mercredi 9 décembre 2015

Sortie dans les Calanques 6.

WP_20150903_12_46_40_Pro

Sortie estivale dans les Calanques et plus particulièrement celles de La Mounine dont le nom provençale signifie ... minette/vagin (what the fuck !?!). Bon voilà c'est dit, on repassera pour la poésie du nom, en tout cas le lieu n'en manque pas. Cette sortie a été réalisé en exclusivité par mon bien-aimé,de même pour les photos.

 

Une grimpette vertigineuse.

Pour atteindre l'étroite plage de La Mounine (dont le fond rappel ceux des plages caribéennes), il faut passer par le col du Sémaphore. Dieu merci, je n'ai pas fait parti de l'expédition ce jour là sinon je n'aurais jamais réussi à passer par les étroits sentiers qui sont à fleur de roche. Amateurs de vertige ce roc est pour vous.

WP_20150903_10_39_06_Pro WP_20150903_11_25_25_Pro

 

La calanque de Callelonge.

Le col se situe sur la calanque du Callelonge dans les célèbres Goudes. On y trouve un petit port, quelques cabanons et surtout, une vaste étendue pierreuse et sauvages où de nombreuses espèces de végétaux typiques de la régions poussent. Quelques rares plages sont accessibles depuis les pentes raides.

WP_20150903_11_13_19_Pro WP_20150903_11_52_08_Pro

WP_20150903_11_25_27_Pro WP_20150903_11_28_52_Pro

 

Plus près du ciel.

Pour avoir un panorama à tomber, il est souvent d'usage de monter au sommet de l'Homme Mort, un ensemble de falaises qui surplombe les calanques de Callelongue, de La Mounine et de Marseilleveyre. Son nom n'est pas des plus rassurants et encore moins quand on sait qu'un fantôme rôde dans les alentours.

WP_20150903_11_58_13_Pro WP_20150903_10_39_01_Pro

La végétation de La Mounine.

La calanque de Mounine est très préservée car c'est une petite calanque qui permet à peu de monde de profiter de la mer, de ce fait les végétaux sont peu cueillis et/ou peu piétinées. On peut ainsi trouver de la soude maritime (Suaeda maritima), de la criste marine (Crithmum maritimum) ou de la scille d'automne (Prospero autumnale).

WP_20150903_14_01_43_Pro WP_20150903_14_02_02_Pro

WP_20150903_12_48_31_Pro WP_20150903_14_12_55_Pro

 

L'îlot de La Mouine.

Il porte également le nom d'Estéou de Bocque (littéralement la "gamelle du bouc"). Le lieu était un passage de corsaires et de pirates et c'est pour cette raison que napoléon fît ériger sur les calanques faisant face à l'îlot un poste de garde (sémaphore) ainsi qu'une garnison équipée de canons, de mortiers et d'obusiers.

WP_20150903_13_46_13_Pro WP_20150903_13_57_57_Pro

 

Le mot de la fin.

La calanque de La Mounine est une calanque qui est à visiter pour sa végétation préservée et pour la relative tranquillité dont on peut profiter dans les lieux. Les amateurs de pêche sous-marine, de posidonies, d'oursins et de fonds marins azurés mais aussi les marcheurs y trouveront leur bonheur à coup sûr. 

PS : je vous invite à vous rendre dans les commentaires pour lire ceux de Janus qui sont excellents.

WP_20150903_13_48_49_Pro


lundi 7 septembre 2015

Sortie en montagne 8.

P7043582

Il fait un temps magnifique, c'est l'occasion de commencer notre série de randonnées de l'été. Voici la première réalisée au Charman Som. Facile pour tous les niveaux et les enfants, on peut accéder au pied du sommet en voiture après avoir parcouru la route étroite qui y mène, entre forêts de connifères et alpages.

P7043541 P7043556

P7043559 P7043555

 Pour se faire je me suis munie d'un nouvel ouvrage sur les plantes : "400 èspèces, fleurs des Alpes" aux éditions ULMER, le "Flora Alpina" de mon bien aimé faisant le reste. J'ai pu ainsi identifier l'alchémille des Alpes (Alchemilla alpina). Les gouttes de rosée formées sur les feuilles des alchémilles (toutes espèces confondues) ont été utilisées au Moyen Âge par les alchimistes (d'où son nom) pour tenter de transformer le métal en or, de soigner les maladies incurables et de prolonger le vie humaine ... bref créer la pierre philosophale.
Voilà une petite histoire que je trouve assez sympa pour débuter.

P7043567

 Lagrandegentiane est aussi nommée gentiane jaune (Gentiana lutea).Dans les montagnes elle a longtemps été une plante capitale et aujourd'hui encore elle est rattachée au patrimoine et à la culture montagnarde. Pour rester dans le domaine des légendes, la plante était réputée pour être miraculeuse (on pensait qu'elle soignait la peste) et avoir des vertus magiques. C'est peut être pour cela que la fourche qui était utilisée pour récolter sa racine se nommait "Diable" (celle-ci pèse plus de 13 kilos). Pour rappel c'est une plante protégée.

P7043590 P7043595

P7043593 P7043594

 Les saxifrages sont surprenantes, elles peuvent en fonction de l'espèce avoir des feuillages très singuliers pouvant parfois tromper le botaniste amateur. Cette saxifrage paniculée (Saxifraga paniculata) une fois fanée pourrait être confondue avec une joubarbe. Sesfeuilelsétrangessont en réalité une adaptations aux conditions rudes imposées par la montagne. Petites et épaisses, elles permettent à la plante de faire des réserves d'eau, de garder ses calories, de résister au froid, au gel et au vent. Les romains l'appréciaient dans leur cuisine.

P7043757

 Le vératre blanc (Veratrum album) est parfois confondu, quand il n'est pas en fleurs, avec la gentiane jaune (qui se récolte avant floraison) ce qui peut être dramatique, le vératre étant très toxique. Pour les différencier il faut se souvenir que les feuilles de la grande gentiane sont opposéesalorsque celles du vératre blanc (ou de son cousin le vératre vert) sont alternes. C'est simple mais efficace pour éviter de s'empoisonner pour de bon.

P7043790 P7043922

P7043789 P7043796

L'ail des cerfs (Allium victorialis) possèdent de nombreux noms en fonction de la montagne où on le rencontre. On peut ainsi l'appeler l'ail de la Sainte Victoire, l'ail victorial ou l'ail serpentine. On le pensait autrefois magique en raison de ses bulbes qui s'entre-croisent comme les maillons d'une côte de maille. Il protégerait celui qui le porte dans un conflit ou sur le champ de bataille. Bien que non protégé il est plutôt rare ou du moins peu commun.

