lundi 14 janvier 2013

L'hellébore fétide.

 P3310181

L'hellébore fétide, helleborus feotidus, est une plante de la famille des renonculacées. Son nom vient de l'odeur fétide qui se dégage de ses feuilles tiges et fleurs. 

Description:

C'est une plante vivace qui mesure 45 à 70 cm aux feuilles principales caulinaires d'un vert très foncé avec 12 segments disposés en palme. La tige comme les fleurs sont d'un vert très claire à la différence que celle-ci sont bordée à maturité d'une ligne rouge pourpre à leur extrémité. Ces mêmes fleurs sont composées de 5 pétales légèrement boutonneux. Elles se présentes sous forme de clochettes tombantes. Elles donnent de nombreuses graines. La plante perdure en moyenne 3 à 4 ans, et fleurit de février à mai. Elle pousse partout sauf en Bretagne, dans le Nord et sur la côté méditerranéenne et jusqu'à 1800 mètre d'altitude.

SAM_1348 SAM_1355 SAM_1357 P3310148

Histoire et pratiques:

Le nom ellébore fétide vient du grec aireo: je tue et de bora: nourriture  pour désigner la plante comme vénéneuse. C'est de son nom que vient le mot latin hélibar: remède contre la folie.

On la nomme aussi pied-de-griffon ou patte-d'ours en raison de la forme de ses feuilles mais également rose de serpent en raison de sa toxicité, herbe de printemps car elle est une des premières à fleurir ou favalau en patois.

Elle porte également le nom de mords-cheval car on l'utilisait autrefois sur les animaux qui ayant trop consommés d'herbe verte à la sortie de l'hiver, se retrouvaient avec des poches de gaz dans l'estomac ce qui peut être mortel pour eux. Dans ce cas on attachait un bout de la plante à une ficelle puis on la faisait ingurgiter à la bête. Cette entreprise avait pour but de le faire vomir et ainsi libérer les gaz. Puis on retirait la corde pour éviter l'intoxication.

On s'en servait également sur le bétail dont on ignorait la cause du mal. On pratiquait une incision dans la queue où on introduisait un bout de tige de la plante emmaillotée dans de la laine, dont on laissait un bout dépasser de l'abscé formé. Cela avait pour but d'activiter les protections imnuinitaires de l'animal et de permettre à l'animal de lutter contre le mal inconnu.

La plante a également des propriétés cardio-toniques et narcotiques. On l'utilisait autrefois pour soigner les troubles du cerveau mais sa grande dangerosité a fait arrêter tout emploie de celle-ci. En effet, non seulement le rhizome au contact de la peau la fait rougir, mais les fleurs, tiges et feuilles contiennent un très violent poison qui provoques des vertiges, des vomissements spasmodiques etarfois la mort.

P3310146


dimanche 13 janvier 2013

Sortie en forêt 15.

SAM_0988

Le temps d'une accalmie, direction la forêt et sa magie. On a beau être en hiver, la nature est verdoyante. Petit must de la journée, le vol d'un couple de faisans au dessus de ma tête.

SAM_1022 SAM_1004

Mais avant passage obligé par le champs où quelques brins d'ail sauvage percent le sol travaillé, au milieu des racines de maïs toutes retournées.

SAM_1009 SAM_1010

L'humidité et le bois mort sont idéals pour le lichen qui fait festin sur cette vieille souche de châtaignier.

SAM_1034

Pour me faufiler dans les bois j'utilise les mêmes passages que les animaux, notamment en passant sous les vieux fils barbelés. C'est là que les animaux  laissent leurs poils. Parmi ceux trouvés, quelques soies (poils) de sanglier.

SAM_1012 SAM_1014

La grande perveche à gauche est une plante à fleur bleue utilisé en médecine pour lutter contre les problèmes de circulation sanguine pour ce qui est du cerveau et de l'oreille interne. Autrefois les feuilles et tiges étaient utilisées pour les hématomes, l'eczéma et faire des gargarismes et pour régler les troubles de mémoire défaillante. A droite la violette des chien donne une fleur violette parfois claire. Elle entre dans la composition des bonbons à la violette de Toulouse. On surnomait Napoléon le père violettes car il devait revenir de son exil à la période de floraison de celles-ci.

SAM_1024 SAM_1026

Quand on gratte sous les feuilles, une multitude de créatures apparaissent. On comprend mieux l'entrain des merles à gratter sous les feuilles. Ici à gauche un petit criquet aux couleurs ternes et à droite, une larve bien dodue de coléoptère.

SAM_1038

Les grands vents de ces derniers jours ont fait chuter les cimes des arbres morts et délavés. Ici un bout de tronc d'un essence inconnue, au quel s'enroule les restes d'une énorme tige de lierre.

SAM_1039 SAM_1040

Les champignons n'en sont pas en reste, dans l'herbe verte quelques petits chapeaux apparaissent.

SAM_1334 SAM_1335

De même pour le lamier qui semble apprécier l'hiver. Cette espèce-ci, échappée d'un jardin, aborde sur ces feuilles de jolies marques argentées.Ici il s'agît d'un lamier type Maculatum.

SAM_1326

Mais très vite il faut quitter le champs, la forêt s'approche et le prés s'engage dans le bois.

SAM_1445 SAM_1330

Un dernier regard sur les étourneaux dans les arbres et sur les stérées subtomenteuses aux pieds des piquets des clôtures...

SAM_1427 SAM_1332

...deux trois caresses aux ânes, une feuille parfumée glissée entre les doigts et je m'engage dans la forêt.

SAM_1143

Nos bois n'ont rien à envier aux forêts tropicales, la végétation y est toute aussi luxuriante et le terrien tout aussi accidenté. Ici pour traverser le ruisseau, un arbre tombé couvert de mousse fait office de pont.

SAM_1069 SAM_1129

De la mousse dans ce coin, il y en a. Que ça soit sur les bords pentus ou les arrêtes qui longes le cour d'eau, elle recoure entièrement le sol de la forêt.

SAM_0999 SAM_1270

Qui dit forêt dit fougère. Voici la scolopendre appelée aussi langue de cerf ou herbe hépatique ou encore herbe à rate. Comme toutes ses consoeurs elle ne fleurit pas mais libère des spores à travers les petites lignes que l'on voit sur la photo de droite, ce sont les indusies. Quand la plante les libère on appel l'act reproducteur sporulation. Les spores sont dissiminés par le vent.

SAM_1054

La scolopendre de son vrai nom Phyllitis scolopendrium est une plante médicinale qui est expectorante, astringente et émolliente grâce au tanin qu'elle contient. Dans l'antiquité on pensait qu'elle soignait les maux de la rate d'où son surnom d'herbe de la rate. On l'utilise en sirop.

SAM_1184 SAM_1134

Le polysticum setiferum appelé le polystic à soies est une fougère qui apprécie l'humidité, les bords de ruisseaux et les bois à l'ombre et pentus. 

SAM_1047 SAM_1050

Comme toutes les fougères, elle aussi se reproduit par les spores qu'elle garde à l'abri dans de petits sacs sous ses feuilles.

SAM_1046

C'est une plante plutôt rare selon les régions, protégée en PACA, rare dans les Alpes et les pré-Alpes. Comme quoi.

SAM_1316 SAM_1233

En période de disette, les pousses de fougères ont été consommées pour palier au manque de nourriture. A la vapeur ou blanchies dans de l'eau, elles se consomment comme un légume mais sont indigestes et n'ont pas vraiment bon goût.

SAM_1317 SAM_1318

Quand on déplie une petite pousse de fougère, on peut voir que toutes les ramifications sont déjà formées mais se présentent sous forme de "soie".

SAM_1275

Bref, voilà un petit topo amazonien du lieu. Pour en savoir plus sur les fougères: http://www.dsne.org/IMG/pdf/livret_fougeres_79_final.pdf

SAM_1064 SAM_1066

Les fleurs mâles des noisetiers commences à fleurir. Bientôt, elles laisseront des nuées de pollen jaune et épais se disséminer au vent pour féconder les fleurs femelles, toutes petites et rouges et qui fleurissent à l'intersection des branches les plus petites.

SAM_1071 SAM_1090

Qui aurai pensé que les abords du ruisseau regorgerait d'autant de champignons?

SAM_1084

Et voici le sommet de la virtigineuse cascade aux fées, que l'on peut voir ici vu de dessous au début du printemps: l'histoire de la cascade aux fées.

SAM_1110 SAM_1111

Au bord de l'eau, des pleurotes!  Chapeau plus ou moins beige et lamelles blanche (même si cela n'apparaît pas sur les photos), pied faible voir absent,  pas de doute voici le pleurote tardif, un excélent champignon.

SAM_1105 SAM_1116

J'ai un peu de mal à les identifier, j'ai préféré les laisser sagement sur leur tronc.

