dimanche 12 octobre 2014

Un weekend à Marseille: fleurs et dorures.

P9200007

Nouvel article, nouvelle rubrique ! Celle-ci sera alimentée par mes expéditions en bords de mer qui, je l'espère, seront nombreuses. La Renarde des Alpes prend le large et pour cette première sortie, je vous propose quelques uns des plus beaux lieux de Marseille pour les amoureux de botanique ou tout simplement de jolies fleurs.

 

Le parc de ville Borély

 Fondé en 1860, le parc Borély est l'un des parcs de ville de Marseille. Il fait face aux plages du Prado et à l'ancien champs de courses reconverti en golf et de nombreuses statues l'agrémentent. En son centre se dresse le château Borély qui depuis 2013 est devenu le musée des "Arts Décoratifs et de la Mode". Vaste de 17 hectares (54 hectares à l'origine), il se compose d'un jardin anglais, d'un jardin français, d'une roseraie et du jardin botanique. Dans le culture populaire, on peut retrouver le parc dans les romans de Marcel Pagnol mais aussi dans de nombreux épisodes de la série télé "Plus Belle la Vie". 

P9210143 P9210144

La roseraie

La roseraie (qui je dois l'avouer a tout de même triste mine) propose une large variété de roses et a été primée en 2013. Cette collection botanique fût créée en 1923. C'est une roseraie classique, qui aborde des formes géométriques et des parterres dits brodés, des arches et des buis taillés.
Le but est de mettre en valeurs les différentes espèces.

1P92101492P9210150

3P92101544P9210155

 D'autres espèces de végétaux sont aussi présentes.
1 et 2 : Le raisin d'Amérique (Phytolacca americana) est une plante originaire du nouveau monde. On pense qu'elle est arrivée en France pour la comestibilité supposé des ses jeunes feuilles cuites (certains pays d'Europe la cultive comme plante légume), pour agrémenter les jardins, pour ses vertus tinctoriales et médicinales. Néanmoins il faut être prudent, cette belle invasive peut être hautement toxique.
3 et 4 : L'abricotier d'argent (Ginkgo Biloba) est un arbre fossile appartenant à un famille ancienne, celles des ginkgophyta apparue il y a 270 millions d'années, c'est à dire avant les dinosaures. Issu de l'espèce sauvage originaire de Chine et presque disparue, le ginkgo biloba est robuste et possède de nombreuses propriétés médicinales : riche en vitamines C et N, en anti-oxydants et en bêta-carotène, il prémuni du vieillissement et pourrait être d'une aide salutaire pour soigner la maladie d'Alzheimer.

 

Le jardin botanique

Reconstitué en 1880 car détruit en 1856 par l'aménagement de la voir ferrée, le jardin botanique de Marseille présente une grande diversité de tableaux. On compte ainsi le jardin des plantes médicinales, la jardin méditerranéen, le jardin japonais, le jardin chinois (offert par Shengaï avec la quelle la ville est jumelée), de nombreuses serres (dont la serre tropicale fermée au publique) et de nombreuses allées boisées.

P9210321

 Étendu sur 1200m², le jardin des plantes propose plus de 3500 espèces. Spécialisé au début du XXe siècle dans l'étude des végétaux d'acclimatation, il mesurait à l'origine 14000m². L'exposition et l'étude des espèces exotiques étaient alors de mise. Désormais, il sert de lieu d'exposition aux artistes mais aussi de rencontre et de découverte. Pour connaître toutes les sorties proposées c'est ICI. Quand au laboratoire botanique, il est devenu un restaurant. (En photo le coeur d'un Cycas revoluta).

P9210211 P9210254

P9210262 P9210263

 L'anémone du Japon (Anemona hupehensis) est une très belle fleur ornementale que l'on retrouve de plus en plus dans nos jardins européens. Préférant les sols humide, les lisières de bois et les zones d'ombres, elle s'adapte également à une exposition en plein soleil. Elle fleurit d'août à octobre et est facile d'entretient. Attention cependant, elle peut vite devenir envahissante. De plus, elle est toxique.

P9210298

 Rencontre avec cette grappe de belles fleurs dans le jardin chinois. Il pourrait s'agir d'une espèce particulière de seringat (Philadelphus) mais sans grande conviction. Les seringats sont connus pour le parfum de leurs fleurs, leur floraison abondante et prolongée, leur culture facile et leur acclimatation aisée aux différents milieux qui varient du mi-ombre au plein soleil.  