P7043554

 Pour parler un peu du Charman Som il faut savoir que c'est un sommet isèrois qui culmine à  1 867 mètres d'altitude. Il fait partis du parc Naturel de Chartreuse et d'une zone Natura 2000. De ce fait la cueillette des plantes y est strictement interdite. Riches en prairies herbeuses, ce mont est pâturé depuis le Moyen Âge. Le pâturage exercé remplace celui d'animaux disparus ou peu présents, ce qui permet de conserver la flore montagnarde.

P7043950 P7043951

P7043952 P7043953

 L'orchis grenouille (Dactylorhiza viridis) est une orchidée peu commune ayant pour statut les initiales "NT" que l'on traduit par "quasi menacé". Presque toutes les régions l'ont inscrites sur leur liste des plantes protégées hormis la région Rhône-Alpes où elle est pourtant présente dans de nombreuses réserves, nous sommes mauvais élève. Elle ne peut être détenue qu'avec un permis (Annexe B de Washington). Ici elles sont fanées.

P7043748

 La nigritelle noire ( Nigritella nigra subsp. rhellicani) comme l'achémille des Alpes possède de nombreux noms mais celui que je préfère est celui d'orchis vanille qui rappel au combien le parfum de cette orchidée est puissant et délicat. Elle aussi figure sur la liste des orchidées protégées et sur lesquelles il faut faire de la sensibilisation. En effet on croise encore trop souvent des promeneurs arborant de gros bouquets de cette espèce montagnarde.

P7043737 P7043584

P7043636 P7043612

 L'orchis globuleux (Traunsteinera globosa) tient son nom de la forme sphérique que donnent ses fleurs collées les unes aux autres. C'est une stratégie bien étudiée. Plus les fleurs sont nombreuses et proches, plus il aura de chance que les insectes pollinisateurs restent longtemps sur la plante, collent à leur corps du pollen et fécondent d'autres fleurs. Plus commune que les autres orchidées elle est peu ou pas protégée ce qui est bien dommage.

P7043644

 Pour continuer avec les orchidées d'été, en voici une sur ça fin, la spiranthe d'été (Spiranthes aestivalis). C'est une orchidée en très forte régression dont très peu de stations sont connues en Isère. Considérée comme espèce vulnérable voire en danger pour certains, elle est protégée à l'échelle nationale. Elle a disparue en Belgique depuis 1981 et dans le nord de la France elle est en voie de disparition (moins de 20 stations recensées). 

P7043868 P7043865

P7043866 P7043674

 La driade à huit pétales (Dryas octopetala) appartient à la famille des rosacées comme le rosier ou le prunier. Rare, elle se distingue par les poils présents sur ses feuilles, en particulier en dessous qui forment un duvet, et qui empêche à l'eau qu'elle contient de s'évaporer, comme les poils des animaux. On l'appel parfois thé des alpes à tort, ce nom revenant à Sideritis hyssopifolia rencontré quelques jours plus tards sur un autre sommet.

P7043699

 Les anémones appartiennent à la famille des renonculacées. Les formes alpines pour se prémunir du froid sont souvent mais pas toujours couvertes de duvet sur les tiges, les feuilles et le calice. En graines elles sont toutes semblables en particulier les espèces élevées. Pour celle-ci j'héiste entre quandidates : l'anémone des alpes (Pulsatilla alpina), l'anémone pulsatille (Anemone pulsatilla L) et l'anémone des montanges ( Pulsatilla montana).

1P7043729 2P7043804

3P7043937 4P7043694

Deux plantes qui s'invitent parfois dans les jardineries si bien qu'on en oublierait leur caractère montagnard.
1 et 2 : L'aster des alpes (ster alpinus) est assez commune et parfois nommée reine marguerite des Alpes.
3 et 4 : La gentiane acaule (Gentiana acaulis) se différencie de la gentiane de gentiane de Koch (Gentiana
kochiana
) par le fait qu'elle est calcicole (aime les sols calcaires) contrairement à celle de Koch.

P7043580

 Le polygala commun (Polygala vulgaris) comporte plusieurs sous-espèces. Très commun et vivace, on le trouve jusqu'à 2400mètres d'altitude. Ila besoin de pleine lumière pour fleurir. Polymorphe il peut être rose, pâle ou plus rarement blanc. Les espèces proches avec qui il peut être confondues sont le polygale du calcaire (Polygala calcarea), le polygale amer (Polygala amarelia) et le Polygale à feuilles de serpolet (Polygala serpylifolia).

P7043635 P7043959

P7043725 P7043900

La zone Natura 2000 du Charman Som comme toutes les zones Natura 2000 est une réserve protégée mais accessible aux promeneurq. Pour reprendre les mots du ministère de l'écologie (ICI) : "Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Natura 2000 concilie préservation de la nature et préoccupations socio-économiques. En France, le réseau Natura 2000 comprend 1758 sites."

P7043923

 Le rhododendro ferrugineux, appelé aussi laurier-rose des Alpes (Rhododendron ferrugineum) se trouve aussi désormais dans nos jardins bien qu'il soit montagnard. Il résiste à des froids  élevés s'il se trouve couvert par la neige,sinonilpeut s'accomoder de température situées entre -15 et -20°C. Très toxique voire mortel (bois, fleurs, feuilles, fruits etc), ses baies font le régale des oiseaux qui les ressèment sur les coteaux escarpés.

P7043718 P7043659

P7043876 P7043961

 C'est en montagne que l'on peut encore croiser une multitude d'insectes sans avoir à les chercher. Papillons, scarabées, guêpes, abeilles et mouches savent profiter à l'étage alpin des fleurs qui ont très souvent une floraison courte. Certaines espèces sont communes, d'autres bien moins et sont propres à cette zone.

P7043720

Certaines plantes pour s'habiter de variations de climat brutales en montagne comme le froid extrême, les grosses chaleurs, l'absence d'eau, la neige, les vents violents, le gel ou encore les UV bien plus nombreux en altitudes n'ontpas développées de stratégie précise. Elles poussent alors dans les rochers pour se protéger.

P7043638 P7043630

P7043640 P7043693

 Autrefois une grande partie de la montagne étaient couverte des forêts. Les arbres ont été coupés pour transformer le Charman Som en alpage pour les troupeaux. D'abords propriété de l'abbaye de Bonnevaux, il devient celle des pères chartreux qui mènenet ces grands travaux. Par la suite le pâturage devient national.

P7043808

Sans vient alors la seconde guerre mondiale, le sommet est alors confié à ce que nous nommons actuellement l'ONF. Pendant la seconde guerre mondiale des camps de jeunesse ("Jeunesse et Montagnes" puis "Chantiers de la jeunesse française") sont implantés avec l'aide de Vichy mais ferront acte de résistance.

P7043735 P7043898

P7043736 P7043726

 La grande astrance (Astrantia major) est une plante que l'on ne croise que dans les montagnes calcaires. Très rustique elle résiste à des températures frôlant les -30 °C. C'est une vivace qui aime les sols de préférence riches et frais, ce qui explique pourquoi nous en avons trouvé beaucoup sur le replat du sommet. En effet l'eau de pluie n'en ruisselle pas et peu stagner, rendant le sol lègèrement humide et accélérant la décomposition de matière.

