonde en bordure de roselière pour chercher leur nourriture. Elles peuvent plonger jusqu'à 4 mètres pendant une courte durée, ce qui les classent dans la famille des canards plongeurs. La femelle se différencie du mâle par ses couleurs ternes et discrètes qui la protège des prédateurs pendant la couvaison. Son partenaire pour sa part affiche une tête flamboyante.

La nidification se fait au sol, dans un nid parfois fait de boues et de végétaux, parfois volé à une autre espèce de canard, qu'il soit colvert ou un fuligule. Les oeufs mettent un peu moins d'un mois à éclore. Les petits nidifuges quittent directement le nid et mettrons 80 et 100 jours pour être complètement autonomes.

DSC00332

C'est un oiseau migrateur dont le gros de la population européenne se retrouve en Espagne à l'arrivé des grands froids de l'hiver où 200 000 nettes rousses peuvent se réunnir d'un seul bloc. Cependant on peut en rencontrer un bon nombre sur les grandes étendues d'eau dont Miribel Jonage dans le Rhône. En France, des nidifications sont observées dans la Dombes et en Camargues ou des hivernages sont aussi observés.

DSC00360           DSC00257

La grande aigrette (Ardea alba) est un magnifique oiseau. C'est le plus grand de nos hérons métropolitains et se reconnaît à son plumage blanc et son long bec jeune. Présente sur l'intégralité du globe hormis le Groéland, elle affectionne une grande variabilité de milieux comme les bords de mer, les rives de fleuves et les grands lacs où elle se nourrie de poissons, d'amphibiens, de crustacés et d'autres arthropodes aquatiques. 

DSC00382

Dans les herbiers inondés, deux espèces de sarcelles se tiennent compagnie, permettant une comparaison fort intéressante entre elles, d'autant plus qu'il s'agit ici de canards aux comportements particuliers. Au centre, une sarcelle d'été mâle (Spatula querquedula) reconnaissable à son grand sourcil blanc. C'est un oiseau migrateur, le seul parmi les canards européens, qui revient d'Afrique Saharienne dès février pour nicher au mois de mai même s'il favorise que très peu les milieux humides d'Europe occidentale. De part et d'autre de celui-ci, deux mâles de sarcelles d'hiver (Anas crecca) à la tête verte et rousse. Il s'agit du plus petit anatidé d'eau douce de nos contrées dont la nidification intervient entre avril et juin. Sarcelles d'été et d'hiver partagent le même régime alimentaire, au menu on compte des algues et des petits organismes tels des insectes et de crustacés, toujours en eau peu profonde ce qui en fait des canards de surface.

DSC00134

Retour sur l'exploitation agricole. Une mer de nuages nous assaille sur le chemin. C'est le bon moment pour se rendre au lac en contrebas, dans une ambiance tamisée de fin de journée pluvieuse. Outre le castor d'Europe comme résident à l'année, de nombreuses espèces végétales peuvent y demeurent.

DSC09833Les pulmonaires (Pulmonaria sp.) sont bien difficiles à identifier et parfois, il faut attendre les feuillages d'été pour les nommer correctement. Elles appartiennent à la famille des Boraginacées, celle des primevères et des consoudes.

DSC09838

Le nom de pulmonaire est hérité de la théorie des signatures, voulant qu'une plante, une roche ou un animal soignent un organe ou une maladie leur étant similaire. Ici les tâches blanches des feuilles font écho à celles présentes dans les poumons dans les cas de peste ou de pneumonie. Il n'en fallait pas plus pour faire le lien entre maladies thoraciques et les pulmonaires, l'une d'elle portant même le nom de pulmonaire officinale (Pulmonaria officinalis). Dans les faits, bien qu'expétorante et adoucissante, elle n'a jamais pu guérir des maux portés par des maladies terribles comme celles cités plus haut. Une autre légende chrétienne veut que les tâches blanches du feuillage soient le fruit de gouttes de laits tombée du sein de la Vierge Marie l'allaitant son fils. De quoi allimenter le mythe.

DSC09837

Comme de nombreuses plantes de cette famille, les fleurs ont la particularité de changer de couleurs après fécondation. D'abords rouge-rosé, les pétales tirent peu à peu vers le violine. C'est un moyen pour la pulmonaire d'indiquer qu'elle a était fécondée et qu'il n'est plus nécessaire de la visiter, celle-ci étant vide de nectar. En somme une co-évolution permettant aux deux partis de ne se rencontrer que quand cela leur est utile.

DSC09931           DSC09933

L'ail des ours (Allium ursinum) est à la mode, et nombreux sont ceux à courir les bois pour en faire la cueillette. Nous nous n'y échappons pas. C'est une plante de sous-bois frais et des bords de ruisseaux, sur les sols de nature basique (souvent calcaire), humides et riches en nutriments, le plus souvent ombragés. Ce jour là la récolte est bonne, nous avons de quoi en faire des confis, des pestos, des vinaigres et des feuilles séchées.

DSC09941

Prudence toute fois, de nombreuses plantes jeunes et arrivées à maturité peuvent se confondre aisément avec l'ail des ours. Jeunes plants d'arums, muguets ... on ne compte plus les cas d'empoisonnements plus ou moins graves, certains se terminant parfois mal. Autant être sûr de ce que l'on fait et de ce que l'on met dans son panier.

