jeudi 4 février 2016

Tableau de récolte 2015 - Prévision 2016 ?

P4060498 P4080013

J'ai été plein d'entrain et d'envie en 2015. J'ai bien fait mes devoirs et j'ai remplit avec application mon journal de cueillettes dans l'ouvrage "Les carnets du Cueilleur de Champignons" que vous pouvez retrouver chez Artémis et que je vous recommande vivement, c'est juste super pratique et très utile. Parmi les nouveaux axes en cette année 2015 passée : la référence n'est plus le défunt "Club des Cèpe" mais le forum Tachenon qui s'anonce et a été plein de promesse même si j'y suis peu appliqué depusi quelques mois. La création d'une base de donnée sur les morilles que je trouve est en bonne voit mais il faudra attendre quelques années pour avoir des chiffres parlants. Et puis il y a le retour assidu au carnet et le début de l'aventure Myceliane.

Les relevés concernent les communes du Voironais-Chareteuse en Isère.

PA080027 PA080066 PA080067 PA080110

Janvier et Février :
Il y a eu des neiges plutôt importantes qui entre janvier et février ont empêchées ou du moins, ralenties les sorties mycologiques qui n'ont pas été du tout prolixes. Froid tenace.

Mars :
Températures variables, grosses pluies, sols saturés en eau. Du début du mois j'usqu'à son milieu belles chaleurs puis jusqu'à la fin précipitations froides accompagnées de gel.

30/03/15 : 75% de visibilité de la Lune, T entre 9°C et 15°C,
une poignée de pézizes veinées (Disciotis venisa) soit 7 ou 8 specimens.
31/03/15 : 83% de visibilité de la Lune, T entre 9°C et 16°C,
4 grosses poignées d'oreilles de Judas (Auricularia auricularia Judae) soit 300 gr.

Avril :
Temépratures légères en début de mois et proches du zéros (avec des grands écarts) puis petite remontée, encore quelques gelées. Augmentation rapide des températures sur la fin du mois, peu de pluie et découvertes de morilles séchées par le temps.

06/04/15 : 96% de visibilité de la Lune, T entre -1°C et 9°C,
6 morilles coniques (Morchella conica) de taille moyenne.
08/04/15 : 89% de visibilité de la Lune, T entre -1°C et 19°C,
1 grosse morille conique (Morchella conica) et 3 petites morilles communes (Morchella esculenta).
09/04/15 : 81% de visibilité de la Lune, T entre 0°C et 18°C,
21 morilles coniques  (Morchella conica), 3 pézizes (Disciotis venisa),
1 hygrophore de Mars (Hydrophoruq marzuolus).
13/04/15 : 41% de visibilité de la Lune, T entre 04°C et 22°C,
1 petite morille conique (Morchella esculenta) et 3 pézizes veinées (Disciotis venisa).

Mai :
Pas de sorties car le travail est trop prenant.

Juin et Juillet
Là aussi pas de sortie à cause du travail de nuit. À savoir que quelques belles trouvailles ont été faites à la maison avec 6-7 truffes d'été (Tuber aestivum) mais pas plus. Plus de feuilles sur les lieux de récoltes des truffes, cela expliquerait peut être leur quasi absence.

Août :
Peu d'activité toujours pour les mêmes raisons. Mois assez chaud avec quelques ondées rafaraîchissantes, températures entre 7°C min et 33°C max. Pluie un peu avec max 10 cm d'averses.

26/08/15 : 81% de visibilité de la Lune, T entre 9°C et 21°C,
une poignée de girolles amétystes (Cantharellus ametyste).
27/08/15 : 89% de visibilité de la Lune, T entre 12°C et 28°C,
3 cèpes de Bordeaux (Boletus edulis) et quelques chanterelles en tube (Cantharellus tubeaformis).

Septembre :
Le mois a été marqué par des températures assez fraîches, avec une alternance de périodes sèches et calmes et de périodes humides et agîtées. L'ensolleillement a été proche de la normale.

13/09/15 : 0% de visibilité de la Lune, T entre 15°C et 25°C,
un demi panier de trompettes de la mort (Craterellus cornucopioides) et de pieds de moutons
(Hydnum repandum) et quelques girolles améthystes (Cantharellus amethysteus).
19/09/15 : 27% de visibilité de la Lune, T entre 7°C et 19°C,
1 fond de panier de trompettes de la mort (Craterellus cornucopioides), quelques girolles améthystes
(Cantharellus amethysteus) et une belle amanite des Césars (Amanita caesarea),
1 cèpe de Bordeaux (Boletus edulis), un panier de pieds de moutons (Hydnum repandum)
et de girolles améthystes (Cantharellus amethysteus), 4-5 columelles (Macrolepiota procera).
24/09/15 : 77% de visibilité de la Lune, T entre 4°C et 19°C,
une poignée d'oreilel de Judas (Auricularia auricularia Judae).
25/09/15 : 86% de visibilité de la Lune, T entre 3°C et 18°C,
4 cèpes de Bordeaux (Boletus edulis), 400gr de girolles améthystes (Cantharellus amethysteus),
de pieds de moutons (Hydnum repandum) et de chanterelles en tube (Cantharellus tubeaformis)
et quelques columelles (Macrolepiota procera).
29/09/15 : 99% de visibilité de la Lune, T entre 5°C et 18°C,
3 pleurotes du Panicaut (Pleurotus eryngii), à confirmer.
30/09/15 : 95% de visibilité de la Lune, T entre 5°C et 18°C,
5 columelles (Macrolepiote procera).

Octobre
Frais globalement, mais avec un bel été indien malgré des températures déficitaires. Dans les Alpes elles ont été de saison voire légérement en augmentation. Mois peu pluvieux. Bon ensoleillement.