P7043742

 La valériane à feuilles rondes (Valeriana rotundifolia) est présente dans les 6 départements des Alpes les plus au sud-est et sur l'ensemble de la Corse. Elle aime les éboulis de préférence calcaires (et argileux comme dit sur Tela botanica). Même si elle est très peu commune elle fait l'objet d'aucune réglementation.

P7043777 P7043778

P7043779 P7043780

 L'aconit tue-loup (Aconitum lycoctonum subsp. vulparia) est une des plantes les plus toxiques d'Europe (le plus vénéneuse étant l'ancolie commune). On l'utilisait autrefois pour empoisonner les animaux perçus comme indésirables comme les loutres, les loups ou encore les renards. C'est de la qu'elle tient son nom funeste.

P7043886

 Les prairies alpines sont des milieux fragiles qu'il faut préserver. Ce sont parmi les derniers sanctuaires de nature un peu prés préservés. Au court de notre randonnée nous avons trouvé de nombreux déchets (que nous avons pris dans nos sacs), des plantes arrachées et/ou piétinés parce que les gens marchaient en dehors des sentiers ou voulaient faire de jolis bouquets qui finissent par être abandonnés. S'il vous plaît, préservez nos montagnes.

P7043844 P7043762

P7043842 P7043761

 Le lis martagon (Lilium martagon) a bien faillit dispraître pour les mêmes raisons que le sabbot de Vénus. Emblême des Alpes, sa beauté a attiré la convoitise des hommes qui l'offrait à leur bien-aimée ou desbergères qui en confectionnait de gros bouquets pour les maisons. Il aime aussi bien les bois que les près.

P7043733

 On le croise rarement en plainemaisfacilement en montagne jusqu'à 2800 mètres d'altitude. Il est protégé sur tout le territoire français mais aussi en Suisse. Il aime les sols riches en humus, argileux, exposés à la lumière et au climat continental dans les zones assez froides. Il est surtout présent dans le Sud et l'Est.

P7043901 P7043905

P7043903 P7043904

 Le trolle d'Europe (Trollius europaeus) n'est pas un petit gnome propre à notre continent mais une plante à fleur alpine plutôt rare. Seuls les gros bourdons on la force nécessaire pour passer à travers ses pétales (qui lui donne l'apparence de n'avoir pas encore fleurit) pour accéder au pollen. Il est parasité par une petite mouche qui y pond ses larves. Celles-ci se nourrissent des graines de la plante l'empêchant de se reproduire.

P7043981

 La vache Tarentaise nommée aussi Tarine est ma vache adorée. Typique des montagnes cette espèce rustique s'aclimate bien aux conditions difficiles avec sa petite taille et ses sabots robustes. C'est une très bonne laitière qui donne un lait de bonne qualité en abondance. pour les fromages. Sa viande est aussi assez bonne.

P7054058 P7054121

P7054028 P7054107

 Pour finir cette journée de randonnée, détente au bords du lac de Charavine (nommé aussi Paladru) en très bonne compagnie. Au son des instruments et des voix nous nous laissons bercés par l'eau et gardons la tête dans les nuages comme nous l'avions plus tôt, là bas, quelque part en Chartreuse à plus de 1 867mètres.

P7043573

mardi 10 mars 2015

Marseille : le parc de la Maison blanche.

P2140078

 Ce petit parc du XIXe siècle s'étend sur 5 hectares dans le 9e arrondissement de Marseille. Il abrite de nombreuses espèces d'arbres souvent tricentenaires mais aussi beaucoup d'oiseaux qui trouvent dans le coeur de la ville un havre de pays où se réfugier loin des voitures et des dangers de la cité.

P2140017 P2140020

P2140018 P2140022

 Le pin de Wollemi (Wollemia nobilis) est un arbre extraordinaire. Connu que depuis 1994, il est originaire d'Australie. Cet l'unique et dernier représentant des  Araucariacées, une famille vieille de 200 millions d'années. Rares, le lieu de pousse des ses arbres est tenu secret. Dans le commerce c'est un tout autre son, la plante étant commercialisée à grande échelle. Les fonds obtenus sont utilisés pour sa sauvegarde.

P2140004

L’araucaria du Chili ou désespoir des singes (Araucaria araucana) est un autre arbre digne du temps des dinosaures. Il peut atteindre 40 mètres de haut. Les cônes femelles ressemblent... ressemblent... à rien ou à une grosse touffe de poil XD Ils apparaissent à la maturité sexuel de l'arbre, c'est à dire 25 ans !

P2140024 P2140027

P2140023 P2140029

 Le séquoia à feuilles d'if (Sequoia sempervirens) est le plus grand des arbres au monde. Ce conifère nord américain peut atteindre 70 mètres mais il en existe des biens plus grands dont trois exemplaires dans les Rocheuses mesurant respectivement 113, 114 et 115 mètres de haut ! Leur espérance de vie est de 2000 ans. 

P2140010

 Le genévrier de Savin (Juniperus vulgaris) est un arbuste des montagnes d'Europe qui pousse à l'état sauvage entre 1000 et 3000 mètres d'altitude. Il mesure entre 1 et 4 mètres de haut et produit des belles baies bleues toxiques comme tout le reste de la plante. Chaque année il provoque de nombreux empoisonnements.

P2140072 P2140073

P2140069 P2140071

Le callistermon pleureur ou rince bouteille (Callistemon laevis) est une plante originaire d'Australie et de Nouvelle Galles (c'est un hybride à l'otigine incertaine). Il peut atteindre 8 mètre de haut, aime les zones humides et fleurit parfois par ans ce qui est rare chez cette espèce. Ses longues étamines rouges caches les fleurs.

P2140085

 Le pin maritime (Pinus pinaster) est un grand arbre du pourtour méditerranéen (en zone calcaire) qui peut atteindre 30 mètres de haut. On l'a longtemps utilise pour assainir les zones marécageuses et insalubres. Sa croissance rapide (30 à 40 cm/an) en font un arbre de choix pour l'exploitation en sylviculture.

P2140066 P2140068

P2140042 P2140063

 Les fleurs de nos jardins sont peu regardées et pourtant, elles sont bien précieuses. Souvent mellifères, elles égayent les plats de bandes, parfois se croquent, donnent des vins et des liqueurs délicieuses, ont de nombreuses vertus, sentent bon et annoncent le printemps... alors pourquoi s'en priver ?

P2140032

Le platane commun (Platanus x acerifolia) du parc de la Maison Blanche est incroyable ! Immense, il est plein de bizarreries. Certaines branches s'autogreffes, d'autres doivent être portées par des structures en bois pour ne pas souder sous leur poids. Perruches, merles, goélands, pies et corneilles y trouvent refuge.