DSC09959

D'autant plus que parmi les feuilles d'ail des ours, pousse des centaines de scilles à deux feuilles (Scilla bifolia) et que toutes deux partagent le même milieu. Frêle, l'étoile bleue comme on la nomme, appartient à la famille des asperges d'après les dernières études phylogénétiques. Pour autant on ne serait la mettre à sa table, celle-ci n'étant pas comestible.

DSC09948

C'est une espèce qui n'est pas si courante en forêt, protégée dans plusieurs régions et département comme en Aquitaine, autant favoriser les prises photos plutôt que les bouquets, les fleurs ne vivant qu'un jour ou deux en vase. Cela serait aussi priver de nombreux insectes de son nectar mais aussi de sa délicieuse odeur de propolis et de miel, sans oublier les fourmis qui, avec d'autres insectes, en transporte les graines. Elle est également typique de certains milieux, en particulier des chênaies de chênes pédonculés et les chênaies-charmaies au sol de nature calcaire.

DSC09915

Sur les premiers chatons de saule, un paon du jour (Aglzis io) prend le soleil. Ici c'est un adulte qui a passé l'hiver sur sa forme de papillon (imago) et qui prend ses forces avant de partir en parade pour permettre à la prochaine génération de voir le jour. Chez ces papillons, deux à trois générations peuvent voir le jour, une seule s'ils se trouvent en montagne, les conditions étant bien moins clémentes avec un ensoleillement plus court. Tout cela n'est pas favorable à la principale source de nourriture de sa chenille, les orties qui bien que résistantes, ne se développent pas ou peu sous le manteau neigeux et dans le froid.

DSC00050

La bonne vieille ortie dioïque ou grande ortie (Urtica dioica), celle que l'on aime dans les soupes et les gratins, un peu moins dans les jardins et les bords de chemin bien qu'elle soit essentielle à la vie de bien d'animaux. Outres les très nombreuses espèces de chenilles dont elle est l'hôte, elle abrite aussi des coléoptères, des punaises ou encore des pucerons. Toute cette faune se nourrie de ses feuilles et tiges riches en protéines. C'est une plante à tout faire, on en tire de quoi faire des cordes, du tissus, de purin, de fertilisant et de s'en nourrir. Dans ce dernier cas on favorisera les jeunes pousses et les feuilles d'avant floraison, la plante étant riche en cystolithes quand elle est en fleurs, composants pouvant entraîner des problèmes urinaires. On prendra aussi garde en cas de traitement médical, certaines prises de médicaments étant incompatibles avec sa consommation.

DSC09954

De jeunes tramètes (Trametes sp.) se développent sur les restes d'un arbre mort. Il pourrait s'agir de tramètes versicolores (Trametes versicolor), un champignon de la famille des polypores qui est est plus que commune et se trouve un peu partout dans les forêts comportant des feuillus.

DSC09953

Pour le reconnaître, on prendra le soin de regarder sa marge noir et la variation de couleurs qu'il présente, dessinant dans le temps de jolies bandes colorées allant du marron au bleu-grisé en passant par le roux, le jaune et le vert. Cependant pour une identification sûr, l'observation de la sporée reste la meilleure chose à faire. Ce champignon appartient aussi à la famille des pourritures blanches, élément incontournable pour l'assimillation par la forêt de la matière organique morte si essentielle aux végétaux qui l'a compose. Des champignons, nous n'en verrons pas d'autres hélas, moi qui comptait tant en ajouter de nouveaux à mon tableau de chasse, avec un vague espoir de croiser ça et là quelques morilles printanières cachées dans l'ai ldes ours.

DSC09982

Soudain, deux silhouettes sombres fendent le ciel avec pour fond les montagnes enneigées. Il s'agit de hérons cendrés (Ardea cinerea) se dirigeant vers la héronnière. Rassemblés là, une dizaine d'individus s'affairent à fabriquer ou réparer leur nid à l'aide de branchages collectés dans la ripisylve toute proche. La saison des amours est là, les couples parades et se forme et bientôt 3 à 5 oeufs bleu-vert viendront se nicher entre les brindilles.

DSC09894

Un petit carnet, outil indispensable pour noter toutes nos observations. Depuis nous sommes passés à la versio numérique grâce à l'application Naturalist, version pour téléphone du site Faune-Rhône au combien précieux pour les naturalistes et les ornithologues passionnés.

DSC09870 - Copie

Nous quittons à regret les paysages de montagne pour retourner aux plaines du Rhône, non sans faire le plein de produits locaux : miel de forêt, confitures de casseilles, de cassis et de groseilles, vinaigre d'ail des ours, crème de cassis, vin de noix ... les ventres, les yeux et les esprits partent remplis. Un dernier regard vers le lac, la roselière et les bosquets de noisetiers abritant quelques troglodytes mignons, rouges gorges et mésanges charbonnières. Les semaines à venir s'annoncent fort chargées, et ces quelques jours d'escapade en Savoie sont une bouffée d'air frais dans le tumulte qu'est notre quotidien d'urbain.

DSC09973           DSC09979


jeudi 9 juin 2016

À la découverte du Lac d'Aiguebelette.

DSC05809

Rapide excursion en Savoie au bord du lac d'Aiguebelette sous la pluie. C'est un premier repérage en vu de l'été à venir. Il figure parmi les 10 plus grands lacs de France. Ses eaux y sont relativement pures car la navigation à moteur y est interdite depuis 1967 et aucune usine à proximité n'a la possibilité d'y verser ses eaux usées. C'est le lac le plus chaud d'Europe. L'été il accueille un grand nombre de visiteurs qui profitent des ses plages.