SAM_1114

C'est une toute jeune colonie qui je l'espère, ferra le plaisir d'un connaisseur si un courageux s'aventure jusqu'à elles.

SAM_1102 SAM_1149

D'autres champignons colonisent les arbres, du plus petit au plus grand comme avec ces moisissures à gauche ou cette vesse à droite.

SAM_1124 SAM_1088

Bien des espèces mycologiques, dont beaucoup qui me sont inconnues comme celles-ci, se sont installés au bords de l'eau pour fructifier. Surprenant quand on sait le froid et les gelées que nous avons eux en plaines. L'encaissement du bois a peut être permis aux zones humides de ne pas geler.

SAM_1085

En tout cas, pour tout ce qui concernent les champignons, il semblerait que c'est au près de l'eau qu'ils s'épanouissent le mieux.

SAM_1128 SAM_1159

Un peu comme ces étranges champignons, qui telle un mains sortent de la verdure. Le premier à gauche est un xylaria hypoxylon (drôle de nom). Il est friand de bois mort et on peut le trouver toute l'année, en particulier dans les zones moussues, néanmoins il n'offre aucun intérêt culinaire. A droite il s'agît  d'un clavaire, apparemment clavaire droit mais sans grand conviction. Les clavaires font partis de la famille des gomphaceae, qui regroupes des espèces comestibles ou laxatives.

SAM_1162 SAM_1161

Le lierre grimpant ou herbe de la Saint Jean, est une liane persistante qui peut être cultivée comme plante ornementale. Il peut atteindre 30 cm et fait parti des rares lianes que l'on trouve en Europe, avec le chèvre feuille, le houblon ou la clématite. Il est à tord considéré comme un vampire des arbres, en réalité il ne se nourrie que par son système racinaire souterrain et se hisse au sommet des arbres avec ses barbilles que l'on voit ici pour s'exposer au soleil et accomplir sa photosynthèse.

SAM_1230

Contrairement au lierre que l'on trouve dans le jardin, celui de la forêt n'a pas ses baies encore matures. Toxiques pour l'homme, elles sont essentielles pour les oiseaux, surtout en hiver où elles sont une ressource en nourriture importante. 100gr de lierre bouillit dans 2L d'eau pendant quelques minutes vous donnera un très bon liquide vaisselle. Autrefois utilisé comme purgatif, il entre aujourd'hui dans la composition de sirops antitussifs. La médecine populaire l'utilise pour soigner les rhumatismes et les problèmes cutanés.

SAM_1086 SAM_1169

La forêt est aussi l'un des meilleurs endroits pour observer le passage des animaux. Une trace en forme de deux "doigts" dans la boue ou un petit tas de crottes rondes, pas de doute, le chevreuil est passé par là. Ce petit cervidé d'Europe, pas plus de 60 à 75 cm au garrot est courant dans la Valdaine.

SAM_1173 SAM_1174

Triste fin pour ce pic épeiche dont il ne reste que quelques grandes plumes noires et blanches. Ici il s'agit des plumes du régime primaire et secondaire, ce sont celles qui sur les ailes de l'oiseau lui permettent de planer.

SAM_1141

Le soleil n'est resté que peu de temps, déjà d'épais nuages font leur apparition et la forêt se fait sombre et froide. Néanmoins la vue du ciel, surplombé par les arbres reste superbe.

SAM_1201 SAM_1205

Les pézizes écarlates sont un signe annonciateur d'un regain d'activité fongique, chouette! C'est un champignon qui apprécie le bois pourrissant ou les débris de celui-ci. Il mesure 1 à 5 cm et est caractérisé par sa couleur surprenante qui tranche dans les bois.

SAM_1212 SAM_1215

C'est un champignon peu courant sans pour autant être rare. C'est lui qui aurait donné la passion de la mycologie à Christiaan (avec deux a) Persoon, un célèbre mycologue hollandais au quel on doit une des première classification des champignons.

SAM_1217

C'est un champignon comestible mais qui n'a aucune valeur gustative, il est bien plus agréable de le regarder en forêt, quoi qu'il peut faire son effet dans une assiette de part sa couleur.

SAM_1213 SAM_1166

Le laurier des bois est un arbrissau que l'on peut trouver partout en France jusqu'à 1600 mètres d'altitude sur les sols calcaires. Il donne de jolies grappes de fleurs vertes de février à avril. Ses baies sont noirs. Cette plante est toxique. On l'appel lauréole ou daphné à feuilles de laurier. Mâcher une seule baie ou fleur de la plante peut provoquer des brûlures de la bouche et de la gorge.

SAM_1235 SAM_1234

L'oxalis petite oseille ou "pain de coucou" a un goût acidulé, on consomme ses feuilles dans des salades composées mais il ne faut pas en abuser. On l'a trouve de partout, dans les forêts, les talus et les zones riches en humus, jusqu'à 2100 mètres. C'est une plante médicinale qui donne d'avril à juin de jolies fleurs à 4 pétales blanches veinées pourpre. Les folioles de la plante la nuit et par de fortes chaleurs prennent une position de repos verticale pour se protéger. On l'utilisie en homéopathie et en phytothérapie. En médecine populaire on considérait les feuilles comme un remède contre les problèmes de peau, contre le scorbut et contre les intoxications à l'arsenic au le mercure ( cf: p101 "350 plantes médicinales".)

SAM_1095

Bref, le bois est resté sauvage, les arbres sont tombés d'eux mêmes et les ronces et lianes s'étendent du mieux qu'ils peuvent. S'engager dans ses méandres est un vrai parcour de santé. 

SAM_1189 SAM_1197

Pour revenir au pic épeiche, voici son nid démasqué. Face à la cascade et entouré d'arbres morts qui offrent le couvert, c'est un logît de premier choix.

SAM_1219 SAM_1324

Des fougères sur un tronc d'arbre, accrochées à des racines ou dans les airs, la forêt prend des semblants de jungle tropicale et sauvage.

SAM_1247

Ce n'est peut âtre pas la cascade aux fées, mais cette petite chute d'eau, entravée par un tronc qui a chuté et couvert de lierre grimpant reste malgré tout impressionnante. Années après années elle a charrié le calcaire du sol pour créer à ses pieds des aspérités en tuf.

SAM_1256 SAM_1288

Une vie incroyable se trouve dans la gorge de la cascade: mousses, fougères, bois calcifié mais aussi champignons et insectes s'y épanouissent.

SAM_1250 SAM_1264

A gauche, une famille de polypores de couleur variables (c'est leur p'tit nom) qui ont prit l'idée de pousser au ras de l'eau. A droite un morceau de tuf. Ce type de roche très friable est du aux ions carbonates contenus dans l'eau des ruisseaux et rivières continentales. On peut trouver à l'intérieur des reliquats de végétaux ou de coquilles.

SAM_1282

Il commence à se faire tard, deux trois gouttes de pluie glacées commencent à tomber. Il est bientôt temps de rentrer.

SAM_1178 SAM_1223

Mais avant, un dernier regard sur la grande variété mycologie de la forêt. Ici de jolis champignons inconnus, variants du gris au jaune pétant.

SAM_1225 SAM_1262

D'autres inconnus encore. L'hiver n'est pas la période où l'on s'attend à trouver une grande variété de champignons, ce qui corse l'identification.

SAM_1277

Lavée et délavée par l'eau et les intempéries, cette vieille racine s'est mue en yin et yang, le symbole de l'équilibre présent dans chaque éléments du monde dans la philosophie chinoise.

SAM_1293 SAM_1308

Dans le creux d'un vieu frêne en partie mort, un rare ganoderme d'Europe à gauche à fait son nid. A propos de nid, en voici les reliquat à droite. Abandonné depuis quelques emps, il a pu appartenir a un rouge gorge aux vues des restes de mousses et de la hauteur à la quel se situe celui-ci (environ 1 m 20). Pour identifier quelques nids: http://nature-photo.e-monsite.com/album/les-nids-d-oiseaux/

SAM_1298 SAM_1302

Autre bizarrerie de la nature, le géoglosse glabre, proche du Xylaire polymorphe (appelé "doigt du Diable), ressemble à un gros têtard. Ce drôle de champignon non comestible est plutôt rare et passe souvent comme inaperçu sur les écorces où il pousse. Il porte le nom de langue-de-terre. Il en existe plusieurs espèces que l'on ne peut différencier que de manière microscopique.

SAM_1310

Et tout ça sur le même arbre!

SAM_1269 SAM_1315

Arbre colonisé par de nombreuses autres espèces de champignons, de lichens, de fougères, de mousses ou mêmes d'algues.

SAM_1391 SAM_1383

La forêt est un frigo à ciel ouvert pour les oiseaux qui savent bien chercher et fouiller les feuilles. Noisettes, noix, cha^taignes, glands et autres graines leurs permettrons de tenir pendant pendant la période froide.