01/10/15 : 88% de visibilité de la Lune, T entre 6°C et 18°C,
quelques pieds de moutons (Hydnum repandum) et chanterelles en tube
(Cantharellus tubaeformis) et 200 gr de girolles améthystes (Cantharellus amethysteus),
3 columelles (Macrolepiota procera) et quelques lactaires délicieux (Lactarius deliciosus).
08/10/15 : 21% de visibilité de la Lune, T entre 6°C et 15°C,
10 columelles (Macrolepiota procera) , 2 cèpes de Bordeaux (Boletus edulis),
1 kg de chanterelles en tube (Cantharellus tubeaformis), quelques pieds de moutons
(Hydnum repandum) et girolles améthystes (Cantharellus amethysteus).
18/10/15 : 22% de visibilité de la Lune, T entre 6°Cet 12°C,
2 cèpes de Bordeaux (Boletus edulis), un peu de girolles améthystes
(Cantharellus amethysteus), 3 lactaires délicieux (Lactarius deliciosus),
2 bolets baies (Boletus badius), 500gr de chanterelles en tube
(Cantharellus tubaeformis) et quelques pieds de moutons (Hydnum repandum).
21/10/15 : 52% de visibilité de la Lune, T entre 6°C et 10°C,
quelques pieds de moutons (Hydnum repandum) et grosses girolles améthystes
(Cantharellus amethysteus), un gros panier de trompettes de la mort (Craterellus cornucopioides).
22/10/15 : 62% de visibilité de la Lune, T entre 2°C et 12°C,
2 cèpes de Bordeaux (Boletus edulis), 2 bolets baies (Boletus badius),
quelques beaux lactaires délicieux (Lactarius deliciosus), un panier de chanterelles en tube
(Cantharellus tubaeformis), un peu de  girolles améthystes (Cantharellus amethysteus).
et pas mal de laccaires améthystes (Laccaria amethystina).
27/10/15 : 100% de visibilité de la Lune, T entre 11°C et 16°C,
un demi-panier de trompettes de la mort (Craterellus cornucopioides),
2 pieds de moutons (Hydnum repandum), une vingtaine chanterelles en tube
(Cantharellus tubaeformis), 1 grosse girolles améthystes (Cantharellus amethysteus).

Novembre et Décembre
Pas de sorties.

Et les prévisions ?

Cette année elles sont compliquées. Pas ou peu de neige, des morilles qui sortent déjà ça et là depuis la fin décembre, des hygrophores et des morillons en Haute Savoie en janvier et des cèpes dans les Landes début février ... décidément on est pas prés de savoir avec fiabilité de quoi sera faite l'année mycologique 2016.

PA010433 PA080117


jeudi 18 septembre 2014

Retour dans le jardin.

P8200006

Qu'il est bon, de retour de notre périple, de prendre une pause bien méritée dans le jardin. Un peu de calme oui, enfin s'il on veut. La campagne grouille de vie et il est rare de si ennuyer, en particulier quand on vit a proximité d'un poulailler. Et puis il y a les forêts qui regorgent de champignons qui n'attendent que nous.

P8063443 P8063447

P8063449 P8180017

Les dernières truffes de l'été nous attendent sagement sous les vieux arbres. La récolte a été petite cette année du fait de mon absence mais nous offre tout de même le loisir de déguster quelques superbes toasts beurrés.

P8200001

Vousla reconnaissez ? Voilà un belle araignée, l'un des plus grosses de France métropolitaine qui à l'arrivée de le mauvaise saison aime se réfugier dans les maisons. Sous ses airs de monstre poilu, la tégénaire domestique (Tegenaria domestica) est bien utile, elle débarrasse les maison des insectes nuisibles.

1P82000052P8200003

3P82000044P8240005

Les insectes de la fin d'été sortent, en voici deux exemples typiques de la famille des Lucanidés.
1, 2 et 3: il s'agît ici d'un lucane-cerf- volant femelle (Lucanus cervus). A la différence des mâles elle ne possède pas d'énormes mandibules qui leur permettent de se battre pour conquérir les belles.
4: scarabée petite biche (Dorcus parallelipipedus). Sous sa forme adulte il se rencontre de juin à septembre, le plus souvent au crépuscule en lisière de forêt.

P8260026

Pour le moment, le plus plaisant reste de profiter du soleil et surtout, du canapé du salon. Il reste pas mal de travail pour préparer la fête médiévale du village (qui depuis a eu lieu). Comme tous les ans, elle se déroule le dernier week-end d'août et accueil plusieurs milliers de visiteurs.

P8180012 P8180007

P8180008 P8180020

lundi 18 août 2014

Au jardin ... en Juin!

P6112129

De retour dans le beau pays de Valdaine après presque deux mois passés dans le sud... ce qui promet de nombreux articles à venir. Pour le moment, présentation du jardin... de juin avec l'apparition des premières truffes !

P6112114 P6112115

P6112116 P6112117

Tuber aestivum: truffe d'été, truffe de Saint Jean, truffe blanche d'été ou encore junenco. Discrète et peu parfumée, on la trouve principalement sous les noisetiers mais aussi les frênes et les chênes dans les sols calcaires.

P6112128

Dans le jardin on trouve souvent un proche cousine de la carotte sauvage, le cerfeuil sauvage, Anthriscus sylvestris. Nommé également cerfeuil des bois ou ciguë blanche, il pousse partout en France et peut être consommé.

P6152216 P6152356

P6112119 P6152217

Le rosier ou églantier appartient au genre Rosa, de la famille des Rosaceae. Plante populaire des jardins, il en existe des centaines d'espèces et de sous-espèces. Cultivé depuis plus de 5000 ans pas l'Homme, en France la vente et la culture de la plante même et de ses fleurs représentent environs 111 millions d'euros.

