jeudi 2 mars 2017

Visite de l'Île de la Table Ronde avec le SMIRIL.

DSC02858

 Voilà l'une de nos nombreuses sorties du jeudi. L'Île de la Table Ronde se trouve au Sud de Lyon. Elle s'étend sur 10,5 kilomètres de long et sur 2 kilomètres de large. Elle est soumise à un APB en raison de la richesse de sa biodiversité. Depuis plusieurs années, elle est gére par le SMIRIL. Cet organisme mixte a pour mission depuis les années 95, de valoriser et réhabilité le Rhône et ses lônes dans le département du même nom. 

 

Carte d'identitié.

Elle s'inscrit dans un ensemble d'îles remarquables pour les espèces qu'elles abritent, en particulier le castor (Castor fiber) et de l'épipactis du castor (Epipactis fibri). Ainsi elle se rattache de par sa nature à l'île du Beurre, à l'île de la Platière et à l'île de la Chèvre. Actuellement une campagne de ramassage des tontes de l'automne est menée, elle sera bientôt suivit d'un chantier de coupe, en partie sous tutelle de notre classe.

DSC02818 DSC02956DSC02963

 

La pleurote pétaloïde (Hohenbuehelia petaloides).

Ce champignon se plaît à pousser sur les souches et parfois sur les troncs morts enfouis dans l'humus. Il n'est pas courant de le rencontrer, généralement il se développe en touffes de quelques individus. D'ordinaire on le trouve en été et en automne mais il arrive qu'il pousse au court de l'hiver. Néanmoins je n'ai pas vraiment au le temps de me pencher sur ces spécimens, l'identification est comme toujours, à prendre avec des pincettes.

DSC02958 DSC02959

 

Le rouge gorge (Erithacus rubecula).

C'est un oiseau territorial et sur l'île ils sont nombreux, au point de se donner en spectacle à quelques mettre de nous. Peu farouche, certains suivent les promeneurs. C'est un animal insectivore qui pendant les périodes de froid se rabat sur les baies et les graines, en particulier d'églantier, d'if, de sorbier ou de cornouiller.

DSC02931DSC02946 DSC02947

 

Les orchidées de l'île.

 Le SMIRIL en collaboration avec la SFO a dénombré pas moins de 24 espèces d'orchidées sur l'île de la Table ronde. Néanmoins certaines espèces sont observées de manière ponctuelles et n'ont été cochées qu'à une seule occasion, tel que l'épipactis du castor et l'ophrys frelon en 1995 ou la dactylorhize de Fuchs en 1996. D'autres ont disparu avec l'évolution du milieu, en particulier la listère à feuilles ovales (Neottia ovata).

DSC02879 DSC02881

 

La petite prairie et ses mares.

La petite prairie abrite un ensemble de mares pédagogiques creusées par le SMIRIL. Elles présentent chacune un faciès particulier avec sa faune et sa flore. Ainsi on observe une phragmitraie, des massettes, quelques sphaignes et une flopée de dytiques (Dytiscidae), de petites insectes voraces et rapide comme l'éclair.

DSC02886 DSC02884DSC02864DSC02892 DSC02893

 

Le mot de la fin.

Voilà une première visite bien sympathique de cette île. D'autres visites sont programmées et j'ai hâte de connaître plus en profondeur ce territoire, en particulier ses lônes, bras du Rhône en retrait du fleuve, et où l'on peut observer le castor et le martin pêcheur (Alcedo atthis). Pour avoir un aperçu du travail que nous menons au sein de notre formation, je vous invite à regarder la petite vidéo à la fin de cet article.

DSC02873 DSC02826


dimanche 17 avril 2016

Les animaux de ma campagne.

DSC03721

 Je suis ravie de vous présenter cet article où cette fois vous allez y trouver beaucoup d'animaux et quelques plantes (ce qui change un peu). Ma campagne est une zone peu urbanisée ce qui permet de voir et d'approcher des oiseaux et des mammifères d'ordinaire méfiants. Il me faudra encore quelques séances d'entrainement pour arriver à photographier les renards, les martres et les hermines mais je ne me décourage pas.

 

Le pinson des arbres (Fringilla coelebs).

Sur ces cinq photos on ne voit que des mâles. Leurs couleurs chatoyantes les différencient des femelles qui, pas moins timides que leurs turbulents confrères, ont un plumage plus discret qui les dissimulent dans l'herbe et les feuilles. Ils se nourrissent des graines et de petits invertébrés souvent à ras le sol ou sur les branches.

DSC03716 DSC03454DSC03475DSC03478 DSC03476

 

Le tarier pâtre (Saxicola rubicola).

Il existe énormément de races/sous-espèces de ce petit oiseaux aux moeurs variés. Certains couples vivent unis à l'année sur un même territoire qu'ils défendent avec ardeur. D'autres sont migrateurs et ne s'aiment que le temps d'un été. Présent dans tout l'hémisphère Nord et même en Afrique Centrale, le tarier pâtre se plaît dans une multitude de milieux et n'est pas regardant sur son régime alimentaire qui se compose d'insectes.

DSC03480

 

Le verdier d'Europe (Chloris chloris).

J'aurais aimé vous montrer quelques photos de cet oiseau vert qui se montre bien trop vif pour moi. J'ai cependant quelques minutes d'enregistrement de son chant mélodieux que je publierai bientôt. En attendant vous avez un aperçu du milieu qu'il affectionne : les arbres en lisière de bois mais aussi les parcs et jardins.