SAM_1348

Voici l'ellébore fétide, c'est une très grande fleur à l'odeur désagréable qui d'ordinaire nfleurit entre février et mai. A maturité ses pétales sont verts clairs bordés de rouge. 

SAM_1352 SAM_1349

Elle se naturalise bien dans les jardins et a été souvent cultivée pour des fins décoratives car c'est une plante vivace très résistante. Néanmoins c'est une espèce toxique qu'il ne faut pas porter à la bouche. 

SAM_1355 SAM_1357

Elle est aussi appelée pied-de-griffon enraison de ses feuilles, mais elle porte également le nom de rose des serpents, patte d'ours, mords-cheval, herbe printanière ou favalau. Elle peut mesurer 45 cm à 70 cm. 

SAM_1362

Elle pousse jusqu'à 1800 mètres d'altitude et partout en France sauf en Bretagne et dans le Nord. La plante a des propriétés cario-toniques et narcotiques. On l'utilisait autrefois pour les troubles du cerveau mais la dangerosité de la plante à fait cesser tout emploie car le rhizome fait rougir la peau, les fleurs et feuilles contiennent un violent poison et son ingestion provoque des vertiges, des vomissement et même parfois la mort.

SAM_1378 SAM_1380

Ici je suis arrivée trop tard pour récolter quelques oreilles de judas qui sont devenues entièrement noires après avoir émient leurs spores. Ça sera pour la prochaine fois la bonne platrée d'oreilles.

SAM_1413 SAM_1414

Mais c'est sans compté sur la petite colonie qui c'est installée à mes pieds. La récolte est faible mais jointe à celle du jardin l'assiette devrait être honorable.

SAM_1389

Voilà un autre inconnu solitaire du bois.

SAM_1361 SAM_1440

Les escargots, du moins ce qu'y en reste sont aussi à la fête. L'hiver l'escargot s'enfouit dans le sol pour se protéger du froid. C'est la seule espèce de mollusque à avoir conquit la terre ferme et la deuxième plus importante au monde après le genre des insectes. Les escargots sont consommés depuis10 000 ans et étaient autrefois étaient considérés comme une viande maigre au même titre que celle de grenouille ou de tortue!

SAM_1374 SAM_1373

Dans les hauteurs du bois, bien au sec, une nouvelle colonie de tramètes c'est installée sur de vieux branchages.

SAM_1409

Jolie surprise pendant cette promenade improvisée, un arbre colonisé sur toute sa hauteur par une famille de tramète rougissante. Il est trop coriace pour être croqué.

SAM_1404 SAM_1408

C'est une espèce commune  qui peut prendre une variété de forme large et multiple, pouvant passer du rose claire au rouge sang. Elle est cependant toujours striée sur le dessus du chapeau.

SAM_1366 SAM_1396

D'autres champignons étranges peuvent être rencontrés dans nos forêts en ce moment. A gauche quelques inconnus, gris et ronds, qui lorsqu'ils sont pressés ils relâchent des spores violets. A droite, une famille de calycelles citrines se sont installées sous les écorces d'une branche. Ce champignon est classé comme non comestible par son manque d'intêret culinaire.

SAM_1387

Bref, un sympa petit tour par ce temps froid qui fait du bien aux jambes et à la tête.

mardi 11 décembre 2012

Les oiseaux du jardin.

SAM_9057

Les feuilles sont tombées et les arbres se trouvent à nu. La neige a recouvert la végétation .C'est le moment d'observer les oiseaux qui dans les hautes branches guettent les graines et les baies.

P1010459 P1010460

Le pic épeiche est très répandu dans notre contrée. Il est joliment bigarré de rouge, de noir et de blanc se qui le rend facilement identifiable. Ici il s'agît d'un mâle car il n'a pas la tache rouge caractéristique de la femelle à l'arrière de la tête.

P1010461 P1010463

Depuis 1981 cette oiseau insectivore est protégé sur le territoire français. On ne peut détruire son nid, sa couvée ou un individu, de le perturber ou d'en posséder sans risquer une sévère amende si on est prit en flag.

P1010462

On dit de ce pic qu'il picasse ou pleupleute quand il chante. Il émet des notes brèves et détonantes ou sèches. Pendant la période des amours, il tambourine. C'est aussi à cette occasion que l'on peut assister à de très beaux vols nuptiaux.

SAM_8935 SAM_8941

Une des particularité du pic épeiche est sa langue. Visqueuse et "crochetée", il l'introduit dans les trous qu'il forme avec son bec dans le bois mort pour attraper les vers et les insectes. Il est courant l'été d'entendre son célèbre "ttttt" contre le bois mort. Pour percer le bois, il le cogne en agitant son corps d'avant en arrière comme une massue. Pour soutenir cet effort sans se blesser, les vertèbres de son cou de sont solidifier pour résister à une pression de plus de 50 kilos.

SAM_8958 SAM_8955

Le pic épeiche pond entre 4 et 7 oeufs blancs qui à maturité laisseront sortir une nichée très vorace. Les oisillons quittent le nid au bout de 21 jours mais les parents, comme chez les merles, continuent de nourrir les petits qui se tiennent bien sagement sur les branches proche du nid abandonné.

SAM_8932

Les nids ne sont pas éternels, celui du vieux cerisier est à ciel ouvert et a été délaissé au profit de celui du vieux frêne fendu, qui pour l'heure sommeil sous la neige en attendant l'arrivé prochaine au printemps d'une future couvée.

SAM_8962 SAM_8964

Il suffit de gratter un peu le manteau neigeux pour faire quelques découvertes. Bien qu'il neige et gèle depuis quelques temps, la terre est "chaude" à cause du travail de l'humus. Dans celle-ci on trouve les réserves des écureuils et des oiseaux pour l'hiver comme cette noisette intact ou les rhizomes de plantes en sommeil comme celui-ci qui appartient à un plant de ficaire.

P1010632 SAM_8946

Les tramètes versicoles sont une fois de plus toutes enneigées. Elles semblent avoir définitivement choisies pour couleur l'orangé.

SAM_8943

Malgrès le froid, le gel et la pluie, ces solides champignons de bois aux propriétés médicinales (ici) seront bel et bien là au retour du printemps.

P1010524 P1010525

La buse variable elle ne change pas ses habitudes prédatrices. Du haut de son repère, elle observe les moindres mouvements sur la neige avant de fondre sur sa proie. Souris, mulots, rats et mêmes lapins ne sont pas à l'abris de son regards perçant. Néanmoins elle ne rechigne pas à se nourrir aussi de passereaux ou de charognes.

P1010512 P1010541

Le rouge-gorge tient son nom de sa tâche rouge vif disposée sur sa gorge. Il a un régime alimentaire vaste, il n'hésite pas à se nourrir d'insectes que de graines ou de baies. Il migre l'hiver, les spécimens d'Europes du nord migre en Europe du Sud, ceux d'Europe du Sud descendant au Maghreb. Ainsi à la fin de l'automne etl'hiver les rouges-gorges de nos jardins français son majoritairement anglo-saxons!

P1010513

C'est un oiseau très territorial qui n'hésite pas à s'attaquer aux autres espèces d'oiseaux de faible taille qui l'entoure pour être sûr de s'appropier les ressources. S'il se trouve face à un congénère, le combat peut durer plus d'une heure, le but étant de clouer l'ennemi à terre à l'aide de coups de pattes, de griffes et d'ailes.

P1010577 P1010579

Quel désarrois. En début d'après-midi, voilà que trois chevreuils traversent le champs puis le jardin coursés par un chien de chasse. Le temps de me saisir de mon appareil photo, les voilà disparut dans les champs alentours, il ne reste à vous montrer que les traces laissés dans la neige. Même expérience durant l'après-midi précédant avec un énorme sanglier sur le bord de route que nous avons prit plaisir à observer sans pouvoir le photographier, l'appareil photo étant resté au foyer. Je crois bien qu'il y a des instants faits pour être mis sur papier glacés,d'autres pour rester dans nos têtes comme des souvenirs précieux et éphémères.

P1010526 P1010527

La mésange charbonnière est un joli petit oiseau au ventre jaune, à la tête noire et blanches et aux ailes bleues et olives. La mésange quand elle chante zinzinule. Cet oiseau grégaire est insectivore, mais ajoute volontier l'hiver à son alimentation graines et fruits. 

P1010648

C'est un oiseau paisible que l'on trouve partout en Eurasie, au Maghreb et au Moyen-Orient. Elle glane la majorité de sa nourriture sous l'écorce des arbres mais aussi, et contrairement aux autres espèces de mésanges, sans trop de gène au sol et parmi l'herbe haute. 

SAM_8979 SAM_8982

Vrai festin pour les oiseaux l'hiver, les baies d'églantiers (dont on retrouve les vertues ici). Passées premières gelées, la chair des baies devient molle et douce, ce qui rend aisée sa consommation.

