jeudi 28 avril 2016

Sortie dans les Calanques 10.

DSC04031

Petite promenade dans les Calanques de Marseille, à la limite du parc des Bruyères. C'est l'occasion de présenter quelques unes des plantes les plus communes que l'on peut croiser en cette période. En une heure de marche il est possible de voir pas moins qu'une trentaine de fleurs différentes, en voici une sélection.

 

La ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius).

 Ses feuilles évoquent les feuilles granuleuses de sauge d'où son nom. Bien que présent dans les Calanques ayant un sol de nature calcaire, il préfère les sols silicieux ce qui fait de lui une plante bio-indicatrice. Cela fait trois à quatre semaines que la floraison a débuté, celle-ci prendra fin aux alentours de la fin mai.

DSC04038 DSC03962DSC03974

 

Le ciste cotonneux (Cistus albidus).

Il est aussi appelé ciste blanc en raison de ses feuilles duveteuses blanchâtres. La couleur de celles-ci vient des minuscules poils qui les recouvrent. Ils ont plusieurs fonction comme celle de retenir l'eau que la plante évacue par évapotranspiration ou de la protéger des insectes ravageurs. Sa floraison est bien plus prolongée que celle de son cousin le ciste à feuilles de sauge : de début avril à fin juin. Cela viendrait du sol calcaire qui lui plaît.

DSC03929 DSC03951

 

Reconnaître les sauterelles.

Avec le retour de certains insectes, il faut revoir ses classiques. Le premier de tous est de faire la différence entre les sauterelles et les criquets. Tous deux appartiennent à la famille des orthoptères. On retiendra que les sauterelles ont les antennes plus longues que le corps et les criquets, aussi longues que leur tête.

DSC03896

 

L'ophrys de Forestieri (Ophrys Forestierii). 

Comme il est un peu long d'expliquer la complexité du groupe des ophrys bruns, je vous met un lien vers un de mes articles consacré à ces orchidées ICI. Pour revenir à notre ophrys de Forestieri, il en reste bien peu en fleurs à cette époque de l'année. Fait amusant, celle de droite abrite une des pucerons dans sa cavité stigmatique.

DSC03909 DSC03876

 

L'ophrys de la passion (Ophrys passionis).

Même topo que pour les ophrys bruns ... l'ophrys de la passion appartient à un groupe compliqué. On peut voir que sur celui qui se trouve sur la photo juste en dessous a été visité par un insecte pollinisateur. Le labelle est couvert des grains de pollen et la cavité stigmatique ne contient plus de sac à pollen, les pollinies.

DSC03888DSC03889 DSC03919

 

L'ajonc d'Europe (Ulex europaeus).

C'est un arbuste épineux de la famille des fabacées. Il était utilisé autrefois comme barrière naturelle pour protéger les troupeaux des prédateurs mais aussi, les hommes dans les hameaux et les villages des troupes armées ennemies. Il pu aussi être utilisé, quand les années étaient mauvaises, comme fourrage pour les bêtes.

DSC03835

 

La coronille naine (Coronilla minima).

Cette petite coronille fleurit de mai à juillet mais dans les Calanques on peut le voir en fleur dès le début avril. Elle dépasse rarement les 30 centimètres mais ne passe pas inaperçue avec ses jolies fleurs jaunes réunie en ombelle. Elle est présente sur une bonne partie du territoire français et se trouve jusqu'à 1600 mètres.

DSC04043 DSC03992DSC03995 DSC03994

 

Le narcisse douteux (Narcissus dubius).

Il reste quelques pieds de narcisse douteux en fleurs. En France, c'est dans les rocailles calcaires et méditerranéennes qu'on le rencontre, souvent en abondance (et tout particulièrement en Espagne). Dans la région, c'est le premier de tous les narcisses à fleurir. Certains rares individus sont parfois jaune pâle.

DSC03935 DSC03920DSC03856

 

La vipérine commune (Echium vulgare).

On pensait autrefois à tort que cette plante avait la capacité de stopper la progression du venin des vipères dans l'organisme. C'est une bisannuelle qui peut atteindre environs 80 centimètres de haut mais pour le moment, elle se présente sous la forme d'une grande rosette plaquée au sol avec des feuilles verruqueuses.

DSC03869 DSC03870

 

La globulaire buissonnante (Globularia alypum).

