jeudi 22 juin 2017

Sortie en forêt 71

DSC05361

Changement de style pour le blog. Sa forme ne me convenait plus et me contenait dans un format m'empêchant de m'exprimer à ma guise. Du coup on reprend les bases pour un nouveau visuel qui permet plus de lisibilité et surtout, de simplicité. Début mai nous sommes retournés en Isère pour passer quelques jours au calme et faire descendre la pression des cours qui se sont terminés depuis.

C'est l'occasion de visiter une gorge calcaire qui aboutie sur une cascade magique nommée la Cascade aux fées. C'est dans ce type de milieu que l'on peut trouver des morilles mais aussi des orchidées appréciant les sols frais et calcaires comme l'orchis mâle (Orchis mascula) qui s'accompagne de la grande listère (Neottia ovata) et parfois en lisière de l'orchis pourpre (Orchis purpurea).

 

Retour en image sur cette sortie bien sympathique.

L'objectif est de montrer quelques unes des espèces typique de ce milieu que l'on définit comme une ripisylve, c'est à dire une formation végétale qui se trouve sur les abords d'un cour d'eau et qui sert de refuge à de nombreuses espèces. En règle général, une ripisylve est un milieu très riche ne biodiversité.

DSC05372       DSC05374

L'héllébore fétide (Helleborus foetidus) fait partie des renoncules. C'est une espèce très précoces qui fleurit pendant l'hiver et qui se reconnaît à la marge rouge des ses pétales verts. Je l'apprécie tout particulièrement. On la nomme parfois rose de serpent, pattes de lion ou de griffon. Cela fait écho à sa toxicité et à son usage passé dans les traditions populaires.

DSC05355

Cardamine à cinq folioles (Cardamine heptaphylla).

DSC05315 DSC05356

DSC05366

Pause syndicale au bords de l'eau. C'est le moment de poser les fesses sur la mousse et les pieds dans l'eau, au risque de déranger quelques larves de salamandres tachetées (Salamandra salamandra) et de libellules de la famille des anisoptères en pleine chasse dans le fond des cuvettes calcaires.

DSC05358

Exemple d'une larve de libellule que l'on peut trouver
dissimulée dans les débris de la rivière.

DSC05325

Des champignons pour répondre à ma passion. Malheureusement cette année nous n'avons pas été très chanceux. Tampis, l'an prochain nous retendrons notre chance. Parmi les espèces observées on peut citer les pézizes veinées (Disciotis venosa), quelques coprins et un polypore marginé (Fomitopsis pinicola) qui pour certains, serait un champignon médicinal.

DSC05314 DSC05330

Le printemps est aussi la période où els oiseaux chantent tous d'une seule voix (ou presque).

DSC05344

Buse variable (Buteo butoe).

DSC05474 DSC05472

DSC05316

Le sceau de Salomon odorant (Polygonatum odoratum) partage avec les autres sceaux de Salomon la particularité d'avoir sur son tubercule une forme proche du symbole du Roi Salomon. Cela est dû au fait que chaque année, la plante perd sa tige. Celle-ci repousse l'année suivante un peu plus loin sur le même rhizome laissant une marque. 

 

Sceau de Salomon. Source : Wikipéda.

 

Distinction entre la ficaire ( Ficaria verna) et l'anémone fausse renoncule ( Anemone ranunculoides).

DSC05349 DSC05350


dimanche 15 septembre 2013

Sortie en forêt 34.

P1060049

Qu'il fait beau. On profite de la nature et des sorties en sauvage avant que la pluie ne vienne nous chagriner. La nature connait un regain d'activité et il plaisant de l'observer.

1P10600562P1060156

3P10601514P1060164

1 et 2: Le mélitée du Mélampyr est aussi nommé damier Athalie. Il est en voie de régression dans la plupart des zones où il vit. On le trouve de la mi-mai à la fin octobre dans toute l'Euopre, au Japon et les zones tempérées d'Asie jusqu'à 1600 mètres. C'est un papillon des lisières et des bords fleuris. 

3: Dans le coeur d'une fleur de carotte en fenaison, une araignée  a formée son nid. Il se voit ainsi abrité des ses ennemis naturels mais aussi des intempéries.

4: L'épeire fasciée ou agriope frelon est une araignée de belle taille. Celle-ci déguste une sauterelle qui s'est laissée prendre dans sa toile. Depuis le 19e elle est en expansion en Europe. Ses rayures agissent comme un leur en vers ses proies ce qui la rend également vulnérable à ses prédateurs. En cas de danger elle fait vibrer violemment sa toile avant de se laisser tomber dans la végétation.P1060064

Il fait plutôt beau voir même chaud (pas comme les jours à venir) et la fraîcheur d'un petit chemin forestier est la bienvenue. Les feuilles commencent à tomber et rapellent il ne reste plus qu'une semaine avant l'automne.