SAM_9007 SAM_8986

Ces rosiers sauvages supportent très bien le froid et restent vert, mêmes lorsque les fortes gelèes et les températures négatives se font resentir. 

SAM_9008

Ainsi les oiseaux font-ils bons usages des fruits. Les graines des baies, tombées par le biais des fientes dans la neige, vont végéter jusqu'au printemps avant de s'enfoncer dans le sol et se développer. 

SAM_9122 SAM_9123

N'oublions pas que samedi soir, nous fêtions les fête des lumières. Voilà un coutume propre à notre cher Dauphiné. Les illuminations sont connus pour le spectacle de son et lumière qui égaies les murs de la ville de Lyon. Pour les dauphinois, du moins autrefois, c'est le jour de la commémoration de la grande peste de 1643.

SAM_9130 SAM_9133

 A cette date la France subit ce fléaux de plein fouet. Marchands évêques et simples habitants de la ville jure de rendre hommage chaque 8 décembre à la Vierge Marie tant que la maladie ne franchissait pas les portes de la cité. Voeux et prières furent entendus, et les lyonnais furent sauvés. Depuis, dans le Dauphiné, chaque soir de 8 décembre les habitants illuminent leurs fenêtres de lampions en souvenir et en hommage de la Sainte Vierge. Comme de nombreuses fêtes,celle-ci a en grande partie perdue sa connotation religieuse. 

P1010523

Autre oiseau qui avec ses congènéres a envahit le jardin, l'étourneau sansonnet. Sa remarquable habilité à s'adapter à l'espace humain fait de lui un nuisible. Prisé par les chasseurs, on le cuisine comme de la grive.

P1010475P1010477P1010480P1010481

Les étourneaux sansonnets ont un plumage noir au reflet bleu-violacé, moucheté de plumes blanches-beiges. En Europe du Sud ils sont sédentaires et se ressemble en "petits" groupes d'une centaine d'individus. Les individus du Nord, de Russie et d'Asie migrent en grands groupes de plusieurs milliers d'individus vers les pays chauds de l'Afrique. 

P1010568

Dissimulés dans les branchages enneigés, ils sont invisibles au regard des prédateurs et des chasseurs. Il existe une dizaine de sous-espèces d'étourneaux sansonnets au plumage plus ou moins variant mais dont les pratiques sont les mêmes.

P1010469 P1010470

Néanmoins ils sont très utiles aux agriculteurs, en particulier dans l'agriculture biologique où ils se régalent des chenilles, des pucerons et de tous les parasites des récoltent, mais tel une nuée de sauterelles, ils peuvent dévaster les vergers (en particulier les cerisiers) et les champs céréaliers à maturités.

P1010467 P1010537

Très bruyant, est nommé mainate du pauvre car il a la capacité d'immiter une grande variété de bruit comme le son du téléphone, l'eau qui bout ou de siffler une mélodie simple. Il ne faut pas se fier à sa bonnemie, agressifs avec les autres espèces, ils n'hésitent pas à s'emparer de leurs lieux de nidification.

P1010551

En voilà un petit groupe qui attend sagement dans les noyers que l'animation dans la maisonnée se calme pour venir becter contre la façade les baies de la vigne vierge qui a perdu toutes ses feuilles. 

P1010604 P1010607

Les lianes sont en graines depuis un long moment, et malgré la neige, elles ne daignent pas quitter les branches et tiges qui les portent. Quand l'air se fera sec, les chatons de la plante s'envoleront au grès du vent. 

SAM_8882 P1010590

C'est sous forme de grosses grappes bleues que les baies de la vigne vierge de la façade se présentent. Toxiques pour l'homme, ils font le bonheur des oiseaux: merles, étourneaux et mésanges s'y pressent.

SAM_9038

Sur les autres façades de la maison, moins exposées à la vie humaines, les volatiles ont effectué une vraie razzia. Pas la moindre baie à se mettre sous le bec.

P1010508 P1010509

Autres maîtres de ces lieux, les merles noirs. Discrets et peu sociaux, ils se regroupent l'hiver en petite communauté, ce qui provoque quelques prisent de bec au sens propre comme figuré. Ici il s'agit de deux femelles, qui se distinguent des mâles par leur gorge brune, leur ventre gris et leurs ailes, têtes et bec marrons. Beaucoup plus difficiles à observer que les mâles, elles sont plus prudentes et s'approchent moins de l'habitation.

P1010506 P1010501

Les mâles quand à eux sont entièrement noir avec un bec jaune vif. Néanmoins, il n'est pas rare de croiser des individus albinos ou en partie blancs. Le merle noir est un oiseau agressif qui défend ardemment son territoire. Il est omnivore et mange tout ce qu'il peut trouver: escargots, graines, fruits, insectes et mêmes parfois petits reptiles et amphibiens. On dit du merle qu'il siffle, flûte, appelle ou babille. Il est même possible de lui enseigner quelques airs sifflés. Ainsi il y a une dizaine d'année, mon père avait donné l'habitude à un merle noir sauvage de venir face à ma fenêtre siffler en coeur avec lui l'air de la marseillaise. 

P1010520

Les merles sont fidèles, bien qu'une étude montre que 17% sont adultères. La femelle pond 2à 6 oeufs bleu-verts. Les petits naissent au bout de 2 semaines. Au bout de 10 à 20 jours ils quittent le nid sans savoir voler, en rampant sur les branches. C'est à ce moment là qu'ilssont le plus vulnérable. Si vous trouvez un juvénille à terre, il suffit de le saisir avec un tissu propre ayant le moins possible l'odeur humaine et de le poser sur une branche touffue et haute. Ses parents à l'aide de ses cris seront le retrouvé. Méthode testée et approuvée. Au bout d'une semaine ils sont autonomes et s'envolent. Un même couple peu avoir jusqu'à trois couvées dans l'année. Souvent confondu avec la grive, lui est chassé. L'an dernier environ 900 000 individus ont été tués. Il rentre dans la composition de préparations culinaire comme le pâté de merle corse. 

SAM_9023 SAM_9024

La neige n'est pas tombée partout. Sous la vieille remorque de bois ou dans les interstices des murs, toute un monde végétal lutte. A gauche, la fougère mâle et les géraniums petits robert s'appanouissent, abrités du froid. A droite, la chélidoine ou herbe à verrues que son suc jaune irritant soigne fort bien, s'est invité dans les fissures et les trous du murs. Cela ne l'habritera pas très longtemps.

SAM_9027 SAM_9030

Voici la fausse capillaire, une fougère qui "fleurit", du moins relâche ses spores de mars à octobre. . Le froid commence à la toucher, les feuiles des bouts commence à noircir et à gommer les jolis motifs blancs sur celles-ci. Elle tient son nom de "capillaire" de la finesse de ses racines. Dans la médecine des "signatures", on l'utilisait pour soigner le cuir chevelu du fait de la ressemblance. 

SAM_9032

Et fidèle au poste, la mousse, qui contre vents et marrées, reste accrochée aux aspéritées du mur. 

SAM_9020 P1010592

Ah! quel plaisir de fouler la neige. La neige, comme la boue autour des mares, et l'un des meilleurs "outils" pour détecter quels types d'animaux peuplent le jardin. A gauche, l'éternel chat à fait sa trace, à droite le merle de ses petits bonds a laissé un trace furtive. 

P1010596 P1010623

A gauche, un humain ,enfin une humaine pataude, à droit mystère, un oiseau plutôt lourd qui se serait enfoncé facilement dans la neige, peut être un faisan ou une faisan qui sont courant près des maisons à cette période. 

P1010484P1010589P1010609

Autres oiseaux à travers ces petits passereaux. Ils me sont inconnus bien qu'ils soient courant. D'ordinaire cachés dans la végétation,ils ne sont pas perturbés par les allés venus depuis la maison. 

P1010588

En voilà un autre qu itient compagnie à un gros étourneaux sansonnet.

P1010628 P1010536

Il fait froid et il neige mais cela ne dérange pas les champignons qui sont toujours plus inventifs pour trouver de nouveaux territoires à conquérir.

P1010538 P1010540

En tout cas j'en connais une qui ne serait pas dans les dernières pour goûter un petit étourneau rôti ou un bon gros pâté de merle. 

P1010539

Les doux regards n'y font rien, Noël ou pas ça restera croquettes pour tous. 

SAM_8890 SAM_8893

Autre volatile local, le grand corbeau. Rare au printemps et pendant l'été où on observe que quelques individus solitaires, il descend en grands groupes à la mi-automne dans notre coin de Valdaine où noix et noyers sont envahis. Animal très intelligent, il utilise la route pour casser les noix: ils les déposer sur le bitume, attendent qu'un véhicule roule dessus, s'empare de leur bien puis s'envolent. On a aussi vu ses oiseaux attirer des loups, des coyotes ou des ours vers des carcasses pour que ceux-ci les leurs ouvrent. Robustes, certains spécimens ont été observé depuis l'assention de l'evrest à 6 500 mètres d'altitude. 

