samedi 11 janvier 2020

Sortie dans les marais 18 : retour en Dombe.

DSC07490

Nous revoilà une fois de plus dans l'Ain, et plus particulièrement dans la Dombe, à moins d'une heure de chez nous. La plupart des oiseaux inféodés à l'eau et migrateurs sont partis, à l'instar de la cigogne noire qui a fait battre si fort notre coeur il y a quelques semaines lors d'une rencontre fantastique. Mieux encore, les busards sont toujours aussi présents et nous en observons un bon nombre pour notre plus grand bonheur, non sans avoir une pensée triste pour ces oiseaux qui ont souffert cette année encore dans le Rhône du manque de nourriture entraîné par la sécheresse. La nidification s'est avérée catastrophique et sans l'effort d'un groupe de passionnés pour suivre la nidification, il est fort à parier qu'il n'en resterait pratiquement plus dans le département à l'heure où j'écris ses lignes. Au premier plan de l'étang éphémère où se masse tous les canards fuyants les fusils et trouvant refuge sur cette zone protégée, les tiges sèches de cardères sauvages (Dipsacus fullonum) rappellent que l'automne s'est durablement installé.

DSC07527

À vrai dire, tous les migrateurs ne sont pas vraiment partis. Quelques cigognes blanches (Ciconia ciconia) restent fidèles à la Dombe, fidélité entretenue par l'évolution des températures, la proximité du parc des oiseaux où certains individus faibles trouvent refuges et par l'abondance de nourriture dans les étangs qui ne gèlent que très rarement.

DSC07520

Trois individus tournent dans les airs, tirent profit des courants thermiques. Ce sont des planeurs que l'on observent que rarement battre des ailes pour faire de longues distances. Ne s'élevant pas haut dans le ciel, il a fort à parier qu'elles sont à la recherche d'une aire de nourrissage propice à répondre à leurs appétits et surtout à leur régime alimentaire. Celui-ci se compose d'animaux aquatiques tels que des grenouilles, des escargots, des mollusques, de petits poissons mais aussi des insectes des prairies comme les criquets voire des petits mammifères comme des campagnols et des mulots mais aussi des reptiles tels des lézards et des couleuvres.

DSC07512              DSC07515

Dans les saules qui nous servent de cachette, les passereaux se font la guerre. Courses poursuites et acrobaties dantesques, ce sont là quelques unes des techniques utilisées par les oiseaux pour s'assurer la suprématie sur les rares sources de nourriture, à savoir les bourgeons et les rares insectes présents. Parmi les espèces observée, on peu citer la mésange bleue (Cyanistes caeruleus), connue pour être une féroce compétitrice.

DSC07504

Soudain, tous le monde quitte le marais effarouchés. Le responsable ? Le busard des roseaux (Circus aeruginosus) qui survole les sarcelles et les canards pilets à la recherche d'un repas. S'il est considéré comme commun, il est reste très localisé, en raison de son habitat qui se raréfie. Côté régime alimentaire, il cible les oiseaux jeunes, malades ou affaiblis en particulier en cette période de l'année difficile pour l'avifaune. 

DSC07507

À la tombée de la nuit, les busards des roseaux se réunissent en sécurité dans le même dortoir. Celui-ci se trouve le plus souvent dans la rosselière d'un marais, plus rarement dans une forêt alluviale au bord d'un lac, d'une rivière ou d'un fleuve. Ce sont des oiseaux au vol rapide, plus de 50 km/heure, planant au ras de la végétation et piquant brusquement dès qu'ils détectent leur proie. Outre les oiseaux aquatiques, ils peuvent aussi se saisir d'amphibiens, de petits mammifères, d'insectes, de reptiles ou encore d'oeufs. Cette diversification de leur alimentation leur permet de faire face aux épisodes de sécheresse qui deviennent récurrents ces dernières années et qui expliquent son déclin avec l'urbanisation galopante, l'écobuage des friches et la chasse. Fait étonnant, ce busard est connu pour se saisir des proies toujours avec la patte gauche.

