mardi 8 août 2017

Sortie dans les Calanques 14 : les Calanques par la mer.

DSC09372Qu'il fait chaud dans le sud de la France. À Marseille, le thermostat dépasse par moment les 40°C, ce qui rend l'air ambiant difficile à supporter. C'est une des raisons qui nous a mené à partir en famille en mer. Sur notre petit zodiac, prêté pour l'occasion, nous avons eu la chance de découvrir les Calanques par la mer.

DSC09373Il y a un petit goût de vacance avant l'heure. L'embrun de la mer, le vent calme et frais, les clapotis de l'eau et les immenses falaises blanches qui nous font face nous donnent des ailes. Passé le léger mal de mer, on peut profiter du décor sublime qui s'offre à nous. À savoir, le Massif des Calanques est une formation géologique de falaises calcaires dénudées de sol, ce qui les rend extrêmement arides et explique leur végétation très atypique adaptée aux conditions rudes. Elle est longue de 20 kilomètres et cumule au plus haut à 565 mètres d'altitude. Les Calanques, à distinguer du Massif, se rencontre sur toute la côte méditerranéenne française ainsi que sur le pourtour de la Corse. Elles sont l'un des atouts touristiques du sud de la France et sont visitées par plus de 10 milions de visiteurs chaque année.

DSC09434LA BAIE DES SINGES

Cette plage se trouve à l'ouest du le Cap Croisette, à côté de l'île de Tiboulen de Maïre appelée aussi La Tourtue et face à La Maïre, à l'extrémité des Goudes. On la nomme parfois la plage du bout du monde, en particulier par les marseillais. Vous pouvez la découvrir depuis la rive ICI.

DSC09098

Autrefois c'était un haut lieu de contrebande et sa réputation était plus que mauvaise. Aujourd'hui, elle accueille de nombreux touristes, que ça soit sur sa plage privée ou sur celle du bout des Goudes. Un restaurant, le restaurant de la baie des singes, se trouve également face à l'île de La Maïre ainsi qu'un club UCPA. L'île qu'est La Maïre n'est pas accessible au public pour des raisons écologiques, les mêmes qui ont conduit au retrait du troupeau de chèvres sauvages qui y paissait depuis des décennies. On trouve les vestiges militaires d'une tourelle à son sommet mais aussi sur sa face intérieur. Celles-ci reflètent également le passé minier, pastoral et touristique de l'île.

DSC09103

DSC09093À quelques dizaines de mètres de là, séparée par la Méditerranée, on trouve l'île Tiboulen de Maïre, qui se situe également dans l'archipel du Riou et se reconnaît à son feu qui prône à son sommet, situé 49 mètres au dessus de l'eau. Ces deux îles abritent une flore et une faune marine de grand intérêt, en particulier à travers leurs grottes et leurs tunnels où l'on peut observer le fragile et magnifique corail rouge ainsi que des éponges, des anémones jaunes, des langoustes, des poulpes, des rascasses et des congres.

DSC09436

On pourrait presque distinguer sous le bleu de la mer le complexe de cavités et de failles qui abritent cette faune et cette flore remarquables. La zone est réputée pour être abritée des vents ce qui permet de pratiquer la plongée même quand les conditions ne sont pas vraiment au beau fixe. Néanmoins la natation y est fortement déconseillée hormis pour les bons nageurs en raison du courant. Ci-dessous un aperçu des différents éléments que l'on peut croiser pendant la navigation entre les deux îlots.

DSC09084    DSC09443    DSC09414    DSC09444

Passé par l'Ouest le Cap Croisette, il est possible de voir s'elever fièrement le Fortin des Goudes. Il a vu le jour à la suite de la défaite de 1871 de Napoléon III. Séré de Rivières, général militaire de son état, reçoit alors à l'époque un important budget pour réaliser une série de constructions afin de protéger la côte des tirs d'obus.

DSC09148

LA CALANQUE DE CALLELONGUE

En s'approchant de La Mounine, nous passons à proximité de Callelongue, la première des Calanques situées entre Marseille et Cassis. Son nom provençal signifie "Grande Crique". Entre 1967 et 1968, un téléphérique sous-marin, le téléscaphe, la reliait aux Goudes. Si on lève la tête on peut également voir le col du sémaphore, en particulier en arrivant

DSC09400

sur la calanque de la Mounine. Longue, étroite et peu profonde, c'est un véritable aquarium naturel où on peut aisément observer les poissons, les coquillages et les oursins, ce qui explique qu'elle est particulièrement appréciée des plongeurs et des pêcheurs. Néanmoins elle peut être soumise à de violents courants qui empêchent alors toute baignade dans son eau turquoise. Vous pouvez la découvrir par la terre avec cet ancien article ICI.

DSC09176

LA CALANQUE DE SORMIOU

C'est une calanque que nous aimons beaucoup et que nous avons pu visiter par la terre à plusieurs reprises. L'été la route permettant d'y accéder est fermée pour limiter les feux et les accrochages, celle-ci étant étroite et les visiteurs très nombreux. Il faut donc s'armer de patience et rejoindre la plage à pied. C'est un endroit idyllique mais bien que trop fréquenté à mon goût. C'est aussi là que l'on peut découvrir les célèbres cabanons (ICI).

DSC09167En arrivant par la mer, nous faisons face au Bec de Sormiou qui cache le Cap Redon. On le nome parfois l'Extrême Bec de Sormiou en raison de la difficulté de son ascension. Il n'y est pas rare d'y croiser des grimpeurs bien équipés. C'est là que se trouve la grotte du Capelan (du nom du poisson), une grotte semi-émergée dont les trois entrées permettent d'accéder à cette formation géologique soit par la nage, soit en l'escaladant, soit par la plongée sous-marine.

DSC09183

C'est également un hotspot de la plongée, la faune marine y étant particulièrement diversifiée et l'eau claire permettant d'avoir une vision nette, même depuis le bord des falaises.

Il n'y a pas meilleur endroit pour s'arrêter pour manger un bout, piquer une tête, lire la dernière sortie d'espace naturel et bronzer un peu. Néanmoins la baignade ne s'éternise pas, l'eau étant particulièrement fraîche en raison des jours de vent qui ont précédé notre sortie. Cela nous a valu un bon mal de chien au retour à la maison.

DSC09172    DSC09189    DSC09199    DSC09209

DSC09233SUGITON ET L'OEIL DE VERRE

Ce sont deux calanques que les étudiants connaissent bien. Celles-ci se trouvent juste en dessous de l'université de Luminy, et s'atteignent facilement après une petite heure de marche et avoir gravi une série de rochers escarpés. C'est un spot remarquable pour les amateurs de plongeons. Cependant la zone n'est pas protégé et le secteur fut endeuillé suite à des chutes de pierres mortelles.