SAM_8915 SAM_8913

Décidément, la belle de nuit, à gauche qui l'été donne de délicates fleurs qui ne fleurissent que la nuit et la gerbe d'or, à droite, qui donne une multitude de petites fleurs jaunes foncées, ne sont pas décidées à donner leurs graines.

SAM_8909SAM_8908SAM_8907

L'avancée du jardin, où se trouve le vieux noyer qui servait de support à notre balançoire quand nous étions enfants, a prit son manteau blanc. Sous celui-ci sommeil un magnifique tapis de perces-neiges, de violettes et de primevères multicolores qui nous enchantent chaque années. 

P1010630

Petit sapin est devenu grand. Désormais, il ne nous ait plus possible d'enrouler la guirlande lumineuse des ans passés autour de lui. Majestueux, il ne se laisse pas apprivoiser.

P1010613 P1010616

Qu'elle est blanche cette neige qui recouvre tout, aussi bien le champs à vache que la vieille source qui trône au milieu de celui-ci et abrite grenouilles, salamandres et tritons l'été. 

P1010601 P1010598

Il faut se faire à l'idée que les touffes d'herbes ne réapparaîtrons pas tout de suite.

P1010594

L'esprit divague face à l'étendue blanche. Soudain un mer immaculée battue par le vent se soulève, sa surface ondule et appel à la sérénité. 

SAM_8992 SAM_8996

Le lichen n'est pas toujours plat et collé aux troncs. Celui-ci est exubérant et même bien portant, il ne semble pas souffrir des glaçons qui se sont formés sur ses excroissances. Cueillit et séché, il sera utilisé en décoration ou en pot pourrit pour parfumer la maison. 

SAM_9000 SAM_9005

Les plantes médicinales luttent aussi, il est trop tard pour les récolter, il faudra attendre l'an prochain.A gauche la ciboulette sauvage, à droite et rougit par le temps, l'aigremoine.

P1010620

Le drôle de lichen jaune chatoyant du noyer devient doucement vert d'eau.

SAM_9014 SAM_9015

L'ambroisie d'Amérique n'a pas vu le coup venir et se retrouve forcée de se courber sous la neige. Résistante, elle reviendra en nombre l'an prochain et de par son pollen, provoquera de nombreuses allergies. 

SAM_8971 SAM_8991

Feuilles et graminées ne peuvent rivaliser avec la neige. Peu à peu la végétation se plie à celle-ci et adopte son teint glacé.

SAM_8950

Néanmoins tout le monde n'est pas au repos. Les rongeurs restent très actifs sous la couche de neige et trahissent leur présence de temps à autre en dégageant la sortie de leur terrier pour faire un rapide tour sur le manteau neigeux. 

SAM_9010 SAM_9042

La nature fait d'elle même de l'art. Le cadre blanc pour une feuille orangée ou les reflets à travers un stalactites de glace, tout invite à la contemplation. 

SAM_9044 SAM_8901

Le jardin doit prendre son mal en patience, d'ici quelques mois, le déjeuner se prendra de nouveau les matins de vacance la table en fer forgé et les lanternes seront allumées pour les soirs de veillées au près de la grande tente qui trônera de nouveau au fond du jardin. 

P1010625

Un ballon flottant oublié dans l'abreuvoir à vache à laissé une ouverture dans la glace. Tel un inuite, il ne nous reste plusqu'à tendre notre hameçon à travers se trou improvisé. 

SAM_8967 SAM_9018

La végétation reste pleine de surprise, que ce soit avec ce noisetier cannibale à gauche ou le buis à droite, qui malgré la neige reste d'un vert étincelant. 

P1010597 SAM_8904

Le paysage a prit un nouveau visage, à la fois paisible mais si on s'y penche d'un peu plus près, plein de vie, où les animaux sauvages sont plus facilement observables et où les belles rencontres animales prennent un cadre idyllique.

SAM_9035

Enfin, le plantain n'a pas perdu toutes ses graines. Légèrements laxatives pour l'hommes, elles sont une mine de vitamines et de graisses pour les iseauxqui en cette période en ont bien besoin. Elles finiront sur les fenêtre de la chambrés pour éviter les tracas causés par les chats.

SAM_9063

En Bonus et pour conclure, serez-vous retrouver l'étourneau sansonnet caché dans cette photo?

samedi 8 décembre 2012

Lichens en couleurs.

La neige n'a pas caché toutes les couleurs de la nature. Les lichens formes des tableaux colorés sur les troncs de noyers et de frênes. Ils renferment une substance du type amylacée mucilagineuse, la lichénine qui possède des propriétés médicinales. Certains peuples, du Nord particulièrement, les ont consommés sous forme de farine pour faire du pain et des gâteaux.  En Asie on l'utilise dans les soupes. En Europe, ils rentrent dans la composition d'émulsifants industriels.

Longtemps utilisés pour les problèmes de toux, la science a mit en évidence leurs propriétés antibiotiques, photoprotectrices, anti-inflammatoires, insecticides, photostimulatrices. 

SAM_8995

Les lichens sont apparus au Cambrien, du moins c'est de cette époque que dates les plus vieux fossiles connus de cette étrange formation.

SAM_8998

On parle de formation car les lichens ne sont pas un organisme à proprement parlé mais une symbiose entre un champignon et une algue (dans 90% des cas).

SAM_8994

En grec ancien le lichen s'écrit λειχἠν et désigne les plantes parasites. Rangés parmi la famille des mousses pendant plusieurs siècles, ils ont aujourd'hui leur propre classification.

SAM_8997

Ils connaissent trois modes de reproduction en fonction de leur espèce: végétative, asexuée et sexuée. C'est à dire qu'ils se reproduisent par dédoublement filamenteux, en s'auto fécondant ou en se fécondant mutuellement (présence de mâles et de femelles).

SAM_8999

Leur croissance est très lente, environ 1 mm par an. Ce sont de très bons indicateurs atmosphériques car ils captent et stock les éléments de l'air ambiant. L'analyse des vieux spécimens permet de connaître l'évolution du taux de carbone, d'azotes et de métaux lourds au fil des années.

SAM_9001

Ces organismes sont des plus résistants, en effet, en fonction de leurs espèces, ils peuvent survivre à des variations de températures incroyables (de -70° à +70°), des milieux ayant moins d'un pourcent d'humidité. Ils peuvent aussi stocker les sels minéraux nécessaires à leur développement complet et s'auto-réhydrater d'eux même.Plus incroyable encore, envoyés dans l'espace puis ramener sur terre, il semblerait que leur structure ne soit ni abîmée, ni modifiée malgré les UV purs, l'abscence d'eau, le froid extrême, le vide, les rayons ionisants ou l'abscence d'apesenteurs. 

SAM_8993

Il existe une dizaine de papillons qui se nourrissent de lichens. L'hiver, dans les zones semi-polaires et polaires mais aussi en Europe, ils permettent aux rennes, aux caribous, aux yacks, aux cerfs, aux chèvres sauvages, aux chevreuils ou aux chevaux sauvages de survivre. 

dimanche 25 novembre 2012

Le jardin aux couleurs de l'automne.

SAM_8726

Enfin la jardin ressemble à un jardin d'automne.Oublié la neige et le froid polaire, place aux feuilles mortes, au parfum de l'humuse et aux rayons rasants du soleil.

SAM_8528 SAM_8529

C'est aussi le moment où on reçoit chez soi, d'ici peu les fêtes de fins d'années et les grands rassemblement de famille auront lieux.

SAM_8531 SAM_8532 SAM_8543 SAM_8533

Bouquet de fleurs passées, quelques brins de berces séchés dans la grange, deux ou trois autres de monnaie des papes, un grand pot de fer ...

SAM_8530

...et le tour est joué.

SAM_8534 SAM_8545

Il ne reste plus grand chose des feuilles de la vigne vierge de la façade, mais c'est fruit sont à point pour les oiseaux qui en rafolent.

SAM_8560 SAM_8555

Les feuilles commencent doucement à tout recouvrir, comme la neige l'a fait précédemment.

SAM_8578

Et puis au milieu de tout ça, ils y a les chats.

SAM_8572 SAM_8573 SAM_8575 SAM_8579

Espiègles et malins, ils sont les premiers pour les espiègleries.

SAM_8567 SAM_8581 SAM_8570 SAM_8566

Par contre pour redescendre, c'est autre chose!

SAM_8599

Qui l'aurait cru, il reste de nombreuses fleurs. La lamier tacheté est fidèle au poste.

SAM_8602 SAM_8603

Seigneur pissenlit fait même une poussée timide. C'est un symbole de vie, de connaissance, de surprise, de naissance et de joie. Voilà de quoi égayer la saison.