DSC07547

Un autre rapace s'est installé dans le secteur. Le faucon crécerelle (Falco tinnunculus) est un animal ubiquiste, c'est à dire capable de s'adapter à une grande variété de milieux. Celui-ci, un mâle, fait du surplace pour attraper l'une de ses proies favorites, le campagnol. Cette technique de chasse est parfois nommée le " vol en Saint Esprit"/ Energivore, elle permet à l'oiseau de repérer sa proie sans avoir besoin de poste d'affût. On la retrouve chez d'autres rapaces comme la buse ou la bondrée apivore mais reste plus rarement employée.

DSC07479

Casse-croûte au bord de la route. La faim nous tenaille. Nous nous posons face aux éttends, toujours cachés par une haie de saules et d'aulnes afin de ne pas faire prendre la fuite. Là encore nous ne sommes pas seuls. Dans les arbres, de nombreux passereaux s'agitent dans les branches.

DSC07552

Parmi eux, le rouge-gorge familier (Erithacus rubecula), dont la gorge est plus orangée que rouge. Deux individus se mènent une guerre sans relâche sous nos yeux. Hors période de reproduction, mâles comme femelles sont extrêmement territoriaux et se poursuivent en poussant de nombreux cris. À cette période de l'année, ce sont avant tout des oiseaux issus du nord de l'Europe que l'on observe, ceux présents l'été et les jeunes préfèrent descendre du côté de l'Espagne pour passer l'hiver. On peut ainsi au fil de l'année, voir passer jusqu'à 4 ou 5 rouge-gorges différents dans son jardin sans jamais s'en apercevoir.

DSC07529     DSC07533     DSC07536     DSC07538

Quelques gouttes de pluie, le retour du busard des roseaux, deux voitures arrêtées sur le bas côté à quelques mettre des oiseaux ... il n'en faut pas plus pour que la plupart des canards mettent les voiles et partent à 200 mètres de là, sur un autre étang protégé un peu plus les oiseaux des curieux. Seul alors le train brise leur quiétude pendant un bref instant. Nous ne nous éternisons pas, un autre spot attirant toute notre convoitise à cette heure.

DSC07601

Nous arrivons au grand étang. Seulement voilà, il est à sec. Nous n'observons alors qu'un petit ruisseau qui traverse l'étandu de bout. Cela ne déplaît pas pour autant aux oiseaux, et bien que nous ne croisons pas de limicoles, nous sommes heureux de voir cachés dans notre observatoire quelques oies sauvages. Il s'agit d'oies cendrées (Anser anser), ancêtre de certaines de nos oiseaux domestiques. Cependant elles sont surtout connues pour sa chasse polémique et les nombreuses démarches de la fédération française de chasse qui demande l'autorisation par dérogation de pouvoir tirer ces animaux en dehors des dates imposées, à savoir pendant la période de migration de ces oies, quand elles retournent affaiblis et fragiles dans le grand Nord. Une hécatombe annoncée pour leur population européenne qui, pour le moment, est déjouée par des défenseurs tenaces de l'environnement et de la biodiversité et par le soutient des instances européennes.

DSC07556               DSC07565

Les grands échassiers sont de la partie. Les hérons cendrés (Ardea cinerea) sont nombreux à profiter des poissons pris au piège dans ce faible cours d'eau, accompagnés de grands cormoran (Phalacrocorax carbo), leur pêche semble bonne. Leurs pattes hautes leurs permettent de remuer la vase afin de faire fuir les poissons et de les attraper avec leur bec en forme de dague. Ils les utilisent aussi comme véritable tour de guet.

DSC07578

La grande aigrette (Adrea alba) est aussi de la partie. C'esr un oiseau pouvant atteindre pas moins de d'un mètre dix de haut et ayant un régime alimentaire similaire à celui des autres grands hérons : poissons, grenouilles, insectes, rougeurs et petits reptiles y figurent.

