dimanche 6 janvier 2019

Grands chantiers de fin d'année !

Voilà près de 2 mois qu'il n'y a plus d'actualités sur le blog et pour cause, cette fin d'année a été des plus riches. Nouveau travail, vie associative, aventures en tout genre en pleine nature ... bref, je me suis éloignée des réseaux pour entrer pleinement dans la vie active. Cette fin d'année est l'occasion pour moi de vous présenter toutes ses actions en quelques lignes et quelques photos.
DSC04728

LES PIEDS DANS L'EAU

L'été indien est bel et bien fini. Octobre et début novembre semblent loin. Ils ont été dans la continuité de cet été chaud et sec qui a frappé une grande partie de la France et qui a marqué nombre d'esprits, ne serait-ce que sur les questions liées au manque d'eau. Mi-octobre, nous avons fait notre dernier plongeon dans le lac d'Aiguebelette, à l'occasion de la fête des plantes rares bordant la plage et présenté dans le précédent article. Ce jour là, nous ne sommes pas les seuls et pour cause, la température extérieure est plus proche des 30°C que des 20°C, un événement certes plaisant sur le moment mais inquiétant quand on songe à l'avenir de notre monde tel que nous le connaissons aujourd'hui. Trêve de paroles noires (ou pas), l'heure est aux souvenirs, en particulier à ceux liés à notre baignades, aux oiseaux et aux champignons présents ce jour là.

DSC04804Parmi les espèces du lac, on observe le grèbe huppé (Podiceps cristatus), un des plus gros représentants de cette famille. Il s'agit ici d'un individu qui sort de la juvénilité du fait que sa tête est encore en partie rayée, une caractéristique absente chez les adultes matures mais présente chez les poussins. C'est un bon pêcheur qui n'hésite pas à s'approcher des berges ou des hommes pendant ses parties de pêche.

DSC04807        DSC04697

Cet oiseau aquatique comme beaucoup d'autres connaît une forte pression, d'une part liée à la destruction de son habitat avec l'augmentation de l'urbanisme, que cela soit pour le logement ou la création d'espaces de loisirs, et d'autre part, liée au comportement du public en milieu naturel vis à vis de la faune et de la flore. Ayant pour statut celui d'une espèce à "préoccupation mineure", sa population est de faible taille en France (6 000 à 10 000 couples). La chasse pour ses plumes, aujourd'hui interdite, en est une des raisons. Cependant le risque demeure. Lors de notre séjour, nous avons pu observer de nombreux comportements pouvant impacter le gracieux animal. Chiens non tenus en laisse qui tentent d'attraper les oiseaux peu farouches, parents leur lançant des cailloux pour les effaroucher et montrer leur vol à leurs enfants, jeunes adultes s'amusant à leur plonger dessus ... non vraiment en matière d'éducation à l'environnement, il y a encore beaucoup à faire.

DSC04719

Rapide constat pendant la baignade. L'image parle d'elle même. Le niveau des étendues d'eau est au plus bas et plus que jamais la question de l'aprovisionnement en eau surgit dans les campagnes. Certains veulent le durcissement des quotas, d'autres la création de digues, retenues et barrages. Dans ce méli-mélo il n'est jamais question de sauvegarde des milieux et pourtant, c'est eux qui continent l'or bleu et nous sauvent de la pénurie.

LES MAINS DANS LA TERRE

Novembre et décembre furent des mois riches voire intenses, entre la prise de poste à la LPO Rhône comme animatrice nature et les nombreux chantiers bénévoles, toujours à la Ligue de Protection des Oiseaux, je n'ai été que très peu présente sur le blog, les réseaux et d'une manière plus général, sur le net et Dieu sait que cela fait du bien ! Les vacances d'hiver sont l'occasion de se poser, de faire un point et d'alimenter quelque peu cette rubrique.

DSC05224

Parc Lacroix Laval de Saint Genis Laval début novembre. Il pleut quelques gouttes le matin et tant mieux, l'objectif de ce samedi est de restaurer une mare forestière en vidant celle-ci des branches et feuillages accumulés dans son fond et de ratiboiser les jeunes feuillus qui la cerne. Cependant ça ne serait tout, un peu loin une autre tâche nous attend : creuser une mare de toute pièce, autant vous dire que la petite 20 aine de motivés que nous étions n'a pas chaumée !

DSC05234

Creuser l'épaisse couche d'argile demande pas mal d'huile de coude. Les seaux pour vider l'eau qui remonte par capillarité ne sont pas de trop, pas plus que les pelles et les pioches qui sans relâchent entaillent le sol jusqu'à plus d'un mètre de profondeur. Reste alors à installer le fond de la mare, ce qui lui permettra de rester étanche. Une bâche et un géotextile ont de ce fait pris place sous le regard attentif des chargés de missions à l'origine du projet.