SAM_8609 SAM_8610

Ce lichen jaune moutarde sur l'honorable noyer du jardin résulte, comme pour tout les lichens, du mariage heureux d'un champignon et d'une algue. C'est union peut donner une grande palette de couleurs et de formes.

SAM_8594

Avec le redoux, les étourneaux sont venus s'intaller pour quelques temps près du jardin pour profiter des dernières baies, noix et noisettes.

SAM_8597 SAM_8598

Gerbe d'or n'est décidément pas prête à laisser s'envoler ses chatons (graines retenues par des toupets de duvet), voilà près d'un moi qu'elle demeure sous cette état de coton.

SAM_8618 SAM_8619

Toujours sur le vieux noyer, une percée dans son tronc (à gauche) laisse s'échapper sa sève, odorante, peut collante et brune. A droite une autre espèce de lichen a prit place sur le tronc. Les lichens sont de bon indicateurs de la pureté de l'air, en effet ils supportent très mal la pollution.

SAM_8604

Mais il faut bien avouer que la plupart des plantes sont en graines.

1SAM_86452SAM_86303SAM_86484SAM_8651

Près et dans le potager, le constat est mitigée, l'arbre à papillon (1) et les framboises (2) sont passées. A contrario, le viburnum (3) et le photinia (4) sont en bourgeon et s'aprètent même à fleurir.

SAM_8659 SAM_8595

Les feuilles son tombées, la pelouse en est couverte, la terrasse et les marches aussi.

SAM_8700

Elles finiront comme leurs consoeurs sur le tas à composte.

1SAM_86112SAM_86263SAM_86384SAM_8709

Il est parfois difficile de différencier les divers plantes officinales de nos campagnes, surtout quand elles ne sont pas en fleurs.

1:l'épiaire des bois, appelée ortie puante, se reconnaît à la forme de ses feuilles lancéolées proches de l'ortie (mais moins découpées) qui elles ne possèdent pas de poils urticants. Lorsqu'on les froissent, elles dégagent une odeur désagréable qui au bout de quelques minute devient proche de celle du cèpe.

2:l'ortie est facilement identifiable, elle est urticantes en raison de ses poils crochetés qui se trouvent sur la face exposée des ses feuilles très découpées et allongées. La tige elle aussi a ces propriétés. Roulées sur elles mêmes, dans le sens contraire des poils, les feuilles peuvent être croquées crues sous les molaires sont être irritantes. Elles ont un goût d'épinard.

3:la menthe peut être confondue avec la mélisse officinale, cependant, ses feuilles sont légèrement moins découpées, elles sont plus alternes et surtout quand elles sont frottées, elles ont l'odeur caractéristique de la menthe.

4:la mélisse officinale, appelée citronnelle, à des feuilles plus grossièrement nervurées que la menthe et légèrement plus découpées, qui jaunissent plus facilement en leur extrémité. Lorsque l'on froisse les feuilles, elles dégagent une odeur de citron et de poivre dont les moustiques ont horreur.

SAM_8658 SAM_8723

Deux autres herbacées sauvage du jardin, qui au printemps et au début de l'été donne de jolies fleurs roses, le géranium petit Robert à gauche, et le lierre terrestre à droite qui est un bon comestible souvent jugé comme une mauvaise herbe.

SAM_8615

Et le lierre rampant revient incessamment se glisser dans les fentes des piquets de bois de la clôture.

SAM_8655 SAM_8656

L'activité mycologique est un peu au rabais ces temps -ci, néanmoins ont peut admirer encore de très beaux champignons comme ces russules de Sardoine, au pied rose vif, aux lamelles blanc-crème et au chapeau violet. Une explosion de couleur.

SAM_8640 SAM_8641

Les choux sont à terme est déjà sont-ils victimes des potages et autres gratins.

SAM_8633

Bref, la terre n'est pas encoreen sommeil, animaux et végétaux 'nont pas dit leur derniers mots encore.

SAM_8662 SAM_8664

Les insectes quoi que discrets sont visibles, que ça soit par leur sillons dans le bois comme à gauche, ou leurs sorties occasionnelles comme à droite avec ce jeune grillon sortie depuis peu de son oeuf qui ira se terrer pendant les froid de l'hiver avant de profiter des bons verres de terre (sa nourriture préférée) au printemps.

SAM_8684 SAM_8686

Et puis il y a dame chat, qui aimerait bien se régaler d'un petit étourneaux qui fait le guet parmi les feuilles mortes.

SAM_8715

Autre champignon à la fête, le coprin chevelu, appréciés des amateurs de champignons pour la finesse de sa chair.

SAM_8717 SAM_8718

Ces trois spécimens sont à point, ils sont jeunes, fermes et leurs chair et lamelles sont d'un blanc immaculé.Ils sont poussés si vite qu'ils ont gardé un chapeau de terre.

SAM_8719 SAM_8720

Avec le froid les mouches et les larves n'agressent plus les champignons qui sont donc peu véreux, c'est le moment d'en profiter!

SAM_8672

Il y a également les tramètes versicoles, qui elles ne sont pas comestibles à part si vous aimez manger du bois.

SAM_8674 SAM_8679

Cette semaine elles ont encore changées de couleurs, du marron elles sont passées par le bleu, le vert, le rouge, le blanc, mais néanmoins, elles restent fidèlement accrochées à leur souche de pommier.

SAM_8548 SAM_8728

Les roses essayent une timide poussées, contrairement à la lavande qui a bien compris que le temps des fleurs pour elle, c'est fini.

SAM_8730

Désormais il ne reste plus qu'à couper les branches mortes, charrier les feuilles tombée et à attendre l'hiver.


mercredi 21 novembre 2012

L'aubépine, le miracle du cheveu.

SAM_8490 SAM_8472

Ce soir, je vous propose un bon remède contre les cheveux patraques, blancs, fatigués par la pollution, bref, contre les tracas de vos jolies tiffes. Un atelier simple pour de bons résultats.

SAM_8278

L'aubépine est un arbuste qui forme de belles haies dans nos campagnes. Ces fleurs blanches sont mellifères (augmente la production de miel des abeilles). Ce sont elles que l'on utilise, de préférence fraîches, mais l'ensemble de la plante séchée comme on la vend en para-pharmacie fait l'affaire.

SAM_8456 SAM_8475 SAM_8491 SAM_8484

L'aubépine n'est pas toxique, même à forte dose, son utilisation régulière et fréquente est conseillée. L'infusion de la plante puis son application à froid comme eau de rinçage à pour effet d'empêcher les cheveux blancs de jaunir, calme les irritations du cuir chevelu, dégraisse les cheveux et les rends brillants.

SAM_8276 SAM_8277

Il est conseillé aussi de consommer la plante infusée pour ses vertus calmantes, cardio-toniques, ses oligo-éléments et ses capacités à décongestionner le foie. Ce ne sont que quelques uns de ses bienfaits reconnus par la médecine. A ce titre on peut facilement se procurer en pharmacie des gélules d'aubépine comme anti-stress.

Posté par Renarde alpine à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 9 novembre 2012

Après la neige, les fleurs.

Merci à ma petite mère pour m'avoir prêté son appareil photo, le men étant légèrement récalcitrant.

P1010321

La neige est partie, le soleil est revenu bien que le soleil reste gris et froid.

P1010220 P1010227

Soucis et asters ont déployé leurs jolis pétales même si ils se font rares.

P1010228 P1010224

Les roses d'hiver et notre "arbre à Mimi" nous donnent de belles couleurs.

P1010230

Il ne reste pas grand chose dans le potager, mais les choux ont bien grossi. 

P1010238 P1010311

Les fleurs sauvages s'en donnent à coeur-joie.

P1010237 P1010251

L'aigremoine à gauche est tout sec et lasse s'accrocher sur les poils des animaux ses graines touffues et crochetées. A droite le lierre, plante médicinale à ses heures, reste bien vert.

P1010270

Les baies d'églantier sont bonnes à ramasser , les premières gelées sont passées et certaines d'entre elles ont commencé à passer.

P1010271 P1010272

Pour les consommer, il faut les couper en deux, vider les graines, le "gratte-cul" qui sert à la confection du poil à gratter, retirer la peau puis les bouillir avec leur volume en sucre. Plus d'infos sur cette page: les bienfaits de l'églantier.

P1010285 P1010286

A ne pas confondre avec les baies d'églantier, celles de la liane. Le froid les a tout rabougri.

P1010223

Les grands corbeaux sont redescendus des montagnes pour une altitude où le temps et plus clément et la nature plus facile à trouver.

P1010253 P1010299

Il est temps de récolter certaines plantes pour leurs propriétés, comme la ronce à gauche pour son bois ou la chélidoine à droite pour son suc.

P1010235 P1010236

Le scarabée commun est ressorti de sa tanière en quête de nourriture.

P1010239

La pluie et la neige ont dévalé cette vieille coquille d'escargot.