DSC07581

Très cosmopolite, on peut la confondre sous nos latitudes avec l'aigrette garzette (Egretta garzetta), plus petite et au bec noir. La grande aigrette aime les zones humides pour peu qu'elle y trouve des arbres où elle peut reposer et nicher à l'abri des prédateurs car bien que grande, elle ne fait pas le poid face à un hiboux grand duc (Bubo bubo) ou à un renard roux (Vulupes vulupes) déterminé. Au compteur, elle ne cumule que 1 à 1,5 kilo pour les plus gros individus, autant dire qu'il n'y a pas de quoi effrayer les carnassiers du coin. Ses effectifs sont stables mais restent menacés par l'activité humaine, en particulier l'asséchement et l'exploitation agricole des zones humides ainsi que les installations de loisirs en bord de lac et de rivière.

DSC07632

Que serait une sortie sans champignons ? Nous voilà les mains dans l'herbe à récolter quelques marasmes des Oréades (Marasmius oreades) appelés aussi mousserons ou faux-mousserons. Les Oréades sont des nymphes des montagnes et des grottes nées de la mortelle Niobé et du Titan Hécatéros. Les marasmes sont une famille de champignons dont le nom du latin Marasmos "désséchement" pour leurs capacité à sécher naturellement.

DSC07606

Sur notre chemin, nous tombons sur de grands alignements de clitocybes géotropes (Clitocybe geotropa) un champignon de belle taille et comestible à la saveur peut prononcée. Nous en récoltons quelques jeunes exemplaires pour le repas du soir qu is'annonce somptueux.

DSC07610

On rejette son pied fibreux au profit de son large chapeau. Indicateur d'un sol calcaire et légèrement humide, il se plaît sous les feuillus où il n'est pas rare de le voir pousser en rond de sorcières. Bien qu'il soit commun, il ne se cueille que pendant une courte durée, d'octobre à mi-décembre faisant ainsi de lui l'un des champignons les plus tardifs que l'on peut retrouver dans une poêlée forestière. Si son parfum marqué voire fétide pour certains, il reste bien apprécié du côte du sud-ouest et dans certains pays de l'est de l'Europe. Pour notre part, nous avons apprécié cette récolte en omelette puis en civet végétarien.

DSC07625              DSC07612

Les mammifères ne sont pas en reste. Nous assistons à une houleuse dispute de ragondins (Myocastor coypus). ┴ peine avons nous le temps de prendre l'appareil photo que le plus petit, vaincu, file à toute allure la queue entre les jambes. En parlant de fuite, non loin de-là, nous croisons un chevreuil (Capreolus capreolus). Discret comme une ombre, sa présence ne nous est indiquée que par un coup de feu, par les cris d'une meute de chien au loin et par sa sihouette se glissant dans la végétation d'une petite île d'un lac privé aux eaux peu profondes.

DSC07619

Retour sur la métropole lyonnaise. Un groupe de cygnes semble prendre le même chemin que nous. Graciles, le battement de leurs ailes actionnent leur cage thoracique,  leur faisant échapper un râle sonore dans leur envolée. La chasse, la pluie et les journées de travail bien remplis, nous ne retournerons sans doute qu'à l'hiver dans la Dombe pour observer les canards hivernants cherchant un peu de réconfort et de nourriture dans les étangs.

DSC07605              DSC07636


dimanche 15 septembre 2019

Sortie en marais 14 : le lac du Ronzey.

DSC03354

Visite du lac du Ronzey dans lequel l'Yzeron, cours d'eau qui termine sa course dans le Rhône et qui passe juste sous notre fenêtre. S'étendant sur plus de 3 hectares, il n'est pas très ancien, sa création remonte à 1982. Il est avant tout un lac de plaisance pour les habitants du coin mais aussi les citadins quittant la tristesse de la ville. Néanmoins, il est rapidement devenu un refuge pour la faune. Les hauts conifères d'ornements qui le bordent sont même un abri pour les chouettes dont certaines ont laissé ça et là quelques plumes et pelotes de réjection.