DSC03459 DSC03461

 

Le chevreuil (Capreolus capreolus).

C'est un petit cervidé qui ne dépasse que rarement les 35 kilos. Son pelage varie en fonction de la saison et de son environnement. Ce jeune mâle est en pleine mue, ses bois se développent et son pelage se fait plus ras et plus brun. C'est entre juin et juillet que le rut à lieu . Il faudra attendre mai de l'année suivante pour voir la chevrette mettre bas. Les faons se dissimulent très bien dans les prés, ils deviendront mature au bout d'un an.

DSC03713 DSC03717DSC03714DSC03724 DSC03727

 

L'art de faire son nid.

 Les nids sont très importants et pas seulement pour les oiseaux et leurs petits. Ils permettent de déterminer quelle espèce se trouve dans le secteur même si on ne la voit pas et plus important encore, s'elle nidifie. Pour certaines espèces ces informations sont précieuses car elles permettent d'estimer la taille de leur population.

DSC03436

 

Le lac de Saint Sixte.

Il a bien reprit du poil de la bête depuis cet hiver et on y voit beaucoup de poissons, bien que certains tirent un peu la tête comme ce pauvre gardon (Rutilus rutilus). Bientôt il sera vidé pour être curé. Les épaves de voiture quitteront son fond et les carpes, tanches et brochets pourront y reprendre une vie plutôt paisible.

DSC03505 DSC03509

 

Une cache pour les créatures de la nuit.

 Les grands creux comme celui-ci formé dans le tronc d'un vieux chataignier et couvert de polypode (fougère) sont des abris plus que bienvenus pour les rapaces noctures et les chauves-souris qui y trouvent refuge. Autrefois abbatus systèmatiquements, les vieux arbres troués ont retrouvés leur place dans nos paysages.

DSC03368 DSC03369DSC03370

 

Festival de plumes.

Dans un grand arbre on peut trouver une multitude d'espèces. Certains oiseaux sont très sociables, ils n'ont pas de mal à vivre avec quelques voisins voire, à faire preuve de coopération avec eux. Certains passereaux niches avec les grands corbeaux qui protègent leurs nids pendant qu'ils exercent comme sentinelles.

DSC03416DSC03419 DSC03424DSC03425 DSC03423DSC03409

 

L'hellbore fétide (Helleborus foetidus).

Chaque printemps je ne peux m'empêcher d'en faire des tonnes en vous parlant de cette plante, mais je l'aime tellement ! Elle porte une multitude de noms : rose des serpents, griffe de lyon, patte d'ours, pied de griffon, mords au Diable, herbe aux fous ... elle a été gâtée par nos enciens. Sa mauvaise odeur va de pair avec sa toxicité. On l'utilisait autrefois pour soigner la folie mais le remède s'avèrait plus terrible que le mal.

DSC03385 DSC03384DSC03383 DSC03382

 

Différencier les rapaces.

 Il y a encore peu, dés qu'un rapace au ventre clair passait au-dessus de moi, je m'esclamais "Buse !" ... les choses sont cependant un peu plus complexes que je le pensais. En France on trouve énormément de rapaces diurnes qui de temps à autre passent tranquillement au dessus de nos têtes. Sur la première photo il s'agît d'une bondrée apivore (Pernis apivorus) et sur la deuxième d'une buse variable (Buteo buteo).

DSC03408DSC03483

 

Le rouge-gorge familier (Erithacus rubecula).

Il porte bien son nom de familier. On le croise partout à proximité des habitations humaines, dans les parcs et les jardins. Il aime aussi les forêts boisées et les taillis. Curieux, il va jusqu'à frapper aux carreaux des maisons. En fonction de la saison il se nourrit de petits insectes, de graines et parfois de quelques baies.

DSC03696 DSC03700DSC03768

 

Le polypore du bouleau (Piptoporus betulinus).

Pour fêter le printemps il me faut bien vous présenter quelques champignons (au passage nous avons trouvé nos premières morilles !). Bien que non comestible car trop coriace sous la dents, sa chair a un goût acidulé pour les plus courageux qui s'aventure à la mâchonner. Il était utilisé par Cro-Magnon comme vermifuge pour les hommes et les bêtes. Aujourd'hui encore on l'emploit à ces fins pour les animaux en Europe de l'Est.

DSC03681 DSC03683

 

La sittelle torchepot (Sitta europaea).

 C'est un joli oiseau vif et pas bien gros qui figure parmi les rares bêtes à plumes à descendre les branches et troncs d'arbres la tête la première grâce à ses longues griffes et ses pattes musclées. Cet insectivore possède un chant bref qui est parfois confondu avec celui des mésanges, des moineaux et autres passereaux. 

DSC03707

 

Les observateurs.

 Certains sont curieux, d'autres gourmands, mais rares sont ceux a ne pas être captivés par les petits oiseaux et gros mammifères. L'affût est le meilleur moyen de les observer mais demande un bon emplacement, un peu de camouflage et surtout, beaucoup de patience. Au final ça finit bien souvent par payer.

DSC03503 DSC03431DSC03485

 

Le faucon crécerelle (Falco tinnunculus).