P6112123

L'épiaire des bois, Stachys sylvatica, se nomme également ortie puante bien qu'il appartienne à la famille des Lamiaceae. Son goût, en particulier quand il est cuisiné en potage, se rapproche de celui du cèpe. 

P6112124 P6112125

P6112126 P6112127

Le seringat ou jasmin des poètes, Philadelphus, connaît d'ordinnaire une floraison odorante au printemps. Il peut atteindre 3 mètres de haut et se développer dans une grande pluralité de milieux. Il est originaire d'Amérique du Nord et du Moyen Orient. 

P6142213

La tonte toute fraîche fait le bonheur des oiseaux en particulier des merles. L'herbe coupée de manière rase met a nu les insectes et les vers qui ont bien du mal à fuir face à leurs prédateurs.

P6112148 P6112150

P6292402 P6292403

L'été est étrange en Isère, nous avons les pluies et les températures du printemps, les couleurs de l'automne.

P6122174

Ne reste plus qu'à espérer que la belle saison s'achèvera dans un superbe et chaud été indien... qui sait. 

P6212365 P6212369

P6212366 P6212367

Mais il ne faut pas se leurrer, l'été est bel et bien là. Le blé a mûri, l'avoine arrive a point et même dans le sud, le riz semble arriver à terme. Ne reste plus qu'à patienter pour la récolte du maïs.

P6152349

La campanule rhomboïdale, Campanula rhomboidalis L., se rencontre uniquement dans les Alpes. On la reconnaît à ses sépales redréssés, sa tige anguleuse et ses feuilles ovales dentées et bien-sûr comme chez la plupart des campanules, à ses fleurs en clochettes. 

P6142192 P6142193

P6142189 P6142207

Au pied de l'enclos des chevaux, un belle orchidée, ophrys abeille nommé Ophrys Apifera scientifiquement. Adepte des sols calcaires, elle est l'une des plantes préférées des abeilles solitaires qui contribuent fortement à sa pollinisation.

P6112135

Le jardin se réveil, les travaux dans celui-ci ont bien avancé: désherber, retourner, bêcher, planter, arroser, semer... la liste est longue mais le résultat est à hauteur du labeur.

P6142181 P6142182

P6142186 P6142187

La punaise verte, Palomena prasina, a la faculté d'être verte à la belel saison et de devenir marron à l'approche de l'automne pour ressembler le plus possible à la végétation dans la quelle elle évolue pour fuir les prédateurs.

P6152334

Entre deux promenades dans le jardin... détour par la Savoie, département situé à quelques kilomètres de là est qui s'avère riche en biodiversité... un terrain de jeu parfait pour herboriser.

P6152345 P6152342P6152341 P6152337

L'orchis pyramidal, Anacamptis pyramidalis, s'est installée en bas de la maison est forme sur un talus calcaire en une largecollonie. Chaque individu présente une forme et une couleur qui lui sont propre.

P6142210

Entre deux coup de vent ou une bonne pluie, il fait bien bon de vivre sur la terrasse, ne serait-ce que pour y boire un verre ou lézarder sous les timides rayons de soleil.

P6142203 P6142198

Une des activités les plus plaisante de juin: ramasser et surtout déguster les fraises des bois, Fragaria vesca. Salades de fruits, confitures, gâteaux, glaces... tout est permit !

P6272401 P6142209

P6292410 P6292413

Nouveau voisin qui prend plaisir à se promener devant la fenêtre de l'étage. Herbe verte et grasse, feuilles tendres des noisetiers et tilleuls, fleurs des champs ... il est temps de se mettre à table. 

P6262394

Pendant ce temps là, certains s'occupent comme ils peuvent... n'est pas chat qui veut.

P6112137 P6212357

P6212358 P6212359

Finissons par une petite note fleurit avec les hémérocalles fauves, Hemerocallis fulva. Ces faux lys envahissent les jardins pour le plus grand plaisir des yeux mais aussi des papilles, les boutons, les pousses et les fleurs étants délicieuses aussi bien crues que cuites.

samedi 7 décembre 2013

Relevés mycologiques pour l'année 2013

champi 13Statistiques 2013champi 13

Voici une petite série de schémas réalisés à l'aide d'Open office où sont répertoriés quelques informations sur des espèces de champignons qui font le bonheur des papilles et des gourmets. Et pendant que l'on parle de chiffres, voilà un lien qui pourra vous indiquer la production mondiale de champignons: http://www.planetoscope.com/fruits-legumes/1191-production-mondiale-de-champignons.html

Et pour mieux voir les images cliquez dessus ou téléchargez les.

données morilles 1données truffes d'été 1données cèpes 1données lépiotes élevées 1

 Rajoutons à cela les tableaux des récoltes sur chaque mois pour se donner un avis sur la pousse en fonction des éléments et des conditions climatiques.

mois d'avril

mois d'août

mois de septembre

 

jeudi 17 octobre 2013

Retour au jardin.

SAM_3663

Quelques brèves gammes de soleil sur le jardin accompagne mon retour. Me voilà en Isère, avec pleins de souvenirs la tête. Les photos du Beaujolais arriverons bientôt mais pour le moment, je redécouvre mon chez moi.

1SAM_35252SAM_3531

3SAM_35964SAM_3609

Quelques animaux sont encore de passage.

1 et 2: Les dernières chenilles sont de sortie, bientôt elles s'enrouleront dans leur cocon de soie à l'abri du froid de l'Hiver. Les papillons eux, mourront.