 

Quelques plantes des rives.

La flore des milieux humides change un peu de celle de nos prés. Ici on trouve deux grands classiques. À droite il s'agît de la populage des marais (Caltha palustris), une belle plante robuste aux fleurs jaunes qui en montagne fleurit très tard, jusqu'en août parfois. À gauche il s'agît d'une matricaire odorante (Matricaria odorata) qui nous vient d'Amérique et qui s'est naturalisée en Europe. Quand on l'a froisse elle dégage une odeur d'ananas.

DSC05831 DSC05829

 

Le grèbe huppé (Podiceps cristatus).

C'est au printemps que cet oiseau prend de jolies teintes rousses sur sa double huppe. Si on ne le voit pas toujours car caché dans les roseaux, on ne manque pas de l'entendre. Bruyant, en particulier à la saison des amours, il émet des sortes de coassements proche du son d'un trompette et d'un ronflement. 

DSC05840DSC05819 DSC05815DSC05821

 

Un milieu de vie riche.

Les rives du lac sont riches en vie animale. De nombreuses espèces d'oiseaux y ont élu domicile. Actuellement on peut voir des hirondelles et des martinets les jours de pluie voler en rase-motte au dessus de l'eau pour attraper les éphémères qui sous l'effet des gouttes se sont retrouvés piégés à la surface. 

DSC05823 DSC05825

 

Mon reporter.

Il est pas beau mon reporter sous la pluie ? Ce court article n'est qu'une mise en bouche de celui qui viendra cet été  J'espère pouvoir partager avec vous quelques jolies photos des oiseaux et autres animaux que l'on peut trouves à Aiguebelette, en particulier sur l'île sauvage qui s'y trouve et que l'on ne peut approcher. 

DSC05837

dimanche 22 mai 2016

Sortie dans les marais 8.

DSC04606

Découverte des marais de Pressin. Ils ne sont pas bien grands mais ont l'avantage d'être sillonnés par des chemins de terres et des petites routes campagnardes qui permettent d'observer aisément la faune et la flore. Pour cette sortie nous avons été accompagnés de la pluie ce qui a permit d'approcher les oiseaux de près.

 

La vie et l'écosystème du marais.

 Un marais est une zone humide où on trouve ça et là des poches d'eau stagnantes. Il s'agit souvent d'une plaine inondée composée d'un réseau d'étangs et de mares aux berges boueuses et qui sont reliés par des canaux. La richesse du sol et de la flore attire de nombreux animaux, en particulier les oiseaux et le petit gibier.

DSC04613 DSC04617DSC04618 DSC04695

 

Le geai des chênes (Garrulus glandarius).

 Le geai des chênes est un oiseau bruyant qui s'identifie facilement au régime de ses ailes composé de plumes bleues azures et noires. Il est capable de produire une multitude de sons et de cris d'alertes, il peut même imiter le chant de la buse variable (Buteo buteo). On le trouve dans les forêt de feuillus et mixtes où il peut trouver facilement des fruits et des baies sauvages. Il s'aventure aussi dans les vergers et les jardins des particuliers.

DSC01658

 

Les papillons du marais.

Avec l'apparition des beaux jours les fleurs sont de sortie. C'est le bon moment pour observer les papillons. Celui vêtu de blanc est la piéride du navet (Pieris napi). Il ne cause pas de dégâts aux cultures contrairement à son cousin le piéride du chou (Pieris brassicae). Le second est une femelle aurore (Anthocharis cardamines).

DSC01695DSC04672 DSC04704DSC04705

 

Le rouge gorge familier (Erithacus rubecula).

C'est l'un des oiseaux les moins farouches de nos jardins. Très territorial, il n'hésite pas à chasser les autres passereaux de son domaine. Quand un combat s'engage entre deux rivales (surtout les mâles), les oiseaux se délogent de leur repère puis se plaquent au sol en se donnant des coups de pattes et des coups d'ailes.

DSC01660 DSC04598DSC04601 DSC04602

 

Les pulmonaires (Pulmonaria).

 En France les pulmonaires sont plutôt nombreuses. Il y en aurait pas moins d'une vingtaine. Leur identification n'est pas aisée et il faut souvent attendre l'été et la sortie du deuxième jeu de feuilles pour savoir à quelle espèce on a à faire. De plus, toutes n'ont pas des tâches blanches sur leur feuilles comme on peut le penser.

DSC04579 DSC04677DSC04673DSC04580 DSC04581

 

Le pic épeiche (Dendrocopos major).

C'est un pic très commun qui vit dans les zones boisées, les parc,s les vergers et les jardins. Avec son bec puissant et pointu il forme des trous dans le bois mort ou vieillissant. Puis avec sa longue langue gluante et piquetées, il attrape les insectes dont il se nourrit. Le mâle se reconnaît à la grosse tâche rouge de sa nuque.

DSC04569 DSC04570

 

Le grand corbeau (Corvus corax).

Il est l'un des plus grands et plus lourds des passereaux. Très intelligent, il s'adapte à différents environnements et peut vivre 15 à 40 ans. On le croise le plus souvent par paire, il s'agit le plus souvent de couples s'étend formés pour la vie et qui défendent jalousement leur territoire des autres corvidés rodant dans les parages.

DSC01662DSC01664 DSC01670DSC04604 DSC04624

 

L'équipement.