P9210252 P9210250

P9210249 P9210253

 L'arbuste à bonbons (callicarpa japonica) est un buisson qui donne de belles baies violacées qui, délaissées par les oiseaux restent longtemps sur la plante et égayent ainsi le jardin. Résistant, il peut facilement subir des températures descendants à -15°C. Un sous espèce de callicarpa a été nommée Murasaki Shikibu au japon en l'honneur de la femme de lettres du même nom.

P9210319

 L'aloès (Aloe) est une plante exotique que l'on trouve en Afrique et à Madagascar et à moindre mesure, en Arabie et en Inde. Le genre comprend environs 516 espèces dont la plus connue est l'aloe verra, riche en propriétés médicinales. En effet il serait laxatif, cicatrisant, cholagogue,apaisant et apéritif. Cependant il faut être prudent, certaines parties de la plante étant toxiques.

1P92103082P9210187

3P92102644P9210265

En parlant de plantes exotiques ...
1 et 2: Le palmier de Chine (Trachycarpus fortunei) est aussi appelé palmier à chanvre. Robuste il pousse jusqu'à 2400 mètres d'altitude, supporte bien le froid mais craint le manque d'eau et la chaleur. Les fruits sont olivâtres à maturité. Comestibles, ils sont peu recherchés contrairement aux fleurs cuisinées comme légumes.  
3 et 4: Le grenadier commun (Punica granatum) est un joli arbre qui produit de belles fleurs rouges mais surtout des fruits précieux et appréciés pour leurs qualités depusi l'antiquité: les grenades. Utilisées comme offrandes funéraires dans les sépultures de pharaons, elles sont riches en vitamines et en nutriments. Elles aideraient à combattre le cancer, l'arthitre et les maladies cardiovasculaires. 

P9210195

La Scabiosa cretica est proche de notre scabieuse des champs. Discrète, elle fleurit de la fin du printemps au début de l'automne et attire de nombreux papillons et parfois, quelques chenilles. Ayant une durée de vie assez courte, elle a l'avantage de se ressemer d'elle même et de supporter le froid jusqu'à -15°C.

P9210190 P9210192

P9210200 P9210219

 Il y a de nombreuses espèces que j'ai bien du mal à identifier (hormis le Clerodendrum trichotomum en bas à droite). Il s'agit de cultivars. Un cultivar est une variété de plante obtenue par séléction humaine à partir de plantes sauvages. Fragiles de par les techniques employées pour les reproduire (clonages, auto-fécondation etc.), ils nécessitent plus de soins.

P9210176

L'aristoloche élevée (Aristolochia sempervirens) se rencontre en France uniquement dans le Var et dans les Alpes Maritimes. C'est une plante grimpante aux feuilles persistantes qui se rencontre dans les haies ombragées et les lisières de forêt. On la trouve dans tout le bassin méditerranéen, de la Sicile au nord de l'Algèrie.

P9210197 P9210173

P9210259 P9210293

 Une grande diversité de plantes peuvent être observées. Cela va des hauts palmiers aux plus petites fougères en passant par une grande diversité de fleurs colorées. Les yeux se régalent, les narines hument avec plaisir les doux parfums, les doigts parcours les différentes textures des troncs ou de la mousse, les oreilles se délectent du chant des oiseaux et du roulis de l'eau et les plus téméraires peuvent se risquer à goûter les feuilles de menthe poivrée.

P9210281

 Dans la petite mare qui borde le pavillon chinois, on peut admirer de nombreuses carpes Koï. Ces poissons ornementaux sont apparus il y a environs mille ans en Asie dans les cours des empereurs après de nombreux croisements. Prisés, certains poissons peuvent se vendre plusieurs millions d'euros ! Dociles, les carpes Koï peuvent vivre 20 ans et si l'habitude leur a été donnée, venir manger dans la main de leur éleveur. En fonction de leurs robes, les poissons sont nommés. Ainsi dans le bassin on peut apercevoir des Yamabuki Ogon, des Sanke, des Ochiba, des Hikari ou encore des Kohaku.