DSC05223

Bref, voilà le premier chantier de novembre achevé. Se fût l'occasion de rencontrer de nombreux jeunes de nos âges plus motivés les uns que les autres, de créer des liens et surtout, d'imisser les débuts du groupe jeunes LPO Rhône et, qui depuis a vu le jour (fin décembre de cette année 2018) et dont vous aurez toute l'info en fin d'article.

DSC05417

Mi-novembre c'est rebelote ! Cette fois-ci nous sommes dans un domaine viticole dont la culture des vignes répond au label "Terra Vitis", celui de Roche Catin et dont le viticulteur, amoureux de la nature, prend le plus grand soin de la faune, allant jusqu'à baliser les nids d'alouettes dans les vignes.

DSC05411

Pelles, râteaux et bêches ne sont pas de trop pour creuser la mare temporaire et pour planter la 50aines d'arbustes qui formeront la haie. Celle-ci, attenante aux vignes, ne tardera pas à accueillir d'ici deux-trois ans une faune variée, composée essentiellement de petits passereaux mais aussi d'insectes et de micromammifères essentiels pour mener une lutte saine et pratique contre les ravageurs qui peuvent toucher le vignoble. C'est aussi un milieu idéal pour accueillir certains rapaces nocturnes comme la chouette chevêchette ou de plus gros mammifères comme les lièvres, les hérissons et parfois même les renards. Composée d'essences locales comme l'aubépine, le noisetier, le prunellier ou le tilleul, cette haie est un des nombreux outils à la disposition des exploitants pour apporter un peu de biodiversité sur leurs terres.

DSC05385

L'événement se déroule à l'occasion de la semaine du Beaujolais nouveau, pour la peine la LPO Rhône tient un stand. En véritable planquée, je me trouve à animer et à présenter les différentes actions de l'association, les oiseaux du domaine, en quoi celui-ci est un refuge pour la faune. C'est aussi le bon plan pour goûter les cognacs, les vins, les champagnes et les miels produits localement. De quoi rester au chaud et tenir un brin de causette.

DSC05713

Dernier chantier de l'année, celui-ci fin novembre. Opérations classiques : restauration d'une mare et plantation d'une haie champêtre diversifiée favorable aux auxiliaires chez une maraîchère en installation et très sensible à la protection de l'environnement et à la préservation des espèces.

DSC05590

Première étape, récupérer les arbustes. Une partie de ceux-ci seront plantés par les étudiants de la MFR. Les autres, par les bénévoles du jour. Cornouillers sanguins, prunelliers sauvages, aubépines monogynes ou encore érables champêtres, c'est tout autant d'essences locales qui serviront d'abris et de nourriture à la faune, en particulier aux oiseaux. Ces arbustes serviront aussi de coupe vent pour protéger les cultures maraîchères et les arbres fruitiers. L'abondance de champignons sur la parcelle est bon signe, ceux-ci permettront la mise en place de la mycorhization, ce qui permettra aux arbres de s'épanouir.

DSC05675           DSC05704

L'arbuste est sorti de son lot, ses branches sont inspectées, ses racines nues enduites d'un pralin, mélange d'eau, de bouse de vache et d'argile. Cette opération à pour objectif de permettre une reprise rapide du végétal, d'empêcher le déssèchement des racines exposées à l'air libre, de favoriser la cicatrisation des blessures causées par la plantation et d'accélerer le développement des radicelles, petites racines puisant l'eau et les nutriments.

DSC05562

Deuxième étape, restaurer la mare. Actuellement asséchée, elle a fini par se combler peu à peu dans son fond. Les nombreux peupliers n'y sont pas pour rien. Branches, troncs et feuilles mortes terminent dans l'eau, formant une bonne épaisseur de matière organique. L'absence d'eau est une aubaine, elle permet de passer l'étape du vidage pour attaquer celle du curage. L'opération effectuée a permis de rendre sa jeunesse à la boutasse.

DSC05440          DSC05581

L'avant-après est flagrant, et le résultat est à la hauteur des espérances. La pluie et la source toute proche se chargeront de la remplir. Les mares temporaires comme celles-ci sont extrêmement précieuses aux amphibiens, les larves n'ayant besoin d'eau que pendant une courte période contrairement à certains de leurs prédateurs qui ne peuvent pas se maintenir dans ce type de milieux, ce qui accroît aux tétards leur chance de survie.