P2140101 P2140100

P2140111 P2140138

 Les arbres remarquables sont des vétérans du genre. On les reconnaît à leur taille, leur âge et/ou aux légendes qui y sont rattachées. Les critères sont variables d'une espèce à l'autre, le site des arbres remarquables explique par exemple qu'un if de 500 ans n'a rien d'exceptionnel, il n'en est pas de même pour un hêtre.

P2140084

 Le chêne vert (Quercus ilex) a des feuilles qui peut parfois entraîner la confusion avec le houx. Il a une très longue durée de vie et est l'undes arbres le plus présent sur le sol français. Il borde la Méditerranée et pousse dans les zones au climat semblable. Il sert avec le chêne pubescent et le chêne rouvre à la trufficulture.

P2140095 P2140119

P2140122 P2140125

L'évolution des arbres face aux conditions climatiques actuelles est une grande interrogation chez les climatologues, les botanistes et les scientifiques. L'INRA et la structure européenne EVOLTREE regroupant plus de 20 laboratoires se sont donnés pour mission d'étudier ce phénomène.

P2140158

 Le canard de Barbaie (Cairina moschata) est originaire d'Amérique du Sud. Chez les mâles une extension rouge eu niveau du bec permet de les reconnaître ainsi que leur incapacité à voler en raison de leur poids. Calme et doux on peut facilement les approcher mais en cas de danger il hérisse une crête de plume sur sa tête.

P2140167 P2140175

P2140162 P2140176

 Il pleut un peu, il fait gris... mais quel plaisir de se promener ! Le plan d'eau du parc et ses pelouses vertes sont tous trouvés pour pique-niquer en famille en ce début Mars. Hautes haies, allées d'herbes hautes (qui se balancent au grès du vent) et jeux d'enfants finissent de parfaire se petit coin bucolique.

P2140188 P2140190

mercredi 8 mai 2013

Sortie en forêt 24.

SAM_6877

Week-end riche en balades et en découvertes. Les mollets ont été mis à contribution ainsi que l'appareil photo et ce n'est pas les quelques gouttes tombées qui nous ont découragé.

SAM_6879 SAM_6881

Découverte pour la première fois d'helvelles, drôle de champignons aux diverses formes. Ici proches de l'helvelle en gobelets, ces spécimens s'en différencies toute fois de par leur pied fin et allongé.

SAM_6899 SAM_6900

C'est le retour des champignons. Le bois devient multicolore. Ici une colonie de jolis inconnus qui ont pris possession d'un vieux tronc pourris. 

SAM_6901 SAM_6905 SAM_6904 SAM_6898

Il faut savoir qu'il existe plus de 200 000 champignons, cela va de la simple moisissure microscopique au gigantesque armillaria solidipes, dont un des mycéliums aux États Unis recouvre 8,9 km pour un âge estimé à 2400 ans et un poids de 605 tonnes.

SAM_6893 SAM_6894 SAM_6895 SAM_6882

Dans la forêt les orchis mâles, de jolies orchidées protégées comme toutes leurs semblables, s'en donnent à coeur joie. Pas de panique, celle dans le panier a été ramassée après que le pas d'un promeneur ne l'ai sectionné.

SAM_6908

Nouvelle espèces rencontrée, nouvelle identification à effectuer.

SAM_6916 SAM_6915

Les lamiers jaunes sont sur le point de déployer leurs fleurs jaunes. Ne manque plus que quelques rayons de soleil bien chaud et la plante pourra être récoltée.

SAM_6909 SAM_6910

Les raisins-du-renard continuent à fleurir et sous la pluie, servent d'abris aux insectes comme avec cette guêpe solitaire venue prendre la pause sur une large feuille.

SAM_6912

Vue intérieur d'un arum sauvage. Les petits points noirs au fond de la plante sont des moucherons emprisonnés par les "poils", logés au niveau des étamines, qui les empêches de s'enffuire. Une fois la pollinisation effectuée, les filaments se dessèchent et tombent et les insectes retrouvent leur liberté et peuvent ainsi aller polliniser d'autres arums.

Mais malheureusement pas de morilles ni de morillons dans ce bois.

SAM_6922

Alors petit tour par la lisière d'un bois et d'un champs bien vert où nous avons déjà eu l'occasion de faire de très belles trouvailles.

SAM_6918 SAM_6919

Mais hormis ces très belles euphorbes à deux ombrelles à la morphologie très particulière, pas la queue d'un champignon ne se pointe à l'horizon.

SAM_6925 SAM_6923

Néanmoins les escargots d'eau douces et ce très beau châtaignier nous ont contentés.

Le lendemain direction les forêts du col des Milles Martyrs.

SAM_6931

Arrêt dans un coin de forêt tranquille en bords de route. Le décors est magique, les pins hauts et les nombreux ruisseaux débordent de vitalité.

SAM_6934 SAM_6935

La populage des marais est une plante robuste qui affectionne les endroits très humides et marécageux. Toxique, elle a cependant été utilisée fort longtemps comme traitement contre les rhumatismes et comme dépuratif.

SAM_6938 SAM_6939

Des fleurs, encore des fleurs. La cardamines des champs (à gauche) et l'orchis mâle (à droite) restent en cette saison des incontournables.

SAM_6937

Traversée des champs pour se aller rencontrer les bordures de barrières où de grands frênes se déploient. Pas de découverte de morilles mais une jolie rencontre avec une chevrette surprise de notre présence.

SAM_6953 SAM_6947

Les animaux s'activent, les terriers sont creusés ou réaménagé et la fourmilière connaît un grand nettoyage de printemps.

SAM_6955 SAM_6950

Le chêne déploie ses ramures vert-tendre. Il possible d'en faire de nombreuses utilisations. L'écorce ainsi est utilisée pour le tannage du cuir car contient de nombreux tanins ou comme remède médicinal. Les fruits traditionnellement servent de nourriture aux porcs mais peuvent être préparés comme des chouchous pour l'alimentation humaine. Enfin la galle qui se forme sur les feuilles est utilisée comme teinture.

SAM_6946

Encore un petit tour par les champs qui commencent à fleurir. A certains endroits la fauche à commencée.

SAM_6970 SAM_6994

Et voilà venu le temps des hannetons communs qui par centaines envahissent les arbres en lisière. Pendant une courte période, les adultes sortent de leurs abris où ils ont vécu 3 ans sous forme de larve pour se livrer à une véritable orgie.

SAM_6987 SAM_6986

Leur vie d'insecte formée est très courte, si courte qu'il ne vivent guère plus d'un moi. Sortis de terre, ils se posent sur les branches pour roucouler et dévorer les feuilles.

SAM_6983

Ces petits points noirs ne sont pas des fruits mais bien des hannetons. Autrefois les enfants étaient mis à contribution pour de grands hannetonnages où sous les arbres dans de larges filets les insectes étaient jetés. Mais aujourd'hui ils sont beaucoup moins nombreux et se cantonnent aux lisières.