1P92102962P9210303

3P92101794P9210183

Du côté du jardin méditerranéen on rencontre de jolies fleurs qui depuis quelques années sont de plus en plus communes dans notre petit coin des Alpes.
1: De part son nom, l'arbre aux gentianes (Solanum rantonetii) a justement un petit côté alpin. Pourtant il n'appartient pas à la famille des Gentianaceae. C'est un arbuste originaire d'Amrique du Sud délicat qu'il faut protéger du froid. Il fleurit à partir de début juin jusqu'aux premiers gelées. Il s'agit ici de la variété "Purple Robe".
2: En cour d'identification.
3: L'agave d'Amérique (Agave americana var. Americana) est un titan dont certaines feuilles peuvent atteindre 3,7 mètres de longs et monter à plus de 2 mètres de haut. La hampe florale mesure 5 à 10 mètres de haut et porte des fleurs jaunes et vertes mesurant 5 à 10 centimètres. La floraison se produit 10 à 15 après que la plante soit apparu. Quand vient la fenaison, elle meurt... oui je sais, c'est pas très jojo dit comme ça.
4: En vacance face à l'étang de Berre à Istre, j'avais déjà rencontré cette belle plante. Je peux désormais lui donner un nom. Le buplèvre en arbre (Bupleurum fruticosum) est un arbuste méditerranéen originaire d'Algérie naturalisé dans le sud de la France. Mellifère, il fleurit en été. Utilisé sous forme d'huile essentielle, il soigne les douleurs musculaires.

P9210229

 Et comme dans tous les jardins ayant un ou plusieurs point d'eau, il y a des grenouilles vertes (Pelophylax kl. esculentus), hybride issu de la grenouille rieuse et de la grenouille de Lessona. On la nomme aussi grenouille comestible (mais uniquement en France, allez savoir pourquoi ...). Elle commencera bientôt son hibernation (pendant 4 mois) avant de sortir de nouveau pour se nourrir d'insectes et de leurs larves.

 

Le jardin du MuCEM

 Construit à l'occasion du sacre de la ville de Marseille comme capital européenne de la culture en 2013, le MuCEM est un musée consacré aux civilisations de l'Europe et de la méditerranée mais accueille aussi des expositions temporaires de nombreux artistes. Il est relié au Fort Saint-Jean par une longe passerelle. Ce dernier est devenu le lieu d'expositions permanentes mais abrite aussi un superbe jardin de plantes aromérapeuthiques et anciennes. Ancien complexe militaire de la commanderie de Saint Jean de Jérusalem, il est depuis 1964 classé comme monument historique.

P9210379 P9210380

P9210383 P9210400

Le jardin des migrations a pour but de mettre en valeur l'architecture du lieu mais aussi de mettre en avant les collections. On peut alors parler de jardin ethnobotanique car celui-ci traite de l'histoire à travers les relations que les hommes ont pu avoir avec les plantes. Il s'inscrit également dans une démarche écologique: pas de pesticides, pas d'engrais chimiques. 

P9210395

 Quinzes tableaux sont aménagés en tenant compte du lieu mais aussi des voyages à travers le monde et le temps qu'on connu les diverses végétaux. S'adaptant aux saisons, il s'agit avant tout de plantes communes que l'on trouve encore aujourd'hui dans nos jardins et pafois dans nos assiettes.

P9210388 P9210392

P9210390 P9210391

 "Dans un contexte de jardin sec, cette collection botanique unique de plantes méditerranéennes s’offrira au visiteur tout au long de l’année, indépendamment des périodes de floraison. Trésors écologiques d’Europe et de Méditerranée, les plantes et les pratiques qui y seront associées constituent des supports de mémoire informelle de savoirs et de savoir-faire, en écho à la mission du MuCEM." Source.

P9210377

 Employé pendant la seconde guerre mondiale en 1944 pour stocker des munitions, le fort manque d'exploser accidentellement mais se retrouve très endommagé. Désormais on peut en ce lieu assister à des projections qui retracent son histoire, de Louis XIV à nos jours. De manière périodique des concerts y sont proposés.

P9210373 P9210421

P9210397 P9210396

 Ainsi, c'est avec les parfums de myrte et de sel marin que l'on peut gratuitement se promener à travers les allées arborées découvrir l'édifice. 850m² de celui-ci sont consacrés à l'exposition permanente "Le temps des Loisirs". Parmi les sujets abordés on retrouve celui de leur apparition, de leur dimension structurante pour l'individu et la société et de leur évolution (tout pour plaire à mon âme de socio-anthropologue). 