DSC05598

La plantation s'est complétée par celle de myrtilliers horticoles, les blue berry ou myrtillers américains (Vaccinium corymbosum) qui composent les jus et cocktails à la mode dont je suis amatrice. Tout comme les fleurs en clochettes blanches que donne cet arbrisseau cousin des bruyères et des callunes, les fruits bleus possèdes une chair blanchâtre qui les différencie, entre autre, des myrtilles que l'on rencontre dans les sous-bois européens. Résistant à des températures très basses, jusqu'à -30°C, ses fruits atteignent leur pleine maturité à l'approche de l'automne, quand ses feuilles commencent à rougir avant de prendre une teinte de feu à l'approche de l'hiver que le myrtiller passera complètement nu. La culture de cette espèce est ancienne et remonterait aux indiens d'Amérique, mais ça culture à grande échelle ne daterait que de 1908.

DSC05488           DSC05494

Les pratiques de l'exploitation en devenir sont orientées dans le but de préserver au mieux l'environement. De ce fait de nombreuses espèces sauvages s'y développent, en particulier de champignons qui profitent des troncs des peupliers morts laissés à la périphérie de la parcelle. L'oreille de Judas (Auricularia auricula-judae), cousine des champignons noirs chinois et tout aussi comestible se plaît ainsi à coloniser les branches tombées au sol.

DSC05506

Nombreuses sont les espèces à avoir fait des peupliers leur demeure. On peut compter par exemple la très méridionale pholiote destructrice (Hemipholiota populnea) observer sur le site, bien trop amère pour être consommée, mais aussi la pleurote en forme d'huître (Pleurotus ostreatus), délicieuse et parfois exposée sur les étales des marchés. De nombreuses recherches sont menées sur les capacités dépolluante de cette pleurote.

DSC05548

Surprise en retournant le sol, des dizaines de larves de hannetons de la Saint Jean (Amphimallon solstitialis) émergent. Gourmandes et friandes de jeunes racines, elles ne font pas toujours bon ménage avec le jardinier.

DSC05538

Il ne faut pas les confondre avec les larves de cétoine, des auxiliaires au jardin. Pour faire la distinction : chez les hannetons on a une grosse tête, chez les cétoine une tête minuscule et un gros abdomen. Alors que l'adulte hanneton (imago) ne vit que de juin à août le temps de mener à bien ses amours, sa forme larvaire se développe pendant deux ans dans le sol. C'est un insecte typique de milieux ouverts tels que les prairies, les parcs et les jardins, toujours à proximité de haies et d'arbres pour se poser et ainsi se reproduire. Cette espèce est en pleine expansion, à contrario du hanneton commun (Melolontha Melolontha) qui tend à ne plus être ... commun. Les pratiques agricoles intensives avec l'apparition de monocultures pourraient expliquer l'augmentation de ce petit scarabée.

LA TÊTE DANS LES ETOILES

logo lpo

Le titre est bien trouvé pour parler de mon nouveau travail. Depuis novembre, j'exerce comme animatrice nature au sein de la LPO Rhône, une consécration pour moi. Expliquer un écosystème, sensibiliser à la protection de l'environnement, faire observer des oiseaux d'eau ou des rapaces à des enfants et des familles, faire des pêches de découverte en mare mais aussi coordonner, défendre des projets pédagogiques, répondre à des commandes ou animer des stands de présentations et des conférences ne sont que quelques unes de mes activités au sein de la LPO Rhône qui depuis le 1er janvier 2018 fait partie de la LPO Régionale AURA : Auverge - Rhône -Alpes. Je me plonge depuis corps et âme dans l'étude et la compréhension des oiseaux.
Fort heureusement je suis bien équipée, en particulier du côté de l'éthnologie avec leformidable ouvrage "Le génie des oiseaux" de Jennifer Ackerman aux éditions Marabout - Siences & Nature, bien que l'auteur face des comparaisons un peu simplistes entre le comportement animal et humaine.

DSC05121

Mi-novembre, je suis en observation avec une collègue elle aussi novellement arrivée. Au programme de la journée : sortie avec une classe de scolaires sur l'ENS local (espace naturel sensible). Pas de rapaces en vue, mais des pics, des mésanges, des corneilles, des pinsons, des rouges gorges, des palombes et des merles. Un inventaire qui semblerait à première vu pour certains décevant mais qui en réalité est riche en tout point. C'est une découverte pour bon nombre des enfants qui ont pris lors de cette sortie plaisir à découvrir autrement le patrimoine de leur commune mais qui ont pu aussi apprendre à observer leur environnement et à s'en émerveiller.

