dimanche 1 janvier 2017

Destination Bretagne : la côte par Plougrescant.

DSC04486

Plougrescant, voilà un nom bien breton. Cette petite ville se trouve au nord de la Bretagne et est longée par la Manche. Elle est connue pour ses plages et sa côte de granite rose que nous avons eu le loisir de visiter juste avant la tombée de la nuit. Nous avons été impressionnés par la capacité qu'a la mer de se retirer sur plusieurs centaines de mètres, nous faisant ainsi découvrir une faune variée. (Pour consulter les horaires de marée).

 

Une ville cotière.

Elle est surtout connue pour Castel Meur, une maison de pierre célèbre pour être encadrée par deux énormes blocs de pierre sur un minuscule îlot. Le centre de la ville s'étale sur le plat, au sommet d'une colline qui fait face à la mer. On y trouve de nombreux restaurants mais aussi beaucoup de boutiques de décoration.

DSC09438 DSC09454DSC09463DSC09466 DSC09478

 

Le chou marin (Crambe maritima).

C'est une plante parfaite pour s'essayer aux jeux de mots en tout genre ... C'est aussi une plante protégée qui a subit les désagréments des cueillettes incontrôlées mais aussi de l'urbanisation galopante des côtes. C'est une très bon légume oublié qui peut être cultivé chez soi mais qui ne supporte pas la conservation sur la durée.

DSC09492 DSC09500

 

L'huître creuse du Pacifique (Crassostrea gigas).

Cette huître Japonaise de grande taille a été introduite sur les côtes françaises dans les années 60. Rentable et bénéfique dans un premier temps, elle cause actuellement de gros problèmes environnementaux mais aussi au marché de l'huître. Sa reproduction et sa prolifération sont pour l'heure, complètement incontrôlées.

DSC04828 DSC04829DSC04869DSC04830 DSC04836

 

La patelle commune (Patella vulgata).

Elle fait partie des trois patelles présentes en Bretagne. Comme de nombreux coquillages, cette patelle (qui appartient aux bernicles) possède des tentacules au bout des quels on trouve des yeux archaïques. Elle broute les algues des rochers grâce à sa radula, une mâchoire dont les dents fonctionnent telles une râpe. Sa consommation par l'Homme remonte à la préhistoire. Elle peut être consommée crue ou cuite avec du beurre.

DSC09507 DSC09508

 

L'araignée de mer de la Manche (Maja brachydactyla).

Plougrescant a été pour nous l'occasion de nous familiariser avec les crustacés. Parmi ceux-ci on trouve l'araginée de mer de la Manche, l'un des plus gros crabes des côtes de la France métropolitaine. Celui-ci peut atteindre un poids de 3 kilos. C n'est que depuis 2008 que cette espèce n'est plus apparentée à l'araignée de Mer commune (Maja squinado) qui, d'après les analyses génétiques et des naturalistes, ne vivrait qu'en Méditerranée.

DSC09434 DSC09435

 

Le trouteau commun (Cancer pagurus).

Appelé crabe dormeur, il est l'un des crabes les plus connus. Très actif la nuit, on peut parfois assister à de grandes vagues de migration des femelles, en particulier les soirs de pleine lune. C'est un véritable charognard des fonds des mer qui nettoie le plancher marin des cadavres et des restes de proies de plus gros animaux. 

DSC09513DSC09514 DSC09515

 

Le crabe enragé (Carcinus maenas).

 C'est le plus commun des crabes de Bretagne et le plus facile à attraper. Souvent d'un joli vert émeraude, sa carapace peut aborder diverses couleurs comme le brun, le jaune ou le gris. De petite taille, il n'est que peut consommé hormis en sauce. Il se relève par contre être un très bon appât pour la pêche au gros.

DSC04766DSC04790 DSC04793DSC04781DSC04769 DSC04826

 

Le mot de la fin.

Après un après midi passé sur les quais, un petit passage tardif le soir même par les falaises de granite rose et, une chasse nocturne aux crabes, nous reprenons la route une toute dernière fois pour visiter la Bretagne avant de retourner dans notre petit appartement lyonnais. Nous prenons soin au passage de profiter des éternels hortensias bretons qui donne un caractère si particulier au bord de mer et aux maisons de pierre.

DSC04484 DSC09446DSC09439


jeudi 29 décembre 2016

Destination Bretagne : la forêt de Huelgoat.

DSC04270 - Copie

Nous voilà à Huelgoat. Traversé par un ensemble de rivières, c'est un véritable chaos de roches et de blocs qui forme le sol de la forêt et qui, au fil des siècles, c'est couvert de mousses et de fougères. Nous avons y passer une nuit, bercés par le chant des chouettes hulottes (Strix aluco) et  les gargouillis des torrents.