P9210408

 Le J4 possède 15 500m² dédiés aux expositions et aux visiteurs. Équipé d'un terrasse panoramique, il est construit sur l'ancien môle portuaire. Constituée de béton, la façade extérieur dissimule un parfait rectangle de 72 mètres par 52 mètres entièrement fait de baies vitrées. Son aspect moderne a pour volonté de mettre en avant l'aspect minérale et fragile dans le quel il se trouve.

 

La Bonne Mère

 Qui ne connaît pas la Bonne Mère? Patronne de la ville de Marseille, elle est la gardienne de la Basilique Notre-Dame de la Garde et est devenue l'un des expressions les plus courante des marseillais. S'élevant sur un colline qui culmine à 149 mètres d'altiude, le site est classé depuis 1917 ce qui ne l'empéchera pas de subir les aléa de la guerre 39-40. Consacrée en 1864, elle est l'oeuvre de l'architecte Henri Espérandieu.

P9200064

 Dressée sur une tour de 12,5 mètres de haut, la statue de la Bonne Mère qui n'est d'autre que Marie, mère du Christ dans la Bible surveille la ville depuis ses 11,2 mètres. Il s'agit d'une vierge à l'enfant, c'est à dire une Madone (Marie représentée avec l'enfant Jésus). C'est l'une des représentations liturgiques des plus communes entre le XIe siècle et le XIVe siècle.

P9200015 P9200029

P9200032 P9200034

 Pendant la période révolutionnaire en 1790, la basilique est employée comme fort et plus particulièrement comme prison. Le culte religieux y cesse, la Madone est ceinte d'une écharpe tricolore, l'enfnat Jésus est coiffé d'un bonnet phrygien. C'est là quand avril 1793 que le duc d'Orléans et une partie de sa famille furent emprisonnés en attente de leur transfère au Fort Saint-Jean.

P9200078

 Ré-ouverte en 1807 aux paroissiens, la chapelle de Notre Dame de la Garde se voit doté d'une nouvelle vierge à l'enfant entièrement en argent, celle d'origine ayant été fondu à la révolution. Réalisée par  l'orfèvre Jean-Baptiste Chanuel, elle nécessita plus de 5 ans de travail. Le 11 septembre 1853 est posée la première pierre de ce qui sera la basilique actuelle. En 1866 l'édifice est terminé par la construction d'un piédestal à son sommet qui en 1870 accueille une nouvelle Madone fait de cuivre et dorée avec 500 grammes de feuilles d'or.

P9200081 P9200082

P9200084 P9200085

 Pendant la seconde guerre mondiale, l'édifice n'est pas épargné et on peut encore voir sur ses murs blancs extérieurs d'importantes traces de tirs, chose troublante dans un lieu aussi quiet. L'interieur de l'église supérieur est finement ouvragé pour offrir une mosaïque de divers marbres. C'est ici que sont consacrés les bateaux du port de Marseille. En remerciement les marins offrent une plaque au nom du navire et parfois une maquette de celui-ci. Suspendues de part et d'autres des parois, on peut même apercevoir celle d'un hydravion ou d'un sous-marin.

P9200113

 Les façades extérieures sont composées de calcaire blanc de Calissane et de Golfalina, une pierre florentine vert sombre. Le contraste ainsi obtenu permet à Notre Dame de la Garde de se détacher du bloc de granite sur le quel elle fût hérigée. Autre contraste, celui de la crypte d'un sytle épuré qui tranche avec l'opulance de la nef.

1P92000942P9200115

3P92001054P9200107

 Et comme toujours, un petit peu de botanique !
1: Cette scabieuse colombaire (Scabiosa columbaria) est un peu défraîchie. C'est un plantes mellifère courante.
2: Voilà une belle plante que j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer du côté du Libournais. Il s'agît du concombre sauvage (Echinocystis lobata) qui appartient à la famille des cucurbitacées.
3 et 4: L'azurtie (Echinops ritro) est une très jolie fleur bleue du Sud qui fleurit entre juillet et septembre. On la rencontre dans les zones calcaires, sur le pourtour méditerranéen en particulier dans la garrigue. Son nom vient du grec ekhinos: hérisson et opsis: ressemblant à.