DSC09225

À proximité se trouve l'Oeil de Verre, une calanque difficilement atteignable avec ses 400m de dénivelé. Elle a la particularité de présenter dans sa paroi rocheuse un énorme oeil coloré en céramique pour faire écho à son nom qui viendrait d'une déformation de son nom occitan qui signifierait "eau à voir", en raison des cascades d'eau de pluie qui s'y forment quand le temps se fait gris.

DSC09230

LES CALANQUES DE L'EISSADON

Cette calanque, comme celles qui l'entourent, n'est accessible que par la mer. Elle est particulièrement impressionnante de par la taille de ses falaises et son aiguille de calcaire blanc. Au coeur de celle-ci une brèche permet de voir à travers la roche. Une large faille permet de traverser la pierre pour atteindre la calanque de l'Oule.

DSC09250    DSC09261

Il est possible de faire cette traversée en kayak pour profiter de cette particularité géologique et du calme qui y règne. C'est également un site d'escalade apprécié pour ces nombreuses anfractuosités et sa végétation éparse mais remarquable. Pour les plus téméraires, il est possible de gravire le sommet des falaises à pied.

DSC09255

DSC09270LES CALANQUES D'EN-VAU ET DE PORT PIN

Ce sont deux des plus célèbres calanques marseillaises, en particulier celle d'En-vau, connue pour figurer dans de très nombreux films et séries télé, parfois à gros budget. Il faut souvent plus d'une heure pour y accèder à pied et c'est bien souvent en bateau qu'elle est visitée. Entourée de grandes falaises, son eau est peu chauffée par le soleil du fait de l'ombre, il y est donc difficile de s'y baigner.

DSC09315

Il est également possible de visiter ces deux petits coins de paradis en kayak en partant depuis Cassis. Il suffit de longer la côte de roche blanche couverte de pins d'Alep (Pinus halepensis). Appelé aussi pin blanc de Provence ou pin de Jérusalem, il ne se trouve que sur les sols calcaires et dans les zones peu soumises au gel et à la neige. Il peut vivre 500 ans et atteindre plus de 30 mètres de haut.

DSC09307    DSC09290    DSC09300    DSC09325

On peut rencontrer sur les plages et dans les eaux peu profondes d'En-vau et de Port Pin des sangliers se baigner et se promener joyeusement parmi les nageurs et les amateurs de bronzette. Cette proximité des animaux fait parfois oublier qu'ils sont sauvages. La tentation de les nourrir et de les caresser est alors grande mais il faut bien prendre garde à ne pas céder à l'envie au risque de se voir chargé par toute une troupe de ces pachydermes.

DSC09262    DSC09269

DSC09277    DSC09310

Parmi les films tournés ici, on peut citer le Fantomas de 1964 avec Louis de Funès et réalisé par André Hunebelle et la Calanque, une série télévisuelle composée de 50 épisodes diffusés sur TF1 entre 1987 et 1988. Plus récemment, de nombreux clips de l'été ont été tournés çà la fin du printemps dans ce lieu mythique.

DSC09321    DSC09327    DSC09280    DSC09296

CASSIS ET LE CAP CANAILLE

Je ne connaissais Cassis que depuis les hauteurs des falaises (ICI), désormais je la connais par la mer. En entrant dans la baie de cette ville célèbre, on est accueilli par un ensemble de roches blanches calcaires taillées en escalier par les éléments et qui plongent dans la mer. Celles-ci offrent des cavités idéales pour les poissons et les anémones qui y trouvent refuge. Elles contrastent avec les roches rouges qui font le Cap Canaille.

DSC09353On le voit de loin, ce Cap aux nombreux records. Il possède les falaises les plus hautes de France et les deuxièmes falaises maritimes les plus hautes d'Europe. Celles-ci se nomment les Falaises Soubeyrannes. Elles détrônent sans mal celle du Granier, ce qui ne va pas sans me faire un petit pincement au coeur. Leur couleur leur vient du mélange de roche qui les forme : le grès composé de grains de sables de quartz et qui donne cette teinte rouge, de calcaire et de poudingue, une roche sédimentaire composée de galets liés par une matrice ou un ciment.

La route des Crêtes, que nous avons eu l'occasion de parcourir l'an dernier, serpente tout le long de ces falaises, donnant un panorama incroyable sur la Méditerranée et ses îles. Les aphyllantes de Montpellier et les cistes s'y plaisent beaucoup. C'est aussi là qu'un grand nombre des scènes des films de la franchise Taxi ont été tournées.

DSC09357    DSC09346    DSC09355    DSC09366

LE MOT DE LA FIN : DÉCOUVRIR LE PORT

Quelle bonheur d'être en mer, c'est une toute nouvelle expérience pour moi. Hormis le vent qui s'est levé sur la fin de journée, comme toujours en Méditerranée, la visite a été idyllique. Rentrés au port, nous avons pu profiter du décor mais aussi de la faune qui s'épanouie sous la cale des bateaux.

DSC09483    DSC09485    DSC09487    DSC09488


mercredi 15 février 2017

Découverte de MuCEM : l'exposition Babel.

DSC02548

Depuis le 14 décembre 2016 et jusqu'au 20 mars 2017, il est possible de voir au MuCEM l'exposition "Après Babel, traduire", qui met en lumière les problématiques liées à la traduction et les difficultés de celle-ci. Avec un monde ouvert qui tend de plus en plus à la globalisation, la traduction est un enjeu important voire primordial. Aujourd'hui, on compte près de 6900 langues dans le monde. 2500 d'entre elles seraient en danger.

 

Le fort Saint Jean.

Il est rattaché au MuCEM part une grande passerelle et par une plus petite à l'église Saint Laurent. Son emplacement est occupé par les hommes depuis près de 2600 ans. Les premiers furent les grecs qui peu à peu furent peu à peu remplacés par les romains. En son sommet on trouve le "Jardin des civilisations" qui retrace la migrations des plantes comme les épices via les déplacements humains dans le bassin méditerranéen.

DSC02532 DSC02533

 

L'étourneau Sansonnet (Sturnus vulgaris).

Celui-ci est en plumage nuptiale, on le remarque à ces plumes irisées de vert, de violet et de jaune. Pour reconnaître les deux sexes, on observe les yeux qui sont plus clairs chez la femelle. Celle-ci possède un plumage plus tacheté et coloré que le mâle ce qui est rare dans le règne animal. C'est un très bon chanteur qui est capable d'imiter le chant d'autres oiseaux mais aussi le son d'une alarme ou d'une sonnerie de téléphone.

DSC02522

 

La criée aux poissons.

