jeudi 28 avril 2016

Sortie dans les Calanques 10.

DSC04031

Petite promenade dans les Calanques de Marseille, à la limite du parc des Bruyères. C'est l'occasion de présenter quelques unes des plantes les plus communes que l'on peut croiser en cette période. En une heure de marche il est possible de voir pas moins qu'une trentaine de fleurs différentes, en voici une sélection.

 

La ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius).

 Ses feuilles évoquent les feuilles granuleuses de sauge d'où son nom. Bien que présent dans les Calanques ayant un sol de nature calcaire, il préfère les sols silicieux ce qui fait de lui une plante bio-indicatrice. Cela fait trois à quatre semaines que la floraison a débuté, celle-ci prendra fin aux alentours de la fin mai.

DSC04038 DSC03962DSC03974

 

Le ciste cotonneux (Cistus albidus).

Il est aussi appelé ciste blanc en raison de ses feuilles duveteuses blanchâtres. La couleur de celles-ci vient des minuscules poils qui les recouvrent. Ils ont plusieurs fonction comme celle de retenir l'eau que la plante évacue par évapotranspiration ou de la protéger des insectes ravageurs. Sa floraison est bien plus prolongée que celle de son cousin le ciste à feuilles de sauge : de début avril à fin juin. Cela viendrait du sol calcaire qui lui plaît.

DSC03929 DSC03951

 

Reconnaître les sauterelles.

Avec le retour de certains insectes, il faut revoir ses classiques. Le premier de tous est de faire la différence entre les sauterelles et les criquets. Tous deux appartiennent à la famille des orthoptères. On retiendra que les sauterelles ont les antennes plus longues que le corps et les criquets, aussi longues que leur tête.

DSC03896

 

L'ophrys de Forestieri (Ophrys Forestierii). 

Comme il est un peu long d'expliquer la complexité du groupe des ophrys bruns, je vous met un lien vers un de mes articles consacré à ces orchidées ICI. Pour revenir à notre ophrys de Forestieri, il en reste bien peu en fleurs à cette époque de l'année. Fait amusant, celle de droite abrite une des pucerons dans sa cavité stigmatique.

DSC03909 DSC03876

 

L'ophrys de la passion (Ophrys passionis).

Même topo que pour les ophrys bruns ... l'ophrys de la passion appartient à un groupe compliqué. On peut voir que sur celui qui se trouve sur la photo juste en dessous a été visité par un insecte pollinisateur. Le labelle est couvert des grains de pollen et la cavité stigmatique ne contient plus de sac à pollen, les pollinies.

DSC03888DSC03889 DSC03919

 

L'ajonc d'Europe (Ulex europaeus).

C'est un arbuste épineux de la famille des fabacées. Il était utilisé autrefois comme barrière naturelle pour protéger les troupeaux des prédateurs mais aussi, les hommes dans les hameaux et les villages des troupes armées ennemies. Il pu aussi être utilisé, quand les années étaient mauvaises, comme fourrage pour les bêtes.

DSC03835

 

La coronille naine (Coronilla minima).

Cette petite coronille fleurit de mai à juillet mais dans les Calanques on peut le voir en fleur dès le début avril. Elle dépasse rarement les 30 centimètres mais ne passe pas inaperçue avec ses jolies fleurs jaunes réunie en ombelle. Elle est présente sur une bonne partie du territoire français et se trouve jusqu'à 1600 mètres.

DSC04043 DSC03992DSC03995 DSC03994

 

Le narcisse douteux (Narcissus dubius).

Il reste quelques pieds de narcisse douteux en fleurs. En France, c'est dans les rocailles calcaires et méditerranéennes qu'on le rencontre, souvent en abondance (et tout particulièrement en Espagne). Dans la région, c'est le premier de tous les narcisses à fleurir. Certains rares individus sont parfois jaune pâle.

DSC03935 DSC03920DSC03856

 

La vipérine commune (Echium vulgare).

On pensait autrefois à tort que cette plante avait la capacité de stopper la progression du venin des vipères dans l'organisme. C'est une bisannuelle qui peut atteindre environs 80 centimètres de haut mais pour le moment, elle se présente sous la forme d'une grande rosette plaquée au sol avec des feuilles verruqueuses.

DSC03869 DSC03870

 

La globulaire buissonnante (Globularia alypum).

C'est une plante typique des garrigues qui se reconnaît à ses jolies fleurs en pompons bleues. Elle détonne par cette couleur vive aux milieux des autres arbustes. La floraison est actuellement sur la fin. On croise souvent dans les inflorescences des araignées postées à l'affût pour attraper les insectes. Les graines se disséminent par épizoochore, c'est à dire en s'accrochant au plumage des oiseaux ou aux poils des mammifères.

DSC04035

 

L'iris des garrigues (Iris lutescens).