3 et 4: On ne voit plus beaucoup le couple de palombes, excepté de temps à autre quand il se fait coursé par le chat de la maison (quel téméraire). Indice de leur présence, ces plumes tombées au sol.

SAM_3559

Le nid de guêpe est toujours là mais il semblerait que l'activité y soit réduite. Il est vrai que la pluie et le froid de ses 2 dernières semaines (et de la où j'étais je n'ai pas échappée non plus) ont ralenti le dynamisme de cette colonie. Bientôt le nid sera abandonné, la reine partira s'abriter pour l'hiver sous une écorce ou dans la manche d'un manteau conservé au grenier. Le reste de l'essain dépérira.

SAM_3537 SAM_3546

Deux voisines ont prit place pour quelque temps dans le champs faisant face à la maison. Adorable, elle profite de l'herbe bien grasse. L'an dernier les premières neiges sont tombées le 27 octobre, obligeants les bêtes à regagner l'étable plus tôt. Espérons que cette année elles auront un peu plus de temps pour gambader à l'extérieur.

SAM_3540SAM_3539SAM_3538

Hormis cela pas de grands changements, l'herbe est verte et les champignons nombreux. Seule la boue et le froid viennent donner un nouvel angle à ce tableau.

SAM_3581

De nombreuses feuilles tombent, se colorent de rouge, d'ocre et de jaune. La vigne vierge n'a pas encore prit son bel habit de pourpre mais cela viendra. Bref, ça sent bon l'automne.

SAM_3570 SAM_3566

SAM_3666 SAM_3667

Le terrible félin a encore frappé. Dissimulé dans l'herbe, il a pu sans mal croquer cette jeune souris grise (appelée aussi domestique). Qu'à cela ne tienne, ce petit animal à un cycle de reproduction très rapide, et la disparition de quelques individus n'est pas bien grave au contraire, elle participe à la bonne santé du potager et du massif de fleurs.

SAM_4552

Mais pour la moment c'est l'heure de faire une pause au soleil bien mérité, dans la couronne de maïs qui semble avoir résistée face aux intempéries.

SAM_3682 SAM_3688

SAM_3886 SAM_4562

A cette période de l'année, il y a toujours beaucoup de champignons divers et variés qui poussent dans le jardin. Leurs formes, leurs couleurs et leur arômes ne permettent pas toujours de les identifier comme c'est le cas ici avec ces 4 inconnus pourtant bien jolis à voir.

SAM_3684

Les noix commencent à tomber, c'est l'heure de les ramasser. Vendues ou gardées pour soi, d'ici peut elles seront mondées entre amis pour la joie des plus gourmands.

SAM_4535 SAM_4483

SAM_4537 SAM_4538

Comme tout les ans une imposante colonie de coprins chevelus pousse devant la maison. Comestibles jeunes, ces champignons ont une existence plusqu'éffémérent, de l'ordre de quelques jours. Pour en avoir un aperçut, cliquez ici pour voir l'expérience.

SAM_3871

Le figuier est toujours colonisé par les cocons des petites chenilles qui y ont fait leur gîte mais depuis elles sont devenues papillons et ont quitté l'arbre hôte laissant les traces de leur passage sur les feuilles abîmées.

SAM_4494 SAM_4591

SAM_4604 SAM_4605

Il y a aussi de nombreux armillaires couleurs de miel. Comestibles jeunes, il faut s'en méfier car ils peuvent causer des troubles digestifs importants chez les personnes à l'estomac sensible. En fonction de leur âge et du type de bois mort sur les quels ils poussent, leur couleur peut connaître des variantes.

SAM_3911

Dernière truffe de l'année qui, je dois l'avouer, a été récolté il y a deux semaines. Il faudra attendre l'an prochain pour déguster ce champignon au gout de noisette. En décembre, c'est la rare et très précieuse truffe noire ou truffe du périgord qui apparaît sur les étales et qui peut atteindre des prix pharaoniques.

EMOTICON renard 66

Bref, la renarde est rentrée dans son terrier.


dimanche 8 septembre 2013

Le retour des fleurs.

SAM_2266

Les pluies sont revenues et avec elles, de nombreuses fleurs ont fait leur apparition. Il est vrai qu'août ne s'est pas montré très généreux de ce côté là, espérons que la donne change. Néanmoins il y a déjà de quoi faire quelques belles compositions avec le sureau en fruits, la verge d'or en fleur ou l'angélique officinale qui a déployée ses ombrelles.

SAM_2625 SAM_2629

SAM_2633 SAM_2636

Le potager est beaucoup moins à la fête. En effet, la piéride du chou, ce petit papillon blanc, est venu pondre dans les jeunes choux. Si la plupart des feuilles étaient couvertes d'oeufs, certaines étaient déjà parcourues par les chenilles qui ont commencées à faire de gros dégâts. La méthode c'est donc voulu radicale pour pallier à cette attaque, malheureusement, mais avons nous bien le choix si nous voulons profiter des potées cet hiver? Jeté au composte, tout ce petit monde ferrât le bonheur des oiseaux.

SAM_2639

Et voici en direct (enfin presque) la naissance d'une colonie de ses terribles et voraces chenilles. Cela ne va pas sans rappeler l'an dernier où elles avaient prit des proportions considérables: ici.

1SAM_26092SAM_2607

3SAM_26134SAM_2610

Je n'y croyais plus mais si, voici (peut être) la dernière truffe de l'été (3 et 4). Bien dodue, elle était enfoncée à moitié dans le sol (1) ce qui a rendu sa découverte plus simple que d'ordinaire. Néanmoins elle ne semblait pas être seule, au vu du trou laissé dans le sol (2), on dirait bien qu'un animal gourmand a été plus rapide que moi sur ce coup là.