 

Une forêt magique.

Il y a de nombreuses légendes sur Huelgoat. Certaines sont anciennes, d'autres plus "touristiques". Néanmoins on ne peut pas lui retirer le fait qu'une certaine ambiance mystique plane ici. On peut ainsi tomber sur la Roche Tremblante, un énorme bloc de 137 tonnes qui repose en équilibre sur une autre roche et qu'il est possible de faire tanguer en s'y appuyant. Il deviendrait, à la nuit tombée, un lieu de festivité prisé pour de nombreux korrigans.

DSC09249 DSC09338DSC09397 DSC04429

 

Le chaos de la Vierge.

Appelé aussi ménage de la Vierge, cet ensemble de blocs à les pieds qui trempent dans la rivière d'Argent qui traverse la forêt. C'est là que l'on peut trouver une fontaine magique et qui pour certains, est l'une de celles que l'on rencontre dans le Graal. Cette fontaine merveilleuse apporterait vie et jeunesse éternelle.

DSC09264 DSC09409DSC09406DSC09275 DSC09281

 

Les petites oiseaux.

Ces milieux ouverts sont parfaits pour l'avifaune des espaces boisés. Outres les nombreux geais des chênes (Garrulus glandarius) que nous avons pu observer de près, beaucoup de petits passereaux peuvent être approchés sans mal. Ainsi la grive musicienne (Turdus philomelos) et le rouge gorge (Erithacus rubecula) figurent parmi les oiseaux communs de la forêt. L'abondance d'insectes des rivières explique leur présence.

DSC04351 DSC04339DSC04285 - Copie

 

Le gouffre du Diable.

La gorge granitique du gouffre du Diable porte ce nom depuis les années 1930. Celui-ci lui a été donnée dans le but de promouvoir le tourisme local en jouant sur des images à la fois romanesques mais aussi religieuses. Ainsi est née la légende selon là quelle cette cavité, où passe la rivière d'Argent, serait l'entrée des Enfers.

DSC09293 DSC09308

 

L'hépatique à large thalle (Conocephalum conicum).

 Les hépatiques sont des cousines des mousses (Bryophytes). Cette espèce apprécie les zones humides et soumises aux embruns d'eau douce comme ceux que peut dégager un torrent. Sa répartition sur le territoire français est disparate. Elle est absente dans certaines régions en raison de la perte de son habitat et de la pollution à la quelle elle est sensible même si dans certaines conditions elle peut avoir une fonction dépolluante. 

DSC04442 DSC04440DSC04439

 

La vallée du Fao.

L'action de l'eau aux fils des siècles a mit peu à peu à nu les roches granitiques qui forment la strate géologique de la forêt. C'est dans cette dernière que de nombreuses mines ont été ouvertes pour extraire la cérusite. On peut prafois tomber sur ces exploitations qui sont désormais fermées. Cependant il faut bien prendre garde à ne pas s'y aventurer pour ne pas déranger les populations de chauves-souris qui y vivent et ne pas se mettre en danger.

DSC09378 DSC09331DSC09363

 

La rivière d'argent.

 Cette rivière longue de 18 kilomètres tient son nom des mines argentifères la bordant d'où son surnom de "ruisseau de la mine" (Stêr Arc'hant). Par endroits il est possible de voir de vieilles ruines la surplombant. On pourrait alors y voir des châteaux et des donjons ayants subis les affres du temps après le passage d'un dragon.

DSC09370DSC09374 DSC09386DSC04425

 

Un peu de mycologie.

Que ça m'a manqué et quel plaisir de trouver quelques champignons !  À gauche il s'agît du bolet à beau pied (Boletus calopus), qui bien que beau n'est pas bon en raison de sa forte amertume. À gauche il s'agît de petites girolles (Cantharellus cibarius) trouvées dans la mousse totu au bords de l'eau. Un véritable plaisir.

DSC09395 DSC09366 - CopieDSC04293DSC09373 DSC09391 - Copie

 

Le mot de la fin.

Super nuit dans un cadre plutôt magique. Se promener tôt le matin, au lever du soleil, dans la forêt permet d'en voir un tout autre visage. Les nombreux charmes (Carpinus betulus) qui la compose forment un véritable écrin au dessus des chemins de randonnée. Bref, le temps de nous promener un peu dans le village, d'acheter du miel à l'apicultueur du coin (ses miels sont vraiment top), et nous revoilà parti une fois de plus pour le bord de mer.

DSC09417 DSC09324DSC09404

lundi 26 décembre 2016

Destination Bretagne : l'estuaire de Brest.