P9210353

 Il y a bien d'autres petits plaisirs à découvrir dans la ville de Marseille. A la sortie du parc sur l'Escalade Borély on peut faire un tour dans la grande roue qui mesure plus de 40 mètres de haut et qui donne une vue incroyable sur le parc Borély mais aussi sur la mer et la calanques. 70 000 visiteurs ont déjà pu avoir le plaisir d'y monter.

P9210341 P9210342

 Le goéland leucophée (Larus michahellis, ici un juvénile) a bien faillit disparaître du paysage français au début du XXe siècle. Depuis quelques décennies il fait un retour spectaculaire au risque d'être un peu envahissant. C'est un opportuniste qui se nourrit de poissons, de charognes, d'oissilions mais aussi quand il le peut de pigeons ou de rongeurs. Il niche en de vastes colonies à même le sol.

P9210367

P9210427 P9210467

  Le port de plaisance de Marseille appelé le Vieux-Port est le plus ancien de la ville. Centre culturel et historique, il est le centre économique de la ville jusqu'au milieu du XIXe siècle. On date sa création aux alentours de -600 av J.C. qui a conduit à l'asséchement progressif des marais l'avoisinant. C'est sous celui-ci que fût aménagé un long tunnel qui permet aux véhicules de tourisme de joindre les deux rives. 

P9210450

 Depuis le MuCEM il est possible d'avoir vu sur Notre Dame de la Garde, l'église Saint Laurent et sur la cathédrale de la Major. Cette dernière fut érigée entre 1852 et 1893sur les fondation d'une ancienne cathédrale datant du XIIe siècle, la "Vieille Majo", elle même établie sur un édifice datant du Ve siècle qui serait l'un des plus grand baptistaire de Gaule connu.  

P9210422 P9210439

P9210442 P9210445

La Nouvelle Major est un mélange de style roman et gothique dont l'architecture ou du moins le visuel ne va pas sans rappeler Notre Dame de la Garde de la quelle elle est inspirée (on y retrouve notamment l'emploie de la pierre verte de Florence et de marbre blanc).

Ainsi s'achève ce petit week-end marseillais en compagnie de mon tendre et cher. Il reste encore beaucoup à voir mais j'ai un très bon guide qui à coup sûr sera me mener dans les plus beaux endroits de la ville, endroits que je ne manquerai pas de partager ici. En attendant je vous invite à faire un tour sur son site ICI.

P9210403


dimanche 23 mars 2014

Sortie en forêt 42

http://www.openpn.com/08/01/2013/olympus-sz-15-et-sz-16-compacts-economiques-a-super-zoom/

Grande nouvelle !  Après plusieurs semaines, voilà que j'ai craqué pour l'olympus sz16-ds105 (à l'occasion de mes 22 ans). Nous nous apprivoisons l'un l'autre depuis 2 jours et d'ici peu j'espère pouvoir le manier de la meilleure des manières.

Pour en revenir à l'article, comme la semaine dernière je constate que l'activité fongique est faible voir absente: pas d'oreilles de Judas, pas de pézizes veinées, pas de pézizes coccinés... décidément ce début de saison commence à m'inquièter mais rappelons le, les premières morilles vulgaires et blondes n'ont fait leur apparition de par chez nous qu'en avril, il faudra donc être patient.

P3230210 P3230212

P3230221 P3230240

Les coucous sont là! Appelés primevères officinales, elles possèdes mille vertus. Les jeunes feuilles fraîches se consomment en salade tout comme les fleurs que l'on peut sécher et utiliser en infusion pour les problèmes respiratoires ou de digestion.

P3230233

Une tramète a passé l'hiver accrochée a  tronc d'un hêtre lui même victime du temps et quelque peu de la tronçonneuse du bûcheron.

P3230256 P3230257

P3230258 P3230259

Rah s'il y a bien une famille de plantes où j'ai quelques difficultés pour ce qui est de l'identification, c'est celle des Apiacés (anciennement Ombrélifére) en particulier quand les fleurs ne sont pas pleinement épanouies. Néanmoins ici je m'oriente vers ce qui pourrait être un plan de grande ciguë: tiges rouges et lisses, croissance avancée, fleurs entourées d'une fines feuilles vert claire et boutons séparés les uns des autres. Attention, cette plante est toxique voir mortelle ! La prudence est de mise !