bird-2803709_960_720

Les grands chantiers ne s'arrêtent pas là ! Début décembre avec deux comparses, nous avons lancé le groupe jeunes LPO Rhône, sous l'aval et le regard bienveillant de la LPO Rhône. Ce groupe à vocation à réunir les jeunes du territoire, curieux et passionnés de naturalisme quelque soit leur niveau et leur parcours. Autant dire que de beaux projets ne devraient pas tarder à voir le jour et pour les quels je vous tiendrai informé. D'ailleurs, pour les curieux, je vous invite à nous rejoindre sur notre groupe facebook en cliquant ICI ou à nous contacter par mail à l'adresse suivante :  groupejeune.lporhone@gmail.com 

Autre grande nouvelle, mon entrée au Conseil d'Administration du Mycorium Sauvage de France, association mycologique organisatrice du Mycoforum en 2017 et en 2018 à Saint André de Vivarais, forum dédié au champignon et dont vous avez pu retrouver la présentation en cliquant . Sorties mycologiques, découvertes des plantes et des fleurs sauvages, créations d'expositions et d'évenements dédiées aux champignons à la nature ... autant dire que là aussi, ça dépote et dont bien évidement, vous aurez des nouvelles via les réseaux.

9d1687fe53247d0da876e4bff2e3ce64

La tête dans les étoiles mais aussi pleins les yeux. Le blog bien qu'au repos a dépassé pendant les vacances de noël le million pour ce qui concerne les visites. Un exploit pour un site personnel né en 2012 et qui se voulait être une simple plate-forme de partage plutôt discrète. Que de chemin parcouru depuis, de rencontres et de grands événements. Cette barre symbolique est aussi l'occasion de faire un peu de ménage : correction des articles aussi bien sur la véracité des informations que sur l'orthographe, suppression de ceux devenus obsolètes, bref, c'est une mise à neuf de certains contenus qui m'attend. Dans tous les cas c'est un immense merci que j'adresse à tous vous lecteurs, réguliers ou de passage, qui avezt contribué à toute cette aventure en vous attardant sur la Renarde des Alpes. Je vous souhaite de belles réussites pour cette année 2019 et dont j'ai hâte de tirer profit pour vous partager nos aventures dans les Calanques, en Camargue, en Alsace, en Allemagne et à la frontière Suisse.


mercredi 28 septembre 2016

Destination Bretagne : Les menhirs de Carnac.

DSC08543

 Je n'ai été que rarement saisie par un tel spectacle. Les alignements des 3000 menhirs de Carnac sont à couper le souffle. Vieux de 4000 à 7000 ans, ils ne peuvent susciter que l'admiration vis-à vis de nos ancêtres du néolithique. À savoir, un menhir est une pierre ou une roche plantée/drésse dans le sol. Bien que ça soit en Europe (surtout de l'Ouest) qu'on en rencontre le plus, on peut en trouver un peu partout dans le monde. 

 

Les formes du mégalithisme.

 Les édifices mégalithiques sont des vestiges dont ne connaît pas vraiment la symbolique pour les hommes qui les ont érigés. En Europe on en rencontre plusieurs formes comme les menhirs (définis en présentation), les dolmens (qui sont des tombeaux de pierres), les Cromlech (cercles de dolmens) ou encore les alignements (lignes de menhirs comme ici). Ils sont liés à des pratiques et cultes dit paganiques dont il ne reste pas d'écrits.

DSC02807 DSC08541DSC02809DSC08548 DSC08550

 

Le moineau domestique (Passer domesticus).

 Dans l'excellente crêperie du site (présentée plus bas dans l'article), il est possible de rencontrer une troupe de moineaux domestiques. Commun au point de devenir banal, ces oiseaux souffres du peu de considération qu'on leur porte. Si leur comportement est bien connu, l'état de leur population ne l'est plus du tout.

DSC02841

 

Le lapin de Garenne (Oryctolagus cuniculus).

Il se plaît énormément dans les pelouses rases du bord de mer mais aussi dans les terres. Présent partout en France, sa population décline doucement (sans pour autant être menacée) du fait de la perte de son habitat et de l'arrivée de nouvelles maladies. C'est la souche de la plupart de nos lapins d'élevage et de compagnie.

DSC02857 DSC08570DSC08573

 

La cêrperie Au Pressoir des alignements de Carnac.

Je fais rarement de la pub pour un endroit où j'ai pu manger mais cette crêperie en vaut largement la peine. Loin de celles que nous avons pu tester sur Vannes (de vraies attrape-touristes !), nous nous sommes tout bonnement régalé. Petits prix, cadre superbe, ambiance sans chichis et bonne cuisine ... elle a tout pour plaire.

DSC08562 DSC08563

 

Le pin maritime (Pinus pinaster).

La Bretagne est faiblement boisée et pourtant, l'exploitation des pins maritimes est une ressource importante pour la région. Ces pins peuvent pousser sur une grande variabilité de sol dont les sols granitiques et ceux de grès. Leur croissance rapide et leur bois de qualité en font d'excellent éléments pour les charpentes et les menuisiers.

