vendredi 4 septembre 2020

Sortie dans les marais 22 : une journée au bord de l'eau.

DSCN5271Nous sommes mi-juillet. La chaleur commence à se faire ressentir. Pas de maillots de bain pour nous cette année. Nous décidons plutôt de partir en vadrouille, et cela à plusieurs reprises en début de soirée, quand le soleil brille encore, pour observer les animaux à la fraîche. Nous longeons les rives du vieux Rhône, du barage de Pierre Bénite à celui de Vienne, explorant les ripisylves, les canaux et les lônes, nom local donnés aux bras morts du Rhône. Partons depuis le nord. La retenue d'eau est équipée d'une petite turbine pour convertir l'énergie du fleuvre en éléectricité. À ses pieds deux îles temporaires se sont formées. Composées de bancs de sables, de troncs d'arbres morts et de déchets traînés là par les crues, elles sont prises d'assaut par les osieaux. On pourrait s'en étonner quand on contemple le paysage. À notre gauche, l'autoroute A7 et son lot de pot d'échappements. En face de nous, la raffinerie de Feyzin et ses torches qui flambent 24 heures sur 24. Derrière nous, la station d'épuration est ses relants. Tout à première vue laisserait penser que l'endroit n'est pas favorable à la biodiversité.

DSCN5279              DSCN5280

Et pourtant, notre patience est bien vite récompensée. À peines installés en hauteur sur l'une des rives, nous avons l'occasion de voir dès le premier soir deux castors d'Europe (Castor fiber) grignotter de jeunes et tendres pousses de peupliers. Décidément, les rencontres avec cet animal discret sont toujours aussi émouvantes. Le lendemain, c'est compère ragondin (Myocastor coypus) qui viendra faire son tour. Outre des gros mammifères, nous avons aussi la chance de à travers la longue vue quelques petits gravelots (Charadrius dubius), l'un de nos oiseaux préférés qui nous envoûte avec ses grands yeux dorés. Avec un peu de chance, les individus observés ont pu nicher là. À la nuit tombée, nous nous déléctons de leurs petits cris.

DSCN5276Jusqu'à une vingtaine de hérons cendrés (Ardea cinerea) sont aux aguets. Sur les îles mais aussi les contreforts du barrage, ils attendent le passage des poissons. Depuis peu les jeunes de la colonie située à l'île du beurre (plus de 80 nids) ont pris leur envol. Ils prennent doucement possession des lieux. Les juvéniles se reconnaissent à leur calotte grise et non noir comme chez les adultes. Il n'est pas rare de les voir se disputer les places de pêche. Au-dessus de leurs têtes, les choucas des tours (Corvus monedula) les observent avec curiosité depuis les cavités des renforts bétonés où ils nichent.

DSCN5298              DSCN5300

Bien d'autres espèces sont présentes. Les canards colverts (Anas platyrhynchos) semblent aimer les berges de galets où ils cherchent leur nourriture. Une femelle y mène ses cannetons à travers les herbes hautes. Les grands cormorans (Phalacrocorax carbo) sont de retour et prennent le temps de sécher leur ailes et de digérer sur une carscasse de voiture. Au milieu de tout ça, un chevalier guignette (Actitis hypoleucos) cherche des invertébrés entre le pieres envasées. Ses longues pattes et ses grands doigts lui permettent de ne pas s'enliser.

DSCN5306Les milans noirs (Milvus migrans) inspectent une dernière fois sur les berges si un ou deux poissons morts ne traînent pas là. Chargonard, il se nourrit essentiellement de dépouilles de poiscailles. Un peu plus bas, une cinquantaine de couples nichent. C'est ainsi le deuxième plus grand site de nidification du Rhône. Celui-ci a été favorisé par les décharges qui fleurissaient le long du Rhône et qui depuis sont, bien heureusement, fermées.

DSCN5310              DSCN5309

Dernier coup de longue vue avant de partir, la nuit avançant à grands pas. Sur un gros rocher, un jeune goéland leucophé (Larus canus) attend sagement le ravitaillement de ses parents. Si quelques couples nicheurs sont connus sur le toit stade de Gerland, il semblerait que ce ne soit pas le cas sur ce site. Protecturs, les adultes passent en rase-motte au-dessus des hérons qui auraient le malheur de s'approcher un peu trop de leur petit.

DSCN5273     DSCN5283     DSCN5288    DSCN5287

Voilà la nuit. La raffinerie et le barrage s'éclairent de milles lumières et compère castor vient s'intaller casser la croûte. Quelques cris d'oiseaux se font encore entendre. Ici, c'est notre petit coin de paradis. Qu'importe le décor, le bruit, les odeurs et les déchets à droite sans parle de la portion de route défoncée. Nous nous trouvons seules face à un coin de nature méconnu et riche, qui nous promet de belles découvertes pour l'hiver à venir.

DSCN5215Changement de paysage, nous voici aux Selettes appelée île Tabard bien qu'elle n'en soit plus une, non loin du Vieux Port. L'île de la Table Ronde nous fait face. C'est ici que l'on peut observer les vestiges des anciens casiers Girardon. Ces grands aménagements au 18eme siècle se présentent sous forme de retenues de pierres pour piéger les sédiments afin de rendre le lit du fleuve navigable. Avec la création du canal du Rhône, ils n'ont plus de raison d'être. Défavorables pour la plupart vis-à-vis de la biodiversité, certains ont été conservés car recréant des milieux similaires aux lônes. C'est la aussi que les petits échassiers viennent chasser.

DSCN5212              DSCN5219

Un pigeon ramier (Columba palumbus) attire notre attention par son roucoulement, mais nos regards restent tournés de l'autre côté du rivage. Nous avons repréré un nid de milan noir. Un poussin appel ses parents qui viennent à tour de rôle le nourrir. Depuis les milans noirs comme royaux sont repartis en Afrique. Migrateurs, ils ne restent en France que le temps de la reproduction. Désormais il faudra attendre 2021 pour les voir.

DSCN5208     DSCN5209     DSCN5213     DSCN5220

Petit passage par la campagne. Un groupe de hérons garde-boeufs (Bubulcus ibis) passent en direction du parc de la Tête d'Or où ils nichent. S'il était encore exceptionnel d'en observer il y a 4 ou 5 ans, aujourd'hui c'est chose commune. Ce petit héron blanc à la huppe jaune en période de reproduction se rencontre d'ordinaire dans le sud de la France mais tend à remonter de plus en plus au nord pour arriver en région lyonnaise.

DSCN5228              DSCN5232

Continuons quelques kilomètres plus loin. Nous sommes à quelques pas du barrage Vienne, le long d'un des canaux qui borde le Rhône et qui limite les innondations. J'avais pu y venir, il y a un peu plus de 2 ans, dans le cadre de mon BTS pour observer les oiseaux hivernants et les castors. Ce soir là nous ne les verrons pas mais aurons la chance d'admirer une poule d'eau (Gallinula chloropus) nicher dans les eaux calmes, abritée par les aulnes glutineux (Alnus glutinosa). Le martin pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) est aussi de la partie.

DSCN5249Et comme il y a 2 ans, le bihoreau gris (Nycticorax nycticorax) est présent. Cette fois-ci la rencontre est beaucoup moins éphèmére et nous avons même l'occasion de le photographier. Cet élégant petit héron n'est pas courant et est le plus souvent actif la nuit où il pêche avec patienceles poissons, les grenouilles et divers invertébrés aquatiques. En période de reproduction quelques longues plumes blanches ornent sa tête.

DSCN5236              DSCN5240

Il est l'heure pour les choucas des tours (Corvus monedula) et les corneilles noires (Corvus corone) de retourner au dortoir, du moins pour les couples ayant vu leurs petits prendre leur indépendance. Cependant, ceux-ci les suivent jusqu'aux forêts de l'île de la Table Ronde. Tous les soirs, des centaines de corvidés s'y retrouvent dans un joyeux brouhaha pour passer là nuit, loin des prédateur et du regard des humains. Un moment toujours magique, en particulier quand on la chance de se trouver sur place à la tombée de la nuit.

DSCN5262Prit sur le vif, un héron s'enfonce dnas la pénombre en direction cette fois-ci de l'île du Beurre, ancien nom donner dans le lyonnais au castor. Nous le suivons du regard pendant quelques secondes avant avant de le voir s'enfoncer dans la pénombre. Il n'y a pas dire, avec ses nombreuses îles et forêts humides (ripisylves), le Rhône reste un fleuve riche en découvertes pour nous, et en abris pour la faune sauvage.

DSCN5259              DSCN5260

Il est suivit part un autre héron. Il s'agit de l'aigrette garzette (Egretta garzetta), reconnaissable à son plumage blanc, à sa pettie taille, à son bec et ses pattes noires ainsi qu'à ses doigts jaunes donnant l'impression qu'elle est chaussée. Mais dans l'obscurité naissance il n'est pas aisé de toujours en percevoir les couleurs. Présente aux quatre coins du globe, elle est capable de se nourrir d'une grande diversité d'organisme aquatiques.

DSCN5255En voilà un qui ne nous a pas quitté du printemps à l'été. Le rouge-queue noir (Phoenicurus ochruros) est à l'origine un oiseau présent sur les éboulis et les falaises. L'urbanisation semble lui avoir plus, les bâtiments et édifices bétonnés s'approchant dans parois où il niche. Il peut de se fait s'observer facilement en plaine et dans les villes. Insectivore, il quitte la France à l'automne, faute de nourriture disponible. Néanmoins, certains trouvant les températures clémentes, tous ne migrent pas. Ceux faisant ce choix trouvent avec peine de quoi se nourrir et bien souvent, meurent ou ne peuvent assurer la saison de reproduction.

DSCN5263             DSCN5264

Voilà, le ciel est devenu sombre et ne nous laisse pas le loisir de contempler le plumage des oiseaux. Manque de chance,  c'est à ce moment là que tout un groupe de guêpiers d'Europe (Merops apiaster) décide de s'inviter. Ces oiseaux très colorés et bruyants sont de grands amateurs de guêpes comme leur nom le laisse entendre mais aussi, d'abeilles et de frelons. Ils ne rechignent pas non plus à se nourrir de libellules ou de gros papillons.

DSCN5222     DSCN5224     DSCN5225     DSCN5254

Fin de la virée au bord de l'eau, retour aux champs puis au village. Je ne m'attendais pas à de si belles observations, avec en toile de fond le Pilat baigand dnas le soleil. Il y aura d'ici là d'autres virées mais la plus grande partie de l'été se passera dans notre appartement. Pour tuer le temps je dessine beaucoup et je partage un bout de mon quotidien sur Instagram. Vous pouvez m'y retrouver sous le pseudo @la_renarde_des_alpes.

J'ai aussi repris le montage, et d'ailleurs la vidéo a dû paraître avant le publication de cet article. Je m'essaye aussi un peu à la cuisine, notament depuis que j'ai découvert Emmanuelle Jary, ses reportages incroyalbes et sa gouaille sans pareil. Elle m'a ainsi accompagnée dans mes insomnies et j'en suis plutôt ravie. J'ai hate que l'automne et même l'hiver arrivent pou vous amener avec moi dans de nouvelles aventures.

DSCN5237              DSCN5246


samedi 11 avril 2020

Sortie en montagne 30 : la Savoie, ça vous gagne.

DSCN1139Nous y voilà de nouveau. Non contents d'y avoir passé quelques jours, nous sommes repartis en vadrouille pour cette fois-ci explorer les contrées de la Savoie et de la Haute Savoie et comme toujours, en nous concentrant sur les grands lacs. Bourget du lac, lac d'Annecy et lac Leman, voici quelques unes de nos escales alpines qui prennent vite des airs de séjour balnéaire. Pourtant, nous ne sommes pas là pour lézarder, mais pour nous perfectionner dans l'observation des oiseaux et sommes bien heureux d'avoir pu découvrir de nouvelles espèces tout en saisissant les subtilités de la parade nuptiales d'autres. Cette fois encore, ce ne sera pas la botanique ni la mycologie qui primeront mais cela tarder avec l'arrivée des beaux jours et du printemps, enfin, quand il nous sera permis de sortir. En attendant, on se plonge dans les archives 2019 pour faire un peu de tri et se souvenir.

DSCN0584              DSCN0585

Arrêt à Motz. Nous retournons faire la ballade qui nous avait temps plus la première fois de notre venue. Les tarins des aulnes (Spinus spinus) s'agitent dans les arbres, occupés à picorer les strobiles (fruits femelles) d'un aulne glutineux (Alnus glutinosa). Avec son plumage jaune vif, son casque noir et son ventre blanc légèrement moucheté de noir et de gris, on le reconnaît aisément. La plupart repartirons bientôt dans le grand nord.

DSCN0609Le nid est tressé avec adresse par les deux parents au sommet d'un arbre. On ne le détecte qu'aux cris aigus des parents à la fin de la saison des amours et aux piaillements des poussins. La ponte donne 4 à 6 oeufs qui ne seront couvés par la femelle que pendant deux semaines. C'est le même temps qui sera nécessaire aux deux parents pour nourrir leurs petits avant que ceux-ci prennent leur envol. Réglés comme du papier à lettre.