DSC09124

Petite nuit dans le camping bordant l'estuaire de Brest. Nous ne résistons pas à l'envie de sortir vers minuit pour observer la marée, phénomène que nous n'avions jamais vu auparavant mais aussi, pour traquer les crabes et admirer leur ballet nocturne. De cet expédition nous revenons les pieds couverts de vase. Après un somme bien mérité nous revoilà repartis au petit matin pour observer les oiseaux se nourrissant sur la plage.

 

La famille des Ardéidés.

Voilà un nom un peu complexe pour désigner tout simplement les hérons. On en dénombre neuf espèces en France. Ici il d'agît des deux plus communes ou du moins, les plus facilement reconnaissables, à savoir le héron cendré (Ardea cinerea) et l'aigrette grazette (Egretta garzetta). Les hérons sont des échassiers qui se nourrissent de poissons, d'amphibiens, de petits insectes, de rongeurs voire d'oisillons quand l'occasion se présente.

DSC09116DSC09123 DSC09168DSC09167

 

Gourmandises d'oiseaux.

La marrée est essentielle pour de nombreux oiseaux, elle leur permet de se nourrire et parfois de tomber sur des "gourmandises" comme sur ces huître creuses du Pacifique (Crassostrea gigas) à gauche, agglomérées les unes aux autres et dissimulées par les algues ou, sur ce flotteur de seiche. Nommé aussi os de seiche, il est riche en calcium et apporte des nutriments absents d'ordianire dans l'alimentation des oiseaux de vase. 

DSC09141 DSC09174

 

La grive musicienne (Turdus philomelos).

C'est un oiseau commun qui se plaît dans de nombreux habitats plus ou moins variés tel que les forêts, les parcs, les jardins et les haies. Très friande d'escargots, cette grive forme par endroit de véritables charniers comme ceux que nous avons pu observer autour de notre tente. C'est un bon moyen de repérer sa présence.

DSC04115

 

Le grand cormoran (Phalacrocorax carbo).

Le grand cormoran est l'un des seuls oiseaux marins à ne pas posséder de plumage imperméable. Cela lui permet de plonger plus rapidement et plus profondément pour attraper ses proies, à savoir des poissons. En contre partie, il doit le sécher régulièrement pour ne pas se voir couler, le risque étant que celui-ci se gorge d'eau.

DSC09222 DSC09224DSC09138

 

La vie de l'estuaire.

L'estuaire porte aussi le nom de Rade de Brest. Il s'engage dans les terre sur 180 kilomètres ce qui lui a valu le nom de mer d'Iroise. Sa richesse environnementale et sa biodiversité ont été très fortement impactées et aujourd'hui, ont été réduites à peau de chagrin. Néanmoins l'estuaire reste une zone de grande importance pour les oiseaux et fait figure de corridor marin pour de nombreuses espèces de poissons et d'athropodes.

DSC09166 DSC09140DSC09169DSC09215 DSC09208

 

La migration des hirondelles rustiques (Hirundo rustica).

Chaque année ces oiseaux entament un voyage spectaculaire qui peut s'étendre sur plus de 10 000 kilomètres pour se rendre dans des contrées plus accueillantes où elles ont la garantie de trouver les insectes dont elles se nourrissent mais aussi des températures plus clémentes. Le phénomène n'est connu que depuis 200 ans, auparavant on pensait que ces hirondelles passaient la mauvaise saison enfouies dans la vase des mares. 

DSC09115

 

La magie de la Bretagne.

De gros blocs de grès sur la plage, des herbiers denses au bord de l'eau, une vielle église à la quelle on peut accéder par le front de mer qu'à marée basse ... il faut dire que le lieu dégage une certaine magie. Selon les légendes locales, on pourrait voir à la nuit tombée des marins débarquer de navires fantômes sur cette côte.

DSC09151DSC09159 DSC09176

 

Le mot de la fin.

 Voilà une pause bien mérité qui nous a permit de découvrir la faune locale et surtout, le fonctionnement de cet écosystème fragile.  C'est aux alentours de 6 heure du matin que l'on peut faire les plus belles observations sur la plage si on ne craint pas de mettre les pieds dans la vase. Après avoir longé le long de mer pendant quelques jours, nous voilà repartis dans les terres pour découvrir un nouveau lieu emprunt de mystère, la forêt de Huelgoat.

DSC09239  DSC09161

vendredi 23 décembre 2016

Destination Bretagne : le parc botanique de Brest.