SAM_6996

Voilà notre plus belle trouvaille, grâce à mon petit père mais qui nous a tous mis à contribution: la découverte d'une mousonnière. Voilà donc le tout premier mousseron de la Saint George que nous découvrons.

SAM_7001 SAM_6999

C'est un excellent champignon à l'odeur étrange, proche de la farine fraîche, et dont on peut en retrouver le goût après cuisson, ce qui ne plaît pas toujours. Néanmoins il est très prisé et considéré comme faisant partie des meilleurs.

SAM_7023

Petite montée dans la forêt sur un vieux chemin forestier. Les arbres sont incroyables. Des sapins immenses se dressent au dessus de nos têtes et nous donnent le vertige.

SAM_7029 SAM_7028

Bref, voilà des balades hautes en couleurs et pleines de découvertes qui donnent mal aux mollets mais font du bien à la tête, et oxygènent les poumons.

 

mardi 16 octobre 2012

Sortie en forêt 13.

A quelques lieux de Grenoble, la forêt. S'échapper pendant 3h du monde civilisé est à porté de main.

SAM_6598 SAM_6600

Nous voilà donc dans les bois des Vaillants. Le départ de cette balade ce trouve dans le parc de Seyssinet, à 500 mètre de la rame de tram C (station Hôtel de ville).

SAM_6625 SAM_6620

Les premiers pas se font dans un fort dénivelé, sur un chemin peu étroit où on peu facilement croiser des vttistes. Prudence.

SAM_6652

C'est une partie du parcours très belle, la végéation est à semi-sauvage et rocailleuse.

SAM_6605  SAM_6744

Le fragon, appelé petit houx, est un arbuste qui atteint au maximum 80 cm qui est rare dans l'est de la France. Pourtant il est très abondant à Grenoble. Les rameaux munis de baies rouges se conservent longtemps dans un vase. C'es une plantes médicinale qui soigne les inflammations, les varices et le rétrécissement des vaisseaux sanguins. Les jeunes pousses sont comestibles.

SAM_6610 SAM_6634

Il y a beaucoup de plantes à observer comme cette espèce de lamiaceae violette à gauche ou cette laitue sauvage et comestible à droite.

SAM_6607

Le troène commun est un arbuste médicinale qui servait autrefois à la vannerie. On le trouve à l'éat naturel mais aussi dans nos jardin où il fait de belles haies. Ses baies servent à la fabriquer une encre violette et une teinture jaune. Attention, toutes les parties fraîches sont toxiques.

 SAM_6602 SAM_6645

Le polypode commun est une fougère qui se plaît beaucoup dans les bois clairs, sur les rochers, entre les bois pourrissants.

SAM_6654 SAM_6613

Ici ces trois conditions sont réunies, ce qui explique la présence des immenses colonies de cette fougère un peu partout.

SAM_6608

La capillaire est une fougère qui pousse en touffe. Elle aime se trouver entre les rochers, dans les talus ou les murets. Elle peut vivre très longtemps.

SAM_6617 SAM_6619

Voilà un joli scarabée funèbre. Son nom vient du fait qu'il est entièrement noir, vit dans les lieux sombre et insalubre, qu'il est vecteur de moisissures et possède un liquide toxique qu'il a la capacité de projeter. Celui peut être dangereux si il est ingéré par un animal. Autrefois, on racontait que cracher sur un scarabée le faisait donner une goutte de sang avant de mourir.

SAM_6622 SAM_6623

Les sédums, autres plantes échappées des jardins ont fini de fleurir. C'est une famille de plante grasse qui regroupe plus de 400 variétés.

SAM_6630

Une autre variété de sédum aux feuilles blanches.

SAM_6636 SAM_6637

Après quelques efforts, on arrive au dessus de la ville, avec un beau panorama.

SAM_6639 SAM_6640

Mais il faut encore emprunter le chemin escarpée pour avoir une vue complète.

SAM_6642

On entend la clameur de la ville. Une belle vue, qui montre bien comment Grenoble est enclavé dans la vallée.

SAM_6644 SAM_6660

Bien que a ville soit présente, l'endroit reste sauvage, où les lézards communs et les oiseaux s'en donnent à coeur-joie.

SAM_6646 SAM_6684

D'autres variétés d'arbrisseaux que je croise pour la première fois sont visibles.

SAM_6707 SAM_6708

Le fusain d'Europe, bonnet d'Evêque pour les intimes, est un arbustreaux feuilles vertes qui virent au rouge pourpre à la fin de l'automne. Ses fruits sont des capsules à 4 lobres d'un beau rose indien qui s'ouvre pour laisser apapraître 2 à 4 baies oranges dorées qui sont toxiques et font le bonheur des oiseaux. C'est cette arbre qui une fois carbonisé donne du fusain. Il est aussi recherché pour la marqueterie.

SAM_6650

Mes premiers champignons, de petits polypores blancs.

SAM_6669 SAM_6663

Un oiseau est passé à la casserole, est au vu des plumes, certainement un vieu corbeau.

SAM_6667 SAM_6688

Quelques champignons sympathiques, comme ce qui semble être à droite un russule rose, qui est un pière comestible.

SAM_6671

Le chemin devient un peu plus calme, ouf pour les jambes.

SAM_6680 SAM_6681

Quelques mycènes inconnus.

SAM_6695 SAM_6699

Ceux-ci ne tarderons pas à être identifier.

SAM_6690

Direction la Tour sansVenin.

SAM_6711 SAM_6712

Les hygrophobes perroquets sont des champignons étonnants.

 SAM_6710 SAM_6713

Ils peuvent être teintés de vert, de jaune, de rouge d'où leur nom de perroquet car ils rappellent le plumage de ces oiseaux.

SAM_6692

 La fleur de tan cendrée n'est pas bien ragoûtante. Ne vous fiez pas à son nom, c'est bien un champignon. Il se développe sous forme d'une mousse blanche sur les herbes et le bois mort. Il n'est pas comestible.

SAM_6659 SAM_6725

Les lianes donnent de beaux fruits rouges.

SAM_6722 SAM_6733

Il y a bien des fleurs dans le bois, comme ce mélampyre des bois à gauche ou ces fleurs jaunes à droite.

SAM_6719

Une jeune liane.

SAM_6738 SAM_6704

Pas facile d'identifier les plantes sans leurs fleurs, je peux seulement les rapprocher de leur famille comme avec cette palnte de la famille des euphorbes à droite.

SAM_6730 SAM_6732

Le nèflier sauvage est un fruit oublier, parfois nommé cul de singe.

"D'abord en extraire la pulpe, travail difficile. Je les fais cuire avec un peu d'eau, puis les écrase, les presse et filtre pour en recueillir la chair et éliminer les pépins, qui ne doivent pas être consommés."--> pour en savoir plus c'est ici.