Ce petit faucon est commun en France et s'observe sur les cimes des arbres et des pilonnes électriques. Ici il s'agît d'un mâle car il possède un plumage bleu-grisé sur la tête et la nuque. Nous avons la chance d'avoir actuellement un couple qui s'est installé à quelques mètres de la maison. Quand les petits seront autonomes, le couple se séparera. Les faucons crécerelles sont solitaires et défendent avec vigueur leur territoire.

DSC03735 DSC03740DSC03742DSC03752 DSC03779

 

Le grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes).

C'est un oiseau très discret qui n'est pas facile à observer. Il se nourrit de noyaux et de graines qu'il casse avec son bec puissant. Dans notre jardin, les noisettes, les vieux restes de fruits et en particulier de cerises l'ont attiré. Il migre de manière partiel et forme, à la période de nidification, de petites colonies dans les arbres. Les petits sont nourris pendant environs une trentaine de jours avant de devenir indépendants et de quitter leurs parents.

DSC03762 DSC03766DSC03757

 

Le Rougequeue noir (Phoenicurus ochuros).

Ce joli mâle a revêtit son plumage nuptial. Ses plumes sont d'un couleur intense pour mieux plaire aux femelles.
Il apprécie les zones d'éboulis et les rochers pour nicher mais aussi les bâtiments modernes et les vieilles bâtisses. Nous avons la chance d'en avoir plusieurs couples dans les vieux murs de notre grange.

DSC03770 DSC03772

 

La bergeronnette grise (Motacilla alba).

C'est un oiseau fort commun et pas timide pour un sous que l'on reconnaît à son plumage gris, noir et blanc ainsi qu'à sa démarche sautillante. C'est une mangeuse d'insectes infatigable que l'on voit souvent picorer les larves et les scarabées. Elle est présente sur tous les continents hormis en Amérique du Sud et Afrique du Sud.

DSC03778

 

L'étourneau Sansonnet (Sturnus vulgaris).

C'est un bel oiseau au plumage irisé à cette période de l'année. Son chant est mélodieux et il est capable d'immiter d'autres sons comme les klaxons, ou les sonneries de téléphones et même, le chant d'autres oiseaux comme celui des merles. Pour ce protéger des prédateurs il vit le plus souvent en de grands groupes.

DSC03786 DSC03788DSC03785 DSC03787

 

Le grand cormoran (Phalacrocorax carbo).

Quelle belle surprise sur le quai de gare de la petite gare voisine, un vol de sept grands cormorans. Il possède la même aire de répartition que la bergeronnette grise dans le monde mais est bien plus inféodé aux lacs et rivières. Long temps chassé et repoussé aux côtes marines, il revient peu à peu dans le coeur des terres.

DSC03791

 

Le mot de la fin.

Voila quelques uns des habitants de ma campagne. Il sont bien plus nombreux que cet article a pu le montrer. Bientôt les feuilles cacherons les oiseaux dans les arbres mais dans les prés les herbes hautes accueilleront les premiers faons. Il nous faudra être attentifs et discrets pour les observer sans les déranger.

DSC03515DSC03463 DSC03668DSC03676

mercredi 30 janvier 2013

De part ma fenêtre.

P1020174

Il fait froid, il fait mauvais, on tousse, on crache bref, on est malade. Alors pas question de sortir se balader, ni d'entreprendre des expéditions dans les bois accidentés, tout au plus un rapide tour dans le jardin et surtout, un long affût derrière la fenêtre pour tenter de photographier les furtifs oiseaux du jardin avec l'appreil de ma chère môman.

P1020184

Un petit nouveau est arrivé dans le jardin ces derniers jours, l'accenteur mouchet. Semblable au moineau, il a la tête bleutée et le bec fin. Dans nos régions il est sédentaire et adopte un régime alimentaire assez varié, grand amateur d'insectes à la douce saison, il se nourrit de baies et de graines l'hiver.

P1020228 P1020200

Les habitus eux sont au rendez-vous. Tout comme leur nouveau voisin l'accenteur mouchet, le rouge-gorge (à gauche) et le pinson des arbres mâle (à droite) ont prit l'habitude de picoter les graines tombées au sol pendant que les mésanges plus habiles vident le filet. Étonnant, le rouge-gorge semble bien tolérer la présence d'autres oiseaux. D'ordinaire c'est un guerrier territorial défend hardiment son territoire, mais celui-ci n'en fait rien et partage son repas sans dire mots.

P1020209 P1020231

Autres habituées, les mésanges. Ici la mésange bleue (à droite) et la mésange charbonnière (à gauche), qui forme des escouades de deux ou trois individus pour chasser sa voisine bleue de l'air de repas. En France il existe 7 espèces de mésanges: la mésange bleue, la mésange charbonnière, la mésange à longue queue, la mésange boréale, la mésange noire, la mésange huppée et la mésange nonnette.

P1020284

Près d'un mois après sa mise sur pied, la cabane est toujours aussi verte! Lierres, houx et sapins ne semblent pas vouloir déverdir.

P1020287 P1020290

A quelque pas de la maison, sur l'énorme sureau dont on ne dénombre plus les années, une belle colonnie d'oreilles de judas, plus connues sous le nom de chmapignons chinois ou champignons noirs, a élu domicile dans la mousse et les restes d'écorces glacées.

P1020289

Après un bon nettoyage et un rapide séchage de sur papier pendant quelques jours à température ambiante, elles rejoindront les soupes et les rôtis de porcs.