C'est une des manifestations de Marseille que j'aime le plus. À chaque fois je m'émerveille devant les étales et devant la diversité des espèces présentées. Pourtant, je ne peux m'empêcher de penser à quelle vitesse nos océans se vident et qu'une partie de la pêche vient des eaux polluées par les Boues Rouges.

DSC02528 DSC02530DSC02524

 

Le MuCEM.

 Le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée est dédié à l'histoire des peuples de la Méditerranée, à leur construction, à leurs échanges et à leurs migrations. Créé par Rudy Ricciotti, il s'inscrit dans la volonté de rénover et transformer la région portuaire et en particulier celle des môles (brises-vagues) et des grands quais. C'est dans cette même optique que les Terrasses ont vu le jour, suivit par les Docks de Marseille.

DSC02553 DSC02552DSC02554DSC02545 DSC02551

 

Le mot de la fin.

C'est une très belle exposition que nous avons pu parcourir. Néanmoins elle n'est pas forcément accessible à tous, et hormis pour la partie historique et sociologique, je suis bien souvent restée un peu perdue face au contenu. Néanmoins certaines installations sont faciles à aborder et même passionnantes, en particulier celle dédiée aux langages des signes qui diffèrent d'un pays à un autre et qui sont parfois surprenants.

DSC02527 DSC02565

lundi 16 janvier 2017

Destination Bretagne : adieux à la Bretagne.

DSC00333

Nous voilà dans notre toute dernière étape bretonne avant d'entammer les 10 heures de route qui nous ramènerons dans notre petit appartement lyonnais. Pour la peine nous passons la soirée à flâner dans les rues de Dinan après nous être offert un repas mémorable le midi à Matignon à "La vieille auberge" sur la route de Dinard, un restaurant vieux de 100 ans et où la nourriture est à tomber raide, le tout dans un cadre épique. 

 

Dinan, une ville d'histoire.

Son nom vient du celte et désigne un motte cadastrale mais surtout, le nom de sa déesse protectrice, Anna, gardien des morts et bienveillante en vers les vivants. Elle est entourée de grands remparts ce qui n'empêcha pas cette ville bretonne d'être rattachée au royaume de France au XVIe siècle par François 1er.

DSC00339 DSC00345

 

La carverne de Woodshop.

C'est une boutique qui nous a ébahie. Avec brio, Gérald Fafin réalise des meubles et en particulier des lampes avec des éléments de récupération et on peut le dire, il y a du génie dans ses réalisations. Non seulement ses réalisations sont superbes, mais en plus elles sont peu chères aux vues du travail fourni et permet de redonner vie à des objets anciens qui à tous les coups auraient finis à la benne ou au fond d'un garage ou d'un grenier.

DSC00330DSC00338 DSC00336

 

Les rues de la ville.

Elles sont typiques des villes du moyen âge. On peut y observer des murs tordus voire très penchés. Cela tient au fait de nombreux bâtiments vieux de plusieurs siècles composent la ville. À l'époque les outils pour la construction des édifices n'étaint pas toujours très au point et ils n'étaient pas accessible à tous. Souvent, les maisons étaient faites avec les moyens du bord et la main d'oeuvre disponible d'où ces drôles de rues.

DSC00331

 

Le mot de la fin.

Voilà la fin de notre périple en Bretagne en 18 petits volets. Que d'aventures pendant ces 9 jours ! Une vraie épopée. Le compteur de la voiture affiche plus de 2600 kilomètres et la tente a rendu l'âme, fendue de part en part par une large déchirure, le vent breton ne semble pas lui avoir bien plu. Tampis, pour nos prochaines aventures en 2017 nous opterons peut être pour une ou deux nuits sous les étoiles. En attendant nous avons hâte de retourner dans ce coin de France magique mais bien d'autres nous appels : Sud de la France, Alsace, Champagne ...

DSC00309 DSC00315

vendredi 13 janvier 2017

Destination Bretagne : le Cap Fréhel.

 DSC00265

Dernière journée en Bretagne. Avant de rejoindre notre petit appartement lyonnais, nous partons à la découverte du Cap Fréhel et de son phare. Ce jour là, lui et la côte étaient plongés dans la brume. C'est un temps idéal pour observer les oiseaux marins ainsi que les insectes qui vivent dans les buissons de bryères.

 

La fougère aigle (Pteridium aquilinum).

Elle couvre une grande partie de la côte d'Opale et surplombe ici les falaises, disputant la place aux bruyères. Les dernières études attesteraient de la toxicité de ses frondes mais aussi de ces spores. Néanmoins elle continue d'être consommée dans certaines régions du monde en particulier en Asie comme au Japon.

DSC00122 DSC00169DSC00123DSC00228 DSC00303DSC00109

 

Duo gagant.

Parmi les espèces se plaisants dans les fougères on trouve la chanverine eupatoire (Eupatorium cannabinum) et le chèvrefeuille des jardins (Lonicera caprifolium) qui attirent de nombreux insectes pollinistaures, en particulier des abeilles et des syrphes. On les retrouve couramment dans les Alpes et en particulier en Isère.

DSC00087 DSC00088DSC00082

 

Le Pinson des arbres (Fringilla coelebs).

Il s'agit d'un mâle peu farouche. Cette espèce de passereau est très commune, on la rencontre un peu partout en France. Elle est partiellement migratrice mais les individus se plaisants dans leur habitats y passent toute l'année et bien souvent, toute leur vie. Le pinson des arbres se nourrie de graines et de petits invertébrés.

DSC04961 DSC00105

 

La cuscute du thym (Cuscuta epithymum).

C'est une plante parasite des landes et des sols pauvres qui adore les ajoncs et les bruyères. On la trouve un peu partout en France, en particulier dans les zones côtières et montagneuses. Ne produisant pas de chlorophylle, elle se nourrit de ses hôtes d'où sa couleur rose, sa quasi absence de feuilles, et ses drôles de fleurs.

DSC00120 DSC00130DSC00119

 

Le bombyx du chêne (Lasiocampa quercus).

Il s'agît ici d'une femelle dont les couleurs sont beaucoup moins marquées que celles du mâle dont les ailes possèdes de larges bandes brunes et jaunes. Cette espèce se rencontre de la fin du printemps à celle de l'été. Dès que la femelle émerge de son cocon, un grand nombre de mâles se présentent à la dame pour lui rendre ses hommages. La ponte est très particulière, en effet les oeufs sont lâchés en plein vol sur les sites de nourrissage. 

DSC00158

 

L'abondance des bruyères (Erica).

On trouve de nombreux bosquets de bruyères qui forment de véritables landes. On les rencontre sur des sols acides et font le bonheur de nombreux animaux, en particulier des cervidés, des petits passereaux qui s'y cachent et des renards qui y trouvent leur repas. La plus présente des bruyères est la bruyère cendrée (Erica cinerea). 