SAM_6718

Quelques jolis fruits rouges.

SAM_6765 SAM_6766

L'inocybe fastigié est un champignon fort toxique.

SAM_6742 SAM_6743

Un vieux russule, rougé jusqu'à la moelle ou du moins jusqu'au lamelles, ce qui empêche toute identification.

SAM_6715

Une colonie de petits champignons jaunes, plus proche certainement des tremellas que des polypores.

SAM_6745 SAM_6747

A gauche de nouveaux inconnus, à droite une vesse de loup perlée qui est un piètre comestible apprécié des limaces.

SAM_6751 SAM_6752

Quelques euphorbes.

SAM_6737

Et on continu sur un chamin forestier bien plus large mais un peu boueux.

SAM_6769 SAM_6770

Deux petits entolomes livides, qui sont vénéneux.

SAM_6740 SAM_6763

Quelques jolis escargots mangés pat les oiseaux.

SAM_6768

Ceux-ci sont particulièrement travaillés.

SAM_6771 SAM_6772

Un drôle de champignon en forme de fleur. Un beau bouquet en vu.

SAM_6777 SAM_6776

La promenade mène dans une petite clairière. Quelques plantes médicinales s'y trouve comme la carotte sauvage à gauche ou l'aigremoine à droite.

SAM_6727

Une plume échouée.

SAM_6657 SAM_6783

Certaines fleurs sont passées, à gauche de la bardane, à droite des chardons.

SAM_6778 SAM_6780

Un ombrilifère inconnu au bataillon.

SAM_6774

Un petit coin bien sympathique.

SAM_6748 SAM_6782

Autres plantes médicinales, le lamier blanche à gauche (que l'on retrouve ici) et le millepertuis, à droite.

SAM_6785 SAM_6786

A droite de l'ambroisie, qui trop envahissante peut par son pollen provoquer des crises d'asme. A droite les traces d'un feu, l'endroit doit être bien fréquenté les soirs d'été.

SAM_6753

Le long des chemins, quelques chênes tortueux poussent.

SAM_6757 SAM_6784

Pause face au paysage, sous les arbres.

SAM_6802 SAM_6800

Drôle de champignon semblable au recherché mousseron de Saint Georges qui pousse au printemps. Ici il s'agit du tricholome colombette, un bon comestible. Il ne faut pas le confondre avec le tricholome blanc, un non comestible.

SAM_6801  

Il ne faut pas le confondre avec le tricholome blanc, un non comestible.

SAM_6790 SAM_6791

Étranges champignons que ceux ci, mesurant une douzaine de centimètres.

SAM_6789

Il ressemble à une vachote mais le chapeau est enroulé sur les bord, il ne dégage pas de lait, son pied et ses lamelles ne sont pas fusionnés et ces dernières sont blanches.

SAM_6805 SAM_6806

Et que dire de ceux ci, immenses et cachés danse le lierre?

SAM_6809 SAM_6811

Une vraie invasion mais impossible de leur donner un nom, du moins pour le moment.

SAM_6808

Leur pied et leur lamelles serrées sont liées, le chapeau est légèrement creusé et claire.

Ce n'est plus un secret, voilà le clitocybe maxima ou clitocybe très grand. C'est un comestible médiocre. Merci à l'équipe du club des cèpes, ils m'ont été d'une aide précieuse. Vous pouvez les retrouver ici: http://leclubdescepes.xooit.fr/portal.php

SAM_6816 SAM_6817

Je ne suis pas la seule à avoir empruntée le chemin, les oiseaux ainsi que maître renard ont fait de même.

SAM_6822 SAM_6823

Nouvelle ouverture sur le paysage, nouvelle clameur de la ville.

SAM_6820

Une bulbe reptans, une jolie plantes aux petites fleurs bleues de la même famille que la menthe, la sauge et les lamiers.

SAM_6824 SAM_6826

Grenoble est une ville ce situant dans une cuvette, entourée des pré-Alpes et traversée par la rivière Isère.

SAM_6834 SAM_6829

Au bord de la falaise, aperçu de la commune de Fontaine, commune annexe de Grenoble.

SAM_6832SAM_6831SAM_6830

Vue globale sur la ville.

SAM_6833 SAM_6836

Bien que le secteur soit très escarpé, il y a une sécurité qui empêche les glissades.

SAM_6837 SAM_6838

Je l'ai d'abords prit pour un cèpes et puis non surprise, voilà un sympathique champignon.

SAM_6839

Je ne l'ai pas encore identifier, on dirait une sorte de tricholome ou de cortinaire.

SAM_6843 SAM_6849

Quelques petits mycènes inconnus cachés dans les feuilles.

SAM_6854 SAM_6855

De même, avec à droite un russule bien rongé.

SAM_6861

Le mycène à pied ferme n'est pas jugé comme comestible en raison de sa petite taille.

SAM_6884 SAM_6886

Drôles de champignons, tout gluants, chacun à un stade différent de la pousse.

SAM_6866 SAM_6868

Deux petits bolets passés et complètement délavés par le temps ce qui empêche de les reconnaître.

SAM_6863

Plantes du sous bois, surement de la famille des crêtes de coq.

SAM_6872 SAM_6875

L'armillaire à pied clavé quand il est jeune comme ici peu se confondre avec l'armillaire bulbeuse. C'est un mauvais comestible car son goût est désagréable. A rejeter.

SAM_6880 SAM_6896

D'autres petits champignons inconnus, du moins pour le moment.

SAM_6898

Du lichen blanc, chose que je n'avaisjamais vu.

SAM_6911 SAM_6926

Quelquesfleurs du sous bois que l'on trouve dans leschamps comme la vergerette à gauche ou cette grande plante qui fait des chatons e qui au début de l'été fait de grosses grappes de fleurs violettes.

SAM_6927 SAM_6913

La forêt se couvre de couleur avec à droite cet arbre à papillon ou ces feuilles de chêne roussies à droite.

SAM_6906

Ce n'est pas un fruit mais une galle du chêne, à l'intérieur une larve de guêpe solitaire qui ne va pas tarder à en sortir.

SAM_6916 SAM_6917

Le plutée brun d'ombre est un champignon qu'il est rare de croiser et qui pousse en solitaire. Il n'est pas comestible.

SAM_6920 SAM_6990

Deux autres champignons qu'il reste à identifer... que de travail.

SAM_6914

A quelques mètres du chemin, une cabane dans le sous bois, sous un énorme tronc d'arbre.

SAM_6932 SAM_6934

Sur un talus,poussent des petits champignons blancs par dizaines.

SAM_6936 SAM_6939

On dirait des clitocybes blancs mais leur chapeau est trop immaculé pour qu'il en soient.

SAM_6928

C'est de là qu'à j'ailli un faisan, qui a eu la bonne idée de s'envoler sur moi... je comprend mieux le concept de "tête de piaf".

