mercredi 4 janvier 2017

Destination Bretagne : la Côte de Granite Rose par Ploumanac'h.

DSC04570 DSC04601DSC04735 - Copie DSC04737 - Copie

Un phare, quatre prises de vue. Nous voilà pour un soir à Ploumanac'h, commune toute proche de celle de Plougrescant. Arrivés sur la plage d'AnseSaint- Guirec avec nos amis, nous nous engageons sur les premiers mètres du sentier des douaniers. Nous n'irons pas bien plus loin, émerveillés par le spectacle qui s'offre à nous.

 

Le phare de Ploumanac'h.

Construit en 1946 et succédant à l'ancien phare détruit en 1944, il est fait du célèbre granite rose qui compose la côte du même nom. Il porte pour nom celui de phare de Mean Ruz. Il marque l'entrée du port de la ville et fait écho aux phares des ept îles lui faisant face. Depuis les années 1980 il est complètement automatisé.

DSC04626 - Copie DSC09576DSC04741DSC09532 DSC09556

 

Le granite rose.

Il doit sa couleur toute particulière à sa nature. Issu du refroidissement de coulées magmatiques, l'érosion et l'oxydation par l'eau et par le vent des divers éléments qui le composent, comme le feldspath, lui donnent cette teinte rose qui de loin peut sembler grisée. Cela est dû aux critsaux de quartz qui entrent dans sa composition.

DSC04603 - Copie DSC04609DSC04623

 

Les goélands (Larus sp.)

En Bretagne on trouve énormément de goélands qu'il n'est pas toujours aisé de distinguer néanmoins il existe quelques éléments de différentiations. Ainsi on reconnaît le goéland marin (Larus marinus) à son plumage ardoise et ses pattes roses/claires, le goéland argente (Larus argentatus) à ses pattes roses, son plumage clair et à sa grande taille, le goéland brun (Larus fuscus) à ses pattes jaunes et ses ailes ardoises pour lui aussi. 

DSC09690 DSC09676DSC09609DSC09689 DSC09642

 

Le Triskèle.

Comment parler de la Bretagne sans parler de l'un de ses symboles les plus forts ? On retrouve le Triskète et sa représentation un peu partout en Europe. Il semblerait qu'il soit apparu du côté de Malte au Mégalithique mais se retrouve aussi dans les tombeaux irlandais du Néolithique. Il est reprit à l'âge du fer par les celtes qui l'incorpore à leur culture mais ce n'est que depuis les années 1940 qu'il est associé à la Bretagne et à son histoire.

DSC04685 DSC04723

 

L'armérie maritime (Armeria maritima).

Elle couvre l'intégralité de la côté Ouest de la France. Adaptée aux conditions rudes, elle se plaît dans les rochers du bord de mer bien exposés au soleil, sous un climat plutôt humide et dans les milieux où le sol est relativement pauvre en nutriments. Sa floraison s'étend de fin mai à juillet et habille les falaises de rose. 

DSC04664DSC04652 DSC04655

 

Les plantes du bord de mer.

Tout au long de notre périple nous avons rencontrer différentes espèces végétales. Les plus communes sont la criste marine (Crithmum maritimum) que nous croisons aussi à Marseille, les agapanthes (Agapanthus campanulatus) qui sont typique des jardins bretons, en particulier ceux de bord mer et le plantain corne de cerf (Plantago coronopus), à qui on prêtait autrefois la capacité de redonner la virginité à celles qui l'avaient perdue.

DSC09516 DSC09559DSC09526DSC09621 DSC09547

 

La chapelle du Diable.

Cette petite chapelle au nom sans équivoque sert aujourd'hui de hangar à bateau. Elle détonne par les gargouilles qui la surmonte et par le diable moqueur qui se trouve à son sommet. Elle est aussi un important vestige de la seconde guerre mondiale. Sur ses murs, on peut voir les impacts des mitrailleuses allemandes.

DSC04743 DSC09581DSC04755

 

Le rayon vert.

Ce soir là nous ne l'avons pas vu. Le rayon vert est un rayon qui se forme au lever et au couché du soleil quand les conditions climatiques sont réunies. Celui-ci ne dure que quelques secondes et est à peine perceptible. Il se matérialise par un point ou une bande lumineuse légèrement verte au dessus du soleil mais aussi de la lune.

DSC04676 DSC09702DSC04758

 

Le mot de la fin.