P1020297 P1020302

Un papillon de nuit c'est égaré dans une des chambrés et a fini tout... desséché. Au vu de ce qu'il en reste et de la forme des ailes, il devait s'agire d'un papillon de la famille des Noctuidae. Ses écailles ont de très beaux reflets verts et dorés.

P1020272

Bref, pas de grandes sorties ces derniers jours.

 

samedi 29 décembre 2012

Un jardin plein de vie.

P1010793

Quel vilain temps! on passe du soleil à la pluie et on ne sait à quel saint se vouer pour s'habiller. Néanmoins certaines choses restent immuables dans le jardin. Les oiseaux sont fidèles au poste.

P1010658 P1010659

Les étourneaux sont toujours là, un peu moins nombreux, mais toujours autant tentés par les baies de la vigne-vierge qui serpente sur le mur de la maison.

P1010853 P1010860

Avec l'hiver, les feuilles tombent et laissent les se découvrir les trésors des arbres, comme à gauche avec ce geai des chênes au sommet du vieux châtaignier ou à droite avec ce nid de pie dans le merisier.

P1010868

C'est vrai, le temps est fluctuant, mais cela permet au ciel de revêtir ces plus beaux apparats de bleus et de blancs.

P1010872 P1010875

L'herbe est verdoyante, même le vieux pommier couvert de gui reprend des couleurs.

P1010863 P1010893

Le lamier tacheté, qui, à force que je le croise n'est plus présenté ici, perdure encore et toujours. Pour les amateurs de médecine sauvage, c'est un bon médicament toujours disponible quelque soit le temps.

P1010850

Autre source de bien-être pour les amateurs de soins naturels, la mousse, qui selon l'espèce peut apporter une aide complémentaire en vitamines ou dans le traitement des problèmes de peau. 

P1010796 P1010797

Pour les hortensias figés par le froid, il y a peu de chances de voir les graines donner à leur tour des fleurs, celles-ci ayant été gelées avant d'avoir pu finir de se développer ou de germer. Restes les têtes fanées qui donne au jardin un petit côté rétro.

P1010791 P1010792

Bref, il ne faut pas désespérer de trouver des couleurs dans la végétation alentour, il suffit de se pencher pour admirer les colories des feuilles et autres tiges des plantes herbacées persistantes.

P1010879

Soudain, une ombre fluette apparaît dans le ciel. Après quelques piqués, elle se stabilise et vole en surplace, en agitant les ailes frénétiquement. Ce vol est appelé "vol du Saint-Esprit". Voici le faucon crécerelle, un petit rapace de nos campagnes.

P1010880 P1010878

Appelé Émouchet ou Criblette, on le trouve toute l'année en Europe du Sud et au Nord du Maghreb et du Moyen-Orient. C'est un prédateur au régime alimentaire très varié: oiseaux, insectes, grenouilles, rongeurs ou lézards, rien ne lui échappe.

P1010825 P1010830

Autre sa technique du "vol du Saint-Esprit" pour repérer ses proies, il lui arrive de se poser au sommet d'un arbre ou d'un poteau électrique comme ici pour faire le guet. Quand il chante, on dit qu'il réclame. Ici il s'agit d'un mâle car sa tête et sa queue sont gris-bleutés. 

P1010799

C'est aussi dans le jardin qu'a eu lieu un terrible combat entre un corbeau et une buse variable. Il est courant de voir des corbeaux attaquer ainsi des buses pour leur voler leurs proies. Mais ici seul il ne semble pas faire le poids face au rapace.

P1020066 P1020059

Un autre habitué de ses lieux, le pic épeiche. Ici il est affairé à discuter avec sa douce perchée sur le noyer d'à côté en tapant du bec le bois dur pour communiquer ou en picassant avec de petits cris brefs.

P1010894 P1010896

La mésange charbonnière n'est pas en reste, attirée par les graines accrochées aux arbres, elle prend bien garde aux chats qui guettent en bas et qui aimeraient ajouter un peu de viande à leur menu.

P1020047

Cousine de la mésange charbonnière, la mésange bleue, qui elle n'a pas pas la tête noire mais bleue, d'où son nom. C'est une sédentaire qui aime garder son territoire.

SAM_0307 SAM_0310

Voilà un bien drôle de champignon de bois, semblable aux tramètes, il est épais et tout poilu! Si on l'admire par en dessous, on croirait presque voir des oreilles de judas.

SAM_0325 SAM_0331

D'autres champignons aux couleurs et aux formes variées sont apparus sur les troncs abattus, mais pas de pleurotes en forme d'huïtre cette fois-ci.

P1010786

Pas de changement du ôté des tramètes versicoles depuis la dernière visite qui leur a été faite.

SAM_0344 SAM_0336

Sur les vieilles souches, de drôles de formes orangées, presque semblables à de la moisissures ont pris place. 

SAM_0337 SAM_0339

La schizophyllume commune est un petit champignon qui devient de moins en moins communs dans nos contrées. Il semblerait avoir plus ou moins été consommé dans certains coins de France, mais sans grand intérêt gastronomique. On le trouve partout sauf en Antarctique.

P1010946

Les grands corbeaux continuent de temps à autre de prospecter en grand nombre les feuilles au pied des noyers. Quand un heureux chanceux trouve une noix, il fait de nombreux envieux, aussi bien congénères que voisin comme ici ce petit pinson des arbres qui ne s'aproche pas trop mais guette la moindre miette tombée.