DSCN1064La mésange bleue (Cyanistes caeruleus) est un oiseau sublime qui porte sans mal son nom.  Vive, elle est un peu plus petite mais plus agressive que la mésange charbonnière (Parus major) qui présente une tête noire. Celle-ci aborde une plumage nuptiale extrêmement vif qui là rend plus que photogénique. I est bien difficile de différencier mâle et femelle, même en l'ayant en main, la taille et la dimension de la calotte bleue étant de quelques millimètres plus importante chez monsieur. Se déplaçant souvent en petite troupe, elle devient très territoriale à la période de reproduction. Le couple formé met beaucoup d'énergie à chasser les intrus de son territoire. C'est sur celui-ci que l'on trouve le nid, fait de mousses, de poils, d'herbes sèches et de plumes dans une cavité. C'est là que 9 à 13 poussins seront élevés avant de prendre leur indépendance. Les jeunes se reconnaissent à leur plumage jaune.

DSCN0554Nous rêvons éveillés. Nous ne pensions pas voir cette oiseau ici, et notre rencontre se fait tout à fait au hasard. Voici la rémiz penduline (Remiz pendulinus), dont le mâle aborde un masque noir tel Zorro, un dos bleu-grisé et des ailes brunes. Son nom de penduline vient de son nid, qui à la façon des tisserins, se présente comme une nacelle fermée de brins d'herbes sèches entre mêlées. Au paravent, nous ne l'avions vu qu'une seule fois.

DSCN0561Six oiseaux, deux femelles et quatre mâles s'aventurent au sommet des phragmites (Phragmites australis). Nous ne les verrons pas les autres jours, le vent et la pluie, même légers, les dissuadant de se poser au sommet des joncs. Ils ne sont pas connus pour nicher en Savoie et en Haute Savoie et bien que présents sur le site pendant tout l'hiver, ils repartiront bientôt, de préférence dans une ripisylve de peupliers et de saules.

DSCN0613              DSCN0576

Entre les roseaux, deux corneilles noires (Corvus corone) dans une cuvette de pierre font leur toilette dans l'eau du Rhône. Une vraie baignoire de luxe. Le fleuve s'ouvre en une grande étendue où les cygnes, les cormorans, les colverts et autres foulques prennent plaisirs à barboter avec en fond, la montagne enneigé. L'endroit est tout trouvé pour observer les oiseaux s'ébattre et vaquer à leurs occupations, depuis la rive sur un banc. 

DSCN0917Les bruants des roseaux (Emberiza schoeniclus) peuvent se montrer nombreux quand un endroit leur plaît. Il ne faudrait pas pour autant imaginer que leurs populations se porte bien. La diminution vertigineuse de leurs effectifs les places désormais parmi la liste des passereaux menacés en France. Il s'agit ici d'une femelle, reconnaissable à sa tête brune ou non entièrement noire, caractéristique propre aux mâles adultes.

DSCN0712Premiers pas de l'année
au bord du lac du Bourget.

Enfin, nous partons à l'abordage des rives du lac du Bourget. Expiant les mauvais souvenirs de pluies et de vent lors de notre dernière venue, nous profitons d'un ciel certes gris, mais sans goutte, pour faire nos vrais premières observations ornithologiques. Les grèbes huppés (Podiceps cristatus) sont en pleine parade, nous les croiserons de nouveau un peu plus tard dans le séjour où nous pourrons observer de près leurs ébats amoureux. Il y a peu de monde, la neige n'ayant pas encore attiré la plupart des amoureux des cimes blanchies. C'est une aubaine pour nous. Oeil plongé dans la longue-vue, mains serrées sur les jumelles et regard rivé sur la surface de l'eau, nous sommes attentifs au moindre mouvement. En décembre, plus d'un millier d'oiseaux étaient réunis là. Ce jour, ils sont un peu plus de 300, ce qui donne tout de même de quoi travailler.

DSCN0634             DSCN0684

J'adore les bergeronnettes grises (Motacilla alba). Leurs petits sauts, leurs aller-retours incessant de leur queue et leurs hochements de tête en font de véritables oiseaux à piles. Grande bavette et casque noirs, face blanche et corps gros, on les reconnaît aisément. Elles sont toujours liées à des milieux humides, que ce soit un champ détrempé, une berge de rivière ou la rive d'un grand lac. Elles se nourrissent de petits invertébrés.

DSCN0640Le comptage est lancé. Les grèbes huppés se promènent endormis parmi les fillugules morillons (Aythya fuligula). Après de longues minutes, voici que quelques fillugules milouins (Aythya ferina) aux yeux rougis et même des nettes rousses (Netta rufina) à la belle crête orange font leur apparition. C'est toujours la même histoire, c'est à force de patience (chose que je n'ai pas toujours), que l'on fini par être récompensé.

DSCN0685              DSCN0730

DSCN0833               DSCN0835

Levons la tête, voici les voltigeuses qui partent en chasse dans les airs. Une soixantaine d'hirondelles de rocher (Ptyonoprogne rupestris) font leur apparition. Elles profitent des nuées de moucherons et de drosophiles pour se nourrir. Quelques querelles éclatent ça et là et se soldent souvent par des courses poursuites que nous avons bien du mal à suivre du regard temps les oiseaux passent à toute vitesse devant nous.

DSCN0759Ventre gris, corps noirâtre et légères tâches blanches sur la queue, leur profil fin semble taillé pour la vitesse. Peu bavarde, elle s'installe le plus souvent dans les falaises rocheuses, parfois à très haute altitude. À l'hiver venu, elles se rassemblent en grand groupe et s'installent à proximité des lacs et zones humides de basse altitude, le plus souvent à proximité de grands reliefs et ne part pas en migration à l'autre bout du monde.

DSCN0844Château Thomas,
une toute nouvelle observation.

Encore des fillugules morillons (Aythya fuligula) ? Oui, et ce n'est pas fini, d'ailleurs si vous cliquez sur l'image, vous verrez qu'ils ne sont pas seuls - un véritable où est Charlie ? - la pluie tombe par fines gouttes et le ciel est gris, mais nous sommes à l'abri dans le grand observatoire se trouvant à quelques pas des ruines du château Thomas. Face à nous, une héronnière de hérons cendrés (Ardea cinerea), un site de nidification de grands cormorans (Phalacrocorax carbo) et des centaines de canards. Nous profitons aussi du calme ambiant pour écouter les nombreux chants des passereaux qui entâmes leur saison de reproduction. Il fait étonnamment doux, ce qui nous permet d'aborder la météo avec un sourir en coin de lèvres.

DSCN0846              DSCN0858

Enfin nous le rencontrons ! Le fillugule milouinan (Aythya marila) est là, au rendez-vous. Ils sont même deux à se promener sur l'eau, au milieu de 500 fuligules morillons. Proche de ce dernier, le milouinan se différencie par l'absence de huppe, un dos strié de blanc et de girs et une tête présentant des reflets verts. Particulièrement rare en Rhône Alpes, préférant d'ordinaire passer l'hiver en France vers des zones plutôt marines.

DSCN0875Le spectacle ne s'arrête pas là. Soudain, sur le piquet se trouvant à 2 mètres de la fenêtre devant laquelle  nous tenons, un jeune mâle d'épervier d'Europe (Accipiter nisus) se pose. Je peine à laisser exprimer mon émotion sur le moment. Ce petit rapace est spécialisé dans la capture d'autres oiseaux, même si on peut l'observer plus rarement à capturer de petits rongeurs. Le mâle se distingue par le roux de sa gorge et sa petite taille.

DSCN0876              DSCN0877

Celui-ci semble être un habitué du lieu, une touffe de plumes blanches à l'arrière de sa tête le distinguant. Tout noble qu'il puisse paraître, une bourrasque de vent et son inattention ont vite fait de le faire glisser de son perchoir. Il préfère alors rejoindre une branche sèche d'un peuplier tombé au sol, lui permettant à loisir d'observer les grands vols d'étourneaux. Pourtant, il dédaigne se mettre en chasse, signe que la faim ne le tiraille pas.

DSCN0888Des feuilles morte dans un arbre ? Non, juste une centaines d'étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) posés sagement. La présence du prédateur ne semble pas les effrayer outre mesure. Silhouette trapu mais profil en vol élancé, vol rappelant celui d'un avion de chasse, ventre rebondi et plumage semblant noir de loin, sans oublier les gris confus, le doute n'est pas permis. Les étourneaux peuvent se montrer être de formidables imitateurs, reprenant les cris de la buse variable, le chant du loriot d'Europe ou le klaxonne d'une voiture. Le groupe ne tardera pas à se séparer, les couples pouvant s'intaller à proximité des uns et des autres mais ne formant alors plus de grands rassemblements. Il faudra alors attendre la fin du sevrage des jeunes pour voir de nouveaux les  vols noircissant le ciel. Fait amusant, les mâles peuvent se montrer polygyne, c'est à dire ayant à plusieurs une seule femelle.

DSCN0865              DSCN0843

Il n'y aura pas plus de couleurs avec les deux espèces suivantes. Un héron cendré (Ardea cinerea) se pose sur l'un des petites île, dans l'espoir de faire une bonne pêche avant de retourner à son nid se trouvant non loin de là. En face de lui, un couple de canard souchet (Spatula clypeata) filtre la vase pour se nourrir. Son étrange bec lui permet de récupérer le plancton et les micro-organismes contenus dans la boue et en suspension dans l'eau.

DSCN0966Nous, le lac Leman :
ses oiseaux et son immensité.

Nous y voilà, à la frontière de la Suisse, des Alpes et de la Haute Savoie. Le ciel bleu est superbe, l'horizon infini et les eaux sont calmes. Toutes les conditions sont réunies pour profiter superbement du lieu. Cependant nous déchantons un peu. Les rives du lac sont très urbanisées, partout où nous portons le regard, nous avons le sentiment que la nature a laissé place au béton et au bitum. Les rares zones végétalisées sont pour beaucoup composées d'herbe rase et d'arbres alignés aux milieux des quels des caravanes, des huttes et des tentes se dressent fièrement. Rien n'excite alors notre alors notre âme naturaliste face à ce spectacle, jusqu'a ce que nous dirigions notre longue vue et nos jumelles en direction du coeur du lac.

DSCN0934              DSCN0935

Les plages sont couvertes de coquillages, on se croirait à la mer. Si l'image peut sembler romantique, elle n'a rien de tendre. Il s'agit de la palourde asiatique (Corbicula fluminea), une espèce invasive qui met à mal les espèces locales au risque d'en faire disparaître certaines mais aussi, qui endommage nos infrastructures humaines. Celle-ci peut notamment bloquer les grilles et filtres des barrages et des centrales hydrauliques.

DSCN0931Le polypodium commun (Polypodium vulgare) est une petite fougère dont la racine au goût sucrée et de réglisse était suçotée comme un bonbon par les écoliers sur le chemin de l'école. D'ordinaire on l'a rencontre plutôt en lisière forestière, sur les troncs moussus, les sols riches et les talus humides. Ici elle préfère la fraîcheur du lac.

DSCN0951              DSCN1128

Comme toujours, les harles bièvres (Mergus merganser) sont de la partie. Si les mâles présentent une jolie tête verte, je préfèrent nettement les femelles au plumage flamboyant. C'est un des très rares canards piscivores (c'est à dire se nourrissant de poisson). Son bec est même équipé de fausses petites dents lui permettant d'harponer sans difficulté la friture. C'est ce qui lui a valu en Amérique du Nord de grand bec-scie.

DSCN0938Topo sur le lac Leman en quelques chiffres. Lac reliquaire, issu de la fonte des glaciers, il est le plus grand lac alpin d'Europe de l'Ouest. Mesurant pas loin de 73 km de long et 14 km de large, il peut depuis certains postes d'observation, donner l'impression de contempler la mer tant l'horizon ne se dessine pas à nos yeux. Le tout donne une superficie de 581 km² et un volume de 89 km³, soit pour se représenter l'imensité que cela peut être 3 560 000 piscines olympiques. Profond par endroit de 309 mètres, il accueille une 30 aines d'espèces aquatiques dont des truites lacustres (Salmo trutta lacustris). Certaines histoires de pêcheurs racontent que des truites vivant cachées dans les profondeurs auraient plus de cent ans et dépasseraient les 2 m là où l'espèce dépasse rarement les 90 cm. Combative, les plus grosses peuvent atteindre 10 à 15 kilos pour le plus grand bonheur des restaurants des rives qui l'affichent sans mal à leur carte. Chaque année, c'est un peu plus de 10 tonnes qui sont prélevées dans le lac.