P3230241

La moscatelline (adoxa moschatellina) est une plante à fleur discrète des sous-bois d'où son nom grec qui signifit "gloire méconnue". Elle possède une odeur très particulière: musquée.

1P32302062P3230251

3P32301984P3230252

Comme le weekend dernier, voici une petite séléction de viollettes et pour la peine, le même commentaire que la semaine dernière:

1: La violette blanche (viola alba) est ffacilement reconnaissable à sa couleur et à son faible parfum.
2: Il arrive parfois que des espèces proches génétiquement et géographiquement donnent naissances à des hybrides comme ici. Est-ce un croisement entre la violette blanche et la violette odorante ou un simple décolorement d'une fleur de violette?Mystère.
3 et 4: La violette des bois se reconnais à sa tige lisse et ses feuilles élevées. On peut la confondre avec la violette rivinus. On la rencontre généralement d'avril à juin. Cette année, elles sont un peut plus précoces.

P3230179

Les feuilles ne sont pas encore sorties, ce qui permet de prendre sur le vif les oiseaux qui entre en pleine période des amours. Les pinsons des arbres sont particulièrement actifs dans la recherche d'un partenaire et dans la défense de leur territoire. C'est l'espèce de pinson la plus rependue en Europe.

1P32302032P3230321

3P32303194P3230317

Le printemps est là et avec lui, les premières salades d'herbes fraîches. Attention ! Il est recommandé de ne manger une plante que si elle est bien connue et que si elle a été lavée au vinaigre voir dans plusieurs eaux pour faire barrage aux parasites comme la douve. La nature est certes "funny" mais peut se montrer redoutable, même sous nos latitudes.
1: L'allaire officinal n'a pas encore fleurit, c'est le bon moment pour ramasser ses feuilles au goût délicat d'ail qui à la floraison deviendront amères et fibreuses.
2: Le ficaire est non seulement un bon indicateur de la pousse potentielle des morilles mais aussi un aliment riche en vitamine C. Autrefois on le consommait pour lutter contre le scorbut. Quelques uns de ses feuilles sont les bienvenues dans la cuisine à condition de ne pas en abuser, une top forte dose pouvant être toxique.
3: La petite pimprennelle quand elle vient juste de pousser a un goût délicat de concombre qui plaît énormément aux amateurs de cuisine "naturelle". 
4: Les jeunes pousses de gaillet gratteron agrémentent aisément ces compositions gastronomiques et printanières. On a découvert que cette plante, du moins ses graines étaient utilisées au Néolithique pour faire tourner le lait et le transformer en fromage. Autrefois, on l'employait pour soigner et soulager les infections cutanées et les ulcères et comme diurétique.

P3230291

Dans la composition de notre salade de printemps, on peut également ajouter les feuilles vert tendre et les fleurs des primevères acaules mais aussi bon nombre d'autres gourmandises: fleurs et feuilles de lamiers tachetées et pourpres, des primevères officinales, des cardamines des près, de l'ail des ours et même, les jeunes feuilles des aubépines, des plantains(en particulier du plantain lancéolé qui a un goût de champignons de Paris) et des orties... le tout est de bien connaître les plantes et de savoir les préparer.

1P32303112P3230312

3P32303094P3230310

C'est le printemps et les arbres sortent leurs plus beaux apparats !

1 et 2: Le houx est un arbuste qui peut vivre 300 ans et atteindre 18 mètres de haut. Différencié sexuellement, seules les femelles donnent des boules rouges qui attirent bon nombre d'oiseaux. La consommation de ceux-ci peut entraîner des vomissements et des troubles intestinaux. En grande quantité, elle engendre des désordres neurologiques, ce qui n'a pas empêché son utilisation dans la médecine populaire.
3 et 4: Le prunier cultivé appartient à la même famille que celle des rosiers : les Rosaceae. Si on ne connaît pas très bien son origine, on peut être sûre de propriétés dont cet arbre recèle, ne serait-ce de par la douceur de ses fruits.

P3230199

Il existe une multitude d'arbustes d'aubépine nommée aussi "épine blanche" en opposition au prunus appelé "épine noire" ou "épine rouge". On raconte que déposer des couronnes de celle-ci au pied du berceau du nouveau né chasserait les sorcières et attirerait les bonnes fées. Plante aux milles vertus, ses feuilles sont un bon tonicardiaque à la différence de ses plantes qui sont sédatives.