DSC00160 DSC00175DSC04990DSC00117 DSC00212DSC00172DSC00222 DSC00137

 

Le grand cormoran (Phalacrocorax carbo).

Pour s'alléger et avoir une meilleure pénétration dans l'eau, son plumage n'est pas imperméable, ce qui l'oblige à passer une partie de son temps à sécher ses ailes en les tenant grandes ouvertes. Amateur de poisson et concurent des pêcheurs, des miliers d'entres eux vont être tirés cette année bien que les populations sont encore très fragiles. Sa couleur et sa mauvaise réputation pourraient avoir raison de lui.

DSC00259 DSC00251DSC05082DSC00273 DSC00247

 

Un pays de la Manche.

 Elle vient s'écrasser aux horaires de la marée sur les falaises de granite rose et sur les plages de sable fin. Ses eaux sont plutôt poissonneuses ce qui explique l'abondance de pêcheurs et les grandes populations d'oiseaux marins, cela vaut aux côtes et aux îlots du secteur d'être classés comme réserve ornithologique. 

DSC00249

 

Les aventuriers du dimanche.

 Nous voilà tous les quatre en habit de lumière, perdus dans les falaises à chercher du regard les oiseaux et en particulier l'huîtrier pie. Ce road trip fabuleux nous a fait découvrir une région magnifique mais aussi des amis précieux et chers à notre coeur. Je pense que nous garderons un souvenir impérissable de cette grande aventure.

DSC00264 DSC00225DSC00294DSC05013 DSC05030DSC00218

 

Le pipit maritime (Anthus petrosus).

Avec son plumage, il se fond dans son milieu sans mal. On ne le rencontre que sur le littoral où il trouve ses proies favorites, à savoir les petits animaux de vases et les insectes des plages. On peut parfois le voir chasser dans les landes de bruyères ou à même les falaises. C'est dans ces mêmes milieux qu'il aime nicher.

DSC00253 DSC00230DSC05067

 

L'écosystème des falaises.

C'est le territoire des goélands (Larus) mais aussi des macareux moines (Fratercula arctica) que nous n'avons pas eu la chance de voir. Les falaises abritent des espèces végétales indigènes mais sont surtout essentielles aux oiseaux marins qui pour la plupart y nichent. C'est aussi un rempart pour les nombreux villages côtiers.

DSC00234 DSC00263DSC00155DSC00256 DSC00145

Vous nous voyez ? Face au vide nous semblons minuscules, voilà de quoi avoir le vertige.

DSC05098DSC05091 DSC05126

 

L'huîtrier pie (Haematopus ostralegus).

C'est un superbe oiseau des rives qui se reconnaît à son vol en V, à son plumage noir et blanc, à son bec orange et à ses pattes roses. On le rencontre dans de nombreux pays de l'hémishère Nord et dans une grande partie de l'Afrique. Son long bec lui permet de se nourrir de coquillages de vases, de vers et de gros lombrics.

DSC05113

 

Le mot de la fin.

Voilà, ce fût notre dernière sortie en pleine nature en Bretagne. Nous rentrons chez nous avec énormément de souvenirs et de photos mais ce n'est pas complètement la fin du périple. Dans le prochain épisode, nous ferons une dernière halte à Matignon et à Dinan pour nous régaler des nombreuses spécialités locales.

DSC00147 DSC00299

mardi 10 janvier 2017

Destination Bretagne : la vie d'une plage.

DSC00037

Nous voilà sur l'une des plus belles plages de Bretagne, quelques part entre des marais salants et de vastes champs d'herbe grasse. La brume et le ciel gris ont retiré l'éclat émeraude qui d'ordinaire habillent le fond de l'eau. Tampis, c'est un temps idéal pour aller découvrir les animaux et organismes qui animent la plage.

 

Les coquillages.

Des promeneurs semblent s'être essayés au land art. La marée laisse souvent sur le rivage les reliques de coquillages morts ou qui ont été poussés là par de violents courants comme il arrive parfois  los de tempêtes. On peut voir sur ces photos des coquilles de crépidules des moules (Crepidula fornicata), de fissurelles (Diodora graeca), de moules (Mytilus edulis), de coques (Cerastoderma edule) et de mactres solides (Spisula solida).

DSC00043 DSC00047DSC00045 DSC00046

 

L'aigrette garzette (Egretta garzetta).

Cet échassier profite du recule de la marée pour chercher sa nourriture. Cet oiseau se rencontre un peu partout en France, aussi bien dans les marais des Alpes que sur les bords de mer. Son bec noir en forme de dague lui permet d'arponner ses proies. Elle apprécie les poissons, les insectes, les mollusques et les batraciens.

DSC00022

 

Les éboueurs des plages.

 Ces petits crustacés ne payent pas de mine mais quand ils se réunissent par centaine pour dévorer les restes d'un coquillage, on se trouve face à une armée d'assailants déterminés. Je dois avouer que c'est une scène assez impressionnante de par l'efficacité de ces animaux qui en un temps record vide la coquille.

DSC00030 DSC00034

 

Le crabe enragé (Carcinus maenas).

 C'est le plus commun des crabes de Bretagne et le plus facile à attraper. Souvent d'un joli vert émeraude, sa carapace peut aborder diverses couleurs comme le brun, le jaune ou le gris. De petite taille, il n'est que peut consommé hormis en sauce. Il se relève par contre être un très bon appât pour la pêche au gros.

DSC00050 DSC00048DSC00031 DSC00049

 

Deux rencontres inattendues.

Quelle surprise, en arrivant sur la plage nous tombons nez à nez avec ce mâle lucarne cerf-volant (Lucanus cervus). Ces insectes de grande taille (jusqu'à 9 cm) sont menacés et bénéficis de mesures de protection. Autre découverte passionnante, un grand nombre d'oeufs de raies rejetés par la mer sur la plage.

DSC00040 DSC00056

 

Le mot de la fin.

Nous passons la nuit dans nos tentes, à proximité de la plage, sous un gros chêne et sous la pluie battante comme bien des soirs depuis que nous sommes en Bretagne. Le lendemain nous quitterons à regrets cette très belle région de France sans avoir fait auparavant deux escales de rêve au Cap Fréhel et à Dinan.

DSC00036 DSC00039DSC00027


samedi 7 janvier 2017

Destination Bretagne : l'île de Bréhat.

DSC09951

Pour cet avant dernier jour, nous débarquons tous les quatre avec le premier bateau sur l'île aux fleurs : Bréhat. L'île principale n'est pas très grande, elle s'étend sur tout au plus 290 hectares. Il est possible de la parcourir à pied ou en vélo. Il s'agît en réalité de deux îles rattachées l'une à l'autre par un pont de pierre.

 

L'agapanthe à ombelles (Agapanthus africanus).