SAM_1178

La linaire commune qui se trouve au coin du pont du jardin c'est mue en un petit bosquet de cette jolie plante. Elle a pour spécificité de ne pouvoir être butinée que par les gros bourdons car les lourds pétales de ses fleurs jaunes se soulèvent très difficilement. Toxique, on l'emplyait autrefois comme diurétique.

1SAM_11922SAM_1187

3SAM_11894SAM_1190

Malgré l'épisode chenille, le potager se porte relativement bien. Les haricots (1), que l'on peut prononcer désormais "Aricots" ou "Zaricots" selon l'académie française, sont en partis en fleurs et donnent déjà de grosses gousses. La betterave nous montre sa belle fleurs violine (4) assortie aux nervures de ses feuilles et le plan de tomate cerise (3) qui s'est installé dans les salades fleurit aussi tout en commençant à former ses premiers fruits. A propos de salades (2), on peut dire que cette année nous allons en profiter.

SAM_2551

Pauvre lézard des murailles, coursé par les chats, il en perdu son calme et sa queue! Heureusement sa vivacité lui a permit de trouver refuge dans l'une des aspérités de la façade.

1SAM_11982SAM_1196

3SAM_26404SAM_1184

On peut s'émervailler de beaucoup de choses en cette période.

1 et 2: le rosier de l'entrée a donné beaucoup de fleurs, il est des plus agréable d'en profiter à l'intérieur.

3: Le damier de la sucisse a été attiré, comme de nombreux autres papillons, par l'odeur de la menthe. Bientôt elle sera récolté puis pendue par les pieds en bouquet pour sécher.

4: Ce zérène du groseillé prend son temps pour butiner cette fleur de verge d'or du Canada qui commence à faner.

SAM_1708

Surprise, dans le haut du jardin quelques amanites vaginées sont apparues après une petit pluie. Tout aussi vite, elles sont reparties, dévorées par les limaces et autres escargots gourmands.

SAM_2251 SAM_2250

SAM_2248 SAM_2253

Les plants de tomates du potager mais ceux des voisins ont été prolixes, nous voilà donc fournis. Pour l'occasion, nous avons décidé de confectionner des tomates séchées mais l'expérience ne s'est pas révélée concluante dirons nous.

SAM_2009

Les pies c'étaient faites discrètes jusqu'ici, les voilà qui jacassent du petit matin jusqu'au soir pour mon plus grand plaisir. Leurs bavardages leur a fait perdre au passage quelques plumes que l'on retrouve ici et là.

1SAM_25592SAM_2585

3SAM_26184SAM_2619

Bref on profite des derniers rayons du soleil (1 et 2) car bientôt, les jours seront plus petits que la nuit. Signes annonciateurs de l'automne (désolée si cela peut paraître démoralisant, mais c'est ma saison préférée), les premières feuilles commencent à chuter (3) et les grands corbeaux (4) font leur arrivée. Ils devront attendre pour croquer les noix qui ont bien du retard cette année.

SAM_2602

Bref,c'est bientôt l'automne, il fait encore chaud mais déjà les fraîches pluies et les orages se font sentir. C'est temps de ramasser les premières noisettes et pommes.

 

jeudi 27 juin 2013

Huile de truffe.

Cette saison de truffe commence doucement et est même assez décevante. Les spécimens ramassés ont littéralement séchés dans le frigo et ne sont pas de meilleur qualité pour la cuisine. Pour pallier à cela, une solution: transformer nos chers truffes en huile parfumée. Pour cela rien de plus simple.

Ingrédients:

- une bouteille.

- un entonnoir.

- de l'huile de tournesol.

- quelques truffes.

SAM_9223 SAM_9230

SAM_9233 SAM_9232

Après avoir nettoyer les truffes puis les avoir séchées dans un torchon, on les introduit dans un bocal ou une bouteille de verre que l'on a préalablement remplit d'huile neutre, ici de l'huile de tournesol. Il ne reste plus qu'à attendre quelques jours (entre 7 et 10 disons), pour que l'huile soit parfumée à la truffe.

Cependant celle-ci se conserve peut de temps (quelques semaines), il faut donc vite la déguster ce qui ne devrait pas trop poser de problème.

mardi 25 juin 2013

Un début d'été.

SAM_9060 SAM_9171

SAM_9172 SAM_9075

Les beaux jours sont revenus dans le jardin, fleurs et animaux s'épanouissent au rythme des chants des oiseaux et des légères averses d'été. On peut sortir les maillots de plage et les jolies napes à carreaux pour déjeuner dans l'herbe.

SAM_8672

Déjà les premières bottes sont roulées et le foin jaunis. Espérons que cette année il sera assez riche pour le bétail et qu'il remplira aisément les hauts de granges. L'hiver a été rude et les réserves ont été bien entamées.

SAM_8683SAM_8682SAM_8681

Envolées les feuilles mortes, la neige persistante, les flaques de boue. L'herbe pousse en abondance et les premiers coups de lame de la tondeuse à gazon retentissent dans le voisinage.

SAM_8797 SAM_8677

SAM_8759 SAM_8680

La pivoine est une plante à fleur originaire des régions nord du globe que l'on retrouve aussi bien aux États-Unis qu'en Chine, en passant par nos jardins Européens.

Le nom pivoine vient de Péon, dieu grec guerrier connu pour les soins qu'il apporta dans la guerres des Dieux à Arès et Hadés. Toujours dans le monde grec, la plante était utilisée pour ses vertus médicinales, en particulier pour ce qui était nommé les "maux de femmes". De même à l'époque, on distinguait la pivoine mâle de la pivoine femelle de par leur physionomie. Sa cueillette relevait de la pratique magique, ainsi il fallait la cueillir de nuit. La récoltée de jour tout en étant vu par un pivert qui se nourrit d'un fruit pouvait provoquer la perte des yeux et des blessures à l'anus. Bref rien de très glamour en somme. Cette plante lunaire était employée pour soigner les éruptions cutanées, les fièvres cycliques et accélérer la cicatrisation.