DSC08552

 

Le mot de la fin.

Quelle chance de pouvoir passer la nuit sous tente juste à côté de ce site exceptionnel accompagnés par le bruit des chouettes et des animaux de la nuit. Il nous a fallu bien prendre du repos car le lendemain s'annonce épique : une trentaine de kilomètres en vélo pour découvrir Belle Île en Mer et ses paysages de rêves sous la pluie.

DSC02866 DSC08557

dimanche 11 septembre 2016

Destination Bretagne : Les marais Poitevin.

DSC02587

 Après 8 à 9 heures de routes, nous voilà dans les marais Poitevins avec nos amis Fiona et Hugo avec qui nous partageons le voyage. Il fait beau, il fait chaud ... c'est idéal pour faire un tour en barque. Nous nous sommes régalés, nous avons vu peu de plantes mais une multitude d'oiseaux sauvage pour notre plus grand plaisir.

 

Le vulcain (Vanessa atalanta).

Ce vulcain est entrain de se nourrir du nectar d'une cardère sauvage (Dipsacus fullonum). C'est un papillon migrateur qui prend pour hôte (oeufs et chenilles) l'ortie dioïque (Urtica dioica) et qui se nourrit de fleurs riches en nectar même s'il n'est pas rare de le voir se poser sur les fruits pourris pour en aspirer le jus sucré.

DSC02433 DSC02440DSC02443 - Copie

 

Sous les arbres.

De nombreux arbres ont leurs feuilles et leurs branches qui effleurent l'eau. Garde aux navigateurs et navigatrices du dimanche qui à la barre de leur navire ne parviennent pas toujours à garder le cap (ça fait mal !). C'est dans ces branches losrqu'elles sont grosses et qu'elles trempent littéralement dans l'eau que l'on peut observer des nids de poule d'eau (Gallinula chloropus) ou de foulque macroule (Fulica atra). 

DSC02526 DSC02528

 

Les oiseaux aquatiques.

Les marais regorgent de poissons, d'insectes et de batraciens. Ils font le festin des échassiers qui sont nombreux dans le marais. On rencontre ainsi des hérons cendrés (Ardea cinerea), des aigrettes garzettes (Egretta garzetta) et des hérons gardes-boeufs (Bubulcus ibis) qui sont attirés par les mouches et taons qui accompagnent les vaches des marais que je vous présenterai un peu plus bas. Ces trois espèces vivent côtes à côtes.

DSC08375 DSC08379DSC08386

 

Les marais Poitevin.

Les marais Poitevin sont composés de plusieurs types de milieux. Nous nous trouvons dans la Venise verte qui se compose de fossés et de canaux semblables à un labyrinthe. À l'opposé on trouve les marais mouillés qui se composent de pâturages riches et inondés de manière périodique et les marais desséchés, protégés par les digues et qui sont peu alimentés en eaux vives. Ils sont utilisés comme terres d'élevage et céréalières.

DSC02468 DSC02493

 

Le canard colvert (Anas platyrhynchos).

On le trouve un peu partout en France et presque dans tous les pays du monde, aussi bien en Argentine, en Australie, en Afrique du Sud qu'en Chine, en Côte d'Ivoire ou en Alaska. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il possède un bon vol et beaucoup de puissance ce qui lui permet de s'envoler rapidement et avec force.

DSC02538

 

Les libellules (Odonates).

Pas moins de 73 espèces de libellules peuvent être observées dans les marais Poitevin. Cela va des frêles demoiselles comme ces caloptéryx éclatants (Calopteryx splendens) aux grosses Gomphidae colorées comme cette onychogomphe à crochets (Onychogomphus uncatu) profitant de notre barque pour un peu de repos.

DSC08382 DSC02485DSC08361

 

Des vaches naufragées.

Le réseau de canaux forment des îles vertes sur les quelles Ô surprise ! on trouve des troupeaux de bovidés. Nous avons pu observer au moins 4 races distinctes : les vaches Highlandes, les charolaises, les salers et les vaches maraîchines, une espèce endémique des marais qui se reconnaît à sa robe et ses grandes cornes. Tout ce petit monde transite d'île en île par .. barque ! Même si pour les grands troupeaux cela se fait par bateau.

DSC02458 DSC02633DSC02573DSC02580 DSC02587

 

L'embarcadère de Magné.

Magné est une commune des Deux-Sèvre qui se trouve entre les marais mouillés et la fameuse Venise verte. C'est d'elle et de ses quais que la plupart des touristes partent en barque visiter les canaux et cela depuis 1979. La ville ne manque pas de charme mais c'est pour son aspect naturel que les foules se déplacent.