DSC03350     DSC03356     DSC03358     DSC03378

Dans l'herbe verte tendre, là où bien des familles et des amoureux viennent pique-niquer, poussent mille et unes merveilles. Les fleurs du sureau noir (Sambucus nigra) nous apportèrent pour les jours à venir une délicieuse limonade. Une partie des inflorescences séchées rejoindront les tisanes de l'hiver. Retournés en août sur place, nous avons pu des baies faire une délicieuse gelée consommée en tartines ou dilluée dans de l'eau chaude.

DSC03330

Ce jour là ce ne sont pas les fruits sucrés du sureau qui font notre joie, mais des marasmes des Oréades (Marasmius  oreades) appelés par endroits mousserons bien qu'ils n'en soient pas. La confusion est aisée avec d'autres champignons des prés toxiques voire mortels, mais leur pied élastique, leur odeur et leur chapeau mamelonné ne trompent pas. Pour la petite histoire, les Oréades sont des nymphes de la mythologie grecques associées aux grottes et montagnes, peut être est-ce dans ce dernier élément que le lien entre le champignons et ces divinités peut être fait. Autre belle surprise, deux agarics des jachères (Agaricus arvensis) appelés aussi boules-de-neiges en raison de leur forme complètent notre panier et notre omelette du soir bien qu'un peu véreux.

DSC03334             DSC03335

Le rubanier d'eau (Sparganium erectum) est une plante semi-aquatique dont les feuillages immergés forment de grands herbiers dans lesquels les poissons, les insectes et les amphibiens viennent pondre et s'habriter. Dans les milieux lacustres et humides faits d'eau douce, le rubanier joue un rôle important en permettant la stabilisation de sédiments, leur dépôt, l'oxygénation de l'eau ou encore, la dépollution de certains éléments chimiques d'origine anthropique. Les inflorescences se nomment capitules. Les capitules mâles sont plus petits et verts, ceux femelles sont de larges pompons, blancs et jaunes à leur extrémité. Les deux sexes se trouve sur un même plant.

DSC03339

Petit crapelet deviendra grand. Ici il pourrait s'agir d'un bébé crapaud commun (Bufo bufo). Ayant perdu ses attributs de têtard, il quitte l'étang et les mares attenantes à celui-ci pour regagner la forêt. Il y restera pas moins de 3 ans avant de retourner à l'eau pour se reproduire. Celui-ci a été sortie de la route par nos soins. Les amphibiens sont des animaux protégés et très fragiles, ils ne doivent être manipulés qu'en cas de danger et toujours avec es mains humides pour ne pas abîmer leur peau et éviter que celle-ci soit plus sensible à la transmission de germes. Pour nous humains, la manipulation ne présente aucun danger, il faut juste ne pas prendre l'idée de se frotter les yeux ou de se lécher les doigts après l'intervention.

DSC03307     DSC03343     DSC03314     DSC03370

Petite observation de la cinquantaine de canards colverts (Anas platyrhynchos) qui peuplent le lieu et qui laissent une multitude de plumes sur les berges pour mon plus grand bonheur. Retour à Oullins, là aussi nous avons nos canards colverts, juste sous nos fenêtres, mais aussi les klaxonnes, les pots d'échappement, le goudron et les crises de nerfs. En sommes, c'est un coin à connaître et à investir passé 19h pour plus de tranquillité.

DSC03326              DSC03324

mercredi 8 mai 2013

Sortie en forêt 24.

SAM_6877

Week-end riche en balades et en découvertes. Les mollets ont été mis à contribution ainsi que l'appareil photo et ce n'est pas les quelques gouttes tombées qui nous ont découragé.

SAM_6879 SAM_6881

Découverte pour la première fois d'helvelles, drôle de champignons aux diverses formes. Ici proches de l'helvelle en gobelets, ces spécimens s'en différencies toute fois de par leur pied fin et allongé.