Cet iris sauvage peut être jaune, violet, blanc ou même bicolore. On le reconnaît à sa petite taille et à sa période de floraison. Bien que populaire dans les bouquets de fleurs, il ne semble pas menacé et sa population reste stable hormis dans les zones très fréquentées par le public comme les sentiers de randonnée.

DSC03921 DSC03931DSC03925 DSC03926

 

L'aphyllante de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis).

Elle est connue pour son goût légèrement sucré et ses feuilles presque inexistantes qui se réduisent à de petites membranes le long des tiges qui évoquent celles des joncs. Elle a aussi la particularité d'être la seule plante composant le genre des Aphyllanthes. On la trouve parfois dans les desserts des grands restaurants.

DSC03980

  

L'euphorbe à feuilles en scie (Euphorbia serrata).

On la reconnaît à ses feuilles joliment dentées. Sa floraison, d'ordinaire, à plutôt lieu en mai mais dans le Sud, tout est un peu en avance cette année. Elle sert de pâturages pour une colonie de fourmis qui y élèvent une troupe de pucerons noirs dont le précieux miellat (excréments sucrés) leur sert de nourriture. 

DSC04040 DSC04042

 

Le mot de la fin.

Chouette petite ballade sous le ciel gris de Marseille. C'est un temps idéal pour admirer les fleurs et mon bien-aimé qui, en plein cours avec son CFPPA, taille les oliviers du parc et admire son travail. Désormais le temps va se faire plus chaud, de nouvelles espèces végétales vont apparaître et les insectes vont être bien plus présents pour le plaisir des oiseaux et des tarentes. Il se pourrait même que l'on trempe les pieds dans la mer.

DSC03864 DSC03866DSC03985


mardi 15 mars 2016

Plantes médicinales de Marseille.

DSC00852

 On ne le dirait pas à première vue mais Marseille est liée de par son passé aux plantes médicinales. Cela vient en partie de son statut de port qui depuis ses débuts reçoit les marchandises exotiques et précieuses du monde entier et de ce fait, les précieuses plantes pour soigner. Aujourd'hui les plantes médicinales sont de nouveau sur le devant de la scène. Entre science, nécessité et effet de mode, il est devenu courant de se les procurer.

 

L'herboristerie du Père Blaize.

Crée en 1815, cette herboristerie a été fondée par un certain Père Blaize (à ne pas confondre avec le père Blaize de Kaamelott) dont on ne sait que peut de chose (il aurait été guérisseur quelque part dans les montagnes de Haute Provence). Dans les innombrables tiroirs, on trouve une grande diversité de plantes médicinales entières, en poudre ou en morceaux destinées à soigner les malades ou à les accompagner vers la guérison.

DSC00752 DSC00754

DSC00751

Après avoir connue 6 générations continues, l'herboristerie du Père Blaize a été revendu. 

DSC00755 DSC00747

 

L'empreur, une institution.

 Il s'agît de la plus ancienne quincaillerie de France (fondée en 1827). C'est une entreprise familiale. Si aujourd'hui elle attire les foules pour les produits rétros et "authentiques" que l'on y trouve, on s'y rendait autrefois pour sa droguerie et les différents produits naturels qu'elle proposait. Fioles, pots et boacaux, éponges naturelles mais aussi bonbons pour les maux d'estomacs et sirops contre la fièvre et les rages des dents y étaient proposés. 

DSC00744 DSC00750

Le kit parfois pour aller pique-niquer et ramener le fruit de sa récolte dans la garrigue marseillaise.

DSC00748

 

Le Fort Saint Jean et le jardin des migrations.

Au Fort Saint Jean, on peut trouver un très beau jardin retraçant les plantes qui ont accompagnées les hommes tout au long de leur périple autour de la méditerranée. La plupart de ces plantes sont comestibles et/ou médicinales. C'est un bonne endroit pour s'entrainer à les reconnaître et pour apprendre leur histoire.

DSC00861 DSC00849

Le jardin des migrations donnent vue sur la mer. Une délicieuse odeur s'en dégage tout au long de l'année.

DSC00858

 

Le MuCEM et l'histoire des plantes.

Pour comprendre un peu mieux les plantes médicinales, le MuCEM attenant au fort est un très bon musée qui retrace l'histoire des peuples de la Méditerranée. De nombreuses expositions, conférences, projections et ateliers sont proposées en ces lieux sur ce thème ou sur des sujets se rattachant à celui-ci. 

P1070126 P1070129

 

Notre Dame de la Garde et son jardin.

En contre bas de l'édfice se trouve un jardin qui serpente le long de la paroi rocheuse. Bien qu'il ne soit pas exclusivement destiné aux plantes médicinales, on y rencontre beaucoup d'espèces locales ayant ce statut. On peut ainsi citer le romarin commun (Rosmarinus officinalis) ou le pistachier lentisque (Pistacia lentiscus).