Cette plante africaine peuple désormais l'île de Bréhat. Cela vient du micro climat très particulier de l'île. L'hiver les températures ne descendent pas au dessous de 5°C, ce qui permet la culture de plantes exotiques en extérieur. Les agapanthes sont des plantes tubéreuses dont les inflorescences forment des pompons bleus.  

DSC09957 DSC09985DSC09987DSC04917 DSC04927

 

Le tour de l'île.

Il est possible de faire le tour de l'île et de s'approcher très près de ses côtes à marrée basse, ce qui n'est pas chose aisée. En effet la navigation de plaisance à Bréhat n'est pas simple et il faut être bon navigateur pour ne pas accrocher les barques contre le granite rose des falaises ni contre les blocs de cornéenne, une roche gris sombre et très solide quicrésiste bien aux éléments et qui n'est que peu érodée par les pluies et par la mer.

DSC09754 DSC09755DSC09765

 

La faune de l'île.

Elle est très similaire à celle des autres îles et de le côte. Parmi les animaux qu'il est aisé de voir on peut citer les aigrettes garzettes (Egretta garzetta), les crabes enragés (Carcinus maenas), les grands cormorans (Phalacrocorax carbo), les huîtriers pie (Haematopus ostralegus) ou encore les actinies rouges (Actinia equina).

DSC09806DSC09862 DSC09864

 

Le goéland marin (Larus marinus).

C'est l'un des plus gros goélands que l'on trouve en France. On le reconnaît à son plumage ardoise et ses pattes roses. C'est un des goélands qui pratique le plus la prédation, en particulier sur les poussins d'autres oiseaux marins mais aussi sur les poissons. Il est également charognard et fréquente parfois les décharges de ville.

DSC00004

 

Les jardins.

 L'île est émaillée de nombreux jardins dont certains sont luxuriants et rivalisent d'originalité. Il n'y a aucune voiture sur la commune, seuls les tracteurs et les vélos sont autorisés. De ce fait, la création de jardin n'est pas aisée, et souvent, il faut compter sur ses voisins pour obtenir les espèces voulues ou faire un aller-retour sur le continent. Il est même possible de se fournir un petit guide des plus belles plantes et plus baux jardins de l'île.

DSC00001 DSC04947DSC09905DSC09897 DSC09893

 

Les restaurants.

L'île est couverte de restaurants et il n'est pas simple de faire le bon choix. Nous avons pris le pari de manger local. Nous avons fait bonne ripaille... un peu trop, nous nous attendions pas à de telles assiettes ! Parmi les coquillages que l'on peut déguster on peut nommer l'amande de mer (Glycymeris glycymeris), les bigorneaux (Littorina littorea), le bulot (Buccinum undatum), les ormeaux (Haliotis sp.) et la coque (Cerastoderma edule). 

DSC04933

 

L'amour des fleurs.

Pour les amoureux de belles fleurs, l'île de Bréhat fait figure d'El dorado. Les émissions "Silence ça pousse" et "La maison France 5" y ont même posé, le temps d'une émission, leurs valises. C'est là que Charles Blasco a installé sa pépinière, "La pépinière de l'île". Aeonium, Aloe, Echium et Geranium sont proposés à la vente et à l'expédition. Ci-dessous voici un petit panel des espèces présentées par cette pépinière qui vaut le détour.

DSC09934 DSC09930DSC09912 DSC09923

 

Le village et l'île.

On trouve des traces de l'occupation de l'île à la préhistoire, quand celle-ci n'en était pas encore une. Ce n'est que sous la période gallo-romaine que l'île sera durablement occupée. Devenue fort militaire au Moyen Âge, le village passent tour à tour sous l'aurtorité des anglais, des espagnoles, des bretons et enfin, du royaume de France.  

DSC09958 DSC09962DSC09939DSC09948 DSC09977

 

Le mot de la fin.

L'île de Bréhat est un bijou. Ancien repaire de pirates et de corsaires, île de la paysannerie et de la pêche, cité des fleurs et des artistes peintres ... elle a bien des noms et surtout, une histoire riche et variée. Une dizaine de monuments historiques peuvent être visités et certains habitants ouvrent leurs jardins aux touristes. Pour la prochaine étape nous partons découvrir l'une des plus belles plages de France, couverte de coquillages nacrés.

DSC09916 DSC09949DSC09942

jeudi 23 juin 2016

Sortie dans les Calanques 12-3.

DSC05973

Dernier volet de notre "triptyque" dans le sud. Pour la peine me voilà partie dans la Calanque de Sugiton. Situées à quelques pas de l'université de Luminy, il faut marcher une petite demie heure à une heure pour atteindre les bords de mer qui sont plutôt abruptes et les fonds marins mais la récompense en vaut le coup.

 

Le chèvrefeuille des Baléares (Lonicera implexa).

C'est un petit chèvrefeuille à liane qui ne dépasse pas un à deux mètres. Ses fleurs roses et blanches sont très odorantes et attirent souvent des papillons de bonne taille dont les trompes sont assez longues pour atteindre les parties nectarifères. Les baies font le plaisir des oiseaux mais sont toxiques pour les humains.

DSC05887 DSC05952

 

Le laser de France (Laserpitium gallicum).

 On le rencontre surtout dans le Sud et plus particulièrement dans le Sud-Est du pays. Il peut atteindre 80 centimètres de haut et dégage une odeur suave qui attire les insectes. C'est une plante qui affectionne les zones pierreuses, calcaires et typiques des montagnes. Elle a besoin d'une belle exposition au soleil pour fleurir.

DSC05956

 

L'euphorbe characias (Euphorbia characias).

C'est une plante méditerranéenne qui se plaît dans les zones arides. Il semblerait qu'en France nous ayons plutôt à faire à la sous-espèce, E. characias subsp. Wulfenii, qui est plus résistante que l'espèce type. C'est un championne de l'adaptation qui peut rester longtemps sans eau et qui produire plus d'un millier de graines.

DSC05908 DSC05946DSC05888

 

Le lin de Narbonne (Linum narbonense).

Ce joli lin sauvage aime les pelouses sèches et se rencontre facilement en bords de route. On le reconnaît en partie à ses grands pétales bleues et sa taille imposante (il peut mesurer jusqu'à 60 centimètres). Parfois confondu avec l'aphyllante de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis), ils n'ont en commun que leur milieu.

DSC05935 DSC05936

 

La centranthe rouge (Centranthus ruber).

Appelée à tort valériane, elle en est une proche cousine qui posséderait des vertus similaires à celle-ci. Elle pousse dans les zones rocheuses et arides, en particulier dans les départements de climat méditerranéen. C'est une plante mellifère qui est importante pour de nombreux pollinisateurs notamment au début du printemps.