P1060072 P1060070

P1060071 P1060076

Dans le bois velanois, rencontre avec la Tour O'Mahony. Cette très vieille tour qui se trouve dans la forêt, au bout d'un chemin forestier et à proximité d'un champ, fût érigée au 19e siècle comme pavillon de chasse puis servit sous la première guerre mondiale de détachement pour les soldats. Elle appartenait à la famille du même nom, une seigneurie Irlandaise immigrée en France et dont il existe une large généalogie que l'on êut retrouver .

P1060083

Si on regarde à proximité de la tour, on peut trouver dans les taupinières qui l'entour des vestiges de l'activité humaine passée comme ce morceau de verre ou un autre de faïence.

1P10601072P1060109

3P10601414P1060216

1 et 2: Le bolet pomme de pin est champignon étonnant qui me surprend toujours quand je le rencontre. Son apparence atypique avec ses écailles noires évoquent en effet une pomme de pin. En vieillissant il devient complètement noir et passe souvent inaperçu. C'est un piètre comestible plutôt rare qu'il est bien plus agréable de contempler que de manger.

3 et 4: Le scléroderme vulgaire nommé aussi orange, citron ou commun. On le trouve à la fin de l'été jusqu'à a mi-automne. Il n'est pas commestible et serait même toxique. Certains vendeurs peut scrupuleux peuvent l'incorporer dans des préparations dites à base de truffes pour faire croire que c'est effectivement le cas car la chaire de se champignon est noire.

P1060093

La collybie radicante se développe généralement de manière solitaire. C'est un comestible sans grande saveur qu'il faut prendre garde à ne pas confondre avec d'autres espèces. Il aime le bois mort, en particulier les vieilles souches de hêtre.

1P10601012P1060131

3P10601744P1060175

1: Le lactaire poivré est un champignon non comestible en raison de son goût très prononcé de poivre. Séché puis réduit en poudre, il servait autrefois d'épice.

2: Le russule émétique est lui aussi non comestible et peut donner des mots de ventre. Celui-ci a été grignoté par les limaces et est utilisé comme abri par un petit grillon.

3 et 4: La russule verte est la meilleur du genre mais peut aussi être confondue avec des espèces plus dangereuses voir mortelles comme l'amanite phalloïdes! Attention donc.

P1060112

Ce n'est pas encore temps mais bientôt on pourra récolter les premières châtaignes! Miam, mais pour le moment c'est les fruits du sureau qui finissent dans le panier.

P1060124 P1060127

P1060126 P1060125

Surprise, rencontre avec... un pin maritime! En pleine forêt il a prit ses aises et a été épargné par la tronçonneuse du bûcheron. Ses pommes de pins seront fort utiles pour les ateliers à venir. En attendant, si on regarde d'un peu plus près ce conifère, on s'apperçoit que c'est une plante aux nombreuses vertus: hormis sont utilisation pour l'industrie du bois, les composantes de son écorce soigneraient l'hyper-activité. Au Portugal on récolte sa sève.

P1060117

Au même endroit on peut avoir une très belle vue sur une partie du pays Velanois.

P1060224 P1060225

P1060192 P1060193

Le sceau de Salomon odorant se porte plutôt bien, celui-ci propose des fruits mûres et de jolies feuilles délavées. Pour connapitre tout les bienfaits de cette plante qui, il ne faut pas l'oublier, toxique, rendez-vous dans la rubrique du tome 5 ou ici.

P1060122

Sur un plant de ronce, cachée derrière une feuille, une jeune sauterelle verte joue à la timide. Vorace, cette carnassière est à l'affût d'une proie.

P1060167 P1060171

P1060173 P1060169

Autre monumment de Velanne, le Sacré-coeur. Haut de plusieurs mètres, un escalier permet de monter jusqu'aux pieds de la statu pour contempler le paysage et faire des offrandres dans une petite loge dans la pierre réalisée à cette effet. Si on s'en référe à Wikipédia, (article complet ici) le sacré coeur se définit aisni: Le Sacré-Cœur est une dévotion au Cœur de Jésus-Christ, en tant que symbole de l'amour divin par lequel le fils de Dieu a pris la nature humaine et a donné sa vie pour les hommes. Cette dévotion est particulièrement présente au sein de l'Eglise catholique romaine.