DSC03635

 Grosse étape au jardin du Conservatoire botanique de Brest qui est immense. C'est le tout premier conservatoire créé dans le but de mener des missiosn de préservations de la flore. Actuellement les efforts sont centrés sur les espèces menacées en particulier à l'étranger : Madagascar, Madère ou encore les îles Canaries.

 

Les grandes serres.

Chaque serre est un tableau et abrite sa propre flore. Milieux humides, désertiques, tropicaux ... il y en a pour tous les goûts. Je dois avouer avoir une petit préférence pour la serre aux plantes carnivores et celle dédiée à la flore de Madagascare qui est extrêmement belle et que je trouve propose une collection qui sort des clous.

DSC09022 

 

Agapetes x "Ludgvan Cross"

Ce bel hybride pouvant atteindre un mètre est issu d'Agapetes serpens et A. rugosa, deux espèces asiatiques particulièrement belles mais surtout, résistantes aux conditions climatiques extrêmes, en particulier aux températures faibles. La première vient de l'Hymalaya, la seconde du Népal. Sa floraison s'étale de mai à août.

DSC03502 DSC08999 DSC08998 DSC08997

 

 

Quelques plantes carnivores.

Je ne peux m'empêcher de vous présenter quelques unes de ces mystérieuses plantes. On les trouvent un peut partout dans le monde. Elles ont une alimentation carnée pour combler le manque d'azote de leur milieu. 

DSC09010 DSC09012

 Ainsi, dans l'abondante collection, on peut rencontrer Sarracenia rubra ssp. alabamensis, une sous-espèce de Sarracenia rubra que l'on trouve fréquemment en Amérique du Nord, en particulier dans certains états américains comme la Floride ou la Géorgie. Sa floraison comme celle de la plupart des Sarracenia est très particulière. Les fleurs présentent des pétales et des sépales modifiés qui leur donne une apparence discrète et unique.

DSC03516 DSC03520DSC03522DSC09006 DSC09007DSC03524

La collection accueille  également en son sein la droséra intermédiaire (Drosera intermedia). On la rencontre en France à l'excepté dans le Sud-Est et le pourtour méditerranéen, dans les marais et les tourbières. Elle se ratifie du fait de la disparaissions de son milieu qui ne représente que 0,1% du territoire français et qui bien souvent, est asséché. Si vous porter attention aux deux photographies la présentant, vous pouvez admirer l'un de ces proies.

DSC09008 DSC09009

 Encore une américaine ! La dionée attrape mouche (Dionaea muscipula) a transformée certaines de ses feuilles pour en faire de véritables prisons où les insectes piégés sont dissous lentement. C'est une championne de la longévité, cette dernière peut vivre plus de 20 ans dans son habitat d'origine, à savoir les tourbières à sphaignes. La disparition de ce milieu explique la diminution de cette population qui est considérée comme vulnérable. 

DSC09038 DSC09040DSC03569

 

L'impatiens à deux épreons (Impatiens bicaudata).

Cette plante originaire de Madagascar appartient à la grande famille des impatiens. En France on rencontre de nombreuses impatiens, toutes sont invasives et crées de gros dégâts dans notre environnement à l'exception de l'impatiente ne-me-touchez-pas (Impatiens noli-tangere) qu'il faut bien se garder d'arracher.

DSC03525 DSC03527

 

Le belvédère et ses fougères.

 Le belvédère est entouré d'immenses fougères tropicales et abrite même un pin Wollemi (Wollemia nobilis). Tout ce petit monde fait figure de reliques du passé. Ils figurent parmi les premiers organismes végétales à avoir coloniser la terre et, au carbonifère, à avoir servit d'abris pour les insectes géants qui peuplaient alors le monde.

DSC09004 DSC09005DSC09019

 

L'Ochagavia carnea (Ochagavia carnea).

 Cette plante est originaire du Chilli, où elle y est même endémique, et possède une floraison exceptionnelle (il s'agît ici du bouton floral). On la rencontre dans les zones désertiques aux températures élevées l'été mais au climat tempéré en hiver. Elle peut de se fait résister à de faibles températures (entre -7°C et -10°C).

DSC03508 DSC03510

 

La lavande à feuilles de fougères (Lavandula pinnata).

On la nomme également lavande de Madère ou lavande pennée. Elle provient des îles Canaries et celle de Madère dont elle est endémique. C'est une espèce particulièrement rare dans son milieu naturel qui a besoin de beaucoup de soleil. On en tire une huile essentielle précieuse pour lutter contre les insectes et les maux de tête. 

DSC03560 DSC03561DSC03557

 

La marsillée à quatre feuilles (Marsilea quadrifolia).