SAM_6947 SAM_6950

A gauche la sauge glutineuse, aux blellesfleurs jaunes et pourpres. A droite le sceau de salomon qui en ce moment donne des fruits.

SAM_6957 SAM_6958

Dans la suite de la promenade, un source qui s'urgie au coeur de la forêt.

SAM_6964

Et pour passer au dessus de l'eau, des ponts improvisés.

SAM_6974 SAM_6976

Dans les racines des arbres, quelques champignons profitent de la mousse humide.

SAM_6967 SAM_6970

Toute chose a une fin, enfn là pas encore, mais je commence ma redescente vers la ville.

SAM_6978

L'entolome livide, un champignon mortel, s'est établit en groupe.

SAM_6983 SAM_6984

Quand à ceux-ci, énormes et aux couleurs chatoyantes, mystère.

SAM_6985 SAM_6986

Deux inconnus se rajoute à la liste des identifications à effectuer.

SAM_6991

Une guirlande de baies rouges égayent le sous-bois. 

SAM_7000 SAM_7003

Depuis le haut du chemin, une dernière vu sur la ville de Fontaine, avec en prime un aperçu de l'immence jardin commun de la commune où une cinquantaine de parcelles sont cultivées.

SAM_7005 SAM_7006

Le russule sans lait porte ce nom car il ressemble à bon nombre de lactaires. C'est un comestible médiocre.

SAM_6997

Le russule émétique est un champignon toxique, quoi qu'en mauvaise forme ici.

SAM_7008 SAM_7010

Pour finir, passage obligé entre ces deux roches énormes.

SAM_7020 SAM_7015

On se croirait dans un décor de film.

SAM_7029

Passage devant l'éco-jardin de Fontaine, un jardin bio immense géré par plusieurs familles: http://www.ecojardins-fontainois.fr/

SAM_7034 SAM_7038

Pause dans le parc de la Poya, à 400 mètres du dernier arrêt de tram. Bien qu'il soit pas bien grand et visiblement peu visité, il n'en est pas moins superbe.

SAM_7040 SAM_7041

La jeune renouée du japon envahie la petite île (à gauche) qui est accessible par ce pont, où les racines des vieux arbres serpentes et donne un aspect mystique à l'endroit.

SAM_7045 SAM_7047

Un canal travers le parc. Plus loin, un bassin défraîchi et presque vide accueil roseaux et joncs.

SAM_7048 SAM_7052

On croirait que le temps c'est arrêté, des escaliers et des ponts surgissent de sous les arbres, et dans les bassins,des petits poissons nagent entre les îlots de vase.

SAM_7054

Grenouille et verrons se font discrets.

SAM_7092 SAM_7093

Pas de nom pour cette troupe de champignons des villes, je pense les avoir vu sur les étales des marchants mais quand on ne sais pas, on ne touche pas.

SAM_7072 SAM_7074

Pour celui-ci pas de nom aussi, et de plus il est très intrigant, il ressemble à une amanite mais n'a pas d'anneau ni de "bulbe".

SAM_7064

Unexemplaire de ces dôles de champignons marrons.

SAM_7070 SAM_7080

 Ils forment d'immenses rond de sorcière dans le jardin de ville, mais pas une page internet ne peut m'indiquer qui ils sont. Le mystère sera retrouvé quand j'aurais mis la main sur mes livres de mycologie.

SAM_7075 SAM_7081

En tout cas ils sont fort esthétiques.

SAM_7082

Le pied est comme on dirait, velu.

SAM_7062 SAM_7063

Mon premier bolet à pied rouge sur Grenoble... entièrement mangé et pourrit comme les deux autres sur les quels j'ai mis la main.

SAM_7065 SAM_7066

Voici de jeunes hypholomes couleur de brique, qui deviendront bien rouge à maturité.

SAM_7077 SAM_7078

Le lactaireroux est un champignon si poivré et si amer qu'il n'est pas consomable.

SAM_7089 SAM_7091

Un inconnu au chapeau doré! Impressionnant. 

SAM_7057

Et ceux-ci sont remarquable, pourpre autour et au centre, beige-orangé à l'intérieur.

SAM_7100 SAM_7102

Deux petites vachotes, en cette période c'est rare.

SAM_7097 SAM_7098

Ceux-ci sont très design, on croirait des champignons japonais.

SAM_7096

 Eux aussi sont des inconnus.

SAM_7103 SAM_7105

Ceux là non plus n'ont pas été identifier. Ils sont imposants et forment d'impressionants ronds de sorcière également.

SAM_7108 SAM_7110

Le bolet rouge est facilement identifiable à son pied et sa mousse rouge. Sa chair bleuie une fois tranchée. C'est un excellent comestible.

SAM_7107

Celui-là a été ravagé par les limaces.

SAM_7113 SAM_7114

Le collybie à chapeau rayé est un champignon non comestible qui à la particularité d'avoir des filament de mycélium mesurant jusqu'à 1 mètre.

SAM_7116 SAM_7117

Celui-ci n'est pas mal, avec ça drôle de teinte bleue-verte, son pied beige et ses lamelles marrons.

SAM_7126

En parlant de marrons, en voilà un tout beau tout chaud. La plupart des champignons rencontrés dans le parc poussent sous ceux-ci.

SAM_7121 SAM_7124

Le temps d'un instant, prendre la taille d'un lilliputien permet de renouer avec son âme d'enfant.

SAM_7128 SAM_7129

L'helvelle crépue est un champignon étrange. Il est un comestible médiocre qui est toxique cru.

SAM_7133

Coupé, son pied fait penser à l'intérieur d'un os ou à du cartilage.

SAM_7137 SAM_7138

Celui là aussi je ne le connais pas encore. Il donne l'impression que son chapeau est duveteux. En tout cas il plaît énormément aux limaces.

SAM_6653

Voilà une belel promenade, pas très fructueuse je l'avoue, mais pleine de découvertes et de surprise.

samedi 22 septembre 2012

La revue

D'ici quelques mois je sortirai en ligne ma revue sur mon petit bout de pays. Pour le moment un extrait est en ligne ici http://grimoirescarnets.canalblog.com/albums/revue_sur_saint_sixte/index.html en attendant que la version complète paraisse. 

jeudi 6 septembre 2012

Petit peuple du jardin.

Dans le jardin les animaux s'en donne à coeur joie, si nous ne les voyons pas, c'est parce que nous ne nous penchons pas assez au niveau du sol.

DSCN2290

Maitre dans le camouflage, serez-vous retrouver la limace?

DSCN2350

Sur cette scabieuse, une mouche-moustique prend son temps.