Qui dit sortie dit équipement. Je ne manquerai pas un de ces quatre de vous montrer le matériel qui ne me quitte jamais. En attendant, pour les promenades où le soleil se fait rare, c'est veste aviateur obligatoire et comme toujours, sac à dos, jean, chaussures de randonnées, appareil photo et sac de récolte, on ne sait jamais.

DSC01714

 

La grande prêle (Equisetum telmateia).

Chez cette prêle on rencontre deux types de tiges : les tiges fertiles qui apparaissent les premières et qui assurent la reproduction de la plantes par les spores puis les tiges stériles, qui apparaissent par la suite. On la rencontre dans les talus humides et proches des bois. Sa consommation peut entraîner des problèmes de santé.

DSC04585 DSC04588DSC04696 DSC04697

 

Le milan noir (Milvus migrans).

Il n'est noir qu'en contre jour. D'ordinaire il est brun, parfois roux et souvent avec une tête striée de blanc. Il vit un peu partout en France mais a toute fois une petite préférence pour les zones de moyenne montagne et les terrains plats et dégagés. C'est un migrateur qui reste juste le temps de la reproduction en France.

DSC04591 DSC04592DSC04593

 

La cardamine des prés (Cardamine pratensis).

 C'est une plante des prairies humides qui détonne en cette période par sa taille (30 à 40 centimètres). C'est une salade sauvage aux feuilles ayant un goût piquant proche de celui du cresson. Ses fleurs peuvent être mixées avec du jus de citron pour donner un pesto rose et plutôt pimenté. Elle attire de nombreux papillons.

DSC04642 DSC04644DSC04645

 

Le coprin noir d'encre (Coprinopsis atramentaria).

C'est un champignon commun dans les champs et en particulier dans les prés à vaches. Comme tout coprin il par en déliquescence rapidement en donnant une sorte d'encre noire. Il est comestible jeune mais ne doit pas être consommé si on a bu ou on doit boire de l'alcool avant, pendant et après le repas. En cas contraire il peut se rélever dangereux et provoquer des malaises, des maux d'estomacs, des vomissements et des hallucinations.

DSC04650 DSC04652

 

La rieuse (Rana ridibunda).

C'est une grosse grenouille qui aime faire la loi sur son territoire. Elle possède de longues pattes qui lui permettent de faire de bonds vertigineux. Consommée pour ses cuisses, on ne connaît plus très bien sa répartition sur l'enssemble de pays. C'est dans les plaines et les montagnes qu'elle se plaît le plus.

DSC04626 DSC04629DSC04631

 

La populage des marais (Caltha palustris).

C'est une belle plante aux fleurs jaunes qui forme des touffes massives et dont les pieds baignent dans l'eau. C'est le plus souvent dans les marais qu'on la rencontre. Il n'existe qu'une autre espèce de populage connue (en Iran), elle a été rangée au rang de sous-espèce. Elle est toxique comme la plupart des renoncules.

DSC04684 DSC04686DSC04678 DSC04682

 

L'anémone Sylvie (Anemone nemorosa).

C'est une plante qui aime les sous-bois humides, en particulier dans les forêts de feuillus mais aussi dans les prairies. La floraison prend fin en avril mais se prolonge parfois en mai si les feuilles des arbres sont encore peu formées. Les fleurs blanches suivent la course du soleil. On peut parfois voir à proximité des sclérotinies tubéreuses (Dumontinia tuberosa), un champignon non-comestible qui vit en symbiose avec cette petite fleur.

DSC04687 DSC04609

 

L'ail des ours (Allium ursum).

C'est une plante prisée au printemps. Abondante, elle peut être préparée de diverses manières. Elle tient son nom des ours qui, a la sortie de leur hibernation, se purgent avec cet ail. C'est une plante mellifère qui est essentielle à de nombreux pollinisateurs des bois. C'est aussi une plante médicinale bien connue des peuples anciens qui était employée pour différents maux. Elle serait amaigrissante et drainante mais cela reste encore à prouver.

DSC04639

 

Du miel et des abeilles.

Les abeilles sont sorties depuis plusieurs semaines et on comblées leur faim. Elles commencent désormais à faire des réserves sous forme de miel. Il faudra encore attendre un peu avant de faire la première récolte de miel des marais, d'autant plus que certaines fleurs palustres de printemps peuvent lui donner mauvais goût.

DSC04666 DSC04668

 

Le héron cendré (Ardea cinerea).

En voici quatre pour le prix d'un ce qui n'est pas courant. Cette belle brochette de hérons cendrés se trouve à proximité de son milieu de prédilection. Une prairie humide riche en grenouilles et en petites animaux. Ces oiseaux ont pour habitude de nicher à plusieurs couples dans le même arbre. Les femelles pondent 3 à 5 oeufs.

DSC04698 DSC04699

 

Le mot de la fin.

Il faudra attendre juin pour espèrer retourner au marais sous le soleil car d'ici là, ça me semble bien compromis. Il faudra aussi attendre un peu pour voir des fleurs colorées sortir. Néanmoins la plupart des oisillons ont pris leur envol et il n'y est pas rare d'y croiser un lièvre ou un couple de perdrix. C'est le moment de se mettre à l'affût.

DSC04576 DSC04575DSC04703

 

mardi 28 octobre 2014

Les jardins de Bourgoin Jallieu.

PA070126

Bourgoin Jallieu est une ville tranquille connue pour être une terre de rugby. Mais elle aussi riche en espaces verts et regorge de coins fleuris.