P3230300 P3230191

P3230292 P3230295

Voilà une jolie sortie, mais toujours pas de morilles. Cependant, elles seraient sorties non loin de là ce qui me donne espoir, malgré la neige d'hier au petit matin. Dans tout les cas, un choc thermique avec le retour du soleil serait le bien venu pour voir nos jolies têtes blondes sortir de leurs torpeurs.

Et pour terminer, je ne peux m'empêcher de vous mettre (encore!) quelques photos d'hélléobores fétides prises sur le vif avec mon tout nouvel appareil! Ci-dessus, le cycle de vie d'une fleur d'hélléobore fétide en passant par tout les stades.

P3230264 P3230263 P3230286 P3230262

P3230285

 

jeudi 31 octobre 2013

This is Halloween.

Avatar animé 100x100Avatar animé 100x100Avatar animé 100x100Avatar animé 100x100

Aujourd'hui c'est Halloween, alors on se fait peur, on rit et surtout, on mange des sucreries!

SAM_5519

L'an dernier à l'occasion du 31 Octobre (c'est à dire aujourd'hui), j'avais rédigé un petit article sur Samhain (ici) et sa célébration (article que l'on retrouve dans le numéro 3 de "La Renarde des Alpes" ici).

Aujourd'hui donc c'est Halloween, mais un peut d'éthymologie avant tout. Ce terme vient de la contraction des mots anglais All Hallow Even/Eve, ce qui en anglais signifie vieille de Toussaint. La Toussaint elle se nomme, All Saint's Day (Je jours de tout les Saints) ou All Hallow's Day.  Hallows est un mot d'origine germanique dérivé du terme saxon Haliga. C'est un terme lié au sacré qui a donné plusieurs dérivé comme hallow: sanctifier ou hallowed: béni, vénérable.

Néanmoins Halloween n'est pas la fête des Saints Catholiques, c'est une fête païenne européenne (en particulier en Grande-Bretagne, en Irlande, en Ecosse et en Gaule, car oui Halloween est en grande partie française) et plus précisément, c'est le réveillon Celtes où les morts passent dans le monde des vivants pour festoyer avec les vivants. Ce n'est donc pas une célébration d'origine Américaine, elle y a été importée par les colons Irlandais fuyant la famine

CitrouilleCitrouilleCitrouille

Mais que se passait-il ce 31 octobre chez les peuples Celtes?

Hé bien on fêtait Samain (dit aussi Samhain ou Samanios pour les Gaulois). Les druides priaient pour remercier des récoltes engendrées dans l'année et pour se protéger de l'Hiver à venir, les dieux des Tuatha dé Danann ce qui signifie "Gens de la déesse Dana" et, qui sont les quatre îles du monde: Falias, Gorias, Findias et Murias. Ils se déguisaient aussi, pour faire fuir les démons et les "petites gens" mais également pour rendre plus indulgent leurs divinités. On fête aussi la disparition de l'année et l'apparition de la nouvelle. Pour se faire on éteignait tout les foyers puis on les rallumait le lendemain, avec les braises des bûches brûlées que les druides distribuaient à chaque famille. Ces braises devaient protéger les protéger tout au long de l'année. Autre tradition, on laissait sur le pas de la porte de la nourriture pour les esprits errants. Dans certaines régions on se déguisait aussi en démons pour éviter d'attirer leur attention, pratique qui aujourd'hui encore perdure. A cette occasion le dieu Samain (ou Samhain), dieu celte des morts, venait chercher les morts de l'année. Celui-ci tenait aussi captif le dieu soleil (parfois nommé Been) à partir de cette date (on peut voir un écho à Mabon), symbole de la mort de la lumière mais à l'arrivée des beaux jours celui-ci se libère, gagne contre les ténèbres et apporte l'abondance aux peuples celtes (à Imbolc en février). Les festivités pouvaient durer 15 jours.

CitrouilleCitrouilleCitrouille

Autres traditions.