 DSC02684

 

La poule d'eau (Gallinula chloropus).

Son nom complet est "gallinule poule d'eau". Les poussins sont très semblables aux adultes (grande photo) mais les jeunes indépendants sont très ternes et plutôt discrets (photo ci-dessous). C'est un oiseau omnivore qui mange un peu près tout ce qu'il trouve : herbe, plantes aquatiques, oeufs, petits poissons, mollusques, vers ...

DSC08418 DSC08407DSC02652

 

Le campement.

J'aurai du peut être commencer l'article par là. Voici notre campement de la nuit. Nous avons fait halte à la limite de la Corrèze, sur le plateau des mille vaches. La nuit a été parfaite, ponctuée par les hululements des chouettes et les aboiements des chevreuils. Au petit matin nous avons même vu un très beau brocard détaller.

DSC08318 DSC02375

 

La huppe fasciée (Upupa epops).

C'est un oiseau très élégant qui a cette période de l'année s'assemble avec d'autres congénères pour former de petits groupes afin d'entamer leur migration pour l'Afrique. C'est une alliée du jardinier car elle se nourrie de limaces mais aussi de larves d'insectes ravageurs comme celles de la courtilière et du hanneton.

DSC08455

 

Le mot de la fin.

Premier jour du périple, première découverte et beaucoup de plaisir à la clé. Nous nous sommes éclatés dans les marais, il y a beaucoup à voir et la ballade peu s'étaller sur toute la journée. Il y a beaucoup d'endroits où s'arrêter pour faire de l'affût ou être plutôt tranquille pour observer les oiseaux mais aussi les poissons. Pour le prochaine épisode nous partons en direction de Belle Île en Mer en vélo puis pour Carnac à la découverte des dolmens.

DSC08321 DSC08389

samedi 26 mars 2016

Anniversaire.

titre renarde vert

wwwAujourd’hui La Renard des Alpes a 4 ans. Vous êtes bientôt 300 000 à être passés par chez moi et ça me fait énormément plaisir. Que de projets depuis 2012, des collaborations, des sorties groupées, des expos, des ateliers … c’est formidable et c’est pas prêt de s’arrêter. Merci à tous, du fond du coeur.

www

Depuis l'arrivée de mon nouvelle appareil photo j'ai des dizaines et des dizaines de photos d'animaux et surtout d'oiseaux à vous présenter, j'ai hâte de vous les montrer dans les prochains articles. D'ici là je vous souhaite une bonne journée depuis la plaine du Mont Ventoux où je me trouve pour quelques jours.

www

La saison des morilles débute doucement chez nous mais pas de panique, je suis persuadée que dans quelques jours nous trouverons les premières, ce qui ne m'empêche pas d'êntre impatiente. En attendant au programme c'est plâtré de pézize et malgré leur odeur et leur aspect, c'est juste divin !

P1050710 P4080022 P4090193 P4090205

jeudi 24 décembre 2015

Un joyeux Noël.

moiVoici quelques mots pour vous souhaiter un joyeux Noël et une très bonne année. 2015 a été très riche, aussi bien en émotions que botaniquement parlant. Grâce à vous j'ai eu beaucoup de petits mots doux pendant ma rechercher de travail ce qui m'a remonté le moral. Vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre et surtout à me contacter ce qui me plaît énormément, l'échange entre passionnés ayant été le but premier de ce blog. Quelques jolies sorties communes ont de ce fait pu voir le jour et j'espère bien qu'elles seront nombreuses en 2016. Cette année vous avez été près de 145000 à passer par ici et j'en suis encore surprise (dont plus de 1600 aujourd'hui). Pour 2016 je vous promets des publications plus régulières, de nombreux billets sur mes sorties avec les professionnels de la nature (quatre sont déjà prévues jusqu'à juin), un peu moins de fautes d'orthographes (si possible), des photos plus travaillé et surtout, encore plus de découverte. Merci à vous pour ces moments de partages !

Votre Renarde

 


vendredi 28 août 2015

BTSA GPN.

P7054194

Hé bien ! Le blog fête son 200 000e visiteur, si c'est pas chouette ça ! Je dois avouer qu'il a bien chnagé depuis ses débuts en 2012 ce qui ne va pas sans me plaire. Néanmoins je me refuse encore à supprimer les vieux articles à la mise en page ratée, aux photos un peu (beaucoup) loupées et aux informations peu précises voire parfois douteuses (je suis assez nostalgique de la période pendant la quelle ils ont été réalisés).

