mardi 10 janvier 2017

Destination Bretagne : la vie d'une plage.

DSC00037

Nous voilà sur l'une des plus belles plages de Bretagne, quelques part entre des marais salants et de vastes champs d'herbe grasse. La brume et le ciel gris ont retiré l'éclat émeraude qui d'ordinaire habillent le fond de l'eau. Tampis, c'est un temps idéal pour aller découvrir les animaux et organismes qui animent la plage.

 

Les coquillages.

Des promeneurs semblent s'être essayés au land art. La marée laisse souvent sur le rivage les reliques de coquillages morts ou qui ont été poussés là par de violents courants comme il arrive parfois  los de tempêtes. On peut voir sur ces photos des coquilles de crépidules des moules (Crepidula fornicata), de fissurelles (Diodora graeca), de moules (Mytilus edulis), de coques (Cerastoderma edule) et de mactres solides (Spisula solida).

DSC00043 DSC00047DSC00045 DSC00046

 

L'aigrette garzette (Egretta garzetta).

Cet échassier profite du recule de la marée pour chercher sa nourriture. Cet oiseau se rencontre un peu partout en France, aussi bien dans les marais des Alpes que sur les bords de mer. Son bec noir en forme de dague lui permet d'arponner ses proies. Elle apprécie les poissons, les insectes, les mollusques et les batraciens.

DSC00022

 

Les éboueurs des plages.

 Ces petits crustacés ne payent pas de mine mais quand ils se réunissent par centaine pour dévorer les restes d'un coquillage, on se trouve face à une armée d'assailants déterminés. Je dois avouer que c'est une scène assez impressionnante de par l'efficacité de ces animaux qui en un temps record vide la coquille.

DSC00030 DSC00034

 

Le crabe enragé (Carcinus maenas).

 C'est le plus commun des crabes de Bretagne et le plus facile à attraper. Souvent d'un joli vert émeraude, sa carapace peut aborder diverses couleurs comme le brun, le jaune ou le gris. De petite taille, il n'est que peut consommé hormis en sauce. Il se relève par contre être un très bon appât pour la pêche au gros.

DSC00050 DSC00048DSC00031 DSC00049

 

Deux rencontres inattendues.

Quelle surprise, en arrivant sur la plage nous tombons nez à nez avec ce mâle lucarne cerf-volant (Lucanus cervus). Ces insectes de grande taille (jusqu'à 9 cm) sont menacés et bénéficis de mesures de protection. Autre découverte passionnante, un grand nombre d'oeufs de raies rejetés par la mer sur la plage.

DSC00040 DSC00056

 

Le mot de la fin.

Nous passons la nuit dans nos tentes, à proximité de la plage, sous un gros chêne et sous la pluie battante comme bien des soirs depuis que nous sommes en Bretagne. Le lendemain nous quitterons à regrets cette très belle région de France sans avoir fait auparavant deux escales de rêve au Cap Fréhel et à Dinan.

DSC00036 DSC00039DSC00027


jeudi 18 septembre 2014

Retour dans le jardin.

P8200006

Qu'il est bon, de retour de notre périple, de prendre une pause bien méritée dans le jardin. Un peu de calme oui, enfin s'il on veut. La campagne grouille de vie et il est rare de si ennuyer, en particulier quand on vit a proximité d'un poulailler. Et puis il y a les forêts qui regorgent de champignons qui n'attendent que nous.

P8063443 P8063447

P8063449 P8180017

Les dernières truffes de l'été nous attendent sagement sous les vieux arbres. La récolte a été petite cette année du fait de mon absence mais nous offre tout de même le loisir de déguster quelques superbes toasts beurrés.

P8200001

Vousla reconnaissez ? Voilà un belle araignée, l'un des plus grosses de France métropolitaine qui à l'arrivée de le mauvaise saison aime se réfugier dans les maisons. Sous ses airs de monstre poilu, la tégénaire domestique (Tegenaria domestica) est bien utile, elle débarrasse les maison des insectes nuisibles.

1P82000052P8200003

3P82000044P8240005

Les insectes de la fin d'été sortent, en voici deux exemples typiques de la famille des Lucanidés.
1, 2 et 3: il s'agît ici d'un lucane-cerf- volant femelle (Lucanus cervus). A la différence des mâles elle ne possède pas d'énormes mandibules qui leur permettent de se battre pour conquérir les belles.
4: scarabée petite biche (Dorcus parallelipipedus). Sous sa forme adulte il se rencontre de juin à septembre, le plus souvent au crépuscule en lisière de forêt.

P8260026

Pour le moment, le plus plaisant reste de profiter du soleil et surtout, du canapé du salon. Il reste pas mal de travail pour préparer la fête médiévale du village (qui depuis a eu lieu). Comme tous les ans, elle se déroule le dernier week-end d'août et accueil plusieurs milliers de visiteurs.

P8180012 P8180007

P8180008 P8180020