jeudi 17 octobre 2013

Carnet de bord d'une vendangeuse.

SAM_4812

(Vue sur le paysage depuis l'entrée latérale de l'église de Oingt)

 Petit tour par Nuelles, commune du bout du Beaujolais où pendant 10 jours les vendangeurs d'ici et d'ailleurs se sont affairés dans les vignes pour récolter le précieux raisin qui bientôt deviendra la cuvée 2013 mais d'ici là patience. Certes il n'y a pas fait très beau, il y a même plut et le raisin à parfois été ramassé par -2°C mais les rares éclaircies et les quelques rayons chauds venus nous voir de temps à autres ont faits s'envoler tous ces désagréments.

 

Les vignes et l'art du raisin

SAM_4775 SAM_4777

SAM_4724 SAM_4737

(Vignes des communes de Nuelles et de Oingt)

Avant de commencer, quelques mots de vocabulaire.

La vigne: c'est la parcelle de terre sur la quelle on fait pousser les cèpes.

La cep: c'est le nom véhiculaire de la vigne (la plante et non la parcelle, vous me suivez?) qui donne des raisins. C'est une arbrisseau grimpant qui peut, s'il n'est pas tailler atteindre plusieurs mètres de long et/ou de haut.

Le sarment: c'est la tige qui se détache du pied mère et qui porte les fruits.

La grappe: c'est l'ensemble des raisins regroupé sur un même segment.

Le moût: c'est le jus extrait du raisin et qui, mit à fermenté dans des cuves, donne le vin.

Le seau: c'est un bête seau qui est indispensable pour le vendangeur.A l'aide de son sécateur il le remplit toute le 5 à 8 minutes de raisin pour le transmettre à la benne du tracteur. Plein il pèse en moyenne neuf kilos.

SAM_4728

Un "récolteur" de raisin est appelé coupeur ou vendangeur. Il doit ramasser sur les ceps les raisins murent pour qu'ils soient ensuite envoyés à la cave afin d'être conditionnés. Sur un pied il faut prendre soin de ne pas ramasser le raisin qui n'est pas arrivé encore à maturité, nommé chèvre familièrement (en vert ici) et qui est utilisé par les vendangeurs pour se laver les mains et les coupures. Les grappes attirent de nombreux insectes qui y trouvent refuges: abeilles, papillons, guêpes, araignées et mantes religieuses y vivent.

SAM_4726 SAM_4739

SAM_4725 SAM_4741

 Deux types de raisins sont produis: rouge et blanc. Leurs couleurs influes le type de vin produit.

Le vin blanc: produit uniquement à base de raisins blancs.

Le vin rouge: produit à base de raisins rouges mais il est possible dit incorporer du raisin blanc.

Le vin rosé: produit à partir de raisin rouge mais dont on ne garde pas la peau. Il peut parfois y incorporer du raisin blanc.

En effet, la couleur et le goût du vin provient en partie de la peau du raisin dont les pigments et tanins caractérise l'arôme et la robe.

SAM_4730 SAM_4731

 Dans les vignes, il n'y a pas que du raisin, on trouve aussi beaucoup de champignons. Ici quelques rosés des près mais on peut y trouver également des marasmes des oréades et voir, bien haut dans le ciel, des nuées de palombes et d'étourneaux qui se nourrissent des grappes. Heureusement les rapaces veillent.

 

Les alentours

SAM_4613

 Changer de région c'est aussi changer de culture, dans les deux sens du terme. Il est peu commun de voir de par chez nous des cultures de millet. Cette céréale est destinée à l'alimentation animale, en particulier celle des porcs et des volailles.

SAM_4615 SAM_4621

SAM_4624 SAM_4654

 Autres différence, il y a peu d'élevage ici mais tout de même quelques animaux bien familliers. Vaches, cheveaux, animaux de base-cour et même grenouilles nous rappellent à notre belle campagne. L'herbe verte et le temps gris nous rappel bien la saison mais aussi que c'est l'automne.

SAM_4711

 Rapide aperçut du local du corps de ferme où nous logions à l'étage, avec un beau rosier à l'entrée qui le matin (tôt) nous réveillait avec son doux parfum.

SAM_4717 SAM_4719

SAM_4716 SAM_4721

 Le domaine n'est pas uniquement vinicole, il est également agricole. De nombreuses serres abritent des salades, des blettes, des tomates, des aubergines, des poivrons et une multitudes de légumes. Bref, il y a toujours du travail sur l'exploitation, que ça soit dans le poulailler, avec la taille des ceps, avec la récolte des topinambours ou avec l'ensemensage des champs de céréales.

SAM_4732

A l'extérieur les courgettes, les choux et les mûriers  profitent du temps. D'ici peut il faudra les récolter avant que le temps ne se gâte trop. Pour les mûresc'est trop tard.

SAM_4713 SAM_4729

 Pour finir quelques fleurs qui sont venus égailler nos journées de travail.

 

Saint Germains-Nuelles

SAM_4677

Depuis le 1 janvier 2013 ces deux communes du Rhône n'en forment plus qu'une.  A l'origine Saint Germains se nommait Saint Germains sur l'Arbresle. C'est là que pendant 5 siècle la pierre jaune calcaire, l'Oncin (nommée aussi pierre dorée), fût extraite et donna ainsi à l'ensemble des villages construite avec celle-ci le nom de monts d 'or.

SAM_4627 SAM_4644

SAM_4636 SAM_4647

L'église est une construction récente qui s'est voulu traditionnaliste en gardant une architecture d'époque, même le bornage est resté. 

SAM_4684

 En déambulant dans le village, entre les vieilles pierres et les maisons de dorés, apparaissent ça et là les vestiges du passé.

SAM_4667 SAM_4666

SAM_4669 SAM_4670

 C'est là, dans le village qu'une étrange demeure expose dans son jardin tout un lot de créations artisanales à base de récupération. Chèvres en ferraille, vaches en bidons, pokémons de plastique, monstres en bois flotté, chat en roues... il y en a pour tout les goûts. Néanmoins le résultat est des plus réussis.

SAM_4679

Quelques pierres d'or qui font le jardin.

 

Le bois d'Oingt

SAM_4747

A proximité et toujours dans le Beaujolais, le Bois d'Oingt. Cette petite commune fait partie également des monts dorés. Les habitants se noment les Buisantins et les Buisantines.

SAM_4744 SAM_4750

SAM_4766 SAM_4774

Sur le devant de la belle église on peut lire:

"Le nom de notre village est, au premoer abord, trompeur. Si le nom d'Oingt marque bien la proximité du village voisin, on ne saurait conclure trop vite que notre village se situait autrefois sur les bois de la seigneurie d'Oingt. Le Bois d'Oingt, dénommé autrefois Buxum Iconium, s'est développé sur des terres autrefois couvertes de buis que les moines de l'abbaye de Savigny défrichèrent et rendirent propres à la culture.

En pratiquant durant des siècles une polyculture faite de vignes sur les coteaux, de céréales dans les combes et les surfaces les moins pentues, sans oublier la culture du chanvre sur les bords de l'Azergues, nos ancêtres dessinèrent le maillage actuel des divers hameaux dont l'habitat essentiellement agricole devint, de par les mutations de l'agriculture et les modes de vie contemporaine, un habitat majoritairement résidentiel. Le fief de Combefort, au nord, et la ferme fortifiée de Tanay, au sud, constituaient d'importants domaines.

Ces nombreux hameaux sont les satellites d'un bourg qui a, de tous temps, constitué un centre important de vie et d'activité. Le passé du village peut encore se lire en serpentant le long de quelques vieilles ruelles. Quelques rares vestiges permettent de deviner l'emplacement d'un ancien château et de ses tours, l'épreuve du temps, fortement aidée par le saccage des hommes et de leurs révolutions, ayant eu raison de son architecture.

Tout autour du château, la population était essentiellement constituée d'artisans et de commerçants qui, franchissant divers passages voûtés, sortirent bien vite de l'enceinte du vieux village pour établir leurs échoppes et boutiques tout autour d'une vaste place.

Agriculture, commerce et artisanat trouvaient leur point d'orgue dans les foires et marchés hebdomadaires où affluaient les populations des contrées voisines. Là encore,le temps a eu raison des anciennes halles dont la vétusté motiva leur démolition en 1860.

Cette activité économique favorisa l'implantation d'autres professions faites de notaires, d'avoués, de juges, et de médecins qui édifièrent de belles demeures et bâtissesagrémentées de parcs généreusement arborés, comme en témoigne, à titre d'exemple, la mairie actuelle et son parc, ancienne demeure d'un notaire royal.

Toute cette société locale, manoeuvriers, agriculteurs et bourgeois témoignaient aussi d'une vie spirituelle. On peut prendre comme témoignage de la piété buisantine, la présence de deux chapelles, celle de Lorette édifiée vers 1658 et détruite, en 1957, pour laisser place à une gendarmerie, et la chapelle de Saint-Roch bâtie au milieu du17e siècle. Quant à l'église actuelle, elle fut mise en service en 1868 en remplacement de l'ancienne église dont ne subsiste que le choeur datant du 17e siècle, espace aménagé pour l'animation culturelle."

SAM_4773

Le Clos Pichat est une patite bâtisse entourée d'un parc et d'animaux légué à la commune par la dernière représente de la famille de ce même nom. L'an dernier de nombreux habitants de la commune se sont réunnis pour la remettre en état.