P1010281 P1010276

Il existe une quinzaine d'espèces de bouillons-blancs tous aux propriétés semblables. Bien que la plus part des plants soient en graines, certaines fleurissent encore, comme à droite où ce spécimen à des petites pétales jaunes et un coeur rose vif. Pour plus d'informations: les bienfaits du bouillons-blancs.

P1010282 P1010294

D'autres fleurs sauvages, dont le lamier tacheté, une autre plante médicinale de nos contrée.

Les bienfaits du lamier tacheté.

P1010331

Les noyers sont des arbres très recherchés pour leur bois en ébénisterie ou pour leur production de noix. Ils ont la réputation d'être mauvais, cela vient de leur ombre dense qui peut vite refroidir la peau si on demeure trop longtemps sous celle-ci et provoquer un choc thermique quand on retourne au soleil. Le nom noix vient du fait que ces arbres sont gourmands en eau.

P1010258 P1010260

L'ascocoryne sarcoïde (drôle de nom) existe sous une forme sexuée ou asexuée.

P1010264 P1010263

Ces champignons sont gélatineux et d'un joli violine. Ils peuvent parfois atteindre 3 cm et former de grandes colonnies. Il n'est pas courant de les croiser.

P1010261

Ils sont non comestibles mais fort appréciable pour la vue.

P1010248 P1010225

A gauche les léoties lubriques sont de jolies champignons non comestibles car ils contiennent de la gyromitre. Sa couleur va du jeune orangé au vert olive. Ils sont gélatineux. A droite un nouvel inconnu.

P1010243 P1010244

Les tramètes versicoles ont prit des couleurs mais ont tenu bon face au froid et à la neige.

P1010327

Et en bonus un petit marasme des Oréades, un excellent comestible.

P1010246 P1010257

Les oiseaux regorgent d'ernégie, le nid des pics-épeiches a été rembourré de poils, de pailles et de crins, et au sol et sur les souches se trouve une multitude de coques de noisettes et de noix.

P1010268 P1010265

Drame dans le sousbois du parc, une tourterelle est passée sous la dent du chat.

P1010267

Celui-ci a été éfficace, ni os, ni chaire, il ne reste que les plumes.

P1010329 P1010334

La gerbe d'or c'est mise en sommeil est à complètement séchée. Bientôt les chatons s'envoleront.

P1010338 P1010344

Autres gammes de couleurs, des fleurs sauvages tout en blanc et en jaune.

A gauche une paquerette, à droite un plant d'onagre à grandes fleurs.

P1010290

L'ambroisie américaine est complétement séche, elle prend des teintes pourpres, dorées, jaunes, oranges, beiges et même argentées.

P1010315 P1010269

Petite arbre deviendra grand, comme ce chêne à droite qui dans de nombreuses années prendra la taille de ce noyer à gauche.

P1010310 P1010221

Le figuier (à gauche) n'a pas eu le temps de donner ses fruits, il se prépare à végéter. L'arbre boule de neige (à droite) passe progressivement du vert au rouge ocre.

P1010231

Le sol se pare de feuilles brunies.

P1010295 P1010296

Le buis centenaire a fini de fleurir, les bourgeons se préparent mais ne s'ouvriront qu'au printemps.

P1010233 P1010256

La terre se met en repos, les intempéries ont mis par endroits les bubilles à jour, ce sont des reserves du ficaire, que l'on retrouve ici: les bienfaits du ficaire

P1010337

L'herbe est rasse, les vaches ont mangé les derniers brins juteux.

P1010342 P1010345

Encore quelques fleurs du jardin encore.

P1010324 P1010325

Le lierre terrestre (à gauche) et les orties (à droite) ont colonisé le terrain, au printemps il faudra retourner la terre pour s'en débarrasser.

P1010247

Maître ver de terre laisse les traces de son passage.

P1010218P1010312P1010359P1010358

Drôle de couleurs que prend la vigne vierge, coupées dans leur processus de dépigmentation, elles tombent avant de devenir complètement rouges.

P1010357 P1010316

Certaines feuilles arrivent cependant à maturité.

P1010303

Sur certains des pends de la maison, les feuilles sont devenues complètement jaunes et sèches.

P1010305 P1010308

Les feuilles prennent ainsi des motifs ravissants...

P1010307 P1010313

... et se mêlent aux couleurs du pot.

P1010347

La mangeoire à oiseaux sera bientôt pleine.

P1010360 P1010361

Les courgettes rondes qui s'étaient muent en courge pour halloween pourrissent et font le bonheur de cet escargot.

P1010356 P1010217 P1010340 P1010232

Il y a bien d'autres nouveautés dans le jardin.

P1010309 P1010349 P1010352 P1010318

Les géraniums ont été mis à l'abris et les noix en filets.

P1010355

Bientôt la nuit se ferra plus présente et c'est à la lumière du feu que les journées d'automne et d'hiver se passeront.

 

dimanche 28 octobre 2012

Dans les prés 3.

SAM_7835

Vu que la neige fait rage ici, descendons un peu en pleine ou les flocons n'ont de prise sur le beau paysage.

SAM_7832 SAM_7806

Haut les coeurs, haut les couleurs! A gauche le phytolaque ou raisin d'amèrique, une plante toxique considérée par la commission européenne comme une peste végétale. A droite un bel et rare arbre aux baies bleus puis noires et aux sépales roses. Poppy, à l'aide, il me faut son nom.

SAM_7845 SAM_7864

Le lamier pourpre à gauche est une plante médicinale, dont on retrouve les propriétés ici

SAM_7825

La menthe sauvage est elle aussi une plante médicinale. Elles ont de nombreuses propriétés. Ainsi et pour n'en citer que quelques unes, elles sont toniques, stimulantes, antispasmodiques.

SAM_7846 SAM_7847

De drôles de graminées, qui fanées libèrent leurs graines à travers les huppes poilues qu itrônent au sommet de leurs tiges jaunies.

SAM_7857 SAM_7858

Et bien sûre, des champignons, avec ici la columelle, un excellent champignon au goût de noisette.

SAM_7861

Et le lierre, plante médicinale ou non? hé bien oui, notre ami lierre à de nombreuses propriétés, il entre même dans la compositions de crèmes pour lutter contre la cellulite.

SAM_7837 SAM_7848

C'est le moment de ramasser les jeunes pousses d'orties (comme à gauche).

SAM_7815 SAM_7828

Et les champignons continuent de croître... plus pour très longtemps.

SAM_7869

Le charme de la campagne ne réside pas uniquement dans sa faune et sa flore, les vieilles bâtisses y contribuent.

SAM_7844 SAM_7862

Autre découverte, un nid abandonné et une colonie d'armillaires couleurs de miel.

SAM_7852 SAM_7841

J'avais déjà rencontré le fusain d'Europe sur les hauteurs de Grenoble. Ici il est fort abondant et les capsules roses libèrent leurs graines dorées et orangées toxiques pour l'homme mais chéries par les oiseaux.

SAM_7836

La campagne se vide doucement, il est temps de profiter de ses dernières ressources.

lundi 22 octobre 2012

Le bouillon blanc.

SAM_4142

SAM_4143

SAM_4144

SAM_4145

 

 

Le bouillon blanc:

 

 

noms: fleur de grand chandelier, herbe du Saint Fiacre, verbsacul thapsus, verbascum thapsiformme Schra, blanc de mai, molène, oreille de loup, queue de loup, grand chandelier, cierge de Notre-Dame, bouillon jaune, bonhomme, herbe à bonhomme, bouillon ailé.

 

classification: famille des scrofulariaceae, plante herbacée. Il existe une quinzaine d'espèces de molènes, leurs propriétés sont semblables.

 

habitat: originaire d'Europe et d'Asie (puis introduit en Amérique du Nord et en Afrique). Dans les terrains incultes assez secs, les chemins, les cailloux, les talus ensoleillés ou les voies ferrées. On le trouve sur tout le territoire français, en Isère et dans les Hautes-Alpes. Jusqu'à 1400 mètres d'altitude.

 

description: elle peut mesurer 1 à 2 mètres grâce à sa tige épaisse. Ses feuilles sont larges, ovales et crènelées. A son sommet se forme des grappes inflorescences groupées ayant de larges fleurs jaunes (d'où le nom de cierge de Notre-Dame). Les fleurs sont en calices avec 5 divisions de couleur jaune, avec 5 étamines dont 3 très courtes. Le fruit est une capsule avec deux valves ayant de nombreuses graines. Les feuilles et la tige sont velues (poils laineux gris-blancs). C'est une plante bisannuelle (ayant un cycle chevauchant 2 années).

 

récolte: les corolles se détaches facilement et se ramasse dès juin jusqu'à septembre, il faut les faire sécher rapidement dans un lieu sec, aéré et chaud. Il faut ensuite les garder dans un récipient hermétique à l'abri de la lumière.