A l'origine la ville était en réalité 2 villages distincts qui depuis ont été réunifié:

Bourgoin: tiendrait son nom du terme gaulois "Bergusia" qui signifie sommet ou "haut du mont". Dominé au IVe siècle par le royaume de Bourgogne auquel il est rattaché avec Jallieu et Ruy, ce n'est qu'en 1282 il est rattaché au Dauphiné. Les bourgs se font connaître pour leurs savoir faire dans l'utilisation du... chanvre! 

Jallieu: nommé Jaliacum au XIIe siècle, il viendrait du terme gallo-romain "Galliacu" qui serait un nom désignant celui d'un chef celte local et le territoire lui appartenant.

Devenus prospères, les deux bourgades vont connaître une succession de malheurs avec en 1450 le transfère du tribunal par le futur roi Louis XI puis par les razzias menées lors des guerres de religions au XVIe siècle et enfin par les grandes inondations des années 1637, 1653 et 1673 aux quelles s'ajoutent les épidémies de peste en 1628 et 1643. Y a pas à dire, la vie des berjelliens de l'époque n'est pas vraiment rose. Fort heureusement la ville tire vite profit de sa situation géographique pour retrouver de sa superbe.

PA070002     PA070033     PA070029     PA070048

On compte en moyenne 30m² d'espace vert par habitant ce qui place Bourgoin Jallieu parmi les villes les plus vertes des France, en particulier si on ajoute à cela les aménagements écologiques de la ville mais nous y reviendrons.

PA070118

Le jardin de ville:

C'est un jardin à la française qui, je dois l'avouer et un petit peu abandonné sur ces hauteurs ce qui lui donne un charme tout particulier. Il y a encore peu il abritait des nombreux animaux (daims, cerfs...). Aujourd'hui on peut encore voir quelques chèvres à la face bien particulière derrière les grillages défoncés. Au sommet, un belvedère entouré de hauts chênes donne une vue imprenable sur l'ensemble de la ville. Un chemin en lacet permet de redescendre derrière la gare et de traverser des espaces joliment boisés.

Cet espace vert créé par Robert Belmont figure parmi les plus anciens de la ville. La conception géométrique donne vue sur les deux statues représentants Diane et Faune entourés de nymphes. En son centre, une fontaine tarie depuis de nombreuses années. Sauges, anémones, papyrus et bien d'autres plantes exotiques ou non s'y épanouissent. Autrefois, ce jardin était privé et appartenait à la propriété des Buisson-De-Launay, une ancienne famille seigneuriale dont est issu un des maires de la ville, François-Joseph Buisson, de 1836 à 1867 et qui fît prospérer la ville et sa famille avec l'essort économique du XIXe siècle.

PA070009    PA070070    PA070130    PA070096

Que peut on voir et parfois ramasser en ce moment dans le parc? Beaucoup de choses: de belles amanites blanches (attention toxiques!), des merles et des rouges gorges, des iris sauvages en graines, des châtaignes à griller au four, des pommes de pin pour décorer l'arbre de noël, des glands qui font le bonheur des écureuils et pourquoi pas, apercevoir quelques malicieuses fées qui ont élues domicile dans les fourrés.

PA070095

PA070088     PA070079     PA070055     PA070034

PA070159

La balade se poursuit dans le centre ville. De nombreux monuments anciens peuvent être visités et le musée "Histoire et techniques de l'impression sur étoffe" se ferra un plaisir de vous acceuillir, même si dit comme ça, il est vrai que ce n'est pas très vendeur (pourtant il vaut le détour).

 

Au croisement de deux petites ruelles, on peut tomber sur la fontaine de Genin (voir photos ci-dessous). Sur la plaque murale de celle-ci on peut lire: 

"Place du chateau subsiste cette fontaine en pierre de Volvic, roche volcanique friable, offerte à la ville en 1873 par Auguste Genin. Réplique exacte d'une fontaine à Riom, datant du XVIIème siècle, elle porte les armoiries de la ville "d'azur à trois croissants montant d'argent au chef d'or chargé d'un dauphin d'azur. Un verset de la Bible gravée en latin "De torrente in viva bibet" (il boira au torrent, en chemin) peut faire penser à une allusion au promoteur des fontaines publiques de l'époque, M. Thorand."

 

Il est également noté:
"Auguste Genin (1810-1889), né à Bourgoin, avocat pionnier de l'industrie, ferra aussi construire le chateau de Theyzieu et aménager celui du Petit Mont à Rozière.

PA070162     PA070154     PA070163     PA070170

Les trois églises de Bourgoin: 

"Sur cette place agrandie au fil du temps, il eu trois églises. La première de style roman, bordée d'un cimetière, remonte au XIIème siècle. En 1793 elle devient le "Temple de la raison" et le siège des sans-culottes et ne sera rendue au culte qu'en 1796. En 1828, la construction d'une nouvelle église est décidée, sur une propriété de la famille Rosière. Achevée en 1832 mais mal conçue elle est abandonnée au profil de l'église actuelle.

L'église Saint Jean-Baptiste construite de 1866 à 1874 sur le modèle de celle de Voiron, en vogue à l'époque. Élevée à l'emplacement du vieux quartier Cachipan et pouvant acceuillir 3000 personnes sur une superficie de 1000m², elle consacrée le 14 novembre 1874."