P1010982 P1010981

En général, quand un trophé est trouvé, il vaut mieux s'éclipser discrétement pour ne pas attirer les jalousies et casser la croûte tranquille.

P1010995 P1020024

Mais dès que l'alerte est donnée, c'est le branle bas de combat pour chiper ou garder un bon repas. Chez le grand corbeau, il faut savoir ruser pour manger en paix.

SAM_0369

L'hiver, c'est aussi la période où les oiseaux font le ménage. Ici les restes d'un nid un peu abîmés ont été bazardés au sol pour être remplacés.

SAM_0366 SAM_0372

Et si on écarte un peu les branches des pommiers japonnais et les tiges piquantes des ronces, on découvre la demeure en ménage.

SAM_0362 SAM_0364

Dans la vieille souche qui sert de mangeoire à la buse variable, quelques restes et ossements on été mis de nouveaux à jours, tout comme la chrysalides d'un insecte nécrophage à gauche.

P1020029

Le rouge-gorge commun a trouvé les boules de graisses disposées un peu partout autour de la terrasse, et règne sans partage, chassant moineaux, pinsons et mésanges qui s'en aventure tout près, avant que le merle vient remettre un peu d'ordre chez le petit despote.

P1020041 P1020045

En parlant du pinsons des arbres, envoici un jeune mâle, reconnaissable à son plumage gris sur la tête et le ventre rosé. Il se différencie du mâle qui à la caboche bleutée et le poitrail bien plus rosé. Il raffole des invertébrés et des graines.

P1020086 P1020088

Voilà un petit passereau que je n'ai pas identifier et qui aime venir embêter les moineaux.

P1020078

Et puis voilà le roi du jardin, le merle. D'ordinaire plutôt solitaire, c'est en groupe d'une dizaine d'invidus qu'ils prennent plaisirs à retourner les feuilles des noisetiers et des noyers pour trouver pitance. A la moindre alerte, ils s'envolent.

SAM_0412 P1010936

Mais on ne peut pas dire que la menace soit des plus dangereuses, surtout quand on voit qu'oiseaux et chats sembleraient partager le même régime alimentaire à base de boules de graisse et de graines.

P1020032 (2)

Des fois nos charmantes boules de poils sont... désespérantes.

mardi 11 décembre 2012

Les oiseaux du jardin.

SAM_9057

Les feuilles sont tombées et les arbres se trouvent à nu. La neige a recouvert la végétation .C'est le moment d'observer les oiseaux qui dans les hautes branches guettent les graines et les baies.

P1010459 P1010460

Le pic épeiche est très répandu dans notre contrée. Il est joliment bigarré de rouge, de noir et de blanc se qui le rend facilement identifiable. Ici il s'agît d'un mâle car il n'a pas la tache rouge caractéristique de la femelle à l'arrière de la tête.

P1010461 P1010463

Depuis 1981 cette oiseau insectivore est protégé sur le territoire français. On ne peut détruire son nid, sa couvée ou un individu, de le perturber ou d'en posséder sans risquer une sévère amende si on est prit en flag.

P1010462

On dit de ce pic qu'il picasse ou pleupleute quand il chante. Il émet des notes brèves et détonantes ou sèches. Pendant la période des amours, il tambourine. C'est aussi à cette occasion que l'on peut assister à de très beaux vols nuptiaux.

SAM_8935 SAM_8941

Une des particularité du pic épeiche est sa langue. Visqueuse et "crochetée", il l'introduit dans les trous qu'il forme avec son bec dans le bois mort pour attraper les vers et les insectes. Il est courant l'été d'entendre son célèbre "ttttt" contre le bois mort. Pour percer le bois, il le cogne en agitant son corps d'avant en arrière comme une massue. Pour soutenir cet effort sans se blesser, les vertèbres de son cou de sont solidifier pour résister à une pression de plus de 50 kilos.

SAM_8958 SAM_8955

Le pic épeiche pond entre 4 et 7 oeufs blancs qui à maturité laisseront sortir une nichée très vorace. Les oisillons quittent le nid au bout de 21 jours mais les parents, comme chez les merles, continuent de nourrir les petits qui se tiennent bien sagement sur les branches proche du nid abandonné.

SAM_8932

Les nids ne sont pas éternels, celui du vieux cerisier est à ciel ouvert et a été délaissé au profit de celui du vieux frêne fendu, qui pour l'heure sommeil sous la neige en attendant l'arrivé prochaine au printemps d'une future couvée.

SAM_8962 SAM_8964

Il suffit de gratter un peu le manteau neigeux pour faire quelques découvertes. Bien qu'il neige et gèle depuis quelques temps, la terre est "chaude" à cause du travail de l'humus. Dans celle-ci on trouve les réserves des écureuils et des oiseaux pour l'hiver comme cette noisette intact ou les rhizomes de plantes en sommeil comme celui-ci qui appartient à un plant de ficaire.

P1010632 SAM_8946

Les tramètes versicoles sont une fois de plus toutes enneigées. Elles semblent avoir définitivement choisies pour couleur l'orangé.

SAM_8943

Malgrès le froid, le gel et la pluie, ces solides champignons de bois aux propriétés médicinales (ici) seront bel et bien là au retour du printemps.