DSCN0970              DSCN0979

À nouveau levons la tête. Une 30 aines de goélands leucophés (Larus michahellis) tournent dans les airs. Ces oiseaux, pas toujours très aimés, font preuve d'une vive intelligence. Qui aurait pu croire qu'à l'aube des années 1900, il était au bord de l'extinction ? En une cinquantaine il a fait un retour incroyable, allant jusqu'à s'installer dans les terres, le littoral étant souvent trop urbanisé pour lui permettre de s'installer convenablement.

DSCN0962Sa cousine la mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus) se trouve non loin de là, sur un énorme roche au milieu de l'eau. Les adultes se reconnaissent à la leur tête qui à la saison des amours approchante, se couvre de plumes noires. Les juvéniles présentent de leur côté une simple tâche noire à l'arrière de l'oeil, comme les adultes en internuptiale (hors reprodruction), mais aussi des plumes brunes sur les ailes.

DSCN0988              DSCN0984

Voici mon canard préféré, le fuligule morillon (Aythya fuligula). Le mâle se reconnaît aisément à ses flancs blancs ainsi qu'à sa tête, son poitrail, son dos et sa queue noirs. Son oeil doré et sa huppe son également déterminants pour l'identifier. Il ne tardera pas à quitter la France pour rejoindre l'Islande, la Scandavinie et les pays britanniques où il niche. Le nid au sol se compose de végétation et comporte jusqu'à 11 oeufs blancs ovoïdes.

DSCN0996Pour rester dans la gamme de couleurs, voici la foulque macroule (Fulica atra). Souvent confondue avec la poule d'eau (Gallinula chloropus), elle se différencie par son plumage noir, son bec et sa tâche blanche sur la tête et ses pattes aux doigts larges lui permettant de marcher sur la vase et la boue sans s'y enfoncer. Elle se montre complètement adaptée à son milieu de vie : les étangs, les lacs, les marais aux pièces d'eau ouvertes et les lônes aux eaux calmes. C'est un oiseau principalement herbivore pouvant plonger pour aller chercher des algues et des herbes aquatiques. Cependant elle peut compléter son régime en se nourrissant de petits mollusques et d'insectes. Le nid de grande taille se compose de végétaux flottants. À la naissance des poussins, le mâle et la femelle se répartissent les petits puis partent élever de leur côté pendant 4 semaines, âge où ils pourront se débrouiller seuls. Le père construisant une nouvelle plate-forme pour l'élevage là où madame reste au nid.

DSCN1012              DSCN1008

Plus de 70 % des rives du lac sont urbanisées. La faune sauvage n'y trouve que difficilement sa place. La preuve ici avec ces grands cormorans (Phalacrocorax carbo) qui sur leur arbre mort immerge, font face à la carrière de gravier dont le bras mécanique fait un vacarme de tous les diables. Celle-ci est adossée à une aire protégée où les oiseaux trouvent un bref répit, sans pour autant parler de quiétude pour ces derniers.

DSCN1009Le gravier, une denrée si importante pour les animaux. Les mouettes et les sternes y nichent, les gravelots y cherchent leur nourriture, les invertébrés s'y cachent et les promeneurs déambulent sur les plages qui en sont constitués. Bien des enjeux et des tenions se cristallise autour de cette élément minéral qui à première vue nous semble bien anodin. Pourtant, sans lui par de bâti, de routes ou de parterre fleuris bien entretenus.

DSCN1002              DSCN1004

La question des chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) se pose dans de nombreux parcs urbains mais aussi chez les particuliers. Cette orite à longue queue (Aegithalos caudatus) semble peut s'en soucier. De son bec fin, elle prélève quelques brins de soie qui compose le nid des larves pour aller construire le sien un peu plus loin. Insectivore, elle ne se frotte pas pour autant aux chenilles qui sont à porté de son bec.

DSCN1034Il n'y a rien de plus beau que la parade des grèbes huppés (Podiceps cristatus).C'est une danse aquatique rythmée de cris, de mouvements saccadés de cou, d'hochements de têtes, de petits plongeons, d'offrandes d'algues et de becs frottés contre les plumes. Mâles et femelles s'observent l'un l'autre exécuter leur ballet avant de le reprendre ensemble sur le même tempo. Ils resteront unis entre mars et juillet avant de se quitter.

DSCN1028     DSCN1032     DSCN1038     DSCN1040

Pendant la période de reproductions, les oiseaux en âge de se reproduire abordent une superbe double huppe de plumes noires et fauves. Le reste de l'année, leurs couleurs sont beaucoup plus discrètes, entre le gris et le blanc.

DSCN1058              DSCN1061

À l'approche d'une haie, nous croisons une volée de moineaux domestiques (Passer domesticus). Ce petit granivore fait de moins en moins partie de notre paysage, 70% de ses populations s'étant effondrées sur le vieux continent, la faute en partie à la disparition de son habitat. Les milieux dépourvus de végétations, désertiques mais aussi trop forestiers ne lui conviennent pas. Présents en villes, il se rabat de peu à peu sur les lotissements.

DSCN1070Le cornouillier mâle (Cornus mas) est en pleine floraison. Contraiement à ce que je pensais, c'est un arbuste décrit comme peu courant en France. Dans la mythologie il est lee symbole d'Apollon, dieu de la beauté, des arts, de la lumière, de la guérison mais aussi de la peste qu'il répend à l'aide de son arc. Se rangeant du côté des troyens dans les guerres hélénique, c'est pourtant en cornouillier mâle qu'est fabriqué le cheval de Troie, ingénieuse invention  d'Epéios, qui signera le début de la prise de la ville et la disparition de son peuple.

DSCN1076              DSCN1089

 

DSCN1114             DSCN1117

Trois culs sont levés au ciel. Ce sont ceux des sarcelles d'hiver (Arnas crecca). Le mâle se reconnaît à sa tête brun et à son grand sourcil vert. Comme bien des oiseaux, c'est également une espèce qui subit des variations de population, son habitant ayant diminué de 20 à 80% selon les secteurs. Le drainage des zones humides et la bétonisation des berges étant quelques uns des exemples de l'impact de l'homme sur ces animaux.

DSCN1106La photo est floue et pour cause, le petit groupe que voilà se tient loin de la rive. Nous ne nous attendions alors pas du tout à croiser un tel spectacle. Il s'agit de macreuses brunes (Melanitta fusca), une espèce qu'il est extrêmement rare de rencontrer en cette période ailleurs que sur les côtes de la manche, au nord de l'Atlantique et sur la mer du nord. Migrant pour nicher au printemps venu dans la toundra, elle est réputée pour ne faire que de court déplacement migratoires, ce qui explique en partie notre surprise. Bonne plongeuse, la macreuse peu facilement plonger à plus de 10 mètres de profondeurs pour aller chercher les mollusques, les petits crustacés, les insectes et les poissons dont elle se nourrie. C'est ce que nous avons pu observer pendant que les 12 individus observés s'adonnaient à leur session de pêche, avec un comportement n'allant non pas sans rappeler l'oiseau qui suit.

DSCN1131               DSCN1136

Dernière surprise du séjour, les grèbes à cou noir (Podiceps nigricollis). Nous les avions observés au début de l'hiver, du côté de la Méditerranée. Force est de constater qu'ils se plaisent également sur les lacs de montagne. Ici, les adultes ont commencé à aborder leur plumage nuptiale si particulier. Flancs fauves, tête et cou noirs, une grande touffe de plume blonde à l'arrière de leurs yeux rouge, les voilà parés pour la saison des amours.

DSCN1246J'ai mentie. En réalité il me reste encore une observation mémorable à vous présenter, la plus belle du séjour pour nous. Il s'agit du tournepierre à collier (Arenaria interpres) et pas n'importe lequel. Au lac Leman, cela fait 18 ans qu'est mentionné un tournepierre hivernant, le seul de toute l'Europe de l'Ouest,  de là à dire que c'est le même depuis si longtemps, il n'est guère facile de le savoir, aucune bague ne figurant sur ses pattes orangées.

DSCN1192              DSCN1227

Minuscule, il semble à peine plus gros que la bergeronette des ruisseaux (Motacilla cinerea) qui l'accompagne dans sa recherche de nourriture. Vif, il retourne les galets pour dénicher les larves, les crustacées et les insectes qui figurent à son menu, un comportement dont il tire son nom. Quel plaisir de le regarder s'affarer depuis le ponton, notre oeil dans la longue-vue. Ce n'est que la tombée de la nuit qui nous tire de notre contemplation.

DSCN1276              DSCN1274

Le saule marsault (Salix caprea) est le premier à donner en spectacle ses chatons argentés. Ici il s'agit d'un arbre mâle et son pollen jaune, porté par le vent, ira donner naissance au contacté d'un chaton femelle à une graine. Elle aussi se ferra fille de l'air quand elle arrivera à maturité. D'à peine 0,2 mm, elle sera transporté dans une capsule cotonneuse. On parle alors d'espèce dioïque, c'est à dire dont l'individu est soit mâle, soit femelle.

Le périple s'arrête là. Nous en avons pris plein les yeux et le coeur. Nous partons cependant sur une petite fausseté, notre hébergement nous ayant laissé un goût amer. Rien de bien grave, il y a bien des endroits où dormir et/ou poser sa tente quand les beaux jours feront leur première apparition. Nous ne quittons les Savoie que pour un temps. Amoureux de ce pays, nous y retournerons très vite pour en découvrir les merveilles.

DSCN1262              DSCN1248

vendredi 28 février 2020

Sortie dans les marais 19 : grands lacs des Alpes.

DSC08549

Les vacances d'hiver sont là. Comme certains oiseaux migrateurs, il est temps pour nous de quitter le Rhône mais seulement pour quelques jours. Nous ne nous envolons cependant pas pour une destination connue pour son soleil et sa chaleur mais pour ses montagnes. À la confluence de l'Ain, de la Savoie et de la Haute-Savoie, nous voilà dans le village des oiseaux à Motz. L'endroit est rêver pour observer les oiseaux et relier les grands lacs alpins qui nous entourent, à savoir le lac d'Annecy mais surtout, le lac du Bourget. Nous avons une petite location nommée les pinsons (ça ne s'inventent pas), qui nous offre une vue imprenable sur les herbiers de la retenue CNR. Chaque matin, nous ce sont les cris des canards et des oiseaux trouvant refuge dans les phragmites qui donnèrent le rythme du lever, un vrai bonheur. Néanmoins, les pluies fortes et abondantes ne nous permirent pas d'observer tout ce que nous souhaitions voir, et il nous faudra bientôt retourner dans ce petit coin de paradis pour en saisir toute la beauté et toute la diversité d'espèce qui s'y épanouissent.

DSC08519              DSC08523

Quelques mésanges charbonnières (Parus major) nous font bon acceuil. Ces mignonnes profitent alégrement des mangeoires et des boules de graisses qui attirent également quelques pinsons des arbres (Fringilla coelebs) à la gorge rose, des mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) et même des chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) rouges et jaunes qui trouvent refuge dans les peupliers entourant la location.

DSC08553

Nous avons même pu découvrir un dortoir de chardonnerets à la tombée du jour dans deux aulnes glutineux (Alnus glutinosa). Un quarantaine d'individus semblent tous réunis pour passer la nuit.  Si les branches et le maigre feuillage ne semblent pas leur apporter la meilleure des protections face aux prédateurs nocturnes, les fruits des aulnes paraissent convenir à leurs appétits de petits passereaux colorés.

DSC08566              DSC08571

Départ pour le lac du Bourget. C'est l'un des plus grands lacs des Alpes françaises, réputé pour ses paysages et ses bases nautiques mais aussi pour ses oiseaux. L'hiver, il n'est pas rare d'y trouver, entre autre 1000 à 1200 nettes rousses (Netta ruffina) voire si ce n'est plus. Ce joli canard dont les mâles abordent fièrement une tête colorée de brun et d'orangé, repartira au printemps pour aller nicher dans les pays nordiques.

DSC08583

Nous passons en coup de vent à Château Thomas, il n'y presque personne mais le vent et la pluie ont là aussi raison de nous et des oiseaux. Un écureuil roux (Sciurus vulgaris) se tient non loin de l'observateur. Gonflant les poils pour faire face au froid, il se tient sur les troncs de peupliers abattus au court de l'année. Cette action vise à sécuriser le chemin mais aussi à mettre en valeur le vieux château. Hors le boisement est classé avec un APB, encadrant très rigoureusement les coupes d'arbres, ce qui entraine localement de vives contestations.

DSC08646              DSC08652

Néanmoins, nous prenons plaisirs à observer 2-3 canards qui non sans être rares, sont peu communs. C'est notamment le cas pour se regroupement de canards chipeaux (Mareca strepera) et de sarcelles d'hiver (Anas crecca) qui barbotent dans les herbiers, non loin d'un couple de canards souchets (Anas clypeata) reconnaissables à longs becs leur permettant de filtrer les micro-organismes présents dans les eaux vaseuses.