PA070173     PA070174     PA070175     PA070177

PA070210

Les zones humides et les chemins de promenades:

La ville est entourée de nombreuses zones humides et souvent protégées. A titre d'exemple, le nouvel hôpital de ville est construit sur un marais! Pour mieux les découvrir, de nombreux chemins de promenade et de randonnée ont été aménagés avec bien souvent, quelques panneaux didactiques. Sur le site de la ville on peut lire: 

"Par leur richesse en habitats et en espèces, leur rôle d’infrastructure naturelle, leur place comme support d’activités et cadre de vie de qualité, les zones humides sont des espaces à forts enjeux écologique, économique et social."

Un rôle biologique

  • Elles participent au maintien ou à l’amélioration de la qualité des rivières.
  • Elles favorisent la protection des ressources en eau potable.
  • Elles favorisent la dégradation et l’absorption par les végétaux des nitrates.
Un rôle socio-économique

Dans la prévention des risques naturels (inondations), en stockant de grandes quantités d’eau elles diminuent l’intensité des crues et soutiennent les débits en période de sécheresse. Elles alimentent les nappes phréatiques en retenant l’eau et en permettant son infiltration. Elles constituent un patrimoine culturel et paysager (assurent les fonctions vitales pour beaucoup d’espèces végétales et animales, qui trouvent là, ressources alimentaires, lieux de vie pour la reproduction, abris, refuges, pour les oiseaux). Cependant, on observe une banalisation et une régression importante de ces milieux par la modification de leur fonctionnement et leur grignotage par les activités humaines. Dans le bassin de la Bourbre, les zones humides sont de grande importance. Le S.A.G.E. (http://www.gesteau.eaufrance.fr/sage/sage.phpa) , entre autre pour mission, de les identifier et de les protéger afin de stopper leur disparition et inverser cette tendance.

PA070203     PA070231     PA070264     PA070320

(de gauche à droite: grande prêle, ragondin albinos, libelluleà lunette, renouée du japon)

Protection des mares

La commune de Bourgoin-Jallieu participe à la campagne sur la protection des mares en Isère.
C’est dans ce cadre que la mare de Montbernier, ainsi que de la mare de Charbonnières et l’étang du Loup  ont fait l’objet de mesures de sauvegarde et se retrouve désormais dans un environnement préservé.

La mare de Montbernier

Devenue « mare pédagogique », elle est ouverte aux écoles et entretenue en collaboration avec les associations locales (Anim’montbernier) et de protection de la nature (Société des sciences naturelles) ainsi que les habitants du quartier.

La mare  se situe sur le parcours d'un ruisseau qui longe le chemin de Montbernier et qui est alimenté par l'étang du Loup lorsque ce dernier déborde. Il s'agit d'un espace d'environ 200 à 300 m² où l'on trouve une végétation et un sol typique des zones humides.

PA070275       PA070276

Quel est l'intéret biologique de la mare  ?

  • Zone humide, le développement des différentes espèces sera facile et rapide.
  • Les alentours regroupent diverses espèces d'intérêt patrimonial : pipistrelle commune, héron cendré, cigogne blanche, busard St Martin, hirondelle de fenêtre, rousserolle verderolle, grive litorne, couleuvres, vipères aspic, grenouille rousse...et en flore : fougère des marais, renoncule scélérate, listère à feuille ovale...
  • Abreuvoir pour les animaux sauvages (chevreuils, sangliers...)
  • Alentours relativement peu exploités jusqu'au chemin du Grasset qui pourraient permettre l'aménagement d'un corridor biologique entre les étangs du Loup et de Rosière.
  • Site de reproduction privilégié pour de nombreux amphibiens dont certains sont vulnérables ou en danger au niveau européen.
  • Les fonctions régulatrices et épuratrices de la future mare permettront de maîtriser le ruissellement pluvial.

 

PA070344     PA070345     PA070312     PA070326

 

L'intéret hydraulique ...

  • Valorisation de cette zone humide qui tend à s'urbaniser et à s'assécher.
  • Apport d'eau propre par l'étang du Loup relativement fréquemment. Peut-être aussi par la nappe du coteau de Montbernier.
  • Eaux pluviales des habitants en amont
  • Volonté de prévention des crues dont l'agglomération berjallienne a déjà été victime à deux reprises.
  • Recueil des éventuels effluents routiers.

 

PA070246     PA070248     PA070269    PA070273

 

L'intéret paysager ... 

  • Zone verte inexploitée entre habitations néo-rurales et terrains agricoles.
  • Cadre rural entre ombre et clarté
  • Zone semi-ouverte à végétation typique des milieux humides, elle constitue un patrimoine qui pourrait compenser la régression importante de ces milieux par les activités humaines.

 

PA070295     PA070297     PA070304     PA070332

L'intéret pédagogique ...

  • Proximité avec l'école de Montbernier en particulier et accès relativement aisé aux autres écoles de la ville en général.
  • Zone située sur le passage des sentiers pédestres balisés, entre le bois de la Casse et l'étang de Rosière.
  • Une association de quartier dynamique, mobilisée pour la création et la protection de cette mare.

1PA070289 2PA070290

3PA070280 4PA070293

 La renouée du Japon (1 et 2) et le houblon (3 et 4) décorent les bords des ruisseaux et des chemins pour le plus grand plaisir des promeneurs. Ce sont deux plantes comestibles et médicinales. 