SAM_6899 SAM_6900

C'est le retour des champignons. Le bois devient multicolore. Ici une colonie de jolis inconnus qui ont pris possession d'un vieux tronc pourris. 

SAM_6901 SAM_6905 SAM_6904 SAM_6898

Il faut savoir qu'il existe plus de 200 000 champignons, cela va de la simple moisissure microscopique au gigantesque armillaria solidipes, dont un des mycéliums aux États Unis recouvre 8,9 km pour un âge estimé à 2400 ans et un poids de 605 tonnes.

SAM_6893 SAM_6894 SAM_6895 SAM_6882

Dans la forêt les orchis mâles, de jolies orchidées protégées comme toutes leurs semblables, s'en donnent à coeur joie. Pas de panique, celle dans le panier a été ramassée après que le pas d'un promeneur ne l'ai sectionné.

SAM_6908

Nouvelle espèces rencontrée, nouvelle identification à effectuer.

SAM_6916 SAM_6915

Les lamiers jaunes sont sur le point de déployer leurs fleurs jaunes. Ne manque plus que quelques rayons de soleil bien chaud et la plante pourra être récoltée.

SAM_6909 SAM_6910

Les raisins-du-renard continuent à fleurir et sous la pluie, servent d'abris aux insectes comme avec cette guêpe solitaire venue prendre la pause sur une large feuille.

SAM_6912

Vue intérieur d'un arum sauvage. Les petits points noirs au fond de la plante sont des moucherons emprisonnés par les "poils", logés au niveau des étamines, qui les empêches de s'enffuire. Une fois la pollinisation effectuée, les filaments se dessèchent et tombent et les insectes retrouvent leur liberté et peuvent ainsi aller polliniser d'autres arums.

Mais malheureusement pas de morilles ni de morillons dans ce bois.

SAM_6922

Alors petit tour par la lisière d'un bois et d'un champs bien vert où nous avons déjà eu l'occasion de faire de très belles trouvailles.

SAM_6918 SAM_6919

Mais hormis ces très belles euphorbes à deux ombrelles à la morphologie très particulière, pas la queue d'un champignon ne se pointe à l'horizon.

SAM_6925 SAM_6923

Néanmoins les escargots d'eau douces et ce très beau châtaignier nous ont contentés.

Le lendemain direction les forêts du col des Milles Martyrs.

SAM_6931

Arrêt dans un coin de forêt tranquille en bords de route. Le décors est magique, les pins hauts et les nombreux ruisseaux débordent de vitalité.

SAM_6934 SAM_6935

La populage des marais est une plante robuste qui affectionne les endroits très humides et marécageux. Toxique, elle a cependant été utilisée fort longtemps comme traitement contre les rhumatismes et comme dépuratif.

SAM_6938 SAM_6939

Des fleurs, encore des fleurs. La cardamines des champs (à gauche) et l'orchis mâle (à droite) restent en cette saison des incontournables.

SAM_6937

Traversée des champs pour se aller rencontrer les bordures de barrières où de grands frênes se déploient. Pas de découverte de morilles mais une jolie rencontre avec une chevrette surprise de notre présence.

SAM_6953 SAM_6947

Les animaux s'activent, les terriers sont creusés ou réaménagé et la fourmilière connaît un grand nettoyage de printemps.

SAM_6955 SAM_6950

Le chêne déploie ses ramures vert-tendre. Il possible d'en faire de nombreuses utilisations. L'écorce ainsi est utilisée pour le tannage du cuir car contient de nombreux tanins ou comme remède médicinal. Les fruits traditionnellement servent de nourriture aux porcs mais peuvent être préparés comme des chouchous pour l'alimentation humaine. Enfin la galle qui se forme sur les feuilles est utilisée comme teinture.

SAM_6946

Encore un petit tour par les champs qui commencent à fleurir. A certains endroits la fauche à commencée.