P1010524 P1010525

La buse variable elle ne change pas ses habitudes prédatrices. Du haut de son repère, elle observe les moindres mouvements sur la neige avant de fondre sur sa proie. Souris, mulots, rats et mêmes lapins ne sont pas à l'abris de son regards perçant. Néanmoins elle ne rechigne pas à se nourrir aussi de passereaux ou de charognes.

P1010512 P1010541

Le rouge-gorge tient son nom de sa tâche rouge vif disposée sur sa gorge. Il a un régime alimentaire vaste, il n'hésite pas à se nourrir d'insectes que de graines ou de baies. Il migre l'hiver, les spécimens d'Europes du nord migre en Europe du Sud, ceux d'Europe du Sud descendant au Maghreb. Ainsi à la fin de l'automne etl'hiver les rouges-gorges de nos jardins français son majoritairement anglo-saxons!

P1010513

C'est un oiseau très territorial qui n'hésite pas à s'attaquer aux autres espèces d'oiseaux de faible taille qui l'entoure pour être sûr de s'appropier les ressources. S'il se trouve face à un congénère, le combat peut durer plus d'une heure, le but étant de clouer l'ennemi à terre à l'aide de coups de pattes, de griffes et d'ailes.

P1010577 P1010579

Quel désarrois. En début d'après-midi, voilà que trois chevreuils traversent le champs puis le jardin coursés par un chien de chasse. Le temps de me saisir de mon appareil photo, les voilà disparut dans les champs alentours, il ne reste à vous montrer que les traces laissés dans la neige. Même expérience durant l'après-midi précédant avec un énorme sanglier sur le bord de route que nous avons prit plaisir à observer sans pouvoir le photographier, l'appareil photo étant resté au foyer. Je crois bien qu'il y a des instants faits pour être mis sur papier glacés,d'autres pour rester dans nos têtes comme des souvenirs précieux et éphémères.

P1010526 P1010527

La mésange charbonnière est un joli petit oiseau au ventre jaune, à la tête noire et blanches et aux ailes bleues et olives. La mésange quand elle chante zinzinule. Cet oiseau grégaire est insectivore, mais ajoute volontier l'hiver à son alimentation graines et fruits. 

P1010648

C'est un oiseau paisible que l'on trouve partout en Eurasie, au Maghreb et au Moyen-Orient. Elle glane la majorité de sa nourriture sous l'écorce des arbres mais aussi, et contrairement aux autres espèces de mésanges, sans trop de gène au sol et parmi l'herbe haute. 

SAM_8979 SAM_8982

Vrai festin pour les oiseaux l'hiver, les baies d'églantiers (dont on retrouve les vertues ici). Passées premières gelées, la chair des baies devient molle et douce, ce qui rend aisée sa consommation.

SAM_9007 SAM_8986

Ces rosiers sauvages supportent très bien le froid et restent vert, mêmes lorsque les fortes gelèes et les températures négatives se font resentir. 

SAM_9008

Ainsi les oiseaux font-ils bons usages des fruits. Les graines des baies, tombées par le biais des fientes dans la neige, vont végéter jusqu'au printemps avant de s'enfoncer dans le sol et se développer. 

SAM_9122 SAM_9123

N'oublions pas que samedi soir, nous fêtions les fête des lumières. Voilà un coutume propre à notre cher Dauphiné. Les illuminations sont connus pour le spectacle de son et lumière qui égaies les murs de la ville de Lyon. Pour les dauphinois, du moins autrefois, c'est le jour de la commémoration de la grande peste de 1643.

SAM_9130 SAM_9133

 A cette date la France subit ce fléaux de plein fouet. Marchands évêques et simples habitants de la ville jure de rendre hommage chaque 8 décembre à la Vierge Marie tant que la maladie ne franchissait pas les portes de la cité. Voeux et prières furent entendus, et les lyonnais furent sauvés. Depuis, dans le Dauphiné, chaque soir de 8 décembre les habitants illuminent leurs fenêtres de lampions en souvenir et en hommage de la Sainte Vierge. Comme de nombreuses fêtes,celle-ci a en grande partie perdue sa connotation religieuse. 

P1010523

Autre oiseau qui avec ses congènéres a envahit le jardin, l'étourneau sansonnet. Sa remarquable habilité à s'adapter à l'espace humain fait de lui un nuisible. Prisé par les chasseurs, on le cuisine comme de la grive.

P1010475P1010477P1010480P1010481

Les étourneaux sansonnets ont un plumage noir au reflet bleu-violacé, moucheté de plumes blanches-beiges. En Europe du Sud ils sont sédentaires et se ressemble en "petits" groupes d'une centaine d'individus. Les individus du Nord, de Russie et d'Asie migrent en grands groupes de plusieurs milliers d'individus vers les pays chauds de l'Afrique. 

P1010568

Dissimulés dans les branchages enneigés, ils sont invisibles au regard des prédateurs et des chasseurs. Il existe une dizaine de sous-espèces d'étourneaux sansonnets au plumage plus ou moins variant mais dont les pratiques sont les mêmes.

P1010469 P1010470

Néanmoins ils sont très utiles aux agriculteurs, en particulier dans l'agriculture biologique où ils se régalent des chenilles, des pucerons et de tous les parasites des récoltent, mais tel une nuée de sauterelles, ils peuvent dévaster les vergers (en particulier les cerisiers) et les champs céréaliers à maturités.