 

Le village médiévale d'Oingt

SAM_4784

Le village d'Oingt est un très vieux village médiévalle qui incarne le pays des pierres dorées. C'est un ancien castrum romain sur le quel en l'an 1000 environ fut bâtie par les seigneuries loclaes un château fortifié ainsi que de nombreuses églises. Il compte parmi les plus beaux villages de France.

SAM_4791 SAM_4806

SAM_4793 SAM_4798

Ce village seigneurale apparaît sur les papiers officielspour la première fois en 1093 dans le registre de l'abbaye de Savigny. Aujourd'hui Oingt est orienté vers le tourisme et la vente de produits de terroire, en particulier le vin dont les vignes entoure la commune. Personnage célébre, Marguerite d'Oingt est l'une des premières femmes reconnue comme écrivaine et mystique en son temps chose rare au maoyen âge (1240-1310).

SAM_4789

Pendant notre petit tour rencontre avec ce beau matou qui semble habitué aux touriste. Doux et câlin, il a égaillé notre après-midi.

SAM_4831 SAM_4818

SAM_4824 SAM_4840

L'église d'Oingt surplombe une partie du paysage locale. Un petit jardin à côté un jardin permet de regarder le panorama.

SAM_4845

Voici le célébre donjon d'Oingt. Il est possible de visiter cette tour et de profiter de sa vue à 360° à son sommet. Haut e 16 mètres, il servait à protéger le baron et sa famille en cas d'attaque. Pour s'y rendre rapidement, il habitait la bâtisse la plus proche. Aujourd'hui il fait office d'observatoir et de musée.

SAM_4846 SAM_4847

SAM_4848 SAM_4849

Bref, voilà un beau village qui cette semaine et en particulier ce weekend a acceuillit le plus grand rassemblement d'armonium, piano à vent qui pendant de nombreuses anées et encore aujourd'hui a ponctué les messes et les processions.

SAM_4800

Tellement beau que l'on a du mal à en partir.

 

Bref, voilà 2 semaines passées en Beaujolais pour vendanger. Malgré la difficulté de la chose, le temps et la fatigue il reste de nombreux souvenirs, ceux de personnes venus d'orizons variés dont la convivialité restera gravé là, dans ma tête et mon coeur.

 


Retour au jardin.

SAM_3663

Quelques brèves gammes de soleil sur le jardin accompagne mon retour. Me voilà en Isère, avec pleins de souvenirs la tête. Les photos du Beaujolais arriverons bientôt mais pour le moment, je redécouvre mon chez moi.

1SAM_35252SAM_3531

3SAM_35964SAM_3609

Quelques animaux sont encore de passage.

1 et 2: Les dernières chenilles sont de sortie, bientôt elles s'enrouleront dans leur cocon de soie à l'abri du froid de l'Hiver. Les papillons eux, mourront.

3 et 4: On ne voit plus beaucoup le couple de palombes, excepté de temps à autre quand il se fait coursé par le chat de la maison (quel téméraire). Indice de leur présence, ces plumes tombées au sol.

SAM_3559

Le nid de guêpe est toujours là mais il semblerait que l'activité y soit réduite. Il est vrai que la pluie et le froid de ses 2 dernières semaines (et de la où j'étais je n'ai pas échappée non plus) ont ralenti le dynamisme de cette colonie. Bientôt le nid sera abandonné, la reine partira s'abriter pour l'hiver sous une écorce ou dans la manche d'un manteau conservé au grenier. Le reste de l'essain dépérira.

SAM_3537 SAM_3546

Deux voisines ont prit place pour quelque temps dans le champs faisant face à la maison. Adorable, elle profite de l'herbe bien grasse. L'an dernier les premières neiges sont tombées le 27 octobre, obligeants les bêtes à regagner l'étable plus tôt. Espérons que cette année elles auront un peu plus de temps pour gambader à l'extérieur.

SAM_3540SAM_3539SAM_3538

Hormis cela pas de grands changements, l'herbe est verte et les champignons nombreux. Seule la boue et le froid viennent donner un nouvel angle à ce tableau.

SAM_3581

De nombreuses feuilles tombent, se colorent de rouge, d'ocre et de jaune. La vigne vierge n'a pas encore prit son bel habit de pourpre mais cela viendra. Bref, ça sent bon l'automne.

SAM_3570 SAM_3566

SAM_3666 SAM_3667

Le terrible félin a encore frappé. Dissimulé dans l'herbe, il a pu sans mal croquer cette jeune souris grise (appelée aussi domestique). Qu'à cela ne tienne, ce petit animal à un cycle de reproduction très rapide, et la disparition de quelques individus n'est pas bien grave au contraire, elle participe à la bonne santé du potager et du massif de fleurs.

SAM_4552

Mais pour la moment c'est l'heure de faire une pause au soleil bien mérité, dans la couronne de maïs qui semble avoir résistée face aux intempéries.

SAM_3682 SAM_3688

SAM_3886 SAM_4562

A cette période de l'année, il y a toujours beaucoup de champignons divers et variés qui poussent dans le jardin. Leurs formes, leurs couleurs et leur arômes ne permettent pas toujours de les identifier comme c'est le cas ici avec ces 4 inconnus pourtant bien jolis à voir.

SAM_3684

Les noix commencent à tomber, c'est l'heure de les ramasser. Vendues ou gardées pour soi, d'ici peut elles seront mondées entre amis pour la joie des plus gourmands.

SAM_4535 SAM_4483

SAM_4537 SAM_4538

Comme tout les ans une imposante colonie de coprins chevelus pousse devant la maison. Comestibles jeunes, ces champignons ont une existence plusqu'éffémérent, de l'ordre de quelques jours. Pour en avoir un aperçut, cliquez ici pour voir l'expérience.

SAM_3871

Le figuier est toujours colonisé par les cocons des petites chenilles qui y ont fait leur gîte mais depuis elles sont devenues papillons et ont quitté l'arbre hôte laissant les traces de leur passage sur les feuilles abîmées.

SAM_4494 SAM_4591

SAM_4604 SAM_4605

Il y a aussi de nombreux armillaires couleurs de miel. Comestibles jeunes, il faut s'en méfier car ils peuvent causer des troubles digestifs importants chez les personnes à l'estomac sensible. En fonction de leur âge et du type de bois mort sur les quels ils poussent, leur couleur peut connaître des variantes.

SAM_3911

Dernière truffe de l'année qui, je dois l'avouer, a été récolté il y a deux semaines. Il faudra attendre l'an prochain pour déguster ce champignon au gout de noisette. En décembre, c'est la rare et très précieuse truffe noire ou truffe du périgord qui apparaît sur les étales et qui peut atteindre des prix pharaoniques.

EMOTICON renard 66

Bref, la renarde est rentrée dans son terrier.

jeudi 3 octobre 2013

Expérience: temps de pousse du coprin chevelu.


SAM_3686

Depuis plusieurs jours et comme tout les ans, de nombreux coprins chevelus poussent dans le jardin, d'autant plus que l'été indien au quel nous avons droit semble les rendre encore plus prolixes.

Ci-dessous j'ai noté et illustré les prises de vue en fonction de la date (sur 4 jours) et des spécimens. A mon retour de vendanges je préciserais avec les températures et le taux de précipitation ainsi qu'une description du champignon en question.

Le coprin chevelu:

De son nom latin Corpinus Comatus (charmant), ce champignon est un bon comestible jeune que l'on peut manger cru ou cuit. Néanmoins il faut le consommer le plus rapidement possible, au risque de la voir noircir et devenir toxique. Il a une déliquescence rapide et qui se caractérise par la transformation des lamelle puis du champignon en "encre" noir.

On le trouve dans les ziones herbeuses, les clairières et les prairies. Les crottes de chiens et le crottin de cheval favorise leur pousse d'où leur présence parfois dans les parcs municipaux.

Observations:

jour n°1: 29/09: 

Températures

10h: 16°C

16h: 19°C

Humidex:

10h: 20

16h: 23

pluviométrie:

sur la journée: 0,2

 

jour n°2: 30/09:

Températures

10h: 16°C

16h: 21°C

Humidex:

10h: 20

16h: 24

pluviométrie

sur la journée: 7

 

jour n°3: 01/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 23°C

Humidex:

10h: 20

16h: 26

pluviométrie

sur la journée: 1,6

 

jour n°4: 02/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 25°C

Humidex:

10h: 20

16h: 27

pluviométrie

sur la journée: 0,2

 

Prise de vue 1

SAM_3880 SAM_4468 SAM_4507 SAM_4519

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10       jour n°4: 02/10

Prise de vue 2

SAM_3692 SAM_3875 SAM_4469 SAM_4503 

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10      jour n°4: 02/10

prise de vue 3

SAM_3686 SAM_4224 SAM_4482  SAM_4525 

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09       jour n°3: 01/10           jour n°4: 02/10

Prise de vue 4:

SAM_3693 SAM_4223  SAM_4480  SAM_4526

jour n°1: 29/09        jour n°2: 30/09         jour n°3: 01/10          jour n°4: 02/10

prise de vue 5

SAM_3694  SAM_4466  SAM_4513 SAM_4527

jour n°1: 29/09         jour n°2: 30/09        jour n°3: 01/10          jour n°4: 02/10

 

Conclusion (jour n°5: 03/10)

 

jour n°5: 03/10:

Températures

10h: 16°C

16h: 26°C

Humidex:

10h: 20

16h: 3

pluviométrie

sur la journée: 0,2

 

SAM_4588 SAM_4581 SAM_4582 SAM_4587

Prise de vue 2         Prise de vue 3        Prise de vue 4          Prise de vue 5

mercredi 2 octobre 2013

Sortie en forêt 37.