Le feu de l'autel sacré  en l'honneur du dieu Soleil était éteint. Pour être rallumé, les druides frottaient les branches sèches d'un chêne sacré jusqu'à ce qu'elles prennent feu. Les villageois se rassemblaient autour de grands feux où l'on buvait de la cervoise, du vin ou de l'hydromel. Des taureaux blancs étaient offerts en sacrifice et les druides partaient ramasser avec une serpe d'or le gui sacré poussant sur les chênes. L’outillage en or permettait que les plantes ne s'oxydent pas à la coupe. On festoyer donc beaucoup. Généralement le 1er jour on fêtait les guerriers et les héros, le deuxième les défunts.

CitrouilleCitrouilleCitrouille

Quand les romains sont là.

Arrivent alors les romains qui assujettissent une partie des peuples celtes, en particulier en Gaule (toute la Gaule?). C'est à partir de là que auraient été associées deux faîtes romaines: celle des morts nommée Feralia qui se déroulait d'ordinaire le 21 février et Pomona, fête en l'honneur de la déesse des arbres fruitiers et de tout ce qui est fructueux et qui se déroule le 1er novembre. Cela expliquerait pourquoi son fruit fétiche, la pomme, représente aujourd'hui dans notre imaginaire l'automne. 

Quelques siècles plus tard arrive le catholicisme. Mais voilà, les jours vinrent à manquer pour en attribuer un à tout les Saints. Le pape Boniface IV décide alors en l'an 609 d’en dédier un à tous. Pour ce faire il choisit le 31 octobre et choisit le terme de Toussaint, mettant fin ainsi il l'espère aux célébrations et pratiques dites païennes qui concurrence sa toute jeune religion. Cependant la tradition de fêter les morts reste bien encrée dans l'esprit collectif et finie par être reconnue par les institutions catholiques au VIIIeme siècle sous le pape Grégoire III qui ajoute aux célébrations les martyrs (chose utile en ces temps de guerre pour donner du courage aux troupes). La Toussaint et la veille de celle-ci deviennent alors les jours à la fois des Saint mais aussi des morts. 

CitrouilleCitrouilleCitrouille

Les symboles d'Halloween.

SAM_5523

Quand les irlandais sont arrivés en Amérique du Nord avec cette fête (famine de 1840), ils ont apporté également tout un lot lot de légendes qui ont été associées à cette célébration. L'une d'elle est celle de Jack-o'-lanterne, un être condamné à errer de par le monde jusqu'à ce que le jour du jugement dernier arrive, l'entrée du Paradis lui étend interdite à cause de son avarice et celle de l'Enfer aussi pour avoir jouer quelques vilains tout au Diable lui même. Pour s'éclairer, notre ami Jack transforme un navet en lanterne (pratique des celtes) pour s'éclairer. Le navet est devenu par la suite, en Amérique du moins une citrouille. 

Quand aux sucreries, la tradition vient d'Angleterre qui nommait initialement cette fête "Nuit de la pomme croquante". Le soir du 31 octobre, on se réunissait pour se raconter des histoires au coin du feu, manger des pommes ou des noisettes, offrir des gâteaux aux pauvres qui passaient de maison en maison comme le font aujourd'hui les enfants pour obtenir des bonbons.

Et pour les couleurs, à l'origine il n'en y a pas, c'est à la suite de l'arrivée d'Halloween au Mexique, du remplacement du navet pas la citrouille et de l'apparition de la pub que cette fête va se parer d'orange et de noir, couleur du deuil.

CitrouilleCitrouilleCitrouille

Ainsi, gardon à l'esprit que Halloween est une fête de chez qui a été reprit par la chrétienté puis a acquit à travers les différentes cultures de nouveaux symboles. Ce n'est pas une fête démoniaque, juste la célébration de l'arrivée du froid et de la nuit.

Sources:

http://legrenierdebibiane.com/halloween/origines.htm

http://www.lexilogos.com/halloween.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tuatha_D%C3%A9_Danann

www.actualitte.com/scolarite/les-origines-d-halloween-une-fete-pas-si-etrangere-que-ca-14623.htm

http://cours-gratuits.toutapprendre.com/?cours=quelle-est-l-origine-d-halloween

http://legendes.canalblog.com/archives/2005/10/14/894858.html

 

Et vous, quel monstre serez-vous ce soir?

 

mardi 12 février 2013

Un câlin de Kâli?

SAM_1832

Encore quelques illustrations qui finiront peut être sur photoshop. Au programme, quelques airs d'Asie avec Kâli, déesse de la mort, et une chimèreque j'aime beaucoup ^^

 SAM_1834