P1010467 P1010537

Très bruyant, est nommé mainate du pauvre car il a la capacité d'immiter une grande variété de bruit comme le son du téléphone, l'eau qui bout ou de siffler une mélodie simple. Il ne faut pas se fier à sa bonnemie, agressifs avec les autres espèces, ils n'hésitent pas à s'emparer de leurs lieux de nidification.

P1010551

En voilà un petit groupe qui attend sagement dans les noyers que l'animation dans la maisonnée se calme pour venir becter contre la façade les baies de la vigne vierge qui a perdu toutes ses feuilles. 

P1010604 P1010607

Les lianes sont en graines depuis un long moment, et malgré la neige, elles ne daignent pas quitter les branches et tiges qui les portent. Quand l'air se fera sec, les chatons de la plante s'envoleront au grès du vent. 

SAM_8882 P1010590

C'est sous forme de grosses grappes bleues que les baies de la vigne vierge de la façade se présentent. Toxiques pour l'homme, ils font le bonheur des oiseaux: merles, étourneaux et mésanges s'y pressent.

SAM_9038

Sur les autres façades de la maison, moins exposées à la vie humaines, les volatiles ont effectué une vraie razzia. Pas la moindre baie à se mettre sous le bec.

P1010508 P1010509

Autres maîtres de ces lieux, les merles noirs. Discrets et peu sociaux, ils se regroupent l'hiver en petite communauté, ce qui provoque quelques prisent de bec au sens propre comme figuré. Ici il s'agit de deux femelles, qui se distinguent des mâles par leur gorge brune, leur ventre gris et leurs ailes, têtes et bec marrons. Beaucoup plus difficiles à observer que les mâles, elles sont plus prudentes et s'approchent moins de l'habitation.

P1010506 P1010501

Les mâles quand à eux sont entièrement noir avec un bec jaune vif. Néanmoins, il n'est pas rare de croiser des individus albinos ou en partie blancs. Le merle noir est un oiseau agressif qui défend ardemment son territoire. Il est omnivore et mange tout ce qu'il peut trouver: escargots, graines, fruits, insectes et mêmes parfois petits reptiles et amphibiens. On dit du merle qu'il siffle, flûte, appelle ou babille. Il est même possible de lui enseigner quelques airs sifflés. Ainsi il y a une dizaine d'année, mon père avait donné l'habitude à un merle noir sauvage de venir face à ma fenêtre siffler en coeur avec lui l'air de la marseillaise. 

P1010520

Les merles sont fidèles, bien qu'une étude montre que 17% sont adultères. La femelle pond 2à 6 oeufs bleu-verts. Les petits naissent au bout de 2 semaines. Au bout de 10 à 20 jours ils quittent le nid sans savoir voler, en rampant sur les branches. C'est à ce moment là qu'ilssont le plus vulnérable. Si vous trouvez un juvénille à terre, il suffit de le saisir avec un tissu propre ayant le moins possible l'odeur humaine et de le poser sur une branche touffue et haute. Ses parents à l'aide de ses cris seront le retrouvé. Méthode testée et approuvée. Au bout d'une semaine ils sont autonomes et s'envolent. Un même couple peu avoir jusqu'à trois couvées dans l'année. Souvent confondu avec la grive, lui est chassé. L'an dernier environ 900 000 individus ont été tués. Il rentre dans la composition de préparations culinaire comme le pâté de merle corse. 

SAM_9023 SAM_9024

La neige n'est pas tombée partout. Sous la vieille remorque de bois ou dans les interstices des murs, toute un monde végétal lutte. A gauche, la fougère mâle et les géraniums petits robert s'appanouissent, abrités du froid. A droite, la chélidoine ou herbe à verrues que son suc jaune irritant soigne fort bien, s'est invité dans les fissures et les trous du murs. Cela ne l'habritera pas très longtemps.

SAM_9027 SAM_9030

Voici la fausse capillaire, une fougère qui "fleurit", du moins relâche ses spores de mars à octobre. . Le froid commence à la toucher, les feuiles des bouts commence à noircir et à gommer les jolis motifs blancs sur celles-ci. Elle tient son nom de "capillaire" de la finesse de ses racines. Dans la médecine des "signatures", on l'utilisait pour soigner le cuir chevelu du fait de la ressemblance. 

SAM_9032

Et fidèle au poste, la mousse, qui contre vents et marrées, reste accrochée aux aspéritées du mur. 

SAM_9020 P1010592

Ah! quel plaisir de fouler la neige. La neige, comme la boue autour des mares, et l'un des meilleurs "outils" pour détecter quels types d'animaux peuplent le jardin. A gauche, l'éternel chat à fait sa trace, à droite le merle de ses petits bonds a laissé un trace furtive. 

P1010596 P1010623

A gauche, un humain ,enfin une humaine pataude, à droit mystère, un oiseau plutôt lourd qui se serait enfoncé facilement dans la neige, peut être un faisan ou une faisan qui sont courant près des maisons à cette période. 

P1010484P1010589P1010609

Autres oiseaux à travers ces petits passereaux. Ils me sont inconnus bien qu'ils soient courant. D'ordinaire cachés dans la végétation,ils ne sont pas perturbés par les allés venus depuis la maison. 

P1010588

En voilà un autre qu itient compagnie à un gros étourneaux sansonnet.