Voici une superbe fougère d'eau qu'il n'est pas courant de croiser. On pourrait penser au premier abords qu'il s'agît d'un trèfle ou d'une oxalis mais ses rhizomes ne trompent pas. Protégée en France, on peut la rencontrer dans les mares et les fosses où l'eau se fait stagnante. Dans certains pays, en particulier en Asie, elle est consommée. En Europe de l'Est et Centrale on l'utilise comme plante magique permettant de voir le monde invisible.

DSC09049 DSC09047

 

Le tison de Satan (Kniphofia rooperi).

Cette fleur flamboyante est originaire d'Afrique du Sud. Elle peut atteindre sans mal un mètre de haut et même les dépasser. Elle se plaît dans les sols secs, ne craint pas les fortes chaleurs et montre une certaine résistance aux embruns et aux températures basses. L'épi floral est composé d'une multitude des fleurs orangées et jaunes mesurant 4 centimètres de long et qui sont ponnilisées dans leur habitat naturel par des papillons de grande taille.

DSC09045

 

Quelques raretées du territoire français.

Le conservatoire permet d'observer de petits bijoux comme l'andromède à feuilles de podium (Andromeda polifolia) et le panicaut vivipare (Eryngium viviparum) que l'on ne peut observer que dans quelques stations françaises. Ces deux espèces rares et protégées entrent actuellement dans des plans de réintroduction. 

DSC09051 DSC09054

 

Le parc du conservatoire.

 Jusqu'au 13 novembre 2016 il y était possible d'observer de nombreuses oeuvres représentant des crabes et composants l'exposition "Abris côtiers". Il s'agit du travail de l'artiste Jérôme Durand, artiste issu de l'école des Beaux-Arts de Brest et très actif en Bretagne mais aussi à travers différents pays du monde comme le Japon ou le Cameroun. Personnellement j'aime beaucoup son travail qui est très poétique.

DSC03553 DSC03556

Le parc s'étale sur 30 hectares en divers tableaux dans un vallon ombragé traversé par un ruisseau formant par endroits des lacs puis se transformant peu à peu en torrent. Chine, Nouvelle-Zélande, Portugal ... là aussi il y en a pour tous les goûts. En quelques heures de marche, il est ainsi possible de découvrir les grands ensembles de végétation issus des quatre coins du monde. Un belvédère permet d'avoir une jolie vue sur l'ensemble. 

DSC03689DSC09083 DSC03891

 

Les oiseaux du parc.

Le parc abrite de nombreuses espèces d'oiseaux. On les rencontre un peu partout sur le territoire et on les considère souvent comme appartenant à la "nature ordinaire". Parmi celles-ci on rencontre les bergeronnettes des ruisseaux (Motacilla cinerea) et le rouge-gorge familier (Erithacus rubecula) qui se plaît dans les gunneras.

DSC09079 DSC03654DSC03672DSC09074 DSC09096

On rencontre également des grimpereaux des arbres (Certhia brachydactyla). Ce petit oiseau se reconnaît à son chant qui lui permet d'être différencié des autres grimpereaux. Son bec arqué lui permet de débusquer les petits insectes qui se cachent dans la mousse et les crevasses de l'écorce des vieux arbres.

DSC03849

On trouve les classiques canards colverts (Anas platyrhynchos) qui se plaisent dans la végétation abondante des diverses mares. On trouve également de nombreuses tortues de Floride (Trachemys scripta elegans) qui supportent les températures fraîches que l'on rencontre parfois sur la côte bretonne en hiver et au printemps.

DSC03796 DSC03799DSC03814

On observe également des laridés, à savoir des mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus) et toute la série des goélands présents dans la région (Larus sp.) qui sont attirés par les pique-niqueurs. On peut aussi voir de grands échassiers tel le héron cendré (Ardea cinerea) ou l'aigrette garzette (Egretta garzetta). 

DSC04060DSC09068 DSC09059DSC09070

 

La rhubarbe géante (Gunnera manicata).

Malgré son surnom de rhubarbe, cette gunnère géante n'est pas comestible. Elle nous vient dAmérique du Sud et en particulier des pays côtiers tel que le Brésil et la Colombie. Elle peut atteindre des tailles titanesques, jusqu'à 5 mètres de haut et 3 mètres d'envergures pour les feuilles voire 5 mètres pour certaines, un vrai record ! 

DSC03899 DSC03900DSC03903

 

L'azurite (Echinops ritro).

On le rencontre surtout dans les friches et les terrains ayant des substrats pauvres du pourtour méditerranéen. Il supporte très bien les embruns marins et les très basses températures mais ne tolère pas les sols humide et salins ainsi que le manque de soleil. Ses feuilles présentent ça et là des épines effilées et discrètes.