SAM_9073

Nouvelle tentative avec les fleurs de sureaux. La première fois le goût et le séchage ne m'avait pas convaincue, loin de là. Cette fois-ci, les fleurs ont été longuement séchées à l'air libre et surtout, au soleil. Ne reste plus qu'à séparer les fleurs des tiges et de les conditionner pour une futur utilisation.

1SAM_86612SAM_8662

3SAM_86664SAM_8669

Passage éclair au jardin du chaudron magique par cette chaude journée ponctuée de quelques gouttes rafraîchissantes, juste le temps de cueillir et de s'atteler à quelques travaux.

1 et 2: Les fleurs de coquelicots sont éphémères, en plus de ne perdurer qu'une journée, la moindre goutte de pluie, le moindre coup de vent brusque à vite fait de les faire tomber alors il faut se hâte de partir les cueillir. Séchées, elles serviront à la confection de sirops ou de peinture naturelle.

3 et 4: L'araneus angulatus, nommée aussi épiere à dents de scie, est un grosse araignée toute en angles et en pointes avec des dentures sur l'abdomen ce qui lui vaut son surprenant surnom. Sa drôle d'apparence lui permet de se camoufler à la perfection dans les arbres et arbustes où elle vit, mais ici elle a choisi un plant de sauge. Sa toile peut mesurer jusqu"à 70 cm. D'ordinaire les individus de cette espèce se cachent la journée pour ne sortir qu'à la nuit tombée. Celle-ci à fait une exception. Les femelles mesurent entre 12 mm et 15 et les mâles entre 10 mm et 12 mm. C'est à la mi-jui, début juillet que l'on peut les apercevoir.

SAM_8786

 Le senéçon de Jacob (jacobaea vulgaris) est aussi appelé herbe de la Saint Jacques. Il est amateur des terrains vagues et des friches que bien souvent il est le premier à coloniser et parfois, devient invasive dans les pâturages. De plus, consommée par les ovins et les équins, le senéçon de Jacob peut provoquer des gonflements du foie, des nécroses, des occlusions veineuses et des pertes de la fonction hépatique. A faible dose chez le ovins il pourrait être vermifuge. Il a pour ennemi La goutte-de-sang, un papillon dont les chenilles se nourrissent uniquement de cette plante.

1SAM_86932SAM_8836

3SAM_87534SAM_8757

 Les oiseaux ont vu la période des amours passer, aujourd'hui il récolte le fruits de leurs amours. Pour certaines espèces, la moment de ponte peut avoir lieu sur une longue durée, ce qui explique que des fragments d'oeufs semblables ont pu être trouvé au printemps.

1: Les mésanges charbonnières ont pondu une couvée comme en atteste ce fragment d'oeuf. Chaque couple donne naissance à deux nichées par an, la première au alentours de mai, la seconde comme ici entre juin et juillet. En générale, ce sont 5 à 12 oeufs qui sont pondus dans l'année. Les petits restent 3 semaines au nid avant d'être pleinement indépendants. Ces nouveaux individus rempliront alors le rend de ces petits oiseaux friands de verres de pommes et de pucerons qui se font ainsi alliés des agriculteurs dans les vergers.

2,3 et 4 : Cet oeuf de merle noir semble avoir eu moins de chance, on dirait bien que le contenu de celui-ci a été gobé. Ordinairement cette espèce niche en mars mais les individus originaires du sud et de l'est de l'Europe et qui parfois s'intallent dans nos contrés nidifient plus tard comme ici. Entre 2et 6 oeufs sont pondus. Les juvéniles qui en sortirons seront élevés et nourrit par leurs parents pendant 2 semaines puis quitterons le nid sans savoir voler. Les parents continueront de les nourrir pendant 3 semaines encore avant de les laisser voler de leurs propres ailes.

Ces deux espèces d'oiseaux ont en commun d'être classées comme préoccupations mineures sur la liste européenne des espèces en danger.

SAM_8747

Il fait beau, c'est l'occasion de récupérer les jeunes pousses de framboisiers. On prendra soin de ne pas couper celles qui portent des fruits naissants. Ces pousses étaient utilisées autrefois comme substitut au tête. Mélangé à la menthe, elles en ont en partie les vertus, la théine excitante en moins, ce qui est fort appréciable quand leur du couché approche.

1SAM_86982SAM_9103

3SAM_84884SAM_8491

 L'activité fongique commence tout doucement bien que ça ne soit pas encore une explosion de couleurs et de formes comme on a pu le voir à l'automne dernier.

1 et 2: Deux petits russules de quelques centimètres, l'une au chapeau brun, l'autre entièrement blanche, ont fait leur apparition. Sans convictions dans le premier cas il pourrait s'agir d'une russule comestible (c'est son petit nom) qui aurait un bon goût de noisette mas une fois de plus, pas de certitude. Dans le second cas, le mystère demeure, la piste de la russule semble fausse. A voir à la prochaine pousse.

3 et 4: L'eternel truffe d'été qui depuis 3 ans s'invite dans le jardin. Pour le moment la récolte est très faible, le seul beau spécimen trouvé s'est avéré être creux, une limace étant passée par là et ayant manger la partie sortant de terre. Cette vilaine truffe et les plus petites ramassées finiront très bientôt dans ma future préparation: la confection d'huile de truffe, histoire de profiter de leur arôme toute l'année.