P1010628 P1010536

Il fait froid et il neige mais cela ne dérange pas les champignons qui sont toujours plus inventifs pour trouver de nouveaux territoires à conquérir.

P1010538 P1010540

En tout cas j'en connais une qui ne serait pas dans les dernières pour goûter un petit étourneau rôti ou un bon gros pâté de merle. 

P1010539

Les doux regards n'y font rien, Noël ou pas ça restera croquettes pour tous. 

SAM_8890 SAM_8893

Autre volatile local, le grand corbeau. Rare au printemps et pendant l'été où on observe que quelques individus solitaires, il descend en grands groupes à la mi-automne dans notre coin de Valdaine où noix et noyers sont envahis. Animal très intelligent, il utilise la route pour casser les noix: ils les déposer sur le bitume, attendent qu'un véhicule roule dessus, s'empare de leur bien puis s'envolent. On a aussi vu ses oiseaux attirer des loups, des coyotes ou des ours vers des carcasses pour que ceux-ci les leurs ouvrent. Robustes, certains spécimens ont été observé depuis l'assention de l'evrest à 6 500 mètres d'altitude. 

SAM_8915 SAM_8913

Décidément, la belle de nuit, à gauche qui l'été donne de délicates fleurs qui ne fleurissent que la nuit et la gerbe d'or, à droite, qui donne une multitude de petites fleurs jaunes foncées, ne sont pas décidées à donner leurs graines.

SAM_8909SAM_8908SAM_8907

L'avancée du jardin, où se trouve le vieux noyer qui servait de support à notre balançoire quand nous étions enfants, a prit son manteau blanc. Sous celui-ci sommeil un magnifique tapis de perces-neiges, de violettes et de primevères multicolores qui nous enchantent chaque années. 

P1010630

Petit sapin est devenu grand. Désormais, il ne nous ait plus possible d'enrouler la guirlande lumineuse des ans passés autour de lui. Majestueux, il ne se laisse pas apprivoiser.

P1010613 P1010616

Qu'elle est blanche cette neige qui recouvre tout, aussi bien le champs à vache que la vieille source qui trône au milieu de celui-ci et abrite grenouilles, salamandres et tritons l'été. 

P1010601 P1010598

Il faut se faire à l'idée que les touffes d'herbes ne réapparaîtrons pas tout de suite.

P1010594

L'esprit divague face à l'étendue blanche. Soudain un mer immaculée battue par le vent se soulève, sa surface ondule et appel à la sérénité. 

SAM_8992 SAM_8996

Le lichen n'est pas toujours plat et collé aux troncs. Celui-ci est exubérant et même bien portant, il ne semble pas souffrir des glaçons qui se sont formés sur ses excroissances. Cueillit et séché, il sera utilisé en décoration ou en pot pourrit pour parfumer la maison. 

SAM_9000 SAM_9005

Les plantes médicinales luttent aussi, il est trop tard pour les récolter, il faudra attendre l'an prochain.A gauche la ciboulette sauvage, à droite et rougit par le temps, l'aigremoine.

P1010620

Le drôle de lichen jaune chatoyant du noyer devient doucement vert d'eau.

SAM_9014 SAM_9015

L'ambroisie d'Amérique n'a pas vu le coup venir et se retrouve forcée de se courber sous la neige. Résistante, elle reviendra en nombre l'an prochain et de par son pollen, provoquera de nombreuses allergies. 

SAM_8971 SAM_8991

Feuilles et graminées ne peuvent rivaliser avec la neige. Peu à peu la végétation se plie à celle-ci et adopte son teint glacé.

SAM_8950

Néanmoins tout le monde n'est pas au repos. Les rongeurs restent très actifs sous la couche de neige et trahissent leur présence de temps à autre en dégageant la sortie de leur terrier pour faire un rapide tour sur le manteau neigeux. 

SAM_9010 SAM_9042

La nature fait d'elle même de l'art. Le cadre blanc pour une feuille orangée ou les reflets à travers un stalactites de glace, tout invite à la contemplation. 

SAM_9044 SAM_8901

Le jardin doit prendre son mal en patience, d'ici quelques mois, le déjeuner se prendra de nouveau les matins de vacance la table en fer forgé et les lanternes seront allumées pour les soirs de veillées au près de la grande tente qui trônera de nouveau au fond du jardin. 

P1010625

Un ballon flottant oublié dans l'abreuvoir à vache à laissé une ouverture dans la glace. Tel un inuite, il ne nous reste plusqu'à tendre notre hameçon à travers se trou improvisé. 

SAM_8967 SAM_9018

La végétation reste pleine de surprise, que ce soit avec ce noisetier cannibale à gauche ou le buis à droite, qui malgré la neige reste d'un vert étincelant. 

P1010597 SAM_8904

Le paysage a prit un nouveau visage, à la fois paisible mais si on s'y penche d'un peu plus près, plein de vie, où les animaux sauvages sont plus facilement observables et où les belles rencontres animales prennent un cadre idyllique.

SAM_9035

Enfin, le plantain n'a pas perdu toutes ses graines. Légèrements laxatives pour l'hommes, elles sont une mine de vitamines et de graisses pour les iseauxqui en cette période en ont bien besoin. Elles finiront sur les fenêtre de la chambrés pour éviter les tracas causés par les chats.

SAM_9063

En Bonus et pour conclure, serez-vous retrouver l'étourneau sansonnet caché dans cette photo?