DSC03964 DSC03968

 

Le chou marin (Crambe maritima).

C'est une plante parfaite pour s'essayer aux jeux de mots en tout genre ... C'est aussi une plante protégée qui a subit les désagréments des cueillettes incontrôlées mais aussi de l'urbanisation galopante des côtes. C'est une très bon légume oublié qui peut être cultivé chez soi mais qui ne supporte pas la conservation sur la durée.

DSC09062 DSC09063

 

La démesure du parc.

Tout est démesuré dans ce parc, aussi bien la forêt de bambous, celle de fougères équatoriales, le chemin pour admirer les différents tableaux ou la liste des espèces qu'il est possible d'admirer. Traverser la palmeraie ou passer par dessus les cascades s'est s'assurer d'être dépaysé. C'est aussi un poste de choix pour les chasseurs de pokémons qui sont nombreux et se donnent rendez-vous chaque week-end pour partir en chasse.

DSC03700 DSC04000DSC03737

 

Le mot de la fin.

 J'ai adoré ce parc, en particulier la forêt de fougères tropicales. On se croirait dans le val sans fin. Enfin bref, super expérience et pour le coup je n'ai pas regretté que nous ayons atterri ici après que notre sortie en kanoé ait été annulée à cause du mauvais temps. Si vous souhaitez décuvrir le parc, je vous invite à consulter leur page.

DSC08988 DSC08991

dimanche 23 octobre 2016

Destination Bretagne : Belle Île en Mer.

DSC02913

Nous voilà partis pour Belle-Île-en-Mer. Le soleil c'est fait quelque peu discret pendant cette journée mais nous n'avons pas subit de grosses pluies. Faisant partis des îles de Groix, l'île est une des plus grandes de la côte bretonne au point de comporter quatre communes indépendantes en son sein.  

 

Sous la pluie de Bretagne !

 La Bretagne s'en tient à sa réputation. Notre séjour a été ponctué par des ondées de bruine et de pluie. Rien de grave, nous avons pu profiter de notre virée et chevaucher fièrement nos vélos. C'est une activité très populaire sir l'île. Autre fait à la mode, le porté de kawai. C'est peu glamour, je l'accorde, mais au combien pratique !

DSC03036 DSC03012

 

L'île aux chevaux.

 Nous avons été surpris de rencontrer énormément de chevaux sur l'île. Qu'ils soient nains, de monte ou de trait, on en croise dans tous les champs. Avant d'être très colonisée par les hommes, Belle Île en Mer était une vaste lande boisée. Depuis les arbres ont laissé place à des cultures en particulier du maïs et de l'orge.

DSC08592 DSC08611DSC08591

 

Les abords et les plages.

 Quelles sont belles les plages de Belle Île en Mer mais quelles sont dangereuses également ! Bien que très accueillants, les bords de l'île s'avèrent dangereux. Les tempêtes font rage dans cette partie de la Manche et hier comme aujourd'hui, il n'est pas rare que des naufrages y soient engloutis par les flots. Le dernier et plus marquant de ceux-ci reste celui du pétrolier de l'Erika en décembre 1999 qui déversa plus de 30 000 tonnes de fioul.

DSC08639

 

Le fucus vésiculeux (Fucus vesiculosus).

Cette algue brune de la famille des varechs est commune dans plusieurs mers du Nord, dans l'Océan Atlantique et dans l'Océan Pacifique. Elle se reconnaît en partie à ses flotteurs atypiques, les pneumatocystes, qui servent de bouée au fucus pour se maintenir à flot au plus près de la lumière du soleil qui filtre à travers l'eau de mer. Actuellement il est utilisé dans l'industrie pharmaceutique mais sa population diminue dramatiquement.

DSC03141 - CopieDSC08677 DSC08676DSC08675

 

Les algues vertes (Ulva armoricana).

Voici une des deux espèces d'algues vertes qui parfois provoquent des marées vertes quand elle se trouve en trop grand nombre : Ulva armoricana. On la connait aussi sous le nom de laitue de mer. On la trouve souvent sur les bords de mer car fragile, elle se fait souvent emporter par les courants marins violents. On peut également rencontrer un animal très particulier, l'actinie rouge (Actinia equina), une anémone de mer aux tentacules brûlants.

DSC08666 DSC08667DSC03144

 

Le goéland argenté (Larus argentatus).

Il diffère que très peu du goéland leucophée (Larus michahellis) dont il n'a été séparé que très récemment et sur le motif que le plumage chez les jeunes oiseaux qui sont dans leur deuxième année ont un plumage sur les ailes légèrement différent. La variabilité génétique de la population a elle aussi été retenue pour fait la distinction. 