DSC05881 DSC05880DSC05955

 

La coris de Montpellier (Coris monspeliensis).

J'ai bien eu du mal à l'identifier. Cette primulacée qui ne paye pas de mine aime les zones ensoleillées et ne se trouve que dans le sud de la France, le long de la Méditerranée. Elle affectionne en particulier les collines sèches et les pentes où les pierres abondent. On peut le voir fleurir d'avril à juillet jusqu'à 800 mètres d'altitude. 

DSC05963 DSC05962

 

L'hélianthème hérissé (Helianthemum hirtum).

On le reconnaît à ses feuilles et à ses rameaux gris et velus. Il se plaît dans la garrigue et sur les sols calcaires, secs et bien éclairés. On le trouve aussi parfois loin dans les terres. Il appartient à la famille des cistes mais est bien plus petit que ces dernières, il dépasse rarement les 40 cm et reste plutôt au ras du sol.

DSC05909 DSC05910DSC05940

 

L'asperge sauvage (Asparagus acutifolius).

À gauche, une asperge montée qui est trop rêche pour être mangée et à droite, une autre qui est encore bonne a être récoltée pour être cuisinée. On la récolte dès le mois de février et cela, jusqu'au début mai dans certaines régions. Bien que petite, elle est assez recherchée par les gourmands et les natifs du coin.

DSC06037 DSC05861

 

La rue à feuilles étroites (Ruta angustifolia).

Cette rue comme toutes les rues a été pendant longtemps chassée des jardins et des villes et villages à cause de ses propriétés abortives. On en trouvait cependant dans les couvents et les jardins de curés. À une certaine époque les femmes qui vivaient à proximité de cette plante pouvaient même être jugées pour sorcellerie.

DSC06026

 

Des plantes à toutes épreuves.

Les plantes qui poussent au bord de la mer doivent s'adaptées à de nombreuses conditions. Entre le soleil brûlant, les embruns, le sol pauvre en substrat et le sel, il n'est pas simple de survivre mais certaines plantes sont champignons dans ce domaine. Leur secret ? des racines puissantes et profondes qui traversent la roche.

DSC05957 DSC06032

 

Les pieds dans l'eau.

Avec la sortie du soleil, il y a toujours quelqu'un pour nous faire enrager avec ses photos de pieds dans l'eau et de jambes à l'air, allongé tout du long à faire bronzette ... cette année j'ai décidé que ça serait moi ! Bon, il s'en est suivit en punition un gros rhume mais quel plaisir de pouvoir faire enfin trempette dans la mer.

DSC05983 DSC05982DSC05989DSC06020 DSC06023

 

Le demi-deuil (Melanargia galathea).

Voici un accouplement entre deux demi-deuils. Dans cette situation les papillons sont en danger car vulnérables face aux prédateurs, de ce fait ils se cachent dans la végétation. La femelle dans quelques jours pondra sur les graminées (Poacées) ses oeufs d'où sortir trois semaines plus tard de petites chenilles brunes et affamées.

DSC06053 DSC06054DSC06057

 

Le mot de la fin.

Très belle ballade dans les Calanques. Il y fait bon de s'y dorer la pilule face au Torpilleur et de découvrir la faune et la flore sous-marine bien que l'eau reste encore un peu fraîche à mon goût. Il faut peu de temps pour arriver dans l'une des criques de calcaire blanc (comme la plagette) peuplées de pins maritimes et profiter du sable fin. 

DSC05997DSC06005DSC06069 DSC06085

lundi 13 juin 2016

Sortie dans les Calanques 12-1.

DSC06109

Voilà le premier billet d'une série dédiée aux Calanques marseillaises. Courts, ils seront publiés de manière rapprochée pour former un grand article. Pour ce premier "épisode" j'ai le plaisir de vous présenter un versant de la méditerranée que je ne connais que peu : les paysages de Cassi et de la Ciotat ainsi que le parc du Mugel.

 

Les cistes (Cistus).

Nous nous trouvons dans le parc naturel des Calanques. On peut y rencontrer plusieurs espèces de cistes. Ceux aux fleurs roses sont des cistes cotonneux (Cistus albidus) appelé aussi cistes blancs en raison du duvet qui couvre leurs feuilles. Ceux à fleurs blanches sont des cistes à feuilles des sauges (Cistus salviifolius). Ce sont les deux espèces les plus communes dans le secteur car elles sont parfaitement adaptées au sol calcaire.

DSC06087DSC06088 DSC06093DSC06092

 

L'immortelle commune (helichrysum stoechas).

C'est une plante aux fleurs jaunes parfumées qui dégage une forte odeur de curry. Elle entre dans la composition des bouquets de la Saint Jean mais aussi de remède en médecine populaire. Devenue rare dans de nombreux endroits, elle fait l'objet d'une protection partielle et de restrictions pour ce qui touche aux cueillettes.

DSC06100 DSC06101

 

Les falaises clacaires.

Elles font parties intégrantes de Calanques. C'est en leur sein que l'on trouve une faune et une flore atypique, et parfois, endémique. Les falaises calcaires sont très sensibles aux embruns et à la pluie. De ce fait il n'est pas rare d'en voir des bloques chuter dans la mer, parfois à quelques mètres des promeneurs et baigneurs.

DSC06103DSC06105 DSC06117

 

L'apyllanthe de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis).

C'est une jolie plante surnommée herbe à lièvre et au port bouissonnant qui est  typique de la garrigue. Ses fleurs sont comestibles et ont un goût sucré. Elles sont utilisées par petite touche dans les desserts et les salades, mais ce sont les animaux, en particulier les troupeaux de moutons et de chèvres, qui l'apprécie le plus.

DSC06098DSC06113 DSC06115

 

Le parc du Mugle de La Ciotat.

Ce parc possède de multiples avantages. Il est bordé par une calanque où il est possible de se baigner en famille et où il est agréable de se reposer sur la pelouse. Au nord une grande falaise permet de jouir d'un point de vu imprenable sur la mer, de pratiquer l'escalade et de bénéficier d'un micro climat. De ce fait on trouve une grande variété de plantes exotiques dans des jardins luxuriants et qui se plaisent sous le soleil méditerranéen. 

DSC06125DSC06137 DSC06138DSC06132

 

Le flambé (Iphiclides podalirius).

C'est un grand papillon que l'on reconnaît aux six rayures noires de ses ailes. Sous sa forme larvaire de chenille il se nourrit de fruitiers, en particulier de cerisiers, de prunelliers, d'aubépines, de pêchers ou encore d'amandiers. On le rencontre dans la plupart des Pays qui composent l'Eurasie hormis au Nord et dans certaines zones. Il se fait de plus en plus rare. En France nous avons la chance de pouvoir le rencontrer presque partout.