 

propriétés et utilisations: les fleurs et les feuilles séchées rapidement pour qu'elles ne brunissent pas. Le bouillon blanc est émollient (il relâche, amollit les tissus enflammés), anti-inflammatoire (léger), utile contres les affection tracbéobroncbiques (toux, catarrhes aigus et chroniques, asthme) et il régule le transit intestinal, soigne et calme les entérites, les diarrhées douloureuses, la cystite aiguë. On infuse les fleur à hauteur de 10g/L pendant 15 minutes avant de filtrer sur une étamine pour retirer les poils irritants (important et systématique dans toutes les préparations à base de bouillon blanc) pour soigner les affections rhinopharyngées et pour avoir des effets émollients. En consommer 250 à 500 ml par jours. Pour ce qui est des feuilles, en infuser 20g/L pendant 15 minutes et utiliser l'infusion en lavement pour les irritations de la muqueuse intestinale ou, en cataplasme dans les affections cutanées. Dans le domaine animalier, on l'utilise contre la jaunisse et la perte des poils dû à un grattement prolongé en infusion. Les feuilles cuites dans du lait et disposées sur les hémorroïdes ou les inflammations cutanées calme la douleur. Le lait obtenu est conservé, rendu tiède il soigne les gerçures.

Pour le sommeil: 30g de fleurs de bouillon-blanc, 20g de fleurs de coquelicot, 10g de mauve, 20g de tussilage (on ajoute le pied de chat, la guimauve et la violette pour obtenir l'infusion des 7 grandes). En plus de favoriser le sommeil, cette tisane calme la toux et facilite l'expectoration. En phytothérapie on la consomme sous forme de poudre, et en usage traditionnel on l'employait contre les verrues, les plaies abdominales et la goutte. On le déconseille pendant la grossesse et l'allaitement.

 

culture: dans les rocaille, dans le seul meuble. On sème à la volé les graines au printemps. On arrose les plants jusqu'à ce qu'ils soient robustes.

 

toxicité: il est ichtyotoxique (toxique pour les poissons) avec ses graines, qu'il ne faut pas consommer. Elles sont utilisées pour la pêche frauduleuse.

 

consommation: à certaines époques, les feuilles ont été fumées comme tabac.

jeudi 11 octobre 2012

Inventaire du jardin (dernier épisode).

Passage express dans le jardin hier matin, le temps de faire un petit inventaire de ce qui s'y trouve.

SAM_6268

Le lamier tacheté est une plante médicinale souvent confondue avec les mauvaises herbes.

lamier tacheté/lamium maculatum:

Le nom « maculatum » vient du latin « macula »: tache. Cette plante vivace aime les zones de demi-ombre, les sols frais, humides, l'humus riche sur argile ou limons. On la trouve dans les haies, lisières humides, les bords de chemins et les décombres. Les jeunes pousses peuvent être consommées et ont, dit-on un léger goût de truffe et de terre. C'estune plante médicinale connue pour être astringente, expectorante, tonique, dépurative, narcotique et vulnéraire. Ainsi les feuilles et fleurs sont utilisées à cet effet. En cas d'insuffisance hépatique les sommités sont préparées en infusion. Cette plante se reconnaît à sa tige carrée, haute de 15 à 80 cm. Les feuilles sont souvent tachées de blanc, les fleurs sont pourpres, parfois roses et le calice à 5 dents. Sa floraison est longue. On cueille les fleurs et les feuilles d'avril à septembre. En cuisine les jeunes pousses effeuillées sont proposées en salade crues ou cuites en légumes, ou encore en lasagnes ou en soupe, les fleurs comme décor. Très cultivé, il en existe un grand nombre de déclinaisons décoratives.

SAM_6284 SAM_6286

Dans cet article (ici), on retrouve quelques informations sur ce lamier ainsi que ces congénères jaune, pourpre et blanc qui sont également fort utiles.

SAM_6320 SAM_6321

La mauve sylvestre est une autre plante sauvage est médicinale qui aime envahir les potager et les zones abandonnées, sèches et/ou argileuses.

SAM_6322

Les fleurs sont un bon comestible qui se déguste dans les salades. Elles sont utilisées en médecine avec les jeunes feuilles pour leurs propriétés émollientes, cal­mantes, pectorales et laxatives.

SAM_6342 SAM_6329

Le petit robert sur la photo de gauche fait partie de la famille des géraniums sauvages. A droite, un plant de chélidoine, l'herbe au verrues (explication dans cet article: ici).

SAM_6331 SAM_6333

Le vinaigrier n'est pas vraiment sauvage, ni propre à notre flore locale, c'est un arbre importé d'amérique du nord.

SAM_6332

Avec son fruit (qui n'est plus en cette saison), on fabrique un très bon vin par massération. C'est un des premiers arbres à prendre sur ces feuilles de jolies teintes rouges-orangées.

SAM_6347 SAM_6348

Les dernières fleurs du jardin s'épanouissent en gros buissons (à gauche), pendant que les bulbes d'iris violets se mettent en sommeil.

SAM_6344 SAM_6338

Il sera bientôt trop tard pour ramasser les pommes et planter les bulbes.

SAM_6323

La vergerette est une plante aux petites fleurs blanches très abondante au début de l'été. Ses tiges fleuries sont diurétiques, anti-diarrhéiques, uricolytique  et anti-inflammatoires. On utilise cette planteen infusion ou sous forme de baume.

SAM_6285 SAM_6499

Il y a toujours quelques plantes et fleurs inconnues à découvrir.

SAM_6328 SAM_6330

La vigne vierge de la maison commence à son tour à se parer de rouge et d'ocre, malgré la pluie.

SAM_6306

La gerbe d'or a fini de fleurir, elle donne désormais de gros chatons. Elle est connue pour être diurétique, expectorante, antitoxique, antiseptique, pour lutter contre l'urée, les intoxications hépatiques et le cholestérol. On l'emploie aussi pour les oedèmes, les urétrites, la néphrite chronique, les calculs rénaux, l'hyperuricémie, la goutte, contre le sur-poids, la diarrhée, l'anxiété, l'hypertension, l'eczéma, les plaies et les ulcères de la peau, les dermatophytoses, les rhumatismes et les problèmes dermatologiques. Bref un vrai trésor dans votre jardin.

SAM_6345 SAM_6308

Il reste des kilos et des kilos de noix à récolter avant que les corbeaux ne sévissent.

SAM_6289

Les animaux comme les oiseaux ou les chevreuils déterent parfois dans leur recherche de nourriture des bulbes de perce-neige comme celui-ci qui se trouve dans le jardin. Ils ne les consomment pas car ils sont légèrement toxiques (voir ici).

SAM_6495 SAM_6269

Et dans le potager? Et bien la nature est un peu patraque, les plants de tomates fleurissent à nouveau (à gauche) et les courgettes semblent figées dans leur teinte jaune sans qu'aucun animal ne s'y intéresse, pas même les limaces.

SAM_6493

Il reste cependant pas mal de légumes à récolter, comme les choux qui portent toujours les séquelles des chenilles du piéride du chou (un tragique épisode dû à ces petites bêbêtes: ici).

SAM_6272 SAM_6274

Parmi les récoltes encore possibles, la menthe-fraise que l'on voit à gauche. Cette menthe comme son nom l'indique a un goût et un parfum de fraise. La blette, légumes d'hiver, va bientôt finir dans la marmite, avec un peu de tomate et de crème.

SAM_6273

Ce pied là par contre se porte moins bien, il fera le plaisir des limaces.

SAM_6519

Les champignons ne sont pas en reste.

SAM_6278 SAM_6279

 Il y a toujours autant de russules de Sardoine, à la couleur surprenante.

SAM_6280 SAM_6281

Sans oublier les lactaires délicieux, dont nous avons fait une belle récolte...

SAM_6438

... et une bonne poêlée!

SAM_6263 SAM_6259

Quelques petites exemples d'avant/après. Ici les corpins chevelus qui en trois jours ont changé de mine.

SAM_6326 SAM_6318

De même pour les vesses de loup qui ont relaché tout leurs spores.

SAM_6540

De nouveau cet étrange lactaire couleur saumon au lait blanc.

SAM_6464 SAM_6450

J'ai enfin trouvé (Victoire!), voici le lactaire à lait brûlant. Il est si âcre que l'on ne peut pas le consomer.

SAM_6481 SAM_6462

Le sol est couvert de dizaines de petites espèces inconnues. Il est difficile de se promener dans l'herbe humide sans en écraser quelques exemplaires.

SAM_6472

Une autre espèce inconnue fort élégante avec son pied transparent.

SAM_6314 SAM_6501

Un autre avant après, avec les armillaires couleur de miel, qui en quelques jours sont partis en décrépitude.

SAM_6527

 Et pour finir les dessous d'un étrange champignon au chapeau marron-gris et aux lames blanche. Cette expédition m'aura permis de mettre des noms sur quelques inconnus.