SAM_6970 SAM_6994

Et voilà venu le temps des hannetons communs qui par centaines envahissent les arbres en lisière. Pendant une courte période, les adultes sortent de leurs abris où ils ont vécu 3 ans sous forme de larve pour se livrer à une véritable orgie.

SAM_6987 SAM_6986

Leur vie d'insecte formée est très courte, si courte qu'il ne vivent guère plus d'un moi. Sortis de terre, ils se posent sur les branches pour roucouler et dévorer les feuilles.

SAM_6983

Ces petits points noirs ne sont pas des fruits mais bien des hannetons. Autrefois les enfants étaient mis à contribution pour de grands hannetonnages où sous les arbres dans de larges filets les insectes étaient jetés. Mais aujourd'hui ils sont beaucoup moins nombreux et se cantonnent aux lisières.

SAM_6996

Voilà notre plus belle trouvaille, grâce à mon petit père mais qui nous a tous mis à contribution: la découverte d'une mousonnière. Voilà donc le tout premier mousseron de la Saint George que nous découvrons.

SAM_7001 SAM_6999

C'est un excellent champignon à l'odeur étrange, proche de la farine fraîche, et dont on peut en retrouver le goût après cuisson, ce qui ne plaît pas toujours. Néanmoins il est très prisé et considéré comme faisant partie des meilleurs.

SAM_7023

Petite montée dans la forêt sur un vieux chemin forestier. Les arbres sont incroyables. Des sapins immenses se dressent au dessus de nos têtes et nous donnent le vertige.

SAM_7029 SAM_7028

Bref, voilà des balades hautes en couleurs et pleines de découvertes qui donnent mal aux mollets mais font du bien à la tête, et oxygènent les poumons.

 

vendredi 5 octobre 2012

Passage éphémère dans le jardin.

SAM_5799

Passage éphémère dans le jardin, où en deux semaines seulement un nombre incroyable de nouveaux occupants ont fait leur apparition entre les noix, les châtaignes et les noisettes.

SAM_5796 SAM_5797

 

L'ami coprin chevelu est de retour. Il faut le manger très jeune et dans les 2h qui ont suivit maximum.

SAM_5827 SAM_5828

Premier inconnu de jour, un petit marron (enfin petit, la taille d'une main tout de même) au chapeau écailleux.

SAM_5855

Trois petits mycènes (eux aussi inconnus) au chapeau blanc légèrement cerclé de noir.

SAM_5802 SAM_5804

L'amanite safran n'a pas vraiment de goût et pourrait apparemment causer des troubles digestifs, mieux vaux s'en préserver. 

SAM_5818 SAM_5821

Celui-ci est magnifique, son chapeau est jaune vif, son pied blanc puis crème-orangé. C'est l'amillaria mellea, l'armillaire couleur de miel. Toxique, on peut tout de même le consommer très jeune. On mange uniquement le chapeau une fois blanchit.

SAM_5822

Le daldinias concentrique sur un tronc mort dans le haut du parc à fait des petits!

SAM_5816 SAM_5812

Deux autres petits champignons inconnus, fort jolies et délicats. Va falloir que j'identifie tout ce joyeux petit monde.

SAM_5830 SAM_5832

Toujours mes lactaires inconnus, de couleur crème et donnant un lait blanc (la plus part des champignons qui libèrent un suc font partis de cette famille).

SAM_5831

Vu sous le chapeau, on voit le lait perler sur les lamelles.

SAM_5837 SAM_5838

Encore un inconnu, celui là pousse en familles bien garnies.

SAM_5843 SAM_5844

Ici peut de doute possible, couleur violine marquée, pied coloré et lamelles blanche; c'est le russule de sardoine, un champignon non comestible car très acre. 

SAM_5845

Quelques individus poussent sous un des sapins, un de ses arbres fétiches.

SAM_5858 SAM_5859

Ah nos mousserons, enfin faux, enfin de leur vrai nom marasmes des oreades, il suffit de se pencher près du potager pour les ramasser, bien que ceux-ci soient un poil vieux.