PA090384

"Né à Jallieu en 1744, avocat, maire de BOURGOIN à 24 ans, député du Tiers Etat à Romans, il fonda à Lyon un journal patriotique "Le Courrier de Lyon", aux idées fort avancées. 
    Second officier municipal de Lyon, il eut à remplir ses fonctions pendant la redoutable période de 1790 à 1792. C'est là qu'il fit la connaissance de Roland de la Platière et devint son premier commis quand Roland fut nommé au Ministère de l'Intérieur.

   A la chute des Girondins, il fut emprisonné et passa treize mois en captivité. La Révolution du 9 thermidor l'arracha à l'échafaud et il devint secrétaire général du ministre de l'intérieur et plus tard juge à la cour d'appel de Grenoble. A sa mort, en 1807, il voulut être enterré dans sa propriété au-dessus de l'étang de Rosière, dans un bosquet solitaire, comme Rousseau l'avait fait à Ermenonville, dans son "île aux peupliers".

   De nos jours, on peut découvrir la tombe de Luc-Antoine de Champagneux, intacte, au milieu d'un coteau, dans les bois de l'étang de Rosière.    Né à Jallieu en 1744, avocat, maire de BOURGOIN à 24 ans, député du Tiers Etat à Romans, il fonda à Lyon un journal patriotique "Le Courrier de Lyon", aux idées fort avancées.  Second officier municipal de Lyon, il eut à remplir ses fonctions pendant la redoutable période de 1790 à 1792. C'est là qu'il fit la connaissance de Roland de la Platière et devint son premier commis quand Roland fut nommé au Ministère de l'Intérieur. 

 A la chute des Girondins, il fut emprisonné et passa treize mois en captivité. La Révolution du 9 thermidor l'arracha à l'échafaud et il devint secrétaire général du ministre de l'intérieur et plus tard juge à la cour d'appel de Grenoble. A sa mort, en 1807, il voulut être enterré dans sa propriété au-dessus de l'étang de Rosière, dans un bosquet solitaire, comme Rousseau l'avait fait à Ermenonville, dans son "île aux peupliers". 

De nos jours, on peut découvrir la tombe de Luc-Antoine de Champagneux, intacte, au milieu d'un coteau, dans les bois de l'étang de Rosière.

PA090388     PA090379     PA090392     PA090369

PA090479

Le lac de la Rosière

"Au départ de l'étang de Rosière, ce circuit franchit les collines dominant Ruy et Bourgoin-Jallieu. Il concilie nature et histoire par la zone humide du Loudon, ses sous-bois et ses châteaux. Il est idéal pour la balade en VTT.

Le cadre est très vert avec des alternances ombragées et non ombragées. Prévoir de bonnes chaussures car le dénivelé peut être important. Le parcours le plus long est de 13 km.

Quatre châteaux se succèdent le long du parcours : Thézieu, Petit Mont (ex. château de la Pollardière), Rosière et Champfort. Ces lieux sont chargés d'histoire avec des visiteurs illustres tel que Jean-Jacques Rousseau qui se promenait à Rosière pour élaborer son herbier. Son ami, M. Luc Donin de Rosière de Champagneux, maire de Bourgoin, député du Tiers-État a été le témoin de son mariage en 1768. Il repose aujourd'hui au cœur de son ancienne propriété (sa tombe se situe près du parcours). 

Le Château de Thézieu né en 1880 de l'imagination d'Auguste Genin, avocat et exploitant d'usines à gaz.Sur les tourelles sont gravés les noms de ses deux épouses et les gargouilles représentent des animaux ainsi que certaines personnes, que dit-on, il n'appréciait guère.  A l'écart du château se dresse la " Tour des Morts " ou " Tour des Maures " en souvenir d'une soixantaine de squelettes découverts pendant les travaux de terrassement.

PA090429     PA090430     PA090436     PA090461

Tout comme Jean-Jacques Rousseau, vous traverserez avec plaisir la zone humide du Loudon qu'il faut absolument préserver.

N'hésitez pas à vous arrêter pour observer la faune et la flore qui sont, à Rosière, particulièrement riches (fleurs, arbres, écureuils, batraciens, insectes, ânes, oies, chevaux...).

Listère à feuilles ovales : Cette orchidée est entièrement verte. Elle pousse à mi-ombre sous les bois. En évitant de la ramasser, elle pourra fleurir pendant plus de 20 ans.
Grenouille Rousse : Au printemps, elle quitte la forêt pour pondre ses œufs dans les mares et les étangs.
Blaireau : Le blaireau est un mammifère nocturne qui se nourrit de vers de terre et vit en communauté. Il creuse des terriers bien cachés pour y élever ses petits."

PA090361     PA090362     PA090363     PA090366

Le chèvrefeuille des haies, Lonicera xylosteum, est en fleur. Très utilisé dans la pharmacopé populaire, ses baies sont vomitives. On l'employait en médecine des signatures pour soigner les fractures en raison de sa ressemblance suposée avec des os.

PA090505     PA090483     PA090496     PA090492

Voici la henille de la Pudibonde, un joli papillon de nuit timide qui s’effarouche quand on l'approche d'où son nom.  Il est aussi terne que la chenille est colorée et possède même du poil aux pattes. On le croise partout en France de mai à juin, jusqu'à 1000 mètres d’altitude. La chenille se nourrit de feuilles et n'est pas très difficile, on peut la  voir festoyer aussi bien sur un noisetier qu'un châtaignier, une ronce ou un chêne

PA090524     PA090525

Voilà une courte présentation de ce petit séjour sur Bourgoin Jallieu pour le travail.
Il y a bien d'autres parcs à voir comme celui des Lilas ou celui de la médiathèque.
Bourgoin est une ville agréable qui regorge de beaux lieux et surtout, de magasins (amen!) où il fait bon vivre.