DSC06129

mercredi 18 mai 2016

Journée des plantes au Fort Saint Jean.

 DSC04886 - Copie

Il y a quelques semaines, nous avons pu participer à la fête des plantes de Marseille au Fort Saint Jean. La journée du samedi a été ensoleillée et un peu venteuse, elle a été parfaite pour que mon bien-aimé puisse animer le stand de son école et j'ai pu l'y rejoindre avec plaisir. En prime, il a eu sa bouille dans le journal.

 

La fête des plantes.

Au mois d'arvil on trouve un peu partout en France à des fêtes dédiées aux plantes des jardins ou à celles peu communes. L'an dernier nous étions allés à celle de Réaumont en Isère (ICI) mais cette année nous avons décidé de partir pour Marseille à la découverte des plantes des potagers et des bords de mer. Organisée au Fort Saint Jean, elle a l'avantage d'avoir lieu dans un jardin ethnobotanique tout à fait appropiré pour l'événement.

DSC04907 DSC04909DSC04905

 

Quelques aromatiques du jardin des migrations.

Cette journée fût l'occasion de découvrir quelques plantes aromatiques communes en Méditerranée. La germandrée des chats (Teucrium marum) porte bien son nom. C'est un arbrisseau à la floraison violine qui produit un terpène, c'est à dire un ensemble de molècules odorantes qui ont la particularité de protéger la plantes des insectes mais aussi de provoquer chez les chats des comportements sexuels comme les chaleurs.

DSC04809 DSC04810

La santoline petit cyprès (Santolina chamaecyparissus subsp. magonica ou plus simplement Santolina chamaecyparissus), est une petite plante à fleurs qui fleurit de juin à août en plein soleil. Très aromatique, elle est employée parfois dans la cuisine mais le plus souvent comme insecticide et dans les produits d'entretien.

DSC04811 DSC04812

La sauge (Salvia interrupta) est une plante qui a accompagnée les hommes dans leurs migrations à travers le bassin méditerranéen. Elle était utilisée par les premiers peuples comme condiment et médicament. Elle serait originaire du Maghreb est plus particulièrement de l'Atlas. C'est également une plante mellifère. 

DSC04813 DSC04814

Enfin, la lavande papillon (Lavandula stoechas) se fait remarquer par son parfum. Elle était utilisée et l'est encore pour parfumer le linge et pour soigner les petits maux du quotidien. Depuis quelques années on la trouve aussi dans la cuisine des grands chefs en particulier dans les crèmes brûlées et les grillades de poissons.

DSC04817 DSC04818

 

Le jardin des migrations.

Il a été réalisé pour mettre en lumière l'architecture du Fort Saint Jean et pour relier celui-ci au Mucem et à son exposition permanente. Il est composé d'une multitude de tableaux qui ont pour but de raconter l'histoire commune des plantes et des hommes (ethnobotanqiue). Parmi ceux à ne pas manquer : le jardin des herbes de la Saint Jean, celui des herbes à sorcière, les plantes de la mythologie et de l'antiquité et le jardin des aromates.

DSC04819

Des végétaux en autonomie.

Le jardin des migrations est presque exclusivement composé de plantes qui poussent de manière autonomes. La technique employé est celle du jardin sec : beaucoup de paillage pour retenir l'humidité, des espèces résistantes à la sècheresse et aux fortes chaleurs et très peu d'intervention humaine si ce n'est pour retirer les euphorbes characias abondantes (Euphorbia characias) et soigner les plantes et les arbre malades ou fatigués.

DSC04895 DSC04900DSC04910DSC04892 DSC04882

 

Les visites guidées.

Ce jour là pour l'achat d'un billet du Mucem, les visiteurs pouvaient bénéficier d'une visite du jardin des migrations avec l'ethnobotaniste, le paysagiste et le jardinier qui l'on conçu ... un vrai régale. Non seulement ce sont des puits de sciences, mais aussi des passionnés qui restent accessibles au public et ont grand plaisir à partager la petite et la grande histoire des plantes. Désormais je connais les secrets du plantain corne de cerf grâce à eux. 

DSC04830 DSC04831DSC04845

 

Intégrer la nature à la ville.

Tout le quartier entourant le Mucem et le Fort Saint Jean a été remit à neuf. La volonté est de faire rentrer la nature dans la ville tout à la maîtrisant. De ce projet est née la grande allée qui va du Fort aux terrasses du port et qui est couverte de plantes à fleurs méditerranéennes : coronilles, euphorbes ou encore cistes blancs.

DSC04823 DSC04850DSC04838

 

Le CFPPA/UFA d'Aix en Provence - Valabre - Marseille.

C'est là qu'étudie mon bien-aimé, enfin au sein de cette structure qui se divise en sept établissements ! Ce samedi là il était là pour présenter plus précisément le lycée des Calanques de Marseille. Les formations sont essentiellement centrées sur les aménagements paysagers mais aussi le métier de maréchal-ferrant, les métiers de l'alimentation industrielle, la protection et la gestion de la nature et les métiers liés à l'animal.

DSC04834DSC04839 DSC04849DSC04851

Pour rester dans le thème du lieu, le stand du lycée a présenté de petites jardinières en étages. Elles s'inspirent du jardin et sont économes en eau : plantes de rocailles, résistantes et peu gourmandes en arrosage, paillage minéral, galets et veilles pierres. Elles s'inscrivent dans l'esprit des jardins en carrés et en tiroirs.

DSC04852 DSC04853DSC04840DSC04855 DSC04856

 

L'histoire du Fort Saint Jean.

Il tient son nom de l'ordre religieux qui y fût établit pendant de nombreux siècles. Le site est occupé depuis l'époque grec pour son emplacement stratégique qui permet d'avoir une vue dégagée sur la baie et les îles alentours. C'est de là que passait le pont à transbordeur jusqu'à ce qu'il soit dynamité en 1944.

DSC04870 DSC04808

 

Les stands et les commerçants.

Bien que certaines espèces soient un peu excessives niveau prix, c'est l'occasion de trouver quelques perles rares ainsi que de recevoir des conseils bien avisés des professionnels. Un stand de troc, une conférence, des démonstrations pratiques et techniques liées au végétal et des dégustations complètent le tout.  

DSC04859DSC04860 DSC04861

 

Mouvements et Paysages.

C'est l'une des sociétés de paysagistes des plus renommées dans la région. Leur spécialisation dans les jardins méditerranéens en accord avec le milieu leur a permis de se faire connaître pour les chantiers publics et auprès des particuliers. L'netreprise travaille avec des plantes qui proviennet de tous les continents.

DSC04918DSC04916 DSC04920DSC04917

 

Le mot de la fin.