Bref, c'est peut être là l'occasion de parler un petit peu de mes projets. À partir de la rentrée 2016 j'espère débuter un BSTA GPN pour deux ans (Brevet de technicien supérieur agricole en gestion et protection de la nature). Pour se faire j'ai besoin d'un maître d'apprentissage et d'une structure. Association, Communauté de Commune, entreprise privée, structures d'Etat ... tout se qui ce rapporte à la Nature et aux interactions entre les acteurs de l'environnement m'intéréssé. Cette reprise d'études vient compléter ma licence de socio-anhropologie mais surtout, me permettre d'accéder aux métiers liés à ma passion : la nature, la découvrir, la faire découvrir, la protéger et transmettre au public cette passion que j'ai pour elle. Autre nouvelle, cette année je compte bien m'inscrire à la super association de botanique et de mycologie de Voiron, la SHNVC, et vous en faire profiter via le blog.

Alors voilà, si à tout hasard vous connaissez une structure en Rhône-Alpes qui pour 2016-2017 et 2017-2018 est susceptible d'acceuillir une petite jeune de 23 ans comme moi, n'hésitez pas à me faire signe. Merci à tous pour les échanges et les rencontres faites ici depuis 2012, elles sont toujours riches en émotions.

La Renarde.

Emoticon Red Fox espionnage avec des jumelles

dimanche 21 juin 2015

Le PlanetSolar à la 21e MedCop.

Deux photos pour vous parler du plus grand bateau solaire du monde, le PlanetSolar que j'ai pu visiter lors de la 21e MedCopquise tenait début juin à Marseille, sous l'autorité de Mr le président. Je vous invite à suivre leur site et si un jour vous en avez l'occasion,de visiter cette merveille qui très bientôt va être réaménagé pour devenir un laboratoire d'étude de la vie marine. Plus d'infos sur : http://www.planetsolar.org/

P6071441 P6071442

mardi 31 mars 2015

Me contacter et me suivre.

PA020475

Parce que ce blog est avant tout un moyen d'échanger et de réfléchir sur la Nature et tout ce qui lui est lié
au possible, 
v'là le lien de la page Facebook pour me contacter en message privé ainsque mon mail.

Facebook

N'hésitez pas à me faire par de vos idées: rectifications, identifications erronées, informations, questions ... je suis toute ouïe et tenterai de vous répondre le plus rapidement possible. Sinon, laissez moi un commentaire sous l'article de votre choix ou plus simplement abonnez-vous à la New lestter
pour avoir toutes les infos en temps et en heure.

bouton facebook

L'adresse mail

Parce que ça reste le moyen le plus simple de prendre contact.
Il vous sufit de cliquer sur l'onglet "Contacter l'auteur" en haut à gauche.
Là aussi je suis toute ouïe à vos suggestions et à vos propositions.

 

bouton

 

Newsletter
Newsletter
<$CBNewsletterCount$>

samedi 17 janvier 2015

Hommage à Longpra.

PA260289

 Week-end en amoureux. Voilà une bonne occasion pour visiter le château de Longrpa. Alors pourquoi ce titre ? Tout simplement parce que la propriétaire de celui-ci, après avoir pendant de nombreuses années organisé des expositions et des visites de la maison forte retourne vivre à Paris et cède le lieu aux héritiers du Comte Albert de Franclieu, défunt maire de la commune. De cette passation,on ne connaît pas encore l'avenir du lieu et peut être sera-t-il prochainement complètement privatiser.

PA260273 PA260291

PA260298 PA260299

  Car il ne faut pas l'oublier, faire vivre un tel lieu demande un important investissement qui ruine souvent les propriétaires. Pour indication la réparation de la toiture du château a coûté une petite fortune. L'entretien des meubles et des papiers peints d'époque sensibles à la lumière, la restauration de la façade sont parfois des dépenses auquel il est bien difficile de faire face. 

PA260330

Mais les expositions diverses et variées, le musée permanent du bois qu'il abrite, les visites guidées, le cadre et la beauté du lieu attirent de nombreux visiteurs. Les dons, les fondations et les prix sont également des aides précieux pour la conservation de cet élément de patrimoine. La programmation 2015 n'est pas encore annoncée, espérons qu'elle soit aussi riche que cette année.

PA260342 PA260346

PA260325 PA260326

 Espérons encore un bel et long avenir à Longpra, sinon, le lieu sera garder les nombreux souvenir de nos passage. Depuis mes 5-6 ans je connais la maison forte. J'y suis passée en famille, en amoureux, en amis et à chaque fois, avec le même plaisir. Pour vous tenir informé des dernières news je vous invite à visiter le site internet ICI ou à consulter cet article qui date du début d'année 2014 juste LA.

PA260338

lundi 12 janvier 2015

La roseraie de l'Abbaye de Valsainte.