P1060220

Et puis comme toujours les stars du panier, les girolles qui ont eu un peu du mal à le remplir cette fois-ci mais qui se sont révélées fort délicieuses le soir venu.

mardi 18 septembre 2012

La mystérieuse racine du Sceau de Salomon.

P1010087

Quelle étrange chose qu'est la racine du Sceau de Salomon. Bien que je détaille la plante ici, je n'en n'avais jamais ramassée ou vu. C'est intriguant toutes ces vertus qu'on peut lui attribuer, en partie à cause de sa ressemblance avec une articulation. Il ne faut pas oublier que l'ensemble de la plante est toxique (feuilles, racine, baies, tige et fleurs).

D'près certaines doctrines magiques, elle serait régie par Saturne, l'élément eau et l'élément air. Elle est utilisée pour pratiquer les exorcismes et les forces du mal. Portée en talisman, elle protège son possesseur des forces occultes, des attaques physiques et psychiques. Elle est aussi utilisée pour confectionner des charmes et des filtres d'amour.

Sait-on jamais, peut être l'utiliserais- je le jour ou un démon ou une enfant démente passerons par ma porte.

samedi 19 mai 2012

Le sceau de Salomon

SAM_0076SAM_0077

Sceau de Salomon.

SAM_0078

Le sceau de Salomon:

noms: sceau de Salomon, grenouillet, faux muguet, herbe à panaris, sceau de Marie, muguet de serpent, herbe à la rupture, polygonatum sp. en latin.

classification: c'est un angiosperme de la famille des liliacées, du sous règne des plantes vasculaires (tracheobionta) de l'ordre des liliales.

habitat: dans presque toute la France, en Corse et en Europe, au Japon et en Asie boréale et occidentale. On la trouve dans les bois et sur les rochers ombragés jusque dans les zones subalpines.

description: elle peut mesurer 20 à 50 cm (et parfois jusqu'à 1 mètre), les feuilles nervurées sont alternes, par rang de deux et disposées sur la partie supérieure de la tige anguleuse. Les fleurs disposées en petites grappes sous la tige sont indolores et vert-blanc, en forme de clochettes à 6 dents. Seuls les bourdons à longue trompe peuvent les polliniser, les hyménoptères, mais il peut y avoir auto-fécondation quand il n'y a pas d'insectes. Elles fleurissent d'avril à juin. Les baies sont rondes, d'un bleu noir profond et contiennent 2 à 5 graines vertes vénéneuses qui arrivent à maturité entre septembre et octobre. La racine est un long rhizome blanc garnit de nombreuses radicules.

le sceau: les clochettes de cette plante dans un bouquet symbolisent le secret et l'intimité entre celui qui offre et celui qui reçoit. Elles représentent aussi la sagesse, du fait du nom de la plante « Sceau de Salomon », roi biblique très sage et réputé pour sa connaissance des plantes. Il lui vient de la trace que laissent les tiges qui se succèdent au fil des années sur la racine de la plante. Lorsqu'une tige tombe, cela laisse une marque qui ressemble à un sceau de cire.

cuisine: dans certains pays les jeunes pousses sont consommées.

propriétés médicinales: les substances expectorantes et résolutives (disparition d'une inflammation) sont contenues dans le rhizome qui cuit étouffé puis écrasé, est utilisé en cataplasme contre les ecchymoses et les contusions malgré la toxicité de la plante. Les baies sont émétiques mais ne sont pas utilisées car elles ont provoqué des accidents mortels. Le caractère singulier de la forme de sa racine qui ressemble à une articulation, a inspiré la « théorie des signatures » et par cela la plante fût aussi utilisée pour la consolidation osseuse et les fractures. Fraîche ou sèche, elle servait à soigner les panaris, les furoncles, les rhumatismes, la goutte.

Au 1er siècle, Dioscoride recommandait l'application de racines séchées pour accélérer la cicatrisation des plaies. Distillées, on en tire une « eau de beauté » donnant une peau de velours. Trop toxique, le Sceau de Salomon n'est plus utilisé dans les préparations officielles.

Pommade du sceau de Salomon:

60g de racine

60g de saindoux ou de vaseline

1 verre d'eau

Il faut faire cuire tout les ingrédients doucement au bain-marie, en tournant avec une cuillère en bois jusqu'à obtenir une pâte lisse. Verser dans un peau de verre ou de porcelaine. On l'utilise contre les panaris, pour la cicatrisation des plaies et des contusions. Elle a aussi des vertus hydratantes et décongestionnantes.

Recette de l'ouvrage « Plantes et remèdes naturels » 

 

SAM_0079

A venir l'ail des ours.