Très belle journée où j'ai découvert une multitude d'inforamtions sur ce jardin que nous avons visité à de nombreuses reprises avec mon tendre sans jamais en connaître les secrets. Désormais c'est chose faite. Il me tarde d'y retourner pour découvrir toutes les plantes qui compose le jardin dédié à la magie et à la sorcellerie.

DSC04882 DSC0488311060253_950105145105145_6834362625862500726_n

jeudi 28 avril 2016

Sortie dans les Calanques 10.

DSC04031

Petite promenade dans les Calanques de Marseille, à la limite du parc des Bruyères. C'est l'occasion de présenter quelques unes des plantes les plus communes que l'on peut croiser en cette période. En une heure de marche il est possible de voir pas moins qu'une trentaine de fleurs différentes, en voici une sélection.

 

La ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius).

 Ses feuilles évoquent les feuilles granuleuses de sauge d'où son nom. Bien que présent dans les Calanques ayant un sol de nature calcaire, il préfère les sols silicieux ce qui fait de lui une plante bio-indicatrice. Cela fait trois à quatre semaines que la floraison a débuté, celle-ci prendra fin aux alentours de la fin mai.

DSC04038 DSC03962DSC03974

 

Le ciste cotonneux (Cistus albidus).

Il est aussi appelé ciste blanc en raison de ses feuilles duveteuses blanchâtres. La couleur de celles-ci vient des minuscules poils qui les recouvrent. Ils ont plusieurs fonction comme celle de retenir l'eau que la plante évacue par évapotranspiration ou de la protéger des insectes ravageurs. Sa floraison est bien plus prolongée que celle de son cousin le ciste à feuilles de sauge : de début avril à fin juin. Cela viendrait du sol calcaire qui lui plaît.

DSC03929 DSC03951

 

Reconnaître les sauterelles.

Avec le retour de certains insectes, il faut revoir ses classiques. Le premier de tous est de faire la différence entre les sauterelles et les criquets. Tous deux appartiennent à la famille des orthoptères. On retiendra que les sauterelles ont les antennes plus longues que le corps et les criquets, aussi longues que leur tête.

DSC03896

 

L'ophrys de Forestieri (Ophrys Forestierii). 

Comme il est un peu long d'expliquer la complexité du groupe des ophrys bruns, je vous met un lien vers un de mes articles consacré à ces orchidées ICI. Pour revenir à notre ophrys de Forestieri, il en reste bien peu en fleurs à cette époque de l'année. Fait amusant, celle de droite abrite une des pucerons dans sa cavité stigmatique.

DSC03909 DSC03876

 

L'ophrys de la passion (Ophrys passionis).

Même topo que pour les ophrys bruns ... l'ophrys de la passion appartient à un groupe compliqué. On peut voir que sur celui qui se trouve sur la photo juste en dessous a été visité par un insecte pollinisateur. Le labelle est couvert des grains de pollen et la cavité stigmatique ne contient plus de sac à pollen, les pollinies.

DSC03888DSC03889 DSC03919

 

L'ajonc d'Europe (Ulex europaeus).

C'est un arbuste épineux de la famille des fabacées. Il était utilisé autrefois comme barrière naturelle pour protéger les troupeaux des prédateurs mais aussi, les hommes dans les hameaux et les villages des troupes armées ennemies. Il pu aussi être utilisé, quand les années étaient mauvaises, comme fourrage pour les bêtes.

DSC03835

 

La coronille naine (Coronilla minima).

Cette petite coronille fleurit de mai à juillet mais dans les Calanques on peut le voir en fleur dès le début avril. Elle dépasse rarement les 30 centimètres mais ne passe pas inaperçue avec ses jolies fleurs jaunes réunie en ombelle. Elle est présente sur une bonne partie du territoire français et se trouve jusqu'à 1600 mètres.

DSC04043 DSC03992DSC03995 DSC03994

 

Le narcisse douteux (Narcissus dubius).

Il reste quelques pieds de narcisse douteux en fleurs. En France, c'est dans les rocailles calcaires et méditerranéennes qu'on le rencontre, souvent en abondance (et tout particulièrement en Espagne). Dans la région, c'est le premier de tous les narcisses à fleurir. Certains rares individus sont parfois jaune pâle.

DSC03935 DSC03920DSC03856

 

La vipérine commune (Echium vulgare).

On pensait autrefois à tort que cette plante avait la capacité de stopper la progression du venin des vipères dans l'organisme. C'est une bisannuelle qui peut atteindre environs 80 centimètres de haut mais pour le moment, elle se présente sous la forme d'une grande rosette plaquée au sol avec des feuilles verruqueuses.

DSC03869 DSC03870

 

La globulaire buissonnante (Globularia alypum).

C'est une plante typique des garrigues qui se reconnaît à ses jolies fleurs en pompons bleues. Elle détonne par cette couleur vive aux milieux des autres arbustes. La floraison est actuellement sur la fin. On croise souvent dans les inflorescences des araignées postées à l'affût pour attraper les insectes. Les graines se disséminent par épizoochore, c'est à dire en s'accrochant au plumage des oiseaux ou aux poils des mammifères.

DSC04035

 

L'iris des garrigues (Iris lutescens).

Cet iris sauvage peut être jaune, violet, blanc ou même bicolore. On le reconnaît à sa petite taille et à sa période de floraison. Bien que populaire dans les bouquets de fleurs, il ne semble pas menacé et sa population reste stable hormis dans les zones très fréquentées par le public comme les sentiers de randonnée.

DSC03921 DSC03931DSC03925 DSC03926

 

L'aphyllante de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis).

Elle est connue pour son goût légèrement sucré et ses feuilles presque inexistantes qui se réduisent à de petites membranes le long des tiges qui évoquent celles des joncs. Elle a aussi la particularité d'être la seule plante composant le genre des Aphyllanthes. On la trouve parfois dans les desserts des grands restaurants.

DSC03980

  

L'euphorbe à feuilles en scie (Euphorbia serrata).

On la reconnaît à ses feuilles joliment dentées. Sa floraison, d'ordinaire, à plutôt lieu en mai mais dans le Sud, tout est un peu en avance cette année. Elle sert de pâturages pour une colonie de fourmis qui y élèvent une troupe de pucerons noirs dont le précieux miellat (excréments sucrés) leur sert de nourriture. 

DSC04040 DSC04042

 

Le mot de la fin.

Chouette petite ballade sous le ciel gris de Marseille. C'est un temps idéal pour admirer les fleurs et mon bien-aimé qui, en plein cours avec son CFPPA, taille les oliviers du parc et admire son travail. Désormais le temps va se faire plus chaud, de nouvelles espèces végétales vont apparaître et les insectes vont être bien plus présents pour le plaisir des oiseaux et des tarentes. Il se pourrait même que l'on trempe les pieds dans la mer.

DSC03864 DSC03866DSC03985