C'est une plante typique des garrigues qui se reconnaît à ses jolies fleurs en pompons bleues. Elle détonne par cette couleur vive aux milieux des autres arbustes. La floraison est actuellement sur la fin. On croise souvent dans les inflorescences des araignées postées à l'affût pour attraper les insectes. Les graines se disséminent par épizoochore, c'est à dire en s'accrochant au plumage des oiseaux ou aux poils des mammifères.

DSC04035

 

L'iris des garrigues (Iris lutescens).

Cet iris sauvage peut être jaune, violet, blanc ou même bicolore. On le reconnaît à sa petite taille et à sa période de floraison. Bien que populaire dans les bouquets de fleurs, il ne semble pas menacé et sa population reste stable hormis dans les zones très fréquentées par le public comme les sentiers de randonnée.

DSC03921 DSC03931DSC03925 DSC03926

 

L'aphyllante de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis).

Elle est connue pour son goût légèrement sucré et ses feuilles presque inexistantes qui se réduisent à de petites membranes le long des tiges qui évoquent celles des joncs. Elle a aussi la particularité d'être la seule plante composant le genre des Aphyllanthes. On la trouve parfois dans les desserts des grands restaurants.

DSC03980

  

L'euphorbe à feuilles en scie (Euphorbia serrata).

On la reconnaît à ses feuilles joliment dentées. Sa floraison, d'ordinaire, à plutôt lieu en mai mais dans le Sud, tout est un peu en avance cette année. Elle sert de pâturages pour une colonie de fourmis qui y élèvent une troupe de pucerons noirs dont le précieux miellat (excréments sucrés) leur sert de nourriture. 

DSC04040 DSC04042

 

Le mot de la fin.

Chouette petite ballade sous le ciel gris de Marseille. C'est un temps idéal pour admirer les fleurs et mon bien-aimé qui, en plein cours avec son CFPPA, taille les oliviers du parc et admire son travail. Désormais le temps va se faire plus chaud, de nouvelles espèces végétales vont apparaître et les insectes vont être bien plus présents pour le plaisir des oiseaux et des tarentes. Il se pourrait même que l'on trempe les pieds dans la mer.

DSC03864 DSC03866DSC03985


mardi 19 avril 2016

Sortie dans les Calanques 9.

DSC03052

 Nous revoilà pour une rapide expédition dans les Calanques de Luminy. Nous devons faire face à un vrai casse-tête : l'identification des orchidées de saison. Toutes aussi charmantes qu'elles soient, elles ont la fâcheuse tendance à se ressembler et surtout, à s'hybrider. La paternité n'est pas toujours évidente à déterminer.

 

La coronille glauque (Coronilla valentina subsp. glauca).

C'est un petit arbrisseau méditerranéen que l'on trouve sur le pourtour de la mer. En France il se limite aux départements du sud avec parfois, quelques individus échappés des jardins et des parcs. C'est dans les zones calcaires boisées qu'on le rencontre le plus souvent. Dans les zones très ensoleillées on trouve sa grande soeur avec la quelle on peut la confondre, la coronille de Valence (Coronilla valentina) qui aime les zones rocheuses. 

DSC02990 DSC02991DSC02992

 

La famille des ophrys fusca.

La classification de certaines espèces d'orchidées n'est pas simple. Cela est dû à plusieurs facteurs :
- une ressemblance morphologique importante entre les différentes espèces et sous-espèces.
- le fait que certains spécialistes soient très (trop) tatillons sur des différences infimes et souvent,
veulent avoir une orchidée à leur nom ou dans leur tableau de chasse pour marquer les esprits.
- le fait que certaines orchidées aient été décrites en même temps dans plusieurs pays et portent
des noms différents alors qu'il s'agît de la même plante et que seule la zone géographique change.
- la distinction que font certains auteurs entre les taxons et que d'autres ne font pas du tout.

DSC00945 DSC00964DSC00999DSC01038 DSC01036

 Pour les orchis de la famille des ophrys bruns (Ophrys fusca sp.), c'est la même chose. Pour faire simple ou du moins essayer, l'oprhys brun (Ophrys fusca) ne se trouve qu'au Portugal et en Espagne mais, en France d'autres espèces décrites sous des noms différents peuvent être rattachées à cette unique et même espèce. D'ailleurs le site Tela Botanica ne fait pas de distinction sur ce point là contrairement au site de l'INPN, ce qui ne simplie rien.