DSC08587

Nous avons même le plaisir de voir surgir au coin de notre oeil un vif éclaire bleu fendant la surface de l'eau calme. Il s'agit du martin pêcher d'Europe (Alcedo atthis). Posé à l'affût sur les branches et les piquets sous la pluie battante, il est à la recherche des petits poissons et des petits invertébrés qui composent son menu. Le bec noir de celui-ci présente du orange sous sa partie inférieur, indiquant qu'il s'agit d'une femelle.

DSC08641

Sur la rive occidentale du lac du Bourget, on peut voir la belle et grande abbaye d'Hautecombe, qui ne va pas sans rappeler la saga du Seigneur des Anneaux. Nécropole des Dus de Savoie et d'une partie de la royauté italienne jusqu'à la révolution, elle est aujourd'hui tenu par la communauté du Chemin Neuf. C'est un lieu touristique fortement apprécié.

DSC08599

À ses pieds de nombreux oiseaux d'eau trouvent refuges. C'est le cas pour ces fuligules morillons (Aythya fuligula) dont l'espèce a pour caractéristique d'avoir une huppe noir à l'arrière du crâne, ainsi qu'un bec gris clair au bout noir et un oeil jaune doré. Si les mâles sont reconnaissables à leur plumage noir et blanc, les femelles sont plus discrètes et abordent des teintes grises et noires. Ils retourneront dès mars dans le nord de l'Europe pour nicher. Ces canards de surface ne sont pas les seuls à passer l'hiver ici à chercher de la nourriture (vers, herbes, crustacés ...).

DSC08597              DSC08593

Ils sont en compagnie de fuligules nyrocas (Aythya nyroca), notre toute observation pour cette espèce. Rares en France, surtout comme hivernants, ce sont de petits canards plongeurs marron-roux voire presque rouge sombre, aux miroirs blancs (plumes colorées des ailes) et au dos noir. L'oeil est bleu pour les mâles, sombre pour les femelles ce qui permet de différencier la femelle nyroca de la femelle morillon qui peuvent parfois se ressembler.

DSC08601

Au milieu de cette mêlée, une rareté encore plus remarquable, un hybride mâle de fuligule morillon et de fuligule nyroca, F. fuligula x nyroca. Son oeil est jaune, sa huppe petite voire presque absente. Son dos est noir, tout comem sa tête, ses flancs gris et sa poitrine brun-roux. Le doute n'est alors plus permi pour notre plus grand bonheur de faire par nous même cette jolie observation et encore mieux, de l'identifier seuls.

DSC08691              DSC08683

Changement de paysage, nous voilà dans la réserve du lac d'Annecy, tout au sud de celui-ci. La neige est tombée sur les hauteurs, annonçant que nous sommes bienen hiver. Pour notre part, c'est pluie, toujours puie, encore pluie. Pas de quoi nous décourager. Malheureusement là aussi ornothologiquement et botaniquement parlant, ce n'est pas la fête non plus, les rares promeneurs ne se distinguant pas par leur discrétion.

DSC08701

Qu'importe, dans les arbres c'est la fête pour les tarins des aulnes (Spinus spinus). Hivernant en France, ils se délectent des aulnes glutineux (Alnus glutinosa) et plus précisément des strobiles, les fruits de ces arbres palustres dont les graines sont dispersées par le vent. Pour en revenir aux tarins, ils sont connus également pour leurs petits cris flués et pour leur vol nuptial très papillonnant voire artistique observables au printemps.

DSC08716     DSC08693     DSC08715     DSC08580

Les champignons hivernaux sont nombreux mais souvent similaires. Des dizaines d'oreilles de Judas (Auricularia auricula-judae) poussent sur les troncs moussus et à moitié dépéris. À l'entrée des marais, il y a de quoi faire là une belle omelettes si n'est plutôt des soupes ou des ragoûts, ces champignons étant cartilagineux et gélifiant légèrement les liquides dans lesquels ils sont cuits ou infusés. On les trouve dans les spécialités asiatiques.

DSC08712              DSC08714

Pas de bruit dans la phragmiteraie. Quelques mésanges et moineaux rompent le silence de temps à autre en agitant la hampe des roseaux (Phragmites australis). La neige se rapproche et l'on sent que ce n'est plus le moment pour les passereaux de partir à la recherche de nourriture mais de se mettre à l'abri. 

DSC08735

Nous partons côté ville, pour flaner sur les berges aménager. C'est qu'il est possible d'approcher les harles bièvres (Mergus merganser), des canards rares dans le Rhône et communs ici au point de venir réclamer du pain au passant, gourmandise mortelle pour les oiseaux ! Il s'agit ici d'une femelle, reconnaissable à sa jolie tête rousse, son poitrail blanc, ses ailes et sa queue grise. C'est l'un des seuls membres de cette famille à se nourrir de poissons, chose qui s'observe à son bec fin, long, crochu et muni de pseudo-dents.

DSC08749              DSC08817

Le mâle pour sa part aborde une tête vert foncée, des flancs blancs, un dos noir et une queue grise. De belle envergure, les plus gros individus peuvent atteindre un poids de 1,9 kilos et d'une envergure de 97 centimètres. Il est présent dans tout l'hémisphère nord. France, si on peut le voir plus ou moins communément l'hiver, il est relativement absent car essentiellement nicheur dans le nord, où il s'intalle dans le creux de vieux arbres.

DSC08792

Dans les canaux, un grèbe huppé (Podiceps cristatus) pêche les petits poissons parmi les racines des platanes qui se jettent dans l'eau. Plus grand des grèbes, celui-ci n'est pas encore en plumage nuptiale, n'abordant pas de collerette rousse et noire quoi que celles-ci commencent à se laisser deviner. Ce n'est pas non plus un jeune, son plumage ne présenta pas de reliquat de zébrures noires et blanches typiques des poussins.

DSC08795              DSC08798

Bon plongeur, il se nourrie également de larves et de petits mollusques. Présent partout en Asie, en Europe et largement répendu en Afrique, il niche entre avril et juillet après s'être livré a des parades nuptiales complexes. Vient alors la construction du nid, souvent constitué d'algues posées sur le fond vaseux ou arrimé aux végétaux. Les oeufs pondus sont couvés pendant 28 jours avant de voir émerger les jeunes qui quittent d'instinct le nid.

DSC08757

Les mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus) ont pris possession du port de plaisance. Elles aussi n'ont pas pris leur livrée nuptiale et n'abordent pas leur tête si caractéristique quand vient la saison des amours. Il leur faut 3 ans pour pouvoir l'aborder et être apte à devenir parents. Les jeunes présentent également du brun sur les ailes et sur une partie du dos. Peu farouche, elle se nourrie aussi bien de déchets, de poissons ou de vers.

DSC08801              DSC08816

Grand classique, les cygnes tuberculés (Cygnus olor) sont fidèles au poste. Récemment, pas moins de 70 d'entres eux sont morts suite à la consommation de pain détrempé où une bactérie mortelle a pu se développer. On ne le dira jamais assez, le pain est mortel pour les oiseaux. Néanmoins on ne saurait rompre tout contact à la nature. De l'herbe, des épluchures, des graines ... rien de plus simple pour les approcher.

DSC08837

Clou du spectacle, un garrot à oeil d'or (Bucephala clangula) se pointe à notre départ. La pluie bat plus fort que jamais et je suis mortifiée par le froid au point d'attendre dans la voiture le chauffage à fond. Des centaines et centaines d'oiseaux se sont réunis pour trouver refuge près des phragmites. Fuligules morillons, fuligules milouin, foulques et autres canards colverts attendent la fin du déluge. Nous sommes déçu de ne pas avoir une seule journée de beau pour profiter de la richesse du site. Pas de panique, nous retournerons bientôt sur site nous refaire une santé au pied des alpes en compagnie des oiseaux d'eau et des sommets enneigés.

DSC08833              DSC08836

vendredi 30 août 2019

Du marais au plateau : quelques reptiles de l'Isère.

 

DSC01962

L'étang de Lemps

Il fait bon, c'est le début de l'été et la nature est en fête. Chaussures de randonnée aux pieds, nous partons en direction de l'Isère, à la limite de l'Ain pour nous offrir une matinée reptiles. Les écailleux sont plutôt du genre à aimer le soleil et cette saison est celle de leurs amours, tout autant de conditions pour espérer en croiser quelques uns.  L'an dernier j'avais pu visiter l'étang avec mes camarades de BTS lors du rallye ornitho de la LPO 38. Cette année c'est en amoureux que nous nous y rendons, ayant à coeur de faire découvrir à Thomas la joie de voir les tortues sauvages. L'étang de Lemps appartient à un ensemble constitué d'une pièce d'eau, du marais de Gâ et du bois de Burnoud. Ces entités constituent une ZNIEFF, c'est à dire une zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique. Le site n'est pas pour autant protégé ou classé, il s'agit avant tout d'une zone d'inventaire relevant des caractéristiques particulière d'un lieu sur le plan de la biodiversité (que cela soit par ses espaces ou ses espèces). Ainsi, on peut y trouver des rainettes vertes, du chat forestier, des lièvres d'Europes, des busards Saint-Martin, des hérons pourprés ou des orchidées, mais c'est bine autre chose qui ce jour là attira notre attention. Ce fût le cas notamment avec cet arbuste qui semble au premier abords anodin, l'épine-vinette (Berberis vulgaris) mais au combien fascinant. Hôte du champignon pathogène du blé, la rouille noire (Puccinia graminis), il fût systématiquement éliminé des campagnes. Heureusement on le trouve aisément sur les coteaux calcaires, dans les zones de friches ou dans le nord du pays. On peut de ce fait profiter de ses grappes de fleurs jaunes qui aurait donné le nom de Berberis à la plante de par leur forme de coquille.

DSC01929

À peine arrivés nous tombons nez-à-nez avec une magnifique cistude d'Europe (Emys orbicularis), une petite tortue indigène très craintive, inféodée aux milieux aquatiques. Il s'agit ici d'une femelle, la pupille de l'oeil étant jaune. Chez les mâles elle se présente rouge.

DSC01950

Sur l'étang, un radeau servant de reposoir aux canards et aux tortues. Un grand observatoire permet de les admirer en toute quiétude. Appelée également tortue boueuse, la cistude aime chasser dans les eaux palustres des étangs, des marais et des rivières envasées où la végétation est importante. C'est dans celle-ci qu'elle trouvera les poissons, les insectes et les algues dont elle se nourrie. Quand l'hiver arrive, elle s'enfonce dans la vase pour n'en ressortir que le printemps venu, s'assurant ainsi une hibernation tranquille. Quasi menacée, elle est en grande régression en particulier dans le le sud de la France. En Suisse, elle avait pratiquement disparu mais depuis 10 ans, un programme de réintroduction vise à son retour dans le pays.

DSC01906          DSC01918

La grenouille verte (Pelophylax sp.) est une appellation qui désigne les grenouilles de cette colorie présentes en Europe. Cela comporte trois espèces distinctes : la grenouille de Lessona (Pelophylax lessonae), la grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus) et la grenouille de Pèrez (Pelophylax perezi). Tout ce joyeux monde se reproduit, entraînant l'apparition d'hybrides fertiles, autant vous dire qu'il y a du challenge dans les identifications.

DSC01938

Sous la haie, au milieu des véroniques de Perse (Veronica persica), un magnifique lézard à deux raies mâle (Lacerta bilineata). Nommé pendant fort longtemps lézard vert, la génétique et l'observation minutieuse à conduit à la distinction de deux espèces : à l'Ouest de l'Europe celui à deux raies, à l'Est le lézard vert (Lacerta viridis).

DSC01935

Monsieur, chez qui la gorge est d'un bleu particulièrement vif, mord la queue de madame, signe que l'accouplement est sur le point de se produire. Cependant, un concourant arrivant à toute vitesse, la joute amoureuse prend fin pour devenir une véritable combat entre les deux rivaux se soldant par une course poursuite effrénée. Le vainqueur aura non seulement le droit de se reproduire mais aussi, de jouir du territoire. Deux à trois mois plus tard, sortirons du sable 20 à 40 bébés lézards d'1 gramme. En fonction de la température du sol et de la profondeur d'enfouissement, les oeufs donneront des mâles ou des femelles, la chaleur jouant sur le sexage de l'individu à naître.

DSC01976

L'adulte atteint facilement 30 centimètres, 40 plus rarement. Les 2/3 de son corps sont composés de sa queue. Celle-ci lui sert de balancier dans ses courses, de réserve de graisse, d'apparat de séduction et en cas de danger, de leurre. Rapide, il se saisi sans mal de ses proies. Sauterelles, mouches, araignées, vers et parfois même petits mammifère, c'est un bon chasseur qui se déplace cependant bruyamment, ce qui ne va sans attirer l'attention.

DSC01997Les juvéniles, particulièrement vulnérables, on une croissance rapide ce qui leur permet dès la première année de se protéger d'un nombre important de prédateurs. Chats, rapaces (buses et circaètes), serpents (en particulier les couleuvres) ... les dangers sont nombreux.