DSCN7159 P1050744

Moins atraillante pour bon nombre de personnes, les araignées sont pourtant essentielles à notre bien être car elles se nourrissent en grande partie des DSCN8420

(certaines araignées confectionnent des toiles pour chasser, d'autre se contente d'un terrier d'où elles sortent pour traquer leurs proies)

nuisibles qui nous, il faut bien le dire, pourrissent un peu la vie tel que les mouches et les moustiques.

DSCN8427

 

DSCN8367

Les espèces animales ne se font pas toujours la guerre,elles savent parfois cohabiter quand les ressources leurs suffisent comme entre cette guêpe et ces fourmis.

DSCN8369

 

P1040031

La mouche scorpion ( elle est inoffensive) tire son nom de ça drôle de morphologie qui évoque la queue d'un scorpion (qui lui n'est pas un insecte mais un arachnide). Cette spécificité est uniquement présente chez les mâles. de mouche elle n'a que elle n'a que le nom car elle fait partie de l'ordre des mécoptères. Cette insecte carnivore et nécrophore fascinant est capable de voler les proies des araignées directement sur leur toile.

P1040253

Les larves des insectes sont facilement observables sur les plantes, arbres et diverses essences du jardin mais elles font souvent des ravages sur celles-ci comme on peut le voir sur cette feuille de saule pleureur.

P1050721

Les escargots et leur cousines limaces sont accusés de bien des maux dans le jardin. Seulement voilà, seul une espéce d'escargot et deux de limace en France se nourrissent de nos laitues et autres courgettes, alors c'est un peu dommage de fustiger toute une famille de gastéropodes pour quelques délinquants baveux et végétariens.

SAM_0348 SAM_0368

Le méloé printanier est un drôle d'insecte qui quand il se sent menacé, se repli complètement et produit une substance vert-orangée contenant de la cantharidine (son sang). La femelle (ici) est très grosse et lente, handicapée par les oeufs que contient son abdomen. Le mâle lui est trois fois plus petit. Ce méloé se croise de mai à juillet.

SAM_0343

vendredi 13 juillet 2012

Sortie en montagne (2).

Aujourd'hui, grimpette au sommet du petit Charmant Som (prononcer "son"), facile à grimper même avec de jeunes enfants et qui offre une très belle vue sur les vallées et les montagnes alentours.

SAM_1866  SAM_1892  SAM_1893

Le joli petit sommet culmine à 1500m.

SAM_1873  SAM_1768  SAM_1854

Les chardons commencent à fleurir. Sur les côtés des chardons à queue nue, au centre un inconnu qui ne va pas tarder à offrir ses fleurs. 

SAM_1814 SAM_1961

La belle aster des Alpes.

SAM_1972  SAM_1965  SAM_1774

Les orchidées sont très nombreuses dans ces alpages. De gauche à droite, l'orchis globuleux, l'orchis vanille et l'orchis moucheron. On peut les retrouve sur cet article: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/06/26/24581697.html

SAM_1787 SAM_1874

L'arnica des montagnes est une fleur protégée dans le parc de la chartreuse. Elle est réputée pour ses vertus médicinales qui sont nombreuses. Il est même possible de fumer ses feuilles pour calmer la toux. On la trouve ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/05/09/24221645.html

Attention! les fleurs peuvent provoquer des malaises et les feuilles sont mortelles si on en ingère ne serait-ce qu'une petite poignée!

SAM_1833  SAM_1856  SAM_1820

Le lis martagon est rare. C'est le symbole des Alpes.

SAM_1823 SAM_1864

Il aborde de très belles fleurs roses mouchetées de rouge pourpre. Ses étamines oranges colores les doigts si on ose les toucher.

SAM_1857 SAM_1859 SAM_1860

Il pousse dans les prairies et les rocailles de haute montagne.

SAM_1986 SAM_1859

C'est une plante protégée, il est donc strictement interdit de les cueillir, de les abîmer ou de les piétiner, car ce lis pousse aux abords des chemins de randonnée.

SAM_1899SAM_1959SAM_1960

Il fleurit de juin à août.

SAM_1977 SAM_1760

A gauche, le rhinanthe crête-de-coq que l'on peut rencontrer ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/07/12/24689193.html. A droite la renonculée, qui peut provoquer des vomissement si ingestion.

SAM_1878 SAM_1847

A gauche le lamier jaune et à droite le leucanthème des Alpes.

SAM_1996  SAM_1997

L'orobanche sanglante, est une plante sans chlorophylle qui se nourrit de la sève d'autres plantes comme celle des légumineuses par exemple. On peut aussi la voir ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/07/12/24689193.html.

SAM_1993  SAM_1994  SAM_1995

SAM_1844 SAM_1850

A gauche une belle raiponce hémisphérique et à droite une fleur d'eglantier.

SAM_1908 SAM_1772

A gauche une scabieuse colombaire et à droite une fleur d'une géranium sauvage de montagne.

SAM_1881 SAM_1905

Les gentianes bleues ont fini de fleurir, elles sont désormais fanées et vont donner une multitude de graines.

SAM_1968 SAM_1969

Les gentianes jaunes, un des ingrédients de la chartreuse, sont en pleines épanouissement. On peut les retrouver ici: http://grimoirescarnets.canalblog.com/archives/2012/05/11/24235553.html

SAM_1971 SAM_1771

 

SAM_1894  SAM_1979  SAM_1757

De droite à gauche: le serpolais, la sarliette des Alpes et la siliène d'Italie.

SAM_1984 SAM_1985

Les pends du petit Charmant Som sont couverts de framboisiers sauvages, sur les quels les sauterelles semblent prendre du bon temps.

SAM_1796 SAM_1967

Nous avons pû observer deux types de centaurées, avec à droite le bleuet vivace et à droite la centaurée jacée.

SAM_1930  SAM_1932  SAM_1933

Les choucas sont des oiseaux ayant un chant très mélodieux.

SAM_1931 SAM_1945

Il ne faut pas les confondre avec les corbeaux qui sont eux entièrement noirs. Les choucas sont noirs avec un bec jaune, des pattes oranges et des griffes noires.

SAM_1936  SAM_1938  SAM_1939  SAM_1940

SAM_1865 SAM_1889

A gauche, une belle et fragile aconit tue-loup et à droite une gesse jaune.

SAM_1882 SAM_1883

L'ail de cerf est proche de l'ail des ours, à la différence qu'il pousse en altitude et que sa tête est beaucoup plus fournie en fleurs.

SAM_1793  SAM_1800  SAM_1831

Il reste encore beaucoup de belles inconnues à identifier. Au cnetre, après recherche, il semblerait que les fleurs en formes de pompons bleus soient des globulaires à feuilles en forme de coeur.

1SAM_1841 2SAM_1888 3SAM_1902 4SAM_1981

Bref une bien belle promenade au coeur de la montagne.

Tout à gauche, (numéro 1), la pulsatille des Alpes. Son drôle de plumeau contient les graines. Sa fleur est blanche mais il existe une sous espèce jaune.

SAM_1913  SAM_1982  SAM_1991