SAM_5849 SAM_5851

A ne pas confondre avec ces petits champignons inconnus, au pied marron et aux larges lamelles irrégulières violines.

SAM_5848

Et à côté de tout ce beau monde, les délicieux sanguin. A croire qu'il ne sera plus nécessaire d'aller en forêt.... non, il ne faut pas abuser tout de même.

SAM_5860 SAM_5861

Le potager lui aussi est en fête, les choux ont prit du poil de la bête.

SAM_5863 SAM_5865

La menthe finit de fleurir et donne à nouveau des sommités bien fraîches et bien vertes qui finiront comme infusion du soir. Les tomates cerises font grises mine, bientôt il n'en restera plus une sur les pieds qu'il faudra abriter du froid.

SAM_5862

Et la courge? et bien la courge (pas moi, celle là), se porte fort bien, elle prend son temps pour grossir mais a déjà revêtu sa belle couleur orange.

 

Je n'ai vu que peu de choses dans le jardin, la nuit tombait que je suis arrivée mais demain matin, c'est inspection générale pour tout le monde.

mardi 18 septembre 2012

Sortie en forêt 10.

P1000766

(Merci à ma petite mère de m'avoir prêté son appareil photo)

A la douceur des bois, la fraîcheur des prairies, la chasse aux champignons est ouverte.

P1000877

Attention, dans les bois et forêts se trouvent les lépiotes. Attention à ne pas confondre la délicieuse coulemelle (en bas à gauche) avec la terrible lépiote châtain (en bas à droite et en haut), elle est à rejeter car toxique.

P1000924 P1000825

 

P1000848 P1000850

De nombreux champignons nouveaux sont une fois de plus apparus, comme ce joli champi' violine.

P1000816

Les calocères visqueuses s'en donne à coeur joie.

P1000883 P1000886

Le polypore écailleux est un polypore qui se mange jeune en marinade. 

P1000823 P1000879

Les vesses en forme de vasques commencent à vieillir, certaines se sont faites dévorer par les petites bêtes de la forêt, d'autres répandent leurs spores.

P1000795

 

P1000854 P1000773

Certains champignons ont l'art de se fondre dans les feuilles mortes et l'humus brunis.

P1000875 P1000873

Les rosées des bois, d'excellents comestibles, se cachent des chercheurs sous l'herbe sèche et les aiguilles de pins. 

P1000788

Le russule feuille morte est un joli russule bien qu'il soit un comestible moyen.

P1000914 P1000912

Sur la mousse des vieux arbres morts, poussent de jolis 

P1000893 P1000845

Les fausses girolles sont remarquables en cette période.

P1000928

Les fourmis se préparent pour l'hiver, la fourmilière prend des proportions incroyables.

P1000868 P1000838

Les animaux ne sont pas aussi discrets que l'on pourrait le penser. A gauche une famille de sanglier à littéralement retourné un champ au coeur de la forêt pour trouver des tubercules et des vers. A droite un chevreuil à gratter de sa ramure un tronc pour marquer son territoire, lui retirant au passage son écorce. 

P1000771 P1000839

L'homme lui aussi laisse sa marque, avec par exemple une balise de chemin de randonnée ou un vieux abreuvoir abandonné qui se trouve dans une forêt qui, il y a 100 à 150 ans de cela, devait être un champ.

P1000811

Étrange forme que prend cette petite amanite jonquille rongée par une limace .Elle ressemble à un crâne digne de Monsieur Jack, se qui rappel sa toxicité supposée.

P1000907 P1000919

Le coprin d'Ellis est un champignon qui se développe en grandes colonies. Il est non comestible.

P1000941 P1000808

Les polypores sont toujours là, comme mon joli (et fétiche) polypore du bouleau que je retrouve chaque fois ou ce gros polypore multicolore.

P1000858

Le mélampyre des bois refait son apparition, lui qui un temps avait disparut de la forêt. On peut le voir ici: plantes parasites de l'Isère.