DSC01974

Pour survivre au mieux, les petits lézards verts abordent une robe différente de celle de leurs parents, marquée par deux bandes blanches qui a valu à cette espèce son nom. Dans les feuilles de lierre et des ronciers, ce juvénile semble à l'abri de toute menace et peut à loisir saisir les jeunes grillons des bois émergeant de la litière forestière. Si tout ce passe bien pour lui, il pourra se rerpduire dès l'âge de deux ans, vivre au grand maximum une quinzaine d'années et tirer à profit de ses incroyables capacités, comme celle de grimper aux arbres à l'aide de ses doigts légèrement ventousés comme ceux des geckos.

Cette visite de l'étang se termine par un peu de botanique. Les asperges des bois étant montées en fleurs, il n'est plus question d'en faire la collecte pour réaliser une délicieuse omelette, pas plus que les feuilles d'ail des ours devenues trop rêches et amères. Les pousses de tarrier ne sont pas elels aussi au menu. Bref, il faudra alors se contenter des fleurs de saison et de quelques feuilles de mélisse officinale pour l'infusion du soir.

DSC01966

Le Grémil pourpre bleu (Lithospermum purpurocaeruleum) est une superbe fleur dont les graines blanches, dures et nacrées sont similaires à des perles. C'est elles qui ont donné à la plante le nom grec de Lithospernum, qui signifie littéralement semence de pierre. On le retrouve également sous une autre appellation : Buglossoides purpurocaerulea. 

DSC01965

Sauvage, on le trouve de plus en plus dans les jardineries comme couvre-sol, celui-ci se plaisant à l'ombre des arbres, des lisières de forêts et des broussailles. De la famille des Boraginacées comme la bourrache et la consoude, ses fleurs naissent violines avant de terminer bleues, indiquant par cette couleur aux pollinisateurs que la plante ne dispose plus de nectar, la reproduction s'étant effectuée. Un échange de bon procédé en somme. C'est là que notre excursion du matin s'achève, mais ce n'est que pour prendre plus de hauteur sur le plateau qui surplombe une autre zone humide à quelques kilomètre de là seulement, terrain de chasse favoris des hirondelles et des rapaces.

 

DSC02007

Le plateau de Larina

Nous avions pu l'an dernier le découvrir à travers une randonnée sympathique mais aussi en apprécier toute la faune. Pour 2019, pas de vipère aspic (Vipera aspis) en vue mais bien d'autres choses, à l'instar des hérons cendrés (Ardea cinerea) qui nidifient au pied du belvédère ou le vol de nos toutes premières hirondelles des rochers (Ptyonoprogne rupestris) qui ont élu domicile sur les falaises du plateau. La chance nous sourit, il fait toujours aussi beau et il y a peu de monde, deux conditions essentielles pour croiser des animaux aux heures où nous nous aventurons dans Larina, entre les vestiges d'un autre âge, les blocs de pierre couverts de fossiles et les bosquets de peupliers trembles. L'endroit est connu pour ses lièvres, ses papillons mais aussi ses orchidées qui se plaisent sur ce sol pauvre est calcaire, présentant à la fois des milieux de pelouses humides et de pelouse sèches, le rêve pour les orchidphiles.

DSC02011           DSC02035

En parlant d'orchidées, en voici une qui ne paye pas de mine, l'orchis de l'homme-pendu (Orchis anthropophora). Son nom vient de ses fleurs au sépal beige-rosé qui évoquerait des petits hommes pendus au casque que forme les tépales, fruits de la fusion des pétales et des sépales de la plante. C'est une orchidée qui s'hybride facilement avec d'autre, donnant des rejetons stériles mais magnifiques comme l'Orchis x.spuria.

DSC02026

La pulsatille rouge (Pulsatilla rubra) est une très belle fleur relativement rare qui apprécie les landes sèches, en particulier là où évolue les genêts. Typique du Massif Centrale, on ne la trouve qu'en de rares occasions ailleurs. Elle bénéficie d'une protection intégrale sur l'ex-région Rhône-Alpes. De floraison assez précoce, le plus souvent en avril, elle ne dévoile que pendant peu de temps ses pétales rouge bordeaux qui la rendent singulière.

DSC02018           DSC02020

Les oiseaux balayent le ciel : hirondelles, martinets, milans ... tous profitent des thermiques pour prendre de l'assension et foncer sur leur proies : des insectes pour les deux premiers, des charognes pour le dernier. Au loin deux paons chantent, rendant l'instant irréel. Nous avons beau guetter sur les crêtes et les failles rocheuses, aucun rapace ne viendra à notre rencontre. Il faudra attendre notre prochaine sortie pour forcer la  chance.

DSC02006

Ce jeune lézard des murailles (Podarcis muralis) est en pleine mue, portant son ancienne peau comme un chandail. Européen, il a été introduit en Amérique du Nord. Les vieux murs, les éboulis, les rochers et les souches constituent son principal habitat. Urbain on le retrouve sans peine en ville et au coeur des villages, là où la plupart de ses cousins désertent le goudron et le béton. Carnivore, il becte sans mal les papillons et leurs chenilles, les araignées, les criquets et grillons, les verres de terre et les mouches, ce qui en fait de lui un précieux auxiliaire du jardinier et qui, croquant même dans les pucerons, ne demande pas grand chose pour s'installer au jardin.Un tas de bois, quelques vieilles pierre, un bout de mur bien exposé au soleil, un tas de sable pour la ponte ... et le tour est joué. Il n'est pas rare de le voir couvert de tiques, mais ce sont les chats domestiques et les oiseaux de proies qui présentes le plus grand danger pour ce petit lézard qui n'excède que très rarement les 20 centimètres. Chez moi, dans le Dauphiné, les anciens le nomme la larmuze / la larmuse, surnom que je ne lui connaissais pas. Polymorphe, il peut parfois être confondu avec d'autres lézards plus rares et plus discrets comme le lézard des souches (Lacerta agilis) ou les jeunes lézards verts (Lacerta viridis). Protégé partout en France, on est tout de même parfois tenté enfant de le courser pour le voir abandonner sa queue. Grave erreur, car non seulement cela porte atteinte à l'animal en l'effarouchant, mais cela conduit aussi l'animal à se séparer d'une précieuse réserve de graisse et d'un atout majeur de séducation utilisé dans la recherche d'un partenaire, réduisant ainsi ses chances de se reproduire.

DSC02033

Des papillons ? Pas tous. L'ascalaphe soufré (Libelloides coccajus) à droite appartient à l'ordre des névroptères, constitué de familles d'insectes les pour la plus part étranges et surprenants comme les mantispes. Ici on a un véritable croisement entre une libellule et un papillon, ce qui donne un redoutable prédateur aux ailes colorées.

DSC02025

Le flambé (Iphiclides podalirius) est un véritable papillon. On le reconnaît à ses grandes ailles zébrées et à ses ocelles orangées.Sur celui-ci elles sont abondantes, sans doute ont elles finis dans le ventre d'un oiseau gourmand. Il vole de mars à septembre, et trois générations peuvent émerger en une seule année. La femelle pont ses oeufs sur les arbustes de la famille des rosacés, en particulier les prunelliers, cerisiers et autres aubépines. On y observe alors de jeunes chenilles noirs devenir peu à peu vertes au fil de leur croissance, se fondant dans le feuillage qu'elles dévorent.

Escapade terminée, retour sur Lyon, la routine de la ville mais aussi, le bonheur de faire le travail que nous aimons. C'est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles espèces, de ce dire qu'elles sont à portée de main et que la patience et un brin de chance suffisent à les approcher d'un peu plus près. Depuis Larina et l'étang de Lemps, nous nous sommes équipés en matériel, et sans être de véritables naturalistes, nous avons la prétention de nous en approcher peu à peu chaque jours afin d'en devenir de véritables.

DSC02038           DSC02014

samedi 24 août 2019

Trésors de Méditerranée : les espèces rares.

Nous avons pu le temps d'un long week-end partir découvrir d'espaces rares et remarquables non loin de Marseille. Nous ne pensions pas tomber sur des lieux aussi beaux mais surtout, des milieux représentants les tous derniers de leur genre en France et des espèces rares et menacées de disparition. Ainsi, la moitié des animaux, plantes et paysages présentés ici ne feront sans doute plus partie du patrimoine français dans 5, 10 ou 20 ans, ce qui me laisse en bouche un sentiment de dégoût et d'infinie tristeste.

DSC01485

RESERVE DE CRAU

Première étape d'un parcours de quelques jours dans le sud de la France à la découverte de la faune et de la flore locale et plus particulièrement, des oiseaux. Nous sommes plus que chanceux en remplissant notre objectif du premier coup : voir l'outarde cannepetière (Tetrax tetrax), un oiseau incroyable et qui, comme de nombreuses autres espèces, proche de la disparition dans notre pays. Ce jour là, deux mâles se poursuivant nous font l'honneur de leur présence. Non content de cette première réussite, nous observons également une femelle de busard cendré (Circus pygargus), passant à quelques battements d'ailes de nous, cherchant une aire propice à sa nidification dans le coeur de la réserve de Crau, l'une des seules steppes de France connue. Ancien terrain de l'armée, elle est aujourd'hui un havre de pays pour la biodiversité.

DSC01505     DSC01509     DSC01548     DSC01550

L'asphodèle fistuleux (Asphodelus fistulosus) est une belle liliacée (ou Asphadalacée ou Xanthorrhoeacée selon les classifications) au port délicat et aux fleurs semblables à des étoiles blanches. C'est une espèce méditerranéenne qui, comme tous les asphodèles, dans la mythologie grecque couvrait les Champs Elysées, nom donné aux Enfers et que plus tardivement (et en toute modestie), à l'avenue qui mène à l'Arc de Triomphe.

DSC01469

La buse variable (Buteo buteo) est un rapace commun. Il s'observe facilement mais ne se laisse que peu approcher. Ici il s'agit d'un jeune individu en affût, à la recherche sans doute de micro-mammifères tels les campagnols et les mulots qui composent une grande part de son régime alimentaire. Occasionnellement et en cas de disette, les sauterelles et autres criquets peuvent être ajoutés au menu. La grande variabilité de plumage entre individus a valu à cette buse son nom vernaculaire de variable. Outre fait, cela explique que l'oiseau soit souvent confondu avec d'autres rapaces aux motifs clairs. Aimant se poser sur un perchoir, que celui-ci soit un arbre ou un piquet en bord de route, elle favorisera toujours les hauts arbres dans les bosquets et forêts difficilement atteignables pour nicher. Le couple, fidèle pour la vie, construit une plate-forme faite de branches qui au fil des années peut prendre une dimension impressionnante. C'est là que verront le jour 3 à 4 oisillons qui s'émenciperont rapidement mais ne quitteront leurs parents qu'à l'été venu.

DSC01521

Les alouettes des champs (Alauda arvensis) au chant si caractéristique, s'élèvent haut dans le ciel au point de se fondre avec les nuages. Nous pensions avoir réussi à en photographier une, mais c'était sans compter sur l'arrivée de ce pipit rousseline (Anthus campestris). Ce petit passereau se reconnaît non seulement à son plumage mais aussi à sa posture dréssée et à sa longue queue. Il adore les zones ouvertes, buissonneuses et sèches.

DSC01583           DSC01588

Le site regorge d'invertébrès aux proposions incroyables, comme en atteste ce ver de terre, identifié sans certitude par mes soins comme Microchaeta. On compte des centaines et centaines d'espèces de ver de terre ne serait-ce qu'en France, certaines se trouvant juste sous la surface, d'autre à plusieurs mètres de fond quand la roche mère se trouve loin de nos soulier. Ces derniers peuvent alors atteindre jusqu'à un mètre de long !

DSC01620           DSC01627

Autre géante et pas des moindres, la scolopendre méditerranéenne (Scolopendra cingulata), du moins c'est ce que nous pensons car bien souvent, la distinction entre espèces se fait sur l'observation des parties génitales. Néanmoins les dimensions et la localisation de la belle tendent à rendre cette identification probable. Cette scolopendre, la plus grosses d'Europe, peut atteindre 15 cm ce que nous avons pu constater sur un autre individu (Scolopendra gigantea vivant en milieu tropical peut atteindre 50 cm). Carnivore, elle se nourrit de petits animaux (insectes et jeunes lézards) qu'elle capture grâce à ses forcipules (pattes devenues des crochets venimeux), qui lui servent à injecter son venin. Si la morsure est douloureuse chez cette espèce, elle n'est pas pour autant dangereuse. Nocturne, elle se réfugie sous les rochers aux premiers rayons du soleil. Difficile à trouver, je ne prends mesure qu'aujourd'hui de la chance que nous avons eu de la rencontrer.

