lundi 27 avril 2015

Sortie en forêt 56.

P4090166

Sortie aux morilles dans les forêts de vieux sapins pectinés (arbres hôtes des morilles coniques) du Parc de Chartreuse. Avec moi Nathan du forum Tachenon et grâce à qui nous avons pu bien remplir notre panier ! Mille mercis à lui pour son courage face à mes bavardages incessants !  Belle récolte malgré le sol sec.

P4090184 P4090185

P4090205 P4090193

Voilà 22 beles morilles coniques (Morchella conica). De petites tailles (maximum une douzaine centimètres), elles figurent parmi les espèces les plus courues par les ramasseurs ! Cette ballade est l'occasion de faire un court reportage photo sur le milieu dans le quel nous ramassons les précieux champignons.

P4090175

Petit rappel avant toute chose, les morilles quequ'elles soient méritent une longue cuisson. De plus rares, es morilles coniques subissent le contre coût de leur succès. Même si cela peut sembler bête, laisser quelques individus, âgés de préférences, permet à l'espèce de repeupler les bois et de faire de futurs belles cueillettes.

P4090171 P4090181

P4090169 P4090170

Alors quel biotope ? Pour faire simple : un sol calcaire et humide, un bois en pente, de la mousses, quelques hêtres, des vieux sapins pectinés, du lierre grimpant... bref tout un éco-système. Et comme indice ? des crottes de chevreuils ou de blaireaux. Cela semble surprenant mais il semblerait que les morilles poussent dans les zones visités par les animaux, en particulier le bords de chemins que leurs passages forment dans la végétation.

P4090241

Un peu plus haut en montagne on peut croiser un autre bon comestible qui parfois mais plus rarement partage les mêmes emplacements que les morilles coniques. C'est l'hygrophore de Mars (Hygrophorus marzuolus), champignons goutteux qui aime les forêts mixtes au sol moussu, couvert de pierres et de préférence calcaire. 

1P4090177 2P4090202

3P4090179 4P4090194

Voilà quatre plantes qui se croisent très régulièrement dan es bois abritant Morchella conica.
1 : L'Euphorbe des bois ou Euphorbe à feuilles d'Amandier (Euphorbia amygdaloides). Toxique.
2 : La listère à feuilles ovales (Neottia ovata ancienement Listera ovata). Orchidée.
3 : La Violette blanche (Viola alba) différente de La Violette blanche (Viola alba) Viola odorata.
4 : Ma plante adorée, l'héllébore fétide (Helleborus foetidus L.). Toxique.

P4090188

Après une longue migration, les coucous gris (Cuculus canorus) sont de retour en Europe. Comment le savoir ? Aux cris atypiques qui résonnent dans la campagne mais aussi aux oeufs (ici merle noir : Turdus merula) tombés aux sols que ces oiseaux ont remplacés par les leurs. Après la ponte ils repartent en Afrique.

1P4090231 2P4090233

3P4090182 4P4090244

Après les plantes indicatrices, voici les champignons indicateurs hormis pour le n°4.
1 : Pézize écarlate (Sarcoscypha coccinea) à différencier de la pézize d'Autriche. Comestible.
2 : Pézize veinée ou oreille de cochon (Disciotis venosa). Comestible.
3 : Strobilurus esculentus présent dans les spots à morilles coniques (Merci François !).
4 : Daldinia concentrique (Daldinia concentrica) réputée pour attirer l'argent.

P4090226

En somme une belle sortie avec des températures honorables voire élevées pour la saison et un soleil toujours plus brillant. Heureusement la fin avril connaît de fortes pluies du moins chez nous ce qui pour les champignons et les plantes est salvateur. Les prochaines sorties s'annoncent plus fraîches, tant mieux !

P4090253 P4090235