SAM_9128

Le marasmius rotula est un tout petit champignon qui ne mesure pas plus de 1 à 2 cm. Il se reconnaît à son pied noir et son chapeau blanc qui désigne des stries en volumes qui forme un creux sombre au milieu de celui-ci. 

1SAM_84932SAM_9135

3SAM_91664SAM_9176

 Le bal des hannetons communs est fini. Si on en retrouve ça et là en forêts, voletant de manière fatiguée, dans le jardin c'est l'éccatombe.

1: Il s'agît d'un mâle, qui se différencie des nombreuses femelles rencontrées jusqu'ici de par l'abcence de tube de ponte à l'arrière de son abdomen.

2: Les spécimens qui n'ont pas été croqués par les oiseaux et les rongeurs, ont servi de repas aux larves, mouches et autres petits organismes qui ne se sont pas attaqués au cuticule (exosquelette chez de nombreux invertébrés). Ainsi, carapaces, têtes, pattes et sclérites (plaques qui compose le cuticule) ont séché au soleil et laissent de tristes traces des hannetons.

3: En inspectant la pelouse, on se retrouve vite avec une multitude d'élytres sous la main. Ce sont la protection que les insectes ont sur le thorax pour protéger leurs délicates ailes. Leur grande résistance aux bêtes et aux éléments rend leur récolte aisée.

4: Une belle abondance qui pourrait inspirer un prochain projet de land art. A suivre ...

SAM_9058

 L'euphorbe épurge est une plante qui tend dans notre région à se naturaliser voir parfois, à coloniser les friches sauvages. Elle est employée dans les jardins pour lutter contre les rongeurs tels les mulots et les campagnols. Pour plus d'éfficacité, on peut faire en faire macérer 800gr dans 10L d'eau que l'on déversera dans les galeries. Écologique, ce procédé ne tuent pas les animaux mais les dissuade de revenir avant un bon moment.

1SAM_86962SAM_8670

3SAM_88534SAM_8852

 Les gastéropodes profitent des nuits fraîches et des quelques averses pour faire leur sortie hebdomadaire.

1: La grande Loche rencontrée en forêt c'est invitée dans le jardin. Les premières cerises commencent à tomber, il faut être rapide pour les ramasser. Celle-ci semble un peu dépassée pour notre consommation pour le plus grand plaisir de notre limace.

2: Une larve de coléoptère bien repus et dodue vient de se nourrir de cet escargot. Les prédateurs des gastéropodes sont nombreux. Parmi eux on compte le renard, la chouette, le hérisson, le blaireau ainsi qu'une myriade d'insectes.

3: On ne présente plus l'escargot des haies qui est fort présent dans nos parcs et qui présente une grande variété de couleurs et de motifs.

4: Le luisant est un tout petit escargot qui mesure grand maximum 16mm. L'animal une fois saisi dégage une forte odeur d'ail. La coquille devient blanche à la mort de celui-ci. C'est un escargot carnivore. 

SAM_8840

 Le lichen est la résultante de la symbiose entre un champignon et une algue. Ce phénomène porte le nom de lichénification. Il existe environ 20 000 espèces mais les nouvelles découvertes et l'évolution de leur classification rend ce nombre constamment variant. Les lichens autrefois étaient nommé "excréments de terre" et servent de nourritures à de nombreux papillons et mammifères pendant les périodes froides (chevreuils, cerfs, yacks, rennes ...). Utilisés comme nourriture huamine ou médicaments, certains lichens s'avèrent toute fois toxiques, à l'instar du letharia vulpina qui étaient utilisé comme appa^t pour tuer les loups et les renards.

1SAM_86502SAM_8659

3SAM_87494SAM_8750

 Cette année est une année à chenilles, espérons que les beaux papillons qu'elles deviendront se laisseront photographier.

1 et 2: J'avais rencontré la chenille du bombyx du chêne il y a peut de temps à la lisière d'un champs et d'un bosquet de noisetier. Impressionnée par sa taille, celle-ci s'avère encore plus grande. En effet elle s'avère aussi longue que ma main, soit une douzaine de centimètre, un monstre en somme. Voir ces chenilles est bon signe, cela atteste de la bonne santé dont bénéficie le jardin

3: Camptogramma bilineata, nommé plus communément brocatelle d'or, est un papillon de jour relativement actif. Ici il s'agit d'un mâle car il ne possède pas la large bande marron typique des femelles.

4: Si les champignons sont parfois difficiles à identifier, les plantes à fleurs encore plus, les chenilles relève de l'impossible à moins de posséder une très bonne connaissance de celles-ci. Ici une inconnue qui cependant s'illustre de par son camouflage pour fuir les prédateurs.

SAM_8863

 Les rayons de soleil camouflés un temps par les nuages et la chaleur étant clémente, c'est l'occasion de désherber les grands framboisier. un bel effort qui se voit récompensé par un superbe tas de ronces, d'épiaires et surtout, de grandes orties fort urticants.

1SAM_88152SAM_8820

3SAM_88244SAM_8825

 Il suffit de se pencher sur les feuilles de lys Saint-Joseph pour voir qu'elles grouilles de vie. Voici deux de ses habitants appartenants à la famille des coléoptères.

1 et 2: D'abords prit pour l'eulasia vittateulasia pareyssei, il s'agit en réalité d'un autre coléoptère aux élytres striées couvrant tout l'abdomen et beaucoup moins "poilu". Le mystère demeure.

3 et 4: Mononychus pseudacori est un charançon qui se reconnaît à son dos noir perlé d'un point blanc et à son ventre crème. Amateur des fleurs des iris des marais dont il se nourrit avec ses mandibules disposées au bout de son long "bec", il pond ses oeufs dans les graines de la plante.