DSC01048 - Copie DSC01054 - CopieDSC01089DSC01056 DSC01057

Dans les Calanques de Marseille et en particulier dans celles de Luminy et des pelouses de l'université, on trouve l'ophrys de Forestieri (Ophrys Forestierii) que certains associent à l'ophrys des lupercales (Ophrys lupercalis). C'est l'un des ophrys plus les simples à identifier du groupe fusca car il possède peu de détails sur le labelle (pour rappel le labelle est le pétale de la fleur et qui se différencie par son aspect des autres parties florales).

DSC01114 DSC01135DSC01124DSC01125 DSC01132

Mais ce n'est pas tout, on peut aussi rencontrer l'ophrys sillonné (Ophrys sulcata) avec son sillon labiale, l'ophrys à deux lunules (Ophrys bilunulata), l'ophrys marbré (Ophrys marmorata) ou encore l'ophrys de Delforge (Ophrys delforgei). Pas simple de s'y retrouver avec toutes ces espèces supposées. Sur les photos on notera la présence de l'ophrys de Forestieri et peut être, d'un peu d'ophrys des lupercales pour ceux qui font la distinction.

DSC02981 DSC03006

 

Quelques oothèques des mantes.

 Qu'est-ce donc ? Les oothèques sont  es loges fabriquées par les femelles mantes et empuses qui pondent à l'interieur leurs oeufs pour les protéger des intempéries et des prédateurs. Une fois leur tâche accomplie, les mères meurent. Ici il pourrait s'agir d' l'ootèque d'une menthe religieuse (Mantis religiosa) et de celle d'une mante décolorée (Ameles decolor) ou d'une Iris oratoria qui ne possède pas de nom commun/vernaculaire.

DSC03007 DSC03009DSC01075

 

Le romarin officinal (Rosmarinus officinalis).

Le romarin est une plante aromatique typique du Sud qui fleurie toute l'année. Parfois on peut avoir la surprise de tomber sur un individu aux fleurs étrangement blanches. Cela indique que la plante est atteinte d'une forme d'albinisme. Cela ne modifie que l'aspect visuel des fleurs et non pas ses vertus et caractéristiques.

DSC03054 DSC03059DSC01059DSC03058 DSC03060

 

Le tircis (Pararge aegeria).

C'est un papillon commun de taille moyenne que l'on peut voir voler de février à décembre. Les chenilles atteignent rarement 3 cm et se nourrissent essentiellement de graminées (Poaceae). Celles nées au printemps font leur métamorphose en quelques semaines, les autres hiberneront en attendant les beaux jours.

DSC03095 DSC03098

 

L'orchis géant (Himantoglossum robertianum).

Nommée aussi orchis à longues bractées ou orchis Robert, cette orchidée est l'une des plus imposantes de France. Elle a été placée dans une succession de noms et de familles ces dernières années avant d'être rattachée aux Himantoglossums après les travaux de Pierre Delforge qui n'ont pas toujours été bien accueilli.

DSC01123 DSC01117DSC00973 DSC01139

 C'est la fin de la belle, on commence désormais à trouver d'autres espèces. C'est l'une des premières orchidées à fleurir de l'année et sa longue floraison s'étale pendant 4 mois, de la fin janvier à la fin avril, ce qui assez exceptionnel. C'est dans les zones de pleine lumière, chaudes et marines qu'on la rencontre.

DSC03160 DSC03162DSC03164

 

Le pinson des arbres (Fringilla coelebs).

Le mâle présente une jolie tête bleu-gris et un poitrail rosé. La femelle est beaucoup plus discrète. On le trouve dans tout l'hémisphère Nord pour un peu qu'il y ait des feuillus et des conifères à proximité. Dés le mois de mars le couple de pinsons commence son nid et couve ses première oeufs entre le mois d'avril et de mai.

DSC03073 DSC03074

 

Le serin cini (Serinus serinus).

C'est l'ancêtre de certains de nos canaris domestiques chez qui on peut retrouver parfois le motif tachetés du plumage. C'est un oiseau commun que l'on trouve un peu partout en France. En période de reproduction le mâle est couvert en partie de jaune vif. Il s'approche facilement des hommes et de leurs habitations au point d'être devenu anthropophile comme certaines espèces d'autres oiseaux (Pigeons, colombes, moineaux, merles etc.).

DSC03124DSC03101 DSC03114DSC03105

 

Le grand casse-tête des orchidées du Sud.