DSC01574

Et au milieux de tout cela, une autre merveille, notre premier lézard ocellé (Timon lepidus), reconnaissable à ses belles ocelles bleues et vertes. Si c'est le plus grand lézard d'Europe, c'est aussi l'un des reptiles les plus rares et menacés de France, ayant le statut d'espèce en voie d'extinction. Oui, la disparition du vivant ne se produit pas qu'à l'autre bout du monde, chez nous aussi des animaux sont rayés de la carte, d'autant plus que l'on parle ici d'une espèce vieille  de 2,3 millions d'années et appartenant à la clade des Sauriens, celle des dinosaures.

DSC01501

Patûrés pour éviter qu'ils ne se referment, les milieux de steppes sont idéaux pour les plantes supportant les forts piétinements. C'est le cas notament du plantain corne de cerf (Plantago coronopus) qui porte bien son nom quand on se penche sur la forme atypique de ses ramifications. Le fait qu'il soit prostré, les feuilles collées au sol n'est pas anodin, en effet c'est une technique lui permettant d'échapper aux coups de dents des herbivores qui prendrait le risque d'emporter en bouche l'équivalant en terre de ce qu'ils pourraient prélever sur la plante.

DSC01613

Deux patous nous accompagnent sur un bout du chemin. Ils assurent leur travail de chiens de garde en prenant soin à ce que le troupeau de moutons qui pâture un peu plus loin ne risque rien. Chiens errants, de ferme et de promeneurs, personnes mal attentionnées, randonneurs peu consencieux ... ici ce sont les principales menaces qui peuvent provoquer au mieux des réactions de panique parmi les brebis, au pire la perte d'une partie du bétail.

 

DSC01708

MARAIS SALANTS D'ISTRES

Collés à la voie rapide, surmontés de lignes à hautes tensions et encadrés par les industries, les marais salants d'Istres ne laissent en rien penser qu'il s'agit ici d'un lieu propice à la vie et à la découverte de la flore et de la faune, et pourtant ! Les flamands roses (Phoenicopterus roseus) et les sternes pierregarins (Sterna hirundo) s'y plaisent et ils n'y sont pas les seuls, deux faucons Kobez (Falco vespertinus) en stationnaire au loin nous permettant pour la toute première fois d'observer cette espèce migratrice. De larges chemins aménagés permettent aux cycles et aux piétons de déambuler tranquillement. Les berges et les digues cachent des regards curieux la plupart des oiseaux qui peuvent se nourrir et se reproduire tranquillement parmi les algues et les salicornes. Un compromis idéal si on exclu le cadre très anthropique.

DSC01715          DSC01766

Acrobatiques échasses blanches (Himantopus himantopus). C'est le moment de penser à l'avenir pour elles. C'est un petit limicole aux pattes rouges ne dépassant pas 200 grammes. Son longue bec lui est fort précieux pour sonder la vase des marais et des prés humides qu'elle affectionne. C'est là quelle trouve le gros de sa nourriture, celle-ci se composant de vers, de têtards, de petits crustacés, de mollusques et d'insectes comme les mouches.

DSC01762

À l'échelle mondiale, les populations d'échasse blanche semblent stables, et si en France ses effectifs ne régressent que lentement, son milieu de vie lui se réduit à peau de chagrin, de nombreuses zones humides continuant d'êtres bétonnées. Heureusement, la belle se suffit de peu pour nicher, et un léger trou gratté dans le sol ou un tas de végétaux sur la terre ferme dans les galets ou l'eau, lui suffisent à élever ses poussins.

DSC01713           DSC01736

Voici une espèce qu'on ne croise que très peu chez nous, le chevalier gambette (Tringa totamus) aux jolies pattes rouges. Cet échassier est une véritable sentinelle pour les autres oiseaux de rivage se nourrissant en sa compagnie. Au moindre danger, il pousse des sifflements stridents indiquant à toute la troupe qu'il est l'heure de déguerpir. Contrairement à l'échasse blanche, il ne fouille pas la vase de son bec mais chasse à vu les petits invertébrés. Présent partout en Europe, c'est sur les côtes méditerranéennes et en Afrique qu'il passe l'hiver.

DSC01671

Le petit gravelot (Charadrius dubius) est un de nos oiseaux préférés. Avec ses cris mélancoliques, sa courte queue, son vol rapide et son immense oeil doré, il nous est impossible de ne pas craquer. Bien qu'il ne dépasse pas les 50 grammes, il présente une envergure respectable, jusqu'à 48 centimètres pour les plus grands individus. Nichant dans les galets en bord de plage, les activités nautiques menaces sa reproduction.

DSC01752

Les marais salants sont également des milieux idéaux pour l'avocette élégante (Recurvirostra avosetta). Proche de l'échasse blanche, elle s'en différencie plus particulièrement par ses pattes noires, sa plus grande taille et son bec recourbé si particulier. Ce dernier lui permet de filtrer la vase en effectuant des balancements de tête de droite à gauche, des mouvements souvent effectués sous l'eau. Entièrement protégée sur le territoire de France métropolitaine depuis 1981, elle n'y séjour qu'a la période des amours et de reproduction, retournant en Afrique quand les jeunes ont gagné leur autonomie. Ayant une longévité de 25 ans, ce sont des oiseaux qui peuvent être aisément suivis par le bagage pour connaître leurs habitudes de vie d'une année à l'autre et noté des changements dans leur comportement vis-à-vis du changement climatique.

DSC01688

Une bergeronnette printanière (Motacilla flava) au plumage éclatant s'est posée dans la végétation, le temps de faire une pause avant d' arpenter les bancs de vases à la recherche de quoi casser la dalle. C'est également un oiseau migrateur comme tant d'autres présentés ici, et comme eux, elle affectionne les bords de la méditerranée et l'Afrique où elle a l'assurance de trouver quoi se nourrir, les invertébrés étant actifs sous ces latitudes.

 

DSC01805

OISEAUX DES VILLES

Marseille, ses plages, son marché, ses trottoirs et ses nuits sans silence. La ville est souvent perçue comme un endroit peu propice pour s'essayer à l'ornithologie et pourtant, entre les bâtiments abandonnés, les grands parcs et les zones de friches, plusieurs espèces parfois surprenantes peuvent aisément être observées pour notre plus grand plaisir, d'autant plus qu'habituées aux humains, celles-ci se montrent peu farouches. Le marché du Prado est un endroit excellent pour s'exercer, car outre les pigeons bisets, bien d'autres animaux peuvent être observés voletant parmi les cagettes oubliés et les restes de fruits et de légumes qui font leur plus grand bonheur à l'heure du midi. Le tout est de s'armer de patience et d'un peu d'ingénieurie, mais c'est à ce titre que l'on peut saisir des moments de vie surprenants, comme ce jour où nous avons pu observer un goéland hurler à pleins poumons sur la toiture d'une poissonnerie, essayant en vain d'obtenir de quoi faire pitance.

DSC01850           DSC01846

Parmis les osieaux communs, les moineaux domestiques (Passer domesticus) ont une bonne place, même si c'est une espèce qui tend à disparaître sans que l'on ne sache véritablement pourquoi, mais il a fort à parier que la diminution de 50 à 80 % des populations d'insectes n'y est pas pour rien, et expliquerait la diminution de 70% des moineaux en moins de 30 ans. De l'autre côté, nous avons l'étourneau Sansonnet (Sturnus vulgaris) qui lui semble s'être très bien acclimaté aux changements que connaissent les villes et les campagnes.

DSC01825

Surprise, un chevalier guignette (Actitis hypoleucos) nous fait l'honneur de sa présence à l'entrée du parc Borely. On le reconnaît aisément à ses pattes vert-jaune et à la virgule blanche au sommet de son aile repliée. C'est un habile chasseur qui s'observe dans une grande variabilité de milieu, pour peu qu'il y ait à proximité un point d'eau où il peut trouver les vers, mollusques et autres insectes dont il se nourrit. Il affectionne aussi les sites de pâture.

DSC01829

Détour par la mer, car on ne peut parler de la côté méditerranéenne sans parler de la grande étendue d'eau saline qui l'anime. Le vent souffle, l'air est frais, les vagues sont hautes et les surfeurs, heureux.

DSC01828

Contrairement à ce que nous avons pu voir à La Rochelle ou en Bretagne, la laissée de mer est peu présente sur la plage, la faute à l'absence des marées qui permettent d'ordinaire l'appartion de dépôts importants de matières organiques marines mais aussi, aux tracteurs passant tôt le matin pour nettoyer le sable blanc des déchets et des éléments naturels pouvant gêner les baigneurs, dissimulant dans le sable la trace des pollutions humaines mais aussi, d'inombrables trésors venu du fonds de l'eau : coquillages nacrés, restes de crabes, algues multicouleurs et plumes d'oiseaux marins. Il faut être alors lève tôt pour remplir ses poches des vestiges aquatiques ramenés par la mer.

DSC01808           DSC01812

Les animaux s'invitent en ville également par la porte de la culture. Ici deux figurent symbolique d'une église attenante à un couvent situé non loin du Prado. Des têtes de chiens à oreilles de feuilles ornent de par et d'autre les hauts murs, tendis qu'un ange ailé, n'allant pas sans rappeler certains oiseaux, surveille l'entrée.

DSC01895

Voici une bien belle exotique qui pose nombre de problèmes écologiques, la perruche à collier (Psittacula krameri). Arrivée il y a quelques années en France, elle utilise les cavités des écureuils, des étourneaux, des mésanges et de tout autre animal cavernicole pour nicher. Défendant ardemment son lieu de vie, et allant jusqu'à déloger les locataires des trous qu'elle visite, elle conduit à la disparition localement de certaines espèces indigènes.

DSC01890

Disposant d'un important capital sympathie de la part du public (c'est à l'origine un animal domestique), il est bien compliqué de se faire entendre quand il s'agit d'expliquer en quoi son arrivée peu conduire à des catastrophes  à l'échelle locale pour notre biodiversité. Ici un couple s'abrite dans les branches d'un érable negundo (Acer negundo), une autre EEE (espèces exotique envahissante) nommée aussi invasive et qui pose tout autant de soucis.

Le séjour prend fin ici, au bout d'une des nombreuses allées du parc de Borely, sous le regard attentif d'une pie bavarde (Pica Pica) dans un robinier faux-acacia et d'un gobemouche gris (Muscicapa striata), un très beau mâle excité comme tout à la vu de ses cris, de ses sauts et autres hochements de tête. Nous reviendrons à la fin de la saison découvrir les oiseaux si rares et typiques du sud de la France, sa garrigue et ses plages. Bel été.

DSC01861           DSC01880

mercredi 27 juin 2018

Rallye ornitho avec la LPO.

DSC04044

Retour dans l'Ain et l'Isère fin mai 2018 pour un événement un peu particulier, un rallye ornitho. Qu'est ce que donc ? Il s'agit tout au long d'un parcours dessiné à l'avance d'observer le plus d'espèces d'oiseaux possible. Composées en petits groupes, les équipes doivent se déplacer sur 3 à 4 sites afin de pouvoir mener leur inventaire. L'enjeu de cette matinée d'observation est d'évaluer année après année la présence et le nombre d'oiseaux pour évaluer leur population. Il n'y a pas de mystère, la tendance est encore et toujours à la baisse, de quoi se miner le moral malgré cette journée placée sous le signe de la convivialité et de la découverte. Cela ne serait cependant faire oublier la beauté de site, en particulier de l'étang de Lemps et du plateau de Larina où nous retournons de temps à autre traîner nos savates. Le temps et couvert et la pluie s'invite par moment, c'est idéal pour observer certains animaux en quête de chevreuil. Un ragondin et un chevreuil d'humeur matinale croise notre route, il n'en faut pas plus pour contribuer à notre bonne humeur. Pour l'occasion je suis avec 4 de mes camarades qui m'ont accompagnés tout au long de mon GPN, et qui, passionnés de nature et d'ornithologie m'ont convié à eux pour cette sortie.

DSC03939       DSC03946

Le paysage n'est pas forcément celui auquel on s'attend. La centrale nucléaire du Bugey s'offre au promeneur, mais c'est sur les falaises qu'il faut s'attarder. Outre l'autour des palombes (Accipiter gentilis) qui nous a gratifié d'un très rapide passage, il y a fort à voir. Déjà en contre-bas, où une grande héronnière s'étend, on peut y observer les parents nourrir leurs pettis. Sur la falaise, les choucas des tours (Corvus monedula) sont rois, ce qui semble nullement déranger ce pigeon colombin (Columba oenas).

DSC03965

Les ascalaphes (Libelloides) malgré leur aspect ne sont pas des papiilons. Ils se reconnaissent à leurs ailes en partie transparentes, aux massues au bout de leurs antennes et à leur régime alimentaire qui se compose essentiellement de mouches qu'ils capturent en plein vol. Ils sont typiques des milieux secs et pierreux.

DSC03975

Le gazé (Aporia crataegi) est aussi nommé piéride de l'aupébine. Généralement, les ailes aux nervures noires des femelles sont beaucoup plus transparentes que celles des mâles et possèdent une marge brune, ce qui permet de différencier les sexes, à condition que les individus aient déjà quelques heures d'existance sous leur forme d'imago. Une quinzaine de pontes de 60 à 120 oeufs jaunes à chaque mise sous feuilles finissent par épuiser dame gazé qui bien souvent, meurt d'épuisement. Comme son nom l'indique, l'aubépine est l'arbre hôte des chenilles de ce papillon. 