P1070045

 

Le mot de la fin.

P1070082La mode (pour ne pas dire le business) du "tout naturel" me pousse souvent à me méfier des remèdes dits naturels. Néanmoins l'étude de l'histoire des plantes médicinales (cette discipline se nomme l'ethnobotanique) me passionne. Celle-ci est riche, elle est à mon sens essentielle pour comprendre l'histoire de l'Europe, des peuples et de nos pratiques passées mais aussi moderne pour tout ce qui touche à notre santé et au "bien être", bien loin des charlatans et des potions miracles. 

lundi 10 août 2015

23éme journées des plantes au Jardins d'Albertas (13)

P5230592

Le 23, 24 et 25 mai 2015, il s'est tenue dans les jardins d'Albertas (classé jardin remarquable) à Bouc-Bel-Air dans les bouches du Rhône, la 23ème exposition-vente de plantes rares et méditerranéennes. Il fait beau, il fait chaud, il y a beaucoup de choses à voir ... bref c'est parfait hormis peut être le prix d'entrée ...

P5230566 P5230569

P5230562 P5230585

Parmi les exposants, des fleuristes, des pépiniéristes mais aussi des créateurs de mobiliers, des artistes, des potiers, des sculpteurs ou encore des producteurs et des libraires. Tous sont nombreux et viennent parfois de loin comme de Belgique, de Paris ou du Sud de l'Italie. On croise même quelques isérois.

P5230572

En parlant d'Isère, nous tombons sur une sympathique association, Les croqueurs de pommes, que nous avons pu rencontrer au printemps de cette année (ICI) sur une autre foire aux plantes rares à Réaumont. Passionnés, ils ne manquent pas de faire quelques démonstrations de leur savoir. Ils sont présent partout en France.

P5230638 P5230644

P5230639 P5230640

Le protée Petit Prince (Protea cynaroide little prince) est originaire d'Afrique du Sud. Difficile à cultiver et à maintenir sous nos latitudes, il offre une floraison exceptionnelle d'avri à octobre. Il tient son nom de la figure mythologique grec Protée, le fils de Neptune. C'est aussi le nom d'un animal rare, le protée anguillard. 

P5230630

Quelques belles illustrations d'une artiste de renom ont prit place sous le pavillon. Parmi les 160 exposants c'est l'un des stands qui nous a le plus plut. Ses illustrations sont utilisées dans les tribunaux quand des botanistes se disputent la découverte d'une plante pour décider si celle-ci est une nouvelle espèce ou non.

P5230648 P5230647

P5230649 P5230650

Voilà une autre belle plante originaire d'Afrique du Sud, le "Leucospermum mardi gras tricolor". Il est très fragile, supporte mal le froid et les gelée, préfère les bords de mer et ne craint pas la canicule. Sa présence est tout à fait justifiée dans l'exposition, le sud de l'Afrique du Sud ayant un climat de type méditerranéen. 

P5230619

Les jardins d'Albertas sont des jardins à la française, c'est à dire très travaillés par l'Homme. Il présente des haies et des taupières de buis, des fontaines et des statues. Construis en 1650, il était autrefois rattaché au château de Marc Antoine d’Albertas dont il ne reste aujourd'hui que quelques ruines anciennes.

P5230607 P5230561

P5230558 P5230593

De nombreux titres sont attribués lors de ces trois jours aux meilleurs stands. Ainsi le prix du plus beau stand revient à la Pépinière Le Gac, celui de la rareté végétale à Nature et Tropiques, celui de la diversité au stand des roses anciennes du Jardin de Talos et le prix de l’originalité pour l’environnement de jardin à Vanina Mercury.

P5230666

Parmi les libraires, certains proposent des livres d'exceptions. Des ouvrages vieux de plusieurs siècles et coûtants plusieurs centaines d'euros. Ils ont été réalisés par les pères de la botanique moderne et actuelle. Certaines plantes ont changé de nom bien des fois, d'autres ont gardé ceux qu'elles avaient d'origine.

P5230678 P5230712

P5230671 P5230626

Bref, il y avait bien des espèces colorées et parfumer à découvrir. Certaines n'avaient pas encore été présentées au public, d'autres commencent à devenir peu à peu courantes dans les jardins et chez les fleuristes. Il s'agît bien souvent d'espèces anciennes oubliées ou de plantes exotiques exigeantes et fragiles.

P5230594

Voilà de quoi occuper un après midi. L'an prochain l'expo se tiendra de nouveau. Accessible facilement
en voiture, le jardin l'est tout autant en bus depuis Marseille et Aubagne où il ne faut pas compter plus de
de 3 ou 4 euros pour faire le voyage aller-retour. En somme, une foire à visiter.

P5230716 P5230723