P1000815 P1000947

Dans notre panier plein de bonnes choses. L'incoutournable chanterelle (en haut à gauche et en bas) est rejointe par les cèpes bien qu'ils soient tout petits et parfois mangés par les rongeurs et les limaces (en haut à droite).

P1000819

Ne sont-elles pas mignones?

P1000905

Au panier nous avons rajouté des petits pieds de moutons, tout aussi savoureux.

P1000835 P1000828

La calvaire élégante ne pousse que sur le bois mort (à gauche). Elle peut atteindre une trentaine de centimètres. Bien que non toxique elle inflige de terribles coliques. A droite un petit bolet poivré, inconsommable avec son fort goût de poivre comme son nom l'indique. Il peut tout fois servir de condiment.

P1000865 P1000806

Voici d'autres jolis champignons avec le fascinant géastre à trois couche (à gauche), un champignon rare ou le russule émétique (à droite), rare lui aussi et dans ce cas plutôt vieillit, qui est réputé pour être inconsommable.

P1000899

Ah le beau panier que nous avons rammassé, la forêt est pleine de ressources.

mardi 4 septembre 2012

Dans les prés 1.

SAM_3965 SAM_3975

Aujourd'hui le temps était maussade et gris, ce qui n'a pas empêché
les petites bêtes de sortir comme ce joli azuré commun
(la femelle a des tâches oranges) ou cette abeille sur une circe.

SAM_3969 SAM_3971

Pas de chevreuils aux alentours de ce point d'eau (un peu puant il faut l'avouer)
qu'ils affectionnent et où parfois nous les croisons. Cela ne les a pas empêché de laisser leurs traces.

SAM_3972 SAM_3973

L'automne s'installe tout doucement, les fougères brunissent comme
à gauche et les colchiques d'automne font leur apparition comme à droite.

SAM_3980 SAM_3984

Ils sont là, par dizaines, les premiers rosés des prés, délicieux champignons.
C'est sous leur forme juvénile, en boule, qu'ils sont les meilleurs.

SAM_3983

SAM_3977 SAM_4006

Quand ils commencent à noircir, dessus ou dessous le chapeau,
ils ne sont plus bons à la consommation car trop vieux.

SAM_3986 SAM_3994

Nous ne sommes pas seuls dans le champs et
devons le partager avec une charmante curieuse.

SAM_3992 SAM_4019

Il fait froid, il fait moche, mais il reste encore des fleurs dans les champs.

SAM_4000 SAM_4002

D'autres champignons se trouvent dans le champs. Parmi les trois specimens un seul est comestible, le mousseron en haut à droite. Il est facile de le confondre avec un bon nombre de petits champignons marrons qui eux aussi poussent dans l'herbe et sont parfois toxiques, mortels ou hallucinogènes (je déconseille fortement leur consommation, de plus celle-ci est interdit en Europe). Le mousseron est un excellent champignon dont on ne consomme que le chapeau. Pendant cette cueillette nous n'en avons trouvé qu'une seul.

SAM_4031

SAM_4035 SAM_4036

L'embarras avec les rosés, c'est de bien les nettoyer car ils ont
tendance à facilement pousser sous l'herbe ou dans la terre.

SAM_4008 SAM_4016

Pour le moment, les rosés sont les maîtres des prés mais prudence, bientôt les dangereuses amanites vont faire leur apparition. Pout les différencier, il faut savoir que le rosé a des lamelles roses et leur "bulbe" n'est pas visible au contraire des amanites. À droite une plume de héron, un grand échassier que nous avons l'habitude de voir dans ce champs humide où rongeurs et batraciens se donnent rendez-vous.

SAM_4023

Au sommet du champs se trouve ce qui semble être,
à la vue des feuilles, une belle hellébore fétide.

SAM_4010 SAM_4014

Voilà une bien jolie cueillette, environ 5 kilos,
qu'il ne reste plus qu'à préparer et déguster.

SAM_4038 SAM_4039