DSC03963

Sur le plateau de Larina, bien d'autres espèces se rencontrent. Ceux de la famille des nymphalidae sont les plus abondants. Souvent de grande taille, ces papillons sont des butineurs précieux car ils sont souvent les seuls à être capable avec leurs longues trompes à atteindre le nectar contenu dans les éperons profonds de certaines fleurs.

DSC03985       DSC04039

Le lézard vert occidental (Lacerta bilineata) a fait de Larina son fief. Pourtant celui-ci n'y a pas été observé. Il est originaire de l'ENS de l'étang de Lemps. C'est un endroit idéal pour d'observer la faune de part ses observatoires et ses palissades. Bien cachés, nous sommes gratifiés du passage de la bondrée apivore (Pernis apivorus) et semble-t-il du faucon hobereau (Falco subbuteo) s'ajoutant à la multitude de canards présents.

DSC04029

Deux couples de grèbes huppés (Podiceps cristatus) s'affèrent à leur pêche. En fin de notre parcours, nous avons même la chance d'observer sur le lac devant le quel nous pique-niquons un adulte transportant un petit sur son dos. Cet oiseau se caractérise par plumage pourpre, par son vol saccadé et par son cri de trompette.

DSC04006       DSC04011

Ô joie ! Nous tombons sur l'emblême de l'ENS : la tortue cistude (Emys orbicularis). C'est la première fois que j'observe des specimens sauvages, autant vous dire que je n'en reviens toujours pas. C'est une des deux espèces de tortues sauvages en France métropolitaine avec la tortue d'Hermann (Testudo hermanni). Aquatique, elle était présente dans tout le pays avant que les milieux humides ne se réduisent à peau de chagrin. Désormais elle est en voie de disparition dans l'ensemble de l'Europe, en Russie et au Nord de l'Afrique.

DSC04041       DSC04040

L'ornithogale des Pyrénées (Ornithogalum pyrenaicum) est appelé asperge des bois. Au stade de fleurs il n'est plus apte à être cueillie. C'est quand il est en bourgeon, quand le soleil n'est pas encore trop dur, qu'on le récolte en forêt ou en lisière. Sa saveur douce, verte et sucrée en fait un met recherché. De ce fait il se ratifie dans de nombreuses forêts se qui a poussé certaines régions et communes à le protéger complètement ou de manière partielle en réglementant sa récolte. Ce soir là, c'est omelette aux asperges des bois à la maison.

DSC04064Notre itinéraire s'arrête dans les marais qui se trouvent au pied du plateau de Larina. Sur la berge, un héron pourpré (Ardea purpurea) tente de trouver un peu de calme malgré les piaillements incessants des locustelles cachées dans la phragmitaie. La matinée rallye prend fin, au compteur plus de 140 espèces mais avec des effectifs très faibles. Mauvais temps, activité humaine, prédation ... nos amis à plumes sont de moins en moins présents dans nos campagnes et les causes sont multiples. Notre morale s'en trouve quelque peu endeuillé, malgré la convivialité ambiante qui émane du repas partagé avec les autres équipes.

lundi 7 mai 2018

Sortie en montagne 18.

 DSC01029    DSC00984

Le massif du Ventoux est une terre de sorcières. Il s'en dégage une atmosphère étrange, presque mystique, où les amoureux des pierres et des plantes se retrouvent pour marcher sur les rochers blancs des crêtes. Lavande vraie et lavandin ont valu aux territoire du sud de la montagne leur réputation de terres de parfums avec la multiplication des distilleries. Il faudra encore attendre pour voir les champs se couvrir de violet.

DSC00928

Nous sommes pour l'occasion dans le village de Sault, réunis tous ensembles dans la maison familiale. Les lieux sont encore calmes en cette période. C'est parfait pour s'adonner à la vadrouille entre les rues étroites. Certains passages présentent de hauts murs remarquables, sur lesquels on retrouve l'empreinte en négatif de fossiles d'amonites, la roche mère locale étant composée de calcaire urgonien hautement fossilifère, chose commune à la plupart des pends du massif du Ventoux, en particulier au sud de celui-ci où de nombreux amateurs s'adonnent à la chasse aux vestiges du passé, quand le sud du pays était encore une mer tropicale.

Et puis il y a les champs alentours, les bordures de routes, les chemins qui s'enfoncent dans la forêt et qui donnent l'occasions de faire des belles découvertes avec la flore locale et atypique de ce petit bout de Provence.

DSC00940      DSC00991

Dans le jardin, pousse la gagée des champs (Gagea villosa). Adepte des sols sablonneux et pierreux, on la trouve dans une grande partie de la France même si elle semble préférer le sud-est. Cosmopolite, on la rencontre aussi en Europe centrale, en Afrique septentrionale et en Asie, en particulier à l'ouest.

DSC00937

Le muscari à grappes (Muscari neglectum) est une espèce commune en France qui se satisfait d'une grande variabilité de milieux, pour un peu qu'il ait à disposition un sol plutôt pauvre, peu soumis à l'humidité et qui est de nature basique. Il est courant dans les vignobles, sur les talus ensoleillés et dans les champs, en particulier ceux de fauches soumis de temps à autre au pâturage, en particulier à celui des bovins.

DSC00953

L'orchis géant (Himantoglossum robertianum) est un orchidée précoce, typique du sud de la France mais qui tend à remonter le long de la vallée du Rhône avec les importants changements de températures que nous connaissons actuellement. C'est une plante robuste, qui présente une rosette composée de feuilles vertes, luisantes et épaisses d'où émerge un bouton florale rose. 

DSC00952    DSC00955

C'est dans les milieux secs calcaires, en particulier de garrigue, qu'on la rencontre mais elle se plaît aussi sur les pelouses sèches et les talus ensoleillés. 

Dans le cortège des espèces propres à ce milieu ont retrouve une faune variée, composée en partie de reptiles mal-aimés mais au combien précieux pour l'équilibre écologique mais aussi, une fonge surprenante où il n'est pas rare de voir apparaître sous les pins à l'automne le lactaire sanguin (Lactarius sanguifluus).

DSC00967      DSC00968

Toujours dans le jardin, on rencontre aussi la pézize du cèdre (Geopora sumneriana). On ne la remarque pas facilement au premier abords, celle-ci n'émergeant du sol qu'à maturité en formant une petite cavité. Inféodée aux sols calcaires, elle se rencontre aussi sous les ifs. Piètre comestible, elle est toxique voire mortelle si consommée cru comme la plupart des champignons de son ordre, celui des Pezizales dans le quel on trouve les morilles.

DSC00977

L'herbe s'est couverte de petites fleurs blanches, elles forment un beau tapis devant l'entrée, encadrant nos pas. La période de floraison est courte, bientôt les chaleurs de la fin du printemps viendront mettre fin à cette orgie de pétales colorés dans la pelouse et dans les champs de fauche tardive qui se coloreront de doré.

DSC00987      DSC00992

En attendant, les pruneliers sauvages (Prunus spinosa) et les érables champêtre (Acer campestre) continus de fleurir. Chez ces deux espèces aux floraisons bien différentes, les feuilles arrivent plus tardivement. Chez les érables, la pollinisation se fait bien souvent par les insectes comme on peut le voir sur la photographie mais certains, dont le très invasif Acer negundo, se servent du vent et de leur pollen léger pour assurer la fécondation.

DSC01013

Et puis il y a la plus belle de toutes, celle que j'adore et qui pousse dans le couvert forestier, l'hellébore fétide (Helleborus foetidus), une plante aux milles noms dont ceux de patte de griffon, de griffe de lion, d'herbe aux fous ou de rose de serpents (mon préféré). Des noms qui font frémir le badaud et danser la sorcière. Elle était utilisée par les grecs pour soigner la folie et en occident plus généralement, et jusqu'il y a peu, comme purgatif de dernier recours, la plante étant hautement toxique. Sa floraison précoce, son aspect singulier et sa grande taille ne la font pas passer inaperçue dans les sous-bois, quand tout tarde alors à verdir.

DSC01021      DSC01022

En voilà une autre de plante de magicien. L'hépatite trilobée (Anemone hepatica) tient son nom de la théorie des signatures, concept issu du Bas Moyen Âge et qui réside dans l'idée que les plantes, animaux et minéraux soignent les organes humains auxquels ils ressemblent. De ce fait, les feuilles de cette anémone ressemblant au foie, on en a fait usage pour soigner cet organe, la nommant au passage "hepatica" : qui a rapport au foie.

DSC01238

La mise en jambe en forêt terminée, nous voilà partis à l'assaut du Mont Ventoux. Quelle épopée, je suis bien rouillée, et l'ascenssion ne s'est pas fait sans difficulté. Cependant, nous voilà arrivés au sommet. La flore est encore timide et pour cause, quelques reliquats de neige habilles le mont. Ils sont, depuis une semaine ou deux, partis avec le soleil rayonnant que nous avons eu.

DSC01052

Peu avant notre montée, nous avons pu observer les troupeaux de brebis pâturer les champs de lavandes, en contre-bas dans la vallée. Il semblerait de peu à peu les pratiques agricoles locales évolues vers une retour aux traditions plus respectueux de l'environnement.

DSC01063

Surprise au détour d'un virage, au milieu de la route, un couple de becs-croisés des sapins (Loxia curvirostra). L'arrivée d'un cycliste dissipera les amoureux dans les arbres, monsieur laissant sa femelle seule pour la prise photo. Grise et verte, elle se différencie du mâle qui est paré sur son plumage d'un rouge chatoyant.

DSC01404 DSC01405DSC01412

Autre merveille dans cette montagne, le pin à crochets (Pinus uncinata). Il tient son nom des écailles de ses pommes qui présentent pointe recourbée en leur centre. D'ordinaire haut de 20 à 30 mètres, les vents puissants qui balaient les crêtes du Ventoux transforme ce conifère en arbuste buissonnant au port parfois étalé.

DSC01389

L' ibéris des Rochers (Iberis saxalatis) commence à fleurir. Sa morphologie compacte, avec des feuilles étroites et grasses, lui permettent de résister au froid polaire qui règne ici. Protégé dans certains territoires, il ne se rencontre presque que dans les massifs du sud du pays.

DSC01386

Habitué à pousser à même la roche, il possède un enracinement profond et solide qui lui permet, même en cas d'éboulis, de rester fixé. Sa faible taille (rarement plus de 10 cm), lui permet de faire face aux éléments, tel au vent et au manteau neigeux. Sa floraison blanche s'étale d'avril à fin juin et peut sur les plateaux alpins d'altitude, à plus de 2500 mètres, se terminer vers la mi-août. 

DSC01057

Le Venturon montagnard (Carduelis citrinella) arpente aussi les coteaux du Ventoux, en particulier ceux composés de forêts mixtes. Le mâle aborde des couleurs criardes, oscillant entre le jaune et le vert olive. Ce granivore se rencontre parfois dans les champs après les moissons pour becter les graines tombées au sol.

DSC01200      DSC01333

Le temps en montagne est plus que changeant. Une marche de quelques heures sous le ciel bleu se transforme rapidement en traversée des nuages en une poignée de minutes. Une fraîcheur bienvenue après avoir rougit sous les coups du soleil mordant et la réverbération des roches blanches qui composent le sommet.

DSC01155      DSC01330

Malgré la neige, le terrain reste idéal pour herboriser. Genévrier couché, pousses de pavot artique (Papaver radicatum) ou épicéa nain, c'est tout autant de plantes atypiques et qui changent des paysages de Chartreuse et de la vallée du Rhône. Pas de prélévement sur place, les espèces et le milieu sont strictement protégés. 

DSC01474

Retour en plaine, avec pour l'occasion une virée dans la ville de Carpentras. C'est jour de marché, les étales sont pleines avec bien souvent, des produits régionaux. Fleurs, asperges, morilles ou oignons, il y en a pour tous les goûts. Le porte monnaie se fait cependant plus sage.

DSC01475

On ne peut ignorer les fraises de Carpentras. Labellisés, les fruits de cette appellation regroupe trois espèces cultivées, la plus connue étant la gariguette. De grande qualité, les fraises sont employées pour la consommation courante et pour la confiserie de haut standing. D'avril à mai, les champs approvisionne une grande partie du marché français, si on se penche un temps soit peu sur des produitsde bonne qualité. 

DSC01465    DSC01485    DSC01482    DSC01472

Les rues se parent de couleurs. Dans les paniers, des produits qui nous sont parfois très familiers. Morilles coniques, verveine séchée, asperges sauvages ou encore fraise des bois, tout autant de plantes et de champignons que nous récoltons dans la nature ou le jardin dès que les beaux jours arrivent. 