PB010616

 L'été indien dans le sud, les champs de lavandins fauchés, le soleil qui cogne fort et les nuits qui se font fraîches... c'est un petit bout de vacance après l'heure. Lo'ccasion est toute trouvée pour visiter les jardins et plus particulièrement dans la roseraie de l'abbaye de Valsainte.

PB010520 PB010494

PB010516 PB010521

 Conférence pleine de bon conseils sur le composte avec le chroniquer radio Jean-Yves Meignen (qui est aussi le jardinier de l'abbaye). Alros oui dit comme ça, ça fait pas très glamour, voire un peu cracra quand on imagine une montagne de déchets organique mais qu'est-ce que c'est utile au jardin !

PB010512

 L'argousier commun (Arbutus unedo) est un arbre méditerranéen qui produit des fruits comestibles. Plante pyrophile (qui résiste au feu), feuilles, fruits, racines, écorces etc. sont utilisées pour leurs propriétés médicinales. L'argousier serait anti-inflammatoire, diurétique, instringeant, anti-diarrhéique et efficace contre les rhumatismes.

PB010624 PB010575

PB010641 PB010643

 Le jardin de l'abbaye a une histoire particulière. Situé sur un site religieux datant du paléolithique, il fût le lieu de culte de nombreuses religions (plus ou moins sectaire). Dragons, vierges et divinités de la nature étaient associés aux étranges rochers qui l'entourent.

PB010590

Le Mont de l'Olivier est ici non pas un hommage a cet arbre emblématique du Sud mais au Mont des Oliviers, colline qui se situe à l'est de Jérusalem. C'est là, dans le région chrétienne, qu'aurait eu lieu l'Ascension du Christ. De nombreux monuments religieux des trois religions monothéistes majeurs y ont été érigés.

PB010560 PB010563

PB010565 PB010556

 Un superbe chêne blanc (Quercus pubescens), vieux de plus de 300 ans et classé arbre remarquable depuis 2011 surplombe le jardin de l'"Occitan". Il pousse sur un immense rocher que les anciens du pays avaient nommé le dragon et auquel ils prêtaient de nombreux pouvoirs magiques.

PB010608

Le chêne blanc tient son nom aux poils fins qui couvrent ses feuilles et ses jeunes écorces et qui lui donne un aspect blanchâtre. Peu exigeant, il se plaît en de nombreux endroits et fait parti des chênes truffiers. Lui aussi fait parti des espèces récitantes au feu.

PB010579 PB010586

PB010627 PB010633

Le jardin est auto-suffisant en eau et nécessite peu d'entretient. Le paillage et le compostage se font à partir des tiges de lavandes et de lavandins des champs alentours. Ceux-ci sont utilisés pour l'industrie de la parfumerie.

PB010568

 Refuge des oiseaux, le jardin appartient à la LPO (ligue de protection des oiseaux). On peut y apercevoir par exemple le circaète Jean le Blanc, la mésange bleue, la fauvette à tête noire, le verdier ou encore le chardonneret.

PB010509 PB010505

PB010506 PB010508

Je profite de cette occasion pour vous présenter quelques roses que l'on peut rencontrer dans le jardin.
Sourire d'Orchidée est un rosier grimpant créer à partir d'espèces anciennes doux la finesse de ses fleurs et son parfum marqué. Il fleurit de mars à novembre et présente des pétales blanc-rosés.

PB010523

 Centenaire de Lourdes est un grand rosier lumineux aux fleurs roses massives.
Il peut se décliner en blanc, en nacré ou en rouge passion.

1PB0104802PB010481

3PB0105314PB010532

Pullman Orient Express (1 et 2) est un rosier aux fleurs incroyables présentant un coeur jaune ourlé d'un rose profond. Il figure parmi mes rosiers préférés.
Marie Laforêt (3 et 4) est un rosier beaucoup plus discret et délicat aux couleurs pastelles.

PB010544

 Vent d'Eté est parfait pour parfaire les haies. Sa floraison prolongée et son dense feuillage vert habillent facilement les bosquets à l'abandon. Il tire sa rusticité des espèces sauvages de rosiers, les églantiers.

PB010535 PB010537

PB010539 PB010496

The Fairy est un petit rosier qui porte bien son nom. Issu lui aussi de rosiers anciens, il aime les zones de mi-ombre, les sols riches en humus et légèrement calcaire. Il ne craint pas l'hiver à condition qu'il soit doux. 

PB010493

Une bien belle sortie lors de ses portes ouvertes qui nous ont permit de découvrir le charme de la région.
Fleurs, arbres remarquables, fruits sucrés et magie des vieilles pierres ne manquent pas de donner un charme
tout particulier au lieu et à sa dimension sacrée. 

PB010625 PB010529

PB010554 PB010661