DSC03221 DSC03125DSC03245DSC03109 DSC03119

 

La culture et l'architecture.

Belle Île en Mer s'inscrit dans la culture architecturale de Bretagne. Avec ses couleurs vives, ses maisons de pierres et ses hortensias, le tableau est complet. On y trouve même plusieurs phares typiques de la région dont le grand phare de Kervilahouen qui ce jour là, était plongé dans la brume. Il est même possible de le visiter.

DSC03156 DSC08600DSC03162

 

La criste marine (Crithmum maritimum).

Parfois appelée fenouil marin, la criste marine est une plante à fleurs discrètes et aux feuilles charnues. Réputée pour son goût de carotte parfumé (que je n'aime pas du tout), c'est une plante dont la cueillette est réglementée au niveau national. C'est également une espèce déterminante pour la constitution de certaines ZNIEFF.

DSC03232DSC08658 DSC08659DSC08660

 

Les oiseaux de l'île.

Nous avons pu croiser de nombreux oiseaux sur l'île. Les espèces y sont diversifiées en raison du grand nombre d'habitats présents sur le site et de son enclavement. Certaines espèces comme les grives (Turdus sp.) et plus particulièrement le merle noir (Turdus merula) évoluent dans tous les milieux et il n'est pas rare de les rencontrer sur les plages entrain de fouiller le sable pour se nourrir de vers ou chercher ce que la marrée a pu rejeter.

DSC02949 DSC02987DSC03099

 

Présentation de la végétation.

 On compte plus d'une vingtaine d'habitats sur l'île. De ce fait, et tout comme pour les oiseaux, on trouve une grande diversité d'espèces. Néanmoins, si on est tenté par la rencontre avec des espèces rares, il est recommandé de s'aventurer sur les bords de mer et les bars de mer. Attention ! Il faut prendre garde à rester dans les sentiers pour ne pas détruire l'environnement qui est particulièrement fragile (et aussi pour ne pas se blesser).

DSC03233 DSC03234DSC03235

 

Le panicaut champêtre (Eryngium campestre).

 Il est l'hôte d'un champignon assez recherché et délicieux, la pleurote du panicaut (Pleurotus eryngii). C'est un légume oublié, très consommé sous l'antiquité en particulier dans le monde grec. On l'utilisait parfois pour trouver l'amour à travers des plats gourmands et de filtres d'amour. Il est protégé dans certaines régions.

DSC08628 DSC08643

 

Les aiguilles de Port-Coton.

Ce sont de grandes roches marines érodées (des stacks) sortant tels des piliers hors de la mer. Les aiguilles font face à une minuscule plage qui ne peut être atteinte que par la mer. Cela assure une grande tranquillité pour les différentes espèces d'oiseaux marins qui vivent et s'abritent dans les anfractuosités des falaises.

DSC03192 

 

La végétation des bords de mer.

Quelle surprise pour nous de voir ces espèces poussant entre-elles ! D'ordinaire nous rencontrons l'immortelle commune (Helichrysum stoechas) dans les Calanques de Marseille et les fougères et la clématite des haies (Clematis vitalba) dans ma belle Isère. Le résultat donne un beau mélange, surprenant mais parfumé. 

DSC08649DSC08642 DSC08654

 

Le statice de Dodart (Limonium dodartii).

Protégé, on ne le trouve que dans quelques départements longés par l'Océan Atlantique et par la Manche. C'est une plante résistante qui a besoin de conditions très particulières, à savoir un sol pauvre en nutriments et avec une salinité élevée, un climat maritime fort, une humidité moyenne et une exposition au soleil importante.

DSC08661 DSC08662

 

Le mot de le fin.

Voilà une journée forte en émotions. Avec 30 km dans les pattes et les yeux pleins de merveilles, nous n'avons pas eu de mal à trouver le sommeil au chaud dans notre petit hôtel-restaurant de Lorient, Les pêcheurs, que je ne peux que vous recommander. Pour le prochain article, nous partons du côté de Pont Aven et de ses galettes.  

DSC08681

mercredi 21 septembre 2016

Destination Bretagne : Vannes.

DSC02788DSC08508DSC08503

 Vannes est une superbe ville médiévale. Située dans le Golf du Morbihan, elle est datée de l'an -56 av J.C. et a prit la forme que nous lui connaisons au Ve siècle ce qui en fait l'une des villes gallo-romaines les plus anciennes de la Bretagne. Entre temps la citée historique a connu quelques mutations mais a gardé son charme.

 

Les Vénétes et Darioritum.