SAM_4234

Dernière sortie avant les vendanges qui débutent après demain, du moins dans le Beaujolais. Peu de lumière filtre à travers les arbres qui perdent leurs feuilles et la pluie est même venue se rejoindre à nous ce qui a rendu par moment la prise de photo difficile. Dommage car il y avait beaucoup à voir et même à déguster.

1SAM_42302SAM_4235

3SAM_42384SAM_4239

Visite du nouveau coin de cèpes découvert samedi et qui s'est révélé être prolixe.

1: Un cèpe oublié et par chance, peu véreux a fini sous la dent d'une limace. Tant mieux car de par ses excréments elle "ressèmera" les spores.

2: La toute petite amanite tue-mouche rencontrée la dernière fois est en train de devenir un très beau spécimen. On raconte qu'il lui faut 8h pour sortir de terre, se déployer et dépérir. Cette observation dément cette idée reçue.

3 et 4: De jolis inconnus sont venus s'installer au bords de la route, indiquant l'activité fongique du coin.

SAM_4242

Un cèpe d'été? non raté, une simple russule belette qui pendant quelques secondes m'a donné l'espoir d'en trouver un blottit dans la mousse.

1SAM_42432SAM_4245

3SAM_42484SAM_4249

1 et 2: La non plus ce n'est pas un cèpe d'été ni un cèpe tout court car il faut savoir que si les cèpes sont des bolets, tout les bolets ne sont pas des cèpes. Ici il s'agit d'un petit bolet amer ou bolet du fiel au pied étonnamment long au goût très désagréable.

3 et 4: La mousse abondante dans la forêt absorbe l'humidité. Quand de fortes chaleurs apparaissent, le choc thermique entre les températures ainsi que ces réserves d'eau permettent aux champignons de s'épanouire.

SAM_4259

La vesse perlée se reconnaît aux petites boules rondes comme des perles qui se trouvent entre des "picots". Ce joli champignon n'est pas considère comme comestible.

1SAM_43932SAM_4394

3SAM_42534SAM_4254

Les champignons des champs s'invitent dans les bois.

1 et 2: Voilà de jolis agarics, famille à la quelle appartiennent les rosés des prés. Ici il s'agit d'une espèce cousine, l'agaric des bois qu'il ne faut pas confondre avec certaines amanites ou avec l'agaric jaunissant.

3 et 4: La lépiote élevée se  trouve aussi bien en forêt que dans les champs mais il ne faut pas la condre avec les espèces plus petits et parfois mortelles. 

SAM_4264

Le clitopile nébuleux est considère comme bon comestible mais ne plaît pas à toutes les bouches ni à tous les estomacs. Il dégage une forte odeur qui peut être associée à de la farine ou à du fromage blanc. Il ne faut pas le confondre avec le très  dangereuse entolome livide qui peut être mortel chez les enfants, les personnes âgées ou affaiblies.

SAM_4270 SAM_4272

SAM_4276 SAM_4277

Voici un exemple de confusion possible dans un même biotope, à savoir sous des pins pectinés et quelques feuillus, dans la mousse et les aspértules odorantes.

1 et 2: Le lactaire délicieux est à tort confondu avec le lactaire sanguin, très proche d'apect mais rouge dans son apparence et de par son lait. Le lactaire délicieux reste un bon comestible jeune et frit.

3 et 4: Il ne faut pas le confondre avec le lactaire scrobiculé qui se trouve à quelques pas de lui. On peut le trouver sous les sapinières, les forêts mixtes et même les bordures de champs. Non comestible pour l'Homme à la vu de son âcreté, il semble plaire aux vaches qui aiment le brouter.

SAM_4308

L'agaric des forêts est un bon comestible qui lui aussi est proche du rosé des prés et de l'agaric des bois . C'est un bon comestible assez recherché. Cette année plusieurs morts sont imputées à la confusion de ce derniers avec des lépiotes ou des amanites mortelles alors prudence.

1SAM_42992SAM_4301

3SAM_43184SAM_4319

1 et 2: Difficile de voir à quoi ressemble ce champignon de loin, on pourrait croire qu'il s'agit d'une grosse vesse. Quand on s'approche de celui-ci et que l'on y regarde de plus près, on peut voir qu'il s'agit d'une jolie amanite amanite ovoïde.

3 et 4: A titre d'exemple, voici quelques vesses de loup perlées.

SAM_4283

Un brève éclaircie nous permet de mieux voir un court instant ce qui nous entours et de pouvoir prendre plus facilement quelques clichés.

1SAM_43132SAM_4332

3SAM_43434SAM_4344

Voici quelques nouvelles espèces à rajouter au tableau de chasse de cette année (enfin deux la première ayant été identifiée lors de la dernière sortie).

1: La clavaire chou-fleur est comestible jeune (et est très apprécie dans l'Est de la France), il se reconnaît à sa couleur vive et à sa ressemblance avec le corail.

2: Proche cousine, la clavaire élégante est semblable à cette dernière mais reste moins prisée.

3 et 4: Je pensais avoir reconnu dans ces champignons le clitocybe nébuleux, là aussi raté, il faudra attendre un peu avant de les nommer.

SAM_4361

Retour des nuages et de la pluies qui pour le moment, et à la vue de ce cliché flou, n'aura pas de nom.

SAM_4398 SAM_4399

SAM_4415 SAM_4404

De nombreuses amanites tue-mouches sont sorties depuis notre passage. Elles ont enfin leur propre (et long) article ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2013/10/01/28123812.html

SAM_4396

Certaines dessinent mêmes des ronds de sorcières parfaits.

1SAM_43682SAM_4370

3SAM_43784SAM_4349

Pour la suite quelques champignons à la drôle de forme.

1 et 2: La calocère visquese est un champignon a rejeté car il peut provoquer des problèmes gastriques.

3: Les vesses de loup piriformes sont comestibles jeunes quand la chair encore blanche. C'est un champignon commun.

4: Le champignon observé samedi à commencer à fendre son enveloppe protectrice et laisse deviner, sous la masse gélatineuse un japeau jaune. Néanmoins le mystère demeur.

SAM_4390

Les chantrelles en tubes prennent désormais de belles tailles bien que le pied ne dépasse jamais les 5-6 centimètres ou que très rarement.

SAM_4409 SAM_4407

SAM_4410 SAM_4411

On nomme souvent à tort la girolle chanterelle mais les deux espèces appartiennent au même genre.

1 et 2: Les chanterelles en tubes se distingues par leur petite taille, leur chapeau plat brun et leurs sillons marqués et clairs.

3 et 4: Les girolles elles sont beaucoup moins frêles, souvent de belle taille et entièrement jaunes.

SAM_4356

Le pied de mouton est un excellent comestible qui a la particularité de n'avoir ni lamelles, ni tubes pour diffuser ses spores mais des aiguillons.

1SAM_44182SAM_4419

3SAM_43804SAM_4381

1 et 2: Les pieds bleus sont de bons comestibles très recherchés qui ne sont pas fait pour les estomacs. En fonction du milieu et de la luminosité ils peuvent pousser avec un chapeau marron qui s'éclircira en vieillissant pour devenir bleuté comme l'enssemble du champignon.

3 et 4: Le clitocybe orangé peut être confondu avec la girolle ou le dangereux clitocybe de l'olivier. C'est un bon comestible que certains estomacs digèrent mal.

SAM_4353

Un cèpe? Là non plus il n'en est pas cas, il s'agit d'un bel inconnu qui sous la pluie s'avère trompeur.

SAM_4320 SAM_4321

SAM_4372 SAM_4322

L'hypholome en touffe est non comestible à raison de sa forte odeur, de son goût amer et des troubles digestifs qu'il provoque. De plus ses couleurs vives sont des plus dissuasives.

SAM_4335

Surprise, dans la mousse un pied de cèpe sectionné. Enfin un indice et de taille, celui-ci indique la présence effectif du champignon mais aussi que nous ne sommes pas les seuls à être sur ses traces.

1SAM_43372SAM_4338

3SAM_44174SAM_4365

D'autres indices apparaissent dans le paysage.

 1 et 2: Dans l'umus et la mousses des trous se dessinent, laissant penser que les occupants de ceux-ci ont été prélevés.

3: Un énième faux espoir se présente.

4: Pourtant la forêt et son biotope nous indiquent que nous ne sommes pas loin du but.

SAM_4316

Et enfin les beaux et bons cèpes d'été se présente à nous. Malheureusement une bonne partie d'entres-eux sont véreux ce qui gâche un peu le plaisir.

SAM_4324 SAM_4325

SAM_4327 SAM_4401

Résultat, une dizaine de bouchons ce qui indique qu'une nouvelle pousse s'amorce. Il faudra veiller au grain en scrutant le ciel pour espérer faire une nouvelle cueillette.

SAM_4423

Il fait bien gris dehors et même mieux, la pluie a redoublé d'effort, m'obligeant à sortir le flash. Bien que les délicieuses trompettes de la mort soient au rendez-vous, la luminosité et le temps ont eu raison de nous.

SAM_4445 SAM_4450

SAM_4452 SAM_4449

Mais avant de partir, une jolie rencontre avec cette salamandre tachetée nous permet de mieux faire connaissance avec ce batracien que nous ne croisons plus qu'occasionnelement. Elle peut mesurer entre 20 et 25 cm et celle-ci doit aisément les approcher vu sa taille. Cet animal incroyable à la capacité de faire repousser un doit ou même une partie de patte si ceux-ci sont sectionné. Il y aurait encore beaucoup à dire sur elle... dans un prochain article.

En tout cas ce fût comme toujours une belle balade quoi qu'un peu fraîche.

mardi 1 octobre 2013

L'amanite tue-mouche, berceau de nos religions européennes.

 SAM_3961

Avant-propos: par cet article je ne motive absolument pas la consommation de champignons hallucinogènes, l'utilisation de cette amanite comme drogue ou comme moyen de communication avec lesesprits, non, j'ai pour désir de montrer quelques aspects cachés et parfois tabous de la culture européenne et de son lien avec l'amanite tue mouche. En aucun cas il faut s'amuser à la consommer car les problèmes de santé qu'elle peut engendrer sont bien réels.

webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif webmaster clignotants bouton clignotant gif 24 gif

(Oui je dois avouer que je viens de découvrir comment insérer les gifs au risque d'en abuser.)

Pour tout avouer, je suis une passionnée d'ethnobotanique et de mycologie (ce qui donne l'ethnomycologie, une science toute récente), alors quand j'ai commencé à lire "Le champignon divin de l'immortalité suivi de Qu'était le Somma des aryens?" de Robert-Gordon Wasson, j'ai eu une révélation. Notre belle amanite tue mouche, décriée et même considérée dans certains ouvrages mycologiques comme mortelle est en réalité l'un des piliers de nos cultures indo-européennes et pré-chrétiennes. Un champignon comme base de l'Europe? Oui oui mais pas n'importe le quel, l'amanite tue mouche, le lait des Dieux mais avant tout, petite présentation:

L'amanite tue mouche est un basidiomycète de la familles des amanitacea. On la trouve dans tout l'hémisphére Nord et depuis peu dans le Sud avec l'importation de plants de sapins américains. Elle est facilement identifiable: le chapeau est rouge, parsemé du blanc de la volve protectrice qui protége le champignon à sa sortie de terre et qui forme l'anneau. Elle reste visible à la base de celui-ci. Le pied est blanc, les lamelles et la chair également. Arrivée à maturité elle mesure généralement entre 8 et 20 centimètres de haut voir parfois beaucoup plus (jusqu'à 40 centimètres). On la trouve aussi bien sous les résineux (pins de préférence) que les feuillus (hêtres, châtaigniers) mais surtout, sous les bouleaux, arbre magique par excellence mais nous y reviendrons. Enfin, en fonction des régions du monde, on peut trouver de nombreuses sous-espèces d'amanites tue-mouche aux couleurs diverses: jaunes, oranges et mêmes blanches.

SAM_4034

 

L'amanite tue mouche, berceau de nos religions européennes.

Au commence il y a un champignon, l'amanite tue mouche. Puis il y a des hommes avec leur curiosité et leur appétit. Quand les molécules de la première rencontre l'imagination des seconds, ça donne des chocapics les prémices des premières religions européennes et mêmes, indo-européennes.

 Un nom bien trouvé

Son nom vient du latin fungus muscarum qui veut littéralement dire champignons des mouches" en raison des propriétés insecticides qu'on lui prêtes, en particulier en France mais aussi en Allemagne, en Suède et dans les autres pays de culture slave. Ne dit-on pas aux enfants pour les éloigner du dangereux champignon qui mêlé à du lait tue les mouches et autres insectes? (en réalité il les endort). Mais l'emploi du terme mouche pourrait aussi être lié à l'expréssion médiévale qui désignait l'état de démence par la présence de mouches dans la tête du malade.

 Une histoire de molécules

On a longtemps cru que la muscarine de cette amanite (découverte en 1869) était l'origine des effets psychédéliques du champignons de par son effet excitant en agissant sur les synapses mais cette molécule est bien trop peu présente dans l'amanite tue mouche pour expliquer ses propriétés. Il faut chercher du côté de la muscimole et de l'acide iboténique (majoritairement concentrés dans le chapeau, en particulier la cuticule rouge) pour trouver les causes des hallucinations mais aussi des vomissements, des somnolences, d'une certaine euphorie, des délires, des confusions, des états de prostration, des troubles de l'équilibre, de l'hypervantilation, une sudation accrue et/ou des troubles gastriques. 

 Un emploi lié à l'observation de la Nature

La découverte des propriétés de l'amanite tue mouche pourrait venir des peuples du Nord, en particulier des éleveurs de rennes. Je m'explique. Pour éliminer la muscimole et l'acide iboténique , l'organisme digère rapidement ces composés vers les urines (20 à 90 minutes après ingestion). Or chez les rennes, il est courant de voir ces animaux consommer de l'amanite tue mouche (pour atteindre un état proche de l'ivresse si l'on peut comparer la "défonce" animale et à celle de l'Homme) ou boire l'urine de leurs congénères qui en ont ingurgité pour resentir les effets psychédéliques. De là, l'Homme a force d'observation a intégré cette pratique à son mode de vie, ce qui explique l'emploi de l'urine dans des rites anciens mais aussi actuels, le précieux liquide étant un moyen de se transmettre les effets hallucinogènes des molécules.

Voici un extrait de l'ouvrage de Robert Gordon Wasson où il cite un passage du Rig-Véda qui met en lumière ce fait:

"Comme le Cerf, viens boire ici!

Boire le Soma, autant que tu le désires.

Pissant généreusement jour après jour, ô puissant,

Tu atteins le zénith de ta force."

 

Dans un autre extrait il cite le Zed Avesta:

 

"Quand finirez-vous avec l'urine dont se servent les prêtres pour enivrer le peuple et le tromper?"

 Le Soma, lait des Dieux

Chez les aryens, un peuple indien (indiens d'Asie et non amérindiens), les écrits religieux ancestraux font part du Soma, le lait des Dieux qui permet d'atteindre la connaissance et la sagesse de ceux-ci. Il s'agirait d'une potion à base d'une "plante" miraculeuse. On trouve ce Soma dans de nombreuses religions asiatiques aujourd'hui encore mais la recette de celui-ci a depuis longtemps disparu. Linguistes et botanistes face à la description de la mystérieuse plante sacrée restèrent sans réponses et allèrent jusqu'à affirmer qu'il ne s'agissait que d'une allégorie, d'une chimère ou encore d'une croyance. Mais c'était sans compter sur Robert-Gordon Wasson et son épouse qui non seulement rendirent public l'existence du Soma mais résolevèrent l'égnime. La plante est décrite comme un dôme aussi rouge que le cuir d'un taureau sur le quel les gouttes du lait d'une vache se seraient posées (on retrouve la sacralité indienne des bovins ici). Il n'en fallait pas plus au couple pour faire le lien: le Soma est une potion hallucinogène à base d'amanites tue-mouche. Ainsi son utilisation remonterait à 4000 ans avant notre ère mais les premiers écrits du Rig Veda (le livre sacré) parlant du champignon datent de 10.000 av J-C, renforçant la théorie du Soma comme fruit d'un champignon et comme symbole de la connaissance et de la laitance divine (aussi bien le lait maternel que la semence des Dieux car Soma se traduit par "semence du Père").

L'amanite chez les vikings

Chez les peuples vikings, les amanites étaient ingérés crues et en grand nombre par les guerriers partant au combat. L'état d'euphorie dans le quel ils entraient leur faisait perdre toute peur face au danger et qu'ils devenaient les légendaires "Beserks" (d'où la dangerosité liée à son emploi). Néanmoins cette théorie fait débat, en particulier en Scandivanie où les "pour" et les "contres" s'affrontent sur cette théorie depuis 200 ans. 

La pratique chamanique sibérienne

Parmi les symboles forts du chamanisme, le bouleau fait figure d'arbre totem. On pourrait penser que c'est pour les soins qu'apporte sa sève, les multiples usages quotidiens et médicaux que donnent son écorce, les arcs que fournissent les jeunes branches et j'en passe. Mais c'est aussi pour son lien étroit qu'il entretien avec l'amanite. En effet, il est l'un des meilleurs arbres hôte de celle-ci et il n'est pas rare de voir de véritables ronds de sorcière se former autour de lui. En somme, il doit en partie sa sacralité à l'amanite. Suite au travaux des époux Wasson (des précurseurs qui ouvrirons la voie à de nombreux chercheurs), on connaît quelques facettes des liens étroits qui unissent les hommes et leurs pratique à ce champignons. Les peuples d'origine ouralienne et sibérienne connaissent tous les propriétés de l'amanite (mais il semblerait que les peuplades turques aient elles aussi été initiées). Elle étaient employée (dans la pratique religieuse) par les chamanes qui aidés des chants, des tapements de mains du public et de la musique entraient en transe puis dans le monde des esprits pour communiquer ou lutter contre ceux-ci et découvrir le mal qui touchait une personne ou la communauté. Son utilisation se faisait aussi à des fins récréatives. Dans la région du fleuve Pegtymel, des gravures anthropomorphiques d'hommes à tête d'amanites ont été découvertes. Elles auraient 4000 ans, indiquant l'emploi ancien et ancestral du champignon.

Et en Europe occidentale?

Les traces sont maigres, cependant dans les relevés des inquisiteurs et les grimoires de "sorcières" parvenus jusqu'à nous, l'amanite tue-mouche serait mentionnée à plusieurs reprises comme un moyen de communiquer avec les esprits pour les uns, de forniquer avec le Démon pour les autres. Néanmoins, dans les Alpes Maritimes et plus précisément dans ce que l'on nomme "la Vallée merveilleuse" sur le Mont Bego, se trouve de nombreuses gravures rupestres. L'une d'elle, située sur une grande pierre que l'on nomme "Autel" sans connaître pour autant son emploi, représente un homme consommant des champignon au large chapeau. Il pourrait s'agir d'un ancien culte alpin mais peut être plus largement propre à l'enssemble du territoire orienté sur le champignon et donc l'amanite tue-mouche (seul champignon pouvant correspondre à la gravure tout en ayant des propriétés psycotropes) qui aurait perduré jusuq'à l'arrivé romaine. On peut retrouve des représentations semblables en Italien, en particulier sur le site de Valcamonica même si elles restent rares. En Espagne dans la région Catalane, l'emploi de l'amanite tue-mouche est encore de rigueur de manière traditionnelle (mais cela reste confidentiel). Selon les rares écrits, cette pratique remontrait à l'âge de bronze.

russiantrinityicon1811

(Icône Russe représentant la Trinité et datant de 1811, source: http://lucid-state.org/forum/archive/index.php/t-15755.html)

Son rejet par la culture chrétienne 

(Je tiens à prévenir qu'ici en au aucun cas je fais un procès de la Chrétienneté)

La christianisation de l'Europe a été progressive et est marquée symboliquement en Gaule par l'arrivée de Jules César. De là les champignons vont être ingérés dans la nouvelle religion pendant un temps (fait qui perdure dans certaines formes d'orhtodoxies, notamment en Russie) puis rejetés pour pouvoir tourner les populations vers la religion chrétienne tout en excluant les anciennes pratiques et les praticiens des anciens rites et traditions. Ainsi les champignons vont être associés à l'image du phallus (de par leur forme) et donc de la luxure mais aussi de la mort (de par leur toxicité) et surtout, ils vont être associé au roi des Démons. Certains noms sont évocateurs de ce phénomène: le bolet Satan, la trompette de la mort ou le phallus du chien n'en sont que quelques exemples. On trouve encore les traces de ce tabous dans une grande partie des pays chrétiens, en particulier Occidentaux. L'Angleterre et les pays de tradition anglicane font partis des meilleurs exemples. Là bas les pratiques mycologies sont restreintes voir inexistantes et parler de champignons est encore parfois mal vu. 

chapelledeplaincourault.jpg

(source: http://imageshack.us/f/834/chapelledeplaincourault.jpg/)

Ainsi l'amanite tue-mouche devient le fruit défendu. En effet elle ouvre des horizons de connaissance et de claire-voyance interdits aux simples mortels qui doivent avoir foi dans le destin que Dieu a tracé pour eux, au risque de le décevoir et de s'exposer à sa colère divine. Ainsi, peut être qu'à l'origine la pomme (ou la poire selon les écrits) que se partagent Adam et Eve pourrait être une amanite tue-mouche comme on peut le voir ici avec la représentation sur un des mûrs de la chapelle Plaincourault (Indre) du péché originel. 

Voici un autre exemple de la représentation du champignon comme fruit défendu dans la liturgie chrétienne:

imagesdupsautierdeparis.jpg

(source: http://imageshack.us/f/823/imagesdupsautierdeparis.jpg/)

De là est née la thèse selon la quelle le christianisme romain serait née d'un ancien culte des plaisirs (sexuels et psychédéliques) liés au champignon rouge à point blanc (à travers Dinoysos qui peu à peu a été rattaché au vin), thèse développée par John Marco Allegro dans son ouvrage le "Champignon sacré et la Croix : une Étude de la Nature et des Origines de la Théologie romaine à partir du Culte de la Fertilité dans le Proche-Orient antique". Dans son ouvrage "Les Champignons Magiques dans la Religion et l'Alchimie", Clark Heinrich développe l'idée que l'amanite est à l'origne de nombreuses religions comme l'Hindouïsme, le Judaïsme et le Christianisme.

(source http://lucid-state.org/forum/archive/index.php/t-15755.html)

Quelques exemples actuels

Dans de nombreuses régions du monde, l'amanite tue-mouche est consommé pendant les mariages. En Russie dans les zones rurales pour ces grandes occasions on la mélange à de la vodka. Les lituaniens vendaient (aujourd'hui encore mais à moindre mesure) les amanites aux Lapons qui l'emploient dans leurs pratiques chamaniques. En générale dans l'Est de l'Europe, on la consomme à titre récréatif avec plus ou moins de tolérance. Mais en dehors de son aspect ludique ou magique, elle peut être consommée comme c'est le cas dans certaines parties de l'Europe (Suède) après un long processus où le champignon coupé en lamelles puis bouilli longuement dans plusieurs eaux perd sa toxicité. Enfin l'amanite tue-mouche, son utilisation et sa mythologie sont encore vivace en Amérique du Nord et au Mexique chez les amérindiens. Aujourd'hui, l'artiste Carsten Höller qui partage son temps entre Grenoble, Paris et Berlin met en lumière cet héritage passé à travers des compositions et des expériences psychédéliques que l'on peut retrouver dans cet article des Inrocks (ICI).

Que dit la loi?

Le regain d'inerêt pour ce champignon à pousser les divers gouvernements à se pencher sur celui-ci. Ainsi en France il est classé comme stupéfiant (en consommer ou en vendre est illégal), en Belgique le gouvernement est en voie de l'interdir, aux Pays-Bas il est interdit de le vendre et de le consommer mais en Angleterre on peut se le procurer en magasin.

En conclusion 

Libre à chacun de se faire son opinion sur la question de l'influence de l'amanite tue-mouche dans notre culture et dans le passé de notre civilisation. Néanmoins il continu d'animer notre folklore et nos croyances. A l'approche d'Halloween, ne le voit-on pas surgir ici et là, dans les publicités de déguisements de sorcières et de vampires? N'est-il pas courant dans les décorations de jardin et des bûches de Noël, dans nos jeux vidéos (Mario Gif videos mario bros, ses amis jeux videos mario bros mario 11 gif, ses fameux champignons Gif videos mario bros et ses plantes magiques ) et non compte ("Alice aux pays des merveilles" est le meilleurs exemple), dans les représentations de l'Automne, du monde des fées et des lutins (ne sont-ils pas les maisons des farfadets?), de la Toussaint et des morts? On peut voir ici que la célèbre amanite, archétype du champignon toxique dans les filmes, les  livres illustrés (Tintin) et les dessins animés n'a pas vu ses liens avec le monde de l'invisible disparaître complètement.

(Merci à Humusanctus pour les images et les informations).

SAM_7374

(Je sais, je suis chiante avec mes gifs mais c'est tout un nouvel univer qui s'ouvre à moi!)

 


lundi 30 septembre 2013

Sortie en forêt 36.

SAM_4170

Aujourd'hui très grosse récolte! Les bois regorgent de champignons pour notre plus grand bonheur mais attention à ne pas se tromper. Par exemple dans nos beaux paniers, cèpes et amanites tue-mouche sont dissociés pour éviter toute contamination. Les premières finiront dans l'assiette, les secondes en décoration après avoir été manipulées avec précaution. Dans cette sortie je suis accompagnée de mon amie Poppy.

1SAM_39122SAM_3914

3SAM_42004SAM_4201

Dans les bois il est encore possible de croiser quelques chenilles. Celles-ci passeront une partie de l'Automne, du Printemps et l'intégralité de l'Hiver sont forme de chrysalides enfouies dans le sol ou cachées derrière une écorce.

1 et 2: Voici la chenille de la pudibonde, Calliteara pudibunda, un joli papillon de nuit que l'on trouve partout en France jusqu'à 1000 mètres d'altitude et qui vole de mai à juin. La chenille est polyphage est apprécie de nombreuses essences de bois comme celle du tilleul, du noisetier ou encore du pommier.

3 et 4: Rencontre avec la chenille du bombyx de la ronce, Macrothylacia rubi.  Lui aussi est un nocturne. Sa chenille est souvent confondue avec la chenille processionnaire mais ne pique pas. Elle est également polyphage et a une croissance lente qui démarre en juin.

SAM_3920

Un oeuf par en cette période? Sûrement la relique d'un nid qui avec la pluie et le vent a chuté. Au vu des motifs je m'avencerai pour un oeuf de fauvette grisette mais sans conviction.

SAM_3980 SAM_4034

SAM_4043 SAM_4045

Les voilà enfin sorties, les belles amanites tue-mouche! je ne m'étendrais pas trop à leur sujet car bientôt elles auront leur propre article dans la rubrique "Plantes et organismes remarquables" ou magie et émerveillement, ça reste à voir. Pour le reste, ces amanites font partie des champignons toxiques à regarder avec les yeux ou du moins, à manipuler avec précaution.

SAM_3960 SAM_3964 SAM_3961 SAM_3975

Autre chose à savoir sur elles et de première importance, là où elles poussent les cèpes sont rois. En effet les deux espèces sont réputées pour cohabiter ensemble. Ainsi ces petites têtes rouges parsemées de blanc sont un indicateur précieux.

SAM_3967

Le lactaire sans lait est en réalité un russule (dans certaines régions on le nomme russule sans lait). Il peut prendre des proportions impressionnantes et s'étend en ronds de sorcière dans nos bois. Malheureusement c'est un piètre comestible avec un goût souvent déplaisant.

1SAM_39682SAM_3982

3SAM_40294SAM_4031

C'est rond, c'est mignon mais ce n'est pas comestible pour autant, dommage.

1: La vesse de loup hérissée n'est pas comestible mais est atypique. On la croise à l'automne dans de nombreuses forêts.

2Le lycoperdon brun d'ombre fait parti lui aussi des familles des vesses. Il es non comestible et devient brun foncé quand il est à maturité et qu'il relâche ses spores.

3 et 4: Voilà un champignon qui sort de terre. Aucune idée sur son identité, j'étais partie sur un satyre puant mais désormais j'y vois plus la sortie d'une grosse amanite. Au touché, la membrane à l'aspect de la peau.

SAM_3936

Des gymnopiles pénétrants se délectent d'une vieille souche au croisement de la route et de la forêt. Ce champignon toxique se trouve de la fin de l'été à la fin de l'automne.

SAM_3930 SAM_3923

SAM_3940 SAM_3942

Rassurez vous, en forêt il n'y a pas que des champignons, quoi que ...

1: Le chèvre-feuille est en fleur et par endroits, donne déjà des baies rouges et sucrées mais il ne faut pas s'y fier, elles sont extrêmement toxique! Néanmoins quand il fleurit il dégage une odeur très agréable.

2: Les punaises Coreus marginatus vaquent à leurs amours dans la végétation dense et humide.

3 et 4: La terrible belladone ne fleurit plus mais donne des jolies baies bleues-noires mortelles qui à maturité se détache de la plante en laissant un jolie étoile dorée à la place.

SAM_4012

Le lentin en colimaçon ou lentin anisé est un champignon lignicole comestible jeune mais de piètre comestibilité. Il a la particularité de sécher et non de pourrir quand il devient vieux.

SAM_3922 SAM_4019

SAM_4026 SAM_4028

Reine des reines, la girolle. C'est un excellent comestible très recherché pour sa saveur douce et parfumée ainsi que sa chair qui même après cuisson reste ferme. Elle ne craint pas les insectes et posséderait de puissantes propriétés insecticides. En Europe il y aurait 6 espèces bien distinctes, dans le reste du globe une vingtaine, toutes comestibles. Bref, c'est le top du top!

SAM_3929

Une amanite citrine toute délavée a déployé son chapeau. Faiblement toxique voir même comestible (mais de très mauvais goût), il ne faut psa la ramasser.

1SAM_39442SAM_3947

3SAM_39584SAM_4108

1et 2: Les armillaires couleur de miel ont envahi sur plusieurs mètres le bord de la route. Comestibles très jeunes car toxique en vieillissant (présence de pourriture sur les champignons), il est néanmoins à éviter par ceux qui ont l'etomac fragile. 

3 et 4: Le bolet poivré est un petit l'un des plus petits du genre. Inconsommable à raison de son goût trop prononcé, il a autrefois été utilisé comme condiment après avoir été séché puis réduit en poudre.

SAM_3926

Malheurs de malheur, mon bois à trompettes a été décimé. Les braves châtaigniers sont tombés. C'est triste mais je sais que par expérience que dans 6 à 10 ans le coin aura à nouveau des trompettes de la mort, peut être plus tôt encore. 

1SAM_40862SAM_4102

3SAM_40874SAM_4088

1 et 2: Le pied de mouton est un champignon de la famille des hydnes. Ils se caractérisent pas la présence de tubes sous leur chapeau pour disperser les spores. Tous les champignons de cette famille ne sont pas comestibles mais les pieds de mouton sont excellents et même réputés.

3 et 4: La famille des calvaires regroupe une grande variété de champignons à la forme atypique de fourchette et très rarement comestibles. Ici il s'agît d'une calvaire crêtée qui gustitativement n'a aucun intérêt.

SAM_4093

La russule dorée et avec la russule verdoyante/verte la meilleur des russules. Néanmoins il ne faut pas la confondre avec la russule émétique qui peut provoquer de sévères troubles digestifs.

1SAM_40512SAM_3993

3SAM_39954SAM_4008

1 et 2: Le laccaire améthyste est un excellent champignon qui peut être violet ou orange mais qui peut se confondre avec de nombreux autres champignons parfois toxiques.

3 et 4: J'avais espoir de trouver des lactaire savoureux (parfois confondus avec les sanguins) mais j'ai été abusé par ces lactaires saumons, piètres comestibles qui ont vite été identifiés.

SAM_4001

La russule feuille morte est un comestible moyen qui est abondant pendant l'été mais plus rare à l'automne.

1SAM_40482SAM_4037

3SAM_40404SAM_4042

Quelques créatures se sont aventurées dans l'obscurité du sous-bois.

1: Un papillon (inconnu) est caché dans les épines de sapin de même couleur. Mal au point il semble fuir quelque chose.

2, 3 et 4: Il se pourrait bien que ça soit cette belle grenouille rousse. On la trouve partout en France sauf sur une mince partie du territoire dans le sud de la France qui s'étend sur le sommet de la région sud, des Pyrénées jusqu'aux Alpes. Bientôt elle ira s'enfouir dans la vase, tout au fond d'une mare où elle hibernera et respirera par sa peau, ses besoins en oxygènes étant plus faibles.

SAM_4060

Le tricholome rutilant est un champignon non comestible car très (trop) amer. De plus il est suspecté d'être toxique mais qu'est-ce qu'il peut être beau avec sa robe jaune et rose. (Je sais, je sais c'est le même commentaire que dans mon dernier article sur ce champignon mais je suis en panne d'inspiration).

1SAM_40982SAM_4099

3SAM_40904SAM_4091

Voilà un exemple de confusion possible qui chaque année fait desvicitmes. Alors certes en photo la différence est flagrante, sur le terrain beaucoup moins pour un novice, en particulier quand il fait sombre comme ces jours-ci.

1 et 2: L'amanite ovoïde est appelée coucoumelle mais à la différence de la coulemelle elle est un champignon non comestible et même toxique à rejeter. De plus on peut la confondre avec des espèces bien plus dangereuses comme l'amanite proxima.

3 et 4: Une fois de plus, il y avait de nombreuses lépiotes élevées. Excellent champignon il ne faut pas la confondre avec des espèces plus petites comme la lépiote châtaigne qui peut être mortelle.

SAM_4078

Le corpin noir d'encre est un piètre comestible qui peut se manger très jeune mais oblige tout abstinence en vers la consommation d'alcool pendant 24 heures.

1SAM_40692SAM_4075

3SAM_40714SAM_4065

1 et 2: En bordure de forêt s'étend un grand champs. Dans celui-ci des vaches broutent tranquillement. Quelques rosés des près poussent mais la plus part sont hors d'âge.

3: Le marasme des oréades est un excellent champignon qui pousse dans les pâturages mais dont il faut retirer le pied pour en faire la consommation.

4: Les agarics des bois sont comme leurs cousins des prés de très bons comestibles. Néanmoins il ne faut pas les confondre avec psalliote jaunissante, un dangereux champignon toxique et très semblable.

SAM_4122

La calvaire en chou-fleur est un piètre comestible vieux, très bon jeune et recherché dans l'est de la France. On la trouve pendant l'été et l'automne, en particulier sous les hêtres.

1SAM_40672SAM_4061

3SAM_39724SAM_3974

Dernières rencontre dans le bois avant de rentrer dans le vif du sujet avec notre merveilleuse récolte de cèpes.

1 et 2: L'hypholome en touffe est non comestible à raison de sa forte odeur, de son goût amer et des troubles digestifs qu'il provoque. De plus ses couleurs vives sont des plus dissuasives.

3 et 4: Tout premier cèpe de Bordeaux (boletus edulis) trouvé par Poppy, quel bonheur de rajouter ce bijou au tableau de chasse, le roi des rois du genre. C'ette rencontre semble être un présage aux vues de la suite de la promenades.

 

Une formidable cueillette:

SAM_4128

Cachées mais proche du bord de route, nous avons eu tout loisir à nous atteler à la plus belle des activités, la cueillette des cèpes.

SAM_4146 SAM_4203

SAM_4210 SAM_4212

Et pourtant ce n'était pas gagné. Satisfaites de notre panier bien remplit de marasmes des oréades, de rosés des près, de girolles, de pieds de moutons, de chanterelles en tube et de notre cèpe de Bordeaux adoré, nous nous dirigeons vers la voiture pour rentrer, et comme nous avions mal au pattes, la décision est prise de passer par un raccourci, une aire de pique-nique sauvage composé de quelques arbres (pins et feuillus), de hautes fougères aigles, de bosquets de genêts et surtout de larges touffes de bruyères. Un très beau paysage en sommes mais rien d'extraordianire non plus.

SAM_4135

Mais voilà que surprise, un puis deux, puis trois, puis quatre... bref tout un champs de cèpes d'été s'offre à nous! Un pur délice, même mieux, du rêve caché sous les hautes herbes. A chaque départ pour la voiture, à chaque pas c'est de nouvelles têtes bronzées qui s'offrent au regard.

SAM_4137 SAM_4140

SAM_4191 SAM_4136

Cachés dans l'herbe c'est le mot. Les voilà blottis les uns contre les autres et qui par endroit forment des ronds de sorcière. 'est la toute première fois que je les rencontre dans un tel biotope. Dans l'heure précédente notre sortie, 5 cèpes d'été, de petits bouchons plus ou moins véreux ont été trouvé dans la mousse, sous l'épais feuillage des arbres.

SAM_4151

La récolte est prolique, au totale nous comptons dans le panier 30 cèpes mais 4 d'entre eux seront rendus à la nature vu leur état piteux. Espérons qu'ils auront une descendance prospère pour le plus grand plaisir de nos estomacs.

1SAM_41522SAM_4154

3SAM_41664SAM_4134

1 et 2: Pour réussir cette collecte j'étais accompagnée de la fée Poppy qui parmi les hautes fougères n'a laissé que peu de chance aux cèpes en se montrant redoutable.

3: Faux espoir, parmi les délicieux cèpes ce cachent quelques bolets des charmes, de piètres comestibles qui ont le défaut de noircir à la cuisson ce qui les rends peu appétissants.

4: Il faut surtout prendre garde à la terrible amanite panthère qui se fait compagne des délicieux champignons.

SAM_4149

On peut comprendre leur présence par le tapis de mousse qui pendant les périodes de fortes chaleurs a retenu l'eau et qui a pu être un déclencheur de cette jolie pousse.

SAM_4126 SAM_4156

SAM_4163 SAM_4162

Bref pour ma part je ne m'en lasse pas. Seule remarque, quelques bolets amers se sont glissés dans les vrais cèpes. Pas de panique ils ont vite été retirés pour éviter toute mésaventure culinaire.

SAM_4189

Et voilà la plus belle des récompenses, un panier qui déborde des précieux champignons. Aujourd'hui leur glas a sonné. Ail, beurre et persil ont composé la plus belle des symphonies.

SAM_4194 SAM_4188 SAM_4205 SAM_4182

Quelques photos pour immortaliser leurs dernières instants dans leur milieu.

1SAM_42082SAM_4213

3SAM_41834SAM_4219

1: Une lépiote élevée c'est aussi cachée sur les herbes hautes. Pourtant elle ne s'échappera pas.

2: A notre départ et pour clore l'histoire, la fée Poppy rendit son bien à Dame Nature.

3: Résultat de notre promenade, un beau panier d'amanites tue-mouche pour décorer la maisonnée.

4: Rajoutons à cela notre récolte de cèpes et de divers champignons, un vrai plaisir.

SAM_4173

Bref, c'est une bonne, bonne, bonne journée.

Et merci au blog de Passion-champignon que l'on retrouve ici http://mycologia34.canalblog.com/archives/2011/06/01/18848229.html pour toutes ces précieusesinformations sur le monde fongique.

45314494_p

dimanche 29 septembre 2013

En combien de temps poussent les champignons?

 PA230554

Quel cueilleur de champignon ne s'est pas posé un jour cette question? Voici quelques durées de pousses en fonction des espèces. S'il n'est pas prouvé que la Lune influence directement leur sortie de terre, c'est le cas avec l'humidité et les températures et c'est avant tout avec elles qu'il faut organiser une sortie aux champignons. Les durées données ne le sont qu'à titre indicatif et des exceptions peuvent parfois être faites. A savoir aussi que le manque d'eau peu sttoper net dans leur pousse les champignons et les faire pourrir ou sécher avant qu'ils n'aient pu devenir adultes.

 Le cèpe:

Roi des rois, il figure parmi les plus rapides, 5 à 6 jours entre le stade mycélien et le bouchon, à cela on rajoute 7 à 8 jours de pousse supplémentaire puis 3 à 4 jours de stabilisation avant qu'il ne se dégrade jusqu'au pourrissement. En tout un cèpe vie une vingtaine de jours, ce qui laisse le temps de le découvrir à condition qu'il ne soit pas bien caché. Mais quand les conditions sont optimales on peut les voir pousser en 6 jours.

Merci au site http://lescepes.free.fr/index.php?page=savoir/pousse&lg qui a mit en pratique l'expérience.

De plus les cèpes sortent généralement après une longue pluie, si le sol était sec avant on peut parier sur une vingtaine de jours avant de les voir pointer le bout de leur nez, une bonne semaine si la saison a débuté. De plus la pousse peut s'étaler sur une à trois semaines ce qui ferra que pendant cette période on trouvera régulièrement des cèpes petits, en bouchons ou frais.

Enfin, les plus belles cueillettes se ferraient 8 à 12 jours après la nouvelle Lune quand les conditions sont là.

 

P9160547

 La morille:

Champignon précieux et prisé, la morille a une croissance lente, en partie dû aux températures sous les quelles elles poussent. En tout début de saison elles peuvent mettre 3 à 4 jours à sortir du sol puis il faut attendre parfois 3 semaines voir un mois (durant les quels elles « stagnent ») pour qu'elles atteignent leur taille adultes. Enfin, on rajoutera une semaine avant de les voir s'abîmer. En fin de saison on devra patienter entre 7 et 10 jours.

P1050710

La pézize veinée:

Cousine des morilles dont elle appartient à la même famille, en début de cycle il faudra attendre jusqu'à un mois et demi pour en déguster. Généralement la pousse est lente dans les premiers temps de vie, puis dans les 2 à 3 jours qui précédent l'arrivé à maturité elle s'accélère et devient visible.

Merci au site http://canailleaubois.canalblog.com/archives/2008/03/07/8232311.html qui a fait l'expérience.

SAM_4908

La girolle:

Là aussi on à affaire à du lourd. Compter 5 à 7 jours après une bonne pluie pour les voir sortir mais elles seront toutes petites. Ajouter 10 à 15 jours en fonction de la chaleur pour les voir prendre une jolie taille. Néanmoins il arrive parfois que les champignons naissant ce gorge d'eau (s'il y a une grosse pluie en même temps par exemple) et prennent de belles proportions en très peu de temps. Mais une fois préparées (cuites ou séchées) elles deviennent minuscules.

P8190123

Le coprin chevelu:

Il figure parmi les champignons. Comptez 4 à 5 jours pour la sortie du sol, 2 de plus pour devenir adulte, encore 2 pour sa disparition. En tout en une dizaine de jours il apparaît et disparaît.

D'ici peu je mettre l'expérimentation et l'observation de ce phénomène en ligne.

DSCN8817

La trompette de la mort:

Quand elle est sortie du sol et encore « grise », il faut attendre 5-6 jours à 2 semaines pour ramasser des spécimens d'une dizaine de centimètres, en fonction de l'humidité ambiante, un temps sec ralentissant la pousse comme chez la majorité des champignons.

SAM_3801

Le satyre puant:

Il faut une dizaine de jours pour qu'il sorte de son stade d'œuf, là il atteint son stade adulte très rapidement, entre 14 et 24 heures, on peut même voir la pousse à l'œil nu. Merci au site http://mhad.blogspot.fr/2011_11_01_archive.html de nous montrer cette rapide évolution.

pancarte hotpancarte hotpancarte hotpancarte hot

( source: http://mhad.blogspot.fr/2011_11_01_archive.html)

Le lactaire sanguin et le lactaire délicieux:

Eux aussi sont des rapides. En pleine période de pousse et après une forte pluie, on pourra trouver des sanguins au bout d'une semaine et dans les meilleurs conditions 4 jours. En illustration il s'agit du lactaire salmonicolor.

PA230485

 

Sortie en forêt 35.

SAM_3801

 Une sortie dans les bois, depuis le temps! Et quelle belle sortie! Des champignons partout, des grands, des petits, des bons, des moins bons, des ternes, des colorés... c'est un véritable défilé au quel cet article est dédié.

1SAM_37152SAM_3716

3SAM_37194SAM_3763

 Il y a bien du bon et du beau dans les bois, de quoi satisfaire les gourmands.

1 et 2: Les chanterelles en tube sortent! Partout dans les bois il y a des dizaines et des dizaines de spots qui comprennent eux mêmes plusieurs centaines de petites chanterelles. Je n'ai que très rarement vu une telle pousse. D'ici quelques jours ça sera la razzia dans les bois et surtout, dans le panier.

3 et 4: Les pieds bleus sont aussi là en très grand nombre. Ce champignon au goût très prononcé n'est pas aprécié de tous mais est présenté à de nombreuses tables.

SAM_3706

 Les lépiotes élevées se sont installées dans les sous-bois. Là aussi direction le panier bie nqu'une partie d'entres elles soient passées.

SAM_3743 SAM_3744

SAM_3758 SAM_3764

 Elles sont belles mes girolles! Cantarellus cibarus si vous voulez mon avis. C'est un excellent comestible que l'on trouve dans tout l'hémisphère nord. C'est un champignon recherché qui aurait des propriétés insecticides très puissantes. Pour preuve, il est pratiquement impossible de trouver une girolle véreuse.

SAM_3712

 Le lactaire à lait brûlant aime beaucoup les noisetiers. Le lait blanc qui s'en échappe devient jaune en séchant. Il est très âcre ce qui le rend inconsommable.

1SAM_37762SAM_3779

3SAM_37864SAM_3785

 On continu dans le beau et le coloré:

1 et 2Le tricholome rutilant est un champignon non comestible car très (trop) amer. De plus il est suspecté d'être toxique mais qu'est-ce qu'il peut être beau avec sa robe jaune et rose.

3 et 4: Le lactaire sans lait est un russule qui est ressemblant de part sa forme aux lactaire mais qui ne donne pas le lait qui les caractérise d'où son nom. Il n'st pas comestible.

SAM_3717

 L'amanite fauve est considérée comme étant une sous-espèce de l'amanite vaginée. Très crue toxique, elle peut être comestible bien cuite mais son goût ne donne pas l'envie de renouveler l'expérience. Elle pousse généralement en groupe de 2 à 3 individus. 

SAM_3798 SAM_3814

SAM_3824 SAM_3820

 Elles étaient llà, les trompettes de la mort. Malgré leur funeste nom c'est un excellent champignon du sous-bois, légérement amer. C'est aussi à cette occasion que nous avons découvert un nouveau coin! Bref, pour finir voici quelques informations qui je l'espère vous aiderons à les débusquer.

Dans le nouveau coin:
 à 600 mètre d'altitude environ, entre une prairie d'herbe rase et un chemin forestier exposé en partie au soleil, sur une sol plat avec un humus peu épais, sous des châtaigniers (seule espèce présente) et en particulier au tours des arbres de très belle taille. Il y a peu de feuilles au sol mais présence à proximité de quelques pieds de moutons, de quelques girolles et d'une coulemelle. Les trompettes sont grises avec le haut du "tube" gris "tacheté" de marron et de noir. Le terrain est légèrement humide et calcaire.

Au deuxième coin où nous avons nos habitudes (il se décompose en 2 zones):

Première zone:
à 600 mètre d'altitude environ, sur un terrain en pente avec très peu de lumière. Des sapins couvrent la zone avec quelques châtaigniers, il y a de nombreuses ronces peu hautes, avec  de la mousse, un humus épais et de nombreuses feuilles oxalis. Les trompettes sont très noires, en particulier sur la corolle du "tube" avec reste du champignon gris souris sombre (j'invente de nouvelles couleurs  Laughing ). Le sol est humide et calcaire avec peu de feuilles mortes. 


Deuxième zone:
Le terrain est plat, avec majoritairement des châtaigniers et quelques sapins. La zone est humide et calcaire avec un humus faible et peu de feuilles au sol. On notera la présence de pieds bleus et de très peu de lumière.

SAM_3751

 Les gymnopiles pénétrants ont trouvé leur bonheur en s'installant sur les branches mortes couvertes de mousse d'un vieux pin tombé après une bourrasque de vents. Ces champignons toxiques colorent la forêt et lui donne une petite note de fantaisie.

SAM_3791 SAM_3792

SAM_3794 SAM_3807

 Dans les feuilles et les vieilles bogues des châtaigniers, de nombreux champignons poussent et ne sont pas toujours simples à identifier.

1: Pour débuter la série, cet inconnu au chapeau strié. 

2: De nouveau je rencontre ces petits champignons, semblables à des pézizes et qui poussent sur le bogues des châtaigniers. Voilà plus d'un an que je cherche leur nom s'en y parvenir.

3: Qui l'aurait cru, ces petits champignons blancs sont des trompettes de la mort en devenir.

4: Les hypholomes en touffe sont de petits champignons non comestibles aux jolies couleurs. Au vu des dernières analyses ils seraient toxiques.

SAM_3809

 C'est aussi le temps des belles amanites citrines. Celles-ci sont peu toxiques voir même pour certains comestibles (mais très médiocres). Cependant leurs squames ont tendance à disparaître se qui rend facile la confusion avec la terrible et mortelle amanites phalloïde. Dans tout les cas il ne faut pas les ramasser.

1SAM_38372SAM_3781

3SAM_37834SAM_3828

1: Ces dernières jours il a fait très beau et très chaud même en forêt, mais les matins ont été frais voir brumeux avec d'importantes brumes, rien de mieux pour nos amis champignons.

2: Les cabanes n'ont pas bougé d'un iota, espérons qu'elles résistent à l'Hiver qui cette année, avec un peu de chance sera moins rude que celui 2012-2013.

3: Un gros polypore hispide a prit place dans le tronc d'un arbre presque mort tombé au sol. Il tient son nom de sa capacité à produire des gouttes.

4: Dans ce coin de bois, là où abondes les trompettes de la mort, les oxalis (ou petite oseille des bois) abondent, elles donneront de jolies fleurs parfumés au printemps.

SAM_3852

Et pour finir le panier qui a été quelques peu vidé après un tour du quartier mais qui reste encore bien garnit, voir un peu trop quand on sait le temps que prend le nettoyage des champignons en particulier celui des trompettes.

Voilà une jolie promenade de début d'automne.

 

 

Posté par Renarde alpine à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 25 septembre 2013

Petites bêtes du jardin.

SAM_3335

Il ya bien du monde dans le jardin. La douceur de ces derniers jours a fait sortir les diverses créatures du jardin qui s'apprêtaient à se mettre à l'abri du froid. Les figues sont sur la bonne voies mais ne seront pas murent attends, les premières gelées les figeront dans cet état.

1SAM_33162SAM_3317

3SAM_34224SAM_3426

1 et 2: Les vesses de loup sont arrivées et font le bonheur des limaces qui ont laissé de jolies traces de dents dans leur chair blanche.

3 et 4: Dur, dur. Mon coeur balance entre deux identifications pour cette colonie de champignons qui reviennent tout les ans: coprins narcotiques ou coprins éphémères.

SAM_3327

Le lierre rampant fleurit. A la fin de l'Hiver voir au début du printemps il donnera ces fruits qui seront une précieuse source de nourriture pour les oiseaux qui à cette période seront bien amaigris.

1SAM_33072SAM_3304

3SAM_32604SAM_3315

Les guêpes sont parmi nous! Mais pas de crainte, elles sont bien plus douces que les guêpes souterraines.

1 et 2: Dans la vieille pompe tarie un petit nid de guêpes est venu s'installer. Il s'agît de guêpes des buissons, dolichovespula media, ce qui est surprenant quand on sait qu'elles sont arboricoles. Relativement pacifistes, elles n'hésiterons pas à piquer si le nid est bousculé.

3 et 4: Dans la haie, c'est un énorme nid que nous avons découvert. Ici se sont les guêpes Saxonnes, dolichovespula saxonica, qui dominnent. Peu aggréssives, on peut approcher prés du nid ce que je peux affirmer mais prudence, on ne sait jamais. Aux premières gelées les guêpes meurent et nous pourrons réccupérer le nid.

SAM_3437

Petit tour chez les voisin où en bordure de leur jardin nous avons fait une belle cueillette: 12 lépiotes élevées (coulemelles) en partie véreuses mais de belle taille.

SAM_3449 SAM_3456

SAM_3454 SAM_3453

Une jolie aeschne bleue, Aeshna cyanea, était prisonnière de la cuisine. J'ai prit le temps de l'éxaminer avant de lui rendre sa liberté. Cette libellule se trouve en bordure de bois, dans les lisières ensoleillées (il est vrai que l'on en voit de temps à autre). Il s'agît d'un ma^le car il a du bleu, couleur absente chez la femelle.

SAM_3467

Voilà un inconnu au bataillon pas si inconnu que cela: il pourrait s'agir d'un laccaire améthyste orange mais rien de sur car je ne connais que très peu ce champignon. Néanmoins les lamelles fourchues en bords de chapeau sembleraient indiquer que c'est la bonne piste.

1SAM_32772SAM_3275

3SAM_32744SAM_3273

Tour dans le beau potager qui apprécie ce soleil.

1: Les choux ont été épargnés par les voraces chenilles cette année, leurs feuilles font larges et épanouies et n'ont que très peu de trous.

2: C'est l'heure de récolter les derniers haricots verts de l'année.

3 et 4: Si les blettes sont des plus belles, toutes n'ont pas eux la chance d'être protégées des petites bêtes.

SAM_3272

Verveines, menthes, persils plats et frisés, tomates, aubergines et même salades, c'est le moment de remplir le garde-manger.

1SAM_32792SAM_3282

3SAM_34704SAM_3468

1 et 2: Deuxième occasion de photographier une mouche scorpion (encore une femelle), je suis ravie. Celle-ci a stoppé un temps son repas en m'apercevant avant de reprendre avec délice son grignotage de framboise.

3 et 4: Voilà le temps des noisettes! Panier en mains c'est le moment d'être plus rapide que les écureuils, les pies et les corbeaux.

SAM_3289

Enfin, à côté du petit pont, le bosquet de linaire commune se déploie. C'est désormais un jolie buisson jaune. Rappelons qu'elle a pour spécificité de ne pouvoir être butinée que par les gros bourdons car les pétales de ses fleurs jaunes se soulèvent difficilement. Toxique, on l'employait autrefois comme diurétique.

 

 

Couronne d'automne.

SAM_3499

Je suis une fan des couronnes. Tout est une occasion pour en réaliser et l'arrivée de l'Automne n'y fait pas exception. Pour se faire j'ai décidé de garder un petit peu de soleil auprès de moi avec cette jolie couronne de maïs.

SAM_3477 SAM_3479

SAM_3480 SAM_3487

Le champ en bas de chez moi a été moissonné. J'en ai profité pour aller ramasser les épis qui n'ont pas fini dans la moissonneuse et qui d'ordinaire font le bonheur des chevreuils. Cette année il en auront un peu moins. Ceux qui ne sont pas très beaux, abîmés ou sales serviront à nourrir les oiseaux pendant l'Hiver.

SAM_3509

Pour réaliser ma couronne, j'ai liée les épis entre eux à l'aide de liens en les enroulant autour d'un maïs puis en le relient au suivant et ainsi de suite, en n'oublions pas de serrer solidement pour qu'elle ne se défasse pas.

SAM_3520 SAM_3508

SAM_3500 SAM_3511

Et voilà le résultat, un joli soleil doré qui se retrouve installé sur la grande pierre du jardin. D'ici peu il servira de tableau d'hôte aux étourneaux sansonnets et aux grands corbeaux qui ne tarderons pas à prendre leurs quartiers automnales dans le parc de la maison.

SAM_3497