PA090542

PA090545     PA090543     PA090544     PA090548

Mes sources:

Wikipédia

Le site officiel de la Ville

Luc de Champagneux

Emoticon Red Fox engagement

jeudi 28 février 2013

Sortie en forêt 16.

P1020611

Ha la neige peine à partir, surtout sur les hauteurs. Petit tour par la forêt pour découvrir une nature toute endormie mais avant, petit passage par le lac de Saint Sixte (que l'on retrouve ici) et qui de par le froid et entièrement gelé.

P1020608 P1020610

Alors que les iris d'eau et les joncs peines à sortir de la glace, de petits malins ont profité de la solide épaisseur de la glace pour faire quelques pas sur l'eau gelée (à savoir qu'il y a sous leur pied la taille de la tour Eiffel avant d'atteindre le fond du plan d'eau).

P1020622 P1020625

Et si le gel n'a pas été très clément ces derniers temps, les mousses et les lichens des abords du lac, que ça soit sur les vieux rochers immergés ou sur la cabane de l'ancien abri à bateaux s'en sortent plutôt bien.

P1020626

Hé surprise, là où la neige semble être partie, les premières fleurs apparaissent. Parmi les petites véroniques et le lierre, les violettes du chien s'en donnent à coeur joie bien qu'elles baissent un peu la tête.

P1020638P1020637P1020636

Changement de décor avec cette petite vue de Miribel-les-échelles (on y étais cet été ici). Le chemin mène dans le coeur de la forêt du col de la Croix des mille martyrs (bien que nommé ici "juste" col des mille ou col des mille martyrs).

P1020648 P1020652

Le sol est de sorti et flitre entre les branches qui d'ici et de là laissent tomber, sous la montée de la chaleur et des rayons, de larges paquets de neige qui tombent en pluie fine.

P1020708 P1020709

Pas un bruit en cet après midi, pas un piaillement, pas un crissement de patte, la forêt et étrangement calme, pour la plus grande joie de l'esprit et du coeur.

P1020664

Mais les animaux, du moins leur traces de vies restent bien présente, comme avec ce terrier qui ne semble pas avoir été visité ou du moins, avoir connu d'activité depuis les dernières neiges. Cela se voit à l'abscence des traces à son entrée.

P1020674 P1020679

Sur le fond blanc de la forêt, les troncs et leur fantaisie se révèlent. A gauche il s'agit de l'écorce rosée et couverte par endroit de lichen d'un bouleau blanc. A droite, d'étranges champignons, à la limite du lichen, ce sont installés sur un tout jeune hêtre. 

P1020669 P1020684

Et puis parfois la neige permet aux éléments tombés du ciel de perdurer. Une plume de tourterelle (des bois?) ou la feuille d'un jeune lierre deviennent pour un temps, le sujet d'une composition.

P1020706

Le gui du pin lui aussi, sous le poids de la neige et parfois du vent fini à terre. Ce gui là fait de jolies petites fleurs jaunes à la belle saison.

P1020658 P1020713

Pendant l'hiver, les végétaux ont la vie dur. A gauche les fruits des rosiers sauvages ont passé, ils sont tout rabougris et ont perdu leur éclatante couleur rouge mais pas de panique, comme on peut le voir à droite, les charmes commencent déjà à bourgeonner, apportant la belle saison.

P1020695 P1020719

En longeant le chemin forestier, nous voilà immergé dans les grands champs et les maisons de bords de lisière où dans la neige, on peut lire le passage des animaux sauvages.

P1020697

Il est passé par ici, il repassera par là! Mais qui, mais qui?

P1020698 P1020700

Le blaireau bien sûr, qui le pauvre, a laissé une large touffe de poils sur le barbelé. Peut être a-t-il été dérangé par les joyeux bambins venus profiter de la pente raide avec leurs luges.

P1020714 P1020716

Mais dans la forêt la neige reste bien souvent immaculée, dérangée ça et là par le passage de quelques animaux dont les traces de pâtes ne sont plus identifiables, faute à la fonte et au retour bienheureux de la chaleur (enfin, retour très timide quand même diront nous).

P1020721

La joie de voir un ciel bleu, si rare en ce moment et si appréciable. Seul ombre au tableau, un ciel dégagé en hiver est synonyme de froid. On ne peut pas tout avoir.

P1020703 P1020711

Bref, la forêt est bien agréable à pratiquer, quand on est équipée, et garde un côté fantastique où il est facile de s'imaginer un monde étrange, comme à droite, avec ces grandes branches d'un pin mort qui évoquent la carcasse d'un cétacé échoué en plein bois ... oui je sais, je m'égards.

P1020722 P1020694

Une dernière fantaisie, autre celle qu'est la hauteur de neige qui perdure au sommet du col, cette excroissance du bois, sorte de cancer de l'arbre, très recherché par les menuisiers pour exercer le délicat art qu'est celui de la marqueterie.

P1050815

Et pour vous quitter, une petite photo du même lieu au début de l'été.... ça laisse rêveur.

 

dimanche 14 octobre 2012

Que la montagne est belle.

SAM_6573 SAM_6574

En attendant d'avoir l'occasion de poster quelques nouvelles photos, voici un petit aperçu du lac du pontet sous le soleil d'automne avant qu'il ne se couvre de neige.