C'est du peuple Vénéte que Vannes tient son nom. Concurrent direct des Pictons, ce peuple celte s'alliait parfois avec les autres tribus Armoricaines pour mener des campagnes militaires afin d'avoir le monopole du commerce et des ressources. Nommée Darioritum par les romains, elle jouait un rôle important dans leur conquête de la Gaule mais aussi de l'actuelle Grande Bretagne et permettait de rallier Lyon à Brest.

DSC08465 DSC08472DSC08473 DSC08488

 

Les hortensias (Hydrangea sp.).

Après pas mal d'attente, nous rencontrons enfin nos premiers hortensias. Ils ont la particularité de bien se plaire en Bretagne du fait du climat doux de la côte et de son ensoleillement particulier. Ils peuvent par endroit former de véritable buisson et parfois même des arbustes. C'est une institution que d'en avoir dans son jardin. 

DSC08486 DSC08523

 

L'histoire dans la pierre.

Du fait de son passé riche, la ville regorge de merveilles architecturales. Certaines réalisations peuvent détonner par rapport à ce que l'on trouve dans nos Alpes et pour cause, Vannes et sa région n'ont pas connu une occupation aussi forte que les peuples alpins sous l'empire romain. Cela explique en partie la magie de la ville.

DSC08524 DSC08479DSC02762DSC08480 DSC08520

 

Les lavoirs de la Garenne.

 C'est une attraction forte. Les lavoirs de la Garenne ne sont pas aussi vieux qu'on pourrait le penser. En effet, ceux-ci datent des années 1800 seulement mais leur colombage se fond parfaitement avec celui des monuments historiques de la ville. Destinés aux habitants, ils font partis aujourd'hui du jardin des pieds de remparts.

DSC08516

 

Le mot de la fin.

 Je n'ai pas grand chose de plus à dire sur Vannes (hormis que son bras de mer est superbe) et pour cause, la ville est ensorcelante et il me reste bien des choses à vous dire sur le reste de notre périple en Bretagne (en particulier vous présenter la flore atypique des bords de mer). Le soir même nous avons pu faire une halte parmi les dolmens de Carnac et les admirer au couché du soleil mais ça, c'est pour le prochain épisode.

DSC08515 DSC08533DSC08535

dimanche 4 septembre 2016

Destination Bretagne : Le départ.

DSC08267

Voici le premier article de cette rubrique "Road Trip en Bretagne" qui retrace notre voyage dans cette région de France si belle et si mystique ainsi que dans les villes et sites que nous avons traversé pour nous y rendre. Une quinzaine, si ce n'est plus, d'articles devraient dans un premier temps l'alimenter. Pour la peine voici les quelques rencontres que nous avons eu la chance de faire le jour de notre départ avant de prendre la route. 

 

Le blaireau européen (Meles meles).

Voici un jeune blaireau qui, trempé par la pluie, parcourt un champ à vache à découvert avant de trouver refuge dans la forêt la plus proche. C'est un mustélidé au même titre que la fouine, de furet et la belette. Il peut atteindre 90 centimètres pour 12 kilos qui font de lui la plus grosse espèce de son ordre. Il est connu pour former de grandes galeries où il vit en famille et où, parfois, il est accompagné d'une troupe de renards.

DSC08260 DSC08261

 

Oiseaux de campagne.

En campagne on peut voir de grands oiseaux sauvages ou non qui ne sont pas toujours très craintifs. Ainsi, on peut rencontrer dans les près humides et sans mal le héron cendré (Ardea cinerea) que l'on peut voir à gauche mais aussi des volailles comme ce superbe coq domestique (Gallus gallus domesticus) à proximité des maisons.

DSC08254 DSC08269

 

 Le chevreuil (Capreolus capreolus).

Voilà une rencontre peu ordinaire qui nous a ravi. Une femelle chevreuil accompagnée de deux petits. C'est assez rare d'observer un trio tel que celui-ci, il y a fort à parier que la femelle a eu deux petits ce qui est peu commun ou alors, qu'elle en a adopter un second, ce qui est plus que rarissime. Bien qu'ils aient un pelage d'adulte, les deux faons présentes à l'arrière des flancs quelques tâches blanches discrètes, signe qu'ils ont environ un an.

DSC08245DSC08262 DSC08265

 

Le mot de la fin.

Voici un article aussi bref que les rencontre que nous avons fait. Il faut y voir une petite introduction à notre voyage dont certains articles seront beaucoup fournis et dont le tri photo et la rédaction me donne déjà des sueurs. En attendant, ci-dessous voici deux petites photos qui retracent plutôt bien notre épopée culinaire.

DSC08274 DSC08282