Ici l'exercice d'identification est bien plus complexe que pour la famille des Fusca car plusieurs espèces distinctes peuvent être confondues et surtout, s'hybrider avec une grande facilité pour simplifier les choses ... Parmi les critères utilisés pour la détrmination on retient :
- Le degrés d'écartement entre le labelle et la cavité stigmatique ainsi que leur taille et leurs motifs.
- La taille et la couleur des sépales ainsi que leur forme et la présence d'anomalies.
- La taille et la couleur des pétales latéraux ainsi que la forme de leurs bordures.
- La taille globale des fleurs, leur nombre et leur disposition sur les tiges de l'ophrys.
- La couleur des polinies appelées parfois "oeil" et les dimension/couleurs du gynostème.
- La présence sur le labelle d'un liséré coloré ou non, d'une macule et d'un appendice.
- Sa localisation précise, sa période de pousse et la date de floraison.

DSC00942DSC00991 DSC01004

Je le dis avec franchise, je n'ai pas les capacité de déterminer toutes les orchidées présentées sur ces photos, tout au plus juste quelques pieds de 2-3 espèces différentes. Les espèces que je vais citer ne sont pas toutes reconnues par certains des auteurs, d'autres sont considères comme des sous-espèces de certaines par d'autres et pour simplifier, certains de ces ophrys peuvent porter plusieurs noms vernaculaires et scientifiques.

DSC00988 DSC01000DSC01013DSC01016 DSC01017

 On peut rencontrer autour de Marseille pas moins d'une dizaine d'espèces selon les flores et les auteurs (j'avoue avoir fait une sélection dans celles à présenter). Comme on le dit chez nous, à la bonne votre ! À savoir, l'ophrys araignée (Ophrys sphegodes) n'est, semble-t-il, pas présent dans la région ce qui simplifie un peu les choses.

DSC01019 DSC01021DSC01023DSC01032 DSC01091

 Commençons dans l'ordre en présentant une orchidée que l'on trouve uniquement dans le sud du Sud : l'ophrys de Marseille (Ophrus massilensis). Il peut être accompagné de l'ophrys petite araignée (Ophrys araneola) qui est beaucoup plus commun et de l'ophrys verdissant (Ophrys virescens). Pour une partie des orchidophiles, l'ophrys petite araignée et l'ophrys verdissant ne sont qu'une seule et unique espèce mais cela prête à débat.

DSC01128 DSC01142DSC01143DSC01145 DSC01146

Continuons avec cinq autres espèces à connaître : l'ophrys de Provence (Ophrys provincialis), l'ophrys de la passion (Ophrys passionis), l'ophrys en forme d'araignée (Ophrys arachnitiformis), l'ophrys occidental (Ophrys occidentalis) et l'ophrys de mars (Ophrys exaltata subsp. marzuola). Pour ces trois dernières espèces là aussi les auteurs et amateurs d'orchidées ne partagent pas forcément le même point de vu.

DSC03026 DSC03094DSC03041

 

L'iris des garrigues (Iris lutescens).

Cet iris sauvage peut être jaune, violet, blanc ou même bicolore. On le reconnaît à sa petite taille et à sa période de floraison. Bien que populaire dans les bouquets de fleurs, il ne semble pas menacé et sa population reste stable hormis dans les zones très fréquentées par le public comme les sentiers de randonnée.

DSC01103 DSC01110

 

La grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima).

Les premières larves de sauterelles sont sorties et ont déjà leur forme adulte. Ce sont des prédatrices qui peuvent manger des végétaux mais surtout, qui croquent d'autres insectes. Sa population a grandement diminué suite à l'augmentation de l'agriculture intensive qui a détruit une partie de son habitat naturel.

DSC02982

 

L'erodium à Bec-de-grue (Erodium cicutarium).

Il est un cousin des géraniums sauvages que l'on rencontre dans nos jardins. C'est une bonne plante fourragère que les bergers faisaient paître par les troupeaux quand il était encore commun de croiser des moutons dans la garrigue. Elle a l'avantage d'engraisser rapidement les animaux dans un milieu plutôt inhospitalier.

DSC02996 DSC02997

 

Le mot de la fin.

 Les passionnés de nature, les naturalistes en herbe et les botanistes ont parfois à faire à des identifications ardues pour certaines plantes. J'espère avoir réussi à vulgariser le cas des ophrys que j'ai mis bien du temps à comprendre et pour les quels j'ai encore des difficultés. Tout est une question de patience, d'apprentissage et d'observation. À suivre dans le prochain article, j'aurais le plaisir à vous montrer nos morilles de l'année 2016.

DSC03155 DSC03178DSC03172