SAM_9089

 Ici il pourrait s'agir d'un Allygus (genre ?) dans sa forme larvaire à quelques stades de celui d'adulte. Proche des cigales, il s'en distingue par sa famille et le fait qu'il n'est pas aussi chantant que ses cousines.

1SAM_87802SAM_8796

3SAM_88574SAM_8859

 Voilà encore quelques insectes, pas de doute, l'été est leur saison.

1: Voilà un hypera dont j'ignore le sous-genre. Ressemblant beaucoup aux charançons, ils appartiennent également au règne des coléoptères. L'identifiication de ce genre est difficile car la plupart des espèces la composant ont récemment changé de genre voir de famille.
2: Le corvus parallélépipède est aussi nommé petite biche. Il vit et pond dans les souches et le bois des arbres morts. Ici il s'agit d'une femelle, le mâle possédant une énorme tête pouvant s'inscrit avec le corps dans un rectangle d'où son nom. Élever en vivarium ces insectes est relativement simple mais cela demande beaucoup de patience, en effet le stade larvaire dure entre 1et 2 ans.

3 et 4: La grande sauterelle verte est présente dans toute la France et se rencontre dans sa forme adulte en été et jusqu'à la mi-automne. Ce spécimen est dans sa forme juvénile et passé une ou deux mue, entrera dans la forme adulte. Il s'agit d'une femelle car elle possède à l'arrière de son abdomen un oviscapte long et plat appelé dans le langage populaire "couteau" et qui lui permet de pondre ses oeufs dans le sol.

SAM_9083

 Soudain dans le verger, le bruissement des feuilles se fait entendre et du haut du cerisier, un terrible fauve apparaît.

SAM_9094 SAM_8703

SAM_9100 SAM_9110

 Voilà le chat de la maison, Khéops (comme le pharaon égyptien), une petite mais grasse mémère qui à l'approche des oiseaux et des rongeurs se mue en féroce guerrière.

La domestication du chat remonte à 10 000 ans au Moyen-Orient, quand l'Homme a commencé à se sédentariser via l'agriculture. Et qui dit culture dit rongeurs et oiseaux, friands des précieuses céréales. Les chats sauvages se mirent à côtoyer les villages et à prendre place dans les greniers, attirés par cette manne nourricière. Habitants et félins entrant ainsi régulièrement en contact, ils finirent par se domestiquer l'un l'autre.

SAM_9114 SAM_9119

La grenouille agile est de passage par chez nous. On la trouve partout en France, sauf sur le pourtour méditerranéen et dans la région lilloise. Elle vit dans les bois, en particulier ceux peuplés de chênes et ne s'aventure que rarement dans les zones humide hormis pendant la période de reproduction. Discrète, cette mangeuse d'insectes peut vivre dix ans et atteindre 7 cm au garrot.

lundi 3 juin 2013

Premières truffes d'été pour l'année 2013.

SAM_7738

La voilà, la toute première truffe d'été de l'année. Pas bien grosse et assez en retard par rapport aux deux autres saisons, c'est un plaisir de commencer la récolte.

SAM_7727

Mais voilà, la pluie et la boue ne rendent pas les recherches faciles, la confusion se fait facilement entre les morceaux de bois et d'écorces noircis par la neige et effleurant le sol.

SAM_7731

Il faudra se faire un petit brin de toilette avant de passer sous les coups de fourchette. Un filet d'eau claire, un bout de sopalin ou une brosse à dent feront l'affaire.

 

SAM_7745

Voilà une toute petite cueillette qui ne demande qu'à faire mieux la prochaine fois.

dimanche 16 septembre 2012

Nouvel habit pour le jardin.

P1000719

Ah les doux rayons du soleil qui se déposent sur les feuilles changeantes. Le jardin se transforme, bientôt la brume se lèvera et le froid emportera le reste de récolte. Il est temps de sortir son panier.

P1000741 P1000723

Alors que certaines fruits et légumes sont gâtés, à l'instart des courgettes rondes, les pommes ne font que commencer. Confitures, cidres, tartes se dégusteront bientôt bien au chaud.

P1000721 P1000724

Les  derniers papillons profitent des rares fleurs comme la lavande, la plupart ayant laissées place aux graines et aux baies.

DSCN6675

C'est le temps où la nature fait ses réserves avant de se mettre en sommeil. Certains (je dois l'avouer souvent les mêmes), ne se font déjà plus violence.

P1000748 P1000750

Triste fin que celle d'une truffe. Elle vous donne l'espoir d'être là, prête à s'offrir à vous mais il est déjà trop tard. Sa chair brunie, souvent rongée par les vers indique que le temps de la récolte est passé mais que celle de l'an prochain est déjà annoncée.

P1000744 P1000727

A défaut de profiter du petit gout de noisette de la truffe, tournons nous vers cette première. Elle a finie de mûrir et tombe des arbres. Prenez garde, néanmoins à ne pas rencontrer sous votre dent un petit habitant.

P1000735

La pelouse verdoyante se couvre de feuilles et le soleil se fait rasant. 

P1000725 P1000734

Les rares fleurs et les champignons sauvages s'en donnent à coeur joie dans l'herbe semie-haute.

P1000763 P1000745

Le pic épeiche laisse un peu partout des traces de son passage: plumes, éclats de bois, fients, restes d'insectes. Tel le petit Poucet, tous les indices qu'il laisse le mêne à son chez lui; son nid. 

P1000758

Bref, la nature se part de ses couleurs et le jardin la suit en se préparant à un long sommeil. Mais que de précipitation, il reste encore du temps avant les premières gelées.