DSC01488      DSC01501

L'asperge sauvages (Asparagus acutifolius) se récolte très tôt, dès fin février ou début mars dans les Calanques mais devient trop drues à partir de mai pour être consommée. Très prisée, sa récolte est réglementée. Aimant les milieux secs, rocheux et ensoleillés, elle se reconnaît à ses feuilles épineuses et sa tige ligneuse.

DSC01603

Changement de décor, nous voilà dans le Colorado provençal. Ces anciennes carrières d'ocres sont ouvertes au public et sont sillonnées de nombreux sentiers. Outre la faune remarquable avec ses oiseaux colorés, on tombe sur une flore atypique qui à l'avantage de nous dépayser le temps d'un après-midi de randonnée.

DSC01529

Le narcisse d'Asso (Narcissus assoanus) est une petite fleur jaune aux feuilles fines qui se parsème en de grands tapis. Il aime les collines calcaires au climat méditerranéen mais se croise aussi en moyen montagne.

DSC01542

Sa corolle jaune portée par sa tige grêle attire les insectes, ce qui permet à sa fleur d'être pollinisée, on parle alors de reproduction entomogame. Appelé aussi petite jonquille, sa cueillette est réglementée dans de nombreux départements. Dans d'autres, il est soumis à protection. Il partage souvent les zones rocailleuses avec quelques orchidées comme l'ophrys brun ou l'orchis de Provence mais aussi, avec le muscari en grappes (Muscari neglectum).

DSC01570      DSC01571

La consoude tubéreuse (Symphytum tuberosum) peut présenter des fleurs jaunes ou roses. Dans le Colorado, on le trouve au pied des carrières, là où les drains servant à charrier et nettoyer l'argile se répande désormais en ruisseaux. Très mellifère, on peut parfois observer des fourmis se nourrir du nectar des fleurs.

DSC01621

L'amélanchier à feuilles ovales (Amelanchier ovalis), appelé amalenquièr ou amalenca en provençal, est un arbuste de la garrigue qui produit des fruits bleutés/violacés comestibles et très appréciés, aussi bien des oiseaux que des enfants. Il compose de manière traditionnelle le jardin des simples des maisons curiales du sud. De petite taille, maximum 3 mètres, il est peu exigeant pour peu qu'il ait du soleil ainsi qu'un sol calcaire et chaud. C'est en sirop, en confiture ou même en alcool que l'on consomme le plus couramment les baies de cet arbuste.

DSC01650

Le circuit s'engoufre dans les taillis de bruyères et de fougères aigles (Pteridium aquilinum). Dans une ouverture sous les pins sylvestres (Pinus sylvestris),  se dressent de nombreux cairns. Ceux-ci sont présents un peu partout dans le monde, que cela soit sur les sites aux reliefs montagneux ou dans les bas-marais, les déserts et les plaines. Employés pour montrer un passage à emprunter, ils ont aussi pour fonction d'indiquer des lieux de sépultures, marqués par des événements historiques, mystiques ou tout simplement pour laisser une trace de soi et de sa traversée. Tradition vivace, leur usage n'a pas évolué depuis le néolithique.

DSC01636 DSC01642 DSC01643 DSC01702

L'extraction de l'ocre a prit fin en 1992. Les sables dont on la tire tiennent leurs teintes, oscillant du blancs, le jaune, le vert et le rouge, de composés en partie d'éléments ferrugineux et de micas, issus de sables marins du temps où la région était submergée par l'océan, en particulier pendant la période géologique de l'aptien.

DSC01756      DSC01760

Sur le retour, une bellr surprise nous attend sur un talus à l'entrée du village. Une cinquantaine de tulipes sylvestres (Tulipa sylvestris subsp. sylvestris) poussent à quelques mètres de la route. Cette espèce aux pétales d'un joli jaune vif est bio-indicatrice des milieux non traités, gage de bonnes pratiques agricoles.

DSC01872 DSC01878 DSC01884 DSC01886

Voilà une semaine bien remplie. Dans la cuisine, ça n'arrête pas, et dans le jardin on fait peau neuve. La haie redevient propice à l'accueil de la faune en gardant un aspect paysager, les ronces ont été réduites à un petit lopin afin de rendre accessible les arbres du verger et les nombreux tas de bois vont faire office de refuge aux alytes accoucheurs (Alytes obstetricans), de petits crapauds qui ponctuent de leurs chants les nuits de la maison.

DSC01419

lundi 26 mars 2018

6e anniversaire du blog !

DSC09776

 Gipsy, ma maquette d'araignée géante que j'utilise pour faire aimer les petites bêtes aux enfants.

Voilà, le blog fête sa 6e année d'existence ! Que de chemin parcouru depuis et se sont de nouvelles voies qui s'ouvrent à moi. Né le 26 mars 2012, la Renarde des Alpes s'appelait alors "Grinoires et carnets", nom que l'on retrouve dans l'actuelle url du blog. Il est apparu un après-midi de glandouille, quand je me refusais à réviser mes partiels d'anthropologie. Dédié à l'origine au partage des mes dessins et de mes carnets de croquis pour les membres des forums où j'évoluais, il s'est peu à peu orienté vers tout autre chose, la Nature. 

DSC09779 DSC09780 DSC09793 DSC09799

De gauche à droite : feuilles d'ortie séchées, renoucule en fleurs, tiges d'hémérocale et armoise séchée.

J'en profite pour vous ouvrir mon antre de sorcière et vous présenter quelques uns des outils que j'utilise. Grande fan des plantes et de botanique, j'ai quelques belles médicinales qui s'empilent en bocaux sur mes étagère. Sur le billot, il y a toujours une fleur pour donner une peu de gaieté à notre petit appartement d'étudiants lyonnais.

DSC09788    DSC09789

Deux outils indispensables pour faire de la mycologie et la botanique sur le terrain : la boussole et la loupe.

Le temps béni des études s'éloigne peu à peu et bientôt, les examens de fin d'année les clôturons. Je suis habituée à passer par cette étape. Après avoir fait une licence de sociologie et d'anthropologie à l'université Pierre Mendes France de Grenoble il y a 5 ans, je m'apprête à passer d'ici 3 mois mes examens terminaux qui, si tout va bien, me donnerons mon diplôme attestant de ma réussite à travers mes 2 ans d'études environnementales en BTS GPN au lycée Agrotec de Vienne Seyssuel. J'espère, à force de travail acharné, pouvoir vivre de ma passion.

DSC09795 DSC09792 DSC09796 DSC09809

Notre bibliothéque et ses 350 livres dédiés au naturalisme sous toutes ses formes, à la socio-anthropologie et au paysagisme, sont les choses les plus précieuses que je possède. Tout simplement, je ne peux pas m'en passer.

En attendant, je commence doucement à me professionnaliser. Cela ne vous aura pas échappé, je suis en ce moment à fond dans l'ornitohologie. Cette corde manquait à mon arc mais désormais, je peux l'ajouter à ce dernier, bien que j'ai encore besoin de me perfectionner (et d'une nouvelle paire de jumelles). De ce fait, j'ai l'honneur de vous annoncer que je fais depuis peu partie de la LPO  Rhône. De même, j'ai rejoins une seconde association, La Corne Percée, où je joue le rôle d'une prêtresse gauloise faisant découvrir sur son stand les plantes et les créatures celtes et médiévales. Vous pouvez me rencontrer à l'occasion à travers les fêtes médiévales de la région Auvergne Rhône Alpes. Manque plus qu'à tâter la géologie, domaine où je fais mes débuts depuis peu. Et n'oublions pas l'association du Mycorium sauvage de France dont je suis enfin membre et qui tiendra début octobre son second Mycoforum à Saint André de Vivarais en Ardèche !

DSC09767    DSC09771

Nouveau visuel pour les cartes de visite, j'en suis toute excitée ! C'est le début de la professionnalisation en attendant l'arrivée des examens et la fin de l'année scolaire qui ne serait bientôt tarder.

-0-

mercredi 1 février 2017

Sortie dans les marais 10 (migration dans les Dombes).

DSC01164

L'été est sur le point de s'en aller, les cigognes elles aussi. Nous sommes dans les Dombes dans l'Ain. Il s'agit d'un vaste ensemble de zones humides composé de marais, d'étangs et de lacs de pisciculture. C'est un des endroits où il est possible de voir le plus d'oiseaux en France et cela, même pendant l'hiver.

 

La cygogne blanche (Ciconia ciconia).

C'est l'un des plus grands échassiers d'Europe. La cigogne blanche se rencontre dans la quasi totalité de l'Eurasie et de l'Asie (on trouve une sous-espèce Européenne et une sous espèce asiatique). C'est une espèce migratrice mais il n'est pas rare de voir des dizaines d'individus rester l'hiver dans les Dombes. 

DSC01156 DSC01155DSC01161DSC01160 DSC01157

 

Le pays des Dombes.

 Cet espace naturel se caractérise par ses lacs creusés de la main de l'Homme pour approvisionner une partie du royaume de France en poissons et en particulier en carpes, symboles de la royauté. C'est un espace unique où on trouve plus de 150 espèces d'oiseaux nicheurs qui y trouvent toute la nourriture dont ils ont besoin.

DSC01150

 

L'aigrette garzette (Egretta garzetta).

Ce bel oiseau blanc s'est établie sur tous les continents du monde là où se trouve des zones humides d'eaux peu profondes. C'est là que l'aigrette chasse à l'affût les batraciens, les insectes et les petits poissons dont elle se nourrie. Parfois, elle ouvre ses ailes pour faire de l'ombre sur l'eau. Les poissons viennent s'y rafraîchir et c'est là qu'elle les saisie avec son bien effilé comme un dague, ce qui est typique des échassiers. 

DSC01139 DSC01175

 

Un havre pour les libellules (Odonates).

On rencontre énormément de libellules dans les Dombes. Parmi elles ont trouve un bon nombre d'espèces protégées. Actuellement elles sont très étudiées car elles sont de formidables bio-indicateurs qui permettent de connaître la santé des milieux humides, leur évolution et le type d'actions à mener sur ceux-ci.

DSC01091 DSC01094

 

Le grèbe huppé (Podiceps cristatus).

Il s'agît ici d'un juvénile que l'on reconnaît facilement à son plumage zébré. Les adultes présentent une tête blanche ornée d'une collerette de plumes rousses et noires. C'est un oiseau bruyant qui pendant la période des amours émet des sons proches d'une clarinette. Il fait son nid tel un radeau en s'aidant de la végétation dense des étangs et des marais de faible profondeur. C'est un excellent plongeur qui peut atteindre 20 m de profondeur.

DSC01111

 

Le faisan de Colchide (Phasianus colchicus).

C'est espèce a été introduite sous le Moyen Âge dans les forêts françaises et en particulier dans celles des rois pour répondre à la grande passion des nobles de cette époque là (avec celle des perruques poudrées), à savoir la chasse. Aujourd'hui on en rencontre beaucoup, souvent issus de lâchers après avoir été élevés en captivité. Cela explique le bec tordu de cette femelle (courant en volière) peu farouche se promenant sur la route.  

DSC01116 DSC01119

 

Le héron cendré (Ardea cinerea).

 C'est avec plaisir que nous retrouvons ce grand échassier que nous avons pu croiser lors de notre périple en Bretagne. Lui aussi est un oiseau des marais mais couvre également les champs humides, les bords de mer, les lacs et les rivières. Son régime alimentaire est proche de celui de la cygogne bien qu'il n'appartient pas à la même famille et qu'il soit sédentaire au point de garder toujours le même site de nidification : la héronnière.

DSC01128

 

La marsillée à quatre feuilles (Marsilea quadrifolia).

Voici une superbe fougère d'eau qu'il n'est pas courant de croiser. On pourrait penser au premier abords qu'il s'agît d'un trèfle ou d'une oxalis mais ses rhizomes ne trompent pas. Protégée en France, on peut la rencontrer dans les mares et les fosses où l'eau se fait stagnante. Dans certains pays, en particulier en Asie, elle est consommée. En Europe de l'Est et Centrale on l'utilise comme plante magique permettant de voir le monde invisible.

DSC01182 DSC01183

 

Le ragondin (Myocastor coypus).

Dans les Marais Poitevin, on en fait de la terrine et des pâté. Ce grand rongeur est originaire d'Amérique du Nord. Échappé des élevages de fourrure, il sème le trouble dans les milieux aquatiques au point d'en rompre par endroit la fragile dynamique. Mais s'il est piégé, c'est avant tout pour les dégâts qu'il cause aux cultures.

DSC01106

 

Le mot de la fin.

 Voilà une fin d'après midi comme je les aime, où l'on reste dans le soleil couchant à observer les oiseaux et voir les cigogne se réunir pour passer la nuit. Actuellement les Dombes sont encore glacées, et bien que l'on y trouve un bon nombre d'oiseaux, il faudra attendre le redoux du printemps voir le début de l'été pour voir arriver par nuées les grandes espèces migratrices et avec un peu de chance, quelques grues cendrées (Grus grus).

DSC01187 DSC01193