C'est, avec le Cap Frehel, l'un des endroits qui m'ont le plus subjuguée. Les étendues de bruyères sont magnifiques, tout comme le chaos de roches roses qui lui font écho. De même pour le contraste entre le bleu de la mer et la flamboyance des falaises. Après ce superbe spectacle nous retournons à Plougrescant pour une chasse aux crabes nocturne bien mérité. Départ le lendemain pour notre toute dernière journée en Bretagne.

DSC09565 DSC09562DSC09560


dimanche 1 janvier 2017

Destination Bretagne : la côte par Plougrescant.

DSC04486

Plougrescant, voilà un nom bien breton. Cette petite ville se trouve au nord de la Bretagne et est longée par la Manche. Elle est connue pour ses plages et sa côte de granite rose que nous avons eu le loisir de visiter juste avant la tombée de la nuit. Nous avons été impressionnés par la capacité qu'a la mer de se retirer sur plusieurs centaines de mètres, nous faisant ainsi découvrir une faune variée. (Pour consulter les horaires de marée).

 

Une ville cotière.

Elle est surtout connue pour Castel Meur, une maison de pierre célèbre pour être encadrée par deux énormes blocs de pierre sur un minuscule îlot. Le centre de la ville s'étale sur le plat, au sommet d'une colline qui fait face à la mer. On y trouve de nombreux restaurants mais aussi beaucoup de boutiques de décoration.

DSC09438 DSC09454DSC09463DSC09466 DSC09478

 

Le chou marin (Crambe maritima).

C'est une plante parfaite pour s'essayer aux jeux de mots en tout genre ... C'est aussi une plante protégée qui a subit les désagréments des cueillettes incontrôlées mais aussi de l'urbanisation galopante des côtes. C'est une très bon légume oublié qui peut être cultivé chez soi mais qui ne supporte pas la conservation sur la durée.

DSC09492 DSC09500

 

L'huître creuse du Pacifique (Crassostrea gigas).

Cette huître Japonaise de grande taille a été introduite sur les côtes françaises dans les années 60. Rentable et bénéfique dans un premier temps, elle cause actuellement de gros problèmes environnementaux mais aussi au marché de l'huître. Sa reproduction et sa prolifération sont pour l'heure, complètement incontrôlées.

DSC04828 DSC04829DSC04869DSC04830 DSC04836

 

La patelle commune (Patella vulgata).

Elle fait partie des trois patelles présentes en Bretagne. Comme de nombreux coquillages, cette patelle (qui appartient aux bernicles) possède des tentacules au bout des quels on trouve des yeux archaïques. Elle broute les algues des rochers grâce à sa radula, une mâchoire dont les dents fonctionnent telles une râpe. Sa consommation par l'Homme remonte à la préhistoire. Elle peut être consommée crue ou cuite avec du beurre.

DSC09507 DSC09508

 

L'araignée de mer de la Manche (Maja brachydactyla).

Plougrescant a été pour nous l'occasion de nous familiariser avec les crustacés. Parmi ceux-ci on trouve l'araginée de mer de la Manche, l'un des plus gros crabes des côtes de la France métropolitaine. Celui-ci peut atteindre un poids de 3 kilos. C n'est que depuis 2008 que cette espèce n'est plus apparentée à l'araignée de Mer commune (Maja squinado) qui, d'après les analyses génétiques et des naturalistes, ne vivrait qu'en Méditerranée.

DSC09434 DSC09435

 

Le trouteau commun (Cancer pagurus).

Appelé crabe dormeur, il est l'un des crabes les plus connus. Très actif la nuit, on peut parfois assister à de grandes vagues de migration des femelles, en particulier les soirs de pleine lune. C'est un véritable charognard des fonds des mer qui nettoie le plancher marin des cadavres et des restes de proies de plus gros animaux. 

DSC09513DSC09514 DSC09515

 

Le crabe enragé (Carcinus maenas).

 C'est le plus commun des crabes de Bretagne et le plus facile à attraper. Souvent d'un joli vert émeraude, sa carapace peut aborder diverses couleurs comme le brun, le jaune ou le gris. De petite taille, il n'est que peut consommé hormis en sauce. Il se relève par contre être un très bon appât pour la pêche au gros.

DSC04766DSC04790 DSC04793DSC04781DSC04769 DSC04826

 

Le mot de la fin.

Après un après midi passé sur les quais, un petit passage tardif le soir même par les falaises de granite rose et, une chasse nocturne aux crabes, nous reprenons la route une toute dernière fois pour visiter la Bretagne avant de retourner dans notre petit appartement lyonnais. Nous prenons soin au passage de profiter des éternels hortensias bretons qui donne un caractère si particulier au bord de mer et aux maisons de pierre.

DSC04484 DSC09446DSC09439