DSCN3271Le confinement a eu du bon dans notre compréhension d'une espèce que nous pensions bien connaître : la corneille noire (Corvus corone). Nous en avons vu une puis deux s'atteler à la pêche, chose que j'ignorais et qui semble extrêmement rare dans les zones continentales. Nous voilà donc à suivre leurs aventures tels des détectives, l'appareil photo à porté de main pour filmer et photographier ce comportement atypique. En voici le récit jours après jours. Le fait me fascine et je pense bien élaborer quelque chose autour de ces observation : un article à publier et/ou une conférence peut être. Cela ne vas pas sans me rappeler une autre observation que j'avais pu faire au début de l'hiver. Dans ma voiture, coincée dans un bouchons, j'avais pu voir une drôle de scène sur la Saône. Un groupe de mouettes rieuses avait réussi à regrouper et maintenir à la surface un groupe de poissons, l'entourant et plongeant à proximité. Au dessus du banc, trois corneilles au ras de l'eau, en vol tant bien que mal stationnaire, semblent tenter d'attraper les poissons avec leurs pattes tendues. Un souvenir qui marque encore ma mémoire et qui me fait de plus en plus me prendre de passion pour les corvidés.

-o-

20/03 : début d'après-midi, nous observons une corneille au nid comme l'an dernier. Son plumage est défraîchi et comporte de nombreuses plumes blanches, signe le plus souvent d'une mauvaise alimentation. Sa compagne ou compagnon se pose souvent sur une branche à proximité.

03/03 : la corneille est observée au matin avec du poisson en bec ! Elle a été vue à le saisir avec ses pattes : à 40-50 cm du bord de la rivière, elle s'immerge jusqu'au dessus des pattes dans l'eau et ressort avec un poisson vivant de 8-10 cm qu'elle part manger sur une branche. Nous sommes ébahis. Nous avons pu filmer la consommation mais pas la pêche.

04/04 : la corneille passe en début d'après midi devant la fenêtre avec du poisson dans le bec pour le manger sur une branche, nous n'avons pas vu la pêche, ce qui ne nous permet pas de savoir si le poisson a été trouvé vivant ou mort. Nous commençons à nous dire que quelque chose d'inabituelle se passe. Entre temps, j'ai pu récolter quelques informations.

DSCN1958              DSCN3059

05/04 : début d'après midi, il y a de nombreux allers-retours au nid. La saison de reproduction semble s'entâmer tranquillement.

06/04 : une corneille est au bord de la rivière sous le pont, elle remonte le filet d'eau pour s'abreuver puis se pose sur le béton comme en affût en début de soirée. Nous sommes posés en affût à la fenêtre, apapreil en main, mais il n'a rien à capter.

11/04 : la corneille est au bain après avoir donné l'impression d'être posté en affût. Nous sommes là encore au milieu de l'après-midi, et si nous n'avons pas d'images de pêches, nous avons celles- de la toilette.

13/04 : la corneille sur sa branche fêtiche et mange un poisson tranquillement dans l'après-midi. Nous n'avons là aussi pas pu voir s'il s'agissait d'une action de pêche ou la capture d'un poisson déjà mort.  Dans la soirée, la voilà qui va se poser en affût. D'un bon elle se met là où d'ordinaire elle prend son bain et attrape 2 petits poissons qui semblent morts ou mal au point, en mettant les pattes dans l'eau à mi hauteur. Nous avons enfin des images et vidéos de pêche mais ce ne sont pas celles que nous attendons.

14/04 : ce matin la corneille mange du pain là où elle a été vue la veille manger les poissons, hélas. Ce lieu est souvent un lieu où il y du pain est donné en abondance aux animaux, pour mon plus grand désarroi.

16/04 : ce matin pour le couple de corneille, c'est grande chasse aux riveaux. Dans le ciel, il y a 4 corneilles dont un individu qui pique violement sur 2 autres et un quatrième qui se tient éloigné. Un vrai spectacle de voltige.

17/04 : passage en rase motte de la corneille au plumage abîmé, les pattes toutes tendues comme pour essayer de saisir la carpe Koï qui se trouve en surface. Elle saisie un morceau de pain sec sous le pont, par un peu plus loin pour le tremper dans l'eau. Elle le saisi en bec, puis repasse en rase motte au-dessus de l'eau, toujours pattes tendues, provoquant la panique chez la friture en surface qui part à tout allure dans le fond de la rivière.

20/04 : aujourd'hui, la corneille passe au ras de l'eau en trempant le bout des pattes sans rien attraper mais l'image est belle.

21/04 : il est 17h20, la corneille se pose sur le muret puis soudain plonge les pattes les premières en direction de l'eau. Un camion blanc nous empêche de voir la scène. La corneille réapparaît de l'autre côté avec un poisson au bec. Toujours posée sur un muret, elle le dévore en 2 minutes en s'aidant e ses pattes, chose que nous avons pu filmer. Elle retourne alors au nid et semble régurgiter de la nourriture mais nous n'avons rien de visible à l'image.

DSCN2832

23/04 : les corneilles se montres de plus en plus agressives, en fin d'après midi elles ont chassé un jeune héron qui à ses habitudes ici et qui, le pauvre, s'enfuit à grands cris. Sur les coups de 21h retour de celui-ci. S'en suit une grosse bagarre entre le couple de corneilles qui se lance dans l'attaque à totue allure. Il se réfugie dans les robiniers faux-acacia avant de partir, ne pouvant faire face aux harcèlements des corvidés. En résulte une belle vidéo.

24/04 : les corneilles ont braillé toute la matinée avant de se calmer, et nous en avons vu et filmé une manger quelque chose qui ressemble à du poisson. Vers 10h30 bagarre avec une pie et une des corneilles. La pie est très vite rejointe par une autre pie, puis trois puis 5. De quoi faire tourner la corneille en bourrique pendant 45 min au moins et nous donner de super images et vidéos de cette scène de vie.

25/04 : la corneille aux plumes abîmées mange un poisson faisandé de l'autre côté de la rive avant de s'envoler plus loin et de laisser la carcasse que nous avons pu observer pendant notre balade nocturne. Sans doute un poisson attrapé par un des nombreux pêcheurs et laissé sur le bord.

28/04 : une corneille au bord de l'eau s'envole et se pose au nid avec un gros ver au bec, peut être pour nourrir les petits. Il est alors 16h48 et nous nous disons que l'éclosion a dû avoir lieu, nous avons hâte des voir comme l'an dernier les petites corneilles faire le show dès qu'elles seront en âge de sortir du nid et d'explorer les alentours.

01/05 : il a plu presque toute la semaine. Depuis deux jours, les deux parents corneilles se relaient pour nourrir les poussins. Dès qu'un adulte arrive au nid, parfois avec de la nourriture au bec sans que nous puissions voir de quoi elle se compose, l'autre part immédiatement. Ce soir un des parents s'est posé aux postes habituels d'affût de pêche, en particulier vers et sous le pont, sans pour autant tenter une capture, le courant étant fort. Vers 21h15 nous sommes appelé à la fenêtre par des grands bruits. Le jeune héron est de nouveau pris en chasse par le couple et le pauvre cri dans tous les sens. Les attaques sont violentes et il finit par être partir. Si un des adultes revient de suite vers le nid, ce n'est pas le cas de l'autre qu ne reviendra que vers 21h20. Peu avant en fin d'après midi un comportement similaire avait été observé en direction d'un chat qui, passant rapidement avait fait l'objet de nombreux cris d'alarme de la part des deux corneilles qui, rassurées, ont fini par se poser dans l'alignement d'arbres à leur poste habituel.

DSCN2670              DSCN2478

03/05 : il est 21h13, il n'a pas plu aujourd'hui et sur la fin de la journée, il a fait soleil. Le courant est fort. Le jeune héron tente à nouveau sa chance pour s'installer au bord de l'eau mais une fois de plus il se fait chasser. Un running gag.

05/05 : une corneille est au poste d'affût de chasse, mais n'a pas le plumage abîmé que peut présenter le couple qui vit juste dans le grand platane. Elle prend le pain qui vient d'être donné aux pigeons avant de s'envoler à tir d'ailes.

06/05 : une corneille au plumage intégralement noir se poste au bord de la rivière sous le pont.Soudain elle saisie un poisson bien vivant, le secoue dans tout les sens, le pose au sol, le frappe de son bec, le ressaisi et s'envole avec à l'opposé du nid. Nous avons le temps de filmer à partir moment où elle se saisie du poisson et s'envole avec, mais toujours pas la pêche. Nous nous apercevons alors qu'il y a bien deux corneilles pêcheuses, la corneille péchant d'ordinaire se trouvant alors avec ses oisillons.

08/05 : enfin nous captons la corneille dans sa pêche. Il s'agit du nouvel individu. Il est alors 19h. Elle tente de pêcher du côté gauche de l'Yzeron sous le pont. Elle semble capturer un petit poisson qu'elle avale de suite, puis saute de l'autre côté, attrape en donnant un coup de bec dans l'eau un poisson un peu plus grand que son bec et s'envole avec. Ce n'est pas la grande scène que nous avons pu observer au tout début de notre étude des corneilles locales mais c'est un bon début.

DSCN1961     DSCN2052     DSCN2221     DSCN3199

09/05 : grosse bagarre entre la corneille au plumage délavé qui niche ici et la corneille au plumage noir qui pêche sous le pont, ce qui nous conforte dans notre idée. Peut être s'agit-il d'un petit de l'an dernier ou d'une année précédente qui revient sur le territoire de ses parents pour appliquer ce qu'il a apprit d'eux sans que cela ne plaise à ses derniers.

10/05 : petite pêche de la corneille comme d'habitude sous le pont, il est alors 14h10. Son plumage noir ne laisse pas de doute sur son identité. Une autre théorie nous apparaît : la corneille "noire" pêcherai sous le pont où le courant est fort mais le niveau d'eau faible, et au la corneille "délavée" pêcherai plus en eau plus profonde et calme même si nous la croisons parfois sous le pont. D'ailleurs, ce matin elle était à un de ses postes de pêche favoris, là où il y a 80 cm à 110 cm de fond. 18h25, nous faisons une seconde observation de pêche, la corneille "noire" se poste a un nouveau poste d'observation, devant la fenêtre et derrière le mur, là au l. Je ne la vois plus mais el'eau est profonde de 50 à 60 cm. Elle ressort de là quelque secondes plus tard, un poisson frétillant de la queue dans son bec et long de 8 à 12 cm.

11/05 : déconfinement ou non, il est 17h50 et c'est l'heure du ménage. C'est pile le moment qu'à choisi la corneille au plumage noir pour se mettre sur le poste d'observation où la rivière est profonde, à 80 - 100 cm. Hop elle sort de la rivière avec un poisson d'environs 15 cm - crotte nosus n'avons pas le temps de prendre l'appareil photo. Elle se saisie de sa proie, se pose au sol et la mange en quelques coups de bec avant de se saisir d'un vieux crouton de pain et de s'envoler. Encore un coup loupé pour nous.

DSCN2347

12/05 : 10h00 bataille de corneilles dans les airs au dessus de l'Yzeron au niveau du gros platane.

13/05 : il est 17h20, nous montons en voiture pour le contrôle technique et il pleut à très grosses goutte, au point que la rivière prenne un sacré courant. C'est le moment que choisit la corneille au plumage bien noir, posée sur le toit de la sortie d'eau des égouts, pour s'envoler. Elle a un poisson au bec.

19/05 : enfin, les petites corneilles se montrent. Deux jeunes sont perchées dans les robiniers juste en face de la fenêtre. 16h30, surprise, une corneille se jette dans l'eau sous mes yeux, là où l'eau est profonde de 1m en bas de pente, à 40 cm du bord, et flotte comme un canard quelques secondes à côté de deux gros cygnes. Elle fait un petit bond, attrape un poisson en surface avec ses pattes, le passe dans son bec puis s'envole sur une branche juste au dessus de l'eau. Tout cela est sous les yeux des deux jeunes corneilles noires, de quoi leur apprendre à leur tour la pêche. Vidéos et photos des deux jeunes.

 20/05 : il est 16h. En face de la fenêtre, une corneille au pumage bien noir c'est saisie d'une grosse brême morte qu'elle a remonté sur la rive et qu'elle commence à décortiquer à coups de bec. Pas de chance le poisson roule de la pente et retourner à l'eau. Elle l'abandonne là et par en s'envolant. Dans un même temps, une autre corneille situé devant la sortie d'eau usée se jette à l'eau, attrape du bec un petit poisson, le déguste sur la rive, puis s'envole.

DSCN3827              DSCN4443

21/05 : montage ne 2h30 de la vidéo sur les observations de corneilles. Les deux petites corneilles sont posées dans les robiniers faux acacia en face de la fenêtre. L'une fait des vols d'entraînement, l'autre somnole et étire ses ailes.

22/05 : il 7h30 du matin, les deux petites corneilles font leurs volent d'essaie. Deux corneilles adultes croassent à plein poumonsur les branches de l'arbre mort à côté du micoucoulier comme à l'heure habitudes. Elles s'envolent puis deux autres viennent faire de même. Une d'entre elles part à son tour pendant que l'autre reste à croasser pendant 10 minutes, toujours en regardant en direction du sol comme toutes ces congénères. De temps à autre d'autres corneilles réponden au loin. Ce comportement nous l'observons depuis 8 semaines au moins et nous peinons à comprendre à quoi il correspond.

27/05 : grands cris dans le ciel, il est 19h50. Le coupel de corneilles aidé de leurs deux jeunes chasse un pauvre héron. Nous déménageons bientôt et sans doute est-ce la dernière fois que nous voyons cette scèbe.

01/06 : il est 16h30, une corneille adulte se lance à l'eau et attrape un petit poisson à la surface de l'eau. Elle est suivit d'un autre adulte et survolée par un juvénile. Il s'agit là de la famille que nous suivons depuis plusieurs semaines et nous venosn de voir une leçon de pêche. Nous en sommes émus.

06/06 : grand déménagement, adieux corneilles pêcheuses !

DSCN4443     DSCN